Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

IIIe partie — Relectures

Science de l’ingénieur et théologie naturelle dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre

Gabriel-Robert Thibault

Texte intégral

1Bernardin de Saint-Pierre fut élève des jésuites au collège de Caen puis de Rouen. On peut situer son arrivée à Rouen, au collège Bourbon, en 1754. Il y intégrait la classe d’humanités. Il resta dans ce collège jusqu’en 1758, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la seconde année du cycle de philosophie. En parallèle, il suivait, dans l’académie de cette ville, les cours de l’école de dessin et ceux de l’école de mathématiques. En 1758, il entrait à l’École des ponts et chaussées où il étudia jusqu’en 1760, année de son recrutement comme ingénieur géographe pour la campagne de Westphalie. Cette première mission lui ouvrait une carrière militaire qui s’est achevée en 1770.

2C’est l’accomplissement de cette formation et de cette expérience d’ingénieur dans une œuvre de théologie morale reposant sur le spectacle de la nature que nous allons examiner. Pour cela, une première partie sera consacrée à la culture de Bernardin de Saint-Pierre. La seconde partie exposera les articulations de cette culture avec les perspectives théologiques de l’œuvre.

Une culture philosophique, scientifique et technique

3Les connaissances philosophiques de l’écrivain ont essentiellement pour origine le collège Bourbon. C’est une culture acquise par l’imprégnation du milieu jésuite et par un programme éducatif, celui du ratio studiorum.

4Au XVIIIe siècle, suivre les cours dans un collège jésuite c’est vivre dans l’atmosphère d’une élite intellectuelle engagée dans le combat pour le triomphe de l’Église catholique. En Europe, les ennemis de l’intégrité de la foi sont les réformés et les jansénistes. Dans le monde, ce sont les peuples des autres religions. La vie d’un collège jésuite est ainsi portée par une vision de l’univers et par une réflexion sur les moyens d’organiser la vie des hommes selon cette vision. Le sceau de la vision est le symbole des apôtres. La liturgie en est le moyen de transmission avec la messe pour temps fort. L’Eucharistie est en effet un drame sacré par où s’impose, avec le dogme de la transsubstantiation, l’idée du langage comme puissance première et celle d’une essence spirituelle circulant sous la diversité des formes de la matière, se partageant entre ces formes mais demeurant égale à elle-même :

  • 1 Bossuet, Œuvres complètes, « Explication de quelques difficultés sur les prières de la messe à un (...)

Dans la doctrine de l’Église catholique, c’est un vrai miracle qu’un même corps humain soit donné à tous tout entier sous la moindre parcelle : ce corps en même temps est partagé et ne l’est pas : partagé, parce qu’en effet il est réellement donné à chaque fidèle ; non partagé, parce qu’en lui-même il demeure entier et inaltérable1

  • 2 Voir, au XVIIe siècle, l’Art de communier de Baltasar Graciàn ; au XXe siècle, les textes de l’Hym (...)

5L’Eucharistie, véritable instant de contemplation de la matière pour les poètes théologiens de l’Église catholique2, témoigne d’une vision participative de l’univers que les collégiens retrouvaient à travers les cours de doctrine chrétienne et l’enseignement philosophique de leurs maîtres.

  • 3 Ratio studiorum, éd. bilingue de L. Albrieux et D. Pralon-Julia, Paris, Belin, 1997, règle 328.
  • 4 Ibid., règle 466.

6L’initiation à la doctrine chrétienne était surtout menée dans les classes de grammaire mais elle se poursuivait durant la classe d’humanités et celle de rhétorique3. Le principe en était l’écoute et la mémorisation des commentaires du catéchisme. Ces cours s’adressaient aussi bien aux élèves futurs membres de la Compagnie qu’aux externes4.

  • 5 Ibid., règle 213.
  • 6 « L’un des ministères les plus importants de notre Compagnie est de transmettre au prochain tous l (...)

7Quant aux textes touchant la métaphysique de la participation, les collégiens qui les rencontraient étaient ceux qui, tel Bernardin de Saint-Pierre, abordaient le cycle de philosophie. Les élèves de ce cycle étudiaient, à raison de deux heures par jour5, Aristote et ses commentateurs, c’est-à-dire, pour une large part, Aristote interprété par Thomas d’Aquin, la pensée d’Aristote étant mise au service de la foi et de la Révélation6. La première année de philosophie était consacrée aux Analytiques, au Traité de l’âme et à l’Éthique. Les livres de la Métaphysique étaient explorés en troisième année.

8Que faut-il retenir de ce caractère de l’enseignement dans un collège jésuite pour comprendre l’esprit qui anime les Études et les Harmonies de Bernardin de Saint-Pierre ? Qu’il portait les collégiens, les futurs jésuites aussi bien que les externes, moins vers l’action que vers la contemplation, vers des spéculations sur les fondements de la connaissance, les principes de l’univers, le sens de l’homme ; qu’il les poussait, dans leurs rapports au monde, à des efforts constants de dignité intellectuelle et d’optimisme moral ; qu’il jetait les bases d’un humanisme dont on observe les formes dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre.

  • 7 Voir ci-après, le concept de « sentiment ».

9En marge du programme philosophique et pourtant s’y intégrant, il faut considérer que les jésuites ouvraient leurs élèves, par le biais de leurs explications, aux textes des penseurs anciens et modernes du christianisme. Ainsi, ne paraît-il pas invraisemblable de situer à l’époque du collège Bourbon, la découverte par Bernardin de Saint-Pierre de la Cité de Dieu d’Augustin dont on a des échos dans les Études et les Harmonies7 De même, il n’est pas impensable de renvoyer à cette période les premières rencontres de l’auteur avec les idées que Fénelon expose sur la théologie naturelle dans le Traité de l’existence de Dieu, bien que ces rencontres aient pu aussi être provoquées par la lecture du Télémaque.

10Mais, quelles que soient les assises métaphysiques des Études et des Harmonies, la théologie naturelle que ces œuvres développent implique une disposition d’esprit et des informations puisées dans une autre culture. Cette autre culture fut celle acquise dans une formation et une expérience d’ingénieur géographe.

11Les premiers pas de Bernardin de Saint-Pierre dans la culture des ingénieurs se sont faits à Rouen, au collège des jésuites et à l’académie. Ils se sont poursuivis à Paris, à l’École des ponts et chaussées.

  • 8 Arithmétique, géométrie euclidienne, algèbre.
  • 9 Lecture de la sphère.
  • 10 Lever à la planchette, maniement des instruments d’orientation et de mesure. Voir G.-R. Thibault, (...)

12Chez les jésuites du collège Bourbon, comme dans tous les collèges de l’Ordre, étaient abordées, durant la seconde année de philosophie, les mathématiques8, la cosmographie9 ainsi que les matières indispensables à de futurs officiers : la topographie10, le dessin de fortification.

  • 11 « Tout au long de son histoire, la science de l’ingénieur a deux composantes fondamentales : la gé (...)
  • 12 Le 20 avril 1757 et le 2 août 1758 (Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’Instruct (...)

13Parallèlement à cette formation, Bernardin de Saint-Pierre suivait les cours de l’école de mathématiques et ceux de l’école de dessin de l’Académie. Il renforçait ainsi son niveau dans les disciplines maîtresses de la science des ingénieurs11. Il fut l’un des meilleurs élèves de Louis Ligot puisqu’il est mentionné comme lauréat de mathématiques en 1757 et en 175812.

  • 13 Ibid., t. 11, p. 172.
  • 14 Albert Anthiaume, Le Collège du Havre. Contribution à l’histoire de l’enseignement secondaire en F (...)
  • 15 « Cette correction sévère dans l’imitation de la nature, ce jugement qui doit présider à tout et d (...)

14À l’école de dessin, on peut supposer, étant données les dates de sa présence à l’Académie, qu’il suivit tout le cursus établi par Jean-Baptiste Descamps – copie de modèles pour les débutants, ronde bosse pour les élèves de la classe intermédiaire, dessin d’observation d’un modèle vivant pour les élèves avancés13–, et qu’il dut même assister aux cours d’architecture civile et militaire réservés aux étudiants prometteurs car il fut lauréat de dessin en 175514. Le dessin, tel que l’étudia Bernardin de Saint-Pierre auprès de J.-B. Descamps, est une discipline de l’esprit fondée sur une « correction sévère dans l’imitation de la nature15 ». Sa pratique, en impliquant un mouvement constant d’analyse visuelle puis de synthèse, préparait le futur ingénieur aux activités descriptives de l’étendue spatiale.

  • 16 Citation recueillie par C. de Robillard de Beaurepaire, op. cit. t. II, p. 175.

15Les apports de l’Académie de Rouen dans la formation de Bernardin ne se sont pas arrêtés là ! L’Académie rouennaise fut, pour l’adolescent du collège Bourbon, un temps de rencontre avec des hommes tournés vers l’action. Le premier d’entre eux a été Jean-Baptiste Descamps. Un académicien, le docteur Gosseaume, rapportait ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, la teneur des propos de l’écrivain à l’égard de son ancien maître : « Descamps a allumé le flambeau des arts à Rouen. Il en a fait tomber une étincelle sur mon âme16 »

  • 17 Sur l’utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers (discours pr (...)
  • 18 Mémoire sur l’entretien des grandes routes, Mémoire sur les chemins de traverse..., cité dans la N (...)

16Jean-Baptiste Descamps était un peintre préoccupé par des questions d’ingénieur. IJ admirait l’œuvre de Colbert, fréquentait les physiocrates et professait le développement du commerce comme aiguillon de l’agriculture et celui de l’industrie comme moyen d’accroître la population, « richesse » et « force d’un état17 ». Il considérait l’observation et Limitation de la nature par l’exactitude du dessin comme la base des activités artistiques dans les manufactures. Il a rédigé plusieurs mémoires techniques18 ainsi qu’un Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant... dont l’avertissement offre un tableau moral aussi proche de l’esprit du Télémaque que des idées de Turgot :

  • 19 Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant avec des réflexions relativement aux arts et quelqu (...)

La campagne, naturellement fertile, n’y est jamais oisive ; l’industrie des cultivateurs fait que le terrain le plus ingrat, travaillé par leurs mains, rapporte comme le meilleur sol, aussi sont-ils réputés laboureurs habiles et intelligents : on peut en juger par la promptitude avec laquelle ils réparent les malheurs de la guerre auxquels ce pays est si souvent exposé19.

  • 20 D. Delarbre, L’école de dessin de Rouen dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mémoire de maîtri (...)

17Ancien élève des jésuites, Descamps alliait l’orientation contemplative du christianisme à une philosophie de l’action. Il faisait de la foi chrétienne une condition d’entrée dans son école20 et préparait ses élèves à un engagement économique et social. Il témoignait du souci d’améliorer la condition des travailleurs en même temps que de la volonté d’élever leur esprit. C’est un regard que l’on retrouve inscrit, en profondeur, dans les Études et les Harmonies.

18Hormis J.-B. Descamps, les membres de l’Académie les plus susceptibles d’avoir orienté la sensibilité intellectuelle de Bernardin de Saint-Pierre sont le directeur de l’École de chirurgie, Le Cat, le mathématicien Louis Ligot et le fondateur de l’École de botanique, Pinard.

  • 21 Archives de l’Académie de Rouen, registre B 5/2.
  • 22 C. Dias, L’École de mathématiques de Rouen au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction (...)

19Le chirurgien Le Cat collaborait comme professeur d’anatomie à l’enseignement de J.-B. Descamps. Il fut ainsi l’un des maîtres de Bernardin de Saint-Pierre. Le Cat partageait avec ses collègues de l’Académie la curiosité intellectuelle et le goût des échanges pluridisciplinaires. Les archives de l’Académie mentionnent, pour la séance du 3 août 1757, la lecture « pour M. Le Cat absent » de son « Observation d’une boule de feu vue aux environs de Rouen le 18 février à 6 h 1/2 du soir21 ». En 1758, Le Cat soutenait un exposé sur la cause du flux et du reflux22.

  • 23 Mentionné dans le Répertoire des archives de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Ro (...)

20Le mathématicien Louis Ligot représente également l’effervescence de l’institution rouennaise. Lauréat d’un prix de botanique, féru d’astronomie, il deviendra, en 1767, inspecteur des fontaines23 ce qui suppose un savoir avancé en hydraulique, autant de disciplines pour lesquelles Bernardin de Saint-Pierre montre de l’intérêt dans son œuvre.

21L’exploration des archives de l’Académie de Rouen par C. Dias a révélé la présence de Bernardin de Saint-Pierre aux cours du professeur de botanique, Pinard, ce qui, une fois de plus, atteste du climat d’incitation aux études qui régnait dans cette institution.

  • 24 Sur l’utilité des établissements…,op. cit. p. 16. Plus avant, Descamps écrit : « Les ouvriers ne p (...)

22Ainsi, Bernardin de Saint-Pierre, élève des jésuites, a été progressivement conduit par les leçons des académiciens, à penser les questionnements de la philosophie contemplative dans un accord profond avec les arts et les sciences appliquées : la pratique du dessin, telle qu’elle était présentée par J.-B. Descamps, inscrivait l’élève dans la tradition de Limitation de la nature, création de Dieu ; elle le plaçait dans une fonction affective et morale : célébrer l’intelligence parfaite et donner à lire cette perfection à travers un choix des signes les plus chargés de beauté : « Le goût du beau est une imitation exacte de la nature, il est de tous les temps24. » L’art du dessin, chez Descamps, relevait d’une vision théologique qui ne disait plus son nom.

  • 25 Le Timée qui présente une construction du monde par triangulation de la matière.
  • 26 Type croissance multiple dans une suite de triangles adjacents : 25°, 50°, 100°...
  • 27 Type point/ligne, droite/courbe, angle aigu/angle obtus...
  • 28 Type point/plan, carré/cercle...
  • 29 Ce que montre le traité de B. Gracián, Art et figures de l’esprit.

23Durant son séjour à l’Académie, Bernardin de Saint-Pierre approfondit ses connaissances en géométrie et en arithmétique. Il les articulait, dans le même temps, à la réflexion des jésuites sur la matière, sur l’origine de l’univers, etc. ; il les associait à des lectures telles que la cosmogonie du Timée de Platon25. En effet, l’étude, ainsi conjointe, des mathématiques et de la métaphysique recelait l’idée que le langage organise l’étendue. L’analyse des figures géométriques éveillait, sans toujours une claire conscience philosophique, à des réflexions sur l’ordre et les modalités des rapports au sein d’un ensemble spatial : rapports de convenance par symétrie, proportion, improportion régulière26 ; rapports d’opposition par contraste27, par contraire28. Ces types de rapports, qui dans la tradition des peintres, des sculpteurs, des musiciens, des architectes mais également des rhéteurs29 sont des causes d’harmonie dans la constitution d’un ordre, sont devenus, dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre, les lois morales de la Création.

24Bernardin de Saint-Pierre a quitté Rouen en 1758. Il intégrait à Paris l’École des ponts et chaussées dirigée par un ami de J.-B. Descamps, Jean-Rodolphe Perronet. Dans cette école, il travailla les disciplines de base et les matières inhérentes à la fonction d’ingénieur ; il s’imprégna de la philosophie des Ponts.

  • 30 A. Picon, L’Invention de l’ingénieur moderne. L’École des ponts et chaussées, 1747-1851, thèse de (...)
  • 31 « Je pensais [...] que l’on pourrait regarder le corps des Ponts et Chaussées comme une académie o (...)
  • 32 En 1768, Dupont de Nemours présentait, dans un Discours destiné à enrichir le Journal de l’agricul (...)

25L’École des ponts et chaussées est issue d’un corps administratif chargé par Colbert, en 166930, des routes et chemins. En tant qu’institution scolaire, elle date de 1747. Ses initiateurs sont le contrôleur général Orry et Daniel Trudaine. Elle eut le soutien de Turgot et fut confiée à l’architecte Jean-Rodolphe Perronet, un proche des physiocrates. Ainsi, l’esprit de l’école a ses origines dans un idéal de participation dont les liens avec la métaphysique ont été rendus explicites à la fois par certains ingénieurs31 et par quelques membres de la physiocratie32.

26Sans doute la philosophie de l’école n’est pas ce qu’un étudiant percevait en premier, et ce d’autant plus que la réflexion morale touchant la fonction des ingénieurs et le rôle de leurs aménagements ne devint l’objet d’une évaluation qu’à partir de 1775 avec le « concours de style ou composition littéraire ». Cependant, les visées pratiques de l’école avaient pour assise une mémoire culturelle que les auteurs des programmes rendaient prégnante.

  • 33 Le sujet du concours de style de 1778 était : « Quelle est l’utilité des Ponts et Chaussées, relat (...)
  • 34 Voir Jacques-François Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, Paris, Jomb (...)
  • 35 Voir Joan Kelly Gadol, Leon Battista Alberti. L’homme universel de la renaissance, Paris, Éd. de l (...)
  • 36 Gadol, commentant le livre IX, chap. v du traité d’Alberti traduit le texte latin par une « certai (...)

27Le but de l’école était de former des hommes qui, par la mise en place d’un réseau de communications routières et fluviales, unifient le territoire, en intègrent la diversité, en favorisent les échanges33. La philosophie qui animait cette vision fut portée par les premiers maîtres de l’école : le directeur Perronet, l’architecte Blondel, l’hydraulicien Bélidor. La présence de deux architectes parmi les maîtres à penser de l’école doit retenir notre attention. L’ingénieur Bernardin de Saint-Pierre, devenu écrivain, a fait du concept d’imitation et de celui de participation les clés de son œuvre. Or, l’architecture est l’une des disciplines dont l’histoire est la plus profondément ancrée dans la métaphysique. Les architectes théoriciens se souviennent qu’ils ont Timée pour ancêtre, Vitruve, Vignole, Palladio... dans leur lignage, et parmi eux le néo-platonicien Alberti. Blondel, qui invitait ses élèves à développer des connaissances encyclopédiques, donne Alberti comme l’une de ses références34. La mention a une importance, au moins dans le cadre d’une approche anthropologique. Il n’est pas à exclure que Blondel ait présenté la pensée d’Alberti durant l’un de ses cours. Cette pensée est exposée dans le De re aedificatoria, De l’Architecte. Elle s’appuie précisément sur les concepts d’imitation et de participation. Alberti a fondé sa théorie sur l’œuvre de Platon et de son disciple Plotin35. La pratique de l’activité imitative telle qu’elle est enseignée par Alberti ne repose pas sur l’observation du spectacle de la nature mais sur la perception des lois de construction de ce spectacle par la nature. Ces lois sont mathématiques. Elles régissent l’harmonie des proportions dans un ensemble. On accède à ces lois par l’analyse des monuments anciens, en tant qu’ils sont eux-mêmes le fruit de l’étude des lois de la nature, et par des sortes d’intuitions rationnelles36. Autant d’idées qui ne sont pas sans ressemblances avec celle de Bernardin de Saint-Pierre dans sa façon de décrypter les paysages terrestres.

  • 37 La statique est la science des poids, du centre de gravité des forces.
  • 38 Le dessin linéaire est fondé sur le tracé des figures géométriques et non sur la figure humaine.
  • 39 Dessins de plans et d’élévations.
  • 40 La stéréotomie est la science de la coupe des solides (coupes des pierres, des bois...)
  • 41 Copies de cartes ou cartes utopiques. La carte utopique est la carte d’un lieu imaginé par les étu (...)
  • 42 La rédaction de projets est à rapprocher de la carte utopique. Un projet de construction ou d’amén (...)
  • 43 L’essai est « l’opération par laquelle on s’assure des propriétés d’une chose (essai analytique) o (...)

28À l’École des ponts, Bernardin de Saint-Pierre a développé ses connaissances en mathématiques. Il s’est initié à la statique37 et à l’hydraulique. Il a étendu sa pratique du dessin : dessin linéaire38, perspective aérienne, dessin d’architecture39, dessin d’épures en stéréotomie40, cartographie41. Avec l’arpentage et la rédaction de projets42, il a commencé cette approche empirique de l’étendue qui constitue, dans les années 1750, la méthode scientifique de l’ingénieur, l’essai43.

  • 44 Archives des Ponts et Chaussées, ms. 2042. L’Instruction de 1760 est accessible dans l’ouvrage du (...)
  • 45 Vauban, dans sa Description géographique de l’élection de Vézelay, 1696, avait déjà précisé tout c (...)

29L’urgence des besoins engendrés par la guerre de Sept Ans abrégea la formation de Bernardin à l’École des ponts. Il ne put sans doute guère profiter de l’expérience des chantiers que favorisait l’école. C’est l’engagement militaire qui a fourni au jeune étudiant son premier terrain d’application. Ce terrain fut la campagne de Westphalie. Au sein d’une équipe d’ingénieurs, Bernardin de Saint-Pierre fut employé au levé de la carte d’une partie du Rhin. Avec la lettre de son enrôlement, il reçut un document intitulé Instructions pour les Ingénieurs géographes du Roy attachés à la suite du département de la guerre44 Cette Instruction définit les activités d’enquête et d’observation que les ingénieurs devaient mener pour rédiger le mémoire accompagnant la carte. On y retrouve la minutie des analyses de terrain par les jésuites dans les pays de mission. Elle rappelle le cadrage des travaux topographiques rédigé par Vauban45.

  • 46 Lettre de Bernardin de Saint-Pierre au ministère de la Guerre, 28 janvier 1785. C’est une lettre o (...)
  • 47 Voir ci-dessus l’article d’Alain Guyot.

30Après la campagne de Westphalie, Bernardin de Saint-Pierre poursuivit tout d’abord une carrière de capitaine ingénieur géographe dans les armées du Nord de l’Europe. Puis, en 1767, il revint au service de la France pour une mission à Madagascar. Il était chargé de « relever les murs de fort Dauphin46 ». L’affectation se révéla, en définitive, être pour File de France47. Cette mission le mit en rapport avec le physiocrate Pierre Poivre, alors intendant de l’île.

  • 48 Voir G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie », op. cit.

31Durant toutes ces années de service, l’officier rédigea plusieurs mémoires dont les informations représentent ce que l’on attendait des ingénieurs48. Le dernier de ces écrits techniques, le plus ample, le plus connu car il enferme la documentation de Paul et Virginie, est la relation du Voyage à l’île de France. L’ensemble de ces textes, qui va constituer le socle des Études et des Harmonies, témoigne d’activités centrées sur tout ce qui affère à l’architecture de fortification.

  • 49 « Les lignes, écrit l’architecte contemporain Brusatin, sont des idées qui tantôt suivent un cours (...)

32Cette activité majeure de Bernardin de Saint-Pierre mérite d’être considérée. À travers les planches des ouvrages théoriques destinés à l’enseignement des ingénieurs, l’architecture des forteresses apparaît très vite comme l’héritage platonicien du Timée. Avec ses lieux d’une beauté géométrique, avec ses compositions de triangles dont les droites se poursuivent à l’extérieur de la cité, engendrant les figures du théâtre des assaillants, ou bien s’envolent en lignes de tirs49, l’architecture de fortification présente un nœud de thèmes philosophiques : la création, le bien, le mal, l’ordre, l’harmonie avec les rapports de convenance dans un ensemble – symétrie, proportion, improportion régulière, opposition par contraire et par contraste. Mais l’architecture de fortification ne représente pas seulement une mémoire culturelle. Elle rassemble les différentes approches de fa géographie naturelle nécessaires à une analyse de terrain : toponymie, hydrographie, forme et nature des reliefs, végétation, culture, peuplement. Ce sont là autant de champs d’informations que l’on trouve exploités dans tes Études et tes Harmonies.

33Ainsi, lorsque Bernardin de Saint-Pierre se tança dans une carrière d’écrivain, il disposait d’une vaste culture géographique. Durant ses années de collège, par le biais des cours de cosmographie, il avait rencontré les débats de son époque sur les théories de la terre. À l’École des ponts et chaussées, il s’était préparé aux techniques d’aménagement du territoire en même temps qu’il découvrait l’humanisme appliqué des ingénieurs. Les campagnes militaires l’avaient rompu à tous les aspects de la topographie et les voyages lui avaient donné une mémoire des paysages. Enfin, depuis la formation à l’académie de Rouen jusqu’au séjour à File de France, Bernardin de Saint-Pierre était lié à des défenseurs de la physiocratie.

34Comment cette culture d’ingénieur pouvait-elle s’articuler aux propos d’une théologie naturelle ? Quel accomplissement cette articulation trouva-t-elle dans les Études et les Harmonies ?

35Deux raisons permettaient de combiner, à l’époque de Bernardin de Saint-Pierre, la science de l’ingénieur et la théologie naturelle : le support même des deux disciplines et les circonstances historiques.

36La science de l’ingénieur et la théologie naturelle ont en commun une réflexion sur l’espace géographique : observer, analyser l’étendue visible, en tirer des applications techniques, pour la première, des réflexions métaphysiques et morales pour la seconde. À l’article « Théologie » de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot figure une rubrique intitulée théologie naturelle. Cette rubrique définit ainsi la notion :

La théologie naturelle est la connaissance que nous avons de Dieu et de ses attributs, par les seules lumières de la raison et de la nature, et en considérant les ouvrages qui ne peuvent être sortis que de ses mains.

37Cette définition est ensuite opposée à la théologie surnaturelle ou théologie proprement dite dont on précise qu’elle est fondée sur des principes révélés.

  • 50 Augustin, au livre VI, chap. xii de la Cité de Dieu, évoque les « trois théologies que les Grecs a (...)
  • 51 Voir le jésuite rouennais Étienne Binet avec l’Essay des merveilles de nature et des plus nobles a (...)
  • 52 « Ce sentiment n’a point son origine dans l’ouïe, ni dans la vue, ni dans l’odorat, ni dans le goû (...)

38Les mots « théologie naturelle » reprennent une désignation antique50. Comme discipline, la théologie naturelle est une spéculation sur Dieu depuis la mise en rapport de notions et de faits. Parmi les faits auxquels elle recourt traditionnellement pour argumenter d’une cause première intelligente et bénévolente, il y a, de manière fondamentale, tout ce qui caractérise, dans un mouvement d’approche existentielle, la géographie physique : la grandeur, la puissance, l’infinie variété, l’incommensurable répétition... Les apologistes de la Contre-réforme ont utilisé, de manière théâtrale, cette argumentation51. Le courant piétiste l’a intériorisée. Fénelon, son représentant le plus influent, fait implicitement valoir, dans le Traité de l’existence de Dieu, les réactions émotionnelles de l’homme à l’étendue, comme une source de connaissance. Il retrouve ce qu’Augustin analyse depuis le terme de « sentiment intérieur52 ».

39L’abbé Pluche a compté parmi les actifs vulgarisateurs de cette théologie qui prend en compte et l’intimité de l’être et les avancées scientifiques dans la compréhension du monde. Ainsi, lorsque Bernardin de Saint-Pierre entreprit, dans les Études, un combat contre le pessimisme moral et le matérialisme, il s’inscrivit dans un lignage dont il prolongeait l’esprit.

40L’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre est tournée contre ceux qui nient le postulat d’une cause première parfaite et contre ceux dont l’attitude intellectuelle favorise le matérialisme, ce qui englobe les athées, certains déistes, les croyants acquis aux interprétations des diluvianistes, les disciples de Locke et de Condillac. Le combat est engagé depuis la géographie, la métaphysique et la morale. L’argumentation repose sur une théorie de la terre et sur une ontologie de la participation universelle.

  • 53 Bernardin de Saint-Pierre, évoquant la question du déluge dans l’Étude IV, écrit : « Il ne resta s (...)

41La théorie de la terre que Bernardin de Saint-Pierre propose dans les Études n’est pas exactement celle des Harmonies. L’auteur passe d’un modèle artistique53 à un modèle biologique, celui d’un organisme en évolution, d’un corps en état de croissance par renouvellement de ses parties :

Je suppose que, dans l’origine, le globe était couvert d’eau, et qu’il n’avait que les linéaments primitifs de son organisation, c’est-à-dire les crêtes des hautes montagnes de granit qui apparaissent à sa surface, et devaient être, par leur attraction et leur électricité, les principes des continents et des îles. Le globe ressemblait en quelque sorte à un œuf qui renferme dans son germe la tête, le cœur, les organes et les nerfs de l’oiseau, que la chaleur combinée avec son fluide devait y développer après un certain nombre de révolutions du soleil (Harmonies, livre III, p. 167b).

  • 54 « [...] nous remarquerons que ces courbes si agréables et si variées que les volatiles décrivent d (...)
  • 55 « Mais comme rien n’est monotone dans les paysages que dessine la nature... » (Harmonies, livre IV (...)
  • 56 Bernardin de Saint-Pierre rapporte, dans l’Étude III, cette objection : « D’ailleurs, la terre est (...)

42Le modèle artistique présente la nature comme une cause seconde agissant sur la matière qu’elle organise54. Le modèle biologique, qui d’ailleurs ne se substitue pas totalement au premier55, expose l’action de la nature sur elle-même. Ainsi, l’idée d’une intelligence opérant par reprises, interprétation que l’image même de l’artiste pouvait induire, est considérablement réduite. On peut voir dans ce changement une amélioration de la réponse aux attaques des déistes adversaires d’une « Providence56 ».

  • 57 Le modèle biologique, c’est-à-dire l’idée de la terre comme un corps organisé se transformant, est (...)

43Pris globalement, ces modèles fondent le discours de Bernardin de Saint-Pierre contre la tendance matérialiste. Les Études et les Harmonies en sont l’argumentation. Analysé de manière plus critique, le changement de modèles pourrait identifier la tension vers une autre attitude intellectuelle. Dans l’hypothèse de la matière sculptée, l’auteur hérite de la tradition scolastique. Avec le thème de l’organisme, il propose un modèle de géographie physique depuis la biologie, ce qui fut une représentation mentale de plus en plus présente chez les théoriciens de la terre de la fin du XVIIIe siècle57.

  • 58 Harmonies de la nature, livre I, p. 50b.
  • 59 Voir G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la tradition apologétique », dans Nicolas Bruc (...)
  • 60 « Les principes communs (ou vérités premières) sont non pas des acquisitions, mais des possessions (...)

44L’autre assise du combat est, avons-nous dit, la métaphysique. La métaphysique de celui qui se présente comme un théologien58 est une métaphysique providentialiste59. L’auteur reconnaît une intelligence supérieure, cause de l’univers, mais il exclut les textes inspirés et la Révélation comme source de « vérités premières60 ». Le grand principe sur lequel il a bâti sa réflexion, celui de participation universelle, appartient à l’enseignement de Platon, d’Aristote repris par les maîtres de la théologie chrétienne, Augustin, Thomas d’Aquin. Ce principe lui a été transmis par les jésuites.

  • 61 « L’espèce de l’intellect divin est donc rendue présente dans la créature faite par lui », Thomas (...)

45Le principe de participation universelle est une clé de la pensée chrétienne. Il a été particulièrement théorisé par Thomas d’Aquin dans la Somme contre les Gentils. Ce principe, devenu concept dans l’apologétique de Thomas d’Aquin, rend compte de l’unité de la Création dans la diversité de ses apparences : tout ce qui a été créé enferme, à des degrés divers, la présence de son créateur61. Chez Bernardin de Saint-Pierre, la théorie de la participation a impulsé une recherche où l’histoire naturelle croise la théologie, celle des lois morales de la nature depuis un inventaire des types de rapports qui existent entre les différents constituants du paysage terrestre. Cette recherche est l’objet majeur des Études et des Harmonies. Cependant, le concept de participation est, dans l’œuvre de l’écrivain, le centre de plusieurs registres. Il n’impulse pas seulement, comme nous venons de l’évoquer, une démarche contemplative ; il fonde d’une part l’ontologie de la personne, il inspire, d’autre part, la philosophie de l’ingénieur des Ponts et Chaussées.

  • 62 Voir G.-R. Thibault, « La notion de sentiment », dans « Bernardin de Saint-Pierre : l’oeil et le d (...)

46Le concept de participation est le socle d’une ontologie de la personne par la médiation du sentiment. Dans le système de pensée de l’auteur, le sentiment est la faculté souveraine. Il fait l’objet d’un traitement particulier dans l’Étude XII mais il occupe toute l’œuvre. On se bornera, pour l’heure, à en dégager les traits essentiels62. Le sentiment est ce par quoi l’intelligence humaine participe, de manière spécifique, à l’intelligence suprême :

J’ai cherché, dans les Études dix et onze, une faculté plus propre à découvrir la vérité que notre raison qui n’est d’ailleurs que notre intérêt personnel. J’ai cru la trouver dans cet instinct sublime appelé le sentiment, qui est en nous l’expression des lois naturelles, et qui est invariable chez toutes les nations (Étude XIV, p. 474b).

  • 63 Thomas d’Aquin, au livre II de la Somme contre les Gentils, explore, selon sa logique, les degrés (...)

47Le sentiment ainsi présenté, instinct sublime, est à considérer depuis une acception théologique. En effet, l’épithète de « sublime » est ici à prendre avec sa valeur étymologique et culturelle : sub limen, sous le seuil divin63

  • 64 I, 28.
  • 65 Les considérations sur l’hydrographie et l’hydraulique sont nombreuses dans l’œuvre. Touchant l’ex (...)
  • 66 Les leçons d’observation de Bernardin de Saint-Pierre passent par des conseils de méthode (ex. : É (...)

48.Enfin, le concept de participation se donne à voir, dans l’œuvre de l’écrivain, à travers des préoccupations qui héritent de la philosophie de l’École des ponts et chaussées. En effet, plusieurs ingénieurs des ponts, et parmi eux Bernardin de Saint-Pierre, ont rêvé d’une unification géographique des hommes par un partage des biens agricoles et industriels fondé sur le développement du réseau des routes et des canaux. Quand bien même cet idéal devrait être, en partie, interprété depuis l’injonction divine de la Genèse biblique, « Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la64 », il paraît difficile d’éviter l’idée d’une transposition du concept métaphysique à l’univers physique. Dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre, la perspective de réunir les hommes passe par un intérêt privilégié pour l’extension des voies navigables65, ce qui, considéré depuis la théorie de la terre organisme vivant, peut être lu comme une participation de l’homme à la croissance de cet organisme. Bernardin de Saint-Pierre ne borne pas les échanges entre les populations au seul moyen d’un déploiement des lignes de communication. Il sollicite l’imagination créatrice, l’invention de nouvelles technologies de transport. Les Études et les Harmonies sont émaillées de leçons d’observation66 qui invitent à participer à l’intelligence de la nature transformatrice de la matière.

49La dernière base de l’entreprise de Bernardin de Saint-Pierre, telle que nous l’avons présentée, est la morale. Sa réflexion morale a pour trait essentiel l’optimisme. Ce trait se manifeste à travers trois grandes oppositions, celle à la théorie de la terre des diluvianistes, celle à la théorie de la connaissance des sensualistes, celle à la méthode analytique.

  • 67 Voir Peter Harrison, « Scaling the ladder of Being. Theology and Early Theories of Evolution » dan (...)

50Les diluvianistes sont des théoriciens de la terre qui, à la fin du XVIIe et durant le XVIIIe siècle soutinrent l’idée d’une évolution dégénérescente du globe liée à la transgression de la loi divine67. Thomas Burnet est, avec son ouvrage Telluris theorica sacra (1681), l’un des pères de ce courant. Il eut pour héritiers W. Whiston, J. Woodward et T. Robinson. Buffon présente les systèmes de Burnet, Whiston et Woodward dans sa Théorie de la terre.

  • 68 G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie », art. cité, p. 268-269.
  • 69 Harmonies, livre III, p. 171-172.

51La question du déluge est abordée par Bernardin de Saint-Pierre dans l’Étude IV. Elle réapparaît, sans lien avec la Bible, dans le livre III des Harmonies68. Tandis que dans le premier cas l’interprétation de l’événement comme d’une sanction morale n’est pas totalement écartée, dans le second cas, le cataclysme est présenté comme un phénomène astronomique provoqué par le changement progressif du centre de gravité de la Terre. Il est analysé comme étant à l’origine des paysages de la vie tels que nous les connaissons69. Cette lecture du cataclysme, de même que celle de la terre pensée comme un organisme en cours de développement, recèle l’idée d’une expansion vitale bonne par essence et qu’aucune faute morale des créatures ne peut par conséquent inverser. Par cette approche, Bernardin de Saint-Pierre s’inscrit dans la mouvance de Leibniz et de sa théodicée.

  • 70 « La parole qui créa le monde le gouverne encore » (Étude XIV, p. 477b).
  • 71 Cité au livre V des Harmonies, p. 259b. La phrase est prise au livre I, chap. iii, de la Somme con (...)
  • 72 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « L’humanisme de Bernardin de Saint-Pierre : ent (...)
  • 73 « Il n’y a pas moins de convenance dans les formes et les grosseurs des fruits. Il y en a beaucoup (...)

52L’opposition à la théorie de la connaissance du sensualiste Locke et de son représentant français Condillac, découle, quant à elle, de la théorie de la participation. Bernardin de Saint-Pierre l’exprime au livre V des Harmonies. Dans sa défense du pouvoir de la parole70 il en arrive à critiquer la formule de Thomas d’Aquin « Nihil est in intellectu quod non fuerit prius in sensu » (Il n’y a rien dans l’intelligence, qui n’ait été premièrement dans les sens71) comme ayant préparé la voie d’un désenchantement du monde, comme ayant porté atteinte à l’humanisme contemplatif72. Les Études et les Harmonies mettent en scène, de manière théâtrale et provocatrice73, cette pensée que si le savoir n’est pas fondé sur le postulat de la parole créatrice, s’il n’est pas tourné vers l’extension psychologique de l’espèce, s’il n’est pas tendu vers sa spécification au sein du vivant, c’est l’identité même de l’espèce qui est menacée.

53Un autre aspect de la morale de Bernardin de Saint-Pierre est lié à la position qu’il tient dans le débat entre les partisans de l’analyse et ceux de la synthèse comme méthode de construction du savoir. Tandis que chez les historiens de la nature s’amplifiait un mouvement favorable à l’analyse qui aboutirait à la méthode expérimentale, Bernardin de Saint-Pierre défendait une approche par progression additive des unités signifiantes jusqu’à la saisie compréhensive des ensembles vivants : « Pour étudier la nature avec intelligence, il en faut lier toutes les parties ensemble » (Étude IX, p. 268).

54La raison majeure de cette position est une fois de plus à rapporter à la métaphysique de la participation. Parce que l’intelligence humaine a des attaches privilégiées avec la cause première, l’espèce est une sorte de figure morale dans la dynamique du vivant. Dès lors, ses membres doivent se garder de l’enfermement où les conduirait, jusqu’à rompre avec le système de la vie, une décomposition de plus en plus approfondie des corps. C’est ce qui est exprimé dans le Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au jardin des Plantes de Paris :

  • 74 Cité par Malcolm Cook dans « Bernardin de Saint-Pierre et la culture du Jardin national pendant la (...)

L’anatomie comparée des animaux suffit, dit-on, pour les connaître. Quelques lumières qu’elle ait répandues sur celle de l’homme même, l’étude de leurs goûts, de leurs instincts, de leurs passions, en jette de bien plus importantes pour nos besoins et pour notre propre existence ; elle est le complément de l’histoire naturelle74.

  • 75 Harmonies, livre I, p. 102b et 103a.

55C’est ce que l’on trouve développé, avec une perspective de méditation spirituelle, dans la « Leçon de botanique à Paul et Virginie75 ».

56Au terme de cette présentation des lignes de force qui unissent, dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre, la science de l’ingénieur et la théologie naturelle, ce qui se dégage, du point de vue des textes, de leur engendrement, c’est le phénomène de l’agglomération des voix : des pensées aux origines diverses se sont cimentées dans un être. Ce fait nous rappelle, si l’importance de l’enseignement, quelles qu’en soient les formes, au sein des sociétés, ne suffisait pas pour le montrer, qu’au regard d’une anthropologie culturelle, l’individu n’existe pas.

  • 76 D. Masseau, Les Ennemis des philosophes, Paris, Albin Michel, 2000 ; « Les anti-Lumières » dans le(...)

57Partant de Bernardin de Saint-Pierre et de la fin du XVIIIe siècle, la conséquence de ce fait est de nous ramener à une entreprise que certains historiens de la culture, tel Didier Masseau, ont engagée76, le réexamen de la vie culturelle à l’époque pré-révolutionnaire : travailler à saisir les effets de la mémoire culturelle sur les philosophes et les écrivains.

  • 77 « Quoi qu’en avaient pu dire La Motte et l’abbé Terrasson il n’y a point de vrai progrès de la rai (...)
  • 78 Les représentants du mouvement symboliste, du mouvement surréaliste mais également les artistes et (...)

58Le parti des philosophes s’est présenté comme un parti du progrès luttant contre l’obscurantisme. Des auteurs, en leur temps, ont manifesté leur réserve à l’égard du concept de « progrès » et du mot « lumière », son image de propagande, appliqués à la vie intellectuelle et morale77. Cette réserve, les poètes, les artistes du XIXe et du XXe siècle, ceux qui furent le plus tournés vers l’analyse de la part obscure de l’homme, qui l’ont exploré de manière inspirée78, nous en ont ouvert la voie. Si l’on veut comprendre la réalité culturelle de la fin du XVIIIe siècle, il nous faut nous attacher à en décrire la dynamique. Ainsi pourrons-nous mieux appréhender une mémoire qui pour des raisons idéologiques a été clivée.

  • 79 Voir Cosmos, Paris, Utz, 2000, p. 334.
  • 80 Voir : Les Théoriciens d’une géographie du paysage, Berque, Besse, Donadieu.
  • 81 La notion de biosphère est une conceptualisation de la vie terrestre comme totalité. L’origine mod (...)

59La dernière perspective que nous livrerons touchant les Études et les Harmonies est l’exploration de ces œuvres comme un atelier où s’empilent les notes, les esquisses, les dessins préparatoires. Alexandre Humboldt voyait dans les écrits de Bernardin de Saint Pierre, l’intuition de la géo-botanique79, mais il est également possible d’y lire celle de l’écologie, de la géographie du paysage80, du concept de biosphère81.

Notes

1 Bossuet, Œuvres complètes, « Explication de quelques difficultés sur les prières de la messe à un nouveau catholique », chap, x, t. XLII, Paris, Gautier frères, 1828, p. 81.

2 Voir, au XVIIe siècle, l’Art de communier de Baltasar Graciàn ; au XXe siècle, les textes de l’Hymne de l’univers du père Teilhard de Chardin.

3 Ratio studiorum, éd. bilingue de L. Albrieux et D. Pralon-Julia, Paris, Belin, 1997, règle 328.

4 Ibid., règle 466.

5 Ibid., règle 213.

6 « L’un des ministères les plus importants de notre Compagnie est de transmettre au prochain tous les enseignements convenant à notre institut, pour l’éveiller ensuite à la connaissance et l’amour de notre Créateur et Rédempteur [...] », Ratio, op. cit., règle 7.

7 Voir ci-après, le concept de « sentiment ».

8 Arithmétique, géométrie euclidienne, algèbre.

9 Lecture de la sphère.

10 Lever à la planchette, maniement des instruments d’orientation et de mesure. Voir G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie » dans Géographies plurielles, H. Blais et I. Laboulais (dir.), Paris, L’Harmattan, 2006.

11 « Tout au long de son histoire, la science de l’ingénieur a deux composantes fondamentales : la géométrie et le dessin », R. Halleux, dans La Science classique, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1998, art. « Ingénieurs ».

12 Le 20 avril 1757 et le 2 août 1758 (Charles de Robillard de Beaurepaire, Recherches sur l’Instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Évreux, Huet, t. 11, p. 184,185).

13 Ibid., t. 11, p. 172.

14 Albert Anthiaume, Le Collège du Havre. Contribution à l’histoire de l’enseignement secondaire en France et particulièrement au Havre, 1759-1865, Le Havre, Havre-Éclair, 1905.

15 « Cette correction sévère dans l’imitation de la nature, ce jugement qui doit présider à tout et donner aux productions du génie la précision et la clarté nécessaires pour être réalisées dans l’exécution, sont des dons précieux qui ne mûrissent et ne se perfectionnent que par le travail le plus opiniâtre. » J.-B. Descamps, Sur l’utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, Paris, Regnard, 1767, p. 27-28.

16 Citation recueillie par C. de Robillard de Beaurepaire, op. cit. t. II, p. 175.

17 Sur l’utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers (discours prononcé par Jean-Baptiste Descamps en 1767), Paris, Regnard, 1767.

18 Mémoire sur l’entretien des grandes routes, Mémoire sur les chemins de traverse..., cité dans la Notice historique sur J.-B. Descamps... de Descamps fils (Rouen, Périaux, [1807]).

19 Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant avec des réflexions relativement aux arts et quelques gravures, Paris, Desaint, 1769, p. XVIIJ.

20 D. Delarbre, L’école de dessin de Rouen dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise sous la dir. de Christine Le Bozec, université de Rouen, 2004 (bibliothèque de l’IRED).

21 Archives de l’Académie de Rouen, registre B 5/2.

22 C. Dias, L’École de mathématiques de Rouen au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de Christine Le Bozec, université de Rouen, 2002, p. 77.

23 Mentionné dans le Répertoire des archives de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, (1744-1990) par F. Burckard et C. Bouhier, Rouen, 1994, t. II, p. 141.

24 Sur l’utilité des établissements…,op. cit. p. 16. Plus avant, Descamps écrit : « Les ouvriers ne peuvent rien produire que par habitude, la plupart ne peuvent pas imiter exactement. Les leçons qu’on leur procure aujourd’hui, tendent à développer en eux le germe dont la nature les a doués, et à les créer en quelque sorte, de nouveau. [...] Habitués à étudier le beau, à le comparer avec le défectueux, ils [les ouvriers] arriveront à cette justesse qui choisit dans la nature, et juge sainement de ses variétés infinies ; ils multiplieront les changements dans tous les objets qui en sont susceptibles. »

25 Le Timée qui présente une construction du monde par triangulation de la matière.

26 Type croissance multiple dans une suite de triangles adjacents : 25°, 50°, 100°...

27 Type point/ligne, droite/courbe, angle aigu/angle obtus...

28 Type point/plan, carré/cercle...

29 Ce que montre le traité de B. Gracián, Art et figures de l’esprit.

30 A. Picon, L’Invention de l’ingénieur moderne. L’École des ponts et chaussées, 1747-1851, thèse de doctorat, École des hautes études, 1991, t. 1.

31 « Je pensais [...] que l’on pourrait regarder le corps des Ponts et Chaussées comme une académie occupée à cultiver toutes les sciences et les connaissances utiles aux progrès des arts et du commerce et à la perfection de l’esprit humain. Comme je suis persuadé qu’une seule loi physico-mathématique régit la nature, qu’une seule chaîne unit les êtres et les phénomènes qu’ils présentent et qu’une seule réciprocité d’action et de réaction constitue leur existence, manifeste leurs propriétés, dirige leurs opérations et constate leurs effets ; rien ne me semblait plus propre à découvrir et à démontrer cette loi que le concours d’un grand nombre d’ingénieurs également instruits, imbus des mêmes principes, mus par le même patriotisme et la même émulation et travaillant dans le même point de vue pour l’honneur du corps dans lequel ils servent et pour leur gloire universelle » (lettre de l’ingénieur des ponts Normand, au nouveau directeur de l’école, Prony, r8 octobre 1782, archives de l’ENPC, ms. tort). En r8o6, l’ingénieur en chef Lesage publiait un Recueil de divers mémoires extraits de la bibliothèque des Ponts et Chaussées à l’usage des élèves ingénieurs. Dans ce recueil, Lesage présente le mémoire de l’ingénieur anglais J. Smeaton sur la construction du phare d’Edystone. Deux concepts parcourent cette présentation, celui d’imitation et celui de participation. Lesage part de l’esprit d’association qu’il commente comme une ramification des individus entre eux de sorte que l’organisation sociale est un ordre participatif faisant pendant à un ordre plus vaste, la participation de tous les éléments de l’univers : « L’esprit d’association [...] contribue plus qu’on ne le pense à leur bonheur [le bonheur des Anglais] et à la prospérité de la nation entière, car, sans cette ramification dans l’organisation sociale, l’individu est trop disproportionné au grand tout », Recueil, op. cit., Paris, Bernard, t. II, n. p. 53.

32 En 1768, Dupont de Nemours présentait, dans un Discours destiné à enrichir le Journal de l’agriculture, du commerce et des finances, les idées maîtresses de la physiocratie : le droit naturel des hommes, l’ordre naturel de la société, les lois naturelles les plus avantageuses aux hommes réunis en société. Dans son paragraphe sur l’ordre naturel, il écrit : « L’ordre naturel est la constitution physique que Dieu même a donné à l’univers, et par laquelle tout s’opère dans la nature. En ce sens général et vaste, l’ordre naturel précède de beaucoup le droit naturel de l’homme ; il s’étend bien au-delà de l’homme et de ce qui l’intéresse ; il embrasse la totalité des êtres. » Cité par Eugène Daire dans Physiocrates. Quesnay, Dupont de Nemours, Mercier de La Rivière, l’abbé Baudeau, Le Trosne, Paris, Guillaumin, 1846, p. 21.

33 Le sujet du concours de style de 1778 était : « Quelle est l’utilité des Ponts et Chaussées, relativement au commerce et à l’agriculture ? » Cité par A. Picon, L’Invention de l’ingénieur, op. cit. chap. III.

34 Voir Jacques-François Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, Paris, Jombert, 1754, rééd., Genève, Mirkoff, 1973 ; et Planches pour le premier volume du cours d’architecture qui contient les leçons données en 1750 et les années suivantes, Paris, Desaint, 1771, t. II, pl. LVIII.

35 Voir Joan Kelly Gadol, Leon Battista Alberti. L’homme universel de la renaissance, Paris, Éd. de la Passion, 1995, p. 97. Le texte de Plotin auquel renvoi Gadol est le Traité 31, « Sur la beauté intelligible ».

36 Gadol, commentant le livre IX, chap. v du traité d’Alberti traduit le texte latin par une « certaine raison innée de l’esprit. » (Leon Battista Alberti, op. cit. p. 102). Cette relation de l’intelligence humaine à un ordre qui lui est extérieur est présente, parmi les architectes du XVIIIe siècle, chez Le Camus de Mézières : voir Le Génie de l’architecture ou l’analogie de cet art avec nos sensations, Paris, 1780.

37 La statique est la science des poids, du centre de gravité des forces.

38 Le dessin linéaire est fondé sur le tracé des figures géométriques et non sur la figure humaine.

39 Dessins de plans et d’élévations.

40 La stéréotomie est la science de la coupe des solides (coupes des pierres, des bois...)

41 Copies de cartes ou cartes utopiques. La carte utopique est la carte d’un lieu imaginé par les étudiants depuis des contraintes de géographie physique (rivières, montagnes, marécages, forêts...) Elle est destinée à évaluer l’inventivité en matière de solutions techniques pour ouvrir des tracés pertinents sur un territoire. Elle permet également d’apprécier les qualités de dessin du plan cartographique et de son lavage c’est-à-dire de l’usage des signes topographiques.

42 La rédaction de projets est à rapprocher de la carte utopique. Un projet de construction ou d’aménagement d’un territoire étant mis au concours, les élèves devaient rédiger, plans ou cartes à l’appui, un mémoire montrant leur capacité à situer les problèmes théoriques et à planifier leurs résolutions.

43 L’essai est « l’opération par laquelle on s’assure des propriétés d’une chose (essai analytique) ou de la manière d’user d’une chose en la plaçant dans les conditions prévues par son utilisation (essai comparatif) », R. Halleux, La Science classique, op. cit., article « Expérience », p. 515. Cette définition se trouve confirmée par l’une des réflexions de Perronet à ses élèves : « Nos connaissances, quelque étendues, quelque variées qu’elles soient, ne sont que de deux sortes : celles que nous acquérons par l’impression que les objets font sur nos sens, et celles que la méditation ou l’étude peut nous procurer » (cité par l’ingénieur Lesage dans son Recueil de divers mémoires extraits de la bibliothèque des Ponts et Chaussées..., op. cit.)

44 Archives des Ponts et Chaussées, ms. 2042. L’Instruction de 1760 est accessible dans l’ouvrage du colonel Berthaut, Les Ingénieurs géographes militaires 1624-1831, Imprimerie du service géographique des armées, 1911.

45 Vauban, dans sa Description géographique de l’élection de Vézelay, 1696, avait déjà précisé tout ce qu’un topographe doit observer pour compléter la carte.

46 Lettre de Bernardin de Saint-Pierre au ministère de la Guerre, 28 janvier 1785. C’est une lettre où l’auteur récapitule ses services. Archives nationales, centre des archives d’Outre-Mer, dossier Bernardin de Saint-Pierre.

47 Voir ci-dessus l’article d’Alain Guyot.

48 Voir G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie », op. cit.

49 « Les lignes, écrit l’architecte contemporain Brusatin, sont des idées qui tantôt suivent un cours tranquille et s’ordonnent en rythmes harmonieux comme des ondes, tantôt se croisent dans l’air et s’y affrontent presque comme des flèches », Histoire de la ligne, Paris, Flammarion, 2002, avant-propos, p. 8.

50 Augustin, au livre VI, chap. xii de la Cité de Dieu, évoque les « trois théologies que les Grecs appellent mythique, physique, politique et les latins fabuleuse, naturelle, civile ».

51 Voir le jésuite rouennais Étienne Binet avec l’Essay des merveilles de nature et des plus nobles artifices (1627), le capucin Yves de Paris, auteur de nombreux ouvrages d’apologétique dont La Théologie naturelle où les premières vérités de la foi sont éclaircies par raisons sensibles et morales (1633-1637).

52 « Ce sentiment n’a point son origine dans l’ouïe, ni dans la vue, ni dans l’odorat, ni dans le goût, ni dans le tact. Par ce sens intime, par ce sentiment intérieur, je suis certain que je suis, que je connais que je suis, et que j’aime mon être et ma connaissance » (« Ibi me et esse et hoc nosse certus sum, et haec amo atque amare me similiter certus sum »), La Cité de Dieu, livre XI, chap. xxvii, trad. Nisard, Paris, Didot, 1871.

53 Bernardin de Saint-Pierre, évoquant la question du déluge dans l’Étude IV, écrit : « Il ne resta sur terre aucune trace de la gloire ou du bonheur des mortels, dans ces jours de vengeance où la nature détruisait ses propres monuments » (p. 182b). Dans l’Étude V, c’est un modèle pictural qui est utilisé : l’auteur se prépare à un essai de description contemplative, celui d’un site en deçà du tropique du Capricorne. Il écrit : « Malgré mon insuffisance, je vais essayer d’en tracer une esquisse afin de donner au moins une idée de la manière dont la nature dispose ses plans dans des climats opposés » (p. 197b).

54 « [...] nous remarquerons que ces courbes si agréables et si variées que les volatiles décrivent dans les airs sont les mêmes que dessinent les contours des plus belles fleurs, et que celles dont les astres nous offrent les premiers patrons dans leurs formes circulaires et dans leurs cours » (Harmonies, livre II, p. 151a).

55 « Mais comme rien n’est monotone dans les paysages que dessine la nature... » (Harmonies, livre IV, p. 234a).

56 Bernardin de Saint-Pierre rapporte, dans l’Étude III, cette objection : « D’ailleurs, la terre est un jardin mal ordonné, qui n’offre presque partout que des plantes inutiles, ou des poisons mortels » (p. 165b). Dans ce jugement, l’idée d’une cause première n’est pas niée. Il y a un ordonnateur du jardin – ce qui est une position déiste-, mais son action est imparfaite, ce qui contrarie l’idée de Providence.

57 Le modèle biologique, c’est-à-dire l’idée de la terre comme un corps organisé se transformant, est présente dans les Nouvelles recherches physiques et métaphysiques sur la nature et la religion (1759), ainsi que dans la Theory of Earth (1785) de James Hutton. En France, la pensée d’un transformisme biologique est formulée par Lamarck dans sa Leçon d’ouverture du cours de l’an VIII au Museum (voir G. Gohau, Les Sciences de la terre au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Albin Michel, 1990, p. 277). L’historien des origines de la géologie souligne combien l’idée de « progression de la vie » est vieille comme l’histoire naturelle et rappelle qu’on la trouve chez Aristote (op. cit. p. 296). Par sa proximité avec les auteurs anciens, autant qu’avec les naturalistes, Bernardin de Saint-Pierre, à pu emprunter cette idée tout à la fois aux modernes et, comme le montre le texte qui suit, aux anciens : « Aristote avait défini la matière brute, celle qui est formée par juxtaposition, et la matière organisée, celle qui est assemblée par intussusception » (Harmonies, livre I, p. 85b).

58 Harmonies de la nature, livre I, p. 50b.

59 Voir G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la tradition apologétique », dans Nicolas Brucker (dir.), Apologétique 1650-1802. La nature et la grâce, Berne, Peter Lang, 2010.

60 « Les principes communs (ou vérités premières) sont non pas des acquisitions, mais des possessions naturelles de l’intelligence ; celle-ci n’est pas seulement susceptible de les concevoir un jour, comme il arrive pour les propositions contingentes ; elle les contient en puissance et comme en germe : ils constituent autant de dispositions prochaines toutes prêtes à entrer en acte à la première occasion » Ch. Lahr, Cours de philosophie, Paris, Beauchesne, 1907, t. 1, p. 223.

61 « L’espèce de l’intellect divin est donc rendue présente dans la créature faite par lui », Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, II, chap. xlv, trad. Cyrille Michon, Paris, Flammarion, « GF ».

62 Voir G.-R. Thibault, « La notion de sentiment », dans « Bernardin de Saint-Pierre : l’oeil et le déchiffrement du monde », Cahiers jungiens de psychanalyse, no 111, Paris, automne 2004, p. 32-33·

63 Thomas d’Aquin, au livre II de la Somme contre les Gentils, explore, selon sa logique, les degrés de la Création (voir notamment les chap. xlv, lxviii, xcii). On retrouve, dans les méditations spirituelles de Bossuet, cette gradation soutenue par le plein sens étymologique de l’adjectif « sublime » : « [...] parmi ces bienheureux esprits, les séraphins qui sont les plus sublimes et que vous mettez à la tête de tous les célestes escadrons le plus près de vous... », « Élévation sur la création des anges, et celle de l’homme », dans Elévations à Dieu sur tous les mystères de la religion, Paris, Beaucé, 1819, p. 49.

64 I, 28.

65 Les considérations sur l’hydrographie et l’hydraulique sont nombreuses dans l’œuvre. Touchant l’extension des voies navigables, le texte le plus parlant est sans doute le mémoire intitulé Projet d’une compagnie pour la découverte d’un passage aux Indes par la Russie.

66 Les leçons d’observation de Bernardin de Saint-Pierre passent par des conseils de méthode (ex. : Étude I, p. 134a, Étude VI, p. 211b) et par les descriptions mêmes qui parcourent l’œuvre.

67 Voir Peter Harrison, « Scaling the ladder of Being. Theology and Early Theories of Evolution » dans Religion, Reason and Nature in early modern Europe, Robert Crocker (dir.), Dordrecht-Boston-Londres, Kluwer Academic Publishers, 2001.

68 G.-R. Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie », art. cité, p. 268-269.

69 Harmonies, livre III, p. 171-172.

70 « La parole qui créa le monde le gouverne encore » (Étude XIV, p. 477b).

71 Cité au livre V des Harmonies, p. 259b. La phrase est prise au livre I, chap. iii, de la Somme contre les Gentils.

72 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « L’humanisme de Bernardin de Saint-Pierre : entre tradition et modernité », colloque du CTHS, Grenoble, printemps 2006.

73 « Il n’y a pas moins de convenance dans les formes et les grosseurs des fruits. Il y en a beaucoup qui sont taillés pour la bouche de l’homme, comme les cerises et les prunes ; d’autres pour sa main, comme les poires et les pommes ; d’autres, beaucoup plus gros, comme les melons, sont divisés par côtes, et semblent destinés à être mangés en famille » (Étude XI, p. 371a).

74 Cité par Malcolm Cook dans « Bernardin de Saint-Pierre et la culture du Jardin national pendant la Révolution », Église, éducation, Lumières... Histoires culturelles de la France, 1500-1830, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 446.

75 Harmonies, livre I, p. 102b et 103a.

76 D. Masseau, Les Ennemis des philosophes, Paris, Albin Michel, 2000 ; « Les anti-Lumières » dans le Magazine littéraire, « Le siècle des Lumières », no 450, février 2006 ; « Lumières, religions et anti-Lumières » dans D. Masseau et M. Porret (dir.), Sens des Lumières, Chêne-Bourg (Suisse), Georg, « L’Équinoxe », 2007, p. 77-89.

77 « Quoi qu’en avaient pu dire La Motte et l’abbé Terrasson il n’y a point de vrai progrès de la raison dans l’espèce humaine, parce que tout ce que l’on gagne d’un côté, on le perd de l’autre », écrit Rousseau dans l’Émile (livre IV, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, P· 676)·

78 Les représentants du mouvement symboliste, du mouvement surréaliste mais également les artistes et les poètes pour qui l’art et la littérature sont l’expression d’une mémoire collective. Dans ses Propos d’atelier, le sculpteur Appelles Fenosa déclarait : « On m’a demandé ce que je pense du présent, j’ai répondu que mon présent commence il y a cinq mille ans, avec les peintures de Lascaux... » Il poursuit : « Le présent est beaucoup plus vaste pour moi que pour beaucoup. Chaque seconde m’emmène deux ou trois ans en avant ou en arrière, toujours continuellement » (Creil, B. Dumerchez, « Le temps qu’il fait », 1996, p. 96 et 48).

79 Voir Cosmos, Paris, Utz, 2000, p. 334.

80 Voir : Les Théoriciens d’une géographie du paysage, Berque, Besse, Donadieu.

81 La notion de biosphère est une conceptualisation de la vie terrestre comme totalité. L’origine moderne de cette attitude intellectuelle est, notamment, à chercher dans l’œuvre de Lamarck (Recherches sur l’organisation des corps vivants, 1802). L’un des grands représentants du concept de biosphère est, de nos jours, le planétologue James Lovelock (La Terre est un être vivant, 1979, Paris, Flammarion, « Champs », 1993).

Auteur

Maître de conférences à l’IUFM de Rouen, est l’auteur de l’article consacré à Bernardin de Saint-Pierre dans l’Encyclopedia universalis. En 2008, il a publié une anthologie intitulée Bernardin de Saint-Pierre ou L’Éducation du citoyen (Lyon, INRP, 2008) qui propose de voir dans les écrits pédagogiques de l’auteur de Paul et Virginie, des jalons essentiels dans la marche vers une Éducation nationale. Il est l’auteur de très nombreux travaux sur Bernardin de Saint-Pierre et termine actuellement une FIDR consacrée à l’écrivain.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.