Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Ire partie — Les réseaux épistolaires

Les lettres de Mme Poivre ne sont pas un roman

Philip Robinson

Texte intégral

  • 1 M. Souriau, « Une aventure de Bernardin de Saint-Pierre à l’île de France », Revue des cours et co (...)
  • 2 « Je me suis appuyé, pour ranger les attaques, sur le plus ou moins de chaleur dans les procédés d (...)
  • 3 Vraisemblablement, Mme Poivre les a détruites assez rapidement après leur réception.
  • 4 La preuve irréfragable des déclarations d’amour de Bernardin se trouve dans la lettre 00144 (LH 15 (...)

1Faute de certitude sur la chronologie des lettres de Mme Poivre à Bernardin de Saint-Pierre dans la période de 1768 à 1770, Souriau ne manque pas de franchise en traitant son récit de « l’aventure » entre eux comme un roman1. Le savant très sérieux qu’est Souriau court donc le risque de mêler fiction et histoire à la manière du Da Vinci Code de Dan Brown, car il présente cette aventure selon le rythme psychologique d’un roman et sans l’appui d’une chronologie réelle2. Bien sûr, Souriau procède dans le but largement historique de fournir une image plus véridique de Bernardin que celle qu’a laissée Aimé Martin (p. 409). Les lettres de Mme Poivre ne sont pourtant en aucun sens un roman. Elles ont été composées, au cours de la vie réelle d’une colonie française, en réponse à des lettres, souvent très longues, souvent évidemment passionnées et volontiers romanesques, que Bernardin lui adressait et qui ne sont malheureusement plus consultables3. Voilà une immense lacune que nous ne pouvons rien faire pour combler et qui fait travailler l’imagination malgré nous. Comme le souligne Souriau, une certitude historique ressort de ces lettres de la jeune femme de l’intendant Poivre, c’est que Bernardin essaya, probablement de façon continue et répétée, de la séduire. Le contenu des lettres de cette dame ne permet pas d’en douter4. Quant au détail, en l’absence de repères chronologiques certains, rappelons-nous que la vie réelle a rarement la structure bien ordonnée du roman classique, et que constater la tentative de séduction par notre écrivain est une chose, mais imposer une intrigue et des motivations sans connaître la chronologie et les circonstances en est une autre. C’est cette dernière faute qu’on peut reprocher à Souriau. Notre but à nous c’est de montrer, grâce surtout à deux exemples, combien la constatation d’une chronologie, réelle dans l’un des cas et probable dans l’autre, peut nuancer et même changer complètement l’interprétation que Souriau nous donne. Nous pouvons admettre la fatuité de Bernardin dans ses relations avec la femme de l’intendant (p. 405) mais douter qu’il se soit comporté odieusement comme un Lovelace ou un Valmont.

  • 5 M. Souriau, « Aventure », publie la lettre intégralement, p. 394-395. Il s’agit du no 00107 de l’i (...)
  • 6 À part une lettre à Hennin à cette période, il est évident, par une longue réponse de Girault du 2 (...)

2Même avant de discuter directement ces lettres, Souriau impose implicitement une chronologie pour leur servir de contexte. La lettre de Bernardin à la Czartoryska Lubomirska, datée du 6 décembre 1768, évoque un souvenir mélancolique du grand amour frustré de ses années polonaises, celui qu’il a conçu pour la princesse Marie Miesnik et dont il ressent encore la peine selon une phrase capitale de cette lettre à la Czartoryska5. Et Souriau de supposer, du moins au début de son article (p. 394), que c’est en rebondissement contre ce souvenir que Bernardin s’est lancé vers Mme Poivre. Mais si c’était l’inverse ? S’il revenait sentimentalement vers Marie Miesnik à la suite de son manque de succès auprès de la femme de l’intendant ? à vrai dire, Souriau n’en exclut pas la possibilité (p. 396) et insinue pour ainsi dire deux interprétations psychologiques possibles pour le prix d’une seule. En décembre 1768, Bernardin a déjà passé presque cinq mois sur l’île. La rencontre avec Mme Poivre dans la société de Port-Louis ou dans celle de la résidence de Monplaisir n’a pas dû tarder. Comment Bernardin, avec son tempérament de poète et son amour-propre de jeune officier de 31 ans, et qui d’ailleurs avait fait pâmer les dames dans plusieurs pays de l’Europe, ne se serait-il pas amouraché de cette jeune femme pratique et intelligente dans toute la splendeur de ses 20 ans ? La situation n’était-elle pas faite pour lui faire oublier, ne serait-ce que pendant un instant, sa belle princesse polonaise ? L’hypothèse d’un retour vers la princesse, en conséquence de son manque de succès auprès de la femme de l’intendant, est donc peut-être plus plausible psychologiquement que l’hypothèse inverse. En tout cas, la certitude historique sur le processus psychologique en question nous échappe. Nous savons par contre que, au mois de décembre 1768, l’expédition de Maudave, raison d’être de la présence de Bernardin à l’île de France, a définitivement échoué et que, à l’arrivée de la chaleur de l’été à Port-Louis, Bernardin se tourne dans sa correspondance vers ses relations et ses amis d’Europe6.

  • 7 Les lettres de Mme Poivre s’étendent du no 00119 (LH 144 : 8-g) au no 00145 de l’inventaire de la (...)
  • 8 C’est ce qu’on affirme souvent, mais il est possible qu’il ait été dans la plupart des cas reçu et (...)
  • 9 Ces huit envois sans adresse sont les nos 00126,00128, 00136-00140 et 00142 de l’inventaire de l’E (...)

3Avant de procéder à la discussion du contenu des lettres de Mme Poivre, résumons leurs aspects physiques, qui seraient potentiellement capables de servir d’indices chronologiques. Ici encore, nous pouvons rarement dépasser l’hypothèse. Sur 27 pièces, 26 représentent des textes envoyés, et l’autre est un portrait écrit joint à un texte envoyé7. Seuls 18 de ces 26 textes sont scellés et adressés à Bernardin « au Port », c’est-à-dire à Port-Louis et quasi certainement depuis la résidence de Monplaisir (située autrefois dans Factuel jardin des Pamplemousses). Il est vraisemblable que les huit autres sont des billets portés par un domestique, soit, dans sept cas, depuis la résidence de Monplaisir peut-être vers la maison du curé des Pamplemousses, où l’on envisage d’habitude le logement de Bernardin8 quand il cherchait à être plus proche de l’objet de ses désirs, soit, dans un seul cas, depuis le logement de Mme Poivre au Port vers celui de Bernardin9. Dans l’état actuel de nos connaissances de la chronologie des lettres, cette différence de deux catégories d’envoi n’a pas encore porté de leçons.

  • 10 Ce sont les nos 00122, 00123, 00129 et 00133.
  • 11 Le no 00123.
  • 12 Il s’agit de la lettre 00129 de la correspondance complète (Le Havre, dossier 152 : 16-17).

4Une autre différence quasi matérielle dans quatre des 18 pièces adressées se trouve dans la variation de la forme d’adresse10. La forme la plus fréquente est la suivante : « À Monsieur, Monsieur de St-Pierre, Au Port ». Dans trois cas pourtant, on lit le mot « Ingénieur », compris juste avant l’indication de lieu. Et dans un cas unique, à côté de la forme habituelle, on lit, biffé, « Monsieur Saint-Pierre11 ». On suppose dans ce dernier cas que Mme Poivre s’est corrigée, sachant Bernardin assez sensible sur sa particule ! On serait tenté de voir dans la présence du mot « Ingénieur » l’indice d’une datation proche du début du séjour de Bernardin dans l’île, à un moment où il est encore relativement inconnu et où son statut militaire aurait besoin de précision. Mais nous verrons que cette supposition ne tient pas debout par le contenu d’au moins l’une des lettres et qu’une autre hypothèse est peut-être plus plausible12. En effet, ces différences spécifiques dans l’adresse des lettres ne nous permettent guère de tirer des conclusions sûres concernant leur chronologie.

5Il nous reste donc le contenu des lettres. Là, la référence dans certaines d’entre elles à des événements spécifiques est prometteuse et nous fait penser que Souriau est trop pessimiste au sujet de leur chronologie. La lettre 00134 mentionne un « départ de mon mari » et surtout, à la fin, un « départ des vaisseaux ». Dater ce « départ des vaisseaux » serait donc dater en même temps une initiative importante de Bernardin. Dans la même lettre, Mme Poivre répond avec une certaine sympathie à la proposition de Bernardin de se marier avec l’une de ses parentes. Ou encore, il est fait allusion, dans la lettre 00142, à un assassinat dont Bernardin a donné la nouvelle à son interlocutrice, laquelle lui reproche de ne pas avoir nommé la victime. Il s’agit selon toute probabilité de l’événement mentionné vers la fin de la lettre XXIV du Voyage à l’île de France, et Bernardin place la date de ce meurtre-là, ou de l’évasion ultérieure de l’assassin, à deux ou trois mois de son propre départ définitif de l’île. Notre lettre 00142 serait donc du mois d’août ou de septembre 1770, époque où Mme Poivre, selon la même lettre, tient encore de Bernardin sa copie des Saisons de Thomson et une version manuscrite de sa description de l’île destinée ultérieurement au texte du Voyage. Finalement, en troisième lieu, Mme Poivre lui écrit comme suit dans la lettre 00129 : [orthographe non modernisée] « Je seray enchanté que vous soyez encore ici pour assister a la fête a mon plaisir ce Jeudi. »

  • 13 L’orthographe et la ponctuation de Mme Poivre sont respectées mais le format de la page n’est pas (...)

6Grâce au travail des biographes de Pierre Poivre, il est possible de suggérer des dates dans le premier cas et dans le troisième. Pour l’instant l’assassinat mentionné échappe aux efforts de la recherche, sauf pour dire qu’il s’agit probablement du troisième trimestre de 1770, car Mme Poivre écrit dans la même lettre qu’elle tient encore une « description de l’isle » (c’est-à-dire de file de France) que Bernardin lui a envoyée et que très vraisemblablement il a rédigée à la suite de ses voyages à pied dans le sud-ouest de l’île (juillet-septembre 1769). Les deux cas que nous allons discuter montrent l’importance du contexte pour interpréter les textes d’une correspondance réelle. S’il est difficile d’empêcher l’imagination de travailler sur des lettres comme celles-ci, on doit néanmoins y mettre une bride pour la contrôler. Voici le texte des deux lettres 00129 et 00134, qui seront discutées dans l’ordre inverse13.

BSP 00129 (LH 152 :16-17) [début octobre 1770]
[16 r°] Vous êtes bien heureux Monsieur que j’aye du monde actuellement car je vous ecrirois une grande lettre pour repondre a la votre très longue et qui m’a cepandant fort amusé [sic] je vous remercie des coquilles dont vous voules bien me faire present. Permettés moi de ne pas accepter les deux chrisopales elles ne pourroient m’être d’aucune utilité pour les coquilles elles orneront mon cabinet si jamais le gout d’en avoir un me prend je vous prie en grace de ne point me [biffé : fêter] chanter je n’ay gueres l’encolure d’une heroïne
TSVP
[16 v°] Je vous felicite de tout mon coeur de la bonne idée que vous avés de faire un present a Jesus Christ car les pauvres, et lui, c’est la même chose permettes moi de vous conseiller de remettre tout bonnement la somme a M. Contenot, c’est a lui a qui je la remettrois si j’en etois depositaire je vous souhaite le bon jour je remercie ceux qui s’attristent de mon absence je seray enchanté que vous soyés encore ici pour assister a la fête a mon plaisir ce jeudi
[17 r° blanc]
[17 V0, dans le même sens, au milieu :]
À Monsieur
Monsieur de St Pierre
Ingenieur
Au Port

BSP 00134 (LH 152 :28-29) [début mai 1769 probablement]
[28 r°] Croyés vous qu’il soit aisé de pouvoir repondre tout de suite a votre lettre, j’ay deux parentes aimables et jolies et quoique des personnes qui les connoissent beaucoup m’assurent quelles sont douces et bonnes je ne les connois pas assés pour savoir si elles pourroient faire votre bonheur d’ailleurs quoique trés bien elevées et avec [biffé : ? bien ?] des talents elles ne sont pas demoiselles, si ma sœur etoit plus âgée elle vous conviendroit beaucoup mieux elle est elevée dans la simplicité de la campagne mais c’est un Enfant si vous restés ici jusqu’au depart
[28 v°] de mon mari je pourrois arranger mieux toutes choses je m’informerois plus a fond du caractère et des biens de cette parente au cas que le manque de naissance ne vous fit pas de peine, je ne puis que vous savoir beaucoup de gré de l’attachement que vous nous temoignés je vous crois le coeur bon et vertueux, je ne scaurois trop vous conseiller de ne pas quitter votre état ce seroit agir en Enfant. Quand un Protecteur a fait avoir une
[29 r°] place il croit avoir tout fait je vous envoye l’histoire universelle, je vous prie [de : déchiré] me laisser encore le discours du paysan, je comte aller bientost au port j’iray suremt avant le depart des vaisseaux
[29 v° dans le même sens, au milieu :]
À Monsieur
Monsieur de Saint-Pierre
Au Port

  • 14 Bernardin, rendu mélancolique par son isolement lointain, écrit ainsi à la Czartoryska Lubomirska, (...)
  • 15 C’est ce que Bernardin explique à Hennin dans sa lettre du 3 août 1768 (00103).
  • 16 Edmond Pilon, Belles de jadis. Amours tendres, Paris, Grasset, 1935, p. 96.

7Qu’est-ce donc que le « départ des vaisseaux » mentionné dans 00134 ? Ce pluriel rend la question moins absurde qu’il ne le paraîtrait d’abord concernant une île où les départs individuels de vaisseaux étaient sinon fréquents du moins routiniers14. Mais un départ de vaisseaux en groupe suggère une expédition, et ce genre d’appareillage est beaucoup plus rare. Pendant le séjour de Bernardin il y a eu au moins trois départs d’expédition, à en examiner deux de plus près, il se trouve qu’il s’agissait là aussi d’un vaisseau individuel plutôt que d’un groupe. Ainsi l’expédition du comte de Maudave ne comportait qu’un seul navire royal. Celui-ci quitte l’île de France pour Madagascar le 25 août 1768, et Bernardin réussit, avec la permission de son commandant le gouverneur Dumas, mais contre les intentions de son protecteur le baron de Breteuil, à ne pas être de la partie15. De même, le navire La Boudeuse de l’explorateur Bougainville, dans son voyage autour du monde, quitte l’île seul le 12 décembre 1768 vers la France et sans être accompagné de l’autre navire de l’expédition, L’Étoile, qui a besoin de réparations et ne part que 19 jours plus tard. Il est beaucoup plus probable, sans être certain, que Mme Poivre fait allusion dans ce cas aux navires Vigilant et Étoile du matin commandés respectivement par Trémigon et Etcheverry en 1769. Le premier a appareillé le 17 mai 1769 et l’autre quelques jours plus tard, avec la mission clandestine, montée par Pierre Poivre lui-même et dirigée pendant tout son parcours par le chef d’expédition Simon Provost, pour ramasser des plantes et des graines d’épices dans les Indes orientales hollandaises. Le succès de cette expédition, revenue à File au mois de juin 1770, et d’une autre en 1771 après la rentrée de Bernardin en France, a fait la réputation de Poivre. Le « départ de mon mari » dans cette lettre serait donc probablement son départ pour assister à la préparation et à l’appareillage des vaisseaux à Port-Louis, d’autant que le projet était le sien. Le départ plus tardif de Mme Poivre elle-même vers le port serait pour être à côté de son mari au moment important où son projet de guerre commerciale commence à se réaliser concrètement. Si telle est l’allusion de la lettre 00134, la proposition de mariage dans la famille des Poivre est faite par Bernardin au plus tard au début du mois de mai 1769. À cette date il est possible que ce geste soit une réaction à la nomination de son « général », le nouveau gouverneur Desroches, qu’il sait lui être peu sympathique mais qui ne sera présent dans l’île qu’à partir du 6 juin 1769. Les ambitions militaires qui avaient motivé Bernardin dans son propre départ pour les îles étaient ruinées, et il avait pu concevoir, dans son abattement, l’idée de réussir plutôt en devenant parent de l’intendant. Mais rien ne justifie Edmond Pilon dans son affirmation que ces événements se passent après le jeu chevaleresque épistolaire entre Bernardin et Mme Poivre qui se révèle dans d’autres lettres, ou que ses mécontentements envers son général avaient déjà provoqué chez lui un désir de quitter l’île16. Seule la connaissance précise et certaine du contexte des lettres permettrait de telles affirmations. Bien qu’on n’en soit ici qu’à des hypothèses, la plus plausible dont nous disposons c’est que sa proposition de mariage dans la famille Poivre est du mois de mai 1769 et représente une réaction à sa désillusion militaire et une certaine jalousie, sans doute, du bonheur de la famille Poivre. C’est, si l’on veut, un exemple de la fatuité dont le jeune Bernardin était capable.

8Dans l’autre cas de l’allusion à la « fête » dans la lettre 00129, l’hypothèse interprétative se rapproche plus près de la certitude que dans le cas du « départ des vaisseaux ». Ce qui nous permet de l’affirmer c’est une Description au Ministère, rédigée par Desroches après sa disgrâce et sa rentrée en France, pour justifier ses actions de gouverneur, surtout dans le contexte de son conflit avec l’intendant Poivre. Louis Malleret, dans sa grande biographie de Pierre Poivre, cite un passage du texte de Desroches, où celui-ci décrit à la troisième personne du singulier ses propres efforts pour rétablir de bonnes relations avec l’intendant après quelques mésententes :

  • 17 Louis Malleret, Pierre Poivre, Lyon, 1974, p. 406-407, qui donne un extrait du manuscrit de la bib (...)

Le même jour [la fête du roi, c’est-à-dire la Saint-Louis, le 25 août], il [Desroches] tint sur les fonts baptismaux la seconde fille de Poivre, enfin, le 4 octobre il organise chez lui une nouvelle fête à l’occasion de celle de Mme Poivre, voulant à tout prix maintenir la bonne entente17.

  • 18 Cité par L. Malleret, Pierre Poivre, p. 440.
  • 19 Dans la lettre 00122 (LH 152 : 3-4) elle accepte des « curiosités » pourvu qu’il n’en envoie pas d (...)

9D’après d’autres indices dans le récit de Desroches il s’agit de l’année 1770, où la Saint-François d’Assise, fêtée le 4 octobre, tombait un jeudi. Ce saint était, et est encore, le patron de l’église paroissiale des Pamplemousses, où se trouvait la résidence de Monplaisir. C’est donc ici un extrait précieux qui indique en premier lieu que Mme Poivre, née Françoise Robin, prenait pour sa fête personnelle la Saint-François et non l’une des Sainte-Françoise possibles, et qui nous permet en second lieu de conclure, puisque le jour de la semaine est précisé, que « la fête ce jeudi » mentionnée dans la lettre 00129 est quasi certainement cette même fête de Mme Poivre de l’année 1770 mentionnée par Desroches. L’emploi du pronom personnel par Desroches dans ce passage n’est pas clair et la phrase « chez lui » est surtout ambiguë. Mais une autre allusion de l’ancien gouverneur au même événement indique qu’il s’agit d’une fête organisée par lui à Monplaisir, la résidence de l’intendant : « C’est la dernière fois que j’ai mangé chez eux18. » Sans citer directement cette lettre, mais aussi sans avoir aucune idée de la date des lettres qu’il prend en exemple, Souriau accuse Bernardin d’avoir commencé sa campagne de séduction par de petits cadeaux (p. 401). Dans la présente lettre au moins, on peut affirmer au contraire que les cadeaux offerts, y compris des pierres semi-précieuses peut-être ramassées au cours de voyages à pied dans l’île, sont pleinement justifiés par les circonstances de la fête de Mme Poivre et du départ imminent de Bernardin. On peut même se demander, spéculativement, si d’autres lettres où des cadeaux sont mentionnés se rapportent à la fête de Mme Poivre en 1768 et/ou en 176919. La supposition n’est pas moins plausible que la campagne progressive et quasi militaire de séduction imaginée par Souriau. On ne peut trop insister que ce genre de détail nous échappe.

10La même lettre 00129 est la principale de celles qui révèlent les tentatives de Bernardin de donner de l’argent aux bonnes œuvres par le truchement de Mme Poivre, geste que Souriau prend en exemple pour considérer le comportement de séducteur adopté par Bernardin comme odieux et digne d’un Valmont ou d’un Lovelace (p. 405 et 408). Mais tout ce que nous savons de Bernardin jusqu’ici, par sa correspondance par exemple avec Hennin, Duval, Taubenheim et les Girault frère et sœur, qui tous le connaissaient personnellement et de près, donne un portrait de lui bien différent de celui de ces libertins de fiction. Alors que les bonnes œuvres ostentatoires de Valmont visent à tromper une jeune Mme de Tourvel qu’il espère déjà amoureuse de lui, Bernardin sait vers la fin de son séjour que Mme Poivre n’est pas dans le même cas à son égard, et qu’un tel geste ne l’avancera guère de ce point de vue. Bien sûr, le fait que cette lettre-ci soit proche du départ de Bernardin ne prouve pas que la mention de bonnes oeuvres dans d’autres lettres le soit aussi. Mais il est plus raisonnable de supposer que ce geste de dernière heure a le but de laisser à la dame une bonne opinion de lui plutôt que celui d’entrer tout de suite dans son lit. Même Bernardin n’était pas rêveur à ce point !

  • 20 On trouve ces précisions dans Paul Dieudé, Généalogie de la famille Charpentier de Cossigny et des (...)
  • 21 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Isle de France, édité par Robert Chaudenson, Rose Hill, Édit (...)
  • 22 Lettre 00118, LH 136 :A51-A56 (A55). Et six mois plus tard à peu près, répondant à une lettre perd (...)

11Dans la citation de Desroches plus haut il est fait mention des enfants, c’est-à-dire des filles, de Mme Poivre. Aucune référence à elles ne se trouve dans ses lettres à Bernardin, encore un signe parmi d’autres qu’elle l’exclut complètement de sa vie de famille. Deux sur trois sont nées sur l’île : Marie-AntoinetteFrançoise, le 9 août 1768 ; Françoise-Julienne-Isle de France le 19 juillet 1770, baptisée le 25 août. La troisième, Marie-Marguerite, est née peu après le retour des Poivre en France le 7 juillet 1773. L’aînée meurt à l’âge de neuf ans le 7 octobre 1787 à Paris20. Bernardin a donc connu Mme Poivre dans toutes ses conditions physiques : comme jeune femme mariée de 20 ans et encore sans enfant, comme femme enceinte (et cela par deux fois au moins) et comme jeune mère. Son désir pour elle dans toutes ces conditions a donc suivi toute la gamme des émotions. Il nous apprend indirectement dans un passage ultérieurement abandonné du Voyage à l’île de France que Mme Poivre a nourri elle-même ses filles, et, s’il n’a peut-être pas vu cela de ses propres yeux, l’idée a certainement fait travailler son imagination21. Mais on peut douter que cette imagination ait pris le biais cynique de celle d’un Lovelace ou d’un Valmont. Sa correspondance contemporaine avec des amis comme Hennin, Duval, Taubenheim et Girault ne permet pas à l’idée de cynisme en amour d’entrer en ligne de compte. Au contraire Girault, se référant à une lettre perdue de Bernardin du 6 décembre 1768, se voit obligé de l’encourager à « moins... de délicatesse en amour » pour le guérir de sa mélancolie romanesque dans ce domaine22 !

12Dans la lettre 00129, Mme Poivre prie Bernardin de ne pas la « chanter », car elle n’a pas « l’encolure d’une héroïne ». Bernardin, chevalier chantant sa dame et tenu à distance par elle, soutient effectivement un tel jeu chevaleresque épistolaire dans d’autres lettres, où il est fait mention d’un « ordre de l’amitié » entre eux et d’une « cocarde », que Bernardin porterait peut-être pour elle. L’une d’entre celles-ci (00133) date quasi certainement du 25 septembre 1770 et est en même temps l’une d’entre trois lettres où Bernardin se trouve désigné comme « Ingénieur, au Port ». Cela donnerait à penser que ce jeu chevaleresque est un phénomène tardif dans leurs relations (car il est difficile de croire que cette prise ludique de rôles a pu durer plus de quelques mois) et que l’adresse comme « ingénieur » représente donc une tentative de la part de Mme Poivre de soutenir le moral de Bernardin auprès de ses collègues militaires, à un moment où ils savent tous que sa commission d’ingénieur dans l’île tire vers sa fin.

13Souriau insiste encore sur l’ingratitude de Bernardin envers les Poivre dans le Voyage à l’île de France. Non seulement notre écrivain a barré de son texte l’éloge indirect de Mme Poivre qu’il avait d’abord rédigé et que nous venons de citer, mais aussi il ne souffle mot concernant Pierre Poivre lui-même, qui fut certainement son maître en botanique et peut-être même en zoologie (p. 397 et 408). Sans vouloir à tout prix défendre Bernardin, on peut pourtant spéculer sur certaines raisons psychologiques possibles pour ces grandes lacunes et pour l’ingratitude que cela représente. En ce qui concerne l’éloge indirect de la dame, sa présence dans le texte définitif aurait pu provoquer des questions chez le lecteur par son anonymat même. Le respect pour elle imposait peut-être plutôt le silence absolu. Peut-être le souvenir de sa propre fatuité gênait-il aussi Bernardin. Quant à Pierre Poivre lui-même, il n’est pas seul à se voir omis du Voyage : Souriau note lui-même qu’il ne reste que les noms de La Bourdonnais et de Steenhovre d’entre plusieurs autres moins connus qui figuraient à l’origine dans le texte. Et encore, est-ce que la célébrité de Poivre avait commencé à se répandre en France dès 1772, dernier moment où Bernardin aurait eu la possibilité de changer son texte ? Bernardin voulait-il éviter la nouvelle fatuité de paraître dorer son propre blason du grand nom de l’intendant ? Ici encore, nous ne savons pas s’il faut parler non seulement d’ingratitude mais aussi de pudeur.

14Pour conclure, nous n’en sommes, il faut le répéter, qu’à des hypothèses de divers degrés de probabilité concernant les lettres de Mme Poivre globalement. Mais les deux exemples qui viennent d’être examinés montrent combien la précision chronologique peut focaliser l’interprétation. Il n’est pas tout à fait impossible de préciser davantage la chronologie de ces lettres à certains égards et donc de raffiner le commentaire de Souriau comme j’ai tenté de le faire.

Notes

1 M. Souriau, « Une aventure de Bernardin de Saint-Pierre à l’île de France », Revue des cours et conférences, 1901, no 9, p. 394-409, appelle Mme Poivre « l’héroïne du roman vécu » qu’il va raconter (p. 399) et définit son projet comme celui de « restituer, dans toutes ses phases, le roman vécu que Bernardin de Saint-Pierre essaya de mener jusqu’au dernier chapitre avec une persévérance tenace » (p. 401).

2 « Je me suis appuyé, pour ranger les attaques, sur le plus ou moins de chaleur dans les procédés d’approche de l’ennemi, sur le plus ou moins de vivacité dans la défense. » (p. 401).

3 Vraisemblablement, Mme Poivre les a détruites assez rapidement après leur réception.

4 La preuve irréfragable des déclarations d’amour de Bernardin se trouve dans la lettre 00144 (LH 152 : 42-43) : Mme Poivre écrit : « Si j’eusse eu quelque disposition à vous aimer, je ne vous aurais ni écrit, ni vu. » « Lettre », suivi d’un chiffre, renvoie aux lettres classées selon l’inventaire de la base Electronic Enlightenment actuellement en cours de constitution. Les lettres de Mme Poivre sont d’ores et déjà toutes disponibles.

5 M. Souriau, « Aventure », publie la lettre intégralement, p. 394-395. Il s’agit du no 00107 de l’inventaire de l’Electronic Enlightenment à la Voltaire Foundation. Le manuscrit se trouve à la bibliothèque de la ville du Havre, dossier 202 : 11-12.

6 À part une lettre à Hennin à cette période, il est évident, par une longue réponse de Girault du 28 juin 1769 (no 00118, Le Havre dossier 136 : A51-A56), que Bernardin s’est adressé à lui dans une profonde mélancolie pendant ce même été de 1768-1769. Le manque de succès auprès de Mme Poivre a probablement contribué à sa tristesse et à son sens de l’isolement.

7 Les lettres de Mme Poivre s’étendent du no 00119 (LH 144 : 8-g) au no 00145 de l’inventaire de la base Electronic Enlightenment. Le portrait (no 00119) est joint à la lettre 00128. À part la lettre 00120 (LH 151B : 1-2), 25 des pièces se trouvent en série dans le dossier 152 : 1-45 de la bibliothèque du Havre.

8 C’est ce qu’on affirme souvent, mais il est possible qu’il ait été dans la plupart des cas reçu et hébergé à la résidence de Monplaisir elle-même. L’instruction, contenue dans la lettre 00133 du 25 septembre 1770, de prendre son logement chez le curé, semblerait superflue si c’était le procédé habituel. Vers la fin de son séjour, Bernardin aurait-il exprimé à Mme Poivre son état d’âme d’avoir si souvent profité de l’hospitalité de Monplaisir ? Quoi qu’il en soit de cette hypothèse, une telle communication par billets entre une maîtresse de résidence et ses hôtes est parfaitement routinière à l’époque.

9 Ces huit envois sans adresse sont les nos 00126,00128, 00136-00140 et 00142 de l’inventaire de l’Electronic Enlightenment.

10 Ce sont les nos 00122, 00123, 00129 et 00133.

11 Le no 00123.

12 Il s’agit de la lettre 00129 de la correspondance complète (Le Havre, dossier 152 : 16-17).

13 L’orthographe et la ponctuation de Mme Poivre sont respectées mais le format de la page n’est pas représenté. Il s’agit respectivement des manuscrits de la bibliothèque du Havre, dossier 152 : 16-17 et dossier 152 : 28-29.

14 Bernardin, rendu mélancolique par son isolement lointain, écrit ainsi à la Czartoryska Lubomirska, le 6 décembre 1768 : « Les vaisseaux de la compagnie [des Indes] n’y viennent [à l’île de France] que deux fois par an. Il est très rare d’y voir d’autres nations, si ce n’est quelque malheureux vaisseau maltraité par les tempêtes. »

15 C’est ce que Bernardin explique à Hennin dans sa lettre du 3 août 1768 (00103).

16 Edmond Pilon, Belles de jadis. Amours tendres, Paris, Grasset, 1935, p. 96.

17 Louis Malleret, Pierre Poivre, Lyon, 1974, p. 406-407, qui donne un extrait du manuscrit de la bibliothèque de Quimper : 12 A3. Mémoire 147 Y2 p. 95.

18 Cité par L. Malleret, Pierre Poivre, p. 440.

19 Dans la lettre 00122 (LH 152 : 3-4) elle accepte des « curiosités » pourvu qu’il n’en envoie pas d’autres ; et dans 00121 (LH 152 : 1-2) elle repousse l’offre d’oursins !

20 On trouve ces précisions dans Paul Dieudé, Généalogie de la famille Charpentier de Cossigny et des familles alliées : Bureaux de Pusy, Choullat, Münck et Poivre (Besançon, P. Dieudé, 1998) et dans une notice du Dictionnaire de biographie mauricienne sur Françoise Poivre par Madeleine Ly-Tio-Fane (Janvier, 1984, no 40, p. 1218-19) [références fournies par M. Jean-Paul Morel].

21 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Isle de France, édité par Robert Chaudenson, Rose Hill, Éditions de l’océan Indien, 1986, p. 394. Cette édition présente beaucoup de brouillons de cet ouvrage jusque-là inédits. Souriau, « Aventure », cite le même fragment, p. 399.

22 Lettre 00118, LH 136 :A51-A56 (A55). Et six mois plus tard à peu près, répondant à une lettre perdue d’août 1769, le même Girault est encore plus direct : « Voyés des femmes et non pas une Seule ces attachemens deviennent trop graves pour vous d’ailleurs si l’une vient a changer que l’autre vous en dedommage et vous ne tomberés point dans cette langueur accablante et ce degout qui accompagnent la solitude continuelle... » (LH 136 : A62). Les amis qui connaissent bien Bernardin savent qu’il n’est ni épicurien ni libertin. D’ailleurs, Souriau est parfaitement conscient du contenu de ces lettres, puisqu’il les cite.

Auteur

Professeur émérite de l’université du Kent basée à Canterbury en Angleterre. Il a publié Jean-Jacques Rousseau’s Doctrine of the Arts (Peter Lang, 1984) ; Bernardin de Saint-Pierre : Paul et Virginie (Grant and Cutler, 1986) et Beaumarchais et la chanson : musique et dramaturgie des comédies de Figaro (Voltaire Foundation, 1999) et il a édité le collectif : Beaumarchais : homme de lettres, homme de société (Peter Lang, 2e éd. 2002). Auteur de nombreux articles sur Rousseau, sur Marivaux et sur la musique du théâtre comique au XVIIIe siècle, il est membre de l’équipe qui prépare une édition électronique de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre dans le cadre d’Electronic Enlightenment et sous la direction de Malcolm Cook.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.