Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

La critique littéraire dans la presse berrichonne d'Indiana aux Névroses

Claire Le Guillou

Texte intégral

1Châteauroux et le Berry sont décrits par George Sand et par Maurice Rollinat comme une ville et une région peu sensibles à toute culture, voire antilittéraires.

2Le poète Maurice Rollinat, qui n’était autre que le fils d’un des meilleurs amis de la romancière, dressait un triste portrait de sa ville natale en 1866.

  • 1 Maurice Rollinat, correspondance générale, Claire Le Guillou (éd.), thèse Angers, 2004, t. I, p. 12

À Châteauroux, le public n’a pas de sujet de conversation. À cause de la monotonie de son existence et de la pauvreté de son imagination, il est fort heureux d’éplucher un jeune homme et de déblatérer sur son compte. [...] J’ai dû lutter à Châteauroux contre l’ennui qui allait me surprendre. Sans mes tendances poétiques, sans mon amour de l’idéal, j’aurais sombré. J’aurais ressemblé à « mon public1 ».

3Malgré ce constat amer, Les Névroses de Maurice Rollinat, franc succès littéraire et éditorial en 1882-1883, furent largement reçues par la presse berrichonne, alors que 50 ans plus tôt, en 1832, le premier roman de George Sand, Indiana, n’avait pas même eu l’honneur d’une ligne dans cette même presse. Lélia, publié l’année suivante et qui avait pourtant suscité une très vive polémique dans la presse parisienne ne fut gratifié que d’un seul article, et encore dû à la plume d’un fidèle ami de George Sand.

Les années 1830 : l’ère des prémices

  • 2 Nous entendons ici par presse berrichonne presque exclusivement les périodiques du département de l (...)

4Dans les années 1830 la presse berrichonne2 n’est guère florissante. Plusieurs périodiques paraissaient dans le département de l’Indre : Les Affiches de Châteauroux, Les Affiches de la Châtre, Les Affiches du Blanc, Les Affiches d’Issoudun, Le Journal de l’Indre, La Revue de l’Indre et La Revue du Cher et de l’Indre. Signalons également le Journal du Cher et la Gazette du Berri.

5Les Affiches, comme leur nom l’indique, sont des feuilles d’annonces à caractère judiciaire et notarial. Elles comportent en général quatre pages et étaient publiées deux fois par semaine. En plus des annonces, figuraient quelque fois des articles consacrés aux événements locaux et quelques publicités. La place réservée aux Lettres dans ces diverses publications est donc quasiment inexistante dans les années 1830. Inutile de chercher à chaque numéro la rubrique « feuilleton » et encore moins celle de la « critique littéraire ».

6Le problème n’est donc pas tant celui de la réception de l’œuvre sandienne que celui de la réception de l’œuvre littéraire en général. Cependant, de loin en loin, le nom de George Sand apparaît dans les colonnes de la presse berrichonne. C’est d’ailleurs l’un des seuls noms de romanciers, pour ne pas dire le seul, qui revient régulièrement. Il s’agit d’une réception plus que timide, cependant l’apparition de George Sand sur la scène littéraire parisienne amorça une certaine familiarisation du lecteur avec le fait littéraire et fit naître, quelque minuscule soit-il, un espace de critique littéraire.

7En l’état actuel de nos recherches concernant les années 1830, nous avons recensé plus d’une quinzaine d’articles de types et d’intérêts très différents : ceux qui relèvent du « fait divers » et ceux qui relèvent du « fait littéraire ».

  • 3 Les Petites Affiches de La Châtre du 11 mai, le Journal du Cher du 23, 28 et 30 juillet et la Gazet (...)

8Cinq de ces articles rendaient compte du procès en séparation de Mme Dudevant en 18363, sans guère plus de commentaires, si ce n’est dans certains cas une note signalant que Mme Dudevant n’est autre que George Sand.

9Quant au Journal du Cher du samedi 12 octobre 1839, il donnait à lire à ses lecteurs sous la rubrique « Nouvelles diverses » un entrefilet consacré au voyage de la romancière dans le Midi et à des rumeurs de conversion.

On lit dans une feuille légitimiste de Lyon : « On assure que Georges Sand, qui a passé il y a peu de temps par notre ville, se rendant dans le Midi, est sur le point d’entrer dans un monastère de la Trappe, près d’Aiguebelles. Cette démarche inattendue est, dit-on, le résultat de longues conférences qui ont eu lieu entre l’auteur de Lélia et un ecclésiastique distingué de Paris. On ajoute que ce digne prêtre, qui ne fut pas étranger à la velléité de repentir qui nous valut, il y a deux ans, les Letres à Marcie [sic], publiées dans le Monde, prépare à l’église le retour d’un de ses enfants qui, après l’avoir soutenue de son éloquence, l’a si vivement contristée. »

10Puis, l’installation du « fait littéraire » et de la présence sandienne se signalent par la publication d’encarts publicitaires. L’un d’eux constitue l’une des premières occurrences du nom de George Sand. Il fut publié dans Les Petites Affiches de La Châtre du 29 septembre 1833. Il annonçait la possibilité de louer chez le libraire Arnault Indiana et Lélia pour 10 centimes le volume. Nous en avons collationné un second, toujours publié dans Les Petites Affiches de La Châtre, daté du 3 mai 1838. Il annonçait la possibilité de louer Le Dernier Aldini et Les Maîtres mosaïstes, toujours chez Arnault. Arnault n’était pas seulement libraire à La Châtre, il était également et surtout le propriétaire, le gérant et l’imprimeur des Petites Affiches de La Châtre. Par ce type de pratique, Arnault voit immédiatement le profit qu’il peut tirer, mais par ce biais, il manifeste également son soutien à George Sand. Les positions sandistes de ce journal, fort peu littéraire par ailleurs, se manifestent également par la publication d’hommages en vers ou en prose consacrés à la romancière. Le premier, en vers, fut publié le 13 avril 1837, le second, en prose, le 11 janvier 1838 sous le titre « à George Sand », et signé L. A. :

George Sand! Ô grand roi! Pour te chanter, il faudrait la lyre d’or que plaça sur ton berceau le séraphin qui vint présider à ta naissance.
Pour s’agenouiller au pied de ton trône, il faudrait pouvoir revêtir une forme céleste et avoir dans la bouche une hymne digne de toi. Faible enfant, je n’ai point de lyre... et je sais à peine bégayer. Mais l’admiration a dans mon cœur une voix retentissante et cette voix ose s’élever jusqu’à toi, car elle espère que tu ne dédaigneras pas le faible tribut qu’elle paye à ton talent.
Que ta mission sur la terre me semble belle, ô George Sand ! Face à face avec les idées de l’époque, tu luttes contres elles avec l’arme du génie. Dans ta vaste pensée tu as construit un monde, et à ce monde, il faut que tu lui donnes des fondemens assez forts pour qu’il résiste au souffle de dix-huit siècles de préjugés.
Va, continue, George Sand, ta tâche est noble et tu l’accompliras. Dieu par la pensée... que t’importent les vains cris qu’ose lancer contre toi l’envie ou l’ignorance, vils serpens qui, trop bas pour apprécier le talent, le ternissent de leur souffle impur. Chaque attaque qu’ils dirigent contre toi est un fleuron de plus qu’ils attachent à la couronne qu’a placée sur ta tête l’immortalité. L’immortalité... ils voudraient peut-être par leurs ridicules propos t’en fermer l’entrée. Mais Lélia est trop belle : et ses paroles sont tellement sublimes, quelle désarme jusqu’à la calomnie. Oui, je l’espère, George Sand, un jour viendra où sur le linceul des préjugés s’élèvera le monde de tes pensées. Alors plus de doute, plus d’envie, plus d’ignorance, à la mer battue par le flux et le reflux des idées, aura succédé la mer calme et tranquille, et l’étoile de George Sand servira dès lors de guide à toutes les générations naissantes et à naître.

11Une autre production littéraire due encore à la plume de L. A. publiée le 28 décembre 1837 faisait référence à George Sand, non sans une certaine malice. Cette variété, qui a pour titre « Est-ce une femme ? Est-ce un démon ? », est le récit d’une conversation masculine au sujet d’une femme. La scène entre ces deux hommes, qui se prénomment respectivement Jules et Alfred, se termine ainsi :

Jules allait sans doute répliquer, lorsque l’arrivée d’un troisième jeune homme qui vint se placer à leur table, donne un autre cours à la conversation, alors je me retirai convaincu que cette belle pensée exprimée dans les pages sublimes de George Sand, pouvait bien s’appliquer à cette femme : tu es un ange ou un démon, mais tu n’es pas une créature humaine.

12La Revue de l’Indre sous-titrée Journal de progrès publia également une épître en hommage à George Sand d’un poète berrichon du nom de Michel Berton le 7 mars 1839. Cette épître est adressée à « la gloire littéraire de notre département ». Ces types de production, souvent de piètre qualité littéraire, qui figurent dans les rubriques « Variétés » ou « Poésies », font en quelque sorte double emploi : création littéraire et critique littéraire. D’emblée, ce tout jeune journal, fondé le 17 janvier 1839, se plaçait lui aussi sous des auspices sandiennes. Vu la ligne éditoriale de ce journal en matière littéraire, il apparaît que, dès 1839, rendre hommage à George Sand en Berry relève du sens commun. Comme nous le verrons, George Sand n’en attendait d’ailleurs pas moins de sa terre d’élection.

13La critique littéraire fait vraiment figure de parent pauvre. Un certain L. C. le déplorait dans un article intitulé « Les critiques de petite ville » publié dans Les Petites Affiches de l’Indre du 26 mars 1835 :

Il y a de quoi rire de bon cœur à entendre les critiques littéraires des petites villes jeter le feu d’un sot verbiage sur les œuvres qu’il [sic] ne comprennent pas. Les noms des Victor Hugo, des Lamartine ne sont même pas exclus de leur polémique. C’est comme le chant du cygne parodiant celui du rossignol. Le grand siècle des arts et des lettres (le siècle de Louis XIV), est, ma foi, pour eux très extraordinaire. Rien n’est sans défauts, et ce sont eux qui désignent du doigt, eux qui n’ont jamais rien appris.
– Prenons pour exemple notre ville, à nous, ville de lumières au dire de quelques-uns,
– non des gens sensés.
Il y a quelque années, une jeune femme à pensées élevées, génie qui sommeillait depuis long-temps, se réveilla tout-à-coup de sa léthargie, prit un essor d’aigle et parut, au premier vol, entourée d’une brillante auréole. Idées audacieuses, jugement souvent profond, style rempli de poésie, imagination féconde, rien ne lui manquait. C’était un réformateur hardi que Dieu avait donné au siècle, mais dont le siècle ne profitera pas, parce qu’il ne reconnaît la valeur des grandes choses que lorsqu’elles ont été détruites. Eh bien ! le génie de cette femme, le génie de George Sand fut nié par ses compatriotes. Il fallut à La Châtre le sceau de la France entière pour lui faire comprendre que ce nom-là serait un trésor dans ses annales. Et encore en est-il qui ne veulent pas l’avouer. Pauvres gens ! frottez-vous donc les yeux si alourdis par le sommeil, vous ne voyez pas clair ; frappez-vous donc de verges pour donner de l’activité à votre intelligence inerte ! – Mais aussi je vous dirai comment se compose, ordinairement, cette gent aristarque : Un étudiant en droit d’abord. Celui-là, le chef, le fashionable aux grands airs, à la barbe bien peignée, qui a intérêt à se faire remarquer pour trouver plus promptement une femme richement dotée ; puis un huissier d’audience, qui sait, en littérature, toutes les formules des actes judiciaires ; puis un clerc d’avoué, qui sachant racler de méchants airs sur un méchant violon, se croit excellent musicien et peut-être un homme de lettres. Puis un ex-séminariste au ton mielleux, qui récite à merveille des actes de contrition ; puis un autre ex-séminariste, éloquent rhéteur qui ne parle pas français ; puis encore... Oh ! je m’arrête : j’allais parler de ces dames ; et les dames sont, pour moi, des êtres privilégiés que l’homme doit soutenir comme le chêne soutient le lierre qui l’enlace de ses faibles rameaux ; aimer comme l’âme de son âme, parce qu’elles partagent avec lui les misères et les joies de la vie.
Profonds et spirituels aristarques, n’est-ce pas, que l’étudiant en droit, l’huissier-audiencier, le clerc d’avoué dilettante et les séminaristes à l’air bénin ? Pauvres malheureux ! retournez donc à la poussière de vos dossiers, à vos formules judiciaires et à vos prières d’hypocrites. Vous êtes là dans votre élément, vous pouvez le parcourir en tous sens sans voir vos forces s’affaiblir. Mais n’en sortez pas, n’essayez pas une lutte sur un autre terrain ; vous vous sentiriez découragés avant d’entrer dans l’arène, vous tomberiez au premier choc humiliés et meurtris. – Et ne croyez pas que je sois sévère. Je ne dis pas encore tout ce que je pense. Quand on se permet de s’ériger en critique, on ne jette pas de vagues paroles au vent. Il y a, pour recevoir toutes les pensées, des feuilles qui se lisent partout : dans le cabinet de l’homme de lettres, dans l’étude du procureur et même chez l’épicier. Eh bien ! si l’on se sent la force de jouter, l’on doit livrer ses pensées à la publicité, elles font décider du mérite ou de la sottise de l’auteur. Et, dans les deux cas, elles ne peuvent nuire à la littérature. Elles montrent, au contraire, une juste appréciation des œuvres que l’on a jugées, ou l’absurdité des raisonnemens que l’on a développés pour les louer ou les combattre.
Quelques personnes croiront peut-être se reconnaître dans les portraits que j’ai tracés. Mes paroles auront dû leur paraître un peu acerbes. – J’en suis extrêmement fâché. Mais cela ne m’empêchera pas de blâmer sans pitié toutes les fois que je pourrai le faire avec raison. C’est un moyen assez efficace pour corriger d’une morgue insolente ; pour enlever à tous ces infiniment petits esprits la présomption dont ils sont pétris. C’est aussi un grand service à leur rendre, et dont ils me remercieront s’ils le jugent à propos.

14Les débuts littéraires de George Sand furent largement commentés et firent un certain bruit à La Châtre et dans ses environs, mais les critiques restèrent effectivement à l’état de vagues paroles au vent, à deux exceptions près cependant.

15Le premier article de critique littéraire signé C. D. avait été publié dans la Revue du Cher et de l’Indre le 10 septembre 1833. Il s’agit d’un article dû sans aucun doute à la plume de Charles Duvernet, grand ami de George Sand. L’autre article de critique littéraire est l’œuvre d’Alexandre de Saint-Chéron publié dans Le Journal de l’Indre les 17, 21 et 24 octobre 1835. Cet article n’émane pas du terreau local. Il s’agit de la reprise d’un article parisien d’une rare virulence publié dans la Revue du Progrès social d’octobre 1834. Alexandre de Saint-Chéron éreinte la romancière et fait un réquisitoire sévère contre son roman Jacques. George Sand et son entourage s’en offusquèrent vivement.

16Le 9 novembre 1835, elle n’hésitait pas à écrire au directeur du Journal de l’Indre. Elle ramenait de suite le débat littéraire sur un plan régional :

J’abandonne à la critique tous mes défauts littéraires et toutes les obscurités de mon raisonnement. Mais dans cette province, qui est ma patrie d’adoption, je défends à tout adulateur des abus de la société, de me choisir pour holocauste, lorsqu’il lui plaît d’offrir un hommage aux puissances qu’il veut se rendre favorables, soit pour se faire un nom, à défaut de talent, soit pour obtenir quelque protection dans ce monde qui se paie souvent de déclamations à défaut de preuves [...]
Si la franchise de ce démenti l’offense, mon sexe ne me permettant pas de lui donner, ou plutôt de lui demander réparation, j’institue mon défenseur tout mien compatriote, homme de cœur et de conscience qui se trouvera devant lui.

17Cette lettre sera insérée dans le Journal de l’Indre du 18 novembre 1835. Préalablement, François Rollinat avait même pris la peine de rencontrer le directeur de ce journal. Il rendait compte de cette visite à la romancière le 14 novembre :

J’ai vu le gérant du journal, qui insérera ta réponse, ainsi qu’il l’annonce dans celui de samedi dernier : cela n’a pas souffert la plus petite difficulté ; il repousse toute participation à la rédaction de l’article, qu’il déclare extrait du Progrès social, journal de Paris : je lui ai reproché la publication de cet article diffamatoire, dans un pays qui est le tien, et où tu devrais trouver partout respect et déférence : il m’a répondu qu’on l’avait imprimé sans le lire, comme cela arrive souvent.

18Les diverses publications que nous avons recensées dans la presse des années 1830, ainsi que la réaction de George Sand et de son entourage nous amènent à faire plusieurs constats. Le fait littéraire n’était pas ou n’aurait pas été l’objet d’un grand soin. La critique littéraire émane en partie de la presse parisienne et n’est reprise que dans la mesure où elle appartient au terreau local. Ainsi, dès la fin des années 1830, George Sand est déjà revendiquée comme faisant partie du patrimoine littéraire berrichon, car elle fait figure de faire-valoir pour une région défavorisée. Cependant, de manière paradoxale, la présence de George Sand dans l’horizon littéraire berrichon ne favorisa guère la critique littéraire. Ses positions par rapport à la critique pourraient en être la cause. Elle fut toujours sceptique quant au bien fondé de la critique littéraire. De plus, elle espérait être prophète en son pays. Au premier article de critique littéraire lui étant hostile, elle n’hésita pas à monter au créneau, à jouer de son statut de femme et même à se montrer menaçante. Le duel dans le monde littéraire était encore couramment pratiqué et George Sand avait déjà trouvé un fervent défenseur en la personne de Gustave Planche. Le 27 août 1833, le célèbre critique s’était battu en duel contre Capo de Feuillide en réponse à un article consacré à Lélia qu’il jugeait insultant. Fruit du hasard ou résultat de l’avertissement sandien, force est de constater que par la suite nous n’avons recensé qu’un seul article de critique littéraire. Les articles qui lui furent consacrés relèvent alors du simple fait divers ou de la critique théâtrale.

Les années 1840 : l’ère de la collaboration

19Dans les années 1840, nous avons recensé seulement 6 articles ou citations consacrés à George Sand. Les Petites Affiches de La Châtre, fidèles à elles-mêmes, publièrent le 30 juillet 1840 une publicité pour la location de Cosima et un article, teinté d’ironie et de malice, inséré le 19 août 1841 rendant compte d’un bal ayant eu lieu chez la romancière.

20Puis, dans L’Éclaireur, Henri de Latouche chanta les louanges de George Sand à deux reprises. Le 11 janvier 1845, il publiait un long hommage versifié à George Sand, puis défendait vaillamment le Meunier d’Angibault le 27 décembre 1845.

21On n’en attendait pas moins de celui qui avait lancé George Sand en littérature et d’un journal fondé sous des auspices sandiens. Le 17 novembre 1843, elle expliquait à son fils la nécessité de créer un journal d’opposition.

  • 4 George Sand, Correspondance, Georges Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1969, t. VI, p. 284.

Je suis dans la politique jusqu’au cou. Nous dressons des listes, nous faisons des comptes, des aperçus. Nous réussirons à faire un journal de localité. C’est là, le résultat de Fanchette. Le journal de l’Indre, ministériel, attaque et insulte. On n’a pas d’organe pour lui répondre. Donc s’écrie tout le monde, il en faut un. Il faut un journal d’opposition, et tout le monde se réveille, et tout le monde est prêt à souscrire4

  • 5 Ibid., p. 303-304.

22Le « tout le monde » répété à plusieurs reprises par George Sand n’est autre qu’elle-même et cinq de ses amis berrichons de longue date : Charles Duvernet, Gabriel Planet, Alexis Duteil, Alphonse Fleury, fuies Néraud. L’acte de fondation de L’Éclaireur eut lieu le 27 novembre 1843, lors d’un dîner organisé à Nohant : « Ce soir, j’ai eu à dîner Planet, Duteil, Pleury, Néraud et Duvernet. C’était la réunion décisive pour la fondation et le baptême de l’Éclaireur de l’Indre. C’était le comité de salut public5. »

23Deux jours plus tard, elle envoyait à Charles Duvernet une lettre circulaire définissant son rôle dans le journal et les missions qu’il se donnait. Elle prône la « décentralisation ». Elle n’hésite pas à affirmer : « Il y a nécessité urgente à décentraliser Paris, moralement, intellectuellement et politiquement. » Elle n’oublie pas non plus la mission littéraire de ce journal :

Littérairement, ce serait encore une œuvre intéressante à tenter. Paris a passé son niveau un peu froid, un peu maniéré sur toutes les âmes, sur tous les styles. Chaque province a pourtant son tour d’esprit, son caractère particulier ; cet effacement est regrettable. Ne serait-ce pas une sorte de rénovation littéraire que de voir tous ces éléments variés de l’intelligence française concourir, sous l’inspiration de l’idée commune, de la pensée nationale, à élever un monument où chaque partie aurait sa valeur originale et distincte ? L’héroïque Breton, le Normand généreux, le Provençal enthousiaste, et le Lyonnais éminemment synthétique, n’ont-ils pas chacun leur manière de sentir, leur forme d’expression, leur lumière individuelle pour ainsi dire ?
On croit peut-être que nous n’avons pas notre couleur, nous autres ? On se tromperait fort. Le Berrichon simple dans ses manières, calme dans son langage, mais d’humeur indépendante et narquoise apporterait, dans la circulation des idées, cet admirable bon sens qui caractérise le cœur de la France.

  • 6 Lettre de George Sand à Alphonse Fleury vers le 25 décembre 1843. « Le Directoire du National s’est (...)

24Les réactions ne se firent pas attendre, les problèmes, les discordes et les irrésolutions non plus. Dès le mois de décembre, la presse régionale et nationale se fit l’écho de la naissance de L’Éclaireur6. Puis après cette période d’euphorie, le comité de salut public fut confronté aux dures réalités d’une telle entreprise : trouver un rédacteur en chef et un imprimeur. George Sand fait figure de général de bataille. Les initiatives sandiennes sont nombreuses, elle expose ses plans au reste du comité de salut public, tente de les rallier à ses positions, tout en faisant constamment acte de soumission et d’humilité. Son rôle est donc complexe et ambigu, Faute de pouvoir exercer toute son influence politique sur la ligne éditoriale du journal, elle annonce alors qu'elle se cantonnera à y publier de la littérature.

  • 7 14 septembre 1844. Lettre d’introduction au fondateur ; 28 septembre 1844 : « Les ouvriers boulange (...)

25Elle ne publia pas moins de 17 articles dans L’Éclaireur7. Un grand nombre d’entre eux ont une teneur politique, cependant elle publia quelques textes littéraires, rendit compte de la parution de quelques ouvrages et salua l’entrée de Sainte-Beuve à l’Académie Française. Elle s’était même réservé le droit dans un de ses contrats de publier un de ses romans en feuilleton dans L’Éclaireur.

  • 8 Dans la presse berrichonne, elle n’écrit pour ainsi dire que de l’article nécrologique consacré à s (...)

26Sa collaboration à L’Éclaireur a un caractère tout à fait exceptionnel, elle participe à un journal local, mais elle y collabore réellement comme dans un journal parisien, tant sur le plan politique que littéraire. Elle ne se plie guère au moule local, comme dans ses autres publications dans la presse berrichonne8. Dans L’Éclaireur, le nom de George Sand a toute sa dimension politique et littéraire.

  • 9 George Sand, Correspondance, op. cit., t. VI, p. 700.
  • 10 14 septembre 1844 : « Le Néflier » (Les Agrestes) ; 30 mai 1846 : traduction de Guillaume Tell, IV, (...)

27Un autre grand nom vient collaborer à ce journal et lui conférer toute sa dimension littéraire. Il s’agit du berrichon Henri de Latouche. Il avait proposé d’écrire un article par trimestre sur la littérature et les arts, une sorte de revue des nouveautés objectives9. Sa présence fut beaucoup plus modeste. Il y publia quelques poésies et traductions10, ainsi que quelques articles de critique littéraire. Le 29 mars 1845, il consacrait quelques lignes à Vigny, le 27 décembre 1845, c’était au tour de Balzac. Un article consacré à Henri de Latouche signé E. Marguerin vit également le jour dans L’Éclaireur le 7 juin 1845.

28Le fait littéraire et la critique littéraire sont présents dans L’Éclaireur de manière notable, cependant certains lecteurs déplorèrent l’absence de dimension littéraire de cette publication. Pierre Lefauve, dans un article intitulé « Première lettre d’un anabaptiste du Magné à Pierre Leroux », publié dans Le Représentant de l’Indre du 3 novembre 1848, s’exprimait en ces termes :

Force donc m’a été donnée de me retirer dans une petite habitation entre le Magné et la Mare au diable. J’étais loin de m’attendre à voir cette sale Mare au diable, les délices des mes canards et de mes oisons, acquérir la célébrité qu’elle a obtenue par le roman de votre illustre amie ; aussi est-il, que quand on m’a fait lire cette admirable création poétique, je me suis senti de tout cœur pour l’auteur qui métamorphosait à son gré du si laid en si beau, et quand des hauteurs de Corlet on m’a montré bien loin dans la vallée noire, le toit luisant de son habitation, je me suis prosterné, et quand on m’a dit que cet habile romancier allait éclairer le monde par un journal littéraire et politique publié à La Châtre, je me suis bien vite abonné pour quatre ans ; et j’ai été émerveillé non de sa littérature (le journal en a été déshérité), mais de sa politique socialiste par laquelle l’auteur promettait le bien-être et le bonheur pour tout le monde, il y a bien mon voisin, espèce de philanthrope à humeur chagrine qui disait que s’il y avait aussi loin de la réalité aux promesses sociales, que de la Mare au Diable de nos oisons, à celle du roman, il y aurait à déchanter au bout du compte.

29L’Éclaireur ne paraissait plus depuis le 22 juillet 1848. Cette tentative de décentralisation politique et littéraire fut finalement un échec. Certains articles de la presse berrichonne l’invitaient à revenir tout purement et simplement à la littérature. Le Représentant de l’Indre du 9 janvier 1849 la rappelait à l’ordre en ces termes :

Que ce nom de romancier nous rappelle de doux et charmants souvenirs, que d’heures délicieuses passées, Madame, à lire vos ravissantes créations, et quelle douleur pour nous de voir l’auteur d’André, de Mauprat, de Valentine, de toutes ces histoires pleines de grâce et de force, écrites surtout avec cette magie du style, et ces élans passionnés qui les rendent inimitables.
Quelle douleur pour nous de voir cet astre qui a rayonné si longtemps sur l’horizon de notre époque, s’abîmer et disparaître dans la politique de la Montagne, pour laquelle ce gracieux et poétique talent était si peu fait.
Oui ! tout est bien fini, ce n’est plus au compagnon adoré de nos jeunes années, qu’il faut penser, en nommant Georges Sand, c’est au politique aux idées paradoxales, aux théories inapplicables qu’il faut répondre.
Les utopies, lorsqu’elles sont développées par d’aussi grands esprits, deviennent dangereuses, et ce n’est pas trop d’avoir pour soi le bon sens et la raison quand il faut lutter contre l’auteur d’Indiana.
Nous, qui avons pris une mission d’éclairer le Peuple, que tant d’autres cherchent à égarer, nous allons essayer de répondre à l’article de madame Georges Sand.

30Dans ces années 1840, le profil des périodiques déjà existants ne changea guère. Mais, l’apparition de L’Éclaireur, journal d’opposition, changea le panorama de la presse berrichonne. Il se mit à occuper les espaces vacants laissés par les autres périodiques, entre autres tout le pan littéraire. L’expérience de L’Éclaireur montre bien que le problème littéraire est intimement lié au problème politique. Un journal d’une mouvance socialiste prônant la nécessité d’éclairer le peuple se doit nécessairement d’avoir une ou des rubriques littéraires. D’ailleurs en Berry, les journaux qui favorisent le fait littéraire furent plutôt des journaux de gauche. Par ailleurs, cette expérience journalistique démontre que la critique littéraire ne pouvait exister en Berry à cette époque que si elle était assurée par des écrivains, exerçant le journalisme à Paris, faisant en quelque sorte un journal parisien en province. George Sand par sa participation active à L’Éclaireur n’était plus seulement une figure dont le Berry pouvait s’enorgueillir, mais un acteur de la vie politique et littéraire de la région. Ceci semble expliquer pour une bonne part le fait que le nom de George Sand disparaît quasiment des autres périodiques berrichons et que l’on voit apparaître une certaine hostilité vis-à-vis de George Sand, hostilité systématique dans Le Représentant de l’Indre.

Les années 1850-1860 : l’ère théâtrale

31Après la disparition de L’Éclaireur, la présence de la romancière devient plus vivace que jamais dans la presse berrichonne. Revenue du journalisme politique, elle se tourna vers le théâtre, genre littéraire, selon elle, plus propre à porter ses idées et à les diffuser.

32C’est à cette même époque que le théâtre prend son essor en Berry et plus particulièrement à La Châtre. En 1847, Charles Duvernet y avait fondé une société dramatique et un nouveau théâtre y voyait le jour en 1851. La direction de ce théâtre est assurée par un certain Tournade, proche de la mouvance politique de George Sand. Dès l’ouverture du théâtre, Tournade décide de monter une pièce de George Sand, Claudie. Il contacte la romancière, lui et sa troupe viennent répéter sur le théâtre de Nohant. Bocage quitte même Paris pour venir jouer avec cette troupe de province le 23 mars 1851. Cette représentation permet à George Sand de renouer avec la ville de La Châtre qu’elle traitait de « réac » et qu’elle boudait depuis 1848, suite à des manifestations politiques antisandiennes.

33La pièce Claudie fut annoncée les 13 et 20 mars dans L’Écho de l’Indre. La semaine suivante ce même journal rendait compte de la représentation. Le compte rendu se montre élogieux. Par contre, dans Le Représentant de l’Indre, journal exclusivement politique, Arthur Ponroy dans un entrefilet exécute rapidement la pièce en quelques lignes.

34Les années 1850-1860 voient donc l’envol de la critique théâtrale en Berry, cependant là encore la plupart des articles de critique théâtrale sont consacrés à l’œuvre sandienne, mais toujours dans la mesure où ses pièces sont jouées dans la région. Cet élément indique à nouveau que le fait littéraire n’est vraiment recevable dans la presse berrichonne que dans la mesure où il appartient à la sphère locale.

35En 1853, la presse berrichonne rendait compte du Pressoir. Il s’agit d’un article signé C. Jus, pseudonyme de Félix Aulard, ami de George Sand et maire de Nohant. Cet article fait en quelque sorte double office, il rend compte à la fois de la représentation parisienne du Gymnase dont la première a eu lieu le 13 septembre, et de la représentation qui avait eu lieu à Nohant quelques mois auparavant le 29 juillet. Félix Aulard ne rend compte de l’événement parisien que dans la mesure où il constitue d’abord un événement régional. George Sand se montra sensible à cet article comme l’atteste sa lettre à Félix Aulard, cependant elle regrette qu’il puisse se faire le relais d’un certain nombre d’objections émises sur son œuvre.

36En 1857, L’Écho de l’Indre du 12 juin se contentait d’annoncer Mauprat. L’année suivante, il était question de Lucie. En 1862, Maître Favilla était annoncé le 1er août et Claude Rouet sous la signature « un touriste » rendait compte de la pièce et de l’événement le 8 août. L’année suivante, le nom de George Sand revenait à nouveau dans les colonnes de critique théâtrale, au sujet d’une pièce de Cadol, jouée à La Châtre et qui serait en quelque sorte un plagiat de George Sand.

37Puis en 1864, la presse berrichonne rendit largement compte du Marquis de Villemer tant sur le plan parisien que régional. Nous avons recensé pas moins de cinq articles consacrés à cette pièce. Dans la rubrique « Nouvelles et faits divers », L’Écho de l’Indre du 4 et du 11 mars 1864 rend compte de l’agitation que cette pièce produit dans le quartier latin. Deux autres articles se font les échos de représentations locales, l’un dû à la plume de Gustave Grandin publié dans Le Journal du Cher du 7 avril 1864, et l’autre publié dans L’Écho de l’Indre du 15 avril 1864. Le seul article qui ait une approche franchement littéraire est un article de Gustave Grandin, cette fois-ci publié dans une revue, la Revue du Berry d’avril 1864. Gustave Grandin y compare le roman et la pièce.

38Si la critique théâtrale fleurit dans la presse berrichonne des années 1850-1860, l’espace littéraire quant à lui ne connaît guère d’évolution. Nous avons recensé les sempiternels articles de « faits divers ». L’Écho de l’Indre du 6 octobre 1854 signalait qu’à Nohant Maurice Sand avait organisé une célébration de la prise de Sébastopol. Dans la même veine, Le Moniteur de l’Indre du 15 décembre 1868 annonçait le baptême du petit-fils de George Sand.

39Là encore, nous n’avons recensé qu’un seul article consacré à l’œuvre romanesque de George Sand. Il s’agit à nouveau d’un article signé Claude Rouet consacré à Narcisse. Mais là encore il n’est question de cette œuvre que dans la mesure où elle peut s’inscrire dans le cadre régional. Claude Rouet présente ce roman comme un roman à clef. Sous le personnage de Narcisse se cache une figure bien connue des Castrais Louis Yvernault.

40En 1862, la publication de La Sorcière de Michelet amène des commentaires. C’est-à-dire la publication le 19 décembre 1862 dans L’Écho de l’Indre d’une lettre de George Sand qui faire part de ses impressions de lecture à l’auteur. Cette lettre avait déjà été publiée dans La Presse, L’Opinion nationale et Le Phare de la Loire du 9 décembre. Là encore force est de constater que le fait littéraire n’apparaît dans la presse berrichonne que dans la mesure où George Sand intervient.

41Puis, la critique littéraire connaît un petit frémissement. Dans les années 1860, deux journaux voient le jour dans le département de l’Indre. L’un d’eux a un titre des plus trompeurs L’Indre littéraire. Malgré son nom, il n’a de littéraire que le titre. La critique littéraire en est absente. Il s’agit en réalité d’un journal catholique, qui porte aux nues l’abbé Gratry, fustige Renan et se contente en matière littéraire uniquement de rendre compte de la commission de colportage. Le 29 mars 1864, ce journal signalait que : « La commission de colportage a refusé à l’unamité [sic] l’estampille à l’édition populaire de la Vie de Jésus. L’estampille a été refusée également à Mlle la Quintinie et au Maudit. » Un autre périodique vit le jour à Bourges en 1863, il s’agit de la Revue du Berry, à laquelle collaboraient G. Grandin et P. Audebrand. La critique littéraire est largement représentée dans cette publication. Malheureusement, elle disparut en 1864.

42Puis, à la fin des années 1860, dans L’Écho de l’Indre apparaît de manière très sporadique et très timide une rubrique intitulée « Bibliographie ». Elle rend compte par exemple de Dominique de Fromentin ou de Kosta de Cherbuliez.

Les années 1870-1880 : l’ère de l’expansion

43Cette expansion littéraire perdura durant la décennie suivante. Les années 1870 verront la disparition de George Sand en juin 1876. À cette occasion, la presse locale publia de nombreux articles nécrologiques. Certains constituent pour une fois de vrais articles de critique littéraire où l’œuvre de George Sand est discutée. Les journalistes se penchent enfin sur l’évolution de son œuvre et sur son style. Quelles que soient les restrictions émises, ils saluent cette « gloire » et lui réaffirment leur « éternelle reconnaissance » pour avoir tiré le Berry de son obscurité. M. Périgois résume bien le rôle et l’influence qu'elle exerça sur ce pays.

  • 11 L’écho de l’Indre du 16 juin 1876.

Avant elle, oublié sinon déshérité, il s’ignorait lui-même. Elle lui a appris à se connaître, à s’estimer à sa véritable valeur. Avec ce profond sentiment de la nature que, par une tradition ininterrompue, elle associait au style éloquent de J.-J. Rousseau, son premier modèle, inspirée par ses souvenirs d’enfance, elle a su comprendre et traduire le charme de nos vallées silencieuses, la grâce naïve de nos traditions rustiques et le sentiment populaire dans son langage primitif et ses plus fraîches poésies. Elle a ramené vers lui cet attrait de curiosité qui se détournait ailleurs, non sans une commisération quelque peu dédaigneuse. Et comme l’initiative du génie est contagieuse dans ses élans, elle a suscité du même coup l’attention et les efforts des esprits sérieux. À travers le prisme de ses tableaux, on a regardé, puis réfléchi. Enfin, on est venu, et la prospérité matérielle a suivi le visiteur. N’est-il pas juste de reconnaître qu’en plus d’une occasion, l’influence de cette royauté du talent n’a pas été inutile au développement devenu plus rapide de notre contrée qui lui paie enfin aujourd’hui une longue dette de reconnaissance11.

44La présence de George Sand se trouvait en quelque sorte légitimer toutes les entreprises un tant soit peu littéraires en Berry. En tout cas, toutes les entreprises un tant soit peu littéraires s’inscrivaient plus ou moins sous des auspices sandiennes. Les quelques créations de journaux et de revues dans les années 1870-1880, ainsi que les débuts littéraires de Maurice Rollinat en sont des exemples flagrants.

  • 12 Il s’agit de la revue Le Bas-Berry, dont le premier numéro vit le jour le 15 janvier 1875. Jules Nu (...)

45Les événements politiques du début des années 1870 n’avaient guère favorisé les préoccupations littéraires. Cependant Adolphe Nuret qui vient de fonder en 1871 le Progrès du Centre à Châteauroux sollicita la collaboration de George Sand, qui ne donna pas une suite favorable à cette demande. Quelques années plus tard, en 1875, le fils Nuret, fondait à son tour une revue12. Contacté par fuies Nuret, Maurice Rollinat faisait part de cet événement à sa mère le 29 décembre 1874 :

  • 13 Maurice Rollinat, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 260-261.

J’ai reçu dernièrement une lettre de Nuret Jules qui me demande ma collaboration pour la revue qu’il veut fonder dans le département. Je n’ai pas refusé. Il est toujours bon de se faire connaître dans son pays natal des personnes un peu littéraires. On m’appréciera peu ou point. Cela m’est égal, pourvu que mon nom circule. Un jour viendra, je l’espère où mes plus amers détracteurs (car, j’en ai déjà, chose bizarre !) seront les premiers à reconnaître qu’en somme ils n’ont pas réussi à me décourager, et que mes vers si morbides qu’ils soient, ont trouvé de fervents admirateurs chez les maîtres actuels de la poésie. Je vous assure ma chère maman, que ce n’est pas l’orgueil qui me fait écrire ces lignes. J’ai de l’amour-propre, mais je suis dépourvu de vanité. Et la preuve, c’est que j’ai toujours soumis humblement mes élucubrations poétiques à ceux qui voulaient bien m’entendre et me donner ensuite leur avis sincère. Je n’ai pas la prétention d’être suave ni parfait, et pourtant Théodore de Banville m’a dit que j’avais le devoir et la faculté de l’atteindre, si je le voulais. Je suis très humble, mais j’ai le sentiment de ma valeur artistique, et jamais les médiocres ne me feront avaler que je suis un des leurs. J’ai envoyé à Nuret pour être insérée dans son premier numéro la pièce des « Arbres » que Mme Sand aime particulièrement.
Tous les mois, j’enverrai quelque chose : prose ou vers, mais toujours dans une note calme et reposante. Je médite un long article en prose en l’honneur de George Sand, cette gloire intellectuelle du Berry. Cette œuvre me sera pénible, car bien qu’enthousiaste de certaines idylles qu’elle a créées, je ne suis pas fou, tant s’en faut, des romans de Mme Sand. Je les trouve écrits trop facilement, et les thèses qu’ils servent à soutenir gâtent le pittoresque qu’ils ont parfois, je l’accorde, mais un peu mièvre, jamais étrange, et rappelant toujours des aquarelles de femme. Elle n’est pas raffinée, encore moins paroxyste, et sa pensée rarement originale n’est jamais condensée dans une phrase obsédante où les mots comme des reliefs magiques arrêtent l’œil du lecteur et le forcent à contempler leur architecture.
Enfin, je ferai pour le mieux, et j’espère qu’elle sera contente13.

46Cet extrait de lettre résume à lui seul l’atmosphère littéraire de l’Indre dans les années 1870 : les publications à caractère littéraire prennent de l’essor, mais se placent toujours sous le patronage sandien.

47La critique littéraire demeure malgré tout encore très timorée. Ainsi, en 1877, aucun journal berrichon ne rendra compte du premier recueil poétique de Maurice Rollinat intitulé Dans les brandes, qui était pourtant dédié à George Sand. La presse parisienne ne l’avait d’ailleurs pas fait non plus. Ceci explique peut-être cela !

48Par contre, en 1882-1883, la presse parisienne rendit très largement compte du phénomène Rollinat et de ses Névroses. La presse locale emboucha elle aussi les trompettes de la renommée.

49Quatre journaux rendirent compte de cet immense événement littéraire qui secouait déjà toute la presse parisienne depuis de nombreux mois : Le Moniteur de l’Indre, Le Journal du Centre, L’Éclaireur du Berry et Le Prisme. À cette époque Le Prisme était une toute jeune revue fondée à Issoudun par un jeune poète du nom de Gustave Bridier, à laquelle collaborait un autre poète berrichon du nom d’Alphonse Ponroy. Gustave Bridier écrivit un très long article très fouillé consacré aux Névroses. Il apparaît comme un défenseur avisé de Maurice Rollinat. L’Éclaireur du Berry s’avère également être un fidèle partisan de l’auteur des Névroses. Ce journal ne publiera pas moins de quatre articles consacrés au poète, sans compter la publication de l’un de ses poèmes intitulé « L’Allée de peupliers » le 18 février 1883. Il faut signaler que Léonce de La Berthellière qui ne consacra pas moins de deux articles à Maurice Rollinat, était un de ses amis de longue date. Par ailleurs, le soutien littéraire que ce journal apporta à Maurice Rollinat est intimement lié à ses positions politiques. Là encore, il apparaît que les journaux républicains de gauche sont plus enclins à œuvrer pour la littérature.

50A contrario, le Journal du Centre, qui ne publia qu’un seul article, jugeant vraisemblablement que la messe était dite, se montra particulièrement hostile au poète. Avec une ironie féroce, il concluait son article en ces termes : « Son talent (car il a du talent) est de même nature que celui du fameux caricaturiste aujourd’hui à Bicêtre. Maurice Rollinat finira-t-il comme André Gill ?... » Quant au Moniteur de l’Indre, qui fut pourtant le premier à parler de Maurice Rollinat, sa position était beaucoup moins nette et tranchée. Le premier article publié était la reprise d’un article de Gustave Livet publié dans le Voltaire particulièrement favorable au poète. Le second article intitulé « Chronique parisienne – M. Maurice Rollinat » publié le 2 décembre 1882 et dû à la plume d’un certain Lucas affiche une vraie hostilité, dissimulée derrière un rappel au bon sens.

51Quant au dernier article, il s’agit à nouveau d’un emprunt à la presse parisienne. L’auteur n’est autre que le fameux critique Charles Monselet qui ne se prive pas d’exprimer un jugement sévère sur l’œuvre de Maurice Rollinat.

52Il faut cependant souligner qu’une telle foison d’articles consacrés à un poète est parfaitement exceptionnelle, tant à Paris qu’en province.

53La réception de Maurice Rollinat montre à la fois la grande évolution du « fait littéraire » et de la critique littéraire dans la presse berrichonne, et ses limites. L’étude de la presse berrichonne et de la réception de l’œuvre sandienne à partir de 1830 fait état d’une absence presque totale de la critique littéraire, mais d’une expansion du fait littéraire. George Sand par la seule évocation de son nom créa un espace littéraire en Berry et cristallisa une identité littéraire berrichonne dont elle devint l’emblème. Elle permit à cette région de revendiquer un caractère littéraire. C’est à ce titre que fut discutée l’œuvre de Maurice Rollinat, car il appartenait à la sphère sandienne et berrichonne. Néanmoins, l’indépendance régionaliste n’est pas encore bien marquée, car la presse berrichonne ne consent à discuter cette œuvre que dans la mesure où Paris a déjà annoncé les mérites du poète. Cependant la « Bataille des Névroses » en Berry marque la seconde étape importante dans l’histoire littéraire berrichonne en vue de la construction d’une identité littéraire régionaliste qui se construira au fil de publications, telles que Le Réveil de la Gaule, fondé en 1885.

Notes

1 Maurice Rollinat, correspondance générale, Claire Le Guillou (éd.), thèse Angers, 2004, t. I, p. 12.

2 Nous entendons ici par presse berrichonne presque exclusivement les périodiques du département de l’Indre, car nos auteurs étaient liés au département de l’Indre et non pas à celui du Cher. Par ailleurs, les collections de périodiques du Cher que nous avons eu l’occasion de consulter sont par trop lacunaires.

3 Les Petites Affiches de La Châtre du 11 mai, le Journal du Cher du 23, 28 et 30 juillet et la Gazette du Berri du 27 juillet.

4 George Sand, Correspondance, Georges Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1969, t. VI, p. 284.

5 Ibid., p. 303-304.

6 Lettre de George Sand à Alphonse Fleury vers le 25 décembre 1843. « Le Directoire du National s’est déjà prononcé contre notre Éclaireur dans son sanctuaire. Dornès a dit à Duplan qu’il me trouvait folle avec mon idée de décentralisation, qu’il faillait que la province subit le gouvernement de la presse démocratique parisienne, laquelle presse démocratique parisienne n’est ni La Réforme ni la Revue ind[épendan]te, ni ceci, ni cela ; mais le National seul. Il est donc certain que le National nous sera hostile, je dois vous en avertir. » (George Sand, Correspondance, op. cit., p. 335).

7 14 septembre 1844. Lettre d’introduction au fondateur ; 28 septembre 1844 : « Les ouvriers boulangers de Paris » (repris dans Le National et La Réforme du 30 septembre 1844) ; 5 octobre et 12 octobre 1844 : « Lettre d’un paysan de la vallée Noire aux rédacteurs de L’éclaireur », sous la signature de Blaise Bonnin ; 2 novembre 1844 : « Lettre au rédacteur (de la langue d’oc et de la langue d’oil) » ; 9 novembre 1844 : « Lettre au sujet de la pétition pour l’organisation du travail » et « La fauvette du docteur » ; 16, 23 et 30 novembre 1844 : « La politique et le socialisme » ; 7 décembre 1844 : « Réponse à diverses observations » ; 18 janvier 1845 : article sur l’Histoire de dix ans de Louis Blanc ; 15 mars 1845 : préface à la Botanique de l’enfance de Jules Néraud ; 22 mars 1845 : article sur la réception de Sainte-Beuve à l’Académie française (déjà publié dans La Réforme du 3 mars 1845) ; 14, 21 et 28 juin 1845 : « Relation d’un voyage chez les sauvages de Paris » (déjà publié dans Le Diable à Paris, 24e et 27e livraison) ; 4 juillet 1846 : « Le cercle hippique de Mézières-en-Brenne » (repris dans le Constitutionnel du 6 juillet) ; 28 novembre et 5 décembre 1846 : « La vallée Noire ».

8 Dans la presse berrichonne, elle n’écrit pour ainsi dire que de l’article nécrologique consacré à ses amis berrichons défunts en 1836, 1854, 1866 et 1874. Elle ne donna qu’un seul article à caractère littéraire en 1863-1864. Et encore il s’agit d’un sujet régionaliste : « Une promenade dans la vallée Noire ». Elle publia également quelques articles politiques dans L’Écho de l’Indre, Le Travailleur de l’Indre et Le Journal du Cher en 1848, 1849 et 1870.

9 George Sand, Correspondance, op. cit., t. VI, p. 700.

10 14 septembre 1844 : « Le Néflier » (Les Agrestes) ; 30 mai 1846 : traduction de Guillaume Tell, IV, 3 ; 25 juillet 1846 : « Lénora ».

11 L’écho de l’Indre du 16 juin 1876.

12 Il s’agit de la revue Le Bas-Berry, dont le premier numéro vit le jour le 15 janvier 1875. Jules Nuret en était le gérant. Malheureusement, Les Arbres ne furent pas insérés dans le premier numéro de cette revue et Maurice Rollinat n’y collabora pas. Il faudra attendre de nombreuses années avant qu’il ne publie dans la presse berrichonne. Jules Nuret était libraire à Châteauroux, au 72 rue Grande. Son père Adolphe Nuret avait été commis voyageur d’une des principales maisons de librairie de la capitale. Puis le 10 mai 1838, il racheta le brevet de librairie de M. Sainsour (archives départementales de l’Indre, série T 738). Le 5 janvier 1869, il racheta le brevet en imprimerie en lettres à M. Salviac. La même année, il devint également imprimeur en lithographie. Il associa ses deux fils à ses affaires. L’aîné Jules était né à Châteauroux le 26 décembre 1845,1e cadet Émile naquit également à Châteauroux le 19 mars 1847. Le 5 janvier 1881, Alfred-Auguste Majesté remplaça Nuret et fils comme imprimeur en lettres et en lithographie.

13 Maurice Rollinat, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 260-261.

Auteur

Elle a essentiellement consacré ses travaux à Maurice Rollinat, Maurice Sand et surtout à George Sand. Son doctorat (2004) était consacré à la correspondance générale de Maurice Rollinat. Elle a notamment publié Maurice Rollinat. Ses amitiés artistiques (Nantes, Joca Séria, 2003), une réédition critique du roman de Maurice Sand, Callirhoé (Limoges, Les Ardents éditeurs, 2009). Elle collabore au Dictionnaire George Sand à paraître chez Champion en 2011, ainsi qu’à la réédition des œuvres complètes de George Sand dirigée par Béatrice Didier chez Champion : elle se charge en particulier d’Evenor et Leucippe ainsi que des Don Juan de village.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search