Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de Bernardin de Saint-Pierre

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Introduction

Catriona Seth et Éric Wauters

Texte intégral

  • 1 Un projet d’édition scientifique des œuvres complètes de Bernardin de Saint-Pierre est en cours d’ (...)
  • 2 Saint-Pierre, Jacques-Henri-Bernardin de, Œuvres complètes, éditées par Louis-Aimé Martin, Paris, (...)

1Dans le cadre de travaux sur la sociabilité des Lumières, menés conjointement depuis plusieurs années par les historiens et les littéraires des deux universités de Rouen et du Havre, à travers leurs groupes de recherche, le CEREDI et le CIRTAI, avec le soutien de la région Haute-Normandie et la participation d’institutions locales comme le musée des beaux-arts de Rouen et la médiathèque du Havre, un sujet s’imposait. Intéressant aussi bien pour les historiens que pour les littéraires, le Haut-Normand Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre méritait de faire l’objet d’un colloque. Sa fortune a été inégale selon les époques. Célébré par ses contemporains, admiré par les lecteurs, choisi comme inspiration par les artistes, présent, par extraits, dans les manuels scolaires pendant des décennies, son étoile semble avoir pâli. Chacun connaît son nom, mais à part Paul et Virginie ou le Voyage à L'île de France, ses textes ont longtemps été indisponibles – à l’heure actuelle, il n’y a pas d’édition de ses œuvres complètes1. Celui qui veut se pencher sur certains écrits ne peut le faire qu’en bibliothèque, grâce à l’édition de Louis-Aimé Martin, son secrétaire, qui la prépara au lendemain de la mort de l’auteur2. Bernardin de Saint-Pierre lui-même aurait probablement été déçu de cette sévérité du jugement de la postérité, lui qui se voyait, grâce à ses réflexions sur l’éducation et à ses Études de la nature, en parrain des générations à venir.

  • 3 Bernardin de Saint-Pierre. A Life of Culture, Oxford, Legenda, 2006.
  • 4 Paul et Virginie, présenté par Jean-Michel Racault, Paris, Librairie générale française, 1999. Sig (...)
  • 5 Études de la nature, présenté et annoté par Colas Duflo, Saint-Étienne, Publications de l’universi (...)
  • 6 Bernardin de Saint-Pierre ou l’éducation du citoyen, textes choisis et présentés par Gabriel-Rober (...)

2Fort heureusement, les difficultés actuelles en matière bibliographique ne découragent pas les chercheurs. En effet, les études sur Bernardin de Saint-Pierre connaissent un nouvel essor et il faut s’en féliciter. En témoignent, outre de nombreux articles parus en revue ou dans des ouvrages collectifs, le passionnant projet d’édition électronique de sa correspondance active et passive, mis sur pied, avec une équipe franco-britannique, par Malcolm Cook, l’auteur d’une importante biographie en anglais de l’écrivain3, ainsi que les travaux d’édition récents de Jean-Michel Racault4, de Colas Duflo5 et de Gabriel-Robert Thibault6 Plusieurs thèses et habilitations, soutenues ces derniers temps ou encore en préparation, sont également à saluer, en France, comme à l’étranger. Toutes devraient contribuer à développer notre connaissance de Bernardin de Saint-Pierre.

  • 7 Wilhelm von Humboldt, Journal parisien (1797-1799), s. l., Solin/Actes Sud, 2001, p. 20.

3Les journées organisées en Haute-Normandie ont permis d’évoquer l’écrivain et le voyageur, le scientifique et le théoricien politique, ses correspondants et ses héritiers. Elles ont rappelé ce que nous devons à ce Havrais qui a sillonné les mers et poussé ses expéditions sur terre jusqu’aux confins de la Pologne et de la Russie. Attiré par l’histoire naturelle, l’homme a observé les coquillages des Mascareignes, comme les pommiers normands. Il a tenté de retrouver la main du Créateur dans les effets scientifiques qu’il mesurait, d’expliquer, à l’aune de la Providence, les phénomènes naturels. L’auteur a contribué à modeler un inconscient de l’exotisme dont il reste quelque chose de nos jours. Même s’il se plaint, lors d’un retour au pays, d’être reçu comme un parent pauvre et pas en fils prodigue, il a été célèbre parmi ses contemporains en tant que voyageur – Wilhelm von Humboldt, le rencontrant à Paris en 1797, note ainsi avec un certain émerveillement : « Bernardin de Saint-Pierre est un homme vieux mais gai et loquace. Il a beaucoup voyagé et a été à l'île de France7. » Les études réunies ici le sont autour de trois pôles, les réseaux épistolaires de l’auteur, son parcours vers la Révolution, période qui a mobilisé nombre de recherches, les relectures, aussi bien celles de ses écrits que celles de tiers, musiciens et gens de lettres, qui l’ont – souvent fort bien – lu.

  • 8 Catalogue no 36 (2006), Arts et autographes (Jean-Emmanuel Raux, expert), 9 rue de l’Odéon, 75006 (...)

4Le diplomate et ingénieur, ancien élève, à Rouen, des jésuites du collège de Bourbon, a traversé terre et mer. Il est aussi un homme qui a rayonné par sa correspondance, officielle et personnelle, comme par ses œuvres. Un exemple de son rôle de mise en relation des uns avec les autres se décèle dans une lettre d’Isabelle de Montolieu, la romancière suisse, à sa compatriote Mme de Staël, qui réside alors avec ses parents, sur les bords du Léman, au château de Coppet : « Les porteurs de cette lettre m’ayant témoigné, Madame, le désir le plus vif de vous être présentés ainsi qu’à madame Necker, je n’ai pu leur refuser de leur en donner les moyens, c’est la meilleure manière dont je puis répondre à la recommandation de Bernardin de Saint-Pierre qui me les adresse. » Voilà une raison de bien recevoir ces personnages dont nous découvrons l’identité un peu plus loin dans la même lettre : « Ils s’appellent M. Robin directeur des poudrières d’Essonne, Calais et Arnaud et Bernardin me les recommande sous le titre de ses amis et sous les auspices de Paul et Virginie. C’est le moyen de les faire très bien accueillir et je ne doute pas de la réception qu’ils trouveront à Coppet8. » Mme Necker avait reçu l’écrivain dans son salon et il lui avait alors fait l’honneur de lire, en avant-première, des pages de son roman exotique. Dans une Europe des gens de lettres, des scientifiques et des curieux, un homme comme l’auteur du Voyage à l'île de France occupe souvent un rôle de relais.

5L’exemple le montre : la correspondance est au centre de l’existence de Bernardin de Saint-Pierre, cet homme qui a vécu si longtemps loin des siens. Les fonds conservés au Havre témoignent de la richesse des échanges entre le Normand et des hommes et femmes d’horizons divers : lettres familières de sa sœur Catherine laissée au pays, soigneusement conservées par le frère célèbre, lettres enthousiastes de lecteurs éperdus d’admiration, lettres administratives de fonctionnaires ministériels, lettres amicales de proches rencontrés à Paris, ou lors des nombreux périples de l’homme qui sillonna les mers tout en étant un voyageur malgré lui. Parmi eux, le plus fidèle sans doute, du moins si nous en jugeons d’après la correspondance conservée, est Pierre-Michel Hennin dont Simon Davies examine ici l’importance. Un autre individu, très oublié, qui a beaucoup compté pour le Havrais, est Mesnard de Conichard. Rebecca Ford considère ici les échanges entre les deux hommes.

6Les femmes ne furent pas en reste dans ces correspondances comme le rappelle Tim Reeve. Bernardin de Saint-Pierre semble en avoir courtisé plusieurs avant de finalement épouser sa Félicité. L’une d’entre elles est la fascinante Mme Poivre : le futur auteur du Voyage à l’île de France essuie à plusieurs reprises des propos persifleurs de l’épouse de l’intendant auquel il a voulu offrir coquillages et autres menus présents. Philip Robinson restitue ici toute la saveur de cette relation méconnue. Une autre femme dont la relation – toute intellectuelle – est importante pour Bernardin de Saint-Pierre a laissé des traces plus nettes dans l’histoire littéraire. Il s’agit de Julie de Lespinasse qui, tout comme d’Alembert, le philosophe et savant, a de la considération pour l’individu comme le montre ici Irène Passeron.

7Si les Harmonies de la nature ont intéressé Humboldt, un autre lecteur inattendu de Bernardin de Saint-Pierre est Casanova. Branko Aleksic présente ce que le mémorialiste dit des Études de la nature et de Paul et Virginie en 1788. Malcolm Cook s’intéresse à la vie de l’écrivain en cette même année 1788. La coupe géologique transversale met en valeur la position et les réseaux de « monsieur de Saint-Pierre » à la veille des grands événements auxquels aucun contemporain ne pouvait rester insensible, même une femme à l’éducation peu poussée et qui n’avait guère voyagé. C’est là le cas de Catherine de Saint-Pierre, figure attachante sur laquelle se penche Katherine Astbury. Laissée sur les côtes normandes, jamais mariée, malgré plusieurs propositions, peu reluisantes, il faut bien le dire, la sœur de Bernardin garde pour son petit frère une affection débordante qui se traduit au sein de lettres effusives rédigées dans un français phonétique approximatif. Elle offre ici un panorama de la Révolution vue de province et témoigne du réseau d’une femme seule qui compte sur les relations de son frère au moins autant que sur ses propres amis.

8Cette sociabilité et les correspondances influencent l’écriture. Alain Guyot envisage le dossier du Voyage à l'île de France pour examiner le passage des lettres au livre. Ce sont des correspondances au sens baudelairien qui permettent à Robin Howells de relire les « formes et sensations » des premières pages de Paul et Virginie à la lumière, entre autres, de la géométrie. Gabriel-Robert Thibault met au jour des liens étroits tissés entre les sciences de l’ingénieur et la théologie naturelle de l’écrivain et philosophe. Colas Duflo, qui vient de les rééditer, aux Presses universitaires de Saint-Étienne, se penche ici sur une œuvre souvent oubliée, mais à laquelle l’écrivain attachait une grande importance, les Études de la nature. C’est également ce texte qui nourrit une grande partie de l’enquête de Sophie Lefay sur les inscriptions. Elles fourmillent dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre et engagent des réflexions sur le passage du temps, la nomination ou encore la place de l’homme dans la création.

9La pluralité des centres d’intérêt de Bernardin de Saint-Pierre et les liens entre les différentes parties de son système sont mis en évidence dans un travail novateur de Jean-Michel Racault qui envisage l’imaginaire politique de l’écrivain à la fin de l’Ancien Régime.

10Deux études, enfin, nous entraînent vers des prolongements de l’œuvre. Patrick Taïeb examine les versions musicales de Paul et Virginie qui firent la joie des auditeurs du temps. Cristina Romano, quant à elle, montre l’évolution du pittoresque entre Bernardin de Saint-Pierre et l’un des écrivains les plus talentueux de la génération suivante, Chateaubriand.

  • 9 Humboldt, op. cit., p. 35.

11Bernardin de Saint-Pierre a longtemps fait l’objet d’une curiosité un peu méprisante pour ses positions scientifiques comme ses réflexions sur le melon ou sur les pôles. C’est ce point de vue qui a prévalu dans l’histoire. Humboldt, qui trouve de l’intérêt au personnage et du charme à sa conversation, regrette qu’au lieu de théories morales, il parle de ses hypothèses scientifiques « fausses à l’évidence » comme celle sur les marées. L’Allemand d’ajouter : « Il est dans ces domaines étonnamment en retard et ne souffre aucun enseignement9 » Faut-il pour autant le réduire à un savant anecdotique ? Certes non, cet homme pragmatique et observateur s’est interrogé et a posé les jalons d’un avenir scientifique qu’il n’avait pas forcément les moyens d’appréhender. Ses romans ont été lus avec délices dès leur parution. On raconte que lors de l’emprisonnement de la famille royale aux Tuileries, Marie-Antoinette et les siens chiffraient leurs messages grâce à un exemplaire de Paul et Virginie. Napoléon, à son tour, accueillait les œuvres de l’auteur en demandant une troisième sœur après La Chaumière indienne pour satisfaire à l’impatience du public. Le phénomène Bernardin – appelé largement, dès son époque, par son prénom, signe d’une familiarité réjouie du lectorat – mérite sans aucun doute plus d’intérêt critique qu’il n’en a suscité jusqu’à présent.

12Rencontre entre des collègues de pays éloignés, du doctorant au spécialiste reconnu, ce colloque a permis de mettre en lumière la variété et la vigueur des travaux actuels sur Bernardin de Saint-Pierre. Depuis, d’autres ont démarré leurs recherches, mis en chantier des thèses, publié des articles. L’espoir des éditeurs de ces études est que l’ensemble servira à maintenir et à dynamiser l’intérêt pour un auteur dont l’œuvre, foisonnante et méconnue, recèle encore bien des richesses à découvrir.

Notes

1 Un projet d’édition scientifique des œuvres complètes de Bernardin de Saint-Pierre est en cours d’élaboration sous la direction de Jean-Michel Racault, au sein des « Classiques Garnier ».

2 Saint-Pierre, Jacques-Henri-Bernardin de, Œuvres complètes, éditées par Louis-Aimé Martin, Paris, Méquignon-Marvis, 1818.

3 Bernardin de Saint-Pierre. A Life of Culture, Oxford, Legenda, 2006.

4 Paul et Virginie, présenté par Jean-Michel Racault, Paris, Librairie générale française, 1999. Signalons aussi l’édition actuellement indisponible, mais pourvue d’une riche documentation, due à Édouard Guitton, publiée par l’Imprimerie nationale en 1984.

5 Études de la nature, présenté et annoté par Colas Duflo, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, « Lire le dix-huitième siècle », 2007.

6 Bernardin de Saint-Pierre ou l’éducation du citoyen, textes choisis et présentés par Gabriel-Robert Thibault, s. l., Institut national de recherche pédagogique, 2008.

7 Wilhelm von Humboldt, Journal parisien (1797-1799), s. l., Solin/Actes Sud, 2001, p. 20.

8 Catalogue no 36 (2006), Arts et autographes (Jean-Emmanuel Raux, expert), 9 rue de l’Odéon, 75006 Paris, lot 14489.

9 Humboldt, op. cit., p. 35.

Auteurs

Professeur à Nancy et à Bloomington (USA). Spécialiste de littérature et d’histoire des idées, elle a publié Les Rois aussi en mouraient. Les Lumières en lutte contre la petite vérole (Desjonquères, 2008) ; Marie-Antoinette. Anthologie et dictionnaire (Laffont, 2006) ; André Chénier. Le miracle du siècle (PUPS, 2005) ; et la partie consacrée au XVIIIe siècle de l’Anthologie de la poésie française (Pléiade, 2000). Elle a dirigé, chez Desjonquères, Sade en toutes lettres avec M. Delon (2004), Destins romanesques de l’émigration avec C. Jaquier et F. Lotterie (2007) et Imaginaires gothiques (2010). Elle a publié « Je déteste la mer : réflexions sur Bernardin de Saint-Pierre » dans In acqua scribis (Gdansk, 2005) et édite les lettres de la soeur de l’auteur pour Electronic Enlightenment avec K. Astbury.

Professeur à l’université du Havre. Spécialiste de la presse, il a consacré de nombreux travaux aux journaux normands en particulier (Une Presse de province pendant la Révolution française, journaux et journalistes normands : 1785-1800, Paris, Éd. du CTHS, 2002) ainsi qu’à des figures comme Noël de La Morinière. Rattaché au CIRTAI, groupe de recherches du Flavre, il a codirigé avec Catriona Seth un numéro des Études normandes (no 2, 2008) consacré aux relations entre la Normandie et les tropiques et coorganisé plusieurs colloques.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540