Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Ire partie — Les réseaux épistolaires

Pierre-Michel Hennin : le correspondant le plus fidèle de Bernardin de Saint-Pierre

Simon Davies

Texte intégral

1Pierre-Michel Hennin est sans aucun doute le correspondant le plus assidu et le plus important de Bernardin de Saint-Pierre. Quelque 260 lettres échangées par Hennin et Bernardin vont être publiées dans l’édition électronique de la correspondance de Bernardin. Quant à moi, j’ai rencontré le nom d’Hennin pour la première fois dans le contexte de la correspondance de Voltaire où il se révèle encore un correspondant des plus assidus. De toute évidence, Hennin écrivit des centaines, peut-être des milliers, de lettres et aima rester en contact avec des amis pendant de longues années. Ses lettres sont abritées, pour la plupart, par la bibliothèque de l’Institut à Paris. J’estime qu’il s’agit d’un personnage qui a joué un grand rôle dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, insoupçonné pour l’essentiel, dans les coulisses des Lumières. Ce que je propose, c’est un tour d’horizon de sa carrière qui évoquera surtout les témoignages de certaines connaissances.

  • 1 Un de ses condisciples était le chevalier d’Éon, lui aussi sera franc-maçon (Renée Lelièvre, « Un (...)
  • 2 Charles-Georges Le Roy, Lettres sur les animaux, éd. Elizabeth Anderson, Oxford, Voltaire Foundati (...)
  • 3 Zadig, éd. Haydn Mason, Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, vol. 30B, (...)
  • 4 Correspondence and collected papers of Pierre Michel Hennin, éd. Michael L. Berkvam, Oxford, Volta (...)
  • 5 Ibid., p. 19.
  • 6 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, éd. Christine Théré, Loïc Charles (...)
  • 7 Voir Henri Doniol, Politiques d’autrefois : le comte de Vergennes et P.-M Hennin, Paris, A. Colin, (...)
  • 8 Correspondance inédite de Voltaire avec P.-M. Hennin, publiée par son fils, Paris, J.-S. Merlin, 1 (...)

2Qui était Pierre-Michel Hennin ? Né en 1728, fils d’avocat, il a fait son droit à Paris, au collège de Dormans-Beauvais1. Il ne fait aucun doute qu’il appréciait la vie mondaine à Paris. Passionné de théâtre il paraît qu’il a rédigé une tragédie, Thomas Kouli Khan. Commentant les échanges épistolaires des années 1745-1752 entre Hennin et son cousin, l’encyclopédiste Charles-Georges Le Roy, Elizabeth Anderson explique que ces jeunes hommes « échangent des vers de leur cru, leurs impressions des pièces de théâtre de l’heure, des romans, des poésies qu’ils lisaient2 ». Hennin s’intéressait, bien sûr, aux activités de Voltaire. Au moment de la publication de Zadig, il reçoit une lettre d’un ami, l’avocat Lefèvre de Beauvray. Lefèvre lui raconte que Voltaire a voulu faire endosser la paternité du conte à Bernis3. Hennin étudia la géographie, l’histoire, la philosophie (Malebranche, Locke, etc.), il fit l’apprentissage de langues vivantes4. En 1749 il a commencé à travailler au dépôt des affaires étrangères à Paris avant de s’installer dix-huit mois plus tard dans les bureaux des Affaires étrangères à Versailles. À Versailles il s’estimait coupé des plaisirs de la capitale. Le 15 mars 1751 il sen plaint dans une lettre adressée à Philibert Athanase Täscher : « Tes lettres adoucissent mon exil, je dis exil car j’ai toujours regardé comme ma patrie le Séjour des beaux arts et des talens où tu vis... Du reste je continue mon noviciat et je ne te cache pas que je sens tout ce qu’il a de pénible, J’ai rompu tout commerce avec les muses. J’ai à peine le tems de jeter les yeux sur la littérature et je me vois séquestré de la société si utile dans l’âge où je devais me faire y vivre5. » Pour poursuivre sa carrière de diplomate, entre 1752 et 1760, Hennin passe à Varsovie et également à Dresde mais il a eu aussi la possibilité de voyager ailleurs : dans le nord de l’Allemagne, au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas, en Suisse, en Italie. Pendant son séjour en Italie, il écrit à Quesnay le 20 septembre 1758. Il propose de lui envoyer ses notes de voyage et lui demande s’il a un message pour Condillac parce qu’il pense à aller à Parme6. En 1760, Hennin est de retour en Pologne, d’abord comme secrétaire d’ambassade et puis résident à Varsovie. Il fut nommé résident à Genève en 1765, à deux pas de Ferney. Il quitta ce poste à la demande du ministre des Affaires étrangères, Vergennes, en 1778 pour rentrer à Versailles7. Là il devient l’un de deux premiers commis aux Affaires étrangères. Hennin, comme Vergennes, était membre du Secret du roi, cette arme clandestine de la diplomatie de Louis XV. Hennin a perdu son poste en 1792 et a été exilé de Paris avec sa famille. Il s’est retiré à Passy8. Il a quand même survécu à la Révolution avant de disparaître en 1807.

  • 9 Correspondance générale d’Helvétius, éd. David Smith et al., University of Toronto Press ; Oxford, (...)
  • 10 Ibid., t. III, lettre 471, note 3.
  • 11 Comme on l’a déjà signalé, le père était avocat mais il était aussi « procureur du roi au baillage (...)
  • 12 Op. cit., t. II, 1984, p. 423-426.

3Il convient maintenant de fournir quelques précisions sur divers aspects de la vie et des activités d’Hennin. Tout d’abord, je vais évoquer Helvétius et le scandale de l’affaire de De l’Esprit. Cet ouvrage philosophique a eu pour censeur Jean-Paul Tercier (1704-1767), premier commis des Affaires étrangères, également membre du Secret du Roi. Le frère cadet de Pierre-Michel lui écrit : « J’ai trouvé mardi der chez M. Le Roy l’abbé Morellet arrivant de la terre de M. Helvétius. Nous avons beaucoup parlé de toi, et beaucoup de M. de Voltaire9. » Le 25 mai Le Roy informe Pierre-Michel que « j’étais en Brie chez Helvétius quand votre dernière lettre est arrivée10 ». Et pourtant, c’est le père de Pierre-Michel, Jean-Michel Hennin11 (1700-1781), qui lui écrit de Versailles le 22 août 1758 pour l’informer que « Le livre d’Helvétius a fait beaucoup de bruit. On n’en parlera peut-être plus dans trois mois. Un arrêt du Conseil l’a supprimé. L’auteur va donner une rétraction » (lettre 325). Pierre-Michel n’est pas impressionné et observe le 1er septembre que « la rétractation est à mon avis une chose inutile à un homme qui a cent mille livres de rente et qui ne dépend que de lui-même. Si c’est pour ses amis que M. Helvétius la fait, je crois qu’elle ne leur servira beaucoup » (ibid., n. 3). Le 26 décembre la même année, Pierre-Michel écrit de Rome à Le Roy : « Le livre De l’Esprit étant arrivé icy a été defferé à l’Inquisition. On a sur-le-champ dressé l’acte de la condamnation » (lettre 389). Hennin a fait un compte rendu de l’affaire de De l’Esprit qui figure dans l’édition de la correspondance d’Helvétius12.

  • 13 Nous citons la correspondance de Voltaire d’après l’édition de la Voltaire Foundation de la façon (...)
  • 14 Lettres d’André Morellet, éd. Dorothy Medlin, Jean-Claude David et Paul Leclerc, Voltaire Foundati (...)

4L’abbé Morellet, déjà évoqué, semble avoir maintenu des relations suivies avec Hennin. Pendant sa résidence à Genève, Morellet écrit au diplomate : « Je m’étois bien proposé en arrivant à Genève d’aller vous importuner de mes assiduités et peut être de vous demander une chambre [...] un trou dans votre hôtel [...] pour vous voir à mon aise13 » (le 29 juin 1775). Hennin l’a tout de suite invité à dîner. Plusieurs années plus tard, le 23 juillet 1784, Morellet informe lord Shelburne que son fils serait très bien accueilli à Versailles : « M. le vicomte de Vergennes sera son cicerone et M. de Reyneval et M. Henin son confrère auront de lui tout le soin que vous pouvés désirer14. »

5Hennin aurait rencontré Voltaire pour la première fois en 1758, donc bien avant son installation à Genève en 1765. C’est grâce au comte et à la comtesse d’Argental qu’Hennin a connu Voltaire (D12933). En février 1760, Hennin est à Versailles et écrit à Voltaire qu’il vient de rentrer d’Italie parce que l’on l’a rappelé : « J’avois même à vous faire part de quelques anecdotes particulières qui vous intéressent et dont je comptois rire avec vous » (D8760). Il va partir bientôt pour la Pologne afin de travailler avec le nouvel ambassadeur, le marquis de Paulmy : « Les bords de la Vistule ont aussi leurs charmes. J’y ai passé des jours dont le souvenir me sera toujours précieux, j’y trouverai des gens que j’aime. Une expérience de huit années m’a accoutumé à la privation de tout ce dont on s’y enivre ici, et je n’ai heureusement pas eu le tems depuis mon retour de reprendre les gouts exclusifs qui m’y auraient attaché » (ibid.) Le même mois Voltaire informe Thieriot, son ami de longue date, et qui voyait souvent Hennin : « Je suis fort aise que M. Heinin veuille bien se souvenir de moi. Son esprit est comme sa phisionomie, fort doux et fort aimable » (D8765). Le 27 novembre 1765, Voltaire exprime son plaisir après avoir appris la nomination d’Hennin au poste de résident : « M. Hennin nommé à la résidence de Genève viendra bientôt ; c’est un homme de mérite et très instruit ; il est plus capable que personne de porter les Genevois à la concorde. Jean Jacques a un peu embrouillé les affaires » (D13007). D’une manière aussi flatteuse, Voltaire déclare le 15 janvier 1766 qu’Hennin est « plein d’esprit et de grâces, très instruit, conciliant, laborieux et fait pour plaire aux gens estimables et aux barbares » (D 13113). Ailleurs il le décrit comme « un homme qui pense en vrai philosophe, ami de la paix et de la tolérance, et ennemi de la superstition » (D13249). Diplomate émérite, Hennin sut très bien flatter les hauts dignitaires de Genève, dès son arrivée, en proposant ses bons offices pour mettre à terme les dissensions au sein de la République. Le 28 décembre 1765 il commença son discours en s’adressant à l’assistance :

  • 15 Discours de Monsieur Hennin, résident de Sa Majesté Très-Chrétienne près la République de Genève, (...)

Magnifiques Seigneurs,
Un Roi dont le coeur a constamment chéri la paix, daigne, comme vous venez de l’entendre, me choisir pour porter des paroles de paix15.

  • 16 Fabrice Brandli met en chantier un grand projet sur la diplomatie française à Genève. Il est l’aut (...)

6Ce n’est pas mon intention d’analyser le rôle d’Hennin dans les imbroglios politiques de Genève16, mais de suggérer qu’Hennin incarnait des qualités convenables, peut-être exceptionnelles, pour devenir administrateur éclairé. Voltaire lui dit sans ambages : « C’est un bénéfice simple tout fait pour un prêtre de la philosophie tel que vous êtes » (D12906). Si Voltaire ambitionnait d’influencer les têtes couronnées, il jugeait également utile d’influencer les hauts fonctionnaires, et surtout un voisin si utile installé dans une ville où l’on imprimait tant de ses œuvres. Hennin soutenait le projet de Voltaire de créer le port rival de Versoix.

  • 17 Jean-Louis Wagnière ou les deux morts de Voltaire, Correspondance inédite, présentation de Christo (...)
  • 18 Ibid., p. 82.

7De retour à Versailles en 1768, Hennin devient un centre d’attention comme voisin de Voltaire : « Je suis questionné plus qu’un Indien » (D15399). Dans sa vie privée, Hennin a fait quelque chose qui a sans doute ravi Voltaire. En 1776, avec l’autorisation de Louis XVI et celle de Vergennes, il a épousé une protestante. Voltaire se plaît à affirmer que « le Résident du Roi à Genève, vient d’épouser une calviniste avec la permission du Roi » (D20118, 15 mai 1776). Il y a à peu près 250 lettres échangées entre Hennin et Voltaire. Et pourtant le lien avec Voltaire devient aussi posthume puisque le secrétaire de Voltaire, JeanLouis Wagnière, écrit au diplomate le 30 décembre 1782 pour chercher son soutien quand il est question du bon état de Versoix et de Ferney17. Hennin a bien voulu profiter de ses privilèges pour envoyer un gros paquet de manuscrits de Voltaire par courrier diplomatique de Wagnière à Grimm18. Hennin rendit le même genre de service à Bernardin.

  • 19 Bernardin de Saint-Pierre: A Life of Culture, Oxford, Maney, « Legenda », 2006. Il tombe sous le s (...)
  • 20 Paris, 1789, p. ii.

8Dans le cadre des rapports entre Hennin et Bernardin de Saint-Pierre, je me bornerai à quelques petites précisions parce qu’il est souvent question de cette amitié dans la nouvelle et excellente biographie de Malcolm Cook19. Hennin a fait la connaissance de Bernardin, aventurier et non pas encore écrivain, en Pologne. Dans des circonstances toujours obscures, Bernardin s’est engagé dans une conspiration où il soutenait la faction Radziwill contre Stanislas Poniatowski. Il fut arrêté. Il déclara que son implication était due à la politique du Gouvernement français, interprétée par Hennin. Quant à Hennin, il opposa un démenti, répété à de nombreuses reprises, à cette déclaration de Bernardin. Selon lui, le futur auteur de Paul et Virginie agissait à titre personnel ; il n’était nullement question d’une initiative officielle du Gouvernement français. Quoi qu’il en soit, Bernardin harcela Hennin au cours des années afin d’obtenir une récompense financière pour ses services rendus. Bien placé à Versailles, Hennin devait avoir la possibilité et l’influence nécessaires afin de procurer des pensions pour un ami si méritant. On admire la patience d’Hennin qui poursuit une correspondance avec Bernardin dans de telles conditions à moins que le diplomate ne se soit senti coupable et que l’importun n’ait dit vrai. En tout cas, Hennin a fini par aider Bernardin dans sa nouvelle carrière littéraire et Bernardin le remercie publiquement dans l’avis de la troisième édition des Études de la nature20. Sans explication, le dernier contact entre les deux amis semble être au début de 1791 quand Bernardin envoie à Hennin un exemplaire de La Chaumière indienne et ne semble pas avoir reçu de réponse.

  • 21 Catalogue d’une Bibliothèque d’environ 16 000 volumes, Dont la vente se fera le Lundi 11 mars 1793 (...)
  • 22 Le 28 juillet 1771, à l’instigation de Sartine (directeur de la librairie), le duc d’Aiguillon don (...)

9Les liens durables qu’Hennin a formés avec Voltaire et Bernardin témoignent de la vitalité de ses intérêts et activités culturels malgré le fardeau de ses responsabilités diplomatiques. Selon Voltaire, Hennin est arrivé à Genève muni d’une « bibliothèque de plus de six mille volumes » (D13249). À court d’argent, l’ancien diplomate a été obligé de vendre sa bibliothèque en mars-avril 1793 ; elle comptait environ 16 000 volumes21. En jetant un coup d’œil sur ce catalogue on reconnaît tout de suite, d’après les titres, un homme des Lumières, je me contenterai de citer quelques auteurs : de nombreuses œuvres de Voltaire (dont quelques-unes données en présent par Voltaire lui-même), Montesquieu, Rousseau, Diderot (dont Les Bijoux indiscrets), Beccaria, Raynal, Mercier, Claude Crébillon, Buffon, La Mettrie, Helvétius, la première édition de l’Encyclopédie22, les Mémoires secrets et, hélas, un texte de Bernardin, les Études de la nature de 1786. On trouve des ouvrages en allemand, en anglais, en espagnol, en suédois.

  • 23 « Hennin seems to have been the first to attempt the measurement of the speed of a glacier by driv (...)
  • 24 Roger Joseph Boscovich S. F. R. S. 1711-1787, éd. Lancelot Law Whyte, Londres, 1961, p. 58.
  • 25 Journal d’un voyage de Constantinople, Lausanne, 1772.

10Collectionneur avide et touche-à-tout, Hennin a laissé des recueils de coupures qui sont maintenant au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de F rance. Il s’intéressait à la minéralogie, ayant visité des mines en Allemagne et en Suède. Il collectionnait des échantillons de minerai. Homme de science, il a développé une nouvelle technique pour mesurer la vitesse des glaciers dans les Alpes de Savoie23. Par l’intermédiaire de Paulmy, ambassadeur français à Varsovie, Hennin s’est lié d’amitié avec le savant croate et jésuite, Roger Joseph Boscovich, au mois de décembre 1759. Boscovich appréciait les connaissances minéralogiques du diplomate et lui a présenté un exemplaire de son livre, Theoria24. Hennin lui a servi de guide quand le Croate a visité Versailles en janvier 1760. Hennin a bien voulu traduire d’italien en français le journal de Boscovich où il raconte son voyage de Constantinople en Pologne25

  • 26 Correspondance inédite de Voltaire avec P.-M. Hennin, op. cit., p. xx.
  • 27 L’Art singulier de Jean Huber, Paris, Adam Biro, 1995, p. 39. Hennin avait joué, encore une fois, (...)
  • 28 Guerretta, op. cit. p. 88.
  • 29 Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, éd. R. A. Leigh, Oxford, Voltaire Foundation ; P (...)
  • 30 M.-L. Berkvam, op. cit. p. 23.
  • 31 Cliff Eisen, New Mozart Documents, London, MacMillan, 1991, p. 15-16.
  • 32 Ghyslaine Guertin (université de Montréal) a analysé cet échange dans une communication présentée (...)

11.Hennin avait une prédilection pour la peinture, « il faisait faire des tableaux par ceux des jeunes peintres qui donnaient le plus d’espérance26 ». Voltaire affirme que son ami a fait l’acquisition des Trois Grâces de Carie Vanloo (1er juin 1766, D13079). Dans son excellente étude sur Jean Huber, Gary Apgar note qu’en 1783 Hennin a reçu des paysages peints par de jeunes artistes suisses (dont La Rive) au même moment où l’on a offert à Vergennes des natures mortes de Liotard27. Hennin avait déjà aidé le jeune peintre La Rive à se mettre en contact avec Giovanni Battista Casanova (le frère de Giacomo) qui était directeur de l’académie de Dresde28. En l’an VII de la Révolution, Hennin a offert un local pour abriter des tableaux. S’il s’intéressait à la peinture, il paraît qu’il s’intéressait également à la musique. Déjà en 1754 Hennin a reçu une lettre où l’on l’informait que « l’orchestre a fait une représentation en paille de ce Rousseau et vous la pendu dans le chauffoir29 ». Il trouvait drôle la querelle des bouffons, et lors de son séjour à Dresde en 1754, il a parlé à ce sujet avec Grimm30. C’est seulement grâce à Hennin que nous savons que la famille Mozart a donné deux concerts à Genève en 1766. Monsieur Mozart père a rencontré le diplomate, muni d’une lettre de recommandation de la part de Grimm31. Il échangeait des opinions sur la musique avec le poète et musicien, Michel-Paul Guy de Chabanon32

  • 33 The Papers of Thomas Jefferson, t. II, éd. Julian P. Boyd et al, Princeton University Press, 1950, (...)
  • 34 Correspondance générale d’Helvétius, op. cit., t. IV, lettre 812.
  • 35 Cité par M. Cook, op. cit., p. 94.

12.En guise de conclusion, je proposerai des appréciations d’Hennin venant de divers horizons. Étant donné son grand rôle dans la vie politique française à la fin de l’Ancien Régime, il n’est guère étonnant qu’Hennin ait eu des contacts internationaux. Dans une lettre écrite à Paris le 30 janvier 1787, Thomas Jefferson déclare à James Madison qu’Hennin est « a philosopher beloved by everyone33 ». Jefferson est loin d’être le seul Américain qui ait fait la connaissance d’Hennin. Le 20 octobre 1785, à Philadelphie, Benjamin Franklin écrivait à Mme Helvétius : « J’ai pensé de vous, de votre maison, de votre table, de vos amis, etc. à cette heure, ai-je dit, ils sont tous à diner, M. Le Roy, M. Hennin, l’abbé de La Roche & Morellet34. » En somme, Pierre-Michel Hennin se révèle un correspondant exceptionnel dans la vie de Bernardin. Hennin est à la fois ami de Bernardin et de Voltaire, tandis que Bernardin était ami d’Hennin et de Jean-Jacques Rousseau. En août 1785, Hennin réprimande Bernardin, si souvent ombrageux, car il a refusé une pension : « Vous êtes bon simple modeste et il y a des moments ou vous semblez avoir pris pour modèle votre ami J. Jacques le plus vain de tous les hommes35. » Somme toute, dans le réseau de ses correspondants, Hennin est sans conteste une personnalité phare et Bernardin a eu bien de la chance de le connaître.

Notes

1 Un de ses condisciples était le chevalier d’Éon, lui aussi sera franc-maçon (Renée Lelièvre, « Un trio de francs-maçons ignorés », Dix-huitième siècle, vol. 8,1976, p. 372).

2 Charles-Georges Le Roy, Lettres sur les animaux, éd. Elizabeth Anderson, Oxford, Voltaire Foundation, Studies on Voltaire and the eighteenth century 316 (1994), p. 6.

3 Zadig, éd. Haydn Mason, Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, vol. 30B, p. 76-77.

4 Correspondence and collected papers of Pierre Michel Hennin, éd. Michael L. Berkvam, Oxford, Voltaire Foundation, 1982, p. 18.

5 Ibid., p. 19.

6 François Quesnay, Œuvres économiques complètes et autres textes, éd. Christine Théré, Loïc Charles et Jean-Claude Perrot, Paris, INED, 2005, vol. 2, p. 1383.

7 Voir Henri Doniol, Politiques d’autrefois : le comte de Vergennes et P.-M Hennin, Paris, A. Colin, 1898.

8 Correspondance inédite de Voltaire avec P.-M. Hennin, publiée par son fils, Paris, J.-S. Merlin, 1825, p. xxv.

9 Correspondance générale d’Helvétius, éd. David Smith et al., University of Toronto Press ; Oxford, Voltaire Foundation, 2004, t. V, lettre 624, rem. l.10, p. 65.

10 Ibid., t. III, lettre 471, note 3.

11 Comme on l’a déjà signalé, le père était avocat mais il était aussi « procureur du roi au baillage de Versailles et inspecteur général du domaine de Versailles » (Correspondance générale d’Helvétius, op. cit., t. II, 1984, lettre 325, n. 1).

12 Op. cit., t. II, 1984, p. 423-426.

13 Nous citons la correspondance de Voltaire d’après l’édition de la Voltaire Foundation de la façon habituelle, ici D19530.

14 Lettres d’André Morellet, éd. Dorothy Medlin, Jean-Claude David et Paul Leclerc, Voltaire Foundation, Oxford, 1991, vol. 1,1759-1785, lettre 241.

15 Discours de Monsieur Hennin, résident de Sa Majesté Très-Chrétienne près la République de Genève, Genève, 1765.

16 Fabrice Brandli met en chantier un grand projet sur la diplomatie française à Genève. Il est l’auteur de l’étude « Le Résident de France à Genève (1679-1798) : Institution et pratiques de la diplomatie », Dix-huitième Siècle, no 37, 2005, p. 49-68.

17 Jean-Louis Wagnière ou les deux morts de Voltaire, Correspondance inédite, présentation de Christophe Paillard, Saint-Malo, Cristel, 2005, lettre 209, p. 363-64.

18 Ibid., p. 82.

19 Bernardin de Saint-Pierre: A Life of Culture, Oxford, Maney, « Legenda », 2006. Il tombe sous le sens qu’Hennin et Bernardin avaient beaucoup d’intérêts réciproques. À titre d’exemple, Bernardin rêvait toujours d’avoir un jardin. Le 5 mai 1768, Hennin déclare à Mme Denis : « J’ai peu vu M. de V. depuis plusieurs mois par ce que mon jardin m’a pris tout le temps que j’avais de libre » (D15001).

20 Paris, 1789, p. ii.

21 Catalogue d’une Bibliothèque d’environ 16 000 volumes, Dont la vente se fera le Lundi 11 mars 1793,jusques & compris le Jeudi 4 avril ; depuis le mardi 9 Avril, jusques et compris le Samedi 20, au plus offrant et dernier enchérisseur, en l’une des Salles de la Maison Bullion, rue J. J. Rousseau, Paris, Chez la Veuve Tilliard & fils, Libraires, rue Pavée Saint-André-Arts, no 17, 1793.

22 Le 28 juillet 1771, à l’instigation de Sartine (directeur de la librairie), le duc d’Aiguillon donne des consignes à Hennin d’essayer de supprimer la nouvelle édition de l’Encyclopédie sur laquelle on travaille à Genève (John Lough, Essays on the Encyclopédie of Diderot and d’Alembert, Oxford University Press, 1968, p. 78).

23 « Hennin seems to have been the first to attempt the measurement of the speed of a glacier by driving a line of stakes into the surface and surveying them some time later, a technique which was much used in the 19th century » (J. S. Rowlinson, « Our Common Room in Geneva and the early exploration of the Alps of Savoy », Notes and Records Royal Society of London, 52-2, 1998, p. 232, no 31).

24 Roger Joseph Boscovich S. F. R. S. 1711-1787, éd. Lancelot Law Whyte, Londres, 1961, p. 58.

25 Journal d’un voyage de Constantinople, Lausanne, 1772.

26 Correspondance inédite de Voltaire avec P.-M. Hennin, op. cit., p. xx.

27 L’Art singulier de Jean Huber, Paris, Adam Biro, 1995, p. 39. Hennin avait joué, encore une fois, un rôle dans les troubles à Genève en 1782 (Patrick-André Guerretta, Pierre-Louis de La Rive ou la belle nature, vie et œuvre peint (1753-1817), Genève, Musée d’art et d’histoire, 2002, p. 87). Il se peut que Condorcet ait fait la connaissance d’Hennin, parce qu’il est question de lui dans une lettre de juillet 1782 au moment de la crise à Genève (André Delattre, « Une lettre inédite de Condorcet à Jean-Robert Tronchin », Modern Language Notes, 1943, vol. 58, p. 530).

28 Guerretta, op. cit. p. 88.

29 Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, éd. R. A. Leigh, Oxford, Voltaire Foundation ; Paris, Touzot, 1965, t. II, lettre 216.

30 M.-L. Berkvam, op. cit. p. 23.

31 Cliff Eisen, New Mozart Documents, London, MacMillan, 1991, p. 15-16.

32 Ghyslaine Guertin (université de Montréal) a analysé cet échange dans une communication présentée à un colloque à Cerisy-la-Salle en 2006 et publiée depuis : « Échanges épistolaires entre Chabanon et Hennin : amitié, passions, musique », Archive épistolaire et histoire, Mireille Bossis et Lucia Bergamasco (dir.), Paris, Éditions Connaissances et Savoirs, 2007, p. 159-169.

33 The Papers of Thomas Jefferson, t. II, éd. Julian P. Boyd et al, Princeton University Press, 1950, p. 96. Philip Mazzei, lui aussi, fait l’éloge du diplomate quand il affirme en juillet 1784 qu’Hennin « is most dearly loved by the count [Vergennes], is one of the best men on Earth, and a good Philosopher both in Theory and practice » (The Papers of Thomas Jefferson, op. cit., t. VII, 1953, p. 388; ibid., t. XV, 1958, juin 1784, p. 613).

34 Correspondance générale d’Helvétius, op. cit., t. IV, lettre 812.

35 Cité par M. Cook, op. cit., p. 94.

Auteur

Professeur à la Queen’s University (Belfast) où il dirige le Centre for Eighteenth-Century Studies. Secrétaire général de la SIEDS 1999-2003, correspondant de la Société française d’étude du XVIIIe siècle pour le Royaume-Uni depuis 1995, il est membre du comité éditorial des Œuvres complètes de Voltaire et des SVEC. Il collabore à l’édition de la correspondance de Bernardin de Saint-Pierre, chapeautée par Malcolm Cook, à celle de ses Œuvres complètes, sous la direction de Jean-Michel Racault, aux Œuvres complètes de Voltaire, à l’édition des Mémoires secrets.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540