Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

La critique théâtrale à Rouen pendant la monarchie de Juillet

Inès Rieul

Texte intégral

1Dans l’ensemble la monarchie de Juillet est une période fructueuse pour l’économie rouennaise et l’aménagement urbain. De ce fait, Rouen devient une étape importante sur l’axe Paris/Londres et exerce une certaine influence économique et artistique sur les autres villes de la région qui n’ont pas toujours de théâtres ou de troupes fixes. La ville, quant à elle, subit l’influence de Paris. Étant proches de la capitale, les spectateurs s’y rendent pour leurs affaires et en font la référence en matière de théâtre. Cela a pour conséquence d’accroître considérablement les exigences et la sévérité du public rouennais qui est déjà redouté par les acteurs et les directeurs de théâtre.

2Le théâtre à Rouen est au centre de toute activité. C’est la principale voire la seule distraction des habitants de la ville et aussi la préoccupation la plus continue des esprits après la grande préoccupation des affaires industrielles pour lesquelles il n’y a jamais de trêve, même au théâtre.

3À partir du XIXe siècle beaucoup de gens vont au théâtre et le nombre de salles augmente. Les nouveaux spectateurs n’ont pas un goût commun : ils ne forment plus un public d’amateurs éclairés et d’honnêtes gens. C’est un public très mélangé. On retrouve cela à Rouen avec le théâtre des Arts et le Théâtre français. Ce qui les différencie principalement ce sont leur réputation et leur public car leur répertoire est sensiblement identique. C’est la qualité de ce dernier qui varie car les moyens au théâtre des Arts sont plus importants. Le théâtre des Arts est un théâtre bourgeois réservé à une classe instruite et aisée qui se veut connaisseuse en matière théâtrale. Le Théâtre français, quant à lui, est le théâtre du peuple et de la petite bourgeoisie qui cherche à imiter la grande mais qui n’a pas les moyens d’aller au théâtre des Arts.

4Le public de Rouen est un public éclairé et connaisseur en matière théâtrale. Il est très au courant de l’actualité artistique de la capitale. Ce développement du théâtre s’accompagne de celui de la presse et du métier de critique qui devient une profession à part entière vers 1830. Les lecteurs deviennent plus nombreux du fait de l’alphabétisation et les prix des journaux sont divisés par deux après 1836. De plus, la participation d’écrivains connus et l’introduction du feuilleton favorisent la fidélisation des lecteurs.

La critique rouennaise

5Le critique rouennais est un critique de métier. Il a pleinement conscience des difficultés de son travail, de son influence et de ses devoirs. La presse rouennaise sous la monarchie de Juillet est abondante, cependant il est possible de distinguer deux journaux (Le Colibri et Le Journal de Rouen) car leur parution est plus étendue par rapport aux autres publications. Le Colibri s’adresse à une élite culturelle assez conservatrice tandis que Le Journal de Rouen touche un public plus large. Nous allons nous intéresser ici à la critique dramatique dans Le Journal de Rouen.

6Les critiques du Journal de Rouen rendent le plus souvent compte des spectacles qui ont eu lieu au théâtre des Arts. Ils s’intéressent également aux débuts des acteurs. On peut noter que les chroniques laissent une grande place aux récriminations du critique par rapport au public. Non seulement il donne ses impressions sur le spectacle mais il raconte aussi les scènes de tumulte et de tapage dues aux spectateurs (les sifflets, les actes de violence, le saccage de la salle, le mécontentement à cause du directeur...) Le public devient lui-même un spectacle comme en témoigne cet article du Journal de Rouen de 1836 :

  • 1 Journal de Rouen, no 133, jeudi 12 mai 1836.

La soirée d’hier a été une des plus orageuses et des plus désordonnées dont les annales du théâtre des Arts aient gardé le souvenir. On n’en est pas venu, grâce au ciel jusqu’à casser et briser le mobilier de la salle, comme cela s’est vu quelquefois, et il y a évidemment progrès dans nos mœurs sous ce rapport : mais quel progrès ? Il n’y a eu de cassé et de brisé que les oreilles des bons citadins que la curiosité avait fourrés dans cette galère [...] Si l’on continue de ce train, nous finirons par être, dans quelques centaines d’années d’ici, un peuple débonnaire et civilisé. En attendant, nous aurons encore à traverser bien des mauvais jours1.

7Dans cet article, le journaliste relate une soirée turbulente au théâtre des Arts et comme à chaque fois qu’il se passe quelque chose d’incompréhensible pour lui comme pour les autres spectateurs, il joue le rôle du narrateur. Son rôle est alors de rapporter ce qui s’est passé dans la salle et non sur la scène.

  • 2 Christian Goubault, La Musique, les acteurs et le public au théâtre des Arts de Rouen, CRDP Rouen, (...)

8Le critique rouennais rend également compte dans ses chroniques des débuts des acteurs. Ces derniers sont très attendus par le public car ils constituent une étape importante de l’année théâtrale. Les débuts des artistes n’existent qu’en province et représentent un événement très important. Pour être définitivement admis, chaque artiste proposé à l’engagement de la troupe doit, quels que soient ses antécédents, accomplir trois débuts dans trois oeuvres différentes. Cette disposition affecte chaque ordre du spectacle, comédie, opéra-comique, opéra, ballet sauf opérette2. Une fois les trois débuts terminés et l’admission prononcée par le commissaire de police, en voilà pour un an : le public n’a plus le droit de se plaindre, l’acteur reçu doit forcément lui plaire, et il lui faut l’endurer jusqu’au renouvellement de l’année théâtrale.

9Au premier abord, on pourrait penser que le critique ne partage pas forcément l’engouement des spectateurs comme on peut le lire dans le Journal de Rouen de 1832 :

  • 3 Journal de Rouen, no 126, samedi 5 mai 1832.

Pour moi, j’ajouterai que la tâche la plus déplorable d’un journaliste de province est d’assister aux ennuyeuses scènes de tapages dont périodiquement les débuts sont l’occasion, d’en dresser le procès-verbal en règle ; qu’apprendre en effet, à ses lecteurs ? qu’on a sifflé, hue, crié, qu’on a fait du tapage, cassé quelques banquettes... Le beau sujet, vraiment, d’article détaillé3 !

10Cette dernière phrase est intéressante par son ton ironique. Elle pose la question de savoir quelles bornes le critique fixe à son champ : critique-t-il le texte, la mise en scène, les acteurs, le public, les mœurs théâtrales ?

11La chronique des spectacles n’occupe pas une place prépondérante dans le Journal de Rouen car elle n’est pas quotidienne. On trouve une à quatre chroniques par semaine. La place et la longueur d’un article sont significatives car elles hiérarchisent les spectacles.

12Les chroniques les plus brèves (cent à cinq cents mots) s’attachent généralement à l’analyse des vaudevilles de moindre importance. Les pièces et opéras qui nécessitent une analyse plus approfondie occupent huit à dix colonnes de feuilleton (environ 2 400 à 3 000 mots).

13Tous les spectacles ne sont pas vus par les critiques. Parfois, la représentation est considérée comme ne méritant pas l’attention du critique et donc du lecteur. Le silence est parfois la pire conclusion apportée à un spectacle car il condamne sans dire pourquoi.

14Quand il s’agit de théâtre ou d’opéra, le critique s’attache à ne juger que trois éléments : l’intrigue, la scène et la salle. Peu d’importance est accordée à l’auteur car sa personnalité, son style ou encore ses particularités artistiques sont ignorés. L’intrigue est résumée pour chaque pièce nouvelle. Ces résumés linéaires occupent la plus grande partie de la chronique. Ils ont pour but d’informer le lecteur ou de remettre en mémoire le spectacle en exposant la fable et le ton, les traits de caractère des personnages et leur allure, donnant ainsi une idée générale du spectacle. En règle générale, plus le résumé est long, moins la pièce est intéressante.

15Concernant les acteurs et les chanteurs, le critique s’intéresse à leur diction, leur capacité à être à l’aise sur scène et à émouvoir le public. Pour définir un bon artiste, le critique a deux critères : le talent et le coeur. Ainsi, un spectacle est réussi si l’artiste maîtrise la technique de son art et s’il arrive à susciter l’émotion du public comme le décrit un journaliste du Journal de Rouen de 1838 :

  • 4 Journal de Rouen, no 99, lundi 9 avril 1838.

Le premier moment de curiosité passé, l’artiste a été tout entier au public, et le public tout entier à lui. On n’a plus calculé, on s’est laissé aller de part et d’autre, et jamais, il faut l’avouer, impression plus profonde, plus large, plus communicative, n’a été produite par un chanteur sur notre scène [...]
Duprez [...] aussitôt qu’il a ouvert la bouche, il se saisit des spectateurs et les mène, quoi qu’ils en aient, de merveille en merveille, jusqu’au délire de l’émotion4.

  • 5 La Dépêche de Rouen et de Normandie, vendredi 2 novembre 1906.

16Le dernier élément cité dans la chronique du critique est le public. En effet, le critique ne manque pas de faire une petite allusion à l’importance, à la composition et aux réactions du public. Ce dernier, accordant une très grande importance au théâtre, apprécie que l’on parle de lui. Il a la réputation d’être particulièrement difficile et il est surprenant de voir que les Rouennais se montrent fiers et entretiennent « cette renommée de Barbe Bleue de l’art5 ».

17Les chroniques du critique rouennais sont des textes argumentés qui proposent une méthode de lecture et de jugement. Quatre critères de jugement peuvent être distingués : l’originalité, la vraisemblance, la bienséance et l’émotion.

18L’originalité d’un spectacle est mise en avant car elle est le résultat d’un effort de créativité. Elle rend la pièce insolite et apporte un charme particulier que le spectateur ne rencontre pas habituellement.

  • 6 Le Colibri, no 102, jeudi 20 avril 1837.

19La vraisemblance est le critère le plus utilisé. La vraisemblance est présente quand elle atteint l’illusion parfaite de la réalité et que les personnages ont une certaine épaisseur psychologique. Plus la vraisemblance est présente, plus les spectateurs éprouvent de la sympathie pour les personnages. Une identification est alors possible et l’émotion suscitée permet de toucher directement le public et de lui enseigner des idées morales. Le théâtre est certes un divertissement permettant aux spectateurs de se détendre de leur journée de travail mais c’est aussi un « grand instrument de civilisation6 ». Pour que tout cela fonctionne il faut évidemment que l’illusion théâtrale et la vraisemblance soient parfaites.

20Le dernier critère de jugement tient de l’affectif car l’émotion produite sur le critique indique immédiatement la qualité de la pièce. Il arrive que le critique ne se fie qu’à son affectivité et à sa subjectivité. De plus, comme il est au milieu du public, qu’il en fait partie, il ressent l’émotion qui règne dans la salle. Ainsi, il peut positionner son jugement par rapport à celui du public.

21Dans le Journal de Rouen, le critique utilise deux systèmes de jugement : le jugement par affirmation et le jugement par comparaison à une autre oeuvre. Le jugement par affirmation est le plus utilisé. Il considère le spectacle pour luimême. En fonction des éléments loués ou blâmés, le journaliste affirme si la pièce vaut le déplacement ou pas. Le jugement par comparaison avec une autre pièce est plus rare car il trahit la difficulté du critique à juger un spectacle indépendamment de tout modèle. Cependant il lui permet d’attribuer une valeur au spectacle en fonction d’un souvenir et d’une expérience idéale de l’art qu’il a déjà rencontrée. Les comparaisons entre spectacles du même genre permettent au critique de constituer une échelle de valeurs sur laquelle viennent se placer les oeuvres critiquées.

22Le critique utilise donc plusieurs critères pour juger un spectacle et informer les spectateurs. Ces derniers ont besoin de cet avis pour se forger leur propre opinion. Cependant, le critique rouennais n’est pas toujours en position de force face à ses lecteurs. En effet, la proximité de Paris, de ses théâtres et de ses journaux peut nuire à son travail.

Le critique défenseur et pédagogue

23L’existence des acteurs de province est précaire et souvent très pénible. Elle diffère de celle de leurs confrères parisiens qui ont la possibilité de connaître le succès. De plus, ils ont le droit à la reconnaissance, à l’estime et aux conseils des gens de l’art les plus distingués. Paris étant la référence en matière de théâtre, ils ont la chance de connaître un succès que la province ne peut pas toujours leur donner.

  • 7 Florence Naugrette, « La province à l’école : Les acteurs parisiens en tournée en province (1800-1 (...)

24L’acteur serait le « serviteur » du théâtre. Face à un public difficile, à des critiques qui le jugent, les moyens pour progresser et améliorer ses conditions de travail sont minimes. Nous l’avons dit, les comédiens se forment sur le tas. Les seuls moyens pour acquérir plus de connaissances sont, comme le mentionne Florence Naugrette dans son article intitulé « La province à l’école : les acteurs parisiens en tournée à Rouen7 (1800-1851) », la venue des artistes parisiens à Rouen car l’acteur provincial doit faire preuve de talent pour être à la hauteur de l’artiste parisien et les critiques quelque peu « pédagogiques » que les journalistes adressent aux artistes.

25Le critique a pour fonction première de juger les spectacles et les acteurs afin de guider le public dans ses choix. Mais on peut aisément remarquer qu’il ne se limite pas à ce simple rôle. En effet, du fait de son expérience et de son autorité, il est fréquent de voir qu’il s’octroie une autre fonction : celle de pédagogue. De ce fait, ses chroniques ne sont plus seulement le compte rendu des spectacles auxquels il a assisté. Les évocations de représentations sont délaissées pour laisser place à des rubriques visant à conseiller les acteurs, le public mais aussi les directeurs de théâtre.

26Le public a besoin du critique mais ce dernier ne veut pas se limiter à un rôle de « secrétaire ». Il a une ambition qui lui semble beaucoup plus noble : il veut « éduquer » les spectateurs, les cultiver. Certains journalistes se défendent de façonner le goût du public à leur image et de l’influencer dans ses jugements. Ce qu’ils veulent, c’est l’amener à une critique autonome. C’est ce qu’explique un critique dans un article adressé au directeur de La Revue de Rouen qui s’intitule « Les journalistes et le public » :

  • 8 Revue de Rouen, t. I, 1833, 5 janvier 1833.

C’est du théâtre surtout que nous nous occuperons avec goût et plaisir ; [...] avec un ardent désir de progrès [...] Car si le théâtre n’est pas l’école des moeurs, du moins il en est la peinture, et, comme tel, on peut encore concourir à les diriger et les polir. Quand nous sonderons la pensée d’un ouvrage quelconque, nous nous attacherons donc plus à sa pensée artistique qu’à sa doctrine [...]
À mon sens, la plus sûre manière de faire avancer les arts, ce n’est pas de critiquer ceux qui les cultivent, c’est d’agir sur le public.
En général, les artistes pensent plus et sentent mieux que la masse qui les juge [...] aussi, dans chacun de vos avis, le public trouve un enseignement, son intelligence grandit, son goût se forme en même temps que ceux de l’artiste ; ils s’entendent, ils marchent d’un pas égal, et l’art prospère8.

27Le rôle de pédagogue se manifeste autrement en ce qui concerne les acteurs ou les directeurs de théâtre. Quand le critique veut conseiller un artiste, il s’adresse directement à lui dans son article. En général, il s’agit de conseils sur le jeu de l’acteur, sur sa présence sur scène. Le critique prend en quelque sorte le rôle du metteur en scène, il peut reprocher à un acteur de ne pas avoir été assez imposant dans son rôle ou tout simplement lui conseiller de renoncer à sa carrière faute de talent. C’est ce que nous pouvons lire dans un article du Rouennais :

  • 9 Le Rouennais, 21 novembre 1869.

Encore une reprise malheureuse [...], nous regrettons vivement de voir des artistes aussi distingués que MM. Peyron et Marthieu se fourvoyer au milieu de premiers sujets qui seraient tout au plus bons à tenir des emplois de coryphées. M. Guyot faisait son second début dans un rôle bien insignifiant, nous lui donnerons le conseil de prendre le train bien vite s’il veut éviter un échec certain ; quelles sont en effet les qualités à exiger d’un second ténor ? D’abord une voix, puis la manière de s’en servir, et enfin un certain talent de comédien9.

28Les conseils prodigués aux directeurs sont encore d’une autre nature. Ils portent sur le répertoire peu varié et répétitif, sur les acteurs trop souvent mauvais, sur la négligence de la mise en scène. Les critiques reprochent souvent aux administrateurs du théâtre de préférer l’intérêt de leur bourse à celui de l’art. Ces nombreuses négligences font souvent fuir les spectateurs. Le journaliste se pense donc en position de fournir une aide au directeur pour réussir une année théâtrale.

29Le critique remplit donc plusieurs fonctions. Il est à la fois un « secrétaire » qui rend compte des spectacles, un conseiller et un pédagogue. Il touche aussi bien son lectorat que les gens du spectacle ou l’administration théâtrale. Son pouvoir est grand. Cependant, il n’est pas le seul car le public rouennais, par l’autorité qu’il exerce dans les théâtres de la ville, veut lui aussi jouer le rôle de critique.

L'influence de la presse parisienne sur le goût du public

  • 10 Maurice Descotes, Histoire de la critique dramatique en France, préambule, p. 5.

30Le développement de la presse théâtrale et sa popularisation ont créé un nouveau besoin, celui d’un avis critique sûr à propos des spectacles et autres manifestations artistiques. En effet, « parce qu’il redoute d’être dupe de son plaisir ou de sa répulsion, ou parce qu’il confesse un sentiment d’infériorité vis-à-vis de l’œuvre10 », le spectateur ne se sent plus capable de former sa propre opinion. Il se trouve que ce spectateur est aussi très influencé par le groupe social auquel il appartient et qu’il se doit d’être au diapason avec lui lors de discussions sur les spectacles. Il est donc prêt à nier son propre jugement pour être en adéquation avec son groupe. C’est ce que Maurice Descotes met en valeur dans son ouvrage intitulé Histoire de la critique dramatique en France.

31C’est pour ces raisons que le spectateur a besoin d’être guidé et qu’il demande une sélection des spectacles afin de choisir celui qui lui conviendra le mieux.

  • 11 Journal de Rouen, no 227, dimanche 14 août 1836.

32La proximité de Paris, accrue par l’ouverture de la ligne de chemin de fer, en mai 1843, oblige le directeur du théâtre des Arts à contenter rapidement sa clientèle en ce qui concerne le choix et la qualité des pièces car le public est très au courant de l’actualité artistique de la capitale. Les Rouennais ramènent donc de Paris un jugement sur les pièces et manquent totalement de spontanéité dans leurs avis quand ils voient la même pièce à Rouen qu’à Paris. Notons tout de même qu’il s’agit des classes les plus aisées pouvant se payer le voyage. Pour les autres, c’est la presse parisienne qui vient à eux comme le souligne le Journal de Rouen de 1836 : « Tous les lundis, les journaux de Paris parlent à la province de chaque parade ou de chaque drame noir éclos dans le chef lieu des lumières et du département de la Seine11. »

33Ainsi, l’influence parisienne sur le public est inévitable. Ce dernier rencontre de plus en plus de difficultés pour aller voir un spectacle en étant vierge de toute idée préconçue. De plus, au fil des représentations une réputation a déjà été créée, favorable ou défavorable. Le spectateur n’est plus aussi libre dans ses jugements et ses réactions. Inconsciemment, il arrive dans la salle sous l’emprise d’un préjugé, nourri des appréciations des critiques qu’il aura pu lire ou entendre. Mais il faut tout de même préciser que ce public n’entérinait pas toujours l’opinion de Paris et qu’il arrive tout de même à s’en démarquer. Une forte concurrence se crée donc entre les deux villes. En effet, des pièces qui connaissent un succès retentissant à Paris peuvent être sifflées à Rouen.

34La presse, paradoxalement, critique et condamne l’attitude du public alors quelle en est en partie responsable. L’influence de Paris est telle que même les critiques s’en plaignent.

35Il est surprenant de voir des critiques se plaindre de l’influence de Paris sur la province quand on sait que certains d’entre eux recopient entièrement des articles de leurs confrères parisiens. C’est d’ailleurs de ce maniement « de la colle et des ciseaux » que le Colibri accuse le Journal de Rouen. Les critiques se font entendre car ils craignent pour leur profession dans la mesure où les jugements parisiens ont plus de poids que les leurs. Leur travail n’étant pas, selon eux, reconnu à sa juste valeur, ils s’en trouvent rabaissés comme l’écrit un journaliste du Qui-Vive ? de 1836 :

  • 12 Le Qui-Vive ?, no 12, 24 juillet 1836.

C’est notre sort à nous, pauvres feuilletonistes de province, de n’être que l’écho des jugements parisiens ; la critique nous arrive avant l’ouvrage, non pas peureuse, courte, incertaine, comme celle que nous hasardons parfois, mais précise, complète et hardie. D’ailleurs il nous faut bien l’accepter ; elle est signée de ces noms devant lesquels nous sommes habitués à nous incliner12.

36Il y a donc une réelle soumission de ces journalistes devant la suprématie de leurs confrères parisiens (comme on peut le noter avec le verbe « s’incliner »).

37Les critiques dénoncent également le fait que Paris a centralisé le théâtre, que la capitale bénéficie de nombreux privilèges (les honneurs du feuilleton, les grandes productions d’auteurs, les éclats de la célébrité...) Ils mettent en avant l’idée que Paris n’est pas l’unique représentant de la vie théâtrale et que les provinces ont également leur intérêt. Cependant, il est difficile d’échapper à ce joug dans la mesure où le public prend les pièces et les spectacles parisiens comme référence du bon goût.

Notes

1 Journal de Rouen, no 133, jeudi 12 mai 1836.

2 Christian Goubault, La Musique, les acteurs et le public au théâtre des Arts de Rouen, CRDP Rouen, 1979, p. 18.

3 Journal de Rouen, no 126, samedi 5 mai 1832.

4 Journal de Rouen, no 99, lundi 9 avril 1838.

5 La Dépêche de Rouen et de Normandie, vendredi 2 novembre 1906.

6 Le Colibri, no 102, jeudi 20 avril 1837.

7 Florence Naugrette, « La province à l’école : Les acteurs parisiens en tournée en province (1800-1851) », dans Yvan Leclerc (dir.), Romantisme, maîtres et disciples, no 4, 2003.

8 Revue de Rouen, t. I, 1833, 5 janvier 1833.

9 Le Rouennais, 21 novembre 1869.

10 Maurice Descotes, Histoire de la critique dramatique en France, préambule, p. 5.

11 Journal de Rouen, no 227, dimanche 14 août 1836.

12 Le Qui-Vive ?, no 12, 24 juillet 1836.

Auteur

Enseignant dans le secondaire en Normandie, elle mène, en parallèle, ses recherches à l’université de Rouen sous la direction de Florence Naugrette. Elle prépare une thèse sur la critique théâtrale à Rouen sous la monarchie de Juillet. Elle a également participé, à Arras, en 2007, à un colloque organisé par Sophie-Anne Leterrier sur le public de province au XIXe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search