Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

IIe partie — Vers la Révolution

La Révolution au féminin : les lettres de Catherine de Saint-Pierre à l’époque révolutionnaire

Katherine Astbury

Texte intégral

  • 1 Lettres de Catherine de Saint-Pierre à son frère Bernardin, Paris, L’Harmattan, 1996.
  • 2 Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscripts, Paris, Société française d’imp (...)
  • 3 F. Maury, Étude sur la vie et les œuvres de Bernardin de Saint-Pierre, Paris, Hachette, 1892, cité (...)

1Née en 1743, Catherine de Saint-Pierre, sœur de Bernardin, lui écrit régulièrement entre 1766 et 1804. Elle passe la plus grande partie de sa vie en tant que pensionnaire à l’hôtel-Dieu à Dieppe. C’est la mort du père qui l’oblige à commencer la correspondance avec son frère, ce sera la maladie et la vieillesse qui la forceront à l’abandonner. Bernardin lui répond, plus ou moins régulièrement, mais ses lettres ne nous sont pas parvenues. Il nous reste donc une correspondance à sens unique où l’on voit étaler les ennuis financiers et familiaux d’une femme célibataire de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Un refrain constant : la peur d’interrompre le travail de son frère, de l’importuner des propositions de mariage que l’on lui a faites ou des précisions sur leur héritage commun. Le verdict des spécialistes de Bernardin de la fin du XIXe siècle a été sévère envers Catherine, mais le travail plus récent de Lieve Spaas (1996) a renversé l’opinion reçue1. Loin d’être « une pauvre fille2 », « vouée à l’instabilité d’humeur par toutes les vanités d’esprit provincial3 », l’étude de Spaas nous a révélé que Catherine est une femme qui sert d’« ancrage local pour les trois frères absents » (p. 94), Bernardin, Dominique, et Joseph.

  • 4 BM Armand-Salacrou Le Havre (ci-après Le Havre), ms. 142A : 12-13. La correspondance de Catherine (...)
  • 5 Bibliothèque de l’Institut, Paris, ms. 58 : 232-233.

2Pour celui ou celle qui sait les lire, les lettres de Catherine offrent donc une multitude de détails minutieux sur la vie quotidienne. J’utilise l’expression « savoir lire » les lettres en toute connaissance de cause. Catherine écrit mal – l’écriture est difficile à déchiffrer et l’orthographe très particulière. Elle écrit phonétiquement sur du papier de mauvaise qualité, ce qui rend la tâche encore plus pénible. En plus des obstacles que présente la lecture, son style est très elliptique, surtout parce que nous n’avons pas les lettres de Bernardin auxquelles elle répond. Pour vous donner un exemple de sa tournure elliptique, il suffit d’indiquer une lettre de mars 1784 où elle parle des peines de Bernardin : « Que navez vous pas Eprouvez sur le sujet qui fait partie de votre léttre Et un ossi longtamns comme vous me le marqueé4 » (BSP 00573, Dieppe, 24 mars 1784). Heureusement, cette fois-ci on peut faire des renvois à d’autres lettres de Bernardin à ses amis qui ont survécu pour découvrir la source des peines dont parle Catherine. On se rend compte que depuis un an le maréchal de Castries, ministre de la Marine, menaçait d’incarcérer son frère, Joseph, et qu’il allait enfin mettre cette menace à exécution, pour prévenir « les suites fâcheuses du dérangement de son esprit5 » (BSP 00583, Bernardin à Hennin, le 29 avril 1784). Impossible de glaner quoi que ce soit de la lettre de Catherine. Cet exemple est significatif parce qu’il nous montre la façon dont elle écrit et sera utile à garder en tête lorsque l’on étudiera sa réaction face à la Révolution.

3Selon Lieve Spaas, Catherine était « surtout préoccupée par le quotidien et la survie » (p. 70) pendant la Révolution. Spaas regrette qu’elle ne parle ni des événements révolutionnaires parisiens ni de la chouannerie (p. 70). Or, est-ce que le témoignage de Catherine est moins valable parce qu’elle ne parle pas de la fuite du roi à Varennes ou des luttes contre-révolutionnaires ? Au lieu de s’étonner des omissions, il me semble important de regarder de nouveau ce qu’elle nous dit. Après tout, elle représente une partie de la population du pays qui ne figure presque nulle part dans les documents officiels. Comment vit-elle la Révolution en tant que femme et Normande ? Quels détails choisit-elle de partager avec Bernardin, et quelle image de la Révolution à Dieppe reçoit-il ? Cet article essayera de donner des réponses à ces questions en offrant un aperçu inédit de la réalité quotidienne d’une femme correspondante en province pendant la décennie révolutionnaire.

  • 6 Le Havre, ms. 142A : 41-42.

4Les commentaires de Catherine sur la Révolution sont concentrés de façon disproportionnée sur les premiers mois, de juin et juillet 1789. C’est au début de la Révolution que Catherine semble la plus impliquée personnellement dans les événements qui bouleversent la France. Voyons de plus près ce dont elle s’occupe. Le 30 juin 1789, elle fait savoir à Bernardin que « nous fesons chaque jour des priere pour les Etas géné Raux6 » (BSP 01048). L’espoir à Dieppe était que la réunion des États généraux aboutirait à une amélioration de la situation en Normandie où l’on assistait à une véritable crise économique, provoquée en partie par le traité de libre échange avec l’Angleterre qui avait été signé en 1786. Catherine aurait été sans doute consciente des effets de la misère croissante. Il est intéressant de noter qu’elle ne semble pas encore s’être rendu compte du fait que les États généraux se sont rebaptisés Assemblée nationale, événement qui eut lieu huit jours avant cette lettre. Le changement de nom avait été rapporté dans le Journal de Normandie le 24 juin. Même si pour certains il devient par la suite une journée symbolique, le 17 juin n’a pas encore de signification pour Catherine.

  • 7 Le Havre, ms. 142A : 43-44.
  • 8 Cité par Claude Féron, La Révolution à Dieppe. Quelques documents inédits, Dieppe, La Ligie, 1990, (...)

5Deux autres lettres à Bernardin se succèdent à un rythme exceptionnel dans la correspondance de Catherine. D’habitude, Bernardin reçoit cinq ou six lettres de sa sœur par an. Au début de la Révolution, il en reçoit trois en trois semaines, ce qui révèle l’effet que les événements révolutionnaires ont sur Catherine, même si elle est une obscure femme provinciale. Dans la lettre du 7 juillet 17897 (BSP 01050), elle nous sert de témoin oculaire d’« une suites d’emosion Public au casioneé par la disette de blai qui sest ven du jus ca 7 £ 10s le boisseau ». Ce qu’elle nous raconte confirme les craintes qu’avait eues un subdélégué de Dieppe, Pierre Pocholle, qui, dès septembre 1788, avait prévenu l’intendant que « l’insurgence trop naturelle du peuple » était latente8. La disette de blé s’était installée dès la fin de 1788 dans la région dieppoise. Le récit de Catherine nous offre deux points de tension : le fait que l’on force les pauvres à joindre de l’orge au blé (« on les for coit di joindre de lorge ou autre movais blai ») et le pillage de bateaux. Les navires pillés dont elle parle étaient sans doute ceux qui déchargeaient des grains destinés non à la ville de Dieppe mais à Paris ou à d’autres grandes villes, et dont parle Féron (p. 14). La réaction violente du peuple à l’idée qu’on « pouvait fort bien se nourrir d’avoine au lieu de blé » est racontée dans un manuscrit des archives municipales de Granville (Manche) cité par Féron, où un Polletais narre les événements du 4 juillet (voir Féron, p. 30).

6Les sources primaires et les avis des historiens coïncident tout à fait avec le récit de Catherine qui se révèle ainsi un témoin fiable des émeutes qui l’entourent. Selon elle, un peu d’argent distribué réussit à calmer les pilleurs, mais le jour après, le dimanche 5 juillet « la découverte de bau coub de magasins de fromant » amène un pillage général. Pour Catherine, la cause en est claire : le peuple a été « Révolte den avoir sou fert de puis un temp ». Est-elle solidaire de leurs raisons parce qu’elle aussi a connu la misère et les ennuis financiers ? Elle parle aussi bien de « nos mutins » que de « nos troupe ». Elle est impressionnée par les canons mis en place au château et à l’entrée principale de la ville, et elle nous fait revivre de façon vive sa promenade à travers une ville en alerte. Avant tout, elle est heureuse que « toutes cette Rumeur soit passez sans quil En aye coûté la vie à au cuns ni même de blessez » et espère que la situation se calmera, malgré le peu d’union qui règne entre l’État-major et le corps de ville. Effectivement, le registre de correspondance de la municipalité de Dieppe prouve « le désaccord entre les responsables de l’autorité locale, sur l’attitude à prendre face à l’événement » (Féron, p. 18) et ces différences d’opinion se poursuivent publiquement dans le Journal de Normandie jusqu’en septembre 1789.

7Catherine offre à Bernardin une image précise et juste de la situation dans la ville, image que confirme le travail d’historiens modernes. Elle se fait des soucis d’exactitude. Elle fait voir à Bernardin la misère provoquée par le prix du blé, l’influence des rumeurs qui inondent la ville et la réponse des forces de l’ordre. Tous les détails sont facilement vérifiables par d’autres sources et ceci montre qu’elle a très bien su résumer les éléments clés des émeutes à Dieppe et aux alentours au début de juillet 1789.

  • 9 Le Havre, ms. 142A : 39-40.
  • 10 EDIP, 1989.
  • 11 Pour en savoir plus sur Bernardin et la Révolution, voir le chap, VIII du livre de Malcolm Cook, B (...)

8Sa lettre du 19 juillet9 (BSP 01052) démontre qu’elle prend très au sérieux sa responsabilité de faire un compte rendu fidèle des événements en Normandie pour son frère, et elle lui demande de faire la même chose pour elle de Paris. Elle lui parle d’une révolte à Rouen « lundi ou mardi » à cause de la cherté du blé, c’est-à-dire le 13 ou le 14 juillet, et de la révolte au Havre « de même cause » (mercredi 15, jeudi 16 juillet). Vu l’interruption des communications entre Le Havre et le reste du pays dont parle Jean Legoy dans son livre Le Havre dans la Révolution10, Catherine se montre très au courant, et, comme dans la lettre du 7 juillet, sait distinguer les rumeurs infondées des récits vrais. Le Journal de Normandie n’en parle que le 22 juillet, ce qui prouve qu’elle a ses propres sources fiables. Elle fait mention aussi des problèmes dans les campagnes – elle y avait fait allusion dans sa lettre précédente et entre dans plus de détails ici. Elle devait aller passer l’été chez une amie mais elles ont reporté le départ « pour attendre louverture de la récolte à fin dêstre moins Expausez aux vacabons qui jus ca lors ont mis à contribusion les habitant des villages de nos contrez ». Encore une fois elle saisit bien le sentiment général. Mais elle ne sert pas seulement d’historiographe pour son frère. Elle répond aussi à la lettre du 11 juillet que Bernardin lui avait envoyée. Il a sans doute parlé avec ferveur du travail de l’Assemblée nationale et Catherine adopte avec enthousiasme son avis positif : « De si bons motifs si bons par Eux même semble ne de voir tendre ca dheureux suc cest. » Mais son enthousiasme est mitigé par le nombre de vies qui ont été perdues. C’est peut-être une idée rebattue que les révolutions vues au féminin mettraient plus l’accent sur les souffrances des participants que sur la politique, mais cette réponse est conforme aux idées de l’époque sur les différences entre les deux sexes. Aussi la première réponse de Catherine aux nouvelles de la prise de la Bastille a été de manifester une grande inquiétude pour la sécurité de son frère. Elle lui rappelle « que vous ne pouvez negliger votre réponce sans me jeter dans les plus vive alarmes11 ».

  • 12 Le Havre, ms. 132 : 106-107.
  • 13 Le Havre, ms. 138A : 47-48.

9Elle n’est pas la seule des correspondantes de Bernardin à répondre à la Révolution de cette façon. Mme Le Pesant de Boisguilbert lui écrit en août 1789 parce qu’elle craint que « les troubles qui sont arrivés à Paris » aient altéré sa santé12 (BSP 01058, 22 août 1789). Mme de La Berlière, une autre femme qui écrit régulièrement à Bernardin pendant les premières années de la décennie révolutionnaire, lui fait part de ses inquiétudes mais aussi de ses vœux « que vous etes tranquille dans la capitale » en décembre 178913 (BSP 01088). Mme de La Berlière nous servira d’utile point de comparaison avec Catherine. Au fur et à mesure que la Révolution s’avance, Catherine parle de moins en moins des événements, tandis que Mme de La Berlière devient de plus en plus ouvertement antirévolutionnaire. La différence vient en partie de leurs positions sociales respectives. Catherine, beaucoup plus proche du peuple et de la majorité silencieuse, et influencée par les idées démocratiques de son frère, reste plutôt favorable à la Révolution ; Mme de La Berlière, qui a tout à perdre dans le nouvel ordre des choses, rejette « l’absurdité » du nouveau système dès décembre 1789.

  • 14 Le Havre, ms. 142A : 62-63.

10La prochaine lettre de Catherine qui nous est parvenue date de décembre 178914 (BSP 01091). Lepistolière s’intéresse toujours aux événements de Paris : « Le non de paris ma baucoub cousteé tant pour la cause génerale Eplus Encore de vous y savoir. » La Révolution a changé de nature pour Catherine – elle ne l’entoure plus et est devenue quelque chose de parisien. La provinciale ressent implicitement la différence entre la révolution populaire provoquée par des raisons économiques et la révolution politique qui a eu lieu à Paris. Elle aurait voulu pouvoir faire sortir Bernardin de la capitale et gémit « de la contraintes de notre saixe » qui la rend incapable de faire autre chose que de s’inquiéter. Si elle avait eu la liberté dont jouissent les hommes, elle serait allée à Paris pour le « persuader de fuir le dengeés » ou y rester avec lui si elle n’était pas arrivée à le convaincre de quitter la capitale. Ce désir d’aller à Paris est remarquable – ailleurs dans la correspondance elle ne parle jamais de quitter sa vie dieppoise, et dans des circonstances normales elle n’aurait jamais osé proposer une telle démarche. L’énoncé marque l’effet dramatique qu’avaient eu la Révolution et ses « dangers » sur l’esprit de Catherine. Il est significatif aussi que pour elle la liberté, mot du jour en 1789 bien sûr, n’est associée qu’aux hommes. Ressent-elle déjà que cette Révolution dont on vante tant les mérites ne lui apporterait pas grand-chose en tant que femme ?

  • 15 Le Havre, ms. 142A : 45-46.

11Malgré la position de son frère à Paris, Catherine reste plutôt proche du peuple – par sa dévotion, par ses ennuis financiers. Sa réaction à la vue de la signature de Louis XVI sur son brevet de pension en février 179015 (BSP 01109) peut faire sourire – « À l’ouverture de ce brevet signe Louis ossi tost je me suis vüe en la presence de ce monarque inspirez de lui baizer les pieés et a vous les mains. » – mais cette réponse nous rappelle qu’en 1790 une bonne partie de la population respectait toujours le roi et que pour cette partie de la population, la Révolution ne voulait plus dire des bouleversements journaliers. Catherine parle de sa santé, des ouvrages de son frère, de l’argent, et pas un mot sur la nouvelle situation politique et sociale. La Révolution était-elle finie pour une femme comme Catherine ?

  • 16 Le Havre, ms. 138A : 51-52.
  • 17 Le Havre, ms. 138A :o5-o6.
  • 18 Le Havre, ms. 138A :o9-io.
  • 19 Le Havre, ms. 142A : 33-34
  • 20 Le Havre, ms. 142A : 29-30

12Les lettres de Mme de La Berbère d’à peu près la même époque, montrent que pour la noblesse, les inquiétudes journalières restent très présentes. En janvier 1790, elle écrit à Bernardin16 (BSP 01108) que, du fait des « événements actuels », elle n’a « ni force ni courage pour [s’]occuper de rien », en précisant que « la politique [lui] fait bien du mal ». En mars 179017 (BSP 01034), elle se plaint que « les Français d’aujourd’hui ne sont pas les Français d’il y a dix ans » : « Nous sommes retombés dans la barbarie, nous vivons [...] chez un peuple de canibales ». Elle n’arrive pas à se réconcilier avec ce qu’elle appelle « les horreurs qui depuis six mois souillent sans interruption toutes les pages de notre histoire18 » (mai 1790, BSP 01136). Catherine par contre à cette époque est entièrement occupée à payer sa capitation – Bernardin lui avait écrit pour lui dire qu’elle devrait remplir ses devoirs de citoyenne et payer ses taxes. Il savait sans doute que l’Assemblée nationale avait besoin d’argent et qu’il s’était avéré difficile de mettre en application le nouveau système d’impôts. Lorsqu’il apparut qu’elle n’avait pas répondu aussitôt à cette instruction fraternelle, Bernardin lui écrivit de nouveau pour la réprimander. Avait-il peur qu’une sœur qui ne payait pas sa capitation lui cause des ennuis parmi les partisans de la Révolution à Paris ? En tout cas, il lui demande de payer trop – elle lui écrit en juin 179019 (BSP 01141) que le receveur avait suggéré que la somme qu’elle proposait de payer dépassait ce qu’il fallait contribuer, mais elle n’osait rien changer aux ordres de son frère. Elle fait tout ce qu’il lui demande, partageant à la lettre son ardeur révolutionnaire20 (9 juillet, BSP 01147). Avant tout elle est occupée de lui prouver qu’elle est fiable ; les reproches injustes de Bernardin l’ont blessée.

  • 21 Le Havre, ms. 142B : 32-33
  • 22 Le Havre, ms. 151C : 27-28

13Ces deux lettres, datées de juin et de juillet 1790, marquent une nouvelle étape de la Révolution pour Catherine. Avant tout, dès lors, la Révolution pour elle entraînerait des complications financières. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle renonce aux idées de sympathie pour la Révolution que Bernardin l’avait encouragée à manifester. En décembre 1790, elle parle de « notre renaissance dans le regne actuel » après ce qu’elle appelle « une refonte totale21 » (26 décembre 1790, BSP 01181) et se demande si cette renaissance « permettra d’espérer, vu les dettes de l’état, de rappeler les termes de [sa] pension ». Encore une fois, ces commentaires révèlent qu’elle est au courant de la situation politique, qu’elle partage toujours l’avis positif de son frère sur la Révolution. Elle veut avoir quand même des précisions sur la somme qu’elle devrait attendre, demandant à Bernardin s’il y a des frais ou des contributions patriotiques que l’on pourrait retenir sur la pension – elle ressent toujours des difficultés financières et ne semble pas tout à fait comprendre la façon dont les impôts révolutionnaires fonctionnent. En tout cas, sa position vis-à-vis de la Révolution est en contraste direct avec celle de Mme de La Berlière, qui, deux mois avant cette lettre de Catherine, avait écrit à Bernardin en déclarant que la France « malheureuse » était à comparer à Sodome et Gomorre22 (le 5 octobre 1790, BSP 01167).

  • 23 Le Havre, ms. 142A : 6o-61
  • 24 Le Havre, ms. 142A : 58-59
  • 25 Le Havre, ms. 142A : 27-28.
  • 26 Le Havre, ms. 142A : 6o-61.

14Catherine ne fait pas mention des « troubles » de la Révolution comme le fait Mme de La Berlière. Elle parle plutôt de l’influence des affaires publiques qui ont « prolongé de quelques jours » l’envoi de pièces pour son certificat de vie23 (février 1792, BSP 01263). Elle continue à payer ses impôts, malgré les difficultés administratives, elle commence même à utiliser des enveloppes « pour Et vitter quel ne soit decacheté à la poste sous prétexte d’assignats24 » (15 novembre 1791, BSP 01237) mais ne parle plus des événements révolutionnaires. On n’a qu’une allusion discrète aux façons dont la Révolution a changé la vie quotidienne. Catherine parle d’envoi de harengs, de naissances, de mariage, de mort, des héritages communs, du travail littéraire de Bernardin. Et c’est à travers ses lectures des œuvres de Bernardin que nous pouvons apercevoir les premières divergences dans les opinions de ces deux personnes. Bernardin avait mal réagi à quelques commentaires qu’elle avait faits sur La Chaumière indienne, un des grands succès littéraires de l’année 1790. Dans une lettre du 3 janvier 1791, elle lui écrit : « Ne ment voulez pas si mal adroitement jay parlé de la chaumiere indiene25 » (BSP 01197). Elle n’en parle plus pendant un an mais une lettre de février 1792 nous offre un indice de l’origine de ces commentaires critiques sur La Chaumière indienne. Elle constate : « Vos prinsipe Religieux actuel cesse dêstre ceux de notre Enfance26 » (BSP 01263). Accablée de douleur qu’il semble être en train de se distancier de la religion catholique en enseignant « que lon peut honorer dieu dans toute Religion », Catherine dès lors se montre moins enthousiaste au sujet de la Révolution, comme si elle commençait à la voir comme une attaque contre sa foi.

  • 27 Le Havre, ms. 142C : 87-88.
  • 28 Le Havre, ms. 142C : 65-67.
  • 29 Voir par exemple The Banished Man de Charlotte Smith, traduit en français sous le titre Le Proscri (...)

15Dès le début, ses opinions sur la Révolution ont été très proches de ce que Bernardin lui a conseillé mais elle reste proche aussi de l’opinion du peuple à cause de sa dévotion simple et sincère. Elle se plaint de l’esprit d’irréligion qui règne dans la France révolutionnaire et ce n’est pas par hasard qu’elle en parle précisément à une époque de la Révolution où les troubles religieux deviennent de plus en plus généralisés. Le frère et la sœur continuent à s’écrire malgré ces différences d’opinion, mais, entre une lettre de décembre 179227 (BSP 01344) où elle le félicite de sa « nomination au jardin des Plantes » (qui eut lieu en juillet), et novembre 179428 (BSP 01464), il ne reste pas de lettres. La période du procès de Louis XVI à la fermeture du club des jacobins est donc passée sous silence. Cette absence de lettres de Catherine pendant la Terreur n’est sûrement pas le fruit du hasard. On y voit la distance qui sépare la correspondance littéraire de la correspondance véridique. Dans les romans épistolaires de l’époque, raconter la mort du roi et ses propres réactions face à la nouvelle devient presque de rigueur29 Catherine n’écrit rien. Sans doute a-t-elle compris le danger de compromettre son frère en faisant des commentaires par écrit. Peut-être Bernardin lui avait-il conseillé de ne pas écrire de peur qu’elle le compromette. Ou a-t-il détruit les lettres qu’il avait reçues ? Si on regarde la correspondance de Mme de La Berbère, notre point de comparaison avec Catherine dans cet article, on retrouve le même silence. Après 1792, on ne retrouve plus de lettres d’elle. Ce manque est plus facile à expliquer que l’absence de lettres de Catherine. La position antirévolutionnaire de Mme de La Berbère est explicite. Elle ne cachait pas ses opinions politiques même lorsqu’elle savait bien que Bernardin ne les partageait pas. Est-elle passée à l’étranger ? L’émigration s’accélérait à partir de 1792 et nous offre une explication convaincante de la cessation de la correspondance. Contrairement à Catherine, Mme de La Berbère ne reprend pas la correspondance après la fin de la Terreur. Un jour on retrouvera sans doute des traces d’elle parmi les émigrés mais pour l’instant repassons à Catherine.

  • 30 Selon Roger Hahn, Lacépède dit dans ses mémoires qu’il a détruit systématiquement ses papiers pend (...)
  • 31 Le Havre, ms. 142C : 65-67.

16La correspondance qui nous est parvenue recommence à la fin du mois de novembre 1794. Catherine fait référence à une lettre précédente récente, ce qui démontre clairement que nous n’avons pas la correspondance complète. Sans pourtant pouvoir expliquer la perte de certaines lettres, le contexte révolutionnaire laisse croire que Bernardin se montrait prudent dans le choix de lettres à retenir ou à ne pas retenir30. L’interruption de la correspondance rend l’interprétation plus difficile – que s’est-il passé dans l’intervalle ? Catherine dit que Mme de Grinville, parente par le premier mariage de Dominique de Saint-Pierre, s’est éloignée de Dieppe à cause de sa « calité de veuve de noble31 » (BSP 01464). Une référence aux « disgrasses » actuelles de Mme de Grinville suscite la curiosité mais Catherine n’approfondit pas cet énoncé. Elle nous donne pourtant une image fascinante de la complexité de la vie quotidienne révolutionnaire – elle s’occupe des questions d’héritage et de succession, de la généalogie de la famille comme elle l’avait fait avant la Révolution mais la tâche est rendue encore plus ardue par le système administratif nouveau :

La recherche des papiers sans genéalogis ni aucune ordre continue de maccabler Et ne sont encore ac ceptéz de persones ; malgré mais tentative ; tout home de loi actuellement sont acableé des daitenüe Élargie ; de leus afaire en souffrance des susessions passéz rappeléz En partage celon les lois nouvelle cela remüe toutes les famille ce qui fait un flus E reflus qui done a paine Entréz dans leur cabinets.

  • 32 Le Havre, ms. 142B : 26-28.
  • 33 Du 5 octobre 1790 (BSP 01167) ; Le Havre, ms. 151C : 27-28.

17Aperçus insolites de nouveau de la vie des particuliers qui, sans le témoignage de Catherine, passeraient sous silence, les lettres témoignent de la réalité quotidienne à Dieppe. Elle fait remarquer que les curateurs des successions préfèrent « trater avec lhéritier plus tost cavec la nation qui porte a des entrave ». Lieve Spaas a raison lorsqu’elle dit que Catherine s’occupe principalement du quotidien – c’est parce que pour la majeure partie de la population, la Révolution voulait dire une augmentation de formalités et d’inconvénients bureaucratiques. Deux ans plus tard, Catherine est toujours en train de régler les héritages dont il est question ici. Lorsqu’elle demande à son frère de lui écrire par pure amitié en souhaitant « que les malheureuse affaire de ce monde ni entrent pour rien32 » (16 novembre 1796, BSP 01542) sa lettre fait écho à une lettre de Mme de La Berbère du début de la Révolution33. Catherine donne la date en ancien style, et se plaint des complexités du nouveau système, même si elle parle toujours scrupuleusement de « citoyens » et non de « Monsieurs » [sic] en parlant des hommes de loi et en adressant les enveloppes à Bernardin.

  • 34 Le Havre, ms. 142B : 22-23.

18Une fois arrivée à la fin de la décennie révolutionnaire pourtant, on pourrait se demander ce que la Révolution a apporté à Catherine. Ses lettres démontrent que les avocats s’occupent toujours de leurs intérêts personnels au lieu de ceux de leur client ; elle a repris l’habitude d’envoyer les fruits de mer à son frère – des huîtres en 1799, tandis qu’avant la Révolution c’étaient des harengs. Les questions d’héritage continuent de la troubler. Elle connaît des difficultés d’argent plus graves qu’avant, sa santé s’est détériorée. Le seul signe de la nouvelle époque est son adoption tardive du calendrier révolutionnaire en 179934 (BSP 01611).

19Lorsque l’on regarde ce qui reste de la correspondance de Catherine à Bernardin, il semble que, pour l’essentiel, l’épistolière est passée à côté de la Révolution. Catherine partage l’enthousiasme initial, mais dans sa correspondance il semble que très vite pour elle la Révolution ne représente que des ennuis administratifs augmentés. Les rares références aux affaires politiques prouvent qu’elle est tout à fait au courant de ce qui se passe ; ce n’est pas par ignorance qu’elle ne parle pas de la Révolution. Il est un peu sévère de critiquer Catherine de s’être détournée de la politique (Spaas, p. 71) pour se soucier de la vie quotidienne. Ces lettres nous rappellent la réalité journalière de la Révolution pour la majorité silencieuse dans les provinces. Après coup, il est facile de voir la Révolution en tant que série de grandes journées, mais il y avait aussi des jours entre les événements clés où il fallait continuer à faire face au quotidien. Avant tout, les lettres de Catherine nous offrent un aperçu d’une femme qui se voue à la Révolution, au moins au début, et elles servent de contraste utile aux correspondances fictives de l’époque. La réalité ne dépasse pas toujours la fiction – les romans épistolaires de l’époque dépassent de loin la réalité journalière de Catherine de Saint-Pierre.

Notes

1 Lettres de Catherine de Saint-Pierre à son frère Bernardin, Paris, L’Harmattan, 1996.

2 Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscripts, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1905, cité par Spaas p. 21.

3 F. Maury, Étude sur la vie et les œuvres de Bernardin de Saint-Pierre, Paris, Hachette, 1892, cité par Spaas, p. 21.

4 BM Armand-Salacrou Le Havre (ci-après Le Havre), ms. 142A : 12-13. La correspondance de Catherine se trouve aux archives du Havre. Les références entre parenthèses indiquent le numéro de l’inventaire de la correspondance complète de Bernardin de Saint-Pierre. En attendant la publication électronique de cette correspondance par la Voltaire Foundation (www.e-enlightenment.org), je citerai toujours aussi la référence du manuscrit.

5 Bibliothèque de l’Institut, Paris, ms. 58 : 232-233.

6 Le Havre, ms. 142A : 41-42.

7 Le Havre, ms. 142A : 43-44.

8 Cité par Claude Féron, La Révolution à Dieppe. Quelques documents inédits, Dieppe, La Ligie, 1990, p. 13.

9 Le Havre, ms. 142A : 39-40.

10 EDIP, 1989.

11 Pour en savoir plus sur Bernardin et la Révolution, voir le chap, VIII du livre de Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture, Oxford, Legenda, 2006.

12 Le Havre, ms. 132 : 106-107.

13 Le Havre, ms. 138A : 47-48.

14 Le Havre, ms. 142A : 62-63.

15 Le Havre, ms. 142A : 45-46.

16 Le Havre, ms. 138A : 51-52.

17 Le Havre, ms. 138A :o5-o6.

18 Le Havre, ms. 138A :o9-io.

19 Le Havre, ms. 142A : 33-34

20 Le Havre, ms. 142A : 29-30

21 Le Havre, ms. 142B : 32-33

22 Le Havre, ms. 151C : 27-28

23 Le Havre, ms. 142A : 6o-61

24 Le Havre, ms. 142A : 58-59

25 Le Havre, ms. 142A : 27-28.

26 Le Havre, ms. 142A : 6o-61.

27 Le Havre, ms. 142C : 87-88.

28 Le Havre, ms. 142C : 65-67.

29 Voir par exemple The Banished Man de Charlotte Smith, traduit en français sous le titre Le Proscrit.

30 Selon Roger Hahn, Lacépède dit dans ses mémoires qu’il a détruit systématiquement ses papiers pendant la Terreur. Il était l’un des proches de Bernardin de l’époque et il est donc tout à fait possible que Bernardin ait fait de même. Voir « L’Autobiographie de Lacepède retrouvée », Dix-Huitième Siècle, 7,1975, p. 49-S5. Je tiens à remercier Odile Cook de m’avoir indiqué cette source.

31 Le Havre, ms. 142C : 65-67.

32 Le Havre, ms. 142B : 26-28.

33 Du 5 octobre 1790 (BSP 01167) ; Le Havre, ms. 151C : 27-28.

34 Le Havre, ms. 142B : 22-23.

Auteur

Maître de conférences en littérature française à l’université de Warwick (Royaume-Uni). Ses travaux portent sur le roman et le conte du XVIIIe siècle et sur le tournant des Lumières. Elle a publié plusieurs articles sur les écrivains les plus lus de l’époque, entre autres Marmontel, Baculard d’Arnaud, Mme Riccoboni, Prévost et Voltaire. Elle a publié un livre sur le conte moral à la Voltaire Foundation (SVEC, 2002) et vient de terminer une étude du roman pendant la Révolution. Elle fait partie de l’équipe qui prépare la correspondance complète de Bernardin de Saint-Pierre, collaborant avec Catriona Seth sur les lettres de la sœur de l’écrivain, Catherine.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.