Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Notices biobibliographiques

Texte intégral

Branko Aleksic est le découvreur d’inédits de Casanova : « Raisonnement d’un spectateur sur le bouleversement de la monarchie française par la révolution de 1789 » (Revue des Deux Mondes, 1998) ; « Histoire de mon existence & Notes pour les Mémoires » ; sur Rousseau, Voltaire et Baronius (Hermaphrodite, Nancy, 2000 et 2002). Sur la philosophie de Casanova il a publié un essai (Dix-Huitième Siècle, no 35). Il a édité, de Rétif, Suite du Fin Matois de Quevedo et Relation naïve d’un voyageur français emprisonné à l’Inquisition de Cuenca (Auxerre, Rhubarbe, 2006) et les pamphlets érotico-politiques (Lausanne, L’Âge d’Homme, 2007). Il a commencé la transcription du carnet de travail de Rétif, Memento (Études rétiviennes no 37, Cahiers Voltaire no 5 et Nouvelle Revue française no 581).

Katherine Astbury est maître de conférences en littérature française à l’université de Warwick (Royaume-Uni). Ses travaux portent sur le roman et le conte du XVIIIe siècle et sur le tournant des Lumières. Elle a publié plusieurs articles sur les écrivains les plus lus de l’époque, entre autres Marmontel, Baculard d’Arnaud, Mme Riccoboni, Prévost et Voltaire. Elle a publié un livre sur le conte moral à la Voltaire Foundation (SVEC, 2002) et vient de terminer une étude du roman pendant la Révolution. Elle fait partie de l’équipe qui prépare la correspondance complète de Bernardin de Saint-Pierre, collaborant avec Catriona Seth sur les lettres de la sœur de l’écrivain, Catherine.

Malcolm Cook est professeur émérite de l’université d’Exeter en Grande-Bretagne. Auteur notamment d’études sur Gil Blas de Lesage, sur le roman révolutionnaire et d’une biographie récente de Bernardin de Saint-Pierre (Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture (Oxford, Legenda, 2006), il travaille depuis plusieurs années sur les manuscrits de Bernardin de Saint-Pierre. Il dirige l’équipe qui prépare l’édition critique électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre qui paraît dans la collection Electronic Enlightenment (Oxford University Press).

Simon Davies est professeur à la Queen’s University (Belfast) où il dirige le Centre for Eighteenth-Century Studies. Secrétaire général de la SIEDS 1999-2003, correspondant de la Société française d’étude du XVIIIe siècle pour le Royaume-Uni depuis 1995, il est membre du comité éditorial des Œuvres complètes de Voltaire et des SVEC. Il collabore à l’édition de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre, chapeautée par Malcolm Cook, à celle de ses Œuvres complètes, sous la direction de Jean-Michel Racault, aux Œuvres complètes de Voltaire, à l’édition des Mémoires secrets.

Colas Duflo est professeur à l’université d’Amiens. Philosophe de formation, il s’intéresse aux relations entre philosophie et littérature. Il a notamment travaillé sur Diderot (Diderot philosophe, Paris, Champion, 2003), sur Prévost et sur Bernardin de Saint-Pierre dont il a édité récemment les Études de la nature (Saint-Étienne, PUSE, « Lire le 18e siècle », 2007). Le jeu et le jazz comptent également parmi ses domaines de recherche. Il est le responsable du Bulletin de la Société française d’étude du XVIIIe siècle (SFEDS).

Rebecca Ford est maître de conférences à l’université de Nottingham et spécialiste de l’Encyclopédie et des sciences de la terre au XVIIIe siècle. Elle fait partie de l’équipe de Malcolm Cook qui prépare une nouvelle édition électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre, travaillant avec Simon Davies et Tim Reeve aux lettres de la période 1773-1788, et plus particulièrement sur la correspondance de l’écrivain avec Mesnard de Conichard et avec les lectrices des Études de la nature.

Alain Guyot, maître de conférences à l’université Stendhal Grenoble 3, s’intéresse à la poétique et à la stylistique des récits de voyage, du tournant des Lumières à la fin du romantisme, dans leurs relations avec la fiction narrative et l’écriture savante en particulier. Il est l’auteur, avec R. Le Huenen, de L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand : l’invention du voyage romantique (Paris, PUPS, 2006). Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs et participe à l’édition des Œuvres complètes de Théophile Gautier, aux éditions Honoré Champion. Il a en outre consacré des articles à Bernardin de Saint-Pierre, Mme de Staël, Marchangy, Mérimée, Nerval, au paysage romantique, ainsi qu’aux voyages dans les Alpes et dans le Grand Nord.

Robin Howells est professeur émérite de français au Birkbeck College, université de Londres. Dix-huitiémiste, il utilise surtout des approches structuralistes (genre, réécriture, stylistique), baktiniennes (dialogisme et carnavalesque) et freudiennes. Il a publié de nombreux articles, et plusieurs livres dont Disabled Powers : a reading of Voltaire’s « Contes » (Rodopi, 1993), Playing Simplicity : polemical stupidity in the writing of the French Enlightenment (Peter Lang, 2002), et Regressive Fictions : Graffigny, Rousseau, Bernardin (Legenda, 2007).

Sophie Lefay est maître de conférences à l’université d’Orléans. Spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, elle a travaillé notamment sur la théorie et l’imaginaire des jardins entre 1760 et 1810 (L’Invention du jardin romantique, Spiralinthe, 2001). Elle a fait paraître une édition complète des Éléments de littérature (1787) de Jean-François Marmontel aux éditions Desjonquères en 2005. Ses recherches portent actuellement sur les relations entre épigraphie et littérature au XVIIIe âge. Elle prépare également une édition des Œuvres de Marmontel pour les Classiques Garnier.

Irène Passeron, chercheur au CNRS et historienne des mathématiques, dirige également le GDR d’Alembert et est responsable de l’édition de sa correspondance (2 272 lettres répertoriées !) dans le cadre des Œuvres complètes. Contributrice fréquente aux Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, elle a coédité avec Ulla Kölving les Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet. Elle est trésorière de la Société Diderot et Vice-présidente de la Société française d’étude du XVIIIe siècle (SFEDS).

Jean-Michel Racault est professeur émerite à l’université de La Réunion. Auteur d’ouvrages nombreux sur l’utopie, comme Nulle part et ses environs. Voyage aux confins de l’utopie littéraire classique (PUPS, 2002), et le monde des îles, dont Mémoires du grand Océan (PUPS, 2007), il a édité Paul et Virginie, dirigé le colloque consacré à « Bernardin de Saint-Pierre et l’océan Indien » (Saint-Denis-de-La-Réunion, 2009) et prépare actuellement, avec une équipe, l’édition des œuvres complètes de Bernardin de Saint-Pierre.

Tim Reeve est titulaire d’un doctorat préparé à l’université de Sheffield et chercheur à la Queen’s University (Belfast). Il est membre de l’équipe dirigée par Malcolm Cook qui prépare l’édition électronique complète de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre dans le cadre d’Electronic Enlightenment.

Philip Robinson est professeur émérite de l’université du Kent basée à Canterbury en Angleterre. Il a publié Jean-Jacques Rousseau’s Doctrine of the Arts (Peter Lang, 1984) ; Bernardin de Saint-Pierre : Paul et Virginie (Grant and Cutler, 1986) et Beaumarchais et la chanson : musique et dramaturgie des comédies de Figaro (Voltaire Foundation, 1999) et il a édité le collectif : Beaumarchais : homme de lettres, homme de société (Peter Lang, 2e éd. 2002). Auteur de nombreux articles sur Rousseau, sur Marivaux et sur la musique du théâtre comique au XVIIIe siècle, il est membre de l’équipe qui prépare une édition électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre dans le cadre d’Electronic Enlightenment et sous la direction de Malcolm Cook.

Cristina Romano a soutenu une thèse de doctorat sur Chateaubriand sous la direction d’Aurelio Principato à L’IULM, à Milan. Elle a collaboré à l’édition de l’Essai sur les Révolu tiens, parue chez Champion en 2009 dans le cadre de l’édition des œuvres complètes de Chateaubriand sous la direction de Béatrice Didier.

Catriona Seth est professeur à Nancy et à Bloomington (USA). Spécialiste de littérature et d’histoire des idées, elle a publié Les Rois aussi en mouraient. Les Lumières en lutte contre la petite vérole (Desjonquères, 2008) ; Marie-Antoinette. Anthologie et dictionnaire (Laffont, 2006) ; André Chénier. Le miracle du siècle (PUPS, 2005) ; et la partie consacrée au XVIIIe siècle de l’Anthologie de la poésie française (Pléiade, 2000). Elle a dirigé, chez Desjonquères, Sade en toutes lettres avec M. Delon (2004), Destins romanesques de l’émigration avec C. Jaquier et F. Lotterie (2007) et Imaginaires gothiques (2010). Elle a publié « Je déteste la mer : réflexions sur Bernardin de Saint-Pierre » dans In acqua scribis (Gdansk, 2005) et édite les lettres de la soeur de l’auteur pour Electronic Enlightenment avec K. Astbury.

Patrick Taïeb est professeur de musicologie à l’université de Rouen et ancien membre de l’Institut universitaire de France. Spécialiste de la vie musicale en France, il a publié de nombreux articles sur l’opéra-comique et sur le concert à la fin du XVIIIe siècle et il est l’auteur de L’Ouverture d’opéra en France de Monsigny à Méhul (Paris, Société française de musicologie, 2007). Il a fondé avec Hervé Lacombe (professeur à l’université de Rennes II) un groupe de recherche consacré à l’histoire du concert et il dirige un vaste projet de répertoire des programmes de concert en France (RPCF) soutenu par l’Agence nationale de la recherche.

Gabriel-Robert Thibault, maître de conférences à l’IUFM de Rouen, est l’auteur de l’article consacré à Bernardin de Saint-Pierre dans l’Encyclopedia universalis. En 2008, il a publié une anthologie intitulée Bernardin de Saint-Pierre ou L’Éducation du citoyen (Lyon, INRP, 2008) qui propose de voir dans les écrits pédagogiques de l’auteur de Paul et Virginie, des jalons essentiels dans la marche vers une Éducation nationale. Il est l’auteur de très nombreux travaux sur Bernardin de Saint-Pierre et termine actuellement une FIDR consacrée à l’écrivain.

Éric Wauters est professeur à l’université du Havre. Spécialiste de la presse, il a consacré de nombreux travaux aux journaux normands en particulier (Une Presse de province pendant la Révolution française, journaux et journalistes normands : 1785-1800, Paris, Éd. du CTHS, 2002) ainsi qu’à des figures comme Noël de La Morinière. Rattaché au CIRTAI, groupe de recherches du Flavre, il a codirigé avec Catriona Seth un numéro des Études normandes (no 2, 2008) consacré aux relations entre la Normandie et les tropiques et coorganisé plusieurs colloques.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540