Version classiqueVersion mobile

Antiquitez du Havre de Grâce

 | 
Jean Laignel

Préface

Eric Saunier et Éric Wauters

Texte intégral

  • 1 H. Chabannes, Le Rêve brisé de Jean-Baptiste-Denis Lesueur : un bourgeois havrais des Lumières dan (...)
  • 2 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard, Rouen, PTC, 2006.
  • 3 F. Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d’une image régionale en France, (...)

1 Les Antiquitez du Havre de Grâce, longtemps connues sous le nom de Mémoire du Havre, sont sans doute l’un des textes relatifs au Havre qui ont le plus influencé les hommes qui tentèrent d’écrire l’histoire de cette ville entre le règne de Louis XV et le mitan du XIXe siècle. Recopié par presque tous les mémorialistes et par nombre d’annalistes, connu des élites au point d’être utilisé lorsqu’il s’agissait de faire aboutir une demande auprès de l’échevinat, il méritait, pour cela, une publication dans la collection Histoire & Patrimoines. Après la publication des ouvrages consacrés à Jean-Baptiste-Denis Lesueur1 le père du célèbre naturaliste et propriétaire d’une Histoire du Havre de Grâce qui devait lui servir de source pour un projet d’histoire de la Normandie maritime jamais abouti, et aux manuscrits de Jacques-Augustin Gaillard2 cette publication donne aussi l’occasion de présenter le travail engagé par Hervé Chabannes sur la construction de la mémoire havraise dans le cadre de la thèse d’histoire sociale et culturelle qu’il mène à l’université du Havre. Fondée sur l’étude de pratiques d’écriture resituées dans le contexte de leur production sociétale, cette étude, qui s’appuie sur l’exploitation d’une soixantaine de manuscrits écrits entre le XVIe siècle et le milieu des années 1830, permettra, à coup sûr, de compléter heureusement la réflexion de François Guillet sur la production du savoir historique dans les villes normandes3 Parmi ces écrits figurent au premier rang ces Antiquitez, dont Dominique Rouet a assuré le long travail d’établissement du texte. Écrit par un quatuor formant l’un de ces « ateliers d’écriture » que révèle la minutieuse recherche d’Hervé Chabannes, le texte présente cependant deux originalités qui, ajoutées à l’audience exceptionnelle dont il bénéficia sur l’ensemble des histoires havraises qui suivront, justifient davantage encore sa sélection parmi cet ensemble de textes du XVIIIe siècle.

2La première réside dans l’identité sociale des auteurs. À l’exception de l’avocat Jean Gasquerel, longtemps tenu pour unique auteur des Antiquitez, ils n’appartiennent pas, malgré une position confortable au sein du monde des métiers, au milieu habituel des intellectuels qui s’intéressèrent à l’histoire de leur ville : un cordonnier, François Le Véziel, un mercier, Jean Laignel, et son fils Jean Laignel de L’Ormerie qui, capitaine de navire marchand et pilote du port, fut celui qui compléta le manuscrit par une évocation de l’installation en son gouvernement du duc de Saint-Aignan (1728), puis de celle de Charles-Marie de Quélen à la cure d’Ingouville (1733). Hommes pieux, membres de confréries dont le dynamisme suppléait au faible encadrement paroissial, ils sont des Havrais ordinaires, appartenant à cette petite bourgeoisie urbaine plus proche du vitrier Jacques-Louis Ménétra que de l’élite des offices royaux qui, dans les villes moyennes, fournirent le gros des troupes de la république des lettres. Ce constat permet de souligner la nécessité de réviser la réputation de médiocrité culturelle dont on affuble cette ville dépourvue de dispositif éducatif et présentant une sociologie peu favorable au développement du savoir, où pourtant, comme l’ont montré des travaux récents, les pratiques de lecture soulignent un net rattrapage au cours du siècle.

3Outre sa capacité à révéler l’existence d’un milieu original de lettrés injustement sous-estimé, l’intérêt particulier du texte du quatuor réside cependant dans la date de son écriture. Écrit en 1711, durant la triste fin de règne de Louis XIV, les Antiquitez témoignent en effet de l’état d’esprit des Havrais pendant ce moment charnière que constitue le demi-siècle qui sépare la fin du XVIIe siècle des années 1740, pendant lesquelles s’amorce le miracle économique qui conduisit cette ville à devenir le troisième port colonial à la veille de la Révolution. Cet « entre deux » commence vingt ans auparavant, dans le fracas du tremblement de terre et des bombes anglaises qui affectèrent la ville durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697). Le premier, survenu le 18 septembre 1693, s’il n’occasionna pas de gros dégâts, fut aux yeux des contemporains l’annonciateur d’un ensemble de malheurs qui ne tardèrent pas à se manifester. La disette pour commencer, qui apparaît en 1693-1694. Malgré l’affirmation de Jean-Baptiste de Clieu, selon qui Le Havre n’eut « à déplorer la perte de personne par la faim tant fut grande la charité au Havre », elle amplifia la crise en provoquant des troubles qui conduisirent les autorités à protéger les boulangeries au moment où le peuple pillait deux navires de blé et de seigle. Survenu à l’été suivant, le bombardement anglais du 25 au 29 juillet 1694, en faisant pleuvoir 1 200 bombes sur la ville et en endommageant un quart des bâtiments de la ville, acheva une destruction qui fut d’autant plus désastreuse que la ville souffrait du brutal déclin du commerce morutier qui, depuis le milieu du XVIIe siècle, avait soutenu une activité économique tard venue. En 1711, la reconstruction est à peine commencée et la misère est grande dans une ville surpeuplée où la cruelle conjoncture attire soldats, matelots, valets et vagabonds, filles de mauvaise vie. Et si l’essor maritime nouveau a profité à quelques négociants et à quelques capitaines, les solidarités ont été durement ébranlées par les malheurs des années noires et les valeurs traditionnelles bouleversées par l’essor du capitalisme marchand ; ce dernier, voulu déjà par Colbert, fut réalisé par une élite d’hommes nouveaux, souvent récemment venus dans une ville où le droit de bourgeoisie était plutôt généreusement accordé, une élite d’autant plus rapidement puissante que, si elle distribue bientôt travail et richesses, elle n’a aucun contrepoids dans la cité en la singulière quasi absence de représentants des deux premiers ordres du royaume.

4Lu dans ce contexte, le texte apparaît ainsi, malgré une forme classique consistant à s’attarder dans les lieux où résident les pouvoirs pour présenter les faits les plus significatifs de son histoire, comme un plaidoyer en faveur d’une ville qui a souffert mais point démérité, confrontée à l’épreuve de la fondation avant d’être exemplaire durant des conflits religieux et politiques longuement évoqués. Il en ressort aussi la nostalgie d’un premier temps de prospérité lorsque, évoquant le règne de Louis XIV, les auteurs rappellent que « Le Havre commença à se peupler de vaisseaux beaucoup plus grands qu’on avoit coutume de voir ».

5De fait, c’est une mémoire en construction dans une ville dont les habitants ressentaient l’effacement des bénéfices ayant accompagné l’essor économique de la seconde moitié du XVIIe siècle, sans voir poindre une promesse antillaise encore hypothétique qu’il nous est donné à lire à travers la lecture des Antiquitez du Havre de Grâce.

Notes

1 H. Chabannes, Le Rêve brisé de Jean-Baptiste-Denis Lesueur : un bourgeois havrais des Lumières dans la tourmente révolutionnaire (1789-1815), Bertout, Luneray, 2004.

2 H. Chabannes, Les Manuscrits retrouvés de Jacques-Augustin Gaillard, Rouen, PTC, 2006.

3 F. Guillet, Naissance de la Normandie : genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search