Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

IIIe partie — Relectures

Le voyage à l’île de France : des lettres au livre

Alain Guyot

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet, entre autres, Percy G. Adams, Travelers and Travel Liars 1660-1800, Berkeley/Los (...)

1Concurremment au journal et au récit, la lettre représente une forme fréquemment utilisée par les voyageurs pour faire le compte rendu de leur périple et de leurs impressions. Elle offre en outre l’avantage sur le journal et le récit de transmettre à ses destinataires lesdites informations avant même le retour du voyageur. On connaît l’intérêt accordé par les érudits des XVIIe et XVIIIe siècles à ces correspondances de voyage, qui étaient généralement appelées à une diffusion dépassant parfois largement leur destinataire initial, voire son cercle familial ou mondain – sans parler des lettres publiées dans les périodiques, souvent destinées à alimenter un véritable débat d’idées, usage qui se prolonge encore au XIXe siècle. Par son aspect fragmenté dans le temps et dans l’espace, par la personnalisation qu’elle assure à son énonciation, puisque destinateur et destinataire sont clairement identifiés, la correspondance de voyage contribue à garantir au récit à la fois une spontanéité et une authenticité que n’offrent pas d’autres formes, rédigées a posteriori ou davantage sujettes à caution : il ne faut pas oublier qu’aux yeux des gardiens du savoir au XVIIIe siècle, tout voyageur est un menteur, voire un escroc, en puissance1 !

  • 2 Pierre Rodriguez, « Contraintes et contradictions du récit de voyage : l’expérience de Bernardin d (...)
  • 3 Voir à ce sujet le colloque « Imago Mundi. Lettres et images d’Europe » (CRLV/CRLP, Grignan, octob (...)
  • 4 Adrien Pasquali, Le Tour des horizons. Critique et récits de voyages, Paris, Klincksieck, 1994, p. (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Voir à ce sujet Henri Mitterand, L’Illusion réaliste. De Balzac à Aragon, Paris, PUF, 1994.

2C’est peut-être à cette possibilité quelle autorise « de suivre au plus près les périples d’une aventure tout en autorisant appréciations et digressions du voyageur, voire une évolution progressive du sentiment », selon le mot de Pierre Rodriguez2, que la correspondance de voyage doit son succès au XV et au XVIIIe siècles3 Elle fournit même aux hommes de lettres une forme toute prête pour ce qu’Adrien Pasquali nomme une véritable « mise en scène épistolaire4 ». La lettre de voyage fictive, rédigée après le périple sur la base des notes prises en cours de route, devient alors une pure commodité formelle, qui utilise les avantages précédemment énoncés de la relation épistolaire pour « mimer une narration presque simultanée », adressée à « un correspondant réel mais fonctionnellement feint5 ». Tel est le cas de la plupart de ces « lettres familières », qui prennent pour modèle celles de Misson ou du président de Brosses, au moment où le voyage d’Italie abandonne le pur domaine de l’érudition pour gagner progressivement celui de la badinerie littéraire : ce qui est alors recherché, c’est l’effet de réel, l’impression référentielle, préfigurant étrangement les procédés créateurs de cette « illusion réaliste » si finement illustrée par les plus grands romanciers du XIXe siècle6.

  • 7 Observations sur la Hollande, la Prusse, la Pologne et la Russie dans Œuvres complètes de Jacques- (...)

3Mais les avantages liés à cette utilisation fictive de la forme épistolaire ne présentent-ils pas également certains revers, à commencer par l’artificialité et les ambiguïtés mêmes du procédé ? Où se trouve dans ce cas la frontière entre réalité et fiction ? Est-il même possible de la déterminer ? La question se pose de manière particulièrement intéressante au sujet du Voyage à l’île de France (1773) de Bernardin. La genèse et les choix formels qu’il y adopte se révèlent en effet d’un singulier intérêt pour la problématique ici retenue, parce que le texte qui en résulte est une forme de compromis, presque un hapax dans l’histoire littéraire de la France. Les autres récits de voyage écrits par Bernardin et publiés par Louis-Aimé Martin à titre posthume7 obéissent en effet à une forme fort convenue, celle de la chorographie traditionnelle où les remarques se répartissent en différents chapitres, consacrés au pays visité, à ses habitants et à son gouvernement.

4Il en va tout autrement du Voyage à l’île de France, qui montre une grande diversité formelle, puisque l’ouvrage juxtapose des lettres, des extraits de journal, des recueils d’observation, des glossaires et même des dialogues philosophiques dans la meilleure tradition du moment – sans parler des cartes, des tableaux et schémas en tout genre. La matière en est tout aussi hétérogène : la chronologie s’y mêle à l’inventaire pour raconter le voyage, consigner les observations du voyageur, mais aussi, une fois sur place, recenser scrupuleusement les ressources naturelles de l’île, ses potentialités militaires, les espèces animales et végétales qui s’y développent, les mœurs de ses indigènes et de ses colons. Le tout est agrémenté de considérations philosophiques ou morales sur l’esclavage, auxquelles s’ajoutent des lamentations sur l’exil comme sur le caractère tour à tour désolant et repoussant d’une nature à première vue bien éloignée du « vert paradis » des amours de Paul et de Virginie.

5Cette hétérogénéité du fond et de la forme du Voyage à l’île de France tient peut-être à la situation très particulière de Bernardin dans sa nouvelle affectation. On se rappelle que, s’il s’embarque en février 1768 pour Madagascar, où il doit participer à la fondation d’une colonie, en qualité de capitaine-ingénieur du roi, sous la conduite du comte de Maudave, il débarque dans la future île Maurice en juillet de la même année, apparemment à la suite d’une brouille sérieuse avec le chef de l’expédition. Implicitement, le statut du voyageur et de son voyage s’en trouve alors modifié. De participant d’une entreprise collective et dûment mandatée à cet effet par l’autorité politique, comme cela était de règle à l’époque pour ce genre d’expédition, Bernardin se retrouve, par un concours de circonstances, mis à la disposition du commandant militaire de file de France, sans mission officielle – du moins le récit de voyage reste-t-il muet à ce sujet... Là réside peut-être l’une des raisons qui expliquent la confusion et les ambiguïtés de l’ouvrage en question, relevées par maint commentateur. Bien qu’il n’ait reçu aucune commande du pouvoir politique en place et qu’il avoue d’emblée son incompétence en la matière, Bernardin va se faire un devoir de tracer un tableau aussi exhaustif que possible d’une contrée de colonisation récente et qui n’a, semble-t-il, pas fait jusqu’alors l’objet d’un inventaire systématique – non sans que l’écrivain pointe déjà derrière l’officier du génie cherchant à jouer les utilités...

  • 8 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, Y. Benot (éd.), Paris, La Découverte, 1983, p (...)

6Cette hétérogénéité du projet et de sa réalisation ne doit point étonner : le récit de voyage – la critique l’atteste – a toujours fait preuve d’une grande perméabilité aux autres genres littéraires, accueillant bien souvent en son sein anecdotes, inventaires chiffrés, récits d’aventures, descriptions géographiques, documents authentiques ou fragments poétiques. Ce qui frappe davantage le lecteur – et l’on en revient au cœur de la problématique retenue-, c’est la manière pour le moins étrange dont Bernardin se sert de la « lettre de voyage », qu’il utilise beaucoup plus fréquemment que les autres formes citées. Dès la préface, il présente son récit comme la simple collection des « lettres et [d]es journaux » qu’il a « écrits à [s]es amis » : « À mon retour je les ai mis en ordre et je les ai fait imprimer, afin de leur donner une marque publique d’amitié et de reconnaissance8. »

  • 9 Voir p. 30, 33, 34, 36, 42, 55, 68, 74, 78, 90, 115, 120, 126,139, 176, 179, etc.
  • 10 Voir p. 151 et 180, où Bernardin évoque l’esclave qu’il a acheté et auquel il a donné le nom de so (...)
  • 11 Voir en particulier les lettres VI (« Aspect et géographie de l’île de France »), VII (« Du sol et (...)
  • 12 p. 220.

7Étrange motivation qui masque le véritable projet du récit de voyage et en brouille quelque peu la réception. Car cette déclaration reste de pure forme. Le modèle épistolaire est en effet réduit à sa plus simple expression dans le Voyage à l’île de France. Certes le destinataire apparaît quelquefois, en des lieux stratégiques, sous la forme d’un vous bien évasif9, plus rarement encore par une allusion explicite à son identité10. Mais ce procédé rend d’autant plus artificielles certaines « lettres », qui semblent très mal s’adapter à leur contenu, surtout lorsqu’il s’agit d’arides taxinomies végétales ou animales, éventuellement accompagnées de quelques considérations plus personnelles, d’une date et d’une formule de politesse stéréotypée11. Parfois la forme épistolaire se mêle bizarrement à celle du journal pour aboutir à des formules paradoxales comme celle de la lettre XXV, sous-titrée « Suite de mon journal au Cap12 »... Pierre Rodriguez fait remarquer à juste titre que les missives prétendument envoyées sur la route du retour – jusqu’à celle qui narre l’émotion du débarquement à Lorient – n’ont a priori aucun sens, puisque leur auteur s’apprête à retrouver ses correspondants européens. Il en déduit fort judicieusement que ces lettres constituent un cadre purement formel au récit de voyage :

  • 13 Art. cité, p. 40.

[...] loin de s’enraciner dans un quelconque vécu, les lettres s’appliquent le plus souvent à épuiser une question sous forme de dissertation ou de catalogue d’observations, sans que le lecteur ait jamais l’impression de participer à une découverte progressive13.

  • 14 Voir par exemple l’édition qu’en ont procuré naguère Isabelle et Jean-Louis Vissière (Paris, Garni (...)

8Mais là encore Bernardin ne fait que reprendre, d’une manière parfois maladroite, il est vrai, le modèle des Lettres édifiantes inventées un peu plus tôt par les jésuites de la Chine14.

9Les quatre premières lettres de l’ouvrage, ainsi que les dernières, répondent davantage à ces critères de spontanéité et d’authenticité que l’on est en droit d’attendre d’une correspondance de voyage en bonne et due forme :

  • 15 P. Rodriguez, art. cit. p. 42.

Écrites au présent ou au passé composé, elles veulent relater au plus près la réalité d’une expérience actuelle. Dans leur relative brièveté, elles mêlent agréablement remarques descriptives, jugements personnels et spéculations plus générales sur la Providence, l’ordre des choses et l’histoire des hommes. De petits croquis donnent de la Bretagne une vision qui ne manque pas d’intérêt et permettent d’apprécier l’état d’esprit du voyageur en partance15.

  • 16 Bernardin de Saint-Pierre, Correspondance, L. Aimé-Martin (éd.), Paris, Ladvocat, 1826, t. I, p. 1 (...)
  • 17 Voir les lettres à Hennin des 6 décembre 1768 (ibid., p. 136), 18 avril 1770 (p. 154) et 3 juillet (...)
  • 18 Je tiens ici à exprimer toute ma gratitude à Malcolm Cook, Peter Damian-Grint, Philip Robinson et (...)
  • 19 Il s’agit de cinq lettres adressées à Hennin entre le 18 février 1768 et le 18 avril 1770, conserv (...)
  • 20 Il s’agit de deux lettres conservées à la bibliothèque du Havre, l’une, datée du 22 février 1770, (...)
  • 21 Il s’agit de lettres adressées à un général (14 juin 1769), à un destinataire inconnu (9 décembre (...)

10Il pouvait donc paraître intéressant, dans un semblable contexte, de confronter ces « lettres de voyage », en apparence fictives, à la correspondance de Bernardin, telle du moins qu’elle a été conservée, pour cerner au plus près la part et les procédés de cette sorte de mise en scène narrative à laquelle se livrerait Bernardin. Les « vingt-quatre correspondances répandues dans toute l’Europe » qu’il annonce à Hennin dans sa lettre du 3 août 176816, les promesses qu’il fait à plusieurs de ses correspondants de leur livrer sous peu le fruit de ses observations17 laissent en effet présager une matière abondante pour une confrontation de ce genre. Mais, en dépit des efforts inlassables entrepris par l’équipe chargée de l’édition de la correspondance de Bernardin18, ce qui en a été retrouvé pour la période située entre janvier 1768 et mai 1771, qui correspond à la durée de son voyage aux tropiques, est trop maigre pour permettre au chercheur de tirer des enseignements définitifs : l’inventaire en ligne ne fait état que de seize lettres de la main de Bernardin. Neuf d’entre elles ont fait l’objet d’une publication19, trois sont encore inédites20 et les quatre dernières sont simplement mentionnées sans qu’on ait pu les identifier plus précisément21.

  • 22 Voir les lettres à la princesse Czartoryska (op. cit. p. 394-396), à Hennin des 22 janvier 1769 (o (...)
  • 23 Voir les lettres à Duval des 7 août (op. cit. p. 527) et 6 décembre 1768 (p. 530), à Hennin des 6 (...)
  • 24 « [...] je suis occupé du soin de faire raccommoder les bâtiments civils [...] je renonce pour la (...)
  • 25 Voir la lettre à Hennin du 22 janvier 1769 (ibid. p. 139-143).
  • 26 Voir les lettres du 6 décembre 1768 à Hennin (ibid, p. 134-135), à la princesse Czartoryska (op. c (...)
  • 27 Voir les lettres à Hennin des 3 août 1768 (op. cit. p. 132-133), 6 décembre 1768 (p. 136), 22 janv (...)
  • 28 C’est ce qui ressort de la confrontation entre la réalité qu’il décrit et ce qu’il s’en imaginait (...)

11En l’état actuel des choses, la confrontation n’est donc possible qu’avec les douze lettres identifiées. Mais là aussi le résultat se révèle décevant, et Bernardin est, apparemment, loin de tenir ses promesses. On retrouve certes ici et là quelques éléments présents dans le voyage, des bribes de description de la terre et des animaux22, des fragments consacrés à la condition ou au costume des Noirs ou à la division de la société créole23, à l’absence de fortifications ou aux « fonctions » de Bernardin de Saint-Pierre sur l’île24. Mais il fait la plupart du temps allusion à des événements qui ne sont pas mentionnés dans le Voyage à l’île de France, des malheurs de l’expédition Maudave à Madagascar25 à l’escale de Bougainville au Port-Louis, où Bernardin rencontre pour la première fois Aotourou, le jeune Tahitien que le célèbre navigateur ramènera avec lui en France, à l’automne 176826. Il passe surtout son temps à se plaindre à ses correspondants de l’éloignement, du manque de nouvelles et de ses difficultés pécuniaires27. Si la déception de Bernardin à l’île de France est manifeste dans ce qui nous est parvenu de ses lettres de voyage28, celle du lecteur l’est tout autant au vu du peu de matière qu’il fournit à ses correspondants à propos de son séjour sous les tropiques...

  • 29 Voir Luciano Stecca, « Significato dei viaggi in Bernardin de Saint-Pierre : dal viaggio nel reale (...)

12Restent tout de même quelques célèbres morceaux épistolaires, qui offrent matière à une confrontation avec les passages correspondants du Voyage à l’île de France : l’une retrace le départ de Lorient, les autres offrent un résumé du voyage maritime, en insistant sur les deux tempêtes essuyées par le navire. Elles ont déjà fait l’objet de commentaires, par Luciano Stecca en particulier29, mais leur intérêt est suffisant pour que l’on y revienne en détail. La mise en regard de la lettre à Hennin du 18 février 1768 avec celle qui lui correspond dans le récit de voyage est à cet égard particulièrement instructive :

À Monsieur Hennin
J’ai trouvé, mon cher ami, votre lettre à mon arrivée à Lorient. J’ai différé d’y répondre, afin de ne rien laisser à vous mander. Nous partons demain, les vents sont favorables. Je suis pénétré de votre amitié que l’absence et vos occupations n’altèrent point. Vous faites en vérité trop d’honneur à mes Mémoires ; un jour je les rendrai intéressants et plus dignes de vous lorsque vous les aurez corrigés. Si la mort me prévenait, j’en ai disposé par testament ; une partie au baron de Breteuil, à qui je n’ai pu les refuser ; le reste à vous, et, en vérité, c’est agir de ma part avec confiance. Je ne connais pas trois personnes à qui je voulusse montrer mes brouillons. Si je prétendais à leur estime, il a de quoi me juger fou.
Parlons de mon voyage dont je ferai le journal. Nous avons pour principal passager un colonel, M. de Modave [sic], qui a tout l’esprit qu’on peut avoir ; je le crois chargé d’un commandement. Un de mes amis, M. de La Marche, passe avec lui. Vous l’avez pu voir en Pologne.
Notre vaisseau, le marquis de Castries, est de sept cents tonneaux, ce qui fait une assez belle coquille. On m’a fait une petite chambre où je couche avec mon chien, c’est un ami de deux ans et un ami fidèle.
Mon cher ami, on tire le canon du départ. Je me hâte de finir ma lettre. Donnez-moi souvent de vos nouvelles par la voie des bureaux. Adieu, je vous embrasse de tout mon cœur.
Je suis pour la vie votre bon ami.
De Saint-Pierre

  • 30 op. cit. p. 127-128.
  • 31 Voyage à Îîle de France, p. 36.

À Lorient, ce 18 février 176830
[Lettre IV]
bord du Marquis de Castries]
Je n’ai que le temps de vous faire mes adieux ; nous appareillons. Je vous recommande les cinq lettres incluses ; il y en a trois pour la Russie, la Prusse et la Pologne. Partout où j’ai voyagé, j’ai laissé quelqu’un que je regrette.
Mais le vaisseau est à pic. J’entends le bruit des sifflets, les hissements du cabestan et des matelots qui virent l’ancre... Voici le dernier coup de canon. Nous sommes sous voile ; je vois fuir le rivage, les remparts et les toits du Port-Louis. Adieu, amis plus chers que les trésors de l’Inde !... Adieu, forêts du nord, que je ne reverrai plus ! tendre amitié ! sentiment plus cher qui la surpassiez ! temps d’ivresse et de bonheur qui s’est écoulé comme un songe ! adieu... adieu... On ne vit qu’un jour pour mourir toute la vie.
Vous recevrez mon journal, mes lettres et mes regrets. Je vous aimerai toujours... je ne peux vous en dire davantage.
Je suis, etc.31

  • 32 p. 34 : le vaisseau y mesure ici huit cents tonneaux !

13La lettre à Hennin a vraisemblablement été commencée le 17 et achevée le jour même du départ. On laissera de côté, faute d’éléments, les discordances de date : la lettre qui précède dans le Voyage, et qui annonce le départ comme imminent, est datée du 20 février. La lettre à Hennin fait en outre état de considérations d’ordre privé qui ne pouvaient effectivement être retenues dans un ouvrage. On s’étonnera davantage de l’étrange mention du comte de Maudave, ici présenté comme un simple compagnon de voyage, et non comme le chef de la mission à laquelle est rattachée Bernardin, alors même que ce dernier dira plus tard que ce même Maudave a tout mis en œuvre pour lui faire manquer l’embarquement... Ce qui est plus intéressant, dans la perspective retenue, c’est la mention du vaisseau, de son tonnage et de la petite chambre aménagée pour le voyageur et son chien, déjà indiquée dans la troisième lettre du Voyage32. On trouve aussi, dans la correspondance comme dans le récit viatique, l’allusion au coup de canon qui signale le moment du départ.

  • 33 Art. cité, p. 77-79.

14Mais là s’arrêtent les points communs : alors que la lettre à Hennin manifeste une certaine neutralité dans le ton, la ponctuation utilisée dans celle du Voyage accuse la modalité exclamative, jusqu’à l’interruption finale. On lui associera l’utilisation des déictiques et du présent dans toute la gamme de ses valeurs, qui fait se télescoper le temps de l’événement raconté, celui de son écriture et celui de la lecture, ainsi que la syntaxe, composée de phrases courtes, parfois nominales, toujours juxtaposées, qui retrace autant d’impressions visuelles et sonores. Tout est en place pour créer une forme d’impression référentielle par le recours à l’hypotypose, destinée à susciter chez le lecteur le sentiment que le spectacle se déroule sous ses yeux. Tout est là pour créer cette impression d’urgence propre au récit simultané, qui n’est pas sans évoquer un reportage en direct. Bernardin a-t-il fait usage d’une lettre qu’on n’a pas – encore – retrouvée ? On peut en douter, eu égard aux dernières lignes de la lettre à Hennin. Mais, en dépit du premier alinéa, qui accréditerait l’authenticité de la lettre, les généralités qui ponctuent le second attestent clairement qu’il s’agit bien là d’une mise en scène, comme le soupçonnait Luciano Stecca33. Mise en scène d’une étape chronologique – le moment du départ – qui ressemble fort à une épreuve initiatique – celle de la coupure irrévocable avec le monde abandonné par le voyageur, comme le souligne la maxime qui conclut le second alinéa.

  • 34 Voir p. 29-3 1.
  • 35 p. 33.
  • 36 p. 34.
  • 37 « Nous avons traversé la ville sans y rencontrer personne. J’ai vu, des murs de la citadelle, l’ho (...)
  • 38 p. 35-36·
  • 39 Passage de la ligne (p. 43), rencontre avec d’autres vaisseaux (p. 51, 58-59).
  • 40 Perte de matelots (p. 37), chaleur (p. 40), tempêtes (p. 43, 52, 59-62).
  • 41 Mal de mer (p. 37-38, 66), scorbut (p. 43, 58, 63, 65-66).
  • 42 Voir p. 236-239.

15Du coup, on se sent invité à relire les lettres précédentes, qui relatent la traversée de la Bretagne, les préparatifs et l’attente du départ, moins comme des témoignages authentiques que comme des éléments de cette mise en scène parfaitement concertée. Ainsi, le voyage à travers la Bretagne pauvre, vide et glacée sous l’hiver fait presque figure de traversée du désert34. Les divers bruits et mouvements du port inspirent au narrateur « je ne sais quelle ivresse maritime35 ». L’entrepont du bateau est présenté comme une « prison ténébreuse36 », et la mer comme un espace sacré, mystérieux, dangereux, théâtre du monstrueux, de l’angoisse et de l’exploit37. Le bruit du vent et de la mer est même décrit comme suffisamment fort pour étourdir le narrateur, et détourner au dernier moment deux de ses futurs compagnons de leur projet de voyage38. De même, le « Journal » du voyage à suivre, avec ses événements39, ses accidents40 et ses maladies41, les fait apparaître comme autant d’occasions offertes par la nature au héros-narrateur de démontrer sa vaillance. Quant à la vingt-septième lettre du récit viatique, qui narre le retour du voyageur en terre française, elle est l’exact pendant de celles qui marquaient les épreuves de l’aller : alerte à l’incendie dans une cale, disette, mauvais temps qui empêche de reconnaître la proximité de la mère-patrie, émotion contenue du retour sur le sol natal, soulignée par une syntaxe minimaliste42.

  • 43 Note, op. cit. p. 526. On se contentera de signaler les quelques (maigres) variantes.
  • 44 Voir p. 68.

16Les deux lettres adressées par Bernardin à Hennin et à Duval dès son arrivée à l’île de France prennent aussi leur source dans le trajet entre Lorient et les tropiques. Là aussi, autre déception : hormis les en-tête et les formules finales, les deux lettres narrent de manière pratiquement identique les principaux événements du voyage, pour proposer, selon les mots de Sainte-Beuve, un « abrégé de [1] a traversée » sous la forme d’« une espèce de circulaire que Bernardin de Saint-Pierre adressait à ses amis d’Europe, sans y faire de variantes43 ». Du moins y trouve-t-on le bref récit du coup de vent essuyé par le navire au cap Finisterre et celui de la grande tempête qu’il a rencontrée dans le canal du Mozambique. Or ces deux morceaux sont également développés – et même amplifiés pour le second – dans le « Journal » de la traversée, qui constitue l’une des plus longues séquences du Voyage. Dans ce cas, il y a changement de forme, puisque l’on passe de la lettre au journal de voyage. Mais il faut se rappeler que dans l’avant-propos du récit viatique comme dans sa correspondance, Bernardin affirme avoir tenu ses journaux pour en faire part à ses amis : si le destinataire n’y est pas aussi présent que dans le cadre épistolaire, il demeure implicite. De fait, le « Journal », intégré qu’il est à la quatrième lettre, se conclut par une adresse à un destinataire et une formule de politesse44.

17La confrontation entre la version du premier coup de vent donnée à Duval et à Hennin et la version diaristique est intéressante :

  • 45 « [...] nous inquiéta pour l’avenir » (lettre à Hennin du 3 août 1768 – op. cit. p. 129).
  • 46 « [...] gouvernait mal » (ibid.)
  • 47 « Un coup de mer, qu’on ne put éviter sur le gaillard-d’avant, rompit [...] » (ibid., p. 129-130).
  • 48 « [...] un seul fut sauvé dans les hauts bancs où la mer le rejeta après lui avoir fracassé la mai (...)

[...] le 5 du même mois nous essuyâmes, à la hauteur du cap Finistère, un coup de vent qui nous mit en danger et nous inquiéta fort pour l’avenir45. Nous nous aperçûmes que le vaisseau gouvernait fort mal46. Un coup de mer qu’on ne put éviter brisa sur notre avant47, rompit quelques barreaux du pont, enleva la petite chaloupe et emporta le maître d’équipage avec trois matelots ; un seul fut rejeté dans les haubans et sauvé après avoir eu l’épaule et la main fracassées48.

  • 49 Voyage à l’île de France, p. 37.

Le 5, il s’éleva un très gros temps. Le vaisseau était en route sous ses deux basses voiles. J’étais très fatigué du mal de mer. À dix heures et demie du matin, étant sur mon lit, j’éprouvai une forte secousse. Quelqu’un cria que le vaisseau venait de toucher. Je montai sur le pont, où je vis tout le monde consterné. Une lame, venant de tribord, avait enlevé à la mer la yole ou petite chaloupe, le maître des matelots et trois hommes. Un seul d’entre eux resta accroché dans les haubans du grand mât, d’où on le tira, l’épaule et la main fracassées. Il fut impossible de sauver les autres, que l’on ne revit plus.
Ce malheur vint de la faute du vaisseau, qui gouvernait mal. Sa poupe était trop renflée dans l’eau, ce qui détruisait l’action du gouvernail49.

  • 50 On a retranché la dernière séquence de l’extrait du récit de voyage, qui retrace les conséquences (...)

18Les morceaux sont sensiblement de même étendue50, mais ils n’exploitent pas toujours les mêmes éléments et ne se présentent pas sous la même forme. La condensation est évidente dans la version épistolaire, qui cherche à lier la syntaxe des événements et des phrases pour en économiser les moyens. Le journal adopte en revanche une démarche paratactique, où les phrases simples, brèves, isolées les unes des autres, soulignent une écriture de la notation caractéristique du style diariste. En lieu et place du récit épistolaire, rendu très visuel par une narration dynamique au passé simple, le journal met en scène le voyageur-narrateur, totalement absent de la lettre, dans son malaise même et ses sensations, qui ouvrent la séquence tragique à suivre. Aux détails très imagés de la lettre se substituent des notations, elles aussi absentes de la correspondance, et soulignant cette tonalité sombre, à l’instar du récit au plus-que-parfait, fait après-coup au voyageur qui n’a pu assister à la scène. Après ce bref « tombeau » des marins emportés, le second alinéa peut alors laisser place à des considérations plus techniques.

19La tempête dans le canal du Mozambique est l’objet d’un tout autre soin :

  • 51 « À minuit, un coup de mer enfonça les sabords de trois fenêtres de la grande chambre, et y jeta [ (...)
  • 52 « [...] fit le bruit d’un coup [...] » (ibid.)
  • 53 « Aussitôt nous sentîmes dans la grande chambre [...] » (ibid.)
  • 54 « Je montai en haut où [...] » (ibid., p. 131).
  • 55 « [...] partout, dans la crainte que le feu ne se fût communiqué [...] » (ibid.)
  • 56 « [...] mât où la foudre avait passé » (ibid.)
  • 57 « [...] en travers à sec [...] » (ibid.)
  • 58 Lettre à Duval du 7 août 1768 (op. cit., p. 527).

Le 22 juin, nous nous trouvions presque nord et sud de Madagascar, lorsque nous essuyâmes une tempête affreuse. À minuit, une lame enfonça trois fenêtres de la grande chambre malgré leurs sabords51 et y jeta d’un seul coup plus de 20 barriques d’eau. À deux heures et demie du matin, nous entendîmes trois coups de tonnerre à 2 minutes d’intervalle. Le dernier fit l’effet52 d’un coup de canon de 24 tiré à portée de pistolet. Aussitôt je sentis dans ma chambre53 une forte odeur de soufre. Je me levai et montai sur le pont54 où l’on venait d’appeler tout l’équipage. Le grand mât était brisé en cinq ou six endroits ; le mât de perroquet avait été emporté, il ne restait plus qu’un tronçon du mât de hune qui pendait avec quelques agrès, accroché aux barres de hune. On examina partout si le feu ne s’était pas communiqué55 au vaisseau, mais on n’aperçut aucune trace de noirceur ni même d’odeur dans les crevasses du grand mât56. Le matin du 23, le vent devint si violent que le peu de voiles nécessaires pour gouverner fut emporté. Nous restâmes vingt-quatre heures à sec en travers57, ballottés par une mer affreuse58.

  • 59 Voyage à l’île de France, p. 59-62.

Le 23, à minuit et demi un coup de mer affreux enfonça quatre fenêtres des cinq de la grande chambre, quoique leurs volets fussent fermés par des croix de Saint-André. Le vaisseau fit un mouvement de l’arrière, comme s’il s’acculait. Au bruit, j’ouvris ma chambre qui dans l’instant fut pleine d’eau et de meubles qui flottaient. L’eau sortait par la porte de la grande chambre comme par l’écluse d’un moulin, il en était entré plus de trente barriques. On appela les charpentiers, on apporta de la lumière et on se hâta de clouer d’autres sabords aux fenêtres. Nous fuyions alors sous la misaine ; le vent et la mer étaient épouvantables.
À peine ce désordre venait d’être réparé qu’un grand caisson qui servait de table, plein de sel et de bouteilles de vin de Champagne, rompit ses attaches. Le roulis du vaisseau le faisait aller et venir comme un dé. Ce coffre énorme pesait plusieurs milliers, et menaçait de nous écraser dans nos chambres. Enfin il s’entrouvrit et les bouteilles qui en sortaient roulaient et se brisaient avec un désordre inexprimable. Les charpentiers revinrent une seconde fois et le remirent en place après bien du travail.
Comme le roulis m’empêchait de dormir, je m’étais jeté sur mon lit en bottes et en robe de chambre : mon chien paraissait saisi d’un effroi extraordinaire. Pendant que je m’amusais à calmer cet animal, je vis un éclair par un faux jour de mon sabord, et j’entendis le bruit du tonnerre. Il pouvait être trois heures et demie. Un instant après un second coup de tonnerre éclata, et mon chien se mit à tressaillir et à hurler. Enfin un troisième éclair suivi d’un troisième coup succéda presque aussitôt, et j’entendis crier sous le gaillard que quelque vaisseau se trouvait en danger ; en effet, ce bruit fut semblable à un coup de canon tiré près de nous, il ne roula point. Comme je sentais une forte odeur de soufre, je montai sur le pont où j’éprouvai d’abord un froid très vif. Il y régnait un grand silence, et la nuit était si obscure que je ne pus rien distinguer. Cependant, ayant entrevu quelqu’un près de moi, je lui demandai ce qu’il y avait de nouveau. On me répondit : « On vient de porter l’officier de quart dans sa chambre ; il est évanoui ainsi que le premier pilote. Le tonnerre a tombé sur le vaisseau, et notre grand mât est brisé. » Je distinguai en effet la vergue du grand hunier tombée sur les barres de la grande hune. Il ne paraissait, au-dessus, ni mât, ni manœuvre. Tout l’équipage était retiré dans la chambre du Conseil.
On fit une ronde sous le gaillard. Le tonnerre avait descendu jusque-là le long du mât. Une femme qui venait d’accoucher avait vu un globe de feu au pied de son lit. Cependant on ne trouva aucune trace d’incendie ; tout le monde attendit avec impatience la fin de la nuit.
Au point du jour je remontai sur le pont. On voyait au ciel quelques nuages blancs, d’autres cuivrés. Le vent venait de l’ouest où l’horizon paraissait d’un rouge ardent, comme si le soleil eût voulu se lever dans cette partie, le côté de l’est était tout noir. La mer formait des lames monstrueuses semblables à des montagnes pointues, formées de plusieurs étages de collines. De leur sommet s’élevaient de grands jets d’écume qui se coloraient de la couleur de l’arc-en-ciel. Elles étaient si élevées que du gaillard d’arrière elles nous paraissaient plus hautes que les hunes. Le vent faisait tant de bruit dans les cordages qu’il était impossible de s’entendre. Nous fuyions vent arrière sous la misaine. Un tronçon du mât de hune pendait au bout du grand mât qui était éclaté en huit endroits jusqu’au niveau du gaillard. Cinq des cercles de fer dont il était lié étaient fondus. Les passavants étaient couverts des débris des mâts de hune et de perroquet. Au lever du soleil, le vent redoubla avec une fureur inexprimable : notre vaisseau, ne pouvant plus obéir à son gouvernail, vint en travers. Alors, la misaine ayant faseyé, son écoute rompit. Ses secousses étaient si violentes qu’on crut qu’elle amènerait le mât à bas. Dans l’instant, le gaillard d’avant se trouva comme engagé ; les vagues brisaient sur le bossoir de bâbord, en sorte qu’on n’apercevait plus le beaupré. Des nuages d’écume nous inondaient jusque sous la dunette. Le navire ne gouvernait plus, et étant tout à fait en travers à la lame, à chaque roulis il prenait l’eau sous le vent jusqu’au pied du grand mât, et se relevait avec la plus grande difficulté.
Dans ce moment de péril le capitaine cria aux timoniers d’arriver, mais le vaisseau sans mouvement ne sentait plus sa barre. Il ordonna aux matelots de carguer la misaine que le vent emportait par lambeaux ; ces malheureux, effrayés, se réfugièrent sous le gaillard d’arrière. J’en vis pleurer un, d’autres se jetèrent à genoux en priant Dieu. Je m’avançai sur le passavant de bâbord en me cramponnant aux manœuvres, un Jacobin, aumônier du vaisseau, me suivit, et le sieur Sir André, passager, vint après. Plusieurs gens de l’équipage nous imitèrent, et nous vînmes à bout de carguer cette voile dont plus de la moitié était emportée. On voulut border le petit foc pour arriver, mais il fut déchiré comme une feuille de papier.
Nous restâmes donc à sec, en roulant d’une manière effroyable. Une fois, ayant lâché les manœuvres où je me retenais, je glissai jusqu’au pied du grand mât, où j’eus de l’eau jusqu’aux genoux. Enfin, après Dieu, notre salut vint de la solidité du vaisseau, et de ce qu’il était à trois ponts, sans quoi il se fût engagé. Notre situation dura jusqu’au soir que la tempête s’apaisa59.

  • 60 Voir à ce sujet É. Guitton, « Bernardin de Saint-Pierre écrivain maritime du Voyage à l’île de Fra (...)

20L’analyse confirme les impressions précédentes : là où la forme épistolaire ne propose qu’un simple sommaire, le récit donné par le « Journal » du Voyage présente une amplification particulièrement riche. On peut passer rapidement sur les exagérations qui font devenir trente les vingt barriques d’eau entrées à travers les quatre – et non plus trois – fenêtres de la grande chambre, sur le luxe des détails fournis par le récit de voyage et sur la parataxe asyndétique déjà remarquée dans l’extrait précédent : d’autres traits semblent beaucoup plus intéressants. Ainsi les impressions sensorielles sont mises en valeur, par le recours à l’imparfait, qui suscite autant de tableautins très visuels, ou par la mobilisation de l’ouïe, de l’odorat et du toucher. Autre manière de conférer de l’authenticité à la description, sur le mode de l’hypotypose, l’utilisation d’un vocabulaire technique emprunté à la marine est une première dans un texte qui s’oriente clairement du côté de la littérature60, de même que le recours à un discours de type didactique pour représenter la situation du vaisseau. On aura noté en outre la mise en scène et l’héroïsation du je voyageur par l’entremise de l’instance narrative, au moment où il s’agit de carguer la misaine.

  • 61 Cette précision disparaît d’ailleurs du récit de voyage.

21Le plus significatif reste le traitement des figures de l’analogie : là où les lettres n’en utilisent qu’une seule – la comparaison entre le coup de tonnerre et « un coup de canon de 2461 »-, le récit de voyage les multiplie. Les plus représentatives sont peut-être la comparaison mettant en scène la sortie de l’eau « par la porte de la grande chambre comme par l’écluse d’un moulin » et, dans la description de la tempête proprement dite, celle qui présente les « lames monstrueuses » de la mer en furie « semblables à des montagnes pointues, formées de plusieurs étages de collines », ou celle qui fait apparaître, au point du jour, l’horizon occidental « d’un rouge ardent, comme si le soleil eût voulu se lever dans cette partie ». La première comparaison, en grandissant la taille du comparant, contribue à dramatiser notablement la scène, tandis que les deux autres donnent à voir un monde à la fois renversé et monstrueux, où l’élément liquide se met à ressembler aux renflements de l’écorce terrestre et où le jour lui-même paraît ne plus vouloir respecter les points cardinaux... Préfiguration d’un espace où se déchaînent les forces les plus contradictoires de la nature, celui des ouragans tropicaux qui scanderont Paul et Virginie ? Sans doute, mais il reste surtout que, là encore, un sens latent, d’ordre symbolique, paraît se mettre en place dans la représentation de cette tempête, qui semble par instants hésiter entre recherche de l’authenticité, attention au rendu de l’impression vécue et quête d’une signification à attribuer aux événements rencontrés.

  • 62 Voir à ce sujet l’édition du Voyage à l’île de France par René Chaudenson (Maurice, Éd. de l’Océan (...)

22Par cette confrontation, certes très limitée, entre la correspondance et le récit de voyage, on espère avoir dévoilé un peu du sentiment bien particulier qui surgit encore aujourd’hui à la lecture du Voyage à l’île de France de Bernardin. Texte inabouti, que son auteur voulut reprendre quinze ans après sa première publication62, texte qui oscille sans arrêt, comme le soulignait déjà Luciano Stecca, entre une forme ancienne – la chorographie traditionnelle – et une autre, totalement nouvelle, où les impressions du voyageur occupent une place inhabituelle, le Voyage à l’île de France nous donne à voir un Bernardin à la fois soucieux du sérieux de son entreprise et de l’intérêt de ses lecteurs, préoccupé, plus qu’un autre peut-être avant lui, du sens du voyage et de son récit. Avec ses tensions et ses maladresses, cet ouvrage pour le moins étrange préfigure l’enracinement du récit de voyage dans la littérature, auquel procédera Chateaubriand dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem.

Notes

1 Voir à ce sujet, entre autres, Percy G. Adams, Travelers and Travel Liars 1660-1800, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1962.

2 Pierre Rodriguez, « Contraintes et contradictions du récit de voyage : l’expérience de Bernardin de Saint-Pierre », Francofonia VI-11,1986, p. 42.

3 Voir à ce sujet le colloque « Imago Mundi. Lettres et images d’Europe » (CRLV/CRLP, Grignan, octobre 2000) en ligne sur le site : http://www.crlv.paris4.sorbonne.fr/outils/colsem/afficher.php?colsem_id=10.

4 Adrien Pasquali, Le Tour des horizons. Critique et récits de voyages, Paris, Klincksieck, 1994, p. 103.

5 Ibid.

6 Voir à ce sujet Henri Mitterand, L’Illusion réaliste. De Balzac à Aragon, Paris, PUF, 1994.

7 Observations sur la Hollande, la Prusse, la Pologne et la Russie dans Œuvres complètes de Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, Paris, Méquignon-Marvis, 1818, t. II.

8 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, Y. Benot (éd.), Paris, La Découverte, 1983, p. 25. Cette édition nous servira de référence.

9 Voir p. 30, 33, 34, 36, 42, 55, 68, 74, 78, 90, 115, 120, 126,139, 176, 179, etc.

10 Voir p. 151 et 180, où Bernardin évoque l’esclave qu’il a acheté et auquel il a donné le nom de son correspondant, Duval.

11 Voir en particulier les lettres VI (« Aspect et géographie de l’île de France »), VII (« Du sol et des productions naturelles de l’île de France »), X (« Des productions maritimes ») et XVII (« Sur le commerce, l’agriculture et la défense de l’île »).

12 p. 220.

13 Art. cité, p. 40.

14 Voir par exemple l’édition qu’en ont procuré naguère Isabelle et Jean-Louis Vissière (Paris, Garnier-Flammarion, 1979).

15 P. Rodriguez, art. cit. p. 42.

16 Bernardin de Saint-Pierre, Correspondance, L. Aimé-Martin (éd.), Paris, Ladvocat, 1826, t. I, p. 133

17 Voir les lettres à Hennin des 6 décembre 1768 (ibid., p. 136), 18 avril 1770 (p. 154) et 3 juillet 1771 (p. 157), ainsi que celle à la princesse Czartoryska-Lubomirska du 6 décembre 1768 (publiée par M. Souriau dans la Revue des cours et conférences du 9 mai 1901, p. 396).

18 Je tiens ici à exprimer toute ma gratitude à Malcolm Cook, Peter Damian-Grint, Philip Robinson et Catriona Seth, qui m’ont donné accès à l’édition en ligne de cette correspondance sur le site d’Electronic Enlightenment, et m’ont servi de guides dans la jungle parfois inextricable qu’elle représente !

19 Il s’agit de cinq lettres adressées à Hennin entre le 18 février 1768 et le 18 avril 1770, conservées à la bibliothèque de l’Institut et publiées par Aimé-Martin dans l’édition précédemment citée, de deux lettres à Duval les 7 août et 6 décembre 1768, conservées au musée d’art et d’histoire de Genève et éditées par Sainte-Beuve dans ses Causeries du lundi (Paris, Garnier, 1853 [3e éd.], t. VI, p. 526 et suiv.), de la lettre déjà citée à la princesse Czartoryska et d’une lettre à un ami du 26 février 1771, partiellement publiée par M. Souriau dans son Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits (Paris, Soc. fr. d’imprimerie et de librairie, 1905, p. 119).

20 Il s’agit de deux lettres conservées à la bibliothèque du Havre, l’une, datée du 22 février 1770, adressée à un général (670, 1) et l’autre, à Salins de Lisle, du 14 septembre 1770 (670, 2-3) : merci à Dominique Rouet de m’en avoir facilité la consultation. La troisième, à laquelle je n’ai pu avoir accès à ce jour, du 20 septembre 1770, adressée à un destinataire non identifié, est conservée à la Bodleian Library d’Oxford (MSb French, 1-26, f° 3).

21 Il s’agit de lettres adressées à un général (14 juin 1769), à un destinataire inconnu (9 décembre 1769), à un autre qui est peut-être Hennin (5 janvier 1770) et à un responsable (10 septembre 1770).

22 Voir les lettres à la princesse Czartoryska (op. cit. p. 394-396), à Hennin des 22 janvier 1769 (op. cit. p. 138) et 18 avril 1770 (p. 152) : Bernardin y déplore le manque de charme du séjour.

23 Voir les lettres à Duval des 7 août (op. cit. p. 527) et 6 décembre 1768 (p. 530), à Hennin des 6 décembre 1768 (op. cit. p. 136), 22 janvier 1769 (p. 138) et 18 avril 1770 (p. 153-154).

24 « [...] je suis occupé du soin de faire raccommoder les bâtiments civils [...] je renonce pour la vie à être ingénieur des colonies ; il est plus honnête d’être maître maçon à Paris. » (ibid. p. 154 ; voir aussi p. 136).

25 Voir la lettre à Hennin du 22 janvier 1769 (ibid. p. 139-143).

26 Voir les lettres du 6 décembre 1768 à Hennin (ibid, p. 134-135), à la princesse Czartoryska (op. cit. p. 395) et à Duval (op. cit. p. 528-529). Le récit de voyage ne mentionne que la seconde rencontre avec Aotourou, à son retour d’Europe (p. 180-181), mais la correspondance retrouvée n’en fait pas alors état.

27 Voir les lettres à Hennin des 3 août 1768 (op. cit. p. 132-133), 6 décembre 1768 (p. 136), 22 janvier 1769 (p. 138) et 18 avril 1770 (p. 152-155), à Duval du 7 août 1768 (op. cit. p. 527) et à la princesse Czartoryska (op. cit. p. 394).

28 C’est ce qui ressort de la confrontation entre la réalité qu’il décrit et ce qu’il s’en imaginait avant son départ : « Je serai plus heureux dans ce nouveau monde. La nature y est meilleure. On peut s’y passer d’habits. Nos forêts ne portent que des glands ; celles-ci sont couvertes de fruits. » (lettre à Duval du 27 novembre 1767 – op. cit. p. 526).

29 Voir Luciano Stecca, « Significato dei viaggi in Bernardin de Saint-Pierre : dal viaggio nel reale al viaggio nell’immaginario », Spicilegio moderno 4, Pise, 1975, p. 75-78.

30 op. cit. p. 127-128.

31 Voyage à Îîle de France, p. 36.

32 p. 34 : le vaisseau y mesure ici huit cents tonneaux !

33 Art. cité, p. 77-79.

34 Voir p. 29-3 1.

35 p. 33.

36 p. 34.

37 « Nous avons traversé la ville sans y rencontrer personne. J’ai vu, des murs de la citadelle, l’horizon bien noir, l’île de Groix couverte de brume, la pleine mer fort agitée ; au loin de gros vaisseaux à la cape, de pauvres chasse-marées à la voile entre deux lames, sur le rivage des troupes de femmes transies de froid et de crainte, une sentinelle à la pointe d’un bastion, tout étonnée de la hardiesse de ces malheureux qui pêchent avec les mauves et les goélands au milieu de la tempête. » (p. 35).

38 p. 35-36·

39 Passage de la ligne (p. 43), rencontre avec d’autres vaisseaux (p. 51, 58-59).

40 Perte de matelots (p. 37), chaleur (p. 40), tempêtes (p. 43, 52, 59-62).

41 Mal de mer (p. 37-38, 66), scorbut (p. 43, 58, 63, 65-66).

42 Voir p. 236-239.

43 Note, op. cit. p. 526. On se contentera de signaler les quelques (maigres) variantes.

44 Voir p. 68.

45 « [...] nous inquiéta pour l’avenir » (lettre à Hennin du 3 août 1768 – op. cit. p. 129).

46 « [...] gouvernait mal » (ibid.)

47 « Un coup de mer, qu’on ne put éviter sur le gaillard-d’avant, rompit [...] » (ibid., p. 129-130).

48 « [...] un seul fut sauvé dans les hauts bancs où la mer le rejeta après lui avoir fracassé la main et l’épaule » (ibid., p. 130) – lettre à Duval du 7 août 1768 (op. cit. p. 526-527).

49 Voyage à l’île de France, p. 37.

50 On a retranché la dernière séquence de l’extrait du récit de voyage, qui retrace les conséquences du coup de vent sur les animaux du bord et les passagers et indique un remède contre le mal de mer, à base de « nourritures sèches » et de « fruits acides » (p. 37-38).

51 « À minuit, un coup de mer enfonça les sabords de trois fenêtres de la grande chambre, et y jeta [...] » (lettre à Hennin du 3 août 1768 – op. cit. p. 130).

52 « [...] fit le bruit d’un coup [...] » (ibid.)

53 « Aussitôt nous sentîmes dans la grande chambre [...] » (ibid.)

54 « Je montai en haut où [...] » (ibid., p. 131).

55 « [...] partout, dans la crainte que le feu ne se fût communiqué [...] » (ibid.)

56 « [...] mât où la foudre avait passé » (ibid.)

57 « [...] en travers à sec [...] » (ibid.)

58 Lettre à Duval du 7 août 1768 (op. cit., p. 527).

59 Voyage à l’île de France, p. 59-62.

60 Voir à ce sujet É. Guitton, « Bernardin de Saint-Pierre écrivain maritime du Voyage à l’île de France à Paul et Virginie » dans La Mer au siècle des encyclopédies, J. Bakou (éd.), Paris/Genève, Champion/Slatkine, 1987, p. 483-491.

61 Cette précision disparaît d’ailleurs du récit de voyage.

62 Voir à ce sujet l’édition du Voyage à l’île de France par René Chaudenson (Maurice, Éd. de l’Océan Indien, 1986) et A. Guyot, « De l’exploration du monde à la découverte de soi : le Voyage à l’île de France de Bernardin de Saint-Pierre (1773) et le projet de sa réédition (1790) » dans Le Bonheur de la littérature : Variations critiques pour Béatrice Didier, C. Montalbetti et J. Neefs (dir.), Paris, PUF, 2005, p. 303-309.

Auteur

Maître de conférences à l’université Stendhal Grenoble 3, s’intéresse à la poétique et à la stylistique des récits de voyage, du tournant des Lumières à la fin du romantisme, dans leurs relations avec la fiction narrative et l’écriture savante en particulier. Il est l’auteur, avec R. Le Huenen, de L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand : l’invention du voyage romantique (Paris, PUPS, 2006). Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs et participe à l’édition des Œuvres complètes de Théophile Gautier, aux éditions Honoré Champion. Il a en outre consacré des articles à Bernardin de Saint-Pierre, Mme de Staël, Marchangy, Mérimée, Nerval, au paysage romantique, ainsi qu’aux voyages dans les Alpes et dans le Grand Nord.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540