Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Eugène Noël, rédacteur polygraphe et rousseauiste du Journal de Rouen (1860-1888)

Cécile-Anne Sibout

Texte intégral

  • 1 Il n’existe pas actuellement d’ouvrage de synthèse concernant Eugène Noël. Parmi les rares travaux (...)
  • 2 Pour avoir une vue générale de la révolution industrielle dans la région de Rouen, se reporter à M (...)

1Eugène Noël1 (1816-1899), rédacteur polygraphe au Journal de Rouen de 1860 à 1888, est l’auteur d’un millier d’articles très intéressants à étudier en matière d’histoire de la presse, dans la mesure où il s’agit d’un proto-journalisme culturel, qui apparemment traite le plus souvent de jardinage et d’horticulture, mais qui, à partir de ce « socle », multiplie les références, digressions et jugements, révélateurs de la culture partagée par une large fraction de la France populaire « éclairée » à cette époque. L’homme est né à Rouen, dans le quartier Saint-Hilaire, au sein de la petite bourgeoisie. Il y vit une enfance assez libre, avant de suivre les cours du lycée Corneille. Dans le contexte dynamique de la révolution industrielle2, et à un moment en particulier où la vallée du Cailly se couvre d’usines textiles, son père fait construire au Tôt, hameau proche de Clères, à une quinzaine de kilomètres de Rouen, une modeste fabrique à triturer les bois exotiques, destinés à la teinture du coton. Noël, âgé alors de 26 ans, s’installe sur place en 1842, et va passer de longues années dans une semi-solitude, partageant les travaux des paysans, parcourant infatigablement bois et prés, comme l’avait fait un temps Rousseau qu’il admire, et examinant de près plantes, fleurs, et insectes.

2Noël est par ailleurs, depuis sa prime jeunesse, ami d’Alfred Dumesnil, le secrétaire devenu par la suite beau-fils de Jules Michelet, et il fait ainsi, par cet intermédiaire, connaissance du grand historien. Cette rencontre bouleversera et influencera la vie de Noël à maints égards, le mettant en contact épisodique avec des personnalités intellectuelles et littéraires de premier plan, tels Émile Littré ou Elisée Reclus, et le faisant d’autre part évoluer vers un anticléricalisme actif. De son côté Michelet éprouve une estime mêlée de condescendance pour le jeune Normand. Percevant le caractère authentique du contact qu’entretient ce dernier avec les humbles, l’historien va en faire l’un de ses « nègres », le chargeant de collecter des renseignements sur les paysans, les soldats et les ouvriers normands. En 1857 Dumesnil, qui a brièvement occupé la chaire d’Edgar Quinet au Collège de France sous la Seconde République, s’installe définitivement dans la maison de campagne familiale à Vascœuil dans l’Eure. Noël, stimulé par cette proximité, se met à rédiger des ouvrages grand public sur Rabelais, Molière et Voltaire, publiés avec un certain succès dans des collections bon marché.

3En 1861, après être demeuré 19 ans dans la campagne cauchoise, Noël, devenu entre-temps père de famille, se trouve embauché au Journal de Rouen grâce à la recommandation de ses amis haut placés. Ce quotidien, comme ses confrères, comporte seulement quatre pages jusqu’à la fin du siècle, et propose alors, avec une mise en pages réduite au minimum, et donc dans un certain désordre, des articles concernant tout à la fois la vie nationale et régionale. D’orientation libérale sous la monarchie censitaire, le quotidien se fait très prudent par nécessité sous le Second Empire, régime qui restreint fortement la liberté de presse (décret de février 1852 instaurant le système des avertissements administratifs aux journaux). Cependant, une poignée de rédacteurs parvient dans la décennie 1860 à glisser habilement dans ses colonnes quelques allusions aux bienfaits de la démocratie. Parmi ceux-ci Noël, dont l’allure même (il porte alors les cheveux longs à la manière du poète-pamphlétaire Béranger décédé en 1857, qu’il admire beaucoup) manifeste ses convictions républicaines et sociales.

  • 3 Sur ce sujet voir de Claude Bouhier et René Bruneau, « évolutions de la Ligue de renseignement à R (...)
  • 4 Voir Loïc Vadelorge, Rouen sous la IIIe République ; politiques et pratiques culturelles, Rennes, (...)

4Dans divers articles, notamment dans la revue de presse qui lui est fréquemment confiée, mais aussi dans la rubrique « Bibliographie », constituée de comptes rendus d’ouvrages récemment parus, Noël exprime plus ou moins discrètement son anticléricalisme, critiquant par exemple en 1863 Mgr Dupanloup, lequel s’oppose à l’élection de Littré à l’Académie française. Dans le même registre, Noël soutient aussi l’action de Jean Macé, créateur de la Ligue de l’enseignement en 1866, qui se déplace deux fois à Rouen en 1867 et 1868 afin d’y fonder un cercle local militant pour la création d’un enseignement public, obligatoire, gratuit et laïque3. Noël dénonce par ailleurs les conditions de travail infligées au monde ouvrier, et subira même un procès en 1863 pour avoir fustigé le patronat normand. Surtout il exprime sa profonde sympathie pour les agriculteurs, tout en cherchant à les convaincre d’abandonner l’esprit de routine. Autodidacte chaleureux et enthousiaste, Noël s’emploie à leur inculquer des connaissances nouvelles, qui apparaissent parfois... bien théoriques ! Il préconise ainsi dans plusieurs articles la création de bibliothèques rurales, de même que celle de musées cantonaux. Il mène d’autre part une active campagne en faveur de la pisciculture, et au passage affirme son soutien à la théorie de l’hétérogénie (la « génération spontanée »), défendue par son ancien maître devenu ami Félix Pouchet, et cela même après que la controverse de Pouchet avec son célèbre rival Pasteur se soit conclue par la « victoire » scientifique de ce dernier4. Globalement, la vision que Noël propose du monde rural se révèle marquée par un idéalisme champêtre qui le rapproche parfois de la romancière George Sand, ou encore du chansonnier Pierre Dupont (1821-1870), au point de le rendre coupable, à l’occasion, de quelques « erreurs d’optimisme », selon la formule affectueuse et lucide employée par son collègue au Journal de Rouen Raoul Aubé, dans un petit livret publié en hommage à Eugène Noël, peu après la mort de ce dernier en 18994.

5Pour saisir en quoi Noël peut être considéré comme un exemple du paléo-journalisme culturel, alors que la majorité de sa production rédactionnelle concerne la sphère agricole, la méthode la plus pertinente consiste sans doute à étudier la rubrique qu’il a tenue de 1872 à r888 au rythme d’un article environ tous les dix jours (soit environ 700 articles au total), intitulée les « Loisirs du père Labêche ».

  • 5 Joseph Lafond, un « horsain » né dans la Loire, a été secrétaire du vicomte de Meaux, ministre de (...)

6À la fin du Second Empire le Journal de Rouen ne cache plus son opposition à Napoléon III : il recommande par exemple le « non » au plébiscite de mai 1870, destiné à conforter le régime impérial. Dans les années suivantes, il soutient les initiatives de la IIIe République naissante. Toutefois le quotidien rouennais glisse progressivement vers des positions centristes, et se met à critiquer le radicalisme politique au moment où celui-ci commence à accéder au pouvoir national et local (Rouen choisit ainsi dès r88r comme député le radical Duvivier). Sur sa gauche surgit d’ailleurs dès 1878 un concurrent, Le Petit Rouennais. C’est dans ce deuxième quotidien que Noël publiera logiquement ses dernières chroniques, car son anticléricalisme, ainsi que sa critique souriante mais fréquente des autorités et de la tradition commencent à indisposer la direction du Journal de Rouen qui se trouve d’ailleurs partiellement renouvelée en 1882, avec l’arrivée à la rédaction en chef de Joseph Lafond5. Noël intitulera d’ailleurs sa dernière chronique du « père Labêche » éditée dans Le Journal de Rouen le 8 mai r888, « Rabelais médecin, non curé ».

7Le premier Loisir, publié le 20 octobre 1872, révèle déjà clairement que Noël, tout en traitant faune, flore et jardinage, souhaite diffuser certaines « vérités », et faire ainsi évoluer les mentalités ainsi que les repères culturels de ses contemporains. Significativement, Noël y cite en exergue Paul-Louis Courier, pamphlétaire célèbre sous la Restauration, mais dont les rapports avec l’horticulture paraissent pour le moins ténus. Ce premier Loisir a pour sujet le chrysanthème. Noël, sur le plan végétal, se contente d’une description assez sommaire de cette fleur. En revanche il développe à son propos une conception de l’histoire botanique que l’on pourrait qualifier de « laïquement providentielle ». Cette plante, selon Noël, « était en Chine admirée et cultivée depuis des siècles. Mais chez nous, durant tout le Moyen Âge qui finit à peine, nous avions à nous occuper de bien autre chose que de fleurs. 5 ou 6 plantes en 1 000 ans furent importées en Europe ». Cette dernière assertion de Noël est évidemment inexacte, les croisades à elles seules ayant par exemple généré de nombreux échanges végétaux. Le polygraphe poursuit, révélant la chronologie qui structure ses convictions intimes : « La jolie plante fut importée chez nous précisément en 1789, et je m’étonne toujours qu’on ne l’ait pas appelée Fleur de la Révolution. Un jardinier de Marseille nous l’apporta de Chine au moment où venait de tomber la Bastille [...] Cette date, qui le croirait ? même en horticulture marque une ère nouvelle. Les chrysanthèmes auront ouvert la voie à cette invasion pacifique et charmante de toutes les fleurs du globe sur le sol de l’Europe. » Au total ces 700 chroniques originales et polysémiques, où la volonté didactique l’emporte très souvent sur l’objectivité scientifique, se caractérisent par cinq traits principaux, qui seront analysés tour à tour dans cette brève étude : la caution invoquée de personnalités prestigieuses ; l’expression d’un constant émerveillement devant la nature ; une conception eschatologique de l’histoire des êtres vivants ; la conviction que la nature constitue une féconde école politique et sociale ; l’affirmation, enfin, d’un positivisme spiritualiste.

Des patronages tutélaires prestigieux

8On constate tout d’abord que le patronage des articles est régulièrement confié par Noël à quelques génies protecteurs auxquels il voue une vive admiration. Autodidacte, issu d’un milieu simple, nourri de la lecture de Michelet, Noël pratique spontanément le culte des grands hommes, à l’égard desquels le plus souvent il renonce à toute mise en perspective historique, et souvent même à tout recul critique.

9Ce panthéon personnalisé est bien entendu composé d’abord de savants, en particulier de naturalistes. Avec une fierté un peu naïve, Noël aime énumérer les savants de l’Antiquité qu’il connaît (Dioscoride et Galien par exemple, pour traiter le 18 août 1873 de l’eupatoire), ainsi que certains de leurs successeurs, tels Olivier de Serres, Linné ou Réaumur. Une des références privilégiées de Noël s’avère être Buffon (1707-1788), fréquemment cité. En effet ce savant des Lumières a adopté une démarche anthropomorphique pour décrire le comportement des animaux, puisqu’il distingue parmi eux des espèces amies ou ennemies de l’homme. Ce « psychologisme » séduit Noël, lequel apprécie par ailleurs la tournure très littéraire de l’Histoire naturelle, la grande œuvre de Buffon.

  • 6 Voir Marie-ève Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes, Journalisme et littérature au XIVe si (...)

10En effet, caractéristique étonnante de ces chroniques traitant de la flore et de la faune normandes, les références aux noms célèbres de la littérature y apparaissent plus nombreuses que celles renvoyant à des autorités scientifiques. Beaucoup de Loisirs débutent ainsi par une allusion littéraire. Là encore, en néophyte heureux et fier de faire partager son savoir, Noël ne peut s’empêcher de multiplier les citations parfois quelque peu incongrues si l’on songe au sujet principal de sa chronique. Ainsi un Loisir consacré aux ancolies commence par des vers de Charles d’Orléans sur le printemps, le seul lien logique avec la suite de l’article résidant dans le fait que... la chronique en question est rédigée fin avril 1874. Sensible, sans le dire, au prestige que confère même un vernis de culture classique, Noël cite volontiers par ailleurs Virgile ou Catulle. Le chroniqueur du Journal de Rouen s’appuie assez fréquemment sur Rabelais pour étayer ses assertions, un auteur qu’il connaît bien puisqu’il a rédigé un ouvrage à son propos, mais qui constitue finalement une référence assez surprenante pour traiter du cerfeuil et persil ou encore des cloportes (respectivement 30 juin 1873 et 20 août 1876). L’auteur le plus abondamment cité par Noël est toutefois La Fontaine, qualifié à maintes reprises de « génie ». Notre rédacteur ne semble connaître de son œuvre que ses fables. N’ayant apparemment pas lu ses contes, n’étant pas non plus conscient que La Fontaine puise son inspiration à de multiples sources (Ésope et Phèdre, mais aussi l’écrivain indien Pilpay), et surtout qu’il laisse largement courir son imagination, ni enfin que la charge de maître des eaux et forêts, occupée par La Fontaine, était en fait surtout administrative, Noël transforme le fabuliste en une sorte de Rousseau avant la lettre, qui n’aurait cessé d’arpenter la nature, et le désigne sans discussion comme « le plus vrai de nos naturalistes » (5 janvier 1874). On reconnaît là le penchant du journaliste pour la psychologie animalière, genre qu’il pratique lui-même volontiers. Au fil des chroniques, surgissent également, entre autres, Froissart, Racine, Molière ou Beaumarchais, et l’on frôle ainsi parfois le cours de littérature vulgarisé. Plus surprenante encore pour le lecteur s’avère la référence ponctuelle faite par Noël à des hommes politiques, par exemple à Raspail lorsqu’il évoque... la bourrache. Cet apparent « hors-sujet » n’en constitue pas vraiment un pour le polygraphe du Journal de Rouen, tant à ses yeux la pensée des hommes de progrès suscite des retombées précieuses dans tous les champs de la connaissance. On le constate, notre auteur ne peut écrire sans caution reconnue, quitte à convoquer les gloires nationales de façon un peu hétéroclite, une habitude d’ailleurs assez fréquente au XIXe siècle chez les auteurs autodidactes dont le nombre augmente brusquement à l’époque6.

Un enthousiasme permanent devant la nature

11Un second aspect de la démarche journalistique de Noël consiste à exprimer un constant émerveillement devant la beauté et Futilité de la flore et la faune normandes. On pourrait, à ce propos, citer pratiquement chacun des 700 « Loisirs » ! Il y a là, de la part de l’auteur, un trait de caractère, mais aussi une conviction profonde, proche du panthéisme.

  • 7 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 17 novembre 1881 (monde des insectes), du 20 a (...)

12Noël présente ainsi beaucoup d’animaux comme pourvus de compétences exceptionnelles ainsi que de vertus morales, égales voire supérieures à celles dont sont dotées les humains. Ces derniers pourraient donc, selon lui, les prendre à l’occasion pour modèles. Quelques exemples, puisés au fil des chroniques, s’avèrent de ce point de vue éclairants : « On trouve dans le monde des insectes presque toutes les professions, foreurs, mineurs, constructeurs, tapissiers, papetiers, cartonniers, fileurs, tisserands » ; un peu plus tard à propos du grillon « Cymbales, tambours, lyres, harpes ou guitares sont leurs seuls instruments d’orchestration. Mais quelle puissance de sonorité ! les hommes n’ont imaginé rien encore de comparable ». Les guêpes ont, d’après Noël, « longtemps avant nos architectes, inventé le mur creux, c’est-à-dire le véritable mur hygiénique. Qui sait si l’avenir n’adoptera pas, pour cause de salubrité, la maison en papier construite d’après la méthode guépienne7 ! »

  • 8 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 19 juillet 1883 (hyménoptères), 16 août 1876 ( (...)

13Noël affirme clairement à plusieurs reprises qu’il croit en l’intelligence des animaux. Les hyménoptères sont, selon lui, « les plus intelligents des animaux et bien supérieurs à l’homme, n’en doutez pas ». Le rédacteur rouennais s’exclame aussi à propos de la pie : « Quel oiseau intelligent, rusé, sagace, amusant, accessible aux sciences, aux lettres, aux arts ! Les pies sont mathématiciennes [...], elles savent parler, chanter [...], elles sont propres, actives dévouées, économes » ; le chardonneret en cage, de son côté, fera tout pour plaire à son maître selon notre auteur : « Oiseau-savant [...] faiseur de tours, danseur, acrobate et tireur de cartes, un oiseau artilleur, un oiseau acteur : il fait parfaitement le mourant et le mort. Il a ses chansons rustiques, mais il apprend les nôtres. Quel curieux livre il y aurait à faire sur l’intelligence des oiseaux. » Quant aux insectes, le chroniqueur admire qu’ils « aient su des siècles avant l’homme modifier à leur profit le développement des végétaux. Nous en étions encore aux fruits sauvages, qu’eux avaient obtenu les fruits artificiels, c’est-à-dire les galles ». Même les fleurs, selon Noël, sont capables d’adopter des conduites pertinentes, tel le cyclamen, une de celles qui semblent « le plus s’approcher de l’intelligence ». Le chroniqueur énumère d’autre part les innombrables propriétés des plantes. Il s’extasie par exemple devant le micocoulier « dont toutes les parties, tiges, tronc, branches, fruit, feuillage, racines ont un emploi profitable « et qui de plus est un « très bel ornement » ; de même le tilleul est un « charmant végétal », qui « se prête de bonne grâce à tous les services ; et pourtant on peut affirmer que nos horticulteurs et nos chimistes ont encore des secrets à lui emprunter8 ».

Une histoire végétale, animale et humaine partiellement synchrone

14Le troisième trait qui frappe à la lecture des « Loisirs du père Labêche », c’est que l’histoire y est présentée dans une perspective quasi-hégélienne, puisqu’au fur et à mesure de l’écoulement des siècles, on assiste, selon Noël, à l’avènement progressif de la raison au sein des sociétés humaines, malgré quelques retours en arrière ponctuels vers l’obscurité irrationnelle. Ce qui apparaît cependant surtout original dans l’idée que Noël se fait de l’histoire, c’est qu’à ses yeux existe une concordance entre l’histoire des plantes, des animaux et celle des hommes : à certaines époques « éclairées » leur développement est concomitant, à cause de l’unité secrète qui relie, selon notre auteur, la totalité du monde vivant.

15L’Antiquité est présentée toujours de manière positive par le rédacteur rouennais, même si ce dernier n’explicite guère son admiration. Lorsque Noël évoque des récits mythologiques ou des croyances très anciennes, non seulement il ne les ridiculise jamais, mais encore il suggère qu’elles émanent d’une période déjà en partie « éclairée » qui, en l’absence d’outils scientifiques fiables pour étudier la nature, s’avère du moins capable d’intuitions justes à son propos. Ainsi, rappelle notre auteur, la laitue avait été « fort célèbre dans toute l’Antiquité. On lui attribuait les vertus les plus précieuses en médecine [...] de véritables miracles » ; et Noël de citer sans ironie Suétone, selon lequel le suc de cette salade aurait guéri l’empereur Auguste (5 mai 1873).

  • 9 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 27 décembre 1873 (renard) et 5 janvier 1874 (l (...)

16A contrario le Moyen Âge est dépeint comme un long tunnel de mille ans. Noël use sans hésiter de l’expression « siècles barbares ». Il déclare à propos du renard (et donc du roman qui lui a été consacré au XIIe siècle) : « Nous lui devons de n’être pas devenus au Moyen Âge complètement idiots. La scolastique avait tout envahi ; on en était venu, je ne dis pas à ne plus raisonner, mais à ne plus rien comprendre, à ne plus rien voir. » Un animal, selon le chroniqueur, symbolise bien cet âge, et donc logiquement n’a pu s’adapter à la période suivante des Lumières : « C’était le bon temps pour les seigneurs loups : ils mangeaient les paysans. Nul animal n’a eu plus à souffrir de nos révolutions. Le droit de chasse accordé à tous les citoyens a été pour les loups le signal de la décadence. Aussi les a-t-on vus se réjouir entre eux et prendre part à tous les mouvements de réaction politique ; mais les voici définitivement déçus et, le soir, je les entends sur les coteaux boisés d’Heurteauville pousser contre la société moderne leurs hurlements mélancoliques9. »

17Très dépréciateur à l’égard de l’époque médiévale, Noël l’accuse notamment de n’avoir accordé aucun esprit aux bêtes, ce qui est évidemment inexact, ces dernières étant au contraire étroitement associées non seulement à la vie quotidienne, mais aussi aux cérémonies religieuses et civiles, ainsi qu’aux croyances. Au total un personnage incarne bien cette période, selon Noël, à savoir Barbe Bleue ; et d’ajouter : « Ce que la sœur Anne eût pu voir venir, si la chose n’eût été encore trop éloignée, Michelet l’a dit quelque part, c’est l’élan de justice et d’humanité du XVIII6 siècle, c’était la Révolution, c’était la fin du monde féodal. » Profitant d’une chronique sur les barbeaux pour enfoncer le clou, Noël affirme « ce n’est guère qu’au sortir du XVIe siècle que l’horticulture se réveille avec tout le reste, tant il est vrai qu’avec la raison tout renaît ». Le XVIIIe siècle est logiquement magnifié par le rédacteur rouennais :

L’ignorante, aveugle et sourde humanité a vécu des siècles et des siècles au milieu de la nature sans y rien comprendre, sans y rien voir, sans y rien entendre, livrée toute entière à ses visions, à ses fantasmagories intérieures : il a fallu l’éveil, le divin éveil des études scientifiques, au XVIIIe siècle pour qu’un esprit puissant et hardi s’avisât de porter ses investigations sur les métamorphoses de la vie végétale.

  • 10 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 5 janvier 1885 (sœur Anne), 6 juin 1874 (barbe (...)

18La période de la Révolution française est présentée comme l’acmé d’un puissant renouveau, soit ponctuellement (le tussilage est apparu pour la première fois à Paris en 1790, d’après Noël), soit métaphoriquement (quant au merle, une fois qu’il a bâti son nid en moins de huit jours, il chante chaque jour une « Marseillaise matinale »), soit surtout intellectuellement : « Cette conception nouvelle de l’univers [Noël fait ici allusion à Darwin], a commencé en France durant la période révolutionnaire, et c’est en ce point vraiment que la révolution devait avoir son caractère d’universalité, d’infaillibilité. » L’apothéose, pour le polygraphe rouennais, est atteinte avec le siècle triomphal de progrès que représente ce XIXe dans lequel il vit. Là encore les références pourraient être innombrables ; contentons-nous sur ce point de cette affirmation de Noël qui les résume : le XIXe siècle « aura fait à lui seul plus que les dix siècles qui l’ont précédé10 ».

La nature, un modèle d'organisation sociale

19Un autre trait clairement décelable dans les « Loisirs du père Labêche » est la conviction exprimée fréquemment par leur auteur que la nature constitue une féconde école politique et sociale.

20Tout d’abord, en jardinier qui se veut pédagogue, même s’il n’hésite pas à user parfois du registre pamphlétaire, Noël réaffirme fréquemment ses convictions antireligieuses, ainsi qu’antimonarchiques et nationalistes, à une époque où la République, proclamée en septembre 1870, se trouve non seulement encore fragile, mais aussi souillée, aux yeux de ses détracteurs, par une naissance née d’une grave défaite militaire. Ces convictions, Noël les rattache de façon souvent artificielle à ses études concernant le monde animal et végétal. Les Loisirs du père Labêche dévalorisent en premier lieu de multiples façons la religion catholique, Noël signalant par exemple que les sansonnets sont tout à fait capables de réciter le pater (27 mai 1885), ou dénigrant les ouvrages de théologie qui détournent, selon lui les esprits de l’étude primordiale de la nature : « Ah ! les livres de théologie, quel rémora ils ont été pour le monde, quel arrêt dans l’absurde ! Mais voilà que depuis l’explosion de ce grand XVIIIe siècle le monde heureusement les délaisse. Dans les bibliothèques publiques, ce sont ceux qui se recouvrent de la plus épaisse poussière » (14 août 1886).

21C’est le régime républicain qui est à la fois le plus efficace et le plus moral, et d’après notre auteur certains animaux l’ont compris avant les hommes, telles les guêpes : « Ce sont les citoyennes d’une République modèle, dont Athènes, Sparte et Rome ne furent que d’imparfaites copies ! Une guêpe ne travaille, ne vit, ne se conserve, ne respire que pour le guêpier. La question capitale, en toute vraie république, est celle de l’éducation (et ce fut, en effet, le grand art de la Grèce) ; l’éducation est aussi le point où les guêpes excellent » (12 mai 1873).

22Les « Loisirs » expriment également, par le biais de considérations botaniques et animalières, un vigoureux nationalisme ; Ainsi Noël s’exclame à propos du thym : « Comment s’étonner de tant de charmes et de tant de vertus ? tu pris naissance au plus beau pays de la terre, entre l’Italie et la France, dans les Alpes » (17 juin 1873). Noël croit non seulement, comme on l’a vu, au génie de certaines époques, mais encore, dans le sillage de Taine, au génie de certains lieux et de certains peuples, et en particulier en celui de la France et de ses habitants. L’alouette est pour Noël « l'oiseau si français, si gai, si courageux, si actif, si sociable » ; et filant la métaphore, il ajoute :

Michelet n’a-t-il pas dit que la France est comme l’alouette, entre les nations ? d’affamés chasseurs s’apprêtent peut-être à la dévorer. Pauvre petite ! Et la voilà qui chante, qui prend son vol au zénith, et sa voix nous redescend des deux comme une rosée musicale. Les peuples rangés au-dessous d’elle l’écoutent et l’applaudissent. On la croyait finie et la voilà qui reparaît toujours prête à charmer le monde (29 janvier 1885).

23Cette foi du chroniqueur dans le génie de sa patrie se repère également dans plusieurs allusions à l’histoire des sciences. Noël affirme ainsi : « On doit à la France la conception unitaire de la nature, c’est l’un des premiers points mis en lumière par l’Allemand Haeckel. » Ailleurs il ajoutera que la traduction des œuvres d’Haeckel « en notre langue précise et concise [acquiert] une clarté qu’ils n’ont pas dans la leur ». Dans le « Loisir » du 1er juin 1874 on trouve cette affirmation encore plus lapidaire à propos des Allemands : « L’écrasement est, en toute chose, leur système. »

24Les Anglais sont à peine moins dévalorisés. Critiquant par exemple les jardins comportant des espèces peu variées mais aux tons éclatants, Noël déclare que la mode en « passera vite comme tant d’autres modes disgracieuses venues du pays de la monotonie, c’est-à-dire de Londres. Le goût français, le goût de la variété infinie reprendra le dessus » (29 avril 1874).

25Au-delà de l’affirmation de sa triple foi républicaine, laïque et nationaliste, Noël précise parfois sa conception d’une société idéale qui pratiquerait des formes d’autarcie, et en même temps serait assise sur de solides cellules familiales. Là encore, pour Noël, les plantes et les animaux constituent souvent des modèles à suivre. Tout d’abord, Noël vante fréquemment la petite culture maraîchère : « Ce que rapporte la culture des radis, je ne le sais pas, mais le chiffre vous en surprendrait certainement. Rien de productif comme les petites industries agricoles, aussi bien celles qui s’appliquent aux bêtes que celles qui s’appliquent aux plantes » ; et de formuler dans la foulée un curieux reproche à l’auteur des Chouans : « Balzac, en vue de s’enrichir, se mit un jour à cultiver les ananas. Ce beau roman le ruina. Que ne cultivait-il radis, raves, cresson ? » (17 novembre 1880).

26Quant aux mœurs de certains animaux, Noël les présente comme exemplaires d’altruisme et de dévouement familial : « Le renard est, en famille, pour tout ce qui l'entoure, plein d’attention et de cordialité ; il aime à donner aux siens l’abondance et la joie. Le père, la mère font ensemble, avec habileté, l’éducation des enfants. » Les pies de leur côté « font de leur nid une vraie forteresse où l’on s’aime, où Ton rit, où l'on cause » ; et façon générale dans les nids des alouettes, chardonnerets et fauvettes on pourrait inscrire, selon Noël : « Ici l’on aime, ici l’on chante ; famille, amitié, sociabilité, patrie, beaux-arts, industrie, nous avons tout cela. » Le chroniqueur du Journal de Rouen, qui accorde beaucoup d’importance aux valeurs familiales et amicales, les projette à l’évidence sur le monde animal, tout en inversant inconsciemment la situation, puisqu’il conseille à ses lecteurs de s’inspirer souvent des mœurs pratiquées par la faune qui leur est familière :

Le bostryche attaque l’arbre imperceptiblement par sa partie supérieure, il y perce un petit trou, pénètre jusqu’à l’aubier et là se creuse pour lui et pour ses amis, mâles et femelles, un lieu de réunion où se feront noces et festins ; les couples, une fois mariés [Noël ne met pas de guillemets !], se mettent à l’œuvre, percent des galeries, des chambres pour y déposer leurs œufs ; c’est à l’organisation de ces chambres que l’insecte déploie son génie. Il faudra de l’air aux petits, de la lumière, de l’espace (17 novembre 1881).

27Chez le merle, on « ne nourrit pas seulement les petits, on les soigne, on les nettoie, on les morigène, on les instruit, on leur fait à mi-voix mille petits discours ; enfin les voilà qui s’envolent, les voilà qui mangent seuls. C’est alors que le père, mieux que jamais, reprend ses concerts ; il a maintenant pour l’entendre tout un auditoire, il instruit sa nichée en ce bel art musical » (19 novembre 1884). Au contraire, Noël fustige les cailles :

Le mariage, si cher aux autres oiseaux, leur est inconnu. Toutes les femelles appartiennent à tous les mâles ; c’est une promiscuité honteuse, aucun lien de famille. [...] Pas l’ombre d’un sentiment moral, tout pour le ventre, rien pour la famille. Aucun autre souci que de s’engraisser et de se tenir au chaud ; les cailles vivent les trois quarts de l’année dans un immonde célibat, célibat qui n’est rompu quelques jours au printemps que par un furieux méli-mélo sans pudeur (12 septembre 1885).

  • 11 Michelle Perrot, « La famille triomphante », dans Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire (...)

28On constate ainsi clairement chez Noël une certitude naïve, proche de la pensée de certains socialistes utopiques, ou surtout de celle de Frédéric Le Play (La Réforme sociale en France, 1864) selon laquelle la structure familiale est consubstantielle à toute organisation sociale, générant automatiquement une sorte de solidarité ou de morale universelle11.

Un positivisme spiritualiste à la portée de tous

29Dans ses chroniques Noël rend à la science des hommages réguliers et sincères. Il salue à plusieurs reprises avec satisfaction la création de sociétés ou de journaux de vulgarisation à destination des campagnes. Rousseauiste, donc méfiant à l’égard des études abstraites trop précoces, il est adepte en revanche de ce que nous qualifierions de « formation permanente » : « L’étude, peu hygiénique dans les premières années, devient au contraire, pour l’âge mûr, un cordial excellent » (23 juin 1873). Noël considère que zoologie et botanique sont des sciences spécialement utiles, les plantes en particulier étant source de richesses infinies.

30Lui-même n’ayant pas suivi d’études scientifiques poussées, reste souvent allusif sur le terrain de la biologie et plus généralement des sciences exactes, mais aime vulgariser lorsqu’il s’en sent capable. Le journaliste rouennais se plaît par exemple de temps à autre à fournir à ses lecteurs quelques précisions savantes d’ordre étymologique. Ainsi traitant du « tussilage », Noël juge utile d’indiquer que ce nom vient du latin tussim agere, à cause, précise-t-il, de ses propriétés béchiques, ce qui lui fournit derechef l’occasion de signaler ses compétences linguistiques en donnant l’origine grecque de cet adjectif (4 novembre 1872). Plus ambitieusement Noël se lance parfois dans des développements concernant les théories toutes récentes de Darwin, reprises par son disciple Haeckel, sur l’évolution des espèces.

31Toutefois, parallèlement à cette révérence réitérée à l’égard de la science, de manière un peu paradoxale Noël valorise aussi souvent, pour connaître la nature, la démarche empirique. Il va même parfois jusqu’à revendiquer une démarche anti-intellectualiste, exprimant une claire méfiance à l’égard de l’étude en cabinet. Rappelons d’abord à ce propos que l’auteur (fictif) de ces chroniques didactiques, est un jardinier, le père Labêche. Dans plusieurs textes on trouve la conviction selon laquelle il est impossible de bien connaître la nature si l’on ne vit pas au milieu d’elle. Noël valorise, en matière de sciences naturelles, l’expérimentation hors laboratoire, opérée avec des outils rudimentaires, voire même le simple contact direct, générateur à ses yeux non seulement d’observations mais aussi d’intuitions pertinentes. Notre chroniqueur dénigre à plusieurs reprises les classements savants, et va jusqu’à prétendre le 7 novembre 1877 que l’étude des plantes n’en est encore qu’à ses balbutiements :

90 sur 100 de nos plantes, même les plus communes, telles que la mercuriale annuelle, sont encore vierges de toute étude réellement scientifique. La botanique les a rangées par classes, genres et familles ; mais qu’est-ce qu’une botanique qui s’en tient au classement ? Le classement est le vestibule de la science, mais ce n’est pas la science.

32On trouve aussi, à propos de ceux qui cherchent à catégoriser les espèces : « Le moindre jardinier en sait plus que lui, et nous en dira plus aussi sur la vie végétale. »

33Noël ne se contente pas de se glorifier périodiquement, quant à lui, de n’avoir introduit, dans les « Loisirs », ni classement, ni méthode ; il va jusqu’à préconiser une sorte de « révolution culturelle » avant la lettre, affirmant :

La science n’atteindra cette grandeur pratique et populaire (qui consiste à pénétrer les secrets des plantes) qu’à la condition de s’étendre des académies aux ateliers, aux champs et aux chaumières. Alors, pour savoir ce que sont vraiment le cerfeuil et le persil, il n’y aura qu’à interroger le premier maraîcher qui se présentera (30 juin 1873).

34Noël lui-même, par moments, semble tenir pour quasiment inutiles ses nombreuses lectures : « Et sur le fond des choses, j’en savais autant à vingt ans qu’aujourd’hui » (3 septembre 1882). À l’égard de la faune et de la flore, Noël magnifie fréquemment l’approche fusionnelle et empathique, sans craindre l’anthropomorphisme. Ce qui est important en histoire naturelle, à ses yeux, c’est avant tout de connaître les mœurs des animaux, et non par exemple leur structure anatomique.

  • 12 Voir Angèle Kremer-Marietti, Le Positivisme, Paris, PUF, « Que sais-je », 1982 ; Georges Chabert, (...)

35Finalement, Eugène Noël, dans les descriptions qu’il propose des êtres vivants comme de leur évolution, se révèle disciple d’Auguste Comte12 (1798-1857). Il a lu quelques textes essentiels de l’auteur du Cours de philosophie positive (1830-1842), mais surtout est imprégné inconsciemment de sa pensée, grâce aux médiateurs qu’ont pu être dans ce domaine des personnalités comme Elisée Reclus. Pour Auguste Comte, en effet, la connaissance doit reposer avant tout sur l’observation de la réalité, et non sur des savoirs qui seraient détenus a priori. Le positivisme représente donc une forme de systématisation de l’empirisme. Un autre point de vue de Comte est adopté par Noël avec enthousiasme et sans distance critique, à savoir qu’en matière scientifique les antagonismes finissent toujours par s’effacer et l’unanimité se dégager. Noël déclare ainsi :

L’œuvre d’un Napoléon peut périr sous la coalition des puissances étrangères, l’œuvre des Lamarck et des Geoffroy Saint-Hilaire ne compte que des alliés et des continuateurs, même chez l’étranger, même chez l’adversaire politique. Sous tous les régimes et chez tous les peuples, ce qui ne s’arrête, ni ne recule, ni ne transige, c’est la science [1er juin 1874 ; Noël néglige ici le fait que des grands savants contemporains ont défendu des systèmes différents, que Cuvier, par exemple, a combattu les théories de Lamarck].

36Enfin la pensée de Comte intègre à partir de 1846 une forme de spiritualisme, n’entretenant certes que peu de rapports avec les grands monothéismes, mais plongeant en revanche ses racines dans le culte de la Raison et de l’Être suprême apparus à l’époque de la Convention. Comte crée donc à la fin de sa vie une espèce de religion de l’humanité, sans référence à un dieu précis, qui voue un culte aux grands hommes. On l’a vu, Noël, de même, abrite constamment ses Loisirs sous la protection de quelques grands « génies ». À l’instar de Comte il considère qu’il faut rechercher le « comment » des choses et non leur « pourquoi », car l’explication universelle de la nature est une utopie relevant de la métaphysique. Mais Noël considère aussi que la vie est une : « Les deux grands règnes organiques ont entre eux tellement de points communs [...] que jamais les classificateurs n’ont réussi à bien s’entendre sur le point précis où s’opère la séparation. » Donc impossible d’être, selon Noël, seulement spiritualiste ou seulement matérialiste :

Ces mystères, le grand, le sage, le divin Pantagruel lui-même ne sut autrefois que répondre. [...] Toute matière ne nous a-t-elle pas été montrée vivante, agissante, transmuable à l’infini, mais impérissable, indestructible, éternelle ? (27 juin 1882).

Venez avec moi regarder vivre la moindre des plantes, la moindre des bestioles, venez observer sous le microscope la plus simple cristallisation et vous comprendrez qu’Esprit, Vie et Matière ne font qu’un. Nous admirons ce grand Un, sans trop chercher à le définir encore (2 juillet 1884).

  • 13 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 19 décembre 1884 (cerfs), 9 juin 1883 (méloé), (...)

37Cette croyance en l’unité profonde du monde vivant fait paradoxalement surgir sous la plume de l’athée souriant et tranquille qu’est Noël de multiples expressions relevant du vocabulaire religieux, et là encore il rejoint Auguste Comte : à propos des cerfs il évoque le « miracle » de leurs bois qui chaque année tombent et se renouvellent ; « miracle » encore, cette fois de prévoyance maternelle, à propos du gros insecte noir qu’est le méloé, « qu’on est bien en droit d’appeler la prévoyance divine » ; observant une mouche faisant naître des galles à partir de la sève d’une branche, il se déclare, en présence d’un tel spectacle, « saisi d’un respect qui va jusqu’à l’adoration » ; vivre à la campagne, c’est au total, selon Noël, recevoir un « bain d’âme13 ».

  • 14 Collectif, « Le monument d’Eugène Noël », Lecerf, 1905.

38En 1879 Noël devient, poste envié, bibliothécaire de la ville de Rouen, grâce notamment à la recommandation du sénateur Édouard Charton, qui dirige alors Le Magasin pittoresque, revue à laquelle collabore notre « paysan-philosophe ». Noël reste cependant pigiste au Journal de Rouen, mais ralentit un peu le rythme des « Loisirs », d’autant qu’il doit en 1887 organiser le déménagement de la bibliothèque, installée jusque-là à l’hôtel de ville, dans les nouveaux bâtiments conçus pour elle rue Restout. En 1898 Noël quitte enfin ses fonctions de bibliothécaire, retrouve son jardin de Bois-Guillaume, et décède un an plus tard. Il était devenu à la fin de sa vie une personnalité rouennaise très connue, et un comité rassemble donc rapidement des fonds pour ériger un buste en son honneur au jardin des plantes. L’inauguration de la statue, le 22 octobre 1905, a lieu devant une nombreuse assistance. Le président du comité, le naturaliste Henri Gadeau de Kerville, tout en rendant hommage avec finesse à Noël, décèle bien à quel point le climat intellectuel est en train de se modifier au tournant du siècle : « Dans sa vieillesse, il avait encore cet optimisme et cette foi dans l’avenir qui manquent un peu dans nos temps voilés de pessimisme et d’incertitude14. »

39En effet Noël a profondément cru au progrès, et c’est cette foi qui ressort peut-être le plus nettement de la lecture des 700 « Loisirs », à côté de son émerveillement continuellement exprimé face à la complexité et à la beauté de la nature vivante. Ce journaliste fort lu, en particulier des Normands de condition relativement modeste, a permis au Journal de Rouen d’élargir son audience en direction des campagnes, ce qui explique sans doute que la direction du quotidien ne se soit séparée que tardivement d’un collaborateur dont les écrits, pourtant, apparaissaient de plus en plus dissonants avec sa ligne éditoriale, laquelle évoluait vers la droite conservatrice.

40Quant à la lecture complète du Journal de Rouen à l’époque où Eugène Noël y est rédacteur (1861-1888), elle révèle une réelle habileté de la part de la direction à maintenir une rubrique culturelle (informelle) passablement contestatrice pendant la période autoritaire du Second Empire. La lourde censure politique tend même à transformer parfois les articles culturels (par exemple l’épisodique « Bibliographie ») en vecteurs de critique feutrée du régime.

  • 15 Voir Marc Martin, La Presse régionale, IIe partie, Paris, Fayard, 2002, p. 137-208.

41Une analyse plus complète et plus approfondie du proto-journalisme culturel au sein du principal quotidien rouennais conduirait à évoquer d’autres plumes (non professionnelles) s’exprimant dans ses colonnes, tel le musicologue Amédée Méreaux, le futur directeur du musée de Cluny Alfred Darcel, ou encore les archéologues Eustache de La Querrière et l’abbé Cochet. On constate ainsi que le discours culturel du Journal de Rouen est polyphonique, ce qui a le double avantage pour lui de camoufler quelque peu les propos les plus contestataires, donc d’endormir la méfiance gouvernementale, et d’autre part de s’adresser à des couches larges de la population, à une époque de concurrence et de volontarisme dans la conquête du lectorat15 ; rappelons une dernière fois à ce sujet que Noël présente l’originalité de s’adresser, sur le plan culturel, au monde rural, même si ce n’est pas exclusivement. Il serait éclairant par ailleurs d’évoquer la personnalité et l’action de Charles Beuzeville, ancien ouvrier devenu poète (édité) puis journaliste, et rédacteur en chef du Journal de Rouen pendant plus de trente ans (1849-1881). Il serait utile, enfin, de mener une approche comparative avec les autres quotidiens rouennais de l’époque, comme Le Petit Rouennais né en 1878, orienté beaucoup plus à gauche, et qui lui aussi propose des articles à tonalité culturelle, en particulier sous la signature d’Edmond Spalikowski.

  • 16 Les Loisirs du père Labêche, éd. Pigoreau, 1891 (cette édition comporte une centaine de « Loisirs  (...)
  • 17 « Loisir » du 23 juin 1873.

42Dans un paysage journalistique assez riche, Rouen éditant vers 1885 quatre quotidiens et plusieurs périodiques, les « Loisirs du père Labêche », on espère l’avoir montré, constituent une rubrique originale, puisque certes dédiée au jardinage, mais, au-delà de ce thème, foisonnante en références diversifiées : scientifiques, littéraires ou politiques, toutes bien révélatrices du climat culturel dominant au début de la IIIe République. La chronique de Noël connaît d’ailleurs un réel succès ; preuve en est sa longévité, mais aussi l’édition très précoce, dès le vivant de Noël, d’une sélection des meilleurs « Loisirs16 », et enfin des nombreuses lettres émanant de lecteurs que l’auteur recevait, et auxquelles il répondait parfois dans le Journal de Rouen. Noël, de son côté est heureux d’écrire et d’être publié. Inconsciemment, il semble rêver de rédiger un « texte total » : tout à la fois informatif en divers domaines (sciences naturelles, économie domestique, littérature...) et éducatif sur le plan civique, un texte qui resterait par ailleurs distrayant, grâce à la légèreté et la gaieté du style employé. Habité d’une frénésie de lecture à une époque où le livre devient bon marché, Noël rêve de posséder une culture encyclopédique : « J’ai eu toute ma vie du goût pour les livres, j’en achetai et j’en achète encore : livres de science, de poésie, d’histoire, recueils de toutes sortes, grammaires, dictionnaires, traductions17. »

  • 18 Mais Noël connaît-il Marx ? Les œuvres et la pensée de Marx ne touchent guère encore le grand publ (...)

43Sans toujours choisir entre eux, ce qui suscite sous sa plume quelques contradictions et même parfois des erreurs, Noël apparaît influencé par plusieurs des courants intellectuels dominants de son siècle, y compris dans leur éventuelle dimension éthique ou artistique : romantisme (émotion constante devant la nature, glissant inconsciemment quelquefois vers le panthéisme), socialisme utopique, anarchisme proudhonien, positivisme... Seul le marxisme semble lui rester étranger18, et Noël récuse d’autre part toutes les idéologies exprimant rejet et même seulement réticences à l’égard de 1789. Noël exprime enfin dans ses écrits, en filigrane, une conviction récurrente et profonde, qui transcende les catégories sociales et révèle les multiples traumatismes générés par la révolution industrielle, à savoir que la terre, elle, ne « ment » pas ; un thème promis, on le sait, à une grande longévité, pour le meilleur et pour le pire.

44En dernier ressort, Eugène Noël apparaît, au fil de la lecture des nombreux articles dont il est l’auteur, un esprit syncrétique, miroir modeste, mais somme toute assez fidèle de la richesse des références culturelles que peut posséder un « honnête homme » en province, s’il est partisan de la république. L’étude de sa riche personnalité fait aussi saisir à quel point le journalisme culturel possède des racines anciennes et diversifiées en Normandie.

Notes

1 Il n’existe pas actuellement d’ouvrage de synthèse concernant Eugène Noël. Parmi les rares travaux ponctuels à son propos, signalons la très intéressante étude de Marie-Renée Morin, « Autour d’Eugène Noël bibliothécaire à Rouen à la fin du XIXe siècle », dans Précis analytique de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen, 2003 (Eugène Noël a en effet été nommé bibliothécaire de Rouen en 1879) ; Marie-Renée Morin a utilisé, pour cette recherche, le riche fonds manuscrit Dumesnil-Michelet, déposé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

2 Pour avoir une vue générale de la révolution industrielle dans la région de Rouen, se reporter à Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Privat, 1978. Alain Alexandre a étudié plus spécifiquement la vallée du Cailly au XIVe siècle, voir notamment « L’évolution de la vallée du Cailly (1850-1914) », Études Normandes no 252, 3e trimestre 1972, mais aussi les diverses monographies de communes dont il est l’auteur pour cette partie de l’agglomération rouennaise.

3 Sur ce sujet voir de Claude Bouhier et René Bruneau, « évolutions de la Ligue de renseignement à Rouen », Bulletin de la société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2004.

4 Voir Loïc Vadelorge, Rouen sous la IIIe République ; politiques et pratiques culturelles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 68. L’ouvrage, de façon générale, traite des attentes culturelles des habitants de la métropole rouennaise, à l’époque où Eugène Noël était rédacteur au Journal de Rouen.

5 Joseph Lafond, un « horsain » né dans la Loire, a été secrétaire du vicomte de Meaux, ministre de l’Agriculture et du Commerce en 1874-1875, poste dans lequel il s’initie à la politique contemporaine ; il devient ensuite journaliste. En 1882 il entre au Journal de Rouen comme rédacteur en chef (à cette époque le Petit Rouennais, nouvellement fondé, se révèle un rude concurrent), et il va progressivement orienter le quotidien vers le centre-droit, avant d’en devenir directeur par héritage en 1900.

6 Voir Marie-ève Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes, Journalisme et littérature au XIVe siècle, Nouveau monde éditions, 2004.

7 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 17 novembre 1881 (monde des insectes), du 20 avril 1878 (grillon), du 12 mai 1873 (les guêpes).

8 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 19 juillet 1883 (hyménoptères), 16 août 1876 (pie), 26 juin 1879 (chardonneret en cage), 23 février 1884 (insectes), 1er janvier 1883 (cyclamen).

9 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 27 décembre 1873 (renard) et 5 janvier 1874 (loup) ; Heurteauville est le lieu fictif, campagnard mais proche de Rouen, où habite le père Labêche, auteur des « Loisirs ».

10 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 5 janvier 1885 (sœur Anne), 6 juin 1874 (barbeaux), 19 juillet 1883 (XVIIIe siècle ; l’esprit puissant auquel Noël fait allusion est Gœthe), 4 novembre 1872 (tussilage), 20 février 1879 (merle), 1er juin 1874 (Révolution française), 7 novembre 1877 (XIXe siècle).

11 Michelle Perrot, « La famille triomphante », dans Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Seuil, t. IV, 1987, p. 93-103.

12 Voir Angèle Kremer-Marietti, Le Positivisme, Paris, PUF, « Que sais-je », 1982 ; Georges Chabert, Un nouveau pouvoir spirituel : Auguste Comte et la religion scientifique, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004.

13 Citations émanant respectivement des « Loisirs » du 19 décembre 1884 (cerfs), 9 juin 1883 (méloé), 23 février 1884 (mouches), 19 avril 1886 (la nature est un bain d’âme).

14 Collectif, « Le monument d’Eugène Noël », Lecerf, 1905.

15 Voir Marc Martin, La Presse régionale, IIe partie, Paris, Fayard, 2002, p. 137-208.

16 Les Loisirs du père Labêche, éd. Pigoreau, 1891 (cette édition comporte une centaine de « Loisirs », classés chronologiquement). Par ailleurs à partir de la fin des années 1880, des « Loisirs » sont publiés dans diverses revues comme Le Magasin pittoresque, Le Journal de la ferme, La Vie à la campagne, La Vie littéraire, Le Journal illustré ou Le Journal de Vagriculture.

17 « Loisir » du 23 juin 1873.

18 Mais Noël connaît-il Marx ? Les œuvres et la pensée de Marx ne touchent guère encore le grand public dans la décennie 1880 ; voir Pascal Ory (dir.), Nouvelle Histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1993, p. 345-356·

Auteur

Agrégée d’histoire, ancienne élève de TENS – Sèvres, elle est directrice de l’Institut de préparation à l’administration générale (université de Rouen), directrice de la revue Études Normandes, membre du comité de rédaction de la revue Le Temps des médias. Elle est également missionnée par le pôle image de HauteNormandie pour élaborer un site bilingue d’histoire comparée Haute-Normandie – East Anglia à partir des films amateur collectés depuis 1920. Parmi ses travaux récents, on peut signaler : Alain et Rouen (1900-1914), en collaboration avec Emmanuel Blondel et Loïc Vadelorge, Rouen, PTC, 2007 ; ainsi que « La reconstruction de Rouen à travers les médias : l’exemple de Paris-Normandie », dans le cadre d’un colloque de 2010 intitulé La Reconstruction de la Normandie et de la Basse-Saxe après 1945 : enjeux, réalités, représentations (à paraître).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search