Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Avertissement

Texte intégral

1 Le texte édité respecte l’orthographe parfois archaïque ou déroutante de la langue de Jean Laignel, même si, pour assurer plus de confort à la lecture, on a restitué entre crochets les mots ou lettres absents, et rétabli accentuation moderne et ponctuation. On ne s’étonnera pas de trouver de nombreuses anomalies sur des consonnes habituellement redoublées, qu’elles soient parfois doublées abusivement ou, plus fréquemment, qu’elles demeurent uniques là où l’on s’attendrait à trouver un redoublement.

2Quelques précisions s’imposent ici quant au choix de la graphie du toponyme Le Havre de Grâce, l’opportunité d’écrire Grace ou Grâce ayant quelque peu agité les historiens du XIXe siècle, animés de querelles idéologiques. Les actes de fondation du Havre mentionnent le lieu ou le port de Grasse qui, dans les actes rédigés en latin, prend simultanément le nom de Portus Gratiae, autrement dit Port de Grâce. On le voit, la confusion entre le toponyme originel de Grasse désignant un estuaire marécageux (du latin grassius) et le terme à connotation religieuse de grâce s’opère dès les origines, et ce d’autant plus facilement dans les esprits que l’orthographe ne sera pas fixée avant la fin du XVIIIe siècle et que Grasse peut sans difficulté aucune s’écrire Grace, surtout en l’absence d’accentuation véritablement normalisée. Parfois même, les deux termes peuvent se côtoyer dans le même texte. Ajoutons à cela le contexte d’une société imprégnée de religiosité depuis des siècles s’exprimant dans une ville bâtie au péril d’une mer violente qui l’a d’ailleurs déjà submergée une fois, avant même qu’elle eût vécu dix années. Jusqu’au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, c’est donc en toute bonne foi, dans tous les sens du terme, que fut employé systématiquement et très officiellement le nom de Havre de Grâce, ou plus rarement de ville (Françoise du Havre) de Grâce, si ce n’est dans la lettre, au moins dans l’esprit, au point que les révolutionnaires eux-mêmes pensèrent sincèrement le déchristianiser en le modifiant en Havre-Marat. Les Havrais avaient alors depuis longtemps oublié le sens originel du nom de leur ville. Aussi, bien que, pour les raisons évoquées ci-dessus, aucun des manuscrits existants ne porte d’accentuation sur le mot Grace, nous avons choisi de respecter l’acception du terme de Grâce encore incontestée à l’époque où écrit Jean Laignel.

3Chaque chapitre est précédé d’un bref résumé dû à l’éditeur ; le lecteur trouvera en outre en fin d’ouvrage un glossaire des principaux termes anciens et vieillis.

4Lorsqu’elles étaient significatives ou utiles, les variantes, extraites des diverses copies existant du texte originel, ont été renvoyées en notes de fin de chapitres.

5Le début du texte étant manquant dans le manuscrit ms. 21 de la bibliothèque municipale de Montivilliers, la lacune a été comblée par le manuscrit Laignel de L’Ormerie (BMH, ms. 458).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search