Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Présentation historique

Hervé Chabannes

Texte intégral

Introduction

  • 1 H. Chabannes, Les Passeurs de la mémoire havraise : mémoire, identité et histoire au Havre des ori (...)

1 Les passeurs de la mémoire havraise : c’est sous ce titre que nous poursuivons depuis quelques années des recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat d’histoire à l’université du Havre sous la direction du professeur Éric Wauters, recherches qui portent sur la problématique de la mémoire et de l’identité havraises, appréhendée à travers l’histoire des historiens, chroniqueurs, annalistes, « journalistes » et autres témoins, ainsi que de leurs textes depuis les origines de la ville jusqu’au milieu du XIXe siècle. Ce travail a permis d’inventorier un corpus insoupçonné de cinquante-neuf textes et quarante-sept auteurs dont seule une faible partie était connue des érudits. Un tiers de ces sources n’a en effet jamais été publié et un autre tiers n’a fait l’objet que de publications très partielles et trop rapides. Quant au dernier tiers, parmi les vingt textes à avoir été publiés intégralement au moins une fois, seuls deux ne l’ont été qu’au cours du XXe siècle. Cette situation montre bien à quel point la majeure partie des sources de l’histoire havraise reste largement inaccessible à nos contemporains, qu’il s’agisse d’histoires, de chroniques, d’annales, de mémoires, de livres de famille ou de raison, de journaux personnels, de mélanges, de témoignages sur des événements précis ou enfin de biographies1 La meilleure partie de cette richesse méconnue, de ce gisement de mémoire écrite havraise mérite en partie d’être publiée pour être mise à la disposition des chercheurs et du grand public.

  • 2 P. Manneville, Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790. Édition du manuscrit Annales depuis 1778 d (...)
  • 3 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard. Une histoire du Havre et des (...)

2À tout seigneur tout honneur, il faut ici rendre hommage à Philippe Manneville qui a initié ce travail de publication des sources de l’histoire havraise en proposant en 1999 une édition savante des irremplaçables annales de Marie Le Masson Le Golft2 (1749-1826). Cette initiative pionnière ne suscite qu’un seul regret, celui que l’historien havrais n’ait pu poursuivre cet effort de publication en offrant au public sont tout aussi précieux Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre. C’est dans ce même esprit que nous avons publié en 2006 les manuscrits et dessins de Jacques-Augustin Gaillard (1750-1825) avec, déjà, le soutien de Dominique Rouet, d’Éric Saunier et d’Éric Wauters3.

3Que dire enfin des Mémoires de Guillaume de Marceilles abondamment citées par les manuscrits que nous publions aujourd’hui ? Né au Havre en 1530 d’un père venu s’y installer dès 1519, ce procureur du roi écrit à la fin de sa vie, en 1594. Ce n’est qu’en 1847 que ce récit du premier siècle havrais fit l’objet d’une publication, d’ailleurs peu digne de son auteur, par le bibliothécaire Joseph Morlent ; il mériterait grandement d’être remis à la disposition des Havrais à quelques années seulement du cinq centième anniversaire de la fondation de la ville.

  • 4 M.-J. Dubocage de Bléville fils (1707-1756) publie au Havre en 1753 chez P. J. D. G. Faure son Mém (...)
  • 5 L’abbé J.-O. Pleuvry (ou Pleuvery, Pleuvri, 1717-1788) publie chez Chenaut à Paris en 1765 son His (...)

4Pour en revenir aux manuscrits inédits des Antiquitez du Havre de Grâce que l’on présente aujourd’hui, un de leurs principaux intérêts réside dans le fait qu’ils furent composés en 1711 puis repris et continués jusqu’au milieu des années 1760, établissant ainsi un lien entre les Mémoires de Guillaume de Marceilles et les travaux des érudits de la seconde moitié du XVIIIe siècle, à savoir ceux de Michel-Joseph Dubocage de Bléville fils4 et, surtout, de Jacques-Olivier Pleuvry5 Ils couvrent ainsi tout le XVIIe siècle et le premier tiers du XVIIIe siècle, période charnière dans l’histoire de la ville et du port. Extrêmement précis et complets, puisant aux meilleures sources d’information, s’intéressant à toutes les facettes du sujet, ces manuscrits s’avèrent ainsi être, en dépit d’une certaine rudesse de style, une source historique de première importance.

Une source exceptionnelle et méconnue

  • 6 BMH, ms. 529, Pièces relatives à la famille Dubocage de Bléville. Il sera bel et bien anobli.
  • 7 BMH, ms. 356.

5Lorsque le 30 octobre 1753, Michel-Joseph Dubocage de Bléville fils, armateur, négociant et maire-échevin du Havre présente sa demande d’anoblissement pour services rendus à la couronne, il appuie officiellement ses prétentions sur ce qu’il désigne comme un « extrait d’anciens mémoires manuscrits intitulés : Histoire de la Ville Françoise de Grâce », afin de prouver le rôle éminent qu’avait joué son aïeul, l’ingénieur hydrographe Georges Boissaye Dubocage fils (1661-1717), dans le creusement du canal Vauban en 1667 sous les ordres de Colbert6 Ce manuscrit, copié de la main même du maire-échevin, existe toujours, conservé à la bibliothèque municipale du Havre7 Ce dernier a porté sur sa première page ce commentaire : « Je n’ay pü savoir quel est l’auteur de cette Histoire. De Bléville. » Ainsi, dès le milieu du XVIIIe siècle, un négociant havrais parvenu au fait des honneurs et des responsabilités communales n’hésite-t-il pas à fonder ses prétentions à l’anoblissement sur un manuscrit dont il ignore – ou feint d’ignorer – l’auteur. Et ce n’est pas tout : ce même manuscrit fut aussi l’une des principales sources de ses Mémoires sur la navigation, le port et le commerce du Havre de Grâce publiés précisément en 1753.

  • 8 Délibérations du 24 décembre 1766 au 10 mai 1768, fos 74 v°-76 (AMH, BB 69).
  • 9 En 1694 et en 1759.
  • 10 Lors de l’occupation de la ville en 1562-1563.
  • 11 Délibérations du 24 décembre 1766 au 10 mai 1768, fos 74v°-76 (AMH, BB 69).

6Très exactement quatorze ans plus tard, le 30 octobre 1767, le corps de ville se réunit dans le but de délibérer sur un important objet. Il s’agit en effet ni plus ni moins que de tenter de résoudre à l’avantage de la ville le contentieux juridique qui l’oppose au gouverneur du Havre au sujet de la propriété controversée de l’hôtel de ville. La date est officiellement arrêtée : cette affaire devra être arbitrée par le Conseil du roi le 24 décembre suivant. Or, comme le constate amèrement le secrétaire greffier de la ville Nicolas Amelin8 il lui est impossible de fournir les titres de propriété de cet édifice qu’il n’a, affirme-t-il, jamais vus et qui, à sa connaissance, ne sont pas conservés dans les archives de la ville. S’ils y sont, ajoute-t-il, il lui faudrait longtemps pour les trouver « attendu la confusion qui règne dans les papiers, occasionnée par l’événement de deux bombardements9 et par l’enlèvement des papiers de la ville par les Anglois qui, suivant la tradition, les transportèrent au château de Vitanval10 ». Les échevins sont par conséquent dans l’incapacité totale de fonder leurs droits sur une quelconque preuve indiscutable conservée dans les archives. Le corps de ville assemblé doit donc se résigner à reconnaître « les inconvénients du défaut d’inventaire des titres voulus par l’Édit [royal] » et décide par conséquent de « chercher à suppléer à ce défaut » en allant quérir ces preuves manquantes dans la mémoire écrite connue et reconnue de tous à l’époque11 :

Le [Procureur du Roy] croit devoir observer [à l’assemblée] que les differens autheurs qui ont écrit sur les antiquités de la ville du Havre sont tous uniformes sur le sujet dont il s’agit :
1°. Il se trouve dans un manuscrit intitulé Mémoire ou Antiquité de la Ville du Havre et qui est répandu et regardé comme le traité de ce qui s’est passé anciennement dans cette ville, au chapitre premier de l’origine et fondation de la ville du Havre, que la grosse tour et l’hôtel de ville furent les principaux ouvrages du S. de Chillou lors gouverneur de la ville du Havre et chargé de la construction d’icelle ; qu’il fit construire cet hôtel à ses dépends etc... ; mais que sous le règne de Henry 2, le dit hôtel de ville fut depuis acquis par les bourgeois du lieu des deniers communs de la ville des héritiers représentants le dit sieur de Chillou et que cet achat fut fait avant le nouvel affieffement des plans de la dite ville sous ce roy en 1553.
2°. M. de Marseille, Procureur du roy au Havre et qui a pareillement fait un traité sur la fondation et origine de la dite ville, et qu’il a dédié à M. de Villars, Lieutenant général du gouverneur de Normandie, nous apprend, article 4 de son traité, que pendant le temps que le dit sieur de Chillou commençoit à faire travailler aux dits bâtimens et construction de la ville, il auroit fait bâtir de ce temps la dite maison et hôtel de ville où il se tenoit [... qui] fut depuis acquise au tems du feu roy Henry 2 par les bourgeois et habitans de la dite ville de leurs deniers communs du feu sieur de Richelieu, messire Louis Duplessis, héritier de son épouse demeurée seule fille du dit sieur de Chillou.
3°. La même chose résulte d’un Mémoire en forme de remarques sur la Ville du Havre complété par M. Biot, prestre de ce lieu. Il rapporte que M. de Chillou fit bâtir entre autre la maison de ville pour luy et les siens et ensuite il dit que l’hôtel de ville, après avoir été baty, fut acquis par les bourgeois de la ville du lieu de leurs deniers communs sous le règne de Henry 2 de messire François Duplessis, neveu du cardinal de Richelieu, héritier de M. de Chillou viron l’an 1553.
4°. L’on voit dans le premier tome de la Description Géographique et Historique de la Haute-Normandie imprimée en 1740 chez Didot [...] que la maison de la Ville du Havre avait été bâtie par le sieur de Chillou pour luy même, qu’Anne Le Roy sa fille fut la seconde femme de François Duplessis sieur de Richelieu, duquel mariage vint Louis Duplessis ayeul du cardinal de Richelieu, et que ce fut de ce Louis Duplessis que les habitans acquirent la Maison du dit sieur de Chillou vers l’an 1550 pour en faire leur hôtel commun. L’auteur de cette description ajoute par une note marginale qu’il a puisé ce passage dans des Mémoires anonymes du Havre qui vraisemblablement sont cy dessus cités.
5°. M. l’abbé Pleuvery qui a écrit l’Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre, imprimé en 1765 chez Chenaut à Paris au Palais, dit pareillement page 26 que le dit S. de Chillou fit faire à ses dépends le bâtiment de l’hôtel de ville pour y loger, mais que sous le règne de Henry 2, les bourgeois s’unirent pour en faire l’acquisition vers l’année 1550 et l’achetèrent de Louis Duplessis, fils de François Duplessis bisayeul du cardinal de Richelieu, qui l’avait eu pour la dot d’Anne Le Roy fille et héritière du dit S. de Chillou.
6°. On assure qu’il pourroit se trouver dans les anciennes minutes d’un dépot public (quel ?) un contract passé devant les notaires du Havre le 24 juillet 1559 que les bourgeois et habitans de la Ville du Havre, corps et communauté et leurs successeurs prennent à fieffé de la fille de Regnard une petite place sur laquelle il y avait une vieille maison sur la rue St Adresse auparavant d’Estimauville proche et joignant l’hôtel commun de ce lieu de Grâce, que son père auroit eu acquis du feu sieur de Chillou, gouverneur du Havre, et alors faisant la dite place fieffée partie de la cour du derrière du dit hôtel de ville.
L’exposant estime donc que faute de pouvoir trouver les titres de propriété de la Maison de ville, vu la confusion qui se trouve dans les archives, on doit y suppléer par les extraits des traités et pièces cy dessus cités, ou par aucun d’iceux, afin de mettre en état M. le Lieutenant général et MM. du Corps de Ville d’exécuter incessamment la susdite délibération du vingt de ce mois à laquelle sera jointe celle qui sera prise aujourd’huy sur cet objet. [Signé] Costé.

7Suivent la décision prise que cette délibération sera envoyée au roi avec celles des 9 et 10 juillet et celle du 20 octobre ainsi que les signatures des membres du conseil.

8Ainsi, en l’absence de pièces d’archives permettant à la ville de produire des titres de propriété authentiques pour faire prévaloir ses droits sur le bâtiment de l’hôtel de ville, les échevins se tournent vers les traités d’histoire pour établir les faits. Le premier cité est un Mémoire ou Antiquités de la Ville du Havre, manuscrit, est-il affirmé, « qui est répandu et regardé comme le traité de ce qui s’est passé anciennement dans cette ville ». Or il se trouve, et le lecteur peut lui-même faire cette comparaison, que les extraits que nous venons de produire sont la copie quasiment mot pour mot du manuscrit Laignel publié aujourd’hui. Cela indique clairement qu’en 1767, ce document était largement diffusé dans l’élite sociale, culturelle et politique havraise ; de plus qu’il était déjà anonyme ; enfin, que sa réputation de véracité et de fiabilité dans les faits qu’il rapporte était à ce point communément admise que l’on pouvait prendre le risque de le produire devant le Conseil du roi.

  • 12 Toussaint Duplessis, Description géographique et historique de la Haute Normandie, divisée en deux (...)
  • 13 T. Duplessis, op. cit., vol. I, chap. « Seizième Siècle », § 183 à 206.

9Laissons de côté pour le moment les « traités » de Guillaume de Marceilles et de l’abbé Biot, sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir, pour nous concentrer quelques instants sur la quatrième source évoquée par les échevins, à savoir la Description géographique et historique de la Haute-Normandie publiée en 1740 par dom Toussaint Duplessis12 Le greffier municipal donne en effet cette précieuse indication à l’issue de sa démonstration : « L’auteur de cette description ajoute par une note marginale qu’il a puisé ce passage dans les Mémoires anonymes du Havre qui vraisemblablement sont cy dessus cités. » De fait, dans son premier tome consacré au pays de Caux, Duplessis livre au lecteur ses sources bibliographiques et archivistiques. Il s’avère que la presque totalité des données historiques concernant l’histoire du Havre depuis sa fondation jusqu’à l’année 1728 renvoie à un « Mémoire du Havre » anonyme13 qui se trouve être, comparaison faite, le manuscrit Laignel de L’Ormerie, copie et continuation du manuscrit Laignel comme on le verra ci-après. Ainsi, non seulement le manuscrit ici publié fut manifestement regardé par les élites havraises du XVIIIe siècle comme un document si fiable que l’on pouvait se permettre de le produire en appui tantôt à une demande d’anoblissement, tantôt pour faire valoir les revendications de la ville sur la propriété de son propre hôtel de ville, mais il semble bien qu’il fut aussi considéré par les élites culturelles havraises et normandes comme la meilleure et la plus complète source fiable sur l’histoire du Havre, au point d’en publier nombre d’extraits, et ce dès 1740.

10Mais comment un document de cette réputation et de cette qualité, écrit manifestement en 1711, pouvait-il déjà être anonyme une trentaine d’années seulement après sa composition ? Les historiens et chroniqueurs havrais du XVIIIe siècle, Michel-Joseph Dubocage de Bléville déjà cité et, surtout, l’abbé Jacques-Olivier Pleuvry, dont les écrits sont évoqués par les échevins en 1767, se sont largement inspirés de cette source pour élaborer leurs œuvres mais sans jamais les citer expressément et surtout sans pouvoir sortir l’auteur de l’anonymat. Or, près de trois siècles après qu’elle eut été composée et en dépit de toutes les destructions dont a été victime cette ville, nos recherches ont permis de retrouver la trace de vingt-trois copies, dont six ont malheureusement disparu, et parfois fort récemment. L’étude comparative des dix-huit rescapées permet de constater plusieurs caractéristiques :

11Le prototype initial remonte au plus tard à l’année 1711.

12Les auteurs et/ou les copistes se sont succédé sur plus d’un siècle, de 1719 à 1821.

13Les copies sont nombreuses, les versions et variantes sont multiples et parfois simultanées.

14Certaines versions rectifient, complètent voire continuent l’œuvre du prototype au-delà de 1711, tout au long du siècle jusqu’en 1806-1810.

15Plusieurs versions sont illustrées par des plans colorés représentant les états successifs du site de l’estuaire puis de la ville et de ses fortifications depuis la fin du XVe siècle jusqu’au début du XIXe siècle.

16Tous les textes se présentent sous la forme de chroniques visant à écrire l’histoire du site de l’embouchure de la Seine, puis des villes et des ports qui s’y sont succédés et enfin de la ville du Havre depuis sa fondation.

  • 14 Le Portrait de la ville et citadelle du Havre de Grâce avec les avantages de son port et de ses ra (...)

17Tous affirment vouloir écrire objectivement cette histoire en se basant sur des sources sûres : les auteurs anciens pour l’Antiquité (Ammien Marcellin et Jules César) ; les historiens français comme François Eudes de Mézeray (1610-1683), Jean de Serres (1540-1598) et Scipion Dupleix (1569-1661) ; les Mémoires de la fondation et origine de la ville françoise du Havre de Grâce, de Guillaume de Marceilles, déjà évoqués et composés vers 1594 ; les sources de l’histoire normande comme la Chronique de Normandie et les travaux de l’historien rouennais Noël Taillepied en 1587 ; la description monumentale du port et de la ville du Havre par l’ingénieur havrais Adrien Godefroy de Nipiville en 166714 ; les archives, quelles soient seigneuriales (marquisat de Graville et des seigneuries d’Orcher et de Gueldres), ecclésiastiques (paroissiales, archiépiscopales), notariales, judiciaires, communales (Le Havre, Harfleur, Leure) ou encore fiscales (prévôté de Leure) ; l’observation des sites et l’étude des ruines subsistant dans l’estuaire, prémices de l’archéologie moderne ; la mémoire vivante des témoins oculaires, à commencer par l’auteur lui-même et souvent au moins à la génération qui précède, ce qui leur permet de remonter jusque vers le milieu du XVIIe siècle.

18Tous les textes présentent en outre une structure commune. Après une préface s’attachant à évoquer le peuplement et l’urbanisation de l’estuaire de la Seine dans l’Antiquité gallo-romaine et au Moyen Âge, ainsi, bien sûr, que les anciennes activités maritimes et navales et les installations portuaires afférentes, le texte est organisé chronologiquement, règne par règne, sur le modèle des Mémoires de Guillaume de Marceilles mais d’une façon nettement plus systématique.

19Enfin, et ce n’est pas la moindre de leurs qualités, toutes les copies ont en commun une lecture critique des sources et opèrent méthodiquement une confrontation des points de vue. Cet aspect, ajouté au choix judicieux des sources documentaires, donne à l’ensemble une coloration de sérieux et de rigoureux dans le propos qui a vraisemblablement beaucoup œuvré à lui conférer cette belle réputation d’authenticité et de fiabilité.

20Quoi qu’il en soit, les problèmes d’authentification et de datation se posent en ces termes : de tous ces manuscrits, lequel comporte le texte originel ? Quelles sont les copies de première, de seconde ou de troisième génération ? Qui est le premier auteur ? Qui sont les continuateurs ? Quels liens ces derniers ont-ils entretenu avec le premier auteur et entre eux ? Pourquoi ont-ils écrit ? Qui sont les simples copistes, quand ont-ils écrit et si possible pourquoi ? Seul un travail minutieux de critique interne et externe (aspect, support et textes eux-mêmes), accompagné d’une comparaison quasiment terme à terme entre les différents manuscrits existants peut permettre de tenter d’y répondre en prenant en compte tous les paramètres matériels – qualité de la reliure, format, datation des filigranes quand il s’en présente, couverture (parchemin, papier, carton, etc.) – et textuels – écriture, graphie, langue employée (orthographe, grammaire, vocabulaire...), encres, erreurs manifestes de copies, blancs, ratures... –, tous indices externes (couverture, pages de gardes, ex-libris...) et internes (notes marginales, hors texte, dans le texte) susceptibles d’apporter des informations sur la date de la copie, le copiste, l’auteur, le continuateur, l’illustrateur, un collaborateur, une institution, etc., les illustrations et plans (dates, signatures, etc.) ; et encore les dates et indices temporels divers... Car il ne suffit pas de dresser une sorte de généalogie des manuscrits pour en trouver le prototype, encore faut-il situer cet ensemble dans le temps et l’espace. De la même façon, identifier les auteurs, les continuateurs, les copistes par un patronyme reste insuffisant. Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils pris la plume et pour qui ? En un mot, d’où parlent-ils ? Les enquêtes sur les textes se doublent par conséquent d’enquêtes biographiques de façon à comprendre les liens qui les unissent éventuellement, et par là même à saisir pourquoi cette histoire du Havre eut un tel impact sur les Havrais durant un bon siècle.

Généalogie des manuscrits

21L’analyse diplomatique comparative des manuscrits, tant externe qu’interne, selon les méthodes, les principes et les critères évoqués précédemment – dans les détails de laquelle il serait trop fastidieux d’entrer ici – permet d’opérer une classification en six groupes distincts et d’esquisser une sorte de généalogie de ces manuscrits :

  • 15 Cette source sera ci-après désignée manuscrit Laignel (BMM, ms. 21).
  • 16 Ci-après désigné manuscrit Laignel de L’Ormerie (BMH, ms. 458).

221. Le premier groupe rassemble les manuscrits de première génération, à savoir le prototype originel attribué au maître mercier et bourgeois Jean Laignel15 (1668-1738), daté au plus tard de la fin 1711 ou du début de l’année 1712, et sa continuation immédiate rédigée entre 1719 et 1733 par son fils, le capitaine et pilote Jean Laignel de L’Ormerie (1693-1757), intitulée Antiquitez du Havre de Grâce et des lieues adjacents, recherchez avec soin de plusieurs personnes receully16.

  • 17 Le Tellier, Recherches historiques sur la ville d’Harfleur, s. l, 1786 (BMM, Ms 8).
  • 18 ms. Laignel de L’Ormerie no 2 (BMH, ms. 457).

23Ce dernier signe explicitement ses dessins, cite son père comme premier auteur et donne suffisamment d’éléments biographiques pour le situer avec précision. Un second ex-libris figurant sur le manuscrit Laignel de L’Ormerie indique que ce dernier document a appartenu par la suite à Jean-Baptiste Le Tellier (1718-1804), officier d’infanterie, chevalier de Saint-Louis et maire d’Harfleur de 1777 à 1790. Cette possession lui donna vraisemblablement l’idée de composer et de publier ses propres Recherches historiques sur la ville d’Harfleur17 Une copie du manuscrit Laignel de L’Ormerie, datant semble-t-il du milieu du XVIIIe siècle, fut conservée à la bibliothèque municipale du Havre18 mais sa disparition a été malheureusement constatée dans les années 1970.

  • 19 ms. Gasquerel no 1 (BMH, ms. 457) ; ms. Gasquerel no 2 (BMH, ms. 456).
  • 20 ms. Dicquemare (BMR, ms. Y221).
  • 21 Papiers Le Masson Le Golft, dossier no 1 (BMR, ms. G16).

242. Le deuxième groupe rassemble les manuscrits de deuxième génération, issus d’une copie disparue du manuscrit Laignel réalisée en 1712 par l’avocat havrais Jean Gasquerel (1672-1719). Les deux manuscrits Gasquerel19 portent tous deux le même titre, Mémoire sur le Havre de Grâce, et datent respectivement du milieu des années 1730 et de 1821. Il est à noter au passage qu’ils présentent tous deux une continuation postérieure au décès de Jean Gasquerel, de 1719 à 1733, qui est la copie exacte de la continuation du manuscrit Laignel de L’Ormerie. Le second est une copie intégrale de troisième génération du premier. Ce groupe comprend un autre manuscrit intitulé Histoire du Havre de Grâce copié vers 1767-1768 par l’abbé Jacques-François Dicquemare (1733-1789) et superbement relié en plein cuir20 Ce savant en a réutilisé les plans dans un Mémoire à la direction des fortifications de Haute-Normandie en 176821. La copie de l’ex-libris de l’avocat Jean Gasquerel ne laisse aucun doute sur ses origines mais dans ce cas précis le texte s’interrompt en 1711, à l’image du manuscrit Laignel.

  • 22 Sous la cote F 73 selon Joachim Darsel, dans L’Amirauté en Normandie : tome IV. Amirauté du Havre (...)
  • 23 Il le fut de 1800 à 1821. Négociant, il figure par ailleurs parmi les passeurs de la mémoire havra (...)
  • 24 AMH, II 23, fos 314 à 424 (sauf 373-375)-

253. Le troisième groupe rassemble les manuscrits de deuxième génération, issus du travail de copie mais aussi de complément et de continuation, réalisé par le maître cordonnier et bourgeois du Havre François Le Véziel (1668-1738), dont le probable original disparu était encore signalé à la bibliothèque municipale de Rouen en 197122 et s’intitulait Origines de la ville du Havre de Grâce. Fort heureusement, une copie de ce texte fut réalisée vers 1806-1810 sur l’initiative du maire du Havre Guillaume-Antoine Sery23 (1751-1836) dans un registre communal intitulé Archives du Havre et rassemblant des pièces probatoires depuis 158724. Il est à noter que les mentions marginales visant à donner des informations complémentaires à la date de la copie sont toutes de la main de Sery. Il y a ajouté aussi une Notice sur l’hôpital de cette ville, extraite d’un manuscrit de 1712. Quant au texte original, il date manifestement de 1733-1734 et dit explicitement s’appuyer sur « un manuscrit de 1712 ».

264. Le quatrième groupe rassemble les manuscrits de deuxième génération, issus d’une ou plusieurs copies inconnues du manuscrit Laignel mises en circulation probablement entre 1712 et 1719, c’est-à-dire avant la rédaction des manuscrits Laignel de L’Ormerie et Le Véziel.

  • 25 Ses Mémoires d’échevinage et de marguillage, rédigés dans les années 1750 ainsi que son livre de r (...)
  • 26 M. Dominique Toussaint vient d’en faire don à la bibliothèque municipale, où il est conservé sous (...)

27Le manuscrit Millot que l’on peut dater du premier tiers du XVIIIe siècle par son papier filigrané caractéristique de cette période. Son ex-libris « Millot fils aîné » indique qu’il a appartenu au bourgeois et négociant Pierre-Paul Millot (1749-1794), fils de l’échevin François Millot (1711-1789). Bien que la copie ne soit pas de sa main, c’est vraisemblablement ce dernier qui en est à l’initiative car nous connaissons son goût pour la transmission de la mémoire havraise25 Ce manuscrit a figuré depuis cette époque dans les archives familiales Millot, puis Toussaint au XIXe siècle26.

Figure no 1 – Histoire du Havre de Grace, manuscrit Lesueur, 1730.

  • 27 ms. Lesueur (AMH, II 27).
  • 28 Voir H. Chabannes, Le Rêve brisé de Jean-Baptiste Denis Lesueur : un bourgeois havrais des Lumière (...)
  • 29 BMR, ms. G16, dossier 3.
  • 30 ms. Le Masson (BMH, ms. 358).
  • 31 ms. Le Masson (BMH, ms. 358, p. 105, année 1711).
  • 32 BMR, ms. Y45.
  • 33 Annales depuis 1778 par l’auteur du Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, pour servir (...)
  • 34 Entretiens sur le Havre, Le Havre, s. n., 1781 (BMH, N 1352).

28Le manuscrit Lesueur27 mérite une mention toute particulière. Cette copie à la calligraphie particulièrement soignée dans ses premiers feuillets, imitant à s’y méprendre la typographie, semble dater des années 1730. Une note marginale figurant à la page 79 montre toutefois qu’il ne peut en aucun cas avoir été rédigé antérieurement au 21 novembre 1732. Les vignettes qui l’illustrent, dessins originaux imitant la gravure en taille douce, sont signées par un certain J. Bellet dont on ne sait rien. Initialement relié en parchemin et intitulé Antiquitez du Havre de Grâce, il reçut une nouvelle couverture en papier et le nouveau titre d’Histoire du Havre de Grâce à la fin du XVIIIe siècle. Il est à noter que cette belle résolution du copiste de singer l’art typographique n’a guère tenu la distance, puisque l’écriture se banalise dès le onzième feuillet. L’histoire de ce curieux manuscrit a pu être reconstituée en partie. Conservé aujourd’hui aux archives municipales, l’archiviste du début du XXe siècle qui le décrivit alors attribua par erreur sa composition à l’officier d’amirauté Jean-Baptiste-Denis Lesueur (1750-1819) en raison de la présence d’un ex-libris de sa main. Néanmoins nos recherches ont démontré qu’il n’avait pu en aucun cas en être l’auteur et qu’il n’en fut que le simple propriétaire entre 1792 et 181928. Ce qui est nouveau, par contre, c’est que parmi ses papiers, conservés à la bibliothèque municipale de Rouen, Marie Le Masson Le Golft ajoute de sa main une mention datée de 1777, ainsi libellée : « Notice d’un manuscrit intitulé Histoire du Havre de Grâce duquel est un cartel dessiné par Bellet que je crois appartenir à M. Dorey notaire29 » Mais il y a mieux. Les mêmes papiers Le Masson Le Golft contiennent des annales maritimes manuscrites indubitablement de la main de son père le capitaine Jean Le Masson (1711-1765), annales manifestement inspirées de nos Antiquitez, avec cependant une importante coloration maritime, ce qui renforce l’idée d’une rédaction par un marin. Or il se trouve qu’un des manuscrits de l’histoire du Havre conservé à la bibliothèque municipale du Havre30 malheureusement sans titre, est non seulement sans doute de la même main mais qu’il contient aussi à la fin cette précision apportée par le copiste : « Là finissent les Mémoires qui m’ont été prêtés par Mrs les notaires du Havre. J’y ai fait quelques additions selon que je les ai trouvées dans l’Histoire de France, ou que je l’ai appris de témoins oculaires. Cette année 1711 est celle de ma naissance. Je ne me donnerai donc pas pour témoin oculaire des faits qui suivent de près ceux qui sont rapportés ci-dessus. Ce que je rapporterai du temps de mon enfance sera fondé sur les témoignages de gens sensés et dignes de foi31 » On ne peut que regretter que la continuation de 1711 à 1763, promise par le copiste, ait disparu corps et biens si l’on en juge par la qualité de l’information contenue dans ses annales maritimes. Il apparaît cependant clairement que ce manuscrit est une copie du manuscrit Lesueur, lui-même copié sur l’initiative du notariat du Havre dans les années 1730 avant d’être prêté à Jean Le Masson pour ses propres travaux d’érudition. Et c’est donc sa fille Marie Le Masson Le Golft qui le retrouva en 1777, pour s’en inspirer à son tour comme le montre sa notice évoquée ci-dessus. On voit que le travail d’érudition de Jean Laignel a engendré une envie semblable chez Jean Le Masson, qui avait, selon toute vraisemblance, l’intention d’écrire une histoire politique, religieuse et maritime du Havre, vaste projet dont a hérité sa fille et qu’elle a mené à bien et à sa façon avec son Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre32 en 1778, ses Annales depuis 177833 et la publication en 1781 de ses Entretiens sur le Havre34 ouvrage pédagogique à l’intention des élèves du collège.

  • 35 ms. Marine, conservé au service historique de la Défense à Vincennes, département de la Marine, so (...)

29Enfin, le manuscrit Marine35 qui fut retrouvé par le plus grand des hasards quasiment au moment de faire parvenir cet ouvrage à l’éditeur ; ce cahier joliment calligraphié est fort de 109 pages pour un format de 26 x 22,5 centimètres. Intitulé Histoire du Havre de Grâce, il est l’exacte réplique au mot près du manuscrit Lesueur évoqué précédemment tant par son texte, y compris pour les quelques notes marginales, que par son orthographe, et semble être lui aussi sorti du greffe du notariat du Havre à peu près à la même époque, c’est-à-dire entre 1732 et 1750. Rien ne permet cependant de savoir quand et comment cet exemplaire est parvenu dans les archives centrales de la Marine royale ni pour quelle raison précise.

305. Le cinquième groupe comprend des manuscrits de la troisième génération, issus d’une ou de plusieurs autres copies inconnues du manuscrit Laignel.

  • 36 ms. Dubocage de Bléville, BMH, ms. 356.

31Citons tout d’abord le manuscrit Dubocage de Bléville36 déjà évoqué auparavant pour avoir servi de preuve à l’intéressé lors de sa demande d’anoblissement en 1753. Il a aussi servi de source primaire pour la rédaction de son Mémoire sur le port, la navigation et le commerce du Havre de Grâce publié la même année.

  • 37 ms. Dumont, BMM, Ms 6. Il provient de la collection du libraire et bibliothécaire montivillon, Ern (...)
  • 38 AMH, II 23, dans le registre « Archives du Havre » déjà cité pour contenir le manuscrit Le Véziel.

32Trois autres manuscrits portent le titre d’Antiquitez de la ville Françoise et Havre de Grâce. Il s’agit des manuscrits Dumont, Dorion et Lescan. Le manuscrit Dumont37 est une copie fidèle du manuscrit Laignel. Une note marginale ajoutée au folio 55 lors de l’évocation du tremblement de terre des 27 et 28 novembre 1757 permet de le dater d’environ 1758. D’autres notes portées en marge des folios 29, 34, 35 et 37 laissent à penser que cette copie pourrait avoir été réalisée pour le compte de l’administration communale, sur le modèle du manuscrit Ville du Havre38 copié dans le courant du XVIIe siècle, et intitulé Différents extraits les plus interressants tirés d’un manuscrit de l’histoire du Havre de Grâce.

  • 39 ms. Dorion, BMM, ms. 7.

33Quant au manuscrit Dorion39 il est exactement contemporain et semblable au manuscrit Dumont ; comme lui, il provient de la collection de l’érudit qui fut bibliothécaire à Montivilliers à la fin du XIXe siècle. Il en diffère néanmoins en ce qu’il a été augmenté par l’abbé François-Augustin Dorion (1711-1790), prêtre à Notre-Dame du Havre et chapelain des Ursulines. Outre le texte que nous connaissons, on y trouve en effet trois relations autonomes : deux, sensiblement différentes, du bombardement du port et de la ville par les Anglais en 1759, et une du voyage de Louis XV au Havre en 1749.

  • 40 ms. Lescan, BMH, ms. 357.
  • 41 AMH, dossier biographique Lescan, B 9.

34Le manuscrit Lescan40 enfin, se distingue par la présence évidente de trois copistes différents dont l’un a ajouté un chapitre de seize pages intitulé, par fidélité à son modèle, Mémoires sous Louis XV, depuis 1715 jusques... Cette continuation ignore cependant les travaux de Laignel de L’Ormerie et de Le Véziel, et se poursuit jusqu’à l’année 1776. Le texte est malheureusement très succinct, l’écriture fort peu soignée et les ratures sont innombrables au point d’en gêner la lecture. Deux des copistes ont laissé leurs noms : un certain Delabrière, dont nous ne savons rien faute d’information complémentaire un tant soit peu précise, et un nommé « Yves Lescan fils », pour lequel nous sommes en mesure de déterminer avec certitude que ce personnage était né à Brest en 1718, qu’il s’installa au Havre vers 1747, fut breveté pilote en 1751 et capitaine de navire en 1767. La même année, il fut admis comme bourgeois de la ville. Il décédera en 179541.

  • 42 AMH, BMI, ND, 1768. Le 23 janvier, Gabriel-Robert Duchemin, frère de Louis-Charles, épouse une dem (...)

35Un cinquième manuscrit, plutôt original, complète ce groupe. Sous le titre général des Remarques et les Mémoires sur la fondation de la Ville du Havre de Grâce, on trouve successivement une copie partielle des Mémoires de Guillaume de Marceilles, un traité des Places du pays de Caux et de l’embouchure de la Seine célèbres dans l’histoire ainsi qu’une copie incomplète – il manque les chapitres v et VIII – du manuscrit Laignel. La première page porte cette indication : « Ce manuscrit appartient à Mr Duchemin, conseiller au bailliage du Havre. » Il s’agit là, sans aucun doute possible, de Louis-Charles Duchemin (1738-1784), qui fut par ailleurs avocat au Parlement de Paris. Coïncidence, il était apparenté par sa belle-sœur à Jean-Baptiste Le Tellier42 que nous avons déjà rencontré comme propriétaire du manuscrit Laignel de L’Ormerie à la fin du XVIIIe siècle.

  • 43 Jean-Baptiste Lecomte (abbé), Messire de Clieu. Les églises et le clergé de la ville du Havre de G (...)
  • 44 AMH, BB 21, causes ordinaires et délibérations, 1730-1733, 23 novembre 1730.
  • 45 AMH, BB 43, causes ordinaires et délibérations, 1698-1699, 1er février 1698.

366. Le sixième groupe rassemble les écrits singuliers de l’abbé Pierre Biot. Nous savons peu de choses de cet humble personnage. Fils de Jacques Biot et de Marie Leroux, il naît au Havre en 1661, perd son père en 1664, entre au séminaire et devient prêtre choriste à Notre-Dame en 1686 avant de se retirer à Saint-François en 169743. C’est en 1698 qu’il succède à son cousin Jacques Biot (1661-1697), récemment décédé, à la charge officielle de gardien des horloges de la ville, charge qui consiste aussi à « sonner la retraite des bourgeois et habitants » lors de la fermeture quotidienne des portes44 Il l’exerça scrupuleusement jusqu’en 1730, date à laquelle il lui fallut y renoncer en raison de son âge et de ses infirmités45.

  • 46 Anne-Louise Osmond, née en 1755, fille de Guillaume-Jean Osmond, sergent de l’amirauté et du greni (...)
  • 47 Jean-Baptiste Lecomte, op. cit. Une note manuscrite autographe de cet abbé, datée de 1860, est gli (...)
  • 48 « Extrait en forme de remarques compilées par M. Biot, prêtre de la paroisse de Saint-François, to (...)

37M. Dominique Toussaint nous a communiqué un manuscrit qu’il a depuis donné à la bibliothèque municipale du Havre, intitulé Extrait en forme de remarques compileez par M. Biot, prestre de la paroisse de Saint-François, touchant la ville du Havre de Grâce, dont la première page porte ce titre simplifié : Remarques sur la ville du Havre de Grâce. Voici ce que précisent les dernières lignes : « Achevé ceci sur l’original qu’avoit fait le sieur Biot prestre, décédé en 1731, qui a gouverné jusqu’à son décès les horloges de Notre-Dame, Saint-François, et les montres du Perrey et porte d’Ingouville [...] Ce 1er mars 1732. » Ce manuscrit Toussaint est donc une copie réalisée en 1732 d’un texte original composé par l’abbé Biot entre 1727 et 1731, comme le montre sans ambiguïté son analyse interne. Quant aux nombreux ex-libris et mentions diverses qu’il présente, ils ne nous permettent malheureusement pas d’identifier ce copiste manifestement proche de l’auteur, mais ils livrent suffisamment d’indices pour esquisser une brève histoire de ce manuscrit. Ils nous apprennent en effet que celui-ci a appartenu à une certaine Anne-Louise Osmond46 qui l’a légué à sa nièce maternelle Suzanne-Antoinette-Sophie Pégot-dit-Gaye (1778-1840). Il semble ensuite être entré en la possession du curé de Notre-Dame, Jean-Baptiste Bénard (1794-1873), qui exerça jusqu’en 1868, probablement par voie de don ou de legs à la fabrique. L’abbé Bénard le communique vers 1860 à l’érudit Jean-Baptiste Lecomte (1819-1880), vicaire à Saint-François, membre de la Société havraise d’études diverses et historien ecclésiastique47 qui l’intègre à sa collection. C’est ainsi qu’Alexis-Guislain Lemale y fait référence cette même année 1860 dans son ouvrage intitulé Le Havre sous les ducs de Saint-Aignan. La mort du prêtre, en 1880, conduit le manuscrit dans la collection de l’avocat Victor-Armand Toussaint (1813-1899), dans la famille duquel il restera jusqu’à nos jours. Le texte fut partiellement publié par l’abbé Albert Tougard en 190548. Notons enfin au passage que la couverture du manuscrit est un parchemin du début du XVIIe siècle tiré des archives de la paroisse de Saint-François.

  • 49 Paul Hélot (1901-1964), adjoint au maire de Rouen chargé des beaux-arts de 1940 à 1944, membre de (...)
  • 50 Une nouvelle version du manuscrit de l’abbé Biot « Remarques sur la ville du Havre de Grâce », man (...)

38Les érudits et bibliothécaires havrais crurent longtemps que ce manuscrit était unique en son genre jusqu’à ce que le docteur Paul Hélot49 en découvre par hasard un autre exemplaire chez un ferrailleur de Rouen en 1960. Selon la description qu’en fit l’érudit havrais Georges Priem au cours d’une conférence donnée pour la Société havraise d’études diverses la même année50 ce manuscrit Hélot porte le même titre et son contenu est exactement semblable à celui que nous connaissons. Cependant la qualité générale de la copie apparaît plus médiocre et la langue est qualifiée de corrompue.

39En quoi le travail de l’abbé Biot est-il singulier, selon notre propre expression ? Bien que construit sur la même trame chronologique que le manuscrit Laignel, la première partie du texte, manifestement rédigée en 1727, présente de notables différences jusqu’aux années 1660, tandis que la deuxième partie, composée en 1731, évolue vers une copie intégrale et littérale de son modèle avec quelques rares ajouts personnels. Ni simple copie à proprement parler, ni création intellectuelle autonome, il s’agit à nos yeux davantage d’une variante du texte original dont la composition a vraisemblablement été facilitée par sa proximité sociologique et religieuse avec les Laignel, Le Véziel et Gasquerel comme nous le verrons par la suite. La mort de l’abbé Pierre Biot au début de l’année 1731 expliquerait néanmoins qu’il ait pu ignorer les travaux en cours de Jean Laignel de L’Ormerie et ceux de François Le Véziel, puisque ceux-ci ne furent achevés respectivement qu’en 1733 et en 1734.

40À cette étape de l’enquête, quelques questions demeurent. Ces conditions d’écriture et de réécriture apparemment si singulières et ces échanges intellectuels si fertiles pourraient-ils être les indices d’une sorte d’atelier d’écriture collective ? Qui sont ces personnages, quelles positions sociales occupent-ils et quelles relations entretiennent-ils entre eux ?

Un atelier d’écriture original

41Il est en effet temps de dire quelques mots sur les quatre principaux auteurs que sont Jean Laignel, Jean Laignel de L’Ormerie, Jean Gasquerel et François Le Véziel. Que savons-nous de ces personnages ? Humbles citoyens du Havre, ces hommes ne sont connus que par les traces, fort ténues et partielles, qu’ils ont laissées dans les archives de la ville.

Jean Laignel

  • 51 AMH, GG 244, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1738. Il était décédé la veille.
  • 52 Charles-Jérôme Tesnier fils (1695-1747), bourgeois et clerc-sergent de la ville, auteur d’un préci (...)

42Jean Laignel est né au Havre le 28 octobre 1668 du mariage célébré en 1660 entre Jean Laignel (1634-1674), boulanger au Havre, et Charlotte Tanquereul. Installé comme mercier, il est désigné comme maître de sa corporation dans son acte d’inhumation dans l’église Saint-François, dont il était marguillier, le 10 septembre 173851. Il avait épousé en 1691 Marie Deschamps, une alliance avec les familles Rouzée, Tesnier, Décultot et Sery qui l’introduisit dans la petite bourgeoisie de la boutique et de la robe. C’est ainsi que, par son épouse, les Laignel ont pour cousins éloignés les passeurs de la mémoire Guillaume-Antoine Sery, déjà évoqué, et Charles-Jérôme Tesnier52 ainsi qu’un certain François Le Véziel qui présente la particularité d’être l’exact contemporain de Jean Laignel.

  • 53 ADSM, 18 BP 90, vicomté du Havre, tutelles, émancipations et curatelles, 29 mai 1676.
  • 54 Terrier du Havre, minutes des déclarations, 1757-1762 (AMH, CC 45, no 886 et CC 56).
  • 55 AMH, tables décennales des inhumations, Notre-Dame, 1669-1699.

43Les archives de la vicomté du Havre concernant les tutelles, émancipations et curatelles montrent enfin que le père de l’avocat Jean Gasquerel fut nommément désigné en 1676 pour figurer dans le conseil de la famille Laignel, lorsqu’il s’agit de désigner un tuteur pour Jean et ses sœurs, devenus orphelins de père et mère53 De même, en 1731, les sœurs et le fils de Laignel, Françoise, Marie-Laurence et Jean, figurent dans la succession du frère de Jean Gasquerel désigné comme « leur cousin54 ». Enfin, lorsque sa fille Marguerite est inhumée à Notre-Dame, le 9 septembre 1692, Jean Gasquerel est l’un des deux témoins de ce triste évènement55.

  • 56 Élections, 1707-1710 (AMH, BB 85, f° 31).

44Dernière information livrée par les archives à propos de Jean Laignel : il est élu bourgeois notable dans le quatrième quartier du Havre le 29 décembre 1707 pour toute l’année 170856. Jean Laignel fait donc partie de cette petite bourgeoisie havraise qui profitera de l’essor économique sans précédent du Havre dans le premier tiers du XVIIIe siècle pour se hisser socialement. Fils de boulanger, maître d’une des corporations artisanales les mieux considérées et les mieux placées pour profiter de l’accroissement des échanges maritimes, il s’allie à des marchands (Rouzée et Deschamps), à de petits robins (Tesnier), à des capitaines (Brocques) et à de futurs négociants (Sery).

Jean Laignel de L’Ormerie

  • 57 Il fut baptisé le 11 août ; baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1693 (AMH, GG 61).
  • 58 Lorsqu’il évoque l’ouverture de l’école d’hydrographie en 1681.
  • 59 Amirauté du Havre (ADSM, 216 BP 388, 17 mars 1717). L’acte de réception est publié en annexe. Il s (...)
  • 60 AMH, GG 259, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1753 (le 11 septembre).
  • 61 AMH, GG 263, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1757. Il est mort l’avant-veille.
  • 62 Charles de Beaurepaire, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, 2 vol. , Pari (...)

45Né le 9 août 169357, son fils, Jean Laignel de L’Ormerie, poursuit cette stratégie d’ascension sociale en épousant Marie-Françoise Delacroix, fille d’un marchand et apparentée à la dynastie des Houssaye, tous liés au monde portuaire. Il suit les traces de son père comme bourgeois du Havre et marguillier à Saint-François, mais sortira de la boutique pour se faire capitaine de navire et pilote. C’est lui-même qui l’affirme dans son manuscrit58 : « L’auteur s’est fait recevoir capitaine et pilote le 17e mars 1717 par Monsieur Dubocage, suivant sa lettre de récéption de l’amirauté du Havre ; et j’ay aussy aprins l’hidrograffie sous le dit sieur Georges Boissaye sieur Du Bocage en se temps là, hidrograffe du roy, entretenu en ce port du Havre de Grâce. » Une information que confirment les archives de l’amirauté du Havre59 Nous ignorons tout du reste de sa vie, hormis qu’il eut trois enfants dont deux moururent en bas âge. La survivante, Marie-Françoise, née en 1740, épousera en 1779 Pierre-Toussaint Boullenger, procureur du roi au bailliage de Montivilliers et avocat, issu d’une dynastie de marchands merciers bourgeois du Havre. Son épouse meurt en 175360 et il la suit dans la tombe le 16 janvier 175761 à l’âge de 64 ans. Ultime question : pourquoi ce nom de L’Ormerie qu’il arbore dès 1717 ? Comme nombre de bourgeois commençant à s’enrichir, il rêvait d’une notabilité à particule sans toutefois pouvoir prétendre à l’anoblissement. Il a vraisemblablement accolé à son patronyme le nom d’une terre ou d’une ferme achetée dans l’arrière-pays, soit à Criquetot-L’Esneval, soit à Rolleville où existent des hameaux de ce nom62

Jean Gasquerel

  • 63 AMH, GG 74, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1707 (le 2 février).
  • 64 AMH, BB 87, élections, 1714-1721, séance du 28 décembre 1717, fos 21 v° à 22 v°.
  • 65 AMH, GG 87, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1719 ; et AMH, fonds Hôpital, série E, c (...)
  • 66 ADSM, 18 BP 84, vicomté du Havre, tutelles, émancipations et curatelles, 30 août 1719.
  • 67 Ce plan a été acquis par la bibliothèque municipale du Havre en février 2009.

46Jean Gasquerel est né le 15 août 1672 au Havre, fils de Jean Gasquerel, très probablement avocat, et de Jeanne Plainpel. Il est, par sa mère, apparenté à une vieille famille anoblie de notables havrais ainsi qu’aux Martonne, nobles de robe depuis plusieurs générations. Il épouse en 170763 Marie-Anne Bailleul, fille de l’avocat Nicolas Bailleul et sœur de l’avocat du même nom ; sa mère était une demoiselle Hacquet, héritière d’une des plus anciennes familles de la bourgeoisie de robe havraise. Les oncles et frères de Jean sont capitaines de navires ou prêtres. Avocat lui-même, il fut par ailleurs élu administrateur de l’hôpital en 1717 pour trois ans à compter du 1er janvier 171864, mais la mort le faucha brutalement avant l’achèvement de son mandat. En effet, tombé gravement malade le 14 août 1719, il sera inhumé dans l’église Notre-Dame à peine huit jours plus tard65 Nous avons vu que les Laignel avaient bénéficié à deux reprises de l’aide de leurs cousins Gasquerel dans des conseils de famille. La réciproque est tout aussi vraie. Ainsi, lorsque Jean Gasquerel laisse après son décès trop précoce un jeune garçon âgé de 10 ans prénommé Jean-Nicolas, Jean Laignel figure dans le conseil de famille chargé de statuer sur le sort de l’orphelin aux côtés des frères et beaux-frères du défunt. Il est officiellement qualifié à cette occasion de « cousin du mineur66 ». Notons enfin que Jean Gasquerel est l’auteur d’un magnifique plan en couleurs totalement inédit et reproduit dans cet ouvrage. Daté de 1695, celui-ci comprend aussi un dessin représentant le bombardement du Havre par la flotte anglo-hollandaise en 1694, scène vue du cap de La Hève67

François Le Véziel

  • 68 AMH, GG 39, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1668.
  • 69 AMH, BB 11, causes de l’hôtel de ville, 1683 (le 2 janvier).
  • 70 François Le Véziel (1600-1685) fut régent du collège de 1648 à 1673. Voir Albert Anthiaume, Le Col (...)
  • 71 AMH, HH 39, cordonniers, 1683-1790. Voir les années 1708, 1712, 1718 et 1723.
  • 72 AMH, GG 69, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1702 (le 5 septembre).
  • 73 AMH, tables décennales des inhumations, Saint-François, 1615-1792.
  • 74 AMH, fonds de l’église Notre-Dame, Charité Notre-Dame, registres des membres en 1703, 1706 et 1708 (...)
  • 75 AMH, fonds de l’église Notre-Dame, Charité Saint-Sébastien, registre des membres en 1702, 4 Z 20.

47Né le 17 janvier 166868, François Le Véziel, lointain cousin des Laignel et des Gasquerel, est le fils aîné du bourgeois et maître de la corporation des cordonniers du Havre Adrien Le Véziel69 (vers 1639-1712). Son grand-oncle François était vicaire et prêtre choriste à Notre-Dame. Cet homonyme avait laissé un si vif souvenir dans la mémoire de ses contemporains de par les fonctions de régent du collège du Havre qu’il avait longtemps exercées70 que la confusion entre les deux individus a été souvent opérée, comme en témoigne une mention sur la première page du manuscrit Millot. Ce personnage prendra la suite de son père comme cordonnier puis maître cordonnier dès 170771. Il épouse en 170272 Anne-Toinette Décultot, héritière d’une dynastie de marchands et artisans, tandis que son frère Adrien s’établit comme marchand à Honfleur. François Le Véziel décède à l’âge de 70 ans et est inhumé le 3 mars 173873 dans l’église Saint-François, dont il était le marguillier et le trésorier, tout comme l’étaient les Laignel. Cette proximité dans les activités paroissiales et religieuses dénote une fréquentation commune des mêmes milieux sociaux, familiaux et intellectuels que les Laignel et Jean Gasquerel. Les archives des charités religieuses montrent en outre que ce dernier fut membre de la Charité Notre-Dame en compagnie de l’abbé Pierre Biot, au moins de 1703 à 170874, et qu’il côtoya Adrien Le Véziel, le père de François, au sein de la Charité Saint-Sébastien75 Jean Laignel, Jean Laignel de L’Ormerie, Jean Gasquerel, François Le Véziel et Pierre Biot se connaissaient donc à plus d’un titre, se fréquentaient tant dans leur vie publique que dans leur vie privée et étaient tous issus de la petite bourgeoisie havraise. Comment dans ces conditions a été conçue, rédigée puis diffusée cette histoire du Havre ? Peut-on parler de réalisation collective, voire d’atelier d’écriture ? Quelles hypothèses pour quel scénario ?

48Le manuscrit Laignel, par sa langue, son archaïsme, ses défauts et l’usage constant de la première personne du singulier, est sans conteste le manuscrit de première génération d’où proviennent tous les autres. Achevé en 1711, ce manuscrit circule alors anonymement dans un cercle restreint grâce à l’avocat Jean Gasquerel, qui en détient une copie par ses liens privilégiés avec l’auteur. Plusieurs copies en sont tirées au cours du XVIIIe siècle sur la base d’une version améliorée de cette première génération, ce qui explique que tous soient organisés sur le même plan général.

49La mort de Jean Gasquerel en 1719 coïncide avec la date de reprise du manuscrit de seconde génération, tout aussi original que le premier et rédigé vers 1728-1733 par Jean Laignel de L’Ormerie, fils de Jean Laignel et marguillier à Saint-François. Cet homme est incontestablement l’auteur de cette deuxième version du manuscrit modernisée, corrigée et illustrée de plans en couleurs tracés de sa main et explicitement signés. Or celui-ci déclare, en reprenant le travail de son prédécesseur, qu’il va relater « ce qui s’est passé de plus remarquable du temps de [son] père et du [sien] jusqu’aujourd’huy ». Et, comme l’auteur du manuscrit Laignel avait bien précisé que c’était lui qui avait choisi cette forme de relation, tout porte à croire que Jean Laignel de L’Ormerie a repris, corrigé, complété et continué l’œuvre de son père jusqu’à sa propre époque en 1733. Et ce d’autant plus facilement que les recherches généalogiques ont montré que ce dernier était encore en vie à cette époque, qu’il portait lui-même le nom de Jean Laignel, qu’il était maître mercier au Havre et marguillier à Saint-François et, enfin, que ses dates de vie sont exactement les mêmes que celles de François Le Véziel.

  • 76 AMH, II 23, f° 320 entre autres. Les autres incidentes seront signalées en note dans le corps du t (...)

50C’est ce même François Le Véziel qui est l’auteur d’un manuscrit de l’histoire du Havre, fidèle copie du manuscrit Laignel datée de 1733-1734, auquel il a ajouté quelques compléments avec la reproduction d’une partie de ses plans. N’écrit-il pas à plusieurs reprises qu’il se fonde sur un « extrait particulier d’un autre mémoire sur le Havre, écrit en 171276 » ? Cette hypothèse d’une élaboration par le mercier Jean Laignel jusqu’à fin 1711, puis d’une première copie et d’une diffusion par son cousin Jean Gasquerel dès 1712, puis d’une copie de seconde génération reprise, corrigée et complétée par son fils Jean Laignel de L’Ormerie entre 1724 et 1733, copiée à nouveau et complétée par Pierre Biot en 1727-1731 et par François Le Véziel en 1733-1734, expliquerait qu’un état intermédiaire du manuscrit ait pu être mis en circulation dès 1712, puis ait été copié tout au long du XVIIIe siècle et jusqu’aux premières années du XIXe siècle, sans que quiconque ait su ou pu l’authentifier. Dès 1740, pour l’historien de la Normandie dom Duplessis, puis, vers 1750-1753, pour Michel-Joseph Dubocage de Bléville, et enfin, en 1767-1768, pour les échevins de la ville du Havre, le manuscrit a été diffusé dans l’état primitif et personne n’a été pour lors en capacité d’en identifier l’auteur, un humble mercier.

51Ultimes arguments pour valider l’hypothèse d’une première rédaction par Laignel père, reprise par son fils : le manuscrit paternel est rédigé dans une syntaxe laborieuse et truffée de « normandismes » dont la prononciation est parfois rendue de façon phonétique ; les fautes d’orthographe et de grammaire abondent et la graphie est malhabile, difficile, hachée... Tout d’abord, aucun copiste, si médiocre soit-il, n’aurait réalisé un tel travail à partir d’un original rédigé en bon langage, ce qui plaide pour son caractère premier. Ensuite, tous ces indices vont manifestement dans le sens d’une rédaction non seulement par des non professionnels de l’écriture, quoique bien documentés, mais encore par des individus porteurs d’une culture populaire spécifiquement locale. Ceux-là pourraient fort bien être des boutiquiers havrais à la formation littéraire très sommaire. Enfin, compte tenu de l’état linguistique et calligraphique de ce manuscrit, seul un fils respectueux issu du même milieu et porteur de la même culture aurait pu le prendre au sérieux. Toute autre personne, et d’autant plus si elle eût été plus instruite, aurait tout simplement disqualifié ce texte au premier regard.

52Enfin, s’il était encore besoin de valider un peu plus l’hypothèse d’un atelier collectif qui aurait repris à son compte un deuxième état du manuscrit après qu’il fut issu de l’esprit de Jean Laignel, on pourrait simplement souligner cette étrange coïncidence : le titre des deux manuscrits Laignel de L’Ormerie indique explicitement que les « Antiquitez » du Havre sont « recherchées et recueillies de plusieurs personnes » ; celui du manuscrit Le Véziel no 2 évoque clairement une histoire du Havre « recherchée avec soin de plusieurs personnes curieuses » ; et enfin la variante de l’abbé Biot parle de « remarques compilées ». Saurons-nous un jour le fin mot de cette énigme ?

Conclusion

53Une histoire urbaine d’une ville portuaire écrite par un marchand mercier, continuée par un capitaine de navire et propagée par un petit avocat, un cordonnier et un abbé sonneur de cloches et gardien des horloges publiques, voilà qui n’est certes pas banal au début du XVIIIe siècle ; surtout lorsque l’on se souvient que ce même texte servira de preuve à la ville dès 1767-1768 – soit seulement trente ans après la mort de son premier auteur et dix ans après celle de son second – pour faire valoir ses droits de propriété sur l’hôtel de ville au nom d’une fiabilité admise par tous sans même en connaître les auteurs ; et surtout, enfin, si l’on se rappelle que Michel-Joseph Dubocage de Bléville lui-même, grand négociant et maire-échevin, s’était appuyé sur ce texte dans les mêmes circonstances quatorze ans auparavant pour constituer son dossier d’anoblissement.

  • 77 Lorsqu’il rédige l’Histoire de [sa] vie, à partir de 1859, le jeune Amandus Roessler, consulte enc (...)

54Il reste que tous ces hommes ont non seulement œuvré de concert pour passer la mémoire havraise aux générations futures, mais aussi que ce travail a irrigué l’érudition et l’histoire de la ville pendant plus d’un siècle, jusqu’au début des années 1820, voire jusqu’aux années 1860, comme le montrent l’intérêt manifesté à son égard par Michel-Joseph Dubocage de Bléville fils, l’abbé Pleuvry, Marie Le Masson Le Golft et son père Jean Le Masson, Jean-Baptiste-Denis Lesueur, Guillaume-Antoine Sery, Jacques-Augustin Gaillard, l’abbé Lecomte et l’érudit Alexis-Guislain Lemale, ou encore les écrits d’Amandus Roessler77.

55La présente édition a pour modeste ambition de restituer aux Havrais cette histoire écrite à la fin du règne de Louis XIV avec toutes ses continuations et versions. Dans la fraîcheur de la langue originale et populaire de Jean Laignel, c’est toute la ville, son port, ses remparts, ses constructions et destructions, ses agrandissements et rétrécissements, ses heurs et malheurs qui défilent sous nos yeux pendant trois siècles, le tout illustré de magnifiques plans originaux et totalement inédits.

Notes

1 H. Chabannes, Les Passeurs de la mémoire havraise : mémoire, identité et histoire au Havre des origines à 1833, mémoire de DEA d’histoire moderne sous la dir. d’É. Wauters, université du Havre, 2004.

2 P. Manneville, Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790. Édition du manuscrit Annales depuis 1778 de Marie Le Masson Le Golft, Rouen, Société d’histoire de Normandie, 1999.

3 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard. Une histoire du Havre et des Havrais écrite de 1810 à 1824, Rouen, PTC, 2006.

4 M.-J. Dubocage de Bléville fils (1707-1756) publie au Havre en 1753 chez P. J. D. G. Faure son Mémoire sur le port, la navigation et le commerce du Havre de Grâce.

5 L’abbé J.-O. Pleuvry (ou Pleuvery, Pleuvri, 1717-1788) publie chez Chenaut à Paris en 1765 son Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre. Une seconde édition revue et augmentée est publiée en 1769. La troisième et dernière, de médiocre qualité, date de 1796.

6 BMH, ms. 529, Pièces relatives à la famille Dubocage de Bléville. Il sera bel et bien anobli.

7 BMH, ms. 356.

8 Délibérations du 24 décembre 1766 au 10 mai 1768, fos 74 v°-76 (AMH, BB 69).

9 En 1694 et en 1759.

10 Lors de l’occupation de la ville en 1562-1563.

11 Délibérations du 24 décembre 1766 au 10 mai 1768, fos 74v°-76 (AMH, BB 69).

12 Toussaint Duplessis, Description géographique et historique de la Haute Normandie, divisée en deux parties ; dont la première comprend le pays de Caux ; & la seconde le Vexin, Paris, Nyon, Didot, Giffart, 1740.

13 T. Duplessis, op. cit., vol. I, chap. « Seizième Siècle », § 183 à 206.

14 Le Portrait de la ville et citadelle du Havre de Grâce avec les avantages de son port et de ses rades présenté à monseigneur le duc de Saint-Aignan son gouverneur, [Le Havre], 1667 (BMH, ms. 361).

15 Cette source sera ci-après désignée manuscrit Laignel (BMM, ms. 21).

16 Ci-après désigné manuscrit Laignel de L’Ormerie (BMH, ms. 458).

17 Le Tellier, Recherches historiques sur la ville d’Harfleur, s. l, 1786 (BMM, Ms 8).

18 ms. Laignel de L’Ormerie no 2 (BMH, ms. 457).

19 ms. Gasquerel no 1 (BMH, ms. 457) ; ms. Gasquerel no 2 (BMH, ms. 456).

20 ms. Dicquemare (BMR, ms. Y221).

21 Papiers Le Masson Le Golft, dossier no 1 (BMR, ms. G16).

22 Sous la cote F 73 selon Joachim Darsel, dans L’Amirauté en Normandie : tome IV. Amirauté du Havre - Harfleur (deuxième partie), Annales de Normandie, Caen, mars 1971, p. 31, η. 153.

23 Il le fut de 1800 à 1821. Négociant, il figure par ailleurs parmi les passeurs de la mémoire havraise par son recueil de mélanges intitulé Spicilège ou Farrago (AMH, BAGF 5900) rédigé de 1779 à sa mort en 1836 à l’imitation de l’échevin Guillaume Morel (1619-1696) dont il avait acquis le manuscrit en 1779.

24 AMH, II 23, fos 314 à 424 (sauf 373-375)-

25 Ses Mémoires d’échevinage et de marguillage, rédigés dans les années 1750 ainsi que son livre de raison le font figurer en bonne place parmi les passeurs de la mémoire havraise.

26 M. Dominique Toussaint vient d’en faire don à la bibliothèque municipale, où il est conservé sous la cote ms. 1218.

27 ms. Lesueur (AMH, II 27).

28 Voir H. Chabannes, Le Rêve brisé de Jean-Baptiste Denis Lesueur : un bourgeois havrais des Lumières dans la tourmente révolutionnaire (1750-1819), Luneray, Bertout, 2004, p. 130-134. Une lettre de A.-E. Borély, archiviste, adressée au maire en 1879, signale le don de ce manuscrit « calligraphié et orné » par Charles Pélot que nous savons être un descendant de J.-B.-D. Lesueur (AMH, fonds contemporain, D3.2.12).

29 BMR, ms. G16, dossier 3.

30 ms. Le Masson (BMH, ms. 358).

31 ms. Le Masson (BMH, ms. 358, p. 105, année 1711).

32 BMR, ms. Y45.

33 Annales depuis 1778 par l’auteur du Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre, pour servir de suite à cet ouvrage. 1778-1790, BMR ms. Y45, et Philippe Manneville, op. cit.

34 Entretiens sur le Havre, Le Havre, s. n., 1781 (BMH, N 1352).

35 ms. Marine, conservé au service historique de la Défense à Vincennes, département de la Marine, sous la cote ms. 107.

36 ms. Dubocage de Bléville, BMH, ms. 356.

37 ms. Dumont, BMM, Ms 6. Il provient de la collection du libraire et bibliothécaire montivillon, Ernest Dumont (1847-1919).

38 AMH, II 23, dans le registre « Archives du Havre » déjà cité pour contenir le manuscrit Le Véziel.

39 ms. Dorion, BMM, ms. 7.

40 ms. Lescan, BMH, ms. 357.

41 AMH, dossier biographique Lescan, B 9.

42 AMH, BMI, ND, 1768. Le 23 janvier, Gabriel-Robert Duchemin, frère de Louis-Charles, épouse une demoiselle Le Vavasseur qui est la sœur de l’épouse de Jean-Baptiste Le Tellier.

43 Jean-Baptiste Lecomte (abbé), Messire de Clieu. Les églises et le clergé de la ville du Havre de Grâce (1516-1851), Le Havre, 1851, p. 128-129 et 231 ; et Albert Anthiaume (abbé), Le Collège du Havre, contribution à l’histoire de l’enseignement secondaire en France et particulièrement au Havre, Le Havre, 1905, t. I, p. 323-324.

44 AMH, BB 21, causes ordinaires et délibérations, 1730-1733, 23 novembre 1730.

45 AMH, BB 43, causes ordinaires et délibérations, 1698-1699, 1er février 1698.

46 Anne-Louise Osmond, née en 1755, fille de Guillaume-Jean Osmond, sergent de l’amirauté et du grenier à sel puis huissier au bailliage du Havre.

47 Jean-Baptiste Lecomte, op. cit. Une note manuscrite autographe de cet abbé, datée de 1860, est glissée dans le manuscrit.

48 « Extrait en forme de remarques compilées par M. Biot, prêtre de la paroisse de Saint-François, touchant la ville du Havre de Grâce », dans Mélanges de la Société de l’histoire de Normandie, année 1905, p. 352-382. Contrairement à ce qu’affirme dans cet article l’abbé Tougard, sur la foi d’une interprétation quelque peu audacieuse des ultimes lignes du manuscrit, ces Remarques compilées ne furent pas « continuées et achevées par Pierre Paul Vieillard ». La comparaison faite avec sa signature autographe portée en 1734 sur l’acte de vente d’une maison lui appartenant (AMH, fonds de l’église Notre-Dame, 4Z54) le démontre en effet aisément. Ce Pierre-Paul Vieillard (1694-1748) ne fut que le successeur de l’abbé Biot à la charge des cloches et horloges de la ville.

49 Paul Hélot (1901-1964), adjoint au maire de Rouen chargé des beaux-arts de 1940 à 1944, membre de la Société des amis des monuments rouennais et de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, était connu comme bibliophile et féru d’histoire locale.

50 Une nouvelle version du manuscrit de l’abbé Biot « Remarques sur la ville du Havre de Grâce », manuscrit, 15 octobre 1960 (ADSM, fonds Georges-Priem, 17 F 8).

51 AMH, GG 244, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1738. Il était décédé la veille.

52 Charles-Jérôme Tesnier fils (1695-1747), bourgeois et clerc-sergent de la ville, auteur d’un précieux Journal professionnel tenu de 1717 à 1728 (BMH, ms. 705).

53 ADSM, 18 BP 90, vicomté du Havre, tutelles, émancipations et curatelles, 29 mai 1676.

54 Terrier du Havre, minutes des déclarations, 1757-1762 (AMH, CC 45, no 886 et CC 56).

55 AMH, tables décennales des inhumations, Notre-Dame, 1669-1699.

56 Élections, 1707-1710 (AMH, BB 85, f° 31).

57 Il fut baptisé le 11 août ; baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1693 (AMH, GG 61).

58 Lorsqu’il évoque l’ouverture de l’école d’hydrographie en 1681.

59 Amirauté du Havre (ADSM, 216 BP 388, 17 mars 1717). L’acte de réception est publié en annexe. Il signe « Laignel de L’Ourmerie ». Le sieur Georges Boissaye Dubocage dont il est ici question est l’aïeul déjà cité de Michel-Joseph Dubocage de Bléville, qui décédera peu de temps après.

60 AMH, GG 259, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1753 (le 11 septembre).

61 AMH, GG 263, baptêmes, mariages, inhumations à Saint-François, 1757. Il est mort l’avant-veille.

62 Charles de Beaurepaire, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, 2 vol. , Paris, Bibliothèque nationale, 1982-1984.

63 AMH, GG 74, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1707 (le 2 février).

64 AMH, BB 87, élections, 1714-1721, séance du 28 décembre 1717, fos 21 v° à 22 v°.

65 AMH, GG 87, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1719 ; et AMH, fonds Hôpital, série E, carton 2, délibérations du bureau de 1’hôpital général, 1718-1723.

66 ADSM, 18 BP 84, vicomté du Havre, tutelles, émancipations et curatelles, 30 août 1719.

67 Ce plan a été acquis par la bibliothèque municipale du Havre en février 2009.

68 AMH, GG 39, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1668.

69 AMH, BB 11, causes de l’hôtel de ville, 1683 (le 2 janvier).

70 François Le Véziel (1600-1685) fut régent du collège de 1648 à 1673. Voir Albert Anthiaume, Le Collège du Havre, op. cit., p. 56-57, p. 98 et p. 278-279.

71 AMH, HH 39, cordonniers, 1683-1790. Voir les années 1708, 1712, 1718 et 1723.

72 AMH, GG 69, baptêmes, mariages, inhumations à Notre-Dame, 1702 (le 5 septembre).

73 AMH, tables décennales des inhumations, Saint-François, 1615-1792.

74 AMH, fonds de l’église Notre-Dame, Charité Notre-Dame, registres des membres en 1703, 1706 et 1708, 4 Z 32 à 34.

75 AMH, fonds de l’église Notre-Dame, Charité Saint-Sébastien, registre des membres en 1702, 4 Z 20.

76 AMH, II 23, f° 320 entre autres. Les autres incidentes seront signalées en note dans le corps du texte transcrit.

77 Lorsqu’il rédige l’Histoire de [sa] vie, à partir de 1859, le jeune Amandus Roessler, consulte encore le ms. Laignel pour étayer ses recherches et les observations réalisées sur le terrain (BMH, ms. 711).

Table des illustrations

Légende Figure no 1 – Histoire du Havre de Grace, manuscrit Lesueur, 1730.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search