Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

IIe partie — Vers la Révolution

Une année dans la vie de Bernardin de Saint-Pierre : 1788

Malcolm Cook

Texte intégral

  • 1 Voir les articles de Simon Davies et Rebecca Ford dans le présent volume.

1L’année 1788 a changé la vie de Bernardin de Saint-Pierre. Il avait 50 ans au début de l’année, avait entrepris des voyages remarquables pour un homme de son temps, avait eu des liaisons amoureuses mais n’avait pas réussi à se marier, vivait de la charité du roi (grâce, en partie, à des amis bien placés, notamment Hennin et Mesnard1), avait établi une réputation solide comme auteur et philosophe, et aurait désiré qu’on le reconnaisse comme un grand scientifique, réputation qui serait fondée sur les idées qu’il avait proposées dans les Études de la nature dont la première édition avait paru en 1784. Nous évoquerons ces idées au cours de cet article.

2Bernardin était connu des lecteurs sérieux de son époque mais il vivait une vie solitaire, isolé dans un quartier pauvre où il avait acheté une maison (dans la rue de la Reine-Blanche). Son meilleur ami et son fidèle confident et correspondant, Hennin, vivait et travaillait à Versailles et venait peu à Paris. Et il était lui-même très occupé par les affaires du jour. Il avait été nommé secrétaire de l’assemblée des notables, ce qui provoqua une lettre d’admiration de la part de Bernardin :

  • 2 Lettre de Bernardin à Hennin, 23 janvier 1787 (BSP 00874). Nous renvoyons à l’inventaire préparato (...)

En verité si j’avois eu l’honneur detre consulté par sa M[ajesté] sur la personne de ma connaissance que je croyois la plus propre à etre secretaire de l’assemblee des notables je vous aurois designé. Vous mérittés cette place et par vos lumieres et par votre probité. Si tous les notables sont aussi bien choisis, il resultera des choses utiles au peuple de leur assemblée. Cependant quelques bons reglements qu’il s’y fasse, si j’ose dire mon avis particulier, ils n’auront point d’effet durable, si on ne change l’education nationale. Quoiqu’il en arrive le seul projet d’assembler les notables pour les consulter sur le bien public sera un monument de la rectitude et de la bonté de notre monarque. Il a fait son devoir, cest maintenant à ceux qu’il apelle à faire le leur, à vous d’en tenir registre, et a moi ainsi qua tous ceux qui sont dans la foule à souscrire à vos deliberations2.

3Bernardin était moins occupé par les affaires du jour et la politique que par ses propres intérêts. Il cherchait à faire convertir les fonds charitables qu’il recevait au début de chaque année en pension annuelle, ce qui lui aurait permis de ne pas avoir à faire une demande tous les ans. En avril 1789 il réussit enfin à obtenir une pension de l’État. Il écrivit à Hennin :

  • 3 La pension de 400 livres est celle qui est destinée à la sœur de Bernardin, Catherine de SaintPier (...)
  • 4 C’est-à-dire, sans déduction : « Retenue, en Finance, se dit De ce qu’on retient en vertu de la Lo (...)
  • 5 La lettre de Necker, ne semble plus exister. Bernardin donne, dans sa lettre aux « citoyens minist (...)
  • 6 Bernardin a enfin reçu – mais pour en jouir peu longtemps (voir la note précédente) – ce qu’il ava (...)
  • 7 Bertrand Dufresne-Saint-Léon avait apparemment connu Bernardin autrefois ; depuis 1786 il était «  (...)
  • 8 Jacques Necker, directeur général des Finances.
  • 9 On peut croire que le paiement de la gratification annuelle sur les Finances de Bernardin et de sa (...)
  • 10 Cela n’est pas vrai : Bernardin avait récemment écrit à Necker une lettre où il faisait valoir ses (...)

Les gratifications annuelles dont je jouissois ainsi que ma sœur viennent d’etre changées en pensions de 400lt3 et de 1 200lt, sans retenue4, sur le tresor royal5. Elles sont motivées sur mes anciens services d’ingénieur de la marine6. M. du fresne votre ami vient de m’en expedier les brevets avec tout le zele et la bonne grace avec lesquels il a cherché conjointement avec vous à m’obtenir ces bienfaits de la marine même7. À cette occasion il me parla de vous il y a deux mois comme un homme qui vous est sincerement attaché, cependant il ne voulut jamais convenir que dans cette circonstance il m’eut servi en rien, mais me protesta que M. Necker8 avoit agi de son propre mouvement. J’irai voir M. du Fresne ces jours ci pour le remercier au moins de la maniere honeste dont il m’a expedié les brevets de mes pensions, en y joignant un bon de 1 600lt sur le tresor royal pour l’année ecoulée9. La pension de ma sœur et la mienne commencent au 1er mars de cette année et tout cela sans aucune démarche ni sollicitation de ma part10.

4En 1788 les affaires familiales continuaient à occuper l’esprit de Bernardin. Son frère Dutailli qui avait perdu l’esprit et qui avait été envoyé à L’Isle-Bouchard en Touraine s’était évadé et Bernardin écrivit une lettre pleine de désespoir le 6 février 1788 :

  • 11 Il semble bien que la lettre de Hennin à Bernardin datée du 20 janvier 1787 était la dernière que (...)
  • 12 Le premier octobre 1787, Bernardin avait annoncé à Hennin son intention de se rendre à Versailles, (...)
  • 13 Allusion à l’explication de la figure « Hémisphère atlantique » qui se trouve dans l’« Explication (...)
  • 14 Cette lettre du supérieur du couvent des cordeliers de l’île-Bouchard, le père Lanier (son nom est (...)
  • 15 C’était Louis-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil, ministre de Paris et de la Maison du roi, q (...)
  • 16 Lettre de Bernardin à Hennin du 6 février 1788 (BSP 00918).

Quoique vous ne répondiés plus a mes lettres11 je ne peux croire que vous m’ayés oublié. Pour moi si je ne vais pas à Versailles c’est par des raisons de santé et parce que j’ai attendu l’impression de mon 4.e volume retardée encore pour quelques semaines12. J’attends une réponse d’Angleterre à l’occasion d’une bouteille ou etoit renfermée une lettre. Laquelle bouteille a eté jettée à la mer dans la baye de biscaye repéchée sur les cotes de Normandie et rendue a son adresse en Angleterre, je veux dire la lettre. Or ce moyen de communication Nautique a eté indiquée, si vous le rapellés, a la fin du 3e vol. des études de la Nature13.
Pendant que la Nature me fournit de nouvelles preuves sur ma théorie, la fortune vient troubler mon repos. Mon malheureux frere s’est évadé le 23 du mois dernier. On ne scait quel chemin il a pris. Jugés de mon inquétude Sur le sort d’un infortuné dont l’esprit est en desordre et qui est sans argent. J’ai envoyé la lettre du superieur des cordeliers de l’ile bouchart qui m’a annoncé cette nouvelle dimanche dernier14, à M. le bon de Breteuil en le priant de donner des ordres pour la recherche de ce pauvre malheureux15, c’est la 2e fois qu’il s’échappe16 [...]

  • 17 Une lettre de Louise-Félicité de Kéralio à Bernardin, probablement de 1773 (BSP oo2410), explique (...)
  • 18 Dans une lettre de Bernardin à Hennin du r6 mai 1788 (BSP 00950), il explique ce qu’il a fait pour (...)

5En mars 1788 paraît le 4e tome de la 3e édition des Études de la nature, et c’est dans ce tome que parut pour la première fois le roman Paul et Virginie, sur lequel Bernardin travaillait depuis au moins 177317. Bernardin cherchait à faire acheter cette troisième édition par les responsables de divers bureaux officiels à Versailles car il savait bien faire fonctionner le marché de ses livres18. Il envoya le 4e volume à des amis et commença très rapidement à recevoir les réactions de ses lecteurs et ses lectrices.

6Le 5 avril 1788, L. de Vigneras, un abbé de Saint-Sulpice, écrivit à Bernardin pour lui donner ses premières réactions en lisant Paul et Virginie :

  • 19 Dans le roman Virginie est reçue en France par une tante. Les malheurs et les souffrances de cette (...)
  • 20 Lettre de L. de Vigneras à Bernardin de Saint-Pierre, 5 avril 1788 (BSP 00930).

Je n’ai point d’expressions asses fortes, pour temoigner mon Contentement, votre livre touchant laissera dans mon ame une impression durable, paul et virginie s’offrent sans cesse à mon esprit, pour avertir mon coeur, d’être sensible aux malheurs de l’innocence. je puis vous assurer que depuis quelques jours je suis triste et melancolique, comme si la mort m’avoit enlevé un ami ; Lorsque je pense â l’infortunée virginie, mon coeur se serre, et mes larmes coulent, et je ne cesserois de leur donner un libre cours, si je n’envisageois dans la mort de cette cruelle tante19, une punition marquée de la providence ; il n’étoit pas necessaire, Monsieur, de mettre a la tête du livre, que les personnes devant lesquelles vous aviés fait la lecture, avoient été attendries jusqu’aux larmes20 [...]

7Ce lecteur, comme tant d’autres, est attendri lui aussi jusqu’aux larmes et il souligne le rôle de la providence dans le roman : la tante est punie par la mort. La manière dont il a lu le livre à des amis est intéressante car il s’agit d’une lecture publique en quelque sorte d’une durée, dit-il, de 4 heures. L’éloge du roman est généreux, même poétique :

Mes amis au nombre de six etoient chés moi, lorsque je le lisois, je l’ai recommencé, et pendant quatre heures de suite je n’ai eprouvé d’autre fatigue, que celle du coeur toujours agité, mes confreres, avoient tous la larme a l’œil, au recit des scenes variées et touchantes, qu’offroit la vertu malheureuse ; j’ai reconnu dans ce Livre, comme dans les autres la tremple [sic] de votre ame, toujours douce, et sublime, et qui cherche des cœurs vertueux pour s’epancher ; une imagination noble et regleé si le genie peut Connoitre des regles, je ne sais, comme on l’a dit de j.j.r, si vous avés derobé un rayon de soleil pour ecrire ; vous repandés des agréments sur les choses qui en sont le moins susceptibles, et cette douce melancolie, l’apanage des ames malheureuses et sensibles, se montre avec des graces touchantes, sur tous les objets, qui vous environnent[·] Comme vous faîtes aimer dans cet ouvrage les mœurs champêtres, que l’homme desireroit d’avoir, et qu’il recherche si peu, comme cette solitude, qu’habite la vertu est agréable, et digne des regards du ciel, je voudrois en etre le citoyen, et que vous en fussiés le roy [...]

8L’abbé a lu le roman à des confrères et ils furent touchés par l’image de la vertu malheureuse ; les adjectifs qu’il emploie pour décrire le roman soulignent l’effet de cette première lecture : douce, sublime, noble, touchante décrivent le roman ou la réaction des lecteurs ; le roman fait aimer les moeurs champêtres et le pays décrit est un pays solitaire habité par la vertu. Bernardin a dû être ravi de cette première réaction à son roman, mais nous ne possédons pas le texte de sa réponse. L’abbé constate que le roman est un roman moral et il apprécie la sagesse du vieillard qui est le mentor de Paul. Enfin il conclut :

Je vous remercie, encore une fois, de vôtre bon livre ; je le lirai toujours avec un nouveau plaisir, parcequ’il me fortifie dans le bien, et me fait aimer de plus en plus son auteur, je crois qu’on ne sauroit mieux faire que de le mettre entre les mains de la jeunesse, pour lui inspirer de bonne heure, le goût de la religion et de la vertu[.] plusieurs de mes confreres, se le sont dèja procuré, pour le lire dans quelques unes de leurs sociétés ; ah ! avec quel plaisir ne le devoreroient ils pas. s’ils connoissoient l’auteur, il est encore plus aimable que son livre, comptés que vous avés si fort excité leur admiration, que je ne serois pas etonné que quelqu’un d’entre eux, ne vous adressa, un beau jour une epître dans les regies pour vous temoigner sa reconnoissance. daignés en attendant agréer ce foible hommage de mon respectueux attachement
Si Paul dans cette Colonie
(Digne d’attirer tous les dieux)
Et que vôtre immortel génie,
Vient de retracer à nos yeux,
Avoit pu, vous voir, vous Connoitre.
Il vous eût dit, soyés heureux
Vous êtes fait toujours pour l’être !
Je vous cede ma virginie,
C’est à vous, homme vertueux
Qu’elle merite d’être unie.

9Un peu plus tard dans le même mois, Mme Mesnard écrivit à Bernardin pour se plaindre de son absence et pour donner ses premières réactions au roman. Nous retrouvons les mêmes thèmes que dans la lettre de L. de Vigneras, mais cette lettre est une première réponse féminine :

  • 21 Lettre de monsieur et madame Mesnard de Conichard du 24 avril 1788 (BSP 00940).

Je suis bien tentée monsieur, (malgré tout le plaisir que m a fait virginie) de regretter le moment ou a paru votre troisième édition, puis qu’a compter de ce jour nous n’avons pas eû le plaisir de vous voir, vous avez surement eû de nombreuses occupations, mais pourquoy au milieu de tant d’agitations ne pas avoir une heureuse distraction en faveur de ses amis ? je suis bien picquée je vous l’avoue de votre peu d’empressement a venir recueillir mes éloges, et pour parler a votre ame le même langage quelle sçait si bien employer, vous auriez aussy recueillies [sic] les larmes délicieuses que j’ay versées sur le sort heureux et plus malheureux encore de paul et virginie, cet ouvrage est délicieux il est fait pour les ames pures, les coeurs sensibles. je trouve des tableaux admirables, des naivetés charmantes, nouvelles, vous donnez a l’amour tant de vertu, qu’il faut bien croire que vous en ayez plus d’une fois reconnu la puissance mais cet amour que vous peignés avec tant de grace est si pur que je crains qu’il ne fasse pas autant de proselites. qu’il seroit bon quil y en eut pour le bonheur de lhumanité21.

10Elle parle du roman en donnant le titre original (Histoire de Mlle Virginie de La Tour), peut-être parce que c’est ainsi qu’elle l’avait rencontré pour la première fois ; elle se plaint qu’elle ne voit pas souvent l’auteur qui a provoqué ses larmes « délicieuses », un adjectif que nous retrouvons souvent dans la description du roman ; le roman est fait pour les coeurs sensibles et il est rempli de « naivetés charmantes, nouvelles » ; et elle finit en disant que Bernardin n’aurait pas pu écrire son roman s’il n’avait pas éprouvé lui-même les sentiments qu’il y décrit.

11Nous n’avons pas le temps, ici, pour donner plus de détails de ces premières réactions ; on constate la nouveauté du texte, sa puissance morale et sa grande sensibilité. Bernardin a dû être surpris par le nombre de réactions élogieuses à son premier roman et bouleversé par le nombre de lettres qu’il a dû écrire à divers correspondants. Il n’aurait plus la vie solitaire et paisible dans une retraite isolée dont il rêvait. Ce qui l’occupa énormément en 1788, comme pendant de nombreuses années, ce fut la défense de sa propriéte littéraire face aux contrefacteurs. Une lettre qu’il reçut ne lui a sans doute pas plu. Un correspondant anonyme lui écrivit le 11 avril 1788 :

  • 22 Lettre anonyme du 11 avril 1788 (BSP 00933).

J’ai vu, Monsieur, dans votre quatrîeme volume que vous indiqués le sieur méquignon l’ainé libraire rue des cordeliers pour vous faire savoir le format que l’on désire. Comme c’est le sieur Didot qui est votre imprimeur et que sa nouvelle imprimerie est insupportable et rebutante a lire a cause des petites s qu’il employe dans le commencement des mots ainsi que dans le milieu, on préferera d’attendre des contrefactions qui soient imprimées lisiblement22.

12En effet, des contrefaçons devaient paraître très rapidement et Bernardin lutterait contre cette forme de vol littéraire pendant les années qui suivraient, mais sans succès.

13En 1788 Bernardin commençait à recevoir des lettres très sérieuses et très bien documentées qui contestaient les idées scientifiques exprimées dans les Études de la nature. Nous allons nous concentrer sur un seul correspondant dans cet article, mais d’autres correspondants font des remarques similaires. Il s’agit dans ce contexte d’un certain De Franc fils, conseiller au parlement d’Aix. Il écrivait des lettres fort longues à Bernardin et Bernardin prenait le temps de lui répondre en détail. Et nous voyons par le nombre de brouillons détaillés qui ont survécu que Bernardin était prêt à passer beaucoup de temps à contredire son correspondant. La première lettre de De Franc fils est du 20 septembre 1788. Il écrivait :

J’ai lû avec un sensible plaisir vos études de la nature ; votre théorie des effusions polaires m’a surtout satisfait infiniment elle est si ingénieuse et rend des raisons si sensibles et si apparentes d’une foule de phénomenes qui jusques à nos jours furent des énigmes inexplicables pour tous les phisiciens que j’avoue qu’il est très vraissemblable que vos observations ingénieuses ont arraché à la nature son secret. Mais puisque vous exhortés tout ami de la verité à vous faire part de ses idées j’userai Monsieur de cette liberté que vous encouragés avec tant de franchise.
J’avoue que j’ai été d’autant plus surpris que vous avés adopté le sisteme de l’allongement des poles, qu’il me semble que loin que leur allongement prete avec une nouvelle force à votre théorie des effusions polaires il me seroit facile de démontrer au contraire que leur applatissement les favorise bien davantage. Mais comme l’étendue d’une simple lettre ne peut comporter des details que demanderoient un ouvrage entier pour leur parfait développement je m’arreterai, Monsieur, à ce que vous dites à la page 404 de votre 3e volume en donnant l’explication des figures.

14Le correspondant cite le 3e volume de la 3e édition des Études mais Bernardin constate qu’il doit se servir d’une contrefaçon car dans la véritable 3e édition l’explication des figures se trouve « au-delà de la page 500 ». Bernardin rassemble une série d’études scientifiques pour démontrer la véracité de sa preuve. Mais De Franc fils riposte et n’est pas convaincu par la réponse de Bernardin. Il envoie une deuxième lettre dans laquelle il fait une critique de la définition du degré terrestre proposée par Bernardin :

  • 23 Lettre de De Franc fils à Bernardin du 3 novembre 1788 (BSP 00988). Bernardin avait proposé la déf (...)

Non, Monsieur, ce n’est point Là ce qu’on nomme degré terrestre, ce n’est point Là Le degré terrestre mesuré par Les academiciens, ce n’est point Là Le degré terrestre que j’ai defini a la 3e. pag. de ma Lettre, et aucun géometre du monde ne La jamais conçu ni pu concevoir ainsi, jai défini Le degré terrestre, La portion du méridien terrestre qu’il faut parcourir pour qu’une étoile paroisse à L’observateur s’élever ou s’abaisser d’un degré dans le meridien celeste correspondant23.

  • 24 Cette lettre (BSP 00992) semble être la dernière de la série et nous n’avons pas de réponse de Ber (...)

15Nous n’avons pas le temps, ici, de présenter les divers arguments proposés par les deux correspondants. Partout le ton reste formel et courtois mais Bernardin a dû passer beaucoup de temps à revoir les auteurs qu’il cite : Maupertuis, Cassini, Bouguer, et l’Histoire de l’académie des sciences de 1708. Il faut penser que Bernardin avait ces textes autour de lui car il les cite dans ses réponses. C’est De Franc fils qui semble avoir le dernier mot car il écrit une lettre à Bernardin le 28 novembre 1788, s’excusant de la longueur de ses lettres mais disant que Bernardin se trompe et essayant une dernière fois de le convaincre de ce qu’il pense être la vérité24. Dans ces lettres nous avons une tout autre image de Bernardin : le romancier est, au fond, un scientifique, un mathématicien qui sait raisonner et apprécier mais qui n’est pas prêt à admettre une erreur quelconque. Les lettres de De Franc fils sont très longues et complexes et Bernardin aurait pu ne pas en tenir compte. Mais au contraire, il les lit et il les garde – et il y répond assez rapidement dans des lettres bien travaillées. Il tenait à ses idées scientifiques malgré les erreurs évidentes dans ses calculs et ses conclusions.

16Nous avons vu à travers ces quelques exemples, que 1788 fut une année exceptionnelle pour Bernardin. Son monde avait changé mais le monde changeait aussi autour de lui. Dans quelques mois la Bastille serait prise et Bernardin devrait se positionner dans le nouveau monde. Il se mettrait à écrire rapidement pour la première fois, préparant et publiant les Vœux d’un solitaire en l’espace de quelques mois seulement. On peut dire, en quelque sorte, que 1788 représente la fin d’une étape dans sa vie. 1789 présenterait d’autres problèmes et d’autres perspectives : il chercherait une épouse et essayerait de comprendre un monde bouleversé. Un nouveau régime se présentait à ses yeux mais personne n’aurait pu prévoir la manière dont la Révolution changerait sa façon de vivre.

Notes

1 Voir les articles de Simon Davies et Rebecca Ford dans le présent volume.

2 Lettre de Bernardin à Hennin, 23 janvier 1787 (BSP 00874). Nous renvoyons à l’inventaire préparatoire pour l’édition d’Electronic Enlightenment.

3 La pension de 400 livres est celle qui est destinée à la sœur de Bernardin, Catherine de SaintPierre. En avril 1784, Mesnard avait réussi, « en faisant valoir les besoins particuliers » de Catherine, à obtenir du contrôleur général un paiement de 400 livres en faveur de celle-ci, somme qui serait déboursée en supplément aux 1000 livres que Bernardin recevait des Finances depuis 1783 (lettre de Mesnard du 3 avril 1784, 1er §), et qu’on doit croire constituer un paiement annuel car Catherine l’a reçue en 1786 (lettre de Catherine du 20 avril 1786) et en 1787 (lettre de Catherine du 13 mai 1787).

4 C’est-à-dire, sans déduction : « Retenue, en Finance, se dit De ce qu’on retient en vertu de la Loi, ou d’une stipulation convenue sur un paiement de gages, ou sur une rente. Ses gages montent à tant, sauf la retenue. Franc et quitte de toute retenue » (Dictionnaire de l’Académie française, éd. de 1798).

5 La lettre de Necker, ne semble plus exister. Bernardin donne, dans sa lettre aux « citoyens ministres » sur le brevet de la pension de 1 200 livres, les détails suivants : « 1789. Enfin M. Necker Ministre des finances, me donna une preuve plus durable [que le paiement annuel sur le Mercure] de l’estime dont la nation honorait mes écrits par un brevet de pension de 1 200lt sur le tresor [mot biffé et illisible] Royal [...] Il est datté du [Bernardin laisse un petit espace blanc pour le quantième] mars 1789. J’en ai été payé jusqu’au mois de juillet 1792, époque à laquelle on vint m’offrir la place d’intendant du jardin national des plantes. Comme par les décrets je ne pouvois cumuler deux traitements je fus obligé de renoncer a celui de ma pension, qui etoit le seul dont je jouissois. » Les autres gratifications annuelles que recevait Bernardin, celle de 500 livres sur les Affaires étrangères, celle de 800 livres sur les fonds dont disposait le duc d’Orléans et celle de 400 livres sur le Mercure, ne semblent pas être comprises dans cette nouvelle pension de 1 200 livres sur les Finances, et Bernardin continuera de les recevoir jusqu’en 1790/1791 (voir sa lettre aux « citoyens ministres »).

6 Bernardin a enfin reçu – mais pour en jouir peu longtemps (voir la note précédente) – ce qu’il avait recherché depuis tant d’années : une vraie pension, « couchée sur le rôle », et payée automatiquement chaque année, au lieu de se voir forcé de solliciter tous les douze mois le renouvellement de la « gratification annuelle » qu’il avait reçue jusque-là et de celle qu’avait reçue sa sœur. Cette pension de 1 200 livres semble lui avoir été accordée à double titre, c’est-à-dire par deux ministères à la fois – i°, par le ministère des Finances : la pension remplace le paiement annuel de 1 000 livres qu’il recevait depuis 1773 de ce ministère, grâce surtout aux efforts renouvellés de Mesnard ; 2°, par le ministère de la Marine : la pension le compense des diminutions, puis de la suppression, de sa pension de retraite de capitaine ingénieur en congé de maladie. Elle ne semble tenir aucun compte, à en juger par ce que Bernardin dit ici, de ses nouveaux services, c’est-à-dire de ses « découvertes » de la cause des marées et des courants maritimes, qu’il croyait lui valoir, elles aussi, une pension (« N’ai je donc pas bien meritté de ma patrie et n’est il pas tems que j’aye part aux graces du prince d’une maniere solide et honorable ? », lettre de Bernardin du premier octobre 1787, § 5). On voit donc que, quoiqu’il ait obtenu la permanence (toute relative en réalité) d’une pension assurée par brevet, il n’a pas obtenu une récompense spécifiquement motivée par ses travaux d’auteur, malgré ce qu’il en dit dans sa lettre aux « citoyens ministres » (« Une preuve [...] de l’estime dont la nation honorait mes écrits »). Il est possible, pourtant, que Necker ait eu égard à la renommée de Bernardin auteur en lui offrant une pension brevetée. En ce qui concerne le montant précis de la pension, Hennin avait suggéré d’une part que le ministère de la Marine devait lui accorder 400 livres par an pour sa perte de pension de retraite (lettre du 5 juillet 1786, § 2), et d’autre qu’il pouvait espérer voir convertir son paiement annuel de 1 000 livres sur les Finances en une pension assurée par brevet de 800 livres (lettre du 5 avril 1786, § 2), ce qui fait, comme par hasard, 1 200 livres au total : Hennin a-t-il influencé la décision de Necker ? Il avait promis en tout cas de parler à ce ministre des prétentions de Bernardin (lettre du 29 janvier 1789, § 2). Bernardin n’a pas oublié la générosité (relative) de Necker, quand il parle, dans les Vœux d’un solitaire, de ce « ministre des finances dont le retour a rétabli le crédit public, et a été pour nous comme l’étoile du matin après une nuit orageuse » (Œuvres complètes [OC], Paris, Ledentu, 1840, p. 670).

7 Bertrand Dufresne-Saint-Léon avait apparemment connu Bernardin autrefois ; depuis 1786 il était « chargé des finances de la Marine » (lettre d’Hennin du 5 juillet 1786, § 2) ; il s’était montré d’une aménité pratique et sincère en favorisant les sollicitations de Bernardin auprès de la Marine (voir entre autres cette même lettre de Hennin ; celle du même du 26 décembre 1786, § 2 ; et la lettre de Bernardin du 4 mars 1787, premier paragraphe). Bernardin avait tout récemment cherché son appui auprès de Necker : « J’ai ecrit et j’ai fait une visitte à M. dufresne pour lui recommander la gratification annuelle que j’ai dans le departement des finances ainsi que celle de ma sœur. » Mais Dufresne lui avait repondu qu’il devait « s’adresser directement à M. Necker », car il se disait persuadé que la demande de Bernardin « ne souffriroit pas de difficulté » (lettre de Bernardin du 28 janvier 1789, § 2).

8 Jacques Necker, directeur général des Finances.

9 On peut croire que le paiement de la gratification annuelle sur les Finances de Bernardin et de sa sœur ne s’était pas effectué jusqu’alors pour l’année 1788, et que ces 1 600 livres en tenaient lieu. En effet, le dernier paiement de 1000 livres dont il existe une lettre d’annonce est celui qui avait eu lieu en mai 1787 (lettre de Mesnard du 4 mai 1787).

10 Cela n’est pas vrai : Bernardin avait récemment écrit à Necker une lettre où il faisait valoir ses droits et ceux de sa sœur aux paiements annuels qu’ils recevaient des Finances et qu’il craignait de voir supprimés (lettre de Bernardin à Hennin du 28 janvier, § 3). À nos yeux, cela constitue une lettre de sollicitation, même si cette lettre était « polie, respectueuse, mais sans bassesse et sans flatterie » (même référence). Bernardin veut à tout prix faire valoir une certaine illusion qu’il lui plaisait de nourrir : que toutes ses sollicitations n’avaient abouti à rien (« Il n’y a pas un seul bienfait du roy dont je jouisse que j’aye sollicité », lettre du 6 septembre 1786, § 2), alors que la providence le récompense par la réussite de ses ouvrages (lettre du 25 mars 1787, § 3). C’était à la fois se tromper sur la nature de ses interventions auprès des ministres et de leurs aides ; c’est aussi, chose bien plus grave, diminuer d’une manière assez choquante l’importance des efforts des autres – Hennin, Mesnard, Dufresne – auprès de ces mêmes personnes. C’est comme s’il s’attendait à ce que ceux-ci voulussent bien faire pour lui les tâches ingrates, les sollicitations, les courses en tout genre : « Je vous prie de m’eviter touttes ces corvées. Faittes donc quelques démarches auprès du Ministre ou du premier commis pour que l’on m’expedie les 350lt qui me sont dus », avait-il écrit à Hennin le 26 juillet 1788 (1er §), tandis que lui va jouir, tranquillement et les mains pures, des résultats de leurs efforts.

11 Il semble bien que la lettre de Hennin à Bernardin datée du 20 janvier 1787 était la dernière que Bernardin ait reçue de son ami. Bernardin cependant en a envoyé sept à son ami depuis cette date jusqu’à celle de la lettre présente. Les explications du silence d’Hennin que donne Bernardin sont multiples : i°, il a été occupé par l’assemblée des notables (lettre du 9 juin, 1er §) ; 20, « Je vous crois faché contre moi » (lettre du 2 janvier 1788, 1er §) ; 30, « la même foiblesse de vue qui vous empêche de repondre a mes lettres ne vous permet peut etre pas de les lire » (même lettre, § 2). En fait, le silence de Hennin s’explique bien plus vraisemblablement par les exigences de son travail de premier commis, par sa préoccupation avec la situation politique qui évoluait vite à cette époque, et par sa lassitude face aux demandes incessantes et irréalistes de Bernardin.

12 Le premier octobre 1787, Bernardin avait annoncé à Hennin son intention de se rendre à Versailles, afin de lui donner le 4e volume de la 3e édition des Études et de remercier Dufresne des services qu’il lui avait rendus, et il avait prié son ami d’indiquer les jours où il serait libre (1er §, et § 2). N’ayant pas eu de réponse d’Hennin, il lui réécrit le 2 janvier : « Je vous crois faché contre moi. Il y a deux mois je vous écrivis pour prendre votre jour pour vous aller voir et vous ne m’avés pas répondu. Je n’irai point, à Versailles au commencement de l’année, ou il n’y a peut etre personne qui pense à moi, mais j’irai, s’il plaist à dieu quand mon quatrieme volume sera imprimé, vous en porter un pour me rapeller à votre souvenir » (1er §). On voit qu’il allègue dans la lettre présente une autre raison pour ne pas se rendre à Versailles avant la parution du 4e volume : sa santé, mais cette raison est loin d’être nouvelle ; voir par exemple sa lettre à Hennin du 8 juillet 1786,1er § : « Une lettre de plus de 4 pages écritte de votre main dans le tourbillon des affaires, par une vüe qui, dittes vous, commence à baisser, une lettre remplie d’affection, de zele et de bons offices meritteroit seule que je fis le voyage de Versailles pour vous aller remercier, mais je suis moi même affecté, d’affoiblissement de vüe, de genoux, et de mouvements spasmodiques qui m’agittent sur tout dans le tourbillon du monde. »

13 Allusion à l’explication de la figure « Hémisphère atlantique » qui se trouve dans l’« Explication des figures » à la fin des Études. Bernardin veut prouver, par son interprétation des journaux de certains navigateurs, que les courants de la mer sont « semi-annuels » (Études, OC, t. 1, p. 514), et qu’ils proviennent, non de l’attraction exercée par la lune et le soleil, comme le prétendent les académiciens, mais de la fonte alternative des glaces des pôles nord et sud. Ainsi, selon lui, « le courant atlantique vient [...] du sud et porte au nord, comme le croient les marins, mais dans notre hiver seulement [à l’époque de la fonte des glaces du pôle Sud] » (Études, OC, 1.1, P-511)· Il finit par suggérer que « les hommes pourraient, par le moyen des courans alternatifs des mers, entretenir parmi eux une correspondance régulière et sans frais, dans toutes les parties maritimes du globe » ; on pourrait par exemple, en été, faire charrier par la mer, « en trains bien assemblés », les sapins des pays du Nord de l’Europe ou de l’Amérique vers les pays du Sud ; autre exemple : tout comme Christophe Colomb, se croyant près de périr, « renferma l’histoire de sa découverte [de l’Amérique] dans un tonneau qu’il abandonna aux flots, espérant qu’elle arriverait tôt ou tard sur quelque rivage. Une simple bouteille de verre pouvait la conserver des siècles à la surface des mers, et la porter plus d’une fois d’un pôle à l’autre » (Études, OC, 1.1, P-513-514)· On voit que Bernardin n’avait pas proposé, dans ses Études, de jeter une bouteille à la mer dans la baie de Biscaye, afin de prouver qu’elle parviendrait, dans les mois d’hiver, à la côte de la Normandie, mais que, sûr de la vérité de sa théorie, il proposait d’en tirer des bienfaits pratiques. C’est un exemple de la façon dont il croit que les Études, remplies de vérités utiles autant que de théories correctes, méritent qu’il reçoive des récompenses de la part du Gouvernement (voir par exemple sa lettre au maréchal de Castries datée du 28 décembre 1786, Archives nationales, fonds colonies, 363e : 58-9 : « J’ai [...] cherché à bien meritter de la marine. J’ai dévelopé une nouvelle théorie de la cause des marées qui pourra un jour etre de la plus grande utilité aux gens de mer [...] »)

14 Cette lettre du supérieur du couvent des cordeliers de l’île-Bouchard, le père Lanier (son nom est fourni par la lettre de Bernardin du 3 juillet 1788, § 2), datée du 3 février, c’est-à-dire « dimanche dernier » (Le Maître calendrier, p. 35), ne semble plus exister.

15 C’était Louis-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil, ministre de Paris et de la Maison du roi, qui avait trouvé cet asile pour Dutailli, et qui avait obtenu pour celui-ci une pension de 370 livres (lettre de Bernardin du 19 septembre 1785, 1er §).

16 Lettre de Bernardin à Hennin du 6 février 1788 (BSP 00918).

17 Une lettre de Louise-Félicité de Kéralio à Bernardin, probablement de 1773 (BSP oo2410), explique qu’elle aime et voudrait épouser « l’aimable auteur de Virginie », mais comme il n’a pas de fortune ce ne sera pas possible.

18 Dans une lettre de Bernardin à Hennin du r6 mai 1788 (BSP 00950), il explique ce qu’il a fait pour faire acheter cette 3eédition : « Je reçois une lettre de M. de la Roche rerCommis des finances qui reclame fort obligeament 100 exemplaires de mon 4e vol. pour la souscription du Roy. vous devés vous rapeller qu’a lepoque de ma 1ere edition plusieurs ministres souscrivirent ; si le votre, ainsi que celui de la Marine sont dans la disposition d’avoir ce 4e vol. je vous prie de me le faire savoir incessament car il y a deja plus de la moitié de ces 4e. que je n’ai fait tirer qu’a 2 mille, de vendue, je vous prie donc d’en parler à M. de fresne pour les 100 exemplaires de la marine, à votre ministre pour ses 20 et même à M. le b.on de breteuil, pour les 6 qui par parenthese ne m’a pas repondu, ainsi que vous, dans le cas ou les Ministres reclameroient la suitte de mes Études, comme je n’ai point reçu d’avance pour la souscription du 4e. vol, je ne le livrerois qu’au prix courant ainsi que j’aurois du faire d’ailleurs pour ma 1ere edition puisque les remises ne se font qu’aux libraires non au Roy qui en souscrivant vouloit me donner des marques de faveur et d’aide. »

19 Dans le roman Virginie est reçue en France par une tante. Les malheurs et les souffrances de cette tante, et finalement sa mort, sont décrits dans le roman (Paul et Virginie, éd. Jean-Michel Racault, Paris, Libraire générale française, « Le Livre de poche », 1999, p. 263-265).

20 Lettre de L. de Vigneras à Bernardin de Saint-Pierre, 5 avril 1788 (BSP 00930).

21 Lettre de monsieur et madame Mesnard de Conichard du 24 avril 1788 (BSP 00940).

22 Lettre anonyme du 11 avril 1788 (BSP 00933).

23 Lettre de De Franc fils à Bernardin du 3 novembre 1788 (BSP 00988). Bernardin avait proposé la définition suivante dans sa lettre du 30 septembre 1788 (BSP 02073) : « Il est donc clair, selon vous-même, que le degré terrestre est une portion du méridien terrestre intercepté entre deux rayons consécutifs des 360 rayons qui partent du centre de la terre et divisent également la circonférence du méridien céleste, puisque ce degré est la portion du méridien terrestre qu’il faut parcourir entre les deux rayons qui déterminent, dans le méridien céleste, l’étendue d’un degré, c’est-à-dire de la 360e partie de sa circonférence. »

24 Cette lettre (BSP 00992) semble être la dernière de la série et nous n’avons pas de réponse de Bernardin à cette 3e lettre.

Auteur

Professeur émérite de l’université d’Exeter en Grande-Bretagne. Auteur notamment d’études sur Gil Blas de Lesage, sur le roman révolutionnaire et d’une biographie récente de Bernardin de Saint-Pierre (Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture (Oxford, Legenda, 2006), il travaille depuis plusieurs années sur les manuscrits de Bernardin de Saint-Pierre. Il dirige l’équipe qui prépare l’édition critique électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre qui paraît dans la collection Electronic Enlightenment (Oxford University Press).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540