Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Ire partie — Les réseaux épistolaires

Une correspondance amicale : Bernardin et Mesnard de Conichard

Rebecca Ford

Texte intégral

1À l’automne 1784, lorsque Bernardin de Saint-Pierre se préparait à publier ses Études de la nature, il proposa à son ami de longue date, Mesnard de Conichard, de lui en faire la dédicace. En octobre, il reçut sa réponse :

  • 1 Lettre de Mesnard de Conichard à Bernardin de Saint-Pierre, 26 octobre 1784 (archives de la biblio (...)

J’ay [...] toujours evité par-dessus tout de faire parler de moy et je suis trop vieux pour changer ma marche a cet egard, je vous suplie donc qu’il ne soit plus question de Cette dedicace qui, j’en suis très certain, ne pourroit vous être d’aucun avantage et vous seroit nuisible dans L’esprit de bien des gens [...] n’en parlons plus je vous prie, dediez a M henin ou a quelque autre qui s’en fera plaisir et pourra vous etre utile.1

  • 2 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, à l’île de Bourbon, au cap de Bonne-Espérance (...)
  • 3 Malcolm Cook, par exemple, utilise avec profit la correspondance Bernardin-Mesnard dans sa nouvell (...)

2Ce n’était pas la première fois que Bernardin tentait de récompenser le soutien d’un ami d’une manière plus « littéraire » : en 1773, ne pouvant espérer s’acquitter de ses dettes envers son ami Duval, Bernardin l’avait fait figurer dans son premier essai littéraire, le Voyage à l’île de France, comme récipiendaire des lettres qui forment ce livre2. Mais si l’offre de Bernardin est un signe de sa grande reconnaissance envers Mesnard, elle signale aussi la modestie et la discrétion de ce dernier, qui préférait après tout rester dans l’ombre. C’est à cause de cette modestie de la part de Mesnard que son importance dans la vie de Bernardin commence depuis peu d’être comprise3. Notre but ici est donc d’analyser cette amitié et le rôle qu’elle a joué dans la vie et le succès littéraire de Bernardin.

  • 4 Lettre de Mesnard à Bernardin du 22 mars [1784] (LH 159B : 16-17). Les Mesnard avaient trois enfan (...)
  • 5 Almanach royal pour l’année 1768, Paris, Le Breton, 1768, p. 174 ; lettre de Bernardin à PierreMic (...)

3Malheureusement, nous ne savons que très peu sur Mesnard avant le début de sa correspondance avec Bernardin. Possédant des terres à La Boisnière, près de Château-Renault, Mesnard était probablement originaire de Touraine, et d’après une lettre à Bernardin des années 1780, dans laquelle il se plaint que : « Ce vent du nord qui a enrhumé Monsieur Le chevalier ne fait pas de bien non plus au vieillard de plus de 60 ans qui l’embrasse comme il l’aime bien tendrement », il était beaucoup plus âgé que l’écrivain4. Depuis 1772, Mesnard travaillait dans le département des courriers, postes et relais de France, d’abord comme administrateur général et ensuite comme intendant général, mais ce qui semble être l’élément le plus important dans le commencement de sa correspondance avec Bernardin était son poste de premier commis dans le département du contrôleur général des Finances, poste qu’il tint depuis 1768 au moins jusqu’en 1785, et qui, s’il ne lui conférait pas tant de pouvoir que celui de premier commis des finances, lui donnait quand même une certaine influence auprès du contrôleur général5.

4Selon toute apparence, c’est cette situation de Mesnard au coeur des Finances qui a poussé Bernardin à faire sa connaissance et, comme ce fut souvent le cas dans ses premières années à Paris, Bernardin fit appel aux femmes de sa connaissance pour l’aider dans ses démarches. Cette fois, ce fut Mme Challe, amie des Mesnard ainsi que de Bernardin, qui servit d’intermédiaire entre les deux hommes. Sa lettre à Bernardin du 9 septembre 1773 le conseillait non seulement sur le meilleur moment d’approcher Mesnard, mais aussi sur l’importance de la discrétion :

  • 6 Lettre du 9 septembre 1773, LH 151A : 42-43.

Je crois que vous ferés beaucoup mieux de ne pas aller demain matin chez M. Mesnard. il ne doit pas douter de votre empressement, il vous Scaura gré de vôtre discretion. je sçai que quand il ne vient que pour une matinée à Paris il y a tant d’affaire qu’il n’est pas Content d’en estre distrait. Vous n’auriez que le tems de vous faire des Complimens, visitte perdue, demarche inutile. Tachons toujours de bien prendre les momens. la reussitte des plus grandes affaires depend de Linstant saisi a propos. Si vous voulés vous donner la peine de passer chez moy dans la matinée de demain je vous diray si je lay vue et en quelle disposition il sera enfin si je suis Contente6.

  • 7 Lettre à Bernardin du 14 septembre 1776, LH 159A : 21-22.
  • 8 Ibid., 17 décembre 1784, LH 159A : 14-15.

5Mme Challe décrit bien la situation de Mesnard à cette époque. Ses lettres parlent souvent d’un lourd travail à accomplir et qui l’empêche de voir ses proches et ses amis, et au cours des années, ces longues heures passées à travailler étaient perçues de plus en plus par Mesnard comme la cause de sa mauvaise santé. Ses lettres de l’année 1776, par exemple – année particulièrement orageuse et qui vit la fin du règne du physiocrate Turgot comme contrôleur général des finances – nous offrent l’image de Mesnard continuellement aux prises avec un travail exigeant, et en septembre il parle avec soulagement du « moment de ma petite vacance si chèrement achetée par le tourment d’une année entière dans le chaos des affaires7 ». Quelques années plus tard, réfléchissant à la mauvaise santé qui le hante dans sa vieillesse, Mesnard n’a aucun doute sur ce qui en était la cause : « Ce ne sont pas les automnes de La Boisniere qui rendent malade, mais un principe d’humeurs anciennes amassées dans les entrailles pour une vie laborieuse, assidue et mêlée de peine, que j’ai menée si longtemps8. »

  • 9 Voir ci-dessous l’article de Katherine Astbury.
  • 10 Voir le propos de Simon Davies.
  • 11 Voir l’article de Tim Reeve.

6Suivant les conseils de son amie, Bernardin avait de toute évidence trouvé un moyen convenable pour faire ses approches à Mesnard, parce que leur correspondance commença en décembre 1773, et dura presque vingt ans, la dernière lettre que nous possédons datant de mai 1792. Qui plus est, l’ampleur et la fréquence de cette correspondance la place parmi les trois correspondances les plus importantes de Bernardin – les deux autres étant celle avec sa soeur Catherine9 et celle avec son ami Hennin10. Il faut constater néanmoins que la correspondance entre Bernardin et Mesnard, du moins celle qui nous est parvenue, est plutôt asymétrique. La majorité des lettres sont de la main de Mesnard, et celles de Bernardin lui-même sont écrites dans un contexte officiel ayant rapport au poste de Mesnard aux Finances et aux gratifications accordées à Bernardin. Cependant, les Mesnard étaient connus de plusieurs autres correspondants de Bernardin, et les lettres échangées entre Bernardin et Hennin, Bernardin et Catherine en particulier, ainsi qu’entre Bernardin et Mme Challe11, nous donnent d’autres aperçus utiles de leur amitié. Surtout, comme nous essayerons de le démontrer, ces liens nous offrent l’image d’un vrai réseau de communication et d’amitié entourant et soutenant Bernardin à cette époque.

7Au début, la correspondance Bernardin-Mesnard avait pour fondement les tentatives de Bernardin de trouver un soutien financier auprès du Gouvernement. Rentré depuis peu à Paris de L’île de France où il avait servi comme ingénieur, sans fortune et sans emploi, Bernardin écrivit à plusieurs reprises à l’Administration française pour offrir ses services en échange d’une pension, mais sans succès ; il lui fallait donc se tourner du côté des fonds publics. Et en tant que premier commis au département des Finances, Mesnard jouissait, semble-t-il, d’une certaine influence auprès du contrôleur général des Finances à l’égard d’un fonds destiné à secourir la noblesse pauvre. Ce fonds s’appelait le « fonds du Port-Louis » et se distribuait annuellement. La décision définitive sur l’allocation appartenait au contrôleur général, mais selon toute apparence c’était Mesnard qui en prenait en charge l’administration. C’était à lui que ceux qui cherchaient une aide financière adressaient leurs demandes, et c’était lui qui écrivait aux récipiendaires pour leur annoncer leur gratification. Mais il avait surtout la responsabilité de recommander au contrôleur général ceux qui méritaient un soutien, et c’est dans ce contexte que se place la première lettre de Mesnard à Bernardin. Bernardin ayant réussi dans ses ouvertures à Mesnard, il en reçut une lettre en décembre 1773 lui annonçant une gratification de 1 000 livres du fonds Port-Louis. D’une importance capitale en ce qui concerne la survie financière de Bernardin à cette époque, cette lettre ne l’est pas moins à l’égard de l’amitié naissante entre Bernardin et son bienfaiteur :

  • 12 Lettre de Mesnard à Bernardin du 29 décembre 1773, LH 159A : 48r.

Ce 1er succés de ma bonne volonté et de L’interet sincere que vous m’avez inspiré n’a fait que confirmer et augmenter Le desir que j’aurois de vous servir plus efficacement, je vous prie d’en etre persuadé et de me prouver que vous L’étes, en m’employant dans toutes Les occasions ou vous jugerez que je peux vous etre utile. vous m’offrez dans votre amitié Le prix Le plus flateur de ce que je reussirois a faire de plus heureux12.

  • 13 Voir la lettre de Bernardin à Mesnard du 29 janvier 1777 : « Sans le secours du Roy dont je vous s (...)
  • 14 Voir la lettre de Mme Mesnard à Harivel du 15 janvier 1784 (AN Hi 486 bis, 172). Elle fait part de (...)
  • 15 Lettre de Mesnard à Bernardin du 18 juin [1784], LH 159B : 12.

8Même s’il s’agissait d’une gratification dont il fallait demander la continuation chaque année, et non pas de la pension que recherchait Bernardin avant tout, si l’on en croit ses lettres à l’administration ces 1 000 livres de gratification annuelle furent la seule ressource de Bernardin dans les difficiles années 177013. Mesnard continua à exploiter sa situation en faveur de Bernardin tout au long des années 1770 et même des années 1780, lorsque Bernardin commençait à goûter le succès littéraire. En plus, lorsque la gratification de Bernardin fut réduite à 600 livres pendant que Mesnard était en congé de maladie, Mme Mesnard elle-même intervint auprès du remplaçant Harivel et obtint pour Bernardin un supplément de 400 livres14. Même après sa retraite des finances en 1782, Mesnard ne cessa de travailler pour son ami, le présentant à l’adjoint d’Harivel, un certain Acher, dans l’espoir d’assurer la continuation de la gratification15.

  • 16 Lettres de Mesnard des 24 mai [1775] (LH 159A : 52), 28 janvier 1776 (LH 159A : 40-41), 28 mars 17 (...)

9Ce dévouement à aider Bernardin suggère une véritable amitié entre les deux hommes, et dans la correspondance les preuves en abondent. Bernardin est souvent invité à séjourner en Touraine ; on s’inquiète mutuellement de problèmes de santé ; on assiste à des dîners intimes entre amis et en famille16. Bernardin envoie des cadeaux de pierres et de coquillages aux Mesnard par l’intermédiaire de Catherine qui elle-même correspond avec eux et s’applique à trouver les meilleurs spécimens pour ses amis. En retour, quand Bernardin déménagea rue de la Reine-Blanche, après le succès des Études de la nature, Mesnard lui envoya des plantes pour son jardin. Leur correspondance nous présente donc l’évidence irrécusable d’une amitié continue et proche. Mais nous nous concentrerons ici sur deux événements importants de la vie de Bernardin dans lesquels Mesnard a joué un rôle-clé : premièrement, la recherche d’un asile pour Dutailli de Saint-Pierre en 1785, et, deuxièmement, la publication des Études.

  • 17 Lettre de Bernardin à Castries du 19 août 1785 (AN, fonds colonies, dossier personnel Bernardin de (...)
  • 18 Les détails du projet de Mesnard se trouvent dans la lettre de Bernardin à Hennin du 13 septembre (...)

10Dès le début de 1784, le frère cadet de Bernardin, Dutailli de Saint-Pierre, fut enfermé dans la maison des Bons Fils de Saint-Venant, à cause d’une sévère aliénation mentale qui semble remonter aux années 1770 au moins. Mais en juillet 1785, lorsque Bernardin s’occupait de la seconde édition des Études, Dutailli s’échappa de l’hospice et alla à Paris. À la suite de cette fugue, Bernardin se mit à chercher une nouvelle retraite pour son frère, écrivant au maréchal de Castries (ministre de la Marine), au baron de Breteuil (ministre de Paris), et à M. de Crosne (lieutenant-général de police), mais sans succès, et comme il écrivit à Hennin le 23 août, « en voyant toutes les personnes auxquelles j’ai écrit, à son occasion, garder le silence je ne savais plus quel parti prendre17 ». Ce fut à ce moment-là que Mesnard offrit de l’aider en se servant de sa propre influence auprès de Charles-Alexandre de Calonne, alors contrôleur général des Finances. Mesnard proposa d’engager Calonne à payer une pension à Dutailli et de le placer dans une abbaye ou maison religieuse. La pension serait adressée directement au supérieur de l’abbaye, et la situation de Dutailli comme prisonnier dans son asile, ainsi que la tutelle de ses finances par le supérieur, garantiraient contre la possibilité de voir le malade s’enfuir avec l’argent de sa pension. Il restait seulement à lui trouver une place, et pour ce faire Bernardin demanda à Hennin d’engager Breteuil, qui, en tant que ministre de Paris et de la Maison du roi, était responsable des séquestrations d’individus dans des maisons religieuses, à trouver une maison religieuse convenable18.

  • 19 Lettre de Bernardin à Hennin du 19 septembre 1785. Absente de la collection de l’Institut, la lett (...)
  • 20 LH 159A :I2-13.
  • 21 Lettre de Mesnard à Bernardin du 10 juin 1788, LH 159A : 6O-6I.
  • 22 Institut 58 : 376-77.

11Quelques jours plus tard, Bernardin reçut la réponse de Breteuil dans une lettre où le ministre annonça sa décision de placer Dutailli dans un couvent de cordeliers à L’Isle-Bouchard en Touraine et de lui accorder une pension de 370 livres19. Il semble, d’après sa lettre du 20 septembre 1785, que Mesnard n’avait pas encore approché Calonne, mais il faut lui donner quand même le mérite d’avoir proposé ce plan d’action20. Mesnard ne cesserait pas de s’intéresser à la situation de Dutailli dans les mois et années qui suivirent. Dans sa lettre à Bernardin du n novembre 1785, il regrette de ne plus avoir de connaissance à L’Isle-Bouchard « pour recommander particulièrement M. votre frère suivant vos vues », mais cela ne l’empêcha pas d’agir plus tard comme intermédiaire entre Bernardin et les cordeliers de l’Isle-Bouchard. En 1788, par exemple, Mesnard fit parvenir au supérieur du couvent, le père Lanier, un exemplaire de la troisième édition des Études, recommandant en même temps Dutailli aux bons offices du supérieur21. D’ailleurs, selon une lettre de Bernardin à Hennin, Mesnard avait conseillé Bernardin sur une réponse aux demandes d’argent et de soutien officiel qu’avait faites le père supérieur : « Dans la confiance que j’ai dans notre ancienne et bonne amitié je requiers vos bons offices, par le conseil même de M. Mesnard, au sujet d’une lettre qui m’a été écrite par le père Lanier », écrivit Bernardin à Hennin le 3 juillet 178822. Les « bons offices » souhaités par Bernardin consistaient surtout en une nouvelle intervention d’Hennin auprès de Breteuil : « Je désirerais donc que M. le baron de Breteuil eut la charité de se prêter aux moyens propres a contenir l’esprit de cet infortuné dans les bornes que prescrit son gardien. » Cette amitié entre Bernardin, Hennin et Mesnard fut donc d’une grande importance dans la vie privée de Bernardin, non seulement à cause du soutien moral qu’elle lui offrait, mais aussi en raison du fait qu’elle constituait le noyau d’un réseau de liens avec l’administration de l’époque dont Bernardin n’hésitait pas à en tirer tous les avantages possibles.

12Mais si l’amitié de Mesnard n’est pas à négliger en ce qui concerne la vie privée de Bernardin de Saint-Pierre homme et frère, elle l’est encore moins en ce qui concerne Bernardin de Saint-Pierre écrivain. Comme nous allons voir, elle joua surtout un rôle fondamental dans la publication de son premier succès littéraire, les Études de la nature.

  • 23 Institut 58 : 239.
  • 24 Lettre de Hennin du 20 avril 1784, Institut 154 : 55-56.
  • 25 Lettre de Mesnard du 15 mai 1784, LH 159A : 3-4.

13Selon toute apparence, l’aide apportée par les Mesnard (et il s’agit bien des Mesnard) à la publication des Études débuta par un malentendu. D’après une lettre de Bernardin à Hennin du 29 avril 1784, Mme Mesnard avait offert, un mois auparavant, de prêter à Bernardin l’argent nécessaire pour publier son ouvrage ; offre qu’il avait refusée, d’abord parce qu’il croyait que Hennin avait déjà promis le même secours, mais aussi parce que, selon Bernardin, Hennin serait mieux placé que Mesnard pour lui obtenir de nouvelles gratifications en profitant du succès éventuel des Études23. Mais Bernardin avait mal compris Hennin, parce qu’en avril celui-ci lui manda qu’il n’était pas en état de lui prêter tout l’argent qu’il souhaitait emprunter – une somme de 2 000 écus24. Et quand Bernardin recourut aux Mesnard, ils lui annoncèrent qu’eux non plus n’étaient pas en état de lui prêter la somme entière25. De mauvaise humeur, Bernardin écrivit à Hennin :

  • 26 Lettre du 19 mai 1784, Institut 58 : 236-37.

J’ai communiqué votre réponse à M. et Mme Mesnard ou vous vous excusés de me rendre ce service sur la grandeur de la somme dont j’ai besoin et je les vois balancer à leur tour, car l’exemple d’autrui a beaucoup de pouvoir dans ce monde, je ne suis comme vous voyes, gueres propres à négotier mes interests mais je ne me repends pas d’avoir agi avec simplicité26.

  • 27 Institut 58 : 248.

14Heureusement, on réussit quand même à trouver un compromis : Hennin et Mesnard prêtèrent chacun 1 200 livres (en plusieurs versements) à Bernardin, lui fournissant ainsi des ressources suffisantes pour payer les frais de publication. Mais l’aide apportée par les Mesnard alla au-delà du simple soutien financier. Le 22 juillet, Bernardin signala à Hennin que Mesnard avait engagé le contrôleur général des Finances Calonne à souscrire à 100 exemplaires des Études. Il paraît bien que, dans ce cas, la remarque de Bernardin selon laquelle « l’exemple d’autrui a beaucoup de pouvoir dans ce monde » sonnait juste, car cette nouvelle arrivait seulement un mois après qu’Hennin eut obtenu une souscription pour 100 exemplaires du maréchal de Castries. Et selon Bernardin, ces souscriptions furent plus utiles que des prêts ou des dons, parce quelles assurèrent le succès de l’ouvrage même27.

15Une fois les Études imprimées, Bernardin ne tarda pas à récompenser les Mesnard de leur soutien – non pas avec l’argent, il leur fallut attendre encore quelques mois pour cela – mais avec un exemplaire de son ouvrage. Le 17 décembre, Mesnard écrivit de Touraine, où il se remettait d’une crise de goutte, pour demander que son exemplaire des Études lui fût envoyé broché plutôt que relié :

  • 28 LH 159A : 14-15.

parce qu’il faudrait m’en faire l’envoy par la poste et que je ne voudrais pas que votre belle relieure soit gatée ; vous la garderez, si vous voulez bien, pour ma femme à son arrivée, et je me répondrai de faire relier L’exemplaire en brochure que vous m’auriez envoié, après l’avoir lû bien à mon aise devant mon feu qui gâterait la belle relieure28.

16Cependant, les premières impressions des Études provinrent non pas de Mesnard lui-même mais de Mme Mesnard, qui écrivit à Bernardin le 26 décembre pour lui faire ses compliments sur le charme de son style et la beauté des tableaux qu’il avait peints des animaux et des scènes exotiques, ajoutant à la fin de sa lettre que :

  • 29 LH 159B : 8-9.

Je fais des voeux pour Le succès Et le promt débit de votre ouvrage, Mon mary pense comme moy qu’il mérite l’empressement du public Et nous sommes assurés qu’il n’y aura personne après vous avoir lù qui n’ambitionne L’aisance et L’amitié de Lauteur29.

  • 30 Lettre de Bernardin du 19 janvier 1785, Institut 58 : 276-77.

17De plus, pour assurer elle-même « l’aisance et l’amitié » de Bernardin, une fois rentrée à Paris de Touraine Mme Mesnard entreprit de vendre des exemplaires des Études à des femmes de sa connaissance, comme l’expliqua Bernardin à Hennin : « J’ai envoyé ce matin douze exemplaires à Mme Mesnard qui veut à votre exemple les débiter parmi ses amies30. »

  • 31 Lettre de Bernardin à Hennin du 20 mars 1785, Institut 58 : 290-91. Un dîner semblable avait eu li (...)

18Quelque mois plus tard, la vente des Études allant rondement, Bernardin se vit enfin en mesure de rembourser Mesnard et Hennin, et l’occasion fut marquée par l’organisation d’un dîner entre les trois familles, dîner auquel Mme Mesnard, écrivit Bernardin à Hennin, « propos[ait] de faire une omelette31 ».

  • 32 Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature, 3e éd., Paris, P.-F. Didot le jeune, Méquignon l’a (...)

19En guise de conclusion, il nous faut revenir à la question de la dédicace avec laquelle nous avons commencé. Pour la première édition des Études, le voeu de Mesnard de rester inconnu se réalisa ; mais si nous en ouvrons la troisième édition, parue en 1788 et contenant au quatrième tome le roman de Paul et Virginie, nous trouvons que Bernardin a réussi après tout à faire imprimer sa reconnaissance envers « mes respectables amis MM. Hennin & Mesnard de Conichard32 ».

Notes

1 Lettre de Mesnard de Conichard à Bernardin de Saint-Pierre, 26 octobre 1784 (archives de la bibliothèque municipale Armand-Salacrou du Havre – ci-après LH-, 159A : 10-11). Nous gardons l’orthographe originale des correspondants. La correspondance de Bernardin de Saint-Pierre, dont celle avec Mesnard constitue un élément inédit, est en cours de parution dans le cadre du projet Electronic Enlightenment (sous la direction de la fondation Voltaire). Nous n’avons pas de lettre de Bernardin au sujet de cette offre de dédicace ; peut-être aura-t-elle été faite de vive voix.

2 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, à l’île de Bourbon, au cap de Bonne-Espérance etc. Avec des observations nouvelles sur la nature et sur les hommes, Paris et Amsterdam, Merlin, 4 vol. , 1773. Voir M. Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1905, p. 144. Sur les lettres formant le voyage, voir l’article d’Alain Guyot ci-dessous.

3 Malcolm Cook, par exemple, utilise avec profit la correspondance Bernardin-Mesnard dans sa nouvelle biographie de l’écrivain, Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture, Oxford, Legenda, 2006.

4 Lettre de Mesnard à Bernardin du 22 mars [1784] (LH 159B : 16-17). Les Mesnard avaient trois enfants : deux fils, dont le cadet est mort en 1789, et une fille, née dans les années 1770. Une lettre de Mesnard à Bernardin datée le 30 avril (l’année n’est pas donnée mais il s’agit certainement des années 1770) fait mention de cette fille pour la première fois, et Bernardin lui-même parle de « Mlle Mesnard fille d’un de mes meilleurs amis et que j’ai vu naître » dans une lettre à l’auteur anonyme du poème Le Tombeau de Virginie en 1789 (LH 159B : 31 et LH 145B : 40). Les annonces de la naissance et de la mort du fils cadet des Mesnard se trouvent dans les lettres de Mesnard à Bernardin du 1er août 1776 et du 4 juillet 1789 (LH 159A : 26-27 et LH 159A : 35-36).

5 Almanach royal pour l’année 1768, Paris, Le Breton, 1768, p. 174 ; lettre de Bernardin à PierreMichel Hennin du 4 mars 1785 : « la seule personne dont le crédit m’a soutenu depuis douze ans s’est retirée des finances » (archives de l’Institut de France, fonds Bernardin de Saint-Pierre – ci-après Institut – 58 : 286). Au sujet de l’organisation du département des Finances au XVIIIe siècle, voir François Bayard, Joël Félix et Philippe Hamon, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des Finances : du XVIe siècle à la Révolution, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000.

6 Lettre du 9 septembre 1773, LH 151A : 42-43.

7 Lettre à Bernardin du 14 septembre 1776, LH 159A : 21-22.

8 Ibid., 17 décembre 1784, LH 159A : 14-15.

9 Voir ci-dessous l’article de Katherine Astbury.

10 Voir le propos de Simon Davies.

11 Voir l’article de Tim Reeve.

12 Lettre de Mesnard à Bernardin du 29 décembre 1773, LH 159A : 48r.

13 Voir la lettre de Bernardin à Mesnard du 29 janvier 1777 : « Sans le secours du Roy dont je vous suis redevable cette année, Monseigneur, il m’aurait été impossible de [...] subvenir aux besoins de ma famille. » (Archives nationales – ci-après AN – Hi 483, 329). De la même façon, les registres du fonds Port-Louis pour l’année 1778 décrivent Bernardin comme « gentilhomme officier ingénieur, reformé, auteur d’une histoire de l’isle de France et n’aïant aucune fortune pour subsister avec sa sœur » (AN Hi 486 bis, 86).

14 Voir la lettre de Mme Mesnard à Harivel du 15 janvier 1784 (AN Hi 486 bis, 172). Elle fait part de son succès dans une lettre à Bernardin du 9 mars 1784 (LH 159A : 9), mais en attribue le mérite à son mari.

15 Lettre de Mesnard à Bernardin du 18 juin [1784], LH 159B : 12.

16 Lettres de Mesnard des 24 mai [1775] (LH 159A : 52), 28 janvier 1776 (LH 159A : 40-41), 28 mars 1776 (LH 159A : 46), 24 mai 1776 (LH 159A : 52), 24 mai 1776 (LH 159A : 19-20), 14 septembre 1776 (LH 159A : 21-22), 22 mars [1784] (LH 159B : 16), 12 septembre 1785 (LH 159B : 36), 20 septembre 1785 (LH 159A : 12), 9 novembre 1785 (LH 159B : 38-39), 23 septembre 1786 (LH 159B : 4-5), 26 janvier [1790] (LH 159B : 29), 9 décembre [1790] (LH 159B : 34), 25 janvier [année inconnue] (LH 159B : 35) et 23 juillet [année inconnue] (LH 159B : 18), ainsi qu’une lettre de Mme Mesnard datée seulement « ce mercredy 13 » (LH 159A : 23-24).

17 Lettre de Bernardin à Castries du 19 août 1785 (AN, fonds colonies, dossier personnel Bernardin de Saint-Pierre, 363 : 54) ; la lettre de Bernardin à Crosne n’existe plus, mais Bernardin en fait mention dans sa lettre à Hennin du 2 août 1785, lettre qui elle-même semble ne plus exister mais qui se trouve dans L.-A. Martin, Correspondance de J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, 4 vol. , Paris, Ladvocat, 1826, t. II, p. 244-248. La lettre de Bernardin à Breteuil au sujet de Dutailli manque aussi, mais Bernardin en donne un sommaire dans sa lettre à Hennin du 23 août 1785 (Institut, 58 : 306-307).

18 Les détails du projet de Mesnard se trouvent dans la lettre de Bernardin à Hennin du 13 septembre 1785 (Institut, 58 : 308-09).

19 Lettre de Bernardin à Hennin du 19 septembre 1785. Absente de la collection de l’Institut, la lettre se trouve dans Aimé-Martin, t. II, p. 271-274.

20 LH 159A :I2-13.

21 Lettre de Mesnard à Bernardin du 10 juin 1788, LH 159A : 6O-6I.

22 Institut 58 : 376-77.

23 Institut 58 : 239.

24 Lettre de Hennin du 20 avril 1784, Institut 154 : 55-56.

25 Lettre de Mesnard du 15 mai 1784, LH 159A : 3-4.

26 Lettre du 19 mai 1784, Institut 58 : 236-37.

27 Institut 58 : 248.

28 LH 159A : 14-15.

29 LH 159B : 8-9.

30 Lettre de Bernardin du 19 janvier 1785, Institut 58 : 276-77.

31 Lettre de Bernardin à Hennin du 20 mars 1785, Institut 58 : 290-91. Un dîner semblable avait eu lieu à peu près douze mois plus tôt ; et à cette occasion, comme le signale Bernardin à Hennin, « je vous donnerai des viandes simples, parmi lesquelles se trouvera un grand pâté que veut me donner Mme Mesnard » (lettre du 6 avril 1784, Institut 58 : 227-228).

32 Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature, 3e éd., Paris, P.-F. Didot le jeune, Méquignon l’aîné, 1788, t. 1, p. v.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Nottingham et spécialiste de l’Encyclopédie et des sciences de la terre au XVIIIe siècle. Elle fait partie de l’équipe de Malcolm Cook qui prépare une nouvelle édition électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre, travaillant avec Simon Davies et Tim Reeve aux lettres de la période 1773-1788, et plus particulièrement sur la correspondance de l’écrivain avec Mesnard de Conichard et avec les lectrices des Études de la nature.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.