Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

IIe partie — Vers la Révolution

Casanova examine les Études de la nature et Paul et Virginie de Bernardin de Saint Pierre en 1788

Branko Aleksic

Texto completo

  • 1 Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, un « inédit », (...)
  • 2 Lettre citée dans l’avant-propos des éditeurs de l’Examen, p. 5-6.
  • 3 Lettre citée dans la communication de Malcolm Cook : « Une année dans la vie de Bernardin de Saint (...)
  • 4 Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie, Paris, Le Livre de poche, 1984, p. 60.
  • 5 Ibid., préface de J. Van den Heuvel, p. 6.
  • 6 Lettre publiée par P. Gruët dans la revue Casanova Gleanings, Nice, 1974. Casanova se renseigne au (...)

1Giacomo Casanova (1725-1798), exilé en Bohème, bibliothécaire du comte Waldstein au château de Dux, a fait une lecture commentée des deux ouvrages de Bernardin de Saint-Pierre en décembre 17881. Il en informe le 20 septembre 1789 la princesse Maria-Cristina Clary de Ligne, parce qu’elle lui a confié qu’elle a « pleuré à la lecture de Paul et Virginie », mais la question fatidique de Casanova sera : a-t-elle bien examiné l’ouvrage2 ? La princesse Clary de Ligne se trouvait parmi les lectrices et lecteurs attendris jusqu’aux larmes, comme madame Mesnard qui, dans une lettre à Saint-Pierre, dit avoir versé des « larmes délicieuses3 »... Dans l’avis de la première édition séparée de Paul et Virginie en 1789, Saint-Pierre confiera pour sa part qu’à la lecture d’une esquisse de son manuscrit, « une belle dame qui fréquentait le grand monde, et des hommes graves [...] versaient tous des larmes », et qu’une autre dame, « d’une figure très intéressante » (une Créole de Bourbon), lui dit au jardin des Plantes : « je n’ai cessé de gémir et de fondre en larmes4. » Pourtant, la première lecture publique de Paul et Virginie dans le salon de madame Necker en 1784, a fait « l’effet d’un seau d’eau à glace5 ». Parmi les auditeurs, avec Buffon, se trouvait l’abbé Galiani, une connaissance de Casanova. La riche histoire de la réception de la pastorale de Saint-Pierre trouve un moment exclusif dans le projet de Casanova de rendre publique sa critique. Il écrit dans sa lettre du 20 septembre 1789 : « Je désire que l’auteur sache que je l’ai lu, et qu’il a gagné mon estime au point que j’ai cru de devoir le critiquer. » Cet Examen critique trouve un écho immédiat dans une lettre de Casanova, le 5 janvier 1789, à son frère Giovanni Battista, peintre et directeur de l’académie des beaux-arts de Dresde6, comme dans une autre, du comte Maximilien von Lamberg à Casanova, le 14 mars 1789. Dans son Examen, Casanova confronte la philosophie à la théodicée, et la conception de l’amour à la pudeur chrétienne.

2Avant de rencontrer Saint-Pierre dans ses lectures, Casanova partageait avec lui des goûts littéraires : tous les deux ont lu Robinson Crusoé de Daniel Defoe, et ont voyagé par la mer. Tandis que Saint-Pierre fit un voyage à la Martinique en 1749, Giacomo a fait le sien au Levant et à Corfou dans les années 1741-1744. En filigrane de l’Examen, Casanova tisse son intérêt biographique : les chassés-croisés avec Bernardin de Saint-Pierre « à Varsovie, à Berlin, et à Dresde », et regrette qu’ils ne se soient pas connus dans les années 1764-1766. En effet, les trajectoires des deux aventuriers ont souvent voisiné sur les chemins de l’Europe : Saint-Pierre vient à Paris en 1760, un an après le séjour de Casanova ; Saint-Pierre pense s’établir en Russie comme ingénieur militaire, tandis que Casanova a convoité à l’automne de 1764 un poste de conseiller économique de la Grande Catherine ; Saint-Pierre visite les villes de Varsovie, Dresde, Berlin et Francfort en 1766, quelques mois à peine après le départ de Casanova...

  • 7 Amsterdam et Paris, 1773, 2 vol in-8°.
  • 8 Voir ci-dessus l’article d’Irène Passeron.

3L’intérêt de Casanova pour le personnage de Saint-Pierre est magnifié par la grande place qu’il consacre à ses rapports amicaux privilégiés avec Jean-Jacques Rousseau. Dans le petit monde des salons et des cercles artistiques et littéraires, Casanova et Saint-Pierre ont au moins quatre intercesseurs : l’abbé Galiani, d’Alembert, surtout le frère cadet de Giacomo, Giambattista Casanova (rencontré par Saint-Pierre à Dresde), enfin l’architecte et théoricien Charles Blondel, l’un des maîtres de Saint-Pierre à l’école des ponts et chaussées, qui deviendra le mari parisien de Manon Balletti, l’ancienne fiancée de Casanova. Dans les années 1770, pendant que Saint-Pierre publie son premier livre, un récit sous forme des lettres : Voyage à l’île de France, à l’île de Bourbon, au cap de Bonne-Espérance, par un officier du roi7, et fréquente la société des gens de lettres – d’Alembert le présente dans le salon de mademoiselle de Lespinasse8 -, Casanova se trouve en Italie et ne passera à Paris de nouveau qu’en 1783 (de septembre à novembre), choisissant enfin pour point de chute l’empire d’Autriche. C’est là, dans la grande bibliothèque du château de Dux, qu’il examine à loisir les Études de la nature et Paul et Virginie.

4Casanova est précis dans sa référence à l’édition des Études de la nature qu’il utilise : c’est la troisième, de mars 1788, pour laquelle Bernardin a ajouté, à la suite de l’editio princeps de 1784, la pastorale littéraire Paul et Virginie, en nommant ce dernier ouvrage le « Tableau de la nature ». Casanova compose son Examen en trois parties dont le nombre de pages s’équilibre : l’examen du tome premier des Études de la nature recouvre les pages 9 à 32, l’examen du deuxième tome les pages 33 à 47, au troisième tome sont consacrées les pages 47 à 69, les « Réflexions critiques sur le quatrième tome » sont aux p. 70 à 73, viennent enfin la critique de Paul et Virginie (p. 73 à 85) et de L’Arcadie (p. 86 à 97).

  • 9 Angers, 1781, in-8°.
  • 10 Icosameron, 1788, préface sur les problèmes de liberté d’invention poétique et de la catégorie du (...)

5Casanova venait de publier en 1788 par ses soins le roman utopique Icosameron (complémentaire à L’Arcadie9 de Saint-Pierre, sorte de poème en prose décrivant une république idéale, ou à son roman L’Amazone, qui propose une utopie). L’entreprise de l’Icosameron ayant ruiné les finances du bibliothécaire de Dux, cela me semble la raison probable pour laquelle il n’a pas pu éditer l’Examen de Bernardin de Saint-Pierre ; le manuscrit ne fut en effet édité que de manière posthume, deux siècles plus tard. Dans la collection « Documents casanoviens », les différents fragments et variantes du texte casanovien (p. 98-129) clôturent le livre présenté par Marco Leeflang et Tom Vitelli à Utrecht en 1985. Une partie du texte est reprise dans les « Annexes » de l’Histoire de ma vie de Casanova éditée chez Laffont, à Paris, en 1993 (ci-après : A I et A III). Il nous appartient de donner ici l’aperçu de ses thèmes majeurs : philosophie morale, religion, science, littérature et biographie. Signalons dès à présent ce qui a pu attirer personnellement Casanova : le temps pastoral de Paul et Virginie se situe au cours de l’année 1726 – c’est un an après la naissance de Giacomo ; le héros de la pastorale, Paul, est né bâtard (« Tu n’as point eu de père légitime [...] ») – comme Giacomo lui-même, qui dit : « Paul n’est rien, et il est même bâtard » (p. 73), afin de conclure : « Un amour si excessif [n’est] bon à rien. » Et sur le petit mât de pavillon de Paul et Virginie, un ermite exilé écrit ces vers de l’Ode I, III, d’Horace, le poète de prédilection de Casanova : « ...Que les frères d’Hélène, astres charmante [comme vous, ajoute Saint-Pierre dans sa traduction française], et que le père des vents vous dirigent, et ne fassent souffler que le zéphyr. » Casanova s’accorde avec Saint-Pierre dans l’opinion que les héros, les dieux, et les événements de la guerre de Troie ont été presque tous de l’invention d’Homère10. La traduction d’Homère en italien (et en dialecte vénitien) fut pour Casanova un délice et un exercice poétique permanent qui l’ont tenu en haleine jusqu’à la publication de l’ouvrage, en 1775-1776, avec une longue préface historique et poétique. Mais la vie et l’œuvre d’Homère appartenaient au passé ; dans son « Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie », Casanova pour la première et dernière fois confronte un auteur de son époque pour lui consacrer une critique aussi approfondie.

Le plaisir de l’examen

6On ne peut dire que la compétence linguistique et la performance particulière de Casanova – production du discours en français sur l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre – ne soit que spontanée. L’herméneutique de Casanova se fonde sur une approche réfléchie et documentée. « Tout ce que nous savons de la nature de nos passions nous ne pouvons [le] savoir que fondé sur des observations. » (A I, p. 1396). En se posant en héritier de la philosophie expérimentale de Francis Bacon, Casanova avertit en tête de son Essai sur les mœurs, qu’« examiner », c’est se défier de la justesse de son propre esprit :

  • 11 Casanova, Essai de critique sur les mœurs, sur les sciences et sur les arts (entre octobre 1785 et (...)

Examiner toujours, n’avoir jamais aucune certitude, et parvenir a pouvoir dire après un mur examen, cet objet me paroit tel, mais je n’en suis pas sur, puisqu’il peut paroitre tout different a chacun de tous ceux, qui l’ont examinè aussi long tems que moi11.

7Ensuite, l’introduction de Casanova au Commentaire littéral sur les trois premiers chapitres de la Genèse semble affirmer une position subjective de l’interprète et du philosophe épicurien :

  • 12 Icosameron, t. I, introduction datée à Dux, 20 septembre 1787 (rééd. Spoleto, p. XXXIV). VExamen d (...)

Pour ce que qui regarde les moyens particuliers que vous devez employer pour acquérir toute la félicité, dont la vie mortelle est susceptible, il n’y a personne qui puisse vous les suggérer : vous devez vous en rapporter à vous même, puisqu’il est impossible que quelqu’un connaisse ce qu’il vous faut plus que vous même : procurez-vous donc le plaisir de bien examiner, c’en est un, et bien grand12.

8Et la devise de la préface d’Icosameron, « bien examiner », est relayée par celle de l’essai sur Pétrarque et Laure enchâssé dans l’Examen... de Bernardin de Saint-Pierre : « bien lire » ; par exemple bien examiner la question de l’amour selon l’expérience personnelle. En matière des observations de la nature de nos passions qu’on appelle amour, dit Casanova, « je peux soutenir par ce que j’ai observé moi-même » (A I, p. 1396). Car, simplement lire ne suffit pas à l’examen : sans la discussion sur la législation, Casanova dit qu’il sait que Bernardin « a lu Pétrarque, mais a-t-il bien examiné ce qu’il a lu ? » Le paradoxe vaut pour le manque supposé d’ambition (politique) chez Homère, Casanova ne se fiant pas toujours à « ceux qui l’examinent » (p. 27).

9Or, de deux choses l’une : l’examen philosophique et littéraire doit être considéré comme exercice subjectif de la félicité, ou comme examen philosophique objectif, exercice relatif des valeurs. Casanova réunit ces deux aspects dans son « Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie de Bernardin de SaintSaint-Pierre », qu’il rédige en 1788-1789, immédiatement après l’Essai critique et l’Icosameron.

10Le terme d’examen critique est souligné par deux fois dans la lettre à la princesse Clary du 20 septembre 1789 : une première fois, à propos de l’examen général des fondements architecturaux d’un bâtiment, et une deuxième fois, à propos des fondements éthiques des personnages de Rousseau et de SaintPierre (au passage, remarquons le manque d’estime dans lequel Casanova tient La Nouvelle Héloïse) :

  • 13 La lettre de Casanova à la princesse Clary de Ligne a été publiée d’abord par Octave Uzanne dans l (...)

Avez-vous examiné avant que de vous rendre à la beauté de l’église, du palais, du théâtre, si la bonne architecture y étoit ? Avez-vous examiné si Héloïse, Émile, ou Virginie et Paul étoient bons ? C’est là, princesse, où je vous attens, pour Héloïse vous m’avez déjà confié que c’est un détestable roman, et je vous remercie, et vous aime, et respecte davantage.
Vous conviendrez, j’espère, que Virginie aussi ne vaut guère mieux.
Je vous envoie parce que vous me l’avez ordonné, soixante-douze pages de ma critique à cet ouvrage dont on multiplie les éditions. Vous êtes la première qui voit ce qui est sorti de ma tête dans le mois de décembre de l’année passée13.

  • 14 Écrite en français par Sophie Charlotte Auguste, reine de Prusse, la Théodicée publiée à Amsterdam (...)

11Le fait que le bonheur et le malheur sont relatifs, affirme Casanova, ouvre le chemin des paradoxes de Rousseau et de Bernardin qui se ressemblent et dans le caractère et dans la façon d’écrire (style clair et éloquent, p. n et 15). Bernardin limite la puissance divine quant à la capacité de Dieu de rendre l’homme plus heureux. Casanova présente l’essentiel de la prédication de Bernardin sur l’existence supposée d’une providence divine comme cause première parfaite justifiant l’existence humaine : « Dieu créa l’homme pour faire une existence heureuse. » (p. 10 et 16). En s’instaurant en juge de la perfection dans les questions de la morale (la morale comme harmonie universelle) et de la religion, Bernardin de Saint-Pierre a fait de la félicité de l’homme le but précis de sa philosophie (p. 13). Par conséquence, Bernardin refuse la perfection humaine aux animaux. Mais Casanova affirme cette dernière en vertu de la théorie de l’instinct. (Il reviendra plus loin, p. 23, à la défense de la sensibilité des animaux ; il prendra l’exemple d’un dauphin échoué, mourant sur une plage.) L’inclination dans une passion n’exclut pas le raisonnement et la liberté individuelle. Pour lier les deux thèmes – la passion dans l’amour et l’idée d’une harmonie universelle – Casanova n’hésite pas à réviser la philosophie providentielle de Leibniz dans les Essais de Théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l’homme et l’origine du mal14 : « Ce projet extraordinaire a l’air d’un prospectus pour un nouvel Émile », dit-il à propos du programme éducatif chez Bernardin.

Il se peut cependant que par là tout irait mieux, car sans preuve on ne peut rien nier. Je suis surpris que Leibniz ne nous ait pas donné une esquisse de ce projet dans sa Théodicée, lui qui trouva analogue à l’excellence du bien le viol de Lucrèce. Le mélange de tous les états produirait cependant l’égalité, et la communauté des biens : mais ne s’entregorgerait on pas d’avantage ? Point du tout, puisque M. de S.-P. veut tous les hommes sans ambition. L’harmonie qu’il trouve aux îles Maldives est singulière, etc. (p. 18).

  • 15 I. Kant, « Tremblement de terre » (1755-1756), AK I, S. 461.
  • 16 I. Kant, « Conjectures sur le commencement de l’histoire humaine », remarque finale, AK VIII, S. 1 (...)

12La thématique providentielle de Saint-Pierre peut être située depuis le milieu du XVIIIe siècle où Kant avait repris la conjecture selon laquelle une sagesse suprême – ou une cause supérieure – prescrit au genre humain « des lois jusqu’au cours des choses naturelles15 ». L’existence de la Providence, qui, selon les termes de Kant, « régit la marche de l’univers dans son ensemble16 », c’est-à-dire le problème de l’« action continuelle » de la Providence, selon les termes de Bernardin que Casanova cite dans son Examen... (p. 89), représente un des problèmes névralgiques de la pensée de l’époque. Casanova en fait une sorte de levier pour soulever nombre d’autres problèmes que lui pose l’argumentation de Bernardin : les lois générales de la physique, la pluralité des langues, la polémique contre les médecins, etc.

Quant aux lois générales qui prouvent, à ce qu’il [Bernardin] dit, Faction immédiate de la Providence sur le genre humain, et qui sont opposées aux lois générales de la physique, je voudrais bien qu’il en alleguat une seule, et il serait parvenu à la fin à imposer silence à tous les incrédules (p. 62).

13Les fautes de Bernardin contre la science se résument aux suivantes : Bernardin soutient l’idée du déluge universel (p. 11-12). Casanova évoque la controverse avec les savants de l’université de la Sorbonne et ajoute sa touche ironique : Dieu n’a pas eu besoin d’un déluge pour inonder les premiers pas de la race humaine.

  • 17 Introduction à Paul et Virginie, Livre de poche, « Classiques », p. 66 et 71. Bernardin dit cela p (...)

14En examinant la conviction de Saint-Pierre sur le fait que la fonte des glaces des pôles aplatis de la terre a été la cause du déluge mais aussi celle du mouvement de la terre, Casanova conclut que le déluge universel est impossible dans la nature. Comme conséquence astronomique qu’il a tirée des observations des astronomes, Saint-Pierre a assigné de nouvelles causes aux courants et aux marées dans la fonte des glaces polaires, et à l’envers de la loi de gravitation, il les a pris même pour la cause du mouvement de la terre. Mais, aux yeux de Casanova, le mouvement écliptique de notre planète prouve que les « effusions polaires » ne peuvent pas être rapportées au système de Bernardin (p. 15). En vertu des expériences scientifiques, Casanova considère le danger de ce système-maître « préconçu » (p. 15-16) ; par exemple une balance posée sur la table prouve que l’oscillation ne s’arrête pas d’emblée (Casanova se réfère à la loi de gravitation). Il « suffit l’ordinaire », c’est-à-dire l’observation des faits et l’explication du bon sens, pour prouver, au contraire de Saint-Pierre, que ce n’est pas par la Providence (l’ancienne idée d’une harmonie universelle traduite dans le sentiment de Bernardin sur l’ordre finaliste, « cet ordre qui gouverne toutes choses17 ») que les rivières serpentent et que les montagnes sont parallèles aux mers (p. 19), ni qu’il existe la guerre des animaux carnivores (p. 22). Les plus gros poissons mangent les plus petits, mais pour la Providence « il doit n’y avoir ni grand ni petit » (p. 23). Enfin, les présupposés philosophiques différent des théologiques : « Tant pis pour la Providence » (p. 28).

15La pluralité des langues, la célèbre tour de Babel, ne corroborent pas davantage l’idée d’une Providence : « M. de S.-P. aurait beaucoup plus beau jeu si la langue de l’homme n’était que la même par toute la terre. » (p. 62). À la différence de la théorie dite naturaliste, défendue dans le Cratyle de Platon, Casanova croit en un arbitraire du langage : « La parole ne signifie rien qu’en conséquence de la convention. »

16Casanova conteste également la vérité de l’assertion de Bernardin selon laquelle « les tués par les médecins sont plus nombreux que les guéris » (p. 89). « Si on défiait M. de S.-P. à démontrer la vérité de son assertion, Bernardin ne serait pas plus embarrassé qu’il ne le fut à prouver l’action continuelle de la Providence, et l’immortalité de l’âme. »

  • 18 Ibid., tandis que Voltaire faisait l’éloge d’un des amis de Saint-Pierre, Hennin, « l’ennemi de la (...)

17Tous ces contre-exemples creusent le clivage entre la foi et la raison : « Car croire, et savoir sont deux choses trop différentes. » (p. 90). La position du philosophe est qu’il ne doit pas décider de ce qu’il ne connaît pas et qu’il n’a pas besoin d’un Être suprême pour sa réflexion (p. 14)... En passant, Casanova affirme l’adage de Pascal sur le Dieu inutile et non nécessaire de Descartes (p. 17). Bernardin de Saint-Pierre est ici classé avec Newton et Descartes, parmi « tous ceux qui se sont engagés à relever le mécanisme de la nature [et qui] ne parviendrèrent [sic] jamais à en connaître la cause fondamentale » (p. 14). Tout au long de son Examen, Casanova démontre que les faits de la nature sont à la base des projections religieuses : « En vain je pense à l’infini, puisque le fini est le seul compréhensible. » (p. 10). Dieu lui reste, comme pour Bernardin, « un être incompréhensible », mais Casanova se force d’y croire. « La grande étude de l’histoire naturelle » n’empêche pas la superstition : Bernardin est savant et superstitieux (p. 10). « Je parierais qu’il croit aux spectres, ou qu’il y a cru », hasarde Casanova18. L’argument de bien-être se voit, pour rester heureux, perverti en recommandation de rester heureux par l’ignorance et la superstition. Comme dans ses sorties contre Voltaire, Casanova se pose en avocat des anti-Lumières !

18Puisque Saint-Pierre « n’a pas voulu que le lecteur oublie que ce roman est de l’auteur des Études de la nature », Casanova, après un bref parcours du contenu de la pastorale, vient « à l’analyse non romanesque, mais naturelle, de cet ouvrage à l’égard des mœurs, et à l’égard de la véritable nature corrigée par la morale, et analogue au bonheur que l’homme doit se procurer dans ce monde » (A, p. 1128). Casanova trouve que le système d’éducation de Saint-Pierre (Étude XIV) « est fait, non pas pour corriger la nature, mais pour la pousser à bout sous le faux prétexte de la seconder ». Le mépris de cette vie est la fausse morale ; c’est à voir combien le voyage en Europe, pour hériter d’une riche et méchante tante en France, a corrompu Virginie – si l’« éducation qui se rapproche de la nature » est celle pratiquée à l’île de France où les enfants, selon le récit du Voyage de Saint-Pierre de 1768-1769, « à peine nés [...], courent tout nus dans la maison : jamais de maillot » (p. 31). Dans le même chapitre du Voyage, sur les « Mœurs des habitants blancs », Saint-Pierre remarque que « le tempérament s’y développe de bonne heure dans les deux sexes ; j’y ai vu, dit-il, marier des filles à onze ans ». Mais, dans la pastorale, les deux enfants sont du même âge – douze ans-, au moment où Virginie se réveille sexuellement (pour rétrograder dans le monde dit du péché charnel ; elle « se sentait agitée d’un mal inconnu », p. 218). Pour produire un suspens mélodramatique, Saint-Pierre fera que la mère de Virginie retarde son mariage avec Paul car « ils sont trop jeunes et trop pauvres » (p. 223). La décision avait le but absurde « de gagner quelques années sur l’âge de ces jeunes gens en les éloignant l’un de l’autre » (p. 22 5). Il existe donc un décalage frappant entre le témoignage à vif dans l’écrit documentaire qu’est le Voyage à l’île de France et la pastorale Paul et Virginie, provenant du statut même des deux genres. L’image faussée dans la pastorale, destinée au large public larmoyant, gomme l’environnement de la population coloniale de l’ile. Dans la description des « Mœurs des habitants blancs », Saint-Pierre constate : « Les sentiments naturels y sont dépravés : on regrette la patrie, à cause de l’Opéra et des filles ; souvent ils sont éteints » (p. 29). Pourtant, dans la pastorale Paul et Virginie, après la mort de la jeune femme, lors de son enterrement, des grenadiers portaient des fusils baissés, « et on voyait l’abattement peint dans les traits de ces guerriers qui avaient tant de fois affronté la mort dans les combats sans changer de visage » (p. 289). Cela va sans dire que Saint-Pierre se garde bien de mentionner l’affrontement des « filles » publiques par ces guerriers sympathisants après une soirée à l’opéra... Leurs sentiments étant déjà éteints, comment croire au récit de Saint-Pierre selon lequel leurs visages pourraient encore changer à la lumière funèbre de la mort de Virginie ?

  • 19 Du Marsais, « Des sophismes », dans Corpus, revue de philosophie, no 10,1989, p. 48.

19Casanova nomme « sophismes » de pareils excès chez Rousseau, le maître de Saint-Pierre. Il me semble que cette objection peut être traduite par la notion du « sophisme du dénombrement imparfait19 ».

20La jeune femme aimée par l’indigène Paul depuis leur jeunesse commune, périt dans le naufrage car il ne peut pas la sauver en nageant vers le navire du bord de la mer démontée par l’ouragan. Virginie refuse l’aide d’un matelot « tout nu et nerveux comme Hercule », de pudeur, ne voulant pas ôter ses habits, (« ses vêtements tourbillonnés par les vents en furie », comme Saint-Pierre ajoute dans sa description d’une illustration de l’édition de 1806 que Casanova n’allait pas voir).

21La scène finale mérite l’ironie suprême de la morale chrétienne rappelée par Casanova qui cite le proverbe attribué à saint Clément d’Alexandrie (sur la pudeur d’une vierge et sa chemise) :

C’est ainsi que l’héroïne de M. de S.-P. quitta ce monde : il est certain que si elle avoit ôté sa chemise, adieu pudeur, et que quand même elle se seroit sauvée elle auroit fait un peu rire, et Paul même peut être en auroit été un peu fâché. La pudeur d’une vierge n’est que dans sa chemise, dit un saint père de l’église. Si vous la reduises à l’oter aucune idée de pudeur ne lui reste plus (p. 74-75).

  • 20 Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, t (...)

22La thèse de l’essai sur Pétrarque et Laure, intégré dans l’« Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie », est que l’amour platonique est invention des « rêveurs » fanatiques. Comme Aristophane composa les Nuées contre Socrate, Casanova dans l’Examen compose un plaidoyer contre Saint-Pierre et Rousseau. Paul et Virginie sont les descendants symboliques de la cousine et du cousin destinés l’un à l’autre car élevés ensemble par les cousines Julie et Claire dans la Nouvelle Héloïse20. La comparaison avec la tradition est négative : « M. de Saint Pierre est au dessous de Platon » (p. 16). Mais loin de Casanova de se décourager « à l’aspect de cette étrange métaphysique » qu’il découvre dans le discours contradictoire sur l’âme et les sentiments (p. 53). Il examine le paradoxe suivant de Saint-Pierre : l’esprit a des affections, l’âme a des sentiments (p. 52). Si l’évidence appartient à l’âme, elle inclut le jugement. « Peut-on trouver une chose évidente sans le jugement ? », demande Casanova. « Lorsque l’âme pleure elle trouve évident qu’elle doit pleurer, mais sans en juger, et il [Saint-Pierre] a raison, mais je voudrais savoir dans ce cas pourquoi toutes les facultés de l’entendement qui est de l’âme se rapportent à l’esprit plus tôt qu’à l’âme même. Est-ce parce que l’esprit est sa vue intellectuelle ? Il y a cependant à parier que cet auteur s’entend, et que tant pis pour moi, et pour tous ceux qui n’y comprennent rien. Ils n’ont point d’âme », ironise de nouveau Casanova (p. 53). Il est impossible d’étudier la nature sans âme et raison, conclut-il (p. 54), faisant tomber le clivage supposé entre la raison et les sentiments (comme contraires à la raison).

  • 21 Alexandre Kojève, Essai d’une histoire raisonnée de la philosophie païenne, t. III, La Philosophie (...)
  • 22 Casanova examine « l’aveuglement » dans l’amour comme point fragile d’une illusion : « Rien ne sem (...)

23Pour formuler le va-et-vient de l’égarement volontaire des sens du poète ramené à la vertu de son noble esprit, Casanova dit que Pétrarque retournait en lui-même. Il trouve la même expression de la dialectique qu’Hegel formulera dans ses Leçons d’esthétique : « le retournement d’esprit du phénix de Pétrarque »... Au contraire de cet esprit de phénix, Casanova caractérise l’amour charnel, par l’instinct physique (A I, p. 1129). « L’Amour... est la raison favorite de M. de S.-P., elle est l’âme de la nature : bien entendu qu’il veut en séparer la physique », conclut Casanova. Mais il mêle l’Amour avec l’imagination (A I, p. 1130-1131). Semble-t-il se contredire ? L’amour dit « solide » serait né avec la jouissance (A I, p. 1132) ; l’amour décrit dans Paul et Virginie n’est qu’un « amour enragé dans la contrainte » (A I, p. 1128). C’est à partir d’« un amour poussé à bout » (A I, p. 1129) que Casanova a la belle idée de rechercher les sources d’une philosophie d’amour, c’est-à-dire de « remonter jusqu’aux sources de l’Amazone21 ». L’amour de Pétrarque et Laure et de Paul et Virginie est représenté comme « une passion qui aveugle l’âme, qui s’empare de toutes les autres [passions], qui émousse l’usage de la raison, qui peut être la source de tous les malheurs de la vie22 ». Cette définition est négative : apparemment manquent l’enthousiasme, l’extase, et l’inspiration dans l’amour, en un mot « tous les caractères de la beauté » que Casanova, dans une longue excursion de Platon à Hutcheson, à propos de l’esthétique de Saint-Pierre (Étude X), concède par ailleurs à la passion amoureuse. En tant que passion excédante, l’amour est incommensurable moralement et de facto : « Elle se croit permis de violer, d’immoler tout à son propre intérêt. »

24L’amour parental semble rester en dehors de ces réserves. Mais Casanova dispute l’opinion de Saint-Pierre selon laquelle la pitié et la générosité des castrats italiens envers leurs pères devenus indigents, même si ces derniers étaient leurs bourreaux, représente une cause d’étonnement (p. 5 5). De sa propre expérience (ayant connu Giovanni Carestini et Felice Salimbeni), le Vénitien montre qu’il est plutôt habituel que les castrats supportent matériellement leurs familles, pères et frères confondus.

25La prudence extrême de l’Examen arrête parfois l’élan de la recherche philosophique, comme par exemple dans les réserves que Casanova – d’accord en cela avec « le silence quinquennal de Pythagore » autrefois et de Benjamin Franklin à l’époque, « un des plus savants physiciens du monde... » – exprime quant au futur des montgolfières. Il évoque la séance de l’Académie (du 23 novembre 1783) où l’on discutait des expériences des frères Montgolfier. Sous l’alibi de « se fier à sa raison », Casanova déclare qu’« il n’y a point d’homme qui raisonne, et qui ne reconnaisse qu’il est physiquement impossible de faire qu’un ballon en l’air aille ailleurs qu’à seconde du vent qui souffle », c’est-à-dire, qu’en fonction du vent. Donc, Casanova pense que Bernardin se trompe en soutenant « qu’un jour ou l’autre on trouvera le secret de donner au ballon telle direction qu’on voudra en dépit du vent ». Casanova doute que vienne « le temps de l’accomplissement de la prophétie » de Saint-Pierre. « Pour trouver cela possible, il faut n’avoir aucune idée, ni de la nature de l’air, ni de celle du feu, ni de la gravité, ni des causes de ce phénomène » (p. 95)... Et pourtant, c’est la prophétie de Saint-Pierre, à première vue « non raisonnable », qui s’accomplira avec le temps, au lieu de la raison trop prudente de son critique Giacomo Casanova en personne.

  • 23 Comme spécule J. Van den Heuvel dans sa préface à la réédition de Paul et Virginie en 1984, op. ci (...)
  • 24 Voir infra Cristina Romano : « L’influence de Bernardin de Saint-Pierre dans les premières œuvres (...)
  • 25 Commencé vers 1746 et publié par Voltaire en 1767, cet Examen a été connu par Casanova qui cite Bo (...)

26Au lieu de se demander ce qu’eût put faire Voltaire avec une réécriture satirique éventuelle de certaines pages de Paul et Virginie, « s’il lui avait été donné de connaître » l’ouvrage de Saint-Pierre23..., on peut se demander, depuis la publication de l’inédit de Casanova, en quoi son Examen enrichit notre réflexion sur la réception de l’ouvrage de Saint-Pierre. Ne modifie-t-il pas l’ordre précédemment connu des réactions en chaîne de Lamartine, Lautréamont ou Chateaubriand (curieusement, ce dernier voyait la théorie du déluge comme « prouvée24 ») ? « Un très petit nombre d’hommes examine ; mais l’esprit de parti, l’envie de se faire valoir les préoccupe », disait Voltaire dans son Examen important de Milord Bolingbroke ou le tombeau du fanatisme25. Dans son « Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie de Bernardin de SaintSaint-Pierre », Casanova s’est bien gardé et de l’esprit de parti et de l’envie de faire valoir ses propres préoccupations.

  • 26 A, p. 1128. La page suivante : « Une passion, qui aveugle l’âme, qui s’empare de toutes les autres (...)

27En ce que concerne son opus propre, Casanova, à part ses intérêts pour la philosophie et les sciences, dans plusieurs parallèles avec les éléments autobiographiques de Bernardin, annonce clairement le projet mémorialiste qui sera l’Histoire de ma vie. Saint-Pierre « a beaucoup voyagé par mer et par terre ayant mis dans son inexpérience très souvent des offrandes sur l’autel de la Fortune » (A I, p. 1137). Mais Casanova voudrait que Saint-Pierre se « regarde comme la première cause de son propre malheur ». La comparaison est directe : « Je peux l’assurer que je ne me suis pas traité autrement. » L’amour décrit dans Paul et Virginie comme « la plus belle et la plus dangereuse » des passions26, n’est-elle pas enracinée dans le moi de Casanova ?

  • 27 L’ouvrage de Rétif, Généographe, sera édité en 1972, de manière posthume, comme l’essai de Casanov (...)

28Historiquement, l’intérêt de l’Examen de l’œuvre de Bernardin par Casanova consiste dans le caractère monolithique, polémique avec la pensée d’un philosophe contemporain. On peut comparer l’« Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre » avec la confrontation entre Denis Diderot et Helvétius, l’auteur de De l’Esprit, comme entre Rétif de La Bretonne et le baron d’Holbach, l’auteur du Système de la nature27.

  • 28 Voir Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, « Tel », 1980, p. 265
  • 29 La Phénoménologie de Vesprit, trad. Jean Hyppolite, Paris, Aubier-Montaigne, t. II, p. 151.
  • 30 « Conjectures sur le commencement de l’histoire humaine », remarque finale, AK VIII, S. 121, Œuvre (...)

29De ses positions de penseur libertin, Casanova a interrogé chez Saint-Pierre la complémentarité de la pensée religieuse (théologique) et de la pensée philosophique28 (anthropologique). Le concept de l’harmonie de la moralité et de la félicité dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre, n’est-il pas celui même qu’Hegel théorisera dans La Phénoménologie de l’esprit, avec le passage de la morale à la religion29 ? La fin de l’Examen, à la gloire de la devise de Bernardin, miseris succurrere disco (d’après Virgile, Énéide, I, 630 ; « J’apprends à aider les malheureux »), revient à l’idée qu’un ouvrage philosophique, voire une critique, est utile pour la félicité du genre humain. On voit Casanova pressé par l’air du temps d’« être satisfait de la Providence », comme le recommandait Kant30, mais son esprit critique et philosophique n’y consentait pas complètement.

Notas

1 Examen des Études de la nature et de Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, un « inédit », écrit en 1788-1789, à Dux, par Jacques Casanova de Seingalt, présenté par Marco Leeflang et Tom Vitelli, Utrecht, 1985, « Documents casanoviens », no 1, 136 p.

2 Lettre citée dans l’avant-propos des éditeurs de l’Examen, p. 5-6.

3 Lettre citée dans la communication de Malcolm Cook : « Une année dans la vie de Bernardin de Saint-Pierre : 1788 » (supra).

4 Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie, Paris, Le Livre de poche, 1984, p. 60.

5 Ibid., préface de J. Van den Heuvel, p. 6.

6 Lettre publiée par P. Gruët dans la revue Casanova Gleanings, Nice, 1974. Casanova se renseigne auprès de Giambattista sur un point esthétique de son Examen, à propos de « Vénus qui louche ».

7 Amsterdam et Paris, 1773, 2 vol in-8°.

8 Voir ci-dessus l’article d’Irène Passeron.

9 Angers, 1781, in-8°.

10 Icosameron, 1788, préface sur les problèmes de liberté d’invention poétique et de la catégorie du « vraisemblable » ; Paul et Virginie, préambule de 1806.

11 Casanova, Essai de critique sur les mœurs, sur les sciences et sur les arts (entre octobre 1785 et août 1786). Texte transcrit et présenté par Gérard Lahouati avec la collaboration d’Helmut Watzlawick, Publications de l’université de Pau, « Documents casanoviens », no 5, 2001, p. 27. Nous suivons la graphie de la transcription fournie.

12 Icosameron, t. I, introduction datée à Dux, 20 septembre 1787 (rééd. Spoleto, p. XXXIV). VExamen de Bernardin de Saint-Pierre (p. 10) avance le rire comme seule défense contre l’erreur du jugement (krisis) : « Le seul philosophe est celui qui rit lorsqu’il se surprend en défaut. »

13 La lettre de Casanova à la princesse Clary de Ligne a été publiée d’abord par Octave Uzanne dans la revue L’Ermitage, Paris, 15 octobre 1906 ; on connaissait l’existence du manuscrit de l’Examen à partir de cette date-là.

14 Écrite en français par Sophie Charlotte Auguste, reine de Prusse, la Théodicée publiée à Amsterdam en 1710 est un exposé clair des idées de Leibniz, notent Marco Leeflang et Tom Vitelli en marge de l’Examen de Casanova (p. 18).

15 I. Kant, « Tremblement de terre » (1755-1756), AK I, S. 461.

16 I. Kant, « Conjectures sur le commencement de l’histoire humaine », remarque finale, AK VIII, S. 121, Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque delà Pléiade », 1985, t. II, p. 517.

17 Introduction à Paul et Virginie, Livre de poche, « Classiques », p. 66 et 71. Bernardin dit cela par faiblesse : il a besoin du soutien d’un Grand Autre. On pourrait affirmer ici de concert avec Alexandre Kojève analysant La Phénoménologie de l’esprit d’Hegel, que le manque de la conscience de soi extériorise le concept comme Esprit (Dieu).

18 Ibid., tandis que Voltaire faisait l’éloge d’un des amis de Saint-Pierre, Hennin, « l’ennemi de la superstition » ; voir supra la communication de Simon Davies, sur la correspondance d’Hennin.

19 Du Marsais, « Des sophismes », dans Corpus, revue de philosophie, no 10,1989, p. 48.

20 Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, t. IV, IX, p. 439.

21 Alexandre Kojève, Essai d’une histoire raisonnée de la philosophie païenne, t. III, La Philosophie hellénistique, Paris, Gallimard, « Tel », 1997, p. 40.

22 Casanova examine « l’aveuglement » dans l’amour comme point fragile d’une illusion : « Rien ne semble plus beau à un amoureux que sa flamme, rien n’est préférable à l’état auquel elle va l’élever, nul mortel au monde n’est plus digne de l’empire de l’univers que l’objet qu’il aime. » (A II, p. 1129). Le seul véritable bien de l’amant victime d’une illusion est, comme dans la fable d’Aristophane rapportée dans Le Banquet de Platon, celui « de devenir la moitié de son idole ».

23 Comme spécule J. Van den Heuvel dans sa préface à la réédition de Paul et Virginie en 1984, op. cit. (p. 5).

24 Voir infra Cristina Romano : « L’influence de Bernardin de Saint-Pierre dans les premières œuvres de Chateaubriand ».

25 Commencé vers 1746 et publié par Voltaire en 1767, cet Examen a été connu par Casanova qui cite Bolingbroke parmi ses initiateurs à la philosophie libertine.

26 A, p. 1128. La page suivante : « Une passion, qui aveugle l’âme, qui s’empare de toutes les autres [passions], qui émousse l’usage de la raison », etc. Aux amoureux manque le bon sens.

27 L’ouvrage de Rétif, Généographe, sera édité en 1972, de manière posthume, comme l’essai de Casanova sur Saint-Pierre.

28 Voir Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, « Tel », 1980, p. 265.

29 La Phénoménologie de Vesprit, trad. Jean Hyppolite, Paris, Aubier-Montaigne, t. II, p. 151.

30 « Conjectures sur le commencement de l’histoire humaine », remarque finale, AK VIII, S. 121, Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1985, t. II, p. 517.

Autor

Le découvreur d’inédits de Casanova : « Raisonnement d’un spectateur sur le bouleversement de la monarchie française par la révolution de 1789 » (Revue des Deux Mondes, 1998) ; « Histoire de mon existence & Notes pour les Mémoires » ; sur Rousseau, Voltaire et Baronius (Hermaphrodite, Nancy, 2000 et 2002). Sur la philosophie de Casanova il a publié un essai (Dix-Huitième Siècle, no 35). Il a édité, de Rétif, Suite du Fin Matois de Quevedo et Relation naïve d’un voyageur français emprisonné à l’Inquisition de Cuenca (Auxerre, Rhubarbe, 2006) et les pamphlets érotico-politiques (Lausanne, L’Âge d’Homme, 2007). Il a commencé la transcription du carnet de travail de Rétif, Memento (Études rétiviennes no 37, Cahiers Voltaire no 5 et Nouvelle Revue française no 581).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.