Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Ire partie — Les réseaux épistolaires

De retour de l’île de France : la sympathie des femmes dans des temps incertains

Tim Reeve

Texte intégral

1En juin 1771 Bernardin de Saint-Pierre retourne en France de l’île de France (l’île Maurice) et s’installe à Paris. Il est sans argent, sans emploi, et ne connaît presque personne. Bien que la rédaction de son premier ouvrage, le Voyage à l’île de France, fut presque achevée, il ne l’avait pas encore publié, et ne s’était pas encore établi comme écrivain. Selon toute probabilité, il ne savait même pas si la carrière d’écrivain était celle qu’il voulait suivre. Pour Bernardin donc commence une période d’incertitude et d’expédients. Par nécessité il doit se faire connaître, pénétrer dans les milieux influents, nouer des contacts parmi les familles de la bonne société, autrement dit, trouver sa voie.

2Un examen de la correspondance de Bernardin de cette époque révèle un nombre de femmes qui l’aidèrent dans cette entreprise. Fa quantité considérable de lettres écrites par ces personnes confirme leur importance. Notre propos portera principalement sur deux femmes, Mme Marion Delaville-Jehannin et Mme Madeleine-Sophie Challe. En les considérant successivement, nous commencerons par donner quelques informations préliminaires ; nous examinerons ensuite les rôles qu’elles jouèrent dans la vie de Bernardin ; finalement nous considérerons la nature de leurs relations avec lui.

3Marion Delaville-Jehannin habitait à Rennes et était la mère, veuve, d’un certain Charles Delaville-Jehannin, iequel en 1771 préparait à Paris son examen d’officier du génie. Quoique l’on ne sache pas les circonstances précises de leur rencontre, les chemins de Charles et de Bernardin se croisèrent et les deux hommes devinrent amis (sans doute Charles s’intéressait-il aux expériences de Bernardin dans le génie). Bernardin fut invité à passer quelque temps chez la famille de Charles à Rennes, et ce fut pendant un séjour de trois mois en Bretagne, vers la fin de l’année, qu’il fit la connaissance de Mme Delaville-Jehannin. À part quelques lettres, leur échange épistolaire commença véritablement en janvier 1772, après le retour de Bernardin à Paris, et finit en juillet 1773. Les seize lettres qui subsistent encore, conservées à la bibliothèque municipale du Havre, sont toutes de la main de Mme Delaville-Jehannin : elles font allusion aux réponses de Bernardin, mais aucune ne subsiste.

  • 1 Voir à ce propos l’article de P. Robinson ci-dessus.
  • 2 Le Havre, 156 : 14-15. Mlle Duval n’avait aucun rapport avec Louis Duval, ami proche de Bernardin (...)

4Les lettres de Mme Delaville-Jehannin sont d’un intérêt particulier parce quelles constituent, à notre connaissance, la source principale d’informations sur les expériences de Bernardin en Bretagne. On se rappelle que, à l’île de France, Bernardin avait échoué dans sa poursuite amoureuse de la femme de l’intendant, Mme Poivre1. Sa soif d’amour toujours inassouvie, il continua en Bretagne à s’occuper d’affaires de coeur. Dans une lettre du 3 janvier 1772, Mme Delaville-Jehannin fait mention de deux projets de mariage que Bernardin y avait entrepris, l’un concernant Mlle Duval et l’autre concernant une Mlle Du Boispéan2. Ces projets ne furent pas abandonnés par Bernardin lors de son retour à Paris. La correspondance montre que Mme Delaville-Jehannin reprit les négociations matrimoniales pour lui, en l’informant de tout progrès. Les maintes références à ces affaires non seulement les font connaître dans leurs moindres détails, mais elles témoignent aussi de l’engagement de Mme Delaville-Jehannin, de son dévouement pour Bernardin, et de sa détermination à le voir heureux.

  • 3 Voir, par exemple, Fernand Maury, Étude sur la vie et les oeuvres de Bernardin de Saint-Pierre (Pa (...)
  • 4 Le Havre, 156 : 14.
  • 5 Le Havre, 156 : 32. Dans toutes nos citations nous suivons l’orthographe et la ponctuation de l’au (...)
  • 6 « Comme vous netes pas je Crois fort amoureux, jespere que vous vous Consolerez aisement. » (Lettr (...)

5Ce que nous apprenons aussi dans les lettres de Mme Delaville-Jehannin, c’est que Bernardin avait d’autres motifs que l’amour dans ses propositions à Mlles Duval et Du Boispéan. Le premier concerne son obsession de la noblesse. Le dessein ardent de la famille de Bernardin de s’anoblir et ses prétentions illusoires à un lignage aristocratique sont bien documentés par les biographes3. Selon toute évidence Bernardin avait entamé en Bretagne ses propres recherches sur son ascendance, et avait demandé à Mme Delaville-Jehannin qu’elle les poursuive en son absence. En lui confiant les résultats de cette enquête le 3 janvier 1772, Mme Delaville-Jehannin confirma qu’elle avait trouvé dans la région une famille « Saint-Pierre », originaire de Normandie (co Mme l’était Bernardin), le grand-père de laquelle avait épousé une riche héritière4. Même si, en réalité, cette famille n’avait aucun rapport avec Bernardin, l’exemple l’aurait toutefois encouragé dans ses projets de mariage. Le second motif concerne l’argent. L’embarras dans lequel Bernardin se trouvait à cette époque ne peut être exagéré. Ses soucis financiers le préoccupaient beaucoup, et il s’efforçait constamment de s’en dégager. Tout simplement, une alliance avec une riche héritière aurait mis fin à ses angoisses, et lui aurait permis, s’il en avait eu envie, de se consacrer pleinement à ses intérêts littéraires. Dans ce but, Mme Delaville-Jehannin recommande à plusieurs occasions qu’il considère d’autres femmes. Aux alentours de février 1772, par exemple, elle lui écrit : « Je voudrois que vous feriez vôtre Cour a quelque riche veuve qui vous assureroit dix ou douze mille livre de rente5. » Pourtant, tous ces desseins matrimoniaux ne menèrent à rien. Mme DelavilleJehannin, très perspicace, observe que Bernardin ne peut se faire d’iilusions à propos de l’amour. S’il n’est pas sincèrement amoureux, il ne peut mener ses projets à bonne fin6.

  • 7 Le Havre, 156 : 31.

6En plus de son rôle de conseillère conjugale, Mme Delaville-Jehannin proposa aussi son assistance à Bernardin pour trouver un emploi. Bien que le chevalier fut retourné à Paris, il cherchait à obtenir un poste en Bretagne (une situation respectable ferait de lui un plus digne prétendant dans ses projets de mariage). Dans une lettre qu’elle écrivit vers février 1772, Mme Delaville-Jehannin lui fournit non seulement une simple liste des possibilités d’emploi, mais elle le renseigne sur le nombre de candidats, sur les sommes d’argent demandées pour les charges vénales vacantes, et elle le conseille sur les postes qui, d’après elle, lui conviendraient le plus7. On ne peut douter que Mme Delaville-Jehannin a dû faire un travaii considérable pour trouver ces informations, et, encore une fois, on est frappé par son empressement à aider Bernardin.

  • 8 Le Havre, 156 : 11.
  • 9 Lettre du 8 mars 1772 (Le Havre, 156 : 35).

7Cette attention aux besoins du chevalier fait penser aux égards d’une mère pour son fils. Ainsi, dans une lettre écrite probablement en janvier 1772, Mme Delaville-Jehannin fait aliusion à une demande de Bernardin pour qu’elle devienne, dans un sens officieux, sa mère adoptive : « Vous me dite que vous sentez pour moy l’attachement dun fils, je Consens bien volontiers a avoir pour vous Celuy dune mere, mais [...] Ces sortes daffaires ne se traite pas sy legerement8 » N’oubliant pas cette dernière condition, Mme Delaville-Jehannin démontre partout dans sa correspondance qu’elie prend ses nouvelies responsabilités au sérieux et à coeur. Dans n’importe quelle situation, elle ne s’occupe que des intérêts de Bernardin. Elle l’encourage, elle croit en lui, et elle ne s’attend jamais à ce qu’il la récompense de sa gentillesse. En conséquence peut-être de ces prévenances, il est intéressant de remarquer que Bernardin considéra la possibilité d’un mariage avec Mme Delaville-Jehannin (on se souvient de Rousseau et Mme de Warens). Pourtant, comme on pouvait s’y attendre, Mme Delavilie-Jehannin rejeta respectueusement J’offre : elfe était flattée de la préférence que Bernardin lui donnait sur les autres veuves, et si elle avait encore vingt ans, ce ne serait qu’à lui seul qu’elle désirerait plaire9. Il n’y a rien dans les lettres de Mme Delaville-Jehannin qui laisse entendre que son amour pour Bernardin fut autre chose qu’une tendresse maternelle.

  • 10 Voir Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture, Oxford, Maney, « Legenda », 2006 (...)

8Venons-en maintenant à Madeleine-Sophie Challe. C’était la femme du peintre Charles-Michel-Ange Challe, et, à notre connaissance, elle rencontra Bernardin pour la première fois en 1773, probablement présentée à lui par Mme Necker10. Son domicile principal était à Champigny, au sud-est de Paris, mais sa correspondance indique qu’elle avait aussi un logement dans la capitale. Sont conservées à la bibliothèque du Havre vingt lettres qu’elle écrivit à Bernardin, pour la plupart composées entre 1773 et 1774. Même si les dates de ces lettres sont souvent incomplètes (par exemple on ne donne que le jour et l’année de composition), nous pouvons identifier les éléments manquants par la consultation d’un calendrier perpétuel et par les événements qui sont rapportés dans les lettres elles-mêmes. De façon similaire à ce qui se passe pour la correspondance de Mme Delaville-Jehannin, à notre connaissance, aucune réponse de Bernardin ne subsiste.

9Sans doute le rôle le plus important que joua Mme Challe à travers ses lettres fut celui d’intermédiaire entre Bernardin et leur ami commun, Mesnard de Conichard, premier commis au département des Finances. Impécunieux jusqu’au désespoir, Bernardin sollicitait continuellement à cette époque le département des Finances dans le but d’obtenir une gratification quelconque de l’État. Bien placé pour aider son ami, Mesnard usait de son influence auprès du contrôleurgénéral pour que celui-ci considère d’un oeil favorable les pétitions de Bernardin. Mme Challe voyait fréquemment Mesnard, et elle profitait de ces réunions pour renseigner Bernardin sur les progrès de ses sollicitations, en lui relayant les informations et les conseils qu’elle avait reçus. Au cas où Bernardin aurait voulu voir Mesnard lui-même, Mme Challe le tenait au courant aussi des allées et venues de celui-ci et de son emploi du temps. Il y a fort peu de lettres dans lesquelles le sujet de l’assistance financière ne figure pas, et les renseignements que donne Mme Challe sont détaillés. De nouveau, Bernardin avait trouvé une femme qui était disposée à plaider infatigablement sa cause. La lettre que Mme Challe lui écrivit le 3 septembre 1774 illustre bien ce dévouement :

  • 11 Le Havre, 151C : 11.

M. Mesnard a passé chez moi hier[.] il na eté que quelques heures a Paris, il ma demendé de vos nouvelles et ou vous en Etiés de vos affaires, je lui ay raconté vos Esperances Evanouies et les recommendations que vous aviés auprès de M. Turgot [le contrôleur-général], il ma dit de vous engager d’en proffiter, d’user de M. dalembert vis a vis de lui, de lui parler de la petitte grace particuliere que vous aves reçu du Roi Lannée derniere [...], que vous etes sure que M. mesnard portera Votre nom sous ses yeux11.

  • 12 Voir respectivement ses lettres du 20 décembre 1774 (Le Havre, 138A : 53) et du 24 août 1774 (Le H (...)
  • 13 Le 9 juillet 1774 elle lui écrit : « Tant que vous vous [ai]grirés l’esprit contre les humains qui (...)

10Le zèle de Mme Challe à aider Bernardin en matière d’argent ne se rapporta pas uniquement à Mesnard. Elle recommande, par exemple, qu’il rende visite à M. de Vaines, premier commis aussi au départment des Finances, et le conseille sur la façon dont il doit s’y comporter pour tourner ces réunions à son avantage. Elle l’encourage dans ses appels au département de la Marine pour le financement d’une éventuelle expédition en Asie12. À l’écart des affaires pécuniaires, elle le soutient dans ses soucis littéraires, surtout quand - à la manière de son ami Rousseau - il succombe à des humeurs mélancoliques13. Les lettres de Mme Challe nous montrent d’ailleurs qu’elle comptait parmi un petit nombre de femmes qui, paraît-il, constituèrent dans l’ensemble la société intime de Bernardin à cette époque. Ce cercle d’amis se retrouvait régulièrement : ils dînaient ensemble, ils lisaient des vers, ils chantaient des ballades. On a bien l’impression qu’en présence de ces femmes, dont la romancière Mme Riccoboni et l’actrice Mme Daugny, Bernardin se sentait à l’aise et rassuré.

  • 14 Voir respectivement Le Havre, 138A : 63 et 151C : 9.
  • 15 Le Havre, 138A : 59.

11En ce qui concerne les relations entre Bernardin et Mme Challe, les lettres sont un peu énigmatiques et ambiguës. Nous savons que les deux amis se fréquentaient beaucoup. Mme Challe renseigne souvent Bernardin sur son emploi du temps, et lui indique les heures précises où il pourra lui rendre visite. D’autres repères signalent des relations plus profondes. Elle lui parle franchement de ses affaires personnelles, et lui écrit des vers. Dans sa lettre du 24 août 1774, Mme Challe se déclare « dans une veine de libertinage », et ailleurs elle informe Bernardin de son intention de profiter de sa « liberté de veuvage » pendant l’absence de son mari14. Malgré cela, Mme Challe semble souffler le chaud et le froid avec le chevalier. Tantôt elle est disposée à le retrouver, tantôt elle ne l’est pas – même si elle souhaite qu’il soit toujours heureux. Toutefois, dans une lettre qui n’est pas datée elle annonce d’une manière inattendue son désir de brûler les lettres de Bernardin (peut-être qu’elle le fit), ce qui est révélateur d’une éventuelle intimité entre les deux15. Cela dit, sans les réponses du chevalier, il existe bien des allusions dans la correspondance que nous ne pouvons identifier, et la nature précise de leurs relations est difficile à établir.

12Pour conclure, nous avons vu deux femmes subvenir à tous les besoins de Bernardin, aussi bien matériels qu’affectifs. Leur empressement à aider le chevalier et l’enthousiasme avec lequel elles effectuent leur tâche témoignent de la bonne impression qu’il a dû leur faire et de sa capacité de plaire par son charme. Bien que cet examen bref tourne autour de deux femmes, il y en avait d’autres qui lui étaient tout aussi dévouées, J’ai déjà fait mention de mesdames Riccoboni et Daugny, mais on se rappelle surtout de Mme Abeille Kéralio, qui en 1773 essaya de faire placer Bernardin à l’École militaire où travaillait son mari. Quoique la correspondance de Mme Delaville-Jehannin et de Mme Challe ne s’étende que sur une période assez courte (ce qui indique peut-être que Bernardin oublia ses amies lorsqu’il n’avait plus besoin de leur appui), ce fut néanmoins une période charnière dans la vie du chevalier. Pendant ces années incertaines, ces femmes le soutinrent inlassablement dans ses luttes, le guidèrent dans son voyage de découverte personnelle, et sans aucun doute exercèrent une influence importante sur son choix de chemin.

Notes

1 Voir à ce propos l’article de P. Robinson ci-dessus.

2 Le Havre, 156 : 14-15. Mlle Duval n’avait aucun rapport avec Louis Duval, ami proche de Bernardin que celui-ci avait rencontré à Saint-Pétersbourg vers 1764.

3 Voir, par exemple, Fernand Maury, Étude sur la vie et les oeuvres de Bernardin de Saint-Pierre (Paris, 1892), p. 1-3 ; aussi Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits (Paris, 1905), p. 2-6.

4 Le Havre, 156 : 14.

5 Le Havre, 156 : 32. Dans toutes nos citations nous suivons l’orthographe et la ponctuation de l’auteur.

6 « Comme vous netes pas je Crois fort amoureux, jespere que vous vous Consolerez aisement. » (Lettre du 27 mars 1772, Le Havre 156 : 37). Voir aussi la lettre du 8 mars 1772 (Le Havre 156 : 35) : « Je Crois qu’il ne tiendroit qua vous de reussir, si vous vouliez vous en donner La peine. »

7 Le Havre, 156 : 31.

8 Le Havre, 156 : 11.

9 Lettre du 8 mars 1772 (Le Havre, 156 : 35).

10 Voir Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre : A Life of Culture, Oxford, Maney, « Legenda », 2006, p. 53.

11 Le Havre, 151C : 11.

12 Voir respectivement ses lettres du 20 décembre 1774 (Le Havre, 138A : 53) et du 24 août 1774 (Le Havre, 138A : 63).

13 Le 9 juillet 1774 elle lui écrit : « Tant que vous vous [ai]grirés l’esprit contre les humains qui composent la société vous serés peu disposée a peindre des choses agreables dans votre ouvrage [...] adoucissés votre humeur votre esprit se dilatera et tout ira bien. » L’allusion est probablement à la rédaction de ce qui deviendrait les Études de la nature, publiées en 1781.

14 Voir respectivement Le Havre, 138A : 63 et 151C : 9.

15 Le Havre, 138A : 59.

Auteur

Titulaire d’un doctorat préparé à l’université de Sheffield et chercheur à la Queen’s University (Belfast). Il est membre de l’équipe dirigée par Malcolm Cook qui prépare l’édition électronique complète de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre dans le cadre d’Electronic Enlightenment.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540