Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Vers une nouvelle presse culturelle en province sous la Restauration : La Nacelle, Journal commercial & Littéraire de la Seine-Inférieure (1822-1823)

Joann Élart

Texte intégral

  • 1 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VIII, La presse moderne (...)
  • 2 Voir Joann Élart, « La Nacelle, ou Corbière contre Corbière : un journal de l’opposition libérale (...)

1La Nacelle appartient à ces feuilles satiriques de la Restauration qui se sont opposées vivement et durablement au régime politique de Charles X. Devenant l’un des adversaires les plus farouches du pouvoir, les journaux libéraux ont défendu avec opiniâtreté et fermeté la liberté de la presse et du commerce remise en question par différents ministres et décrets à cette époque. Épousant les idées et l’esprit antiroyalistes d’un périodique parisien comme Le Nain jaune, La Nacelle n’a pas encore fait l’objet d’études et d’analyses systématiques, comme d’ailleurs beaucoup de journaux provinciaux, et doit trouver sa place aux côtés des titres parisiens dans l’historiographie de la presse depuis le XIXe siècle1. De ce point de vue, il y aurait beaucoup à écrire sur ce journal dont l’existence brève – 199 numéros de décembre 1822 à juin 1823 – a bouleversé le paysage journalistique rouennais, dans lequel le Journal de Rouen jouit d’un monopole évident depuis 1791. La Nacelle laisse en effet un héritage important : ce périodique ouvre la voie à des journaux comme Le Neustrien ou Le Colibri, qui, jusqu’aux années 1840, proposent une alternative libérale à l’information officielle publiée dans le Journal de Rouen ; il porte indirectement un regard sévère sur l’actualité politique, en la détournant habilement sous la forme de satires et de doubles sens ; très attentif à son lectorat, il développe remarquablement la rubrique culturelle, en annonçant et en rendant compte des spectacles. Laissant de côté une analyse trop détaillée de La Nacelle, notamment sur les questions littéraires, commerciales et politiques2 (nostalgie napoléonienne, satire et censure, critique des journaux parisiens, procès de La Nacelle), nous avons choisi de consacrer cette étude à la seule question culturelle, et plus particulièrement, musicale.

  • 3 Son identité n’est pas directement révélée dans La Nacelle, Corbière publiant sous le pseudonyme « (...)

2Le rédacteur en chef de La Nacelle, Édouard Corbière3 (1793-1875), n’invente pas un genre en soi, mais implante à Rouen une pratique qu’il a déjà éprouvée en 1819 en Bretagne, dont il est originaire, avec La Guêpe, puis à Paris avec le Journal lyrique et anecdotique. Le prospectus de ce dernier révèle l’esprit éclairé de cet homme cultivé, qui semble autant vivre une passion pour le spectacle et la musique qu’éprouver le besoin urgent de véhiculer quelques idées politiques et critiques des mœurs de son temps à travers la chronique des spectacles :

  • 4 Journal lyrique et anecdotique, impr. C.-F. Patris, quai de la Colombe, no 4, quai de la Cité, [18 (...)

La politique a, depuis plusieurs années, envahi le domaine des muses ; mais son règne, qui n’est fondé que sur une heureuse usurpation, ne doit pas toujours rester absolu. Nous ne pourrions même oublier plus longtemps, sans ingratitude, le culte des arts auxquels nous devons une si grande partie de notre gloire nationale ; et nous osons d’abord revendiquer les droits que la musique possède encore à notre reconnaissance4.

  • 5 Compte rendu inédit qui doit s’ajouter à la monumentale compilation de Jean Mongrédien dans Le Thé (...)

3Corbière poursuit en prévenant que sa « feuille se composera de tout ce qui pourra être fructueusement relatif à la musique ». Il ne veut pas être un critique injuste, de cette espèce de détracteurs qu’il répudie dans ce même prospectus, car « en nous hasardant à émettre des opinions sur des ouvrages que le temps n’a pas encore fait apprécier à leur juste valeur, nous n’aurons jamais la ridicule prétention d’influencer le jugement des siècles futurs, ni l’audace méprisable de risquer à flétrir d’une main profane le fruit des veilles et des efforts d’un artiste4 ». Cette mise en garde est d’ailleurs clairement formulée : « Assez de Zoïles vendent au plus offrant leurs injures et leurs diatribes, sans que nous augmentions le nombre de ces reptiles qui infectent le sanctuaire des arts4. » On peut regretter que ce journal hebdomadaire n’ait connu que deux livraisons, car Corbière y déploie un rare talent de commentateur de son temps. Tout est passé en revue : le spectacle (les débuts de Dabadie ou la mise à l’étude d’Olympie de Spontini à l’Académie royale de musique ; la création d’Agnese de Paër au Théâtre-Italien5), le fonctionnement des institutions musicales (examens et admission au conservatoire ; formation de la Société des enfants d’Euterpe qui donne un concert chaque mois), les compositeurs (de la notice nécrologique sur Nicolò Isouard aux relations exécrables entre Grétry et Marmontel), les nouveautés musicales (la plupart signée par les membres du jury de la Société des enfants d’Euterpe), les anecdotes humoristiques comme celle « sur le goût que les Orientaux ont de la belle musique » et sur la venue de Mirza-Abdoul-Hassen-Kan au concert londonien et qui, sollicité par Milord Wilbrod, redemande le premier morceau du concert, qu’il a préféré de tous : l’accord de l’orchestre ! Les traits d’esprit constituent de fait un genre que Corbière affectionne tout particulièrement, comme celui sur le projet d’établissement d’une compagnie d’assurance mutuelle pour les pièces nouvelles « non pas contre l’incendie, mais bien au contraire contre le froid, les sifflets et autres accidents », ou encore celle-ci :

  • 6 Journal lyrique et anecdotique, 1re livraison, p. 5, « Variétés ».

Avis aux jeunes musiciens obscurs. /Nous engageons les jeunes compositeurs ignorés qui veulent sortir des ténèbres, à se glisser, l’hiver prochain, dans tous les concerts, toutes les réunions où ils pourront faire glapir ou chevroter leur modeste filet de voix. Un tel moyen est infaillible pour leur acquérir, dans le moins de temps et avec le moins de peines possible, une célébrité que ne leur vaudraient peut-être pas de bons ouvrages. C’est aussi le conseil que madame de C...1, femme de beaucoup d’esprit et d’expérience, donnait à un jeune compositeur qu’elle protège : Chantez sans cesse, dans tous les concerts, de mauvaises romances que vous ferez à la hâte, et je vous promets qu’avec de la persévérance et de l’effronterie, vous aurez en deux mois, ce qu’on nomme dans nos salons, une bonne réputation à la bougie6.

4Les pages de ce Journal lyrique et anecdotique préfigurent admirablement en 1819 ce que Corbière amplifie dans La Nacelle entre 1822 et 1823, en publiant en nombre autant de critiques que de réflexions. Les « quelques réflexions sur l’art dramatique » illustrent merveilleusement bien cette pratique du double discours, et, sous prétexte de philosopher sur l’art dramatique, ce sont de véritables leçons sur le goût que l’on distribue :

  • 7 La Nacelle, samedi 11 janvier 1823, no 38, p. 1-2, « Quelques réflexions sur l’art dramatique », s (...)

Le goût du vulgaire finit où celui des connaisseurs commence ; ce qui fait le charme du vulgaire est presque toujours sans charme pour les connaisseurs ; mais ce qui fait les délices des connaisseurs ne peut être sans attrait pour le vulgaire, parce que personne n’est insensible à la voix de la nature, et l’enthousiasme de la foule suit toujours de près la satisfaction des hommes instruits [...] Il est plus facile d’amuser la masse du public par des farces, souvent grossières, ou de la satisfaire par l’affection et une diction d’école, que de la toucher et de l’émouvoir [...] Tout ce que j’ai dit jusqu’ici s’étend à peu près à toutes formes de spectacles ; j’en excepte pourtant l’opéra, ce genre dont le ridicule et le gigantesque font le seul mérite7.

5Entreprise plus vaste que le Journal lyrique et anecdotique, La Nacelle devient le témoin le plus sensible de la mutation de l’espace réservé à la presse à Rouen sous la Restauration, et ce grâce à la personnalité haut en couleurs de son rédacteur en chef. Des nombreux articles de cet important corpus, nous avons souhaité organiser une compilation riche en références qui doit inviter l’historien et le musicologue à mettre en perspective des résultats de recherche obtenus à partir de la presse parisienne et provinciale dans ces années de troubles. Cet exposé a pour vocation d’apporter un éclairage sur certains des aspects les plus marquants de La Nacelle : de la variété à la modernité des annonces, de la singularité des comptes rendus des spectacles, de la critique franche du répertoire, des acteurs et du public rouennais, du rossinisme à Rouen, des nouvelles des théâtres français aux annonces nécrologiques, de l’humour à la satire politique, c’est un paysage culturel supposé qui sort maintenant de l’obscurité.

Les annonces

6L’une des singularités marquantes des rubriques « Spectacles » publiées dans La Nacelle réside dans la manière de les annoncer. À partir du no 9 (13 décembre 1822), à l’instar de l’affiche placardée aux portes du théâtre, le journal publie en effet pour chaque œuvre représentée dans la soirée la table complète des rôles, autrement dit la table de correspondance entre les comédiens ou chanteurs sollicités et les rôles qu’ils remplissent dans la pièce. La composition graphique des données gagne en clarté et en lisibilité à partir du second remaniement du journal le 1er mars 1823, qui, avec l’ajout de la troisième colonne, épouse la forme de l’affiche en fragmentant le pavé d’annonces en véritables listes. Ce souci du détail et ce luxe dans la présentation, que l’on ne retrouve pas immédiatement dans le Journal de Rouen, présentent à l’historien une source de premier ordre pour la reconstitution de la troupe et le suivi au jour le jour de la distribution. Voici le relevé intégral de l’annonce inaugurant à Rouen un nouveau type de traitement de l’information culturelle :

  • 8 Ibid., vendredi 13 décembre 1822, no 9, p. 4.

SPECTACLES du 13 décembre.
Théâtre des Arts.
L’ÉCOLE DES FEMMES, comédie en cinq actes, de Molière. — MM. Guyaud - Arnolphe, Ernest – Horace, Casaneuve – Chrisalde, Reynal – Oronte, Mouchot - Alain, Pougaud – le Notaire. Mesd. St.-Elme – Agnès, Durand – Georgette.
LA FÊTE AU VILLAGE VOISIN, opéra en trois actes, de MM. Sewrin et Boyeldieu. — MM. Noyrigat – M. Fonviel, Julien – Senneville, Batiste – Henry, Bié – Remy. Mesd. Florini – Madame de Ligneul ; Scriwaneck – Rose, Thénard – Geneviève, Thomassin – une Marchande8.

  • 9 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 4, « Spectacles du 15 Décembre ».
  • 10 Ibid., Dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 4, « Spectacles du 29 décembre ».
  • 11 Voir à titre d’exemple, ibid., dimanche 12 janvier 1823, no 39, p. 4, « Spectacles du 12 janvier »
  • 12 Ibid., dimanche 26 janvier 1823, no 53, p. 4, « Spectacles du 26 janvier ».
  • 13 Ibid., dimanche 4 mai 1823, no 151, p. 4, « Spectacles ».

7La soirée du 15 décembre 18229 est ainsi annoncée dans le détail avec le soin le plus rigoureux, pour chacune des pièces et chacun des lieux. Outre les trois ouvrages représentés au théâtre des Arts (Philibert marié, vaudeville de Scribe et Moreau, Le Petit Matelot, opéra de Caveaux et Le Petit Chaperon rouge, opéra de Boieldieu) et les trois autres donnés au Théâtre français (Le Dépit amoureux, comédie de Molière, L’Épreuve nouvelle, comédie de Marivaux et Le Distrait, comédie de Regnard), l’affiche de La Nacelle n’oublie pas d’annoncer les deux pièces comiques (Les amans du Ponchel et Lindor sous les verroux) données aux Jeux comiques de Gringalet, les trois bals de la ville à la salle de Vallery (« Grand bal paré »), au bureau des finances (« Grand Bal ») et au pavillon de Belle-Vue de la rue Saint-Maur (« Bal ») et enfin celle pour un spectacle d’exhibition animale cour Martin (avec le « fameux chien Munito »). Les exemples de ce type sont nombreux et confirment l’idée que La Nacelle s’engage très tôt dans une voie qui la distingue des annonces expéditives et partielles publiées par le Journal de Rouen, qui ne tardera pas à imiter le style de La Nacelle dans la conception d’annonces aussi fouillées. Le 29 décembre 182210, l’affiche propose une ouverture, un vaudeville et trois opéras au théâtre des Arts, deux comédies au Théâtre français, une pantomime au théâtre des Funambules, une pièce comique aux Jeux comiques de Gringalet, trois bals dans les salles déjà mentionnées, et l’exhibition animalière de la cour Martin, le tout avec distribution complète ! Cette politique de l’annonce, si elle cherche à informer le plus possible et donc à intéresser et à toucher un plus grand public, suggère une dimension historique originale, celle de la concurrence des spectacles et des manières d’envisager le métier d’entrepreneur de spectacles tout en contournant le privilège des théâtres. En marge de la saison au théâtre des Arts et au Théâtre français apparaît ainsi dans La Nacelle une histoire du divertissement à travers nombre de lieux que l’on découvre au fil des numéros : les bals de la ville, les feux comiques de Gringalet, le théâtre des Funambules, mais également le théâtre de la Gaieté de la rue des Trois-Maillots-Sarrazin et le théâtre de Darnétal11, ou encore la cour Martin « au-dessus du Caveau » et le quai de Paris et son « Salon de Figures de Cire12 », ou enfin le Cirque olympique de la rue du Guay-Trouin pour le début de la troupe des frères Franconi13.

  • 14 Ibid., mercredi 12 mars 1823, no 98, p. 4, « Spectacles ».
  • 15 Ibid., samedi 29 mars 1823, no 115, p. 4, « Spectacles ».
  • 16 Ibid., samedi 10 mai 1823, no 157, p. 2, « Macédoine ».
  • 17 Ibid., jeudi 8 et vendredi 9 mai 1823, nos 155 et 156, p. 2, « Macédoine ».

8Quotidienne, l’annonce des spectacles révèle le foisonnement et la variété de la vie culturelle rouennaise sous la Restauration, et particulièrement, des soirées du dimanche. On est frappé par la régularité, par un rythme quasiment ininterrompu, à l’exception de quelques rares numéros comme celui du 12 mars 1823 où le volume de la rubrique « Commerce et Industrie » semble obliger les rédacteurs à devoir tasser l’annonce des spectacles du four en évacuant la table des rôles14, ou celui du 29 mars qui en est dépourvu15. Dans le genre du concert, La Nacelle se distingue encore du Journal de Rouen, en publiant toute une série d’annonces et d’avis inédits. Pour le concert donné le 28 décembre 1822 dans la grande salle de Saint-Ouen au bénéfice du célèbre violoniste Baillot, le journal fait paraître un nombre important de pré-annonces et d’annonces dans les rubriques « Spectacles » et « Macédoine », tandis que le Journal de Rouen se limite à trois annonces répétitives. Quant à la Soirée musicale de Mlle Bertrand, harpiste, qui « ayant été forcée, par une circonstance particulière, de se rendre à Paris, ne [peut] pas, comme elle l’avait fait espérer, se faire entendre aujourd’hui16 », La Nacelle nous informe autant de son annulation que de son existence : le Journal de Rouen n’avait fait paraître aucun avis le concernant. De plus, La Nacelle invite le public et les abonnés à se rendre en dédommagement à « une autre soirée, donnée par les Amateurs, au profit des incendiés de la Cour-Martin, [qui] aura lieu rue de l’Écureuil, no 1116 ». L’implication de La Nacelle dans la promotion des concerts publics est aussi remarquable : l’amateur et le connaisseur sont en effet invités à se procurer des billets au bureau du journal, ce qui est habituellement l’ordinaire des marchands de musique rouennais17. Dans l’impossibilité d’énumérer tous les exemples repérés, concluons sur la présentation des annonces en soulignant une dernière particularité qui est une intervention nouvelle dans leur rédaction : l’annonce du programme, suivie d’un commentaire ou d’un jugement à l’adresse de la direction du théâtre des Arts. C’est ainsi que l’on estime une semaine avant la fête Corneille, que :

  • 18 Ibid., samedi 21 juin 1823, no 199, p. 3, « Macédoine ».

On doit nous donner, le 28 de ce mois, veille de la fête du Sophocle français, le Cid et le Menteur. Nous aurions autant aimé que l’on remplaçât la tragédie que l’on nous donne périodiquement depuis dix ans à cette époque, par les Horaces. La présence de M. Bernard qui joue avec tant de succès le rôle du vieil Horace, nous le ferait désirer18.

  • 19 Ibid., mercredi 12 février 1823, no 70, p. 4, « Avis divers ». Le Fournier dont il est question po (...)
  • 20 Ibid., mercredi 18 décembre, no 14, p. 3, « Macédoine ».
  • 21 Ibid., mercredi 16 avril 1823, no 133, p. 2, « Arts mécaniques ».

9La Nacelle publie par ailleurs un autre type d’annonces très intéressantes, qui complète avantageusement celles du Journal de Rouen. Ce sont tout d’abord les « avis divers » qui mentionnent la vente d’un instrument par un particulier, comme cette « annonce pour un piano d’Érard à vendre » pour lequel il faut « s’adresser chez Fournier, no 63, rue Grand-Pont19 ». Ce sont ensuite des publicités insérées à la rubrique des « arts mécaniques », comme cet « instrument, appelé olympicon, [qui] vient d’être inventé par un citoyen de Courlande, nommé Hauder [...], instrument d’une rare beauté, [qui] offre l’avantage d’imiter tous les sons du violon, de la basse, du violoncelle et de la haute-contre ». On précise que « les personnes qui touchent du piano, peuvent également jouer sur l’olympicon, et exécuter, à elles seules, un concert tout entier20 ». Parmi ces innovations mécaniques, La Nacelle signale celle des pupitres démontables que l’on « trouve chez Buvon, quai de la Cité, rue des Ursius, à Paris21 » :

Les pupitres destinés à soutenir la musique dans les grandes réunions, sont des meubles assez embarrassans, et qui ne sont point d’un transport commode. Pour obvier à cet inconvénient, M. Dénoyer, graveur habile, a imaginé de construire des pupitres très-légers, et dont toutes les parties, quoique fort solides, se séparent et peuvent entrer dans un étui de violon ordinaire. Ce petit meuble qui a reçu l’approbation de la société d’encouragement, n’est nullement gênant : le prix en est modique (de 20 à 25 francs) et tout musicien peut aisément, et sans aucun embarras, porter avec soi son pupitre.

  • 22 Ibid., lundi 10 mars 1823, no 96, p. 3, « Macédoine ».
  • 23 Anik Devriès-Lesure, L’Édition musicale dans la presse parisienne au XVIIIe siècle : catalogue des (...)
  • 24 La Nacelle, mercredi 11 juin 1823, no 189, p. 2, « Macédoine ».
  • 25 Ibid., lundi 26 mai 1823, no 173, p. 2.

10La Nacelle qui se vante par son sous-titre d’être un « journal littéraire » tient à jour une rubrique des nouveautés mises en vente en librairie, non seulement dans le domaine de la littérature, mais également dans celui des arts et de la musique en particulier. Ainsi le journal annonce-t-il que « M. Stockhausen vient de publier douze valses et six sauteuses, d’une exécution vive et brillante » et que l’« on assure que des demandes considérables lui ont été adressées par les villes de Bayonne, Toulouse, etc., où les valses paraissent devoir venir fort à la mode22 ». Ces annonces rappellent combien un journal provincial peut être attentif à l’actualité parisienne et des autres provinces, relayant par tout un réseau de correspondance une multitude de nouveautés. Ces « petites annonces » montrent à quel point le marché de la musique est actif depuis la fin de l’Ancien Régime, et tributaire en grande partie de la prolifération des journaux. Il faut rendre hommage à l’ouvrage publié par Anik Devriès-Lesure23 qui relève dans une sélection de périodiques parisiens toutes les annonces parues d’éditions musicales jusqu’en 1800. Pour offrir une compréhension totale des phénomènes de circulation musicale, cette étude pourrait être envisagée sur le XIVe siècle et sur la province. De ce point de vue, les annonces publiées par La Nacelle doivent enrichir un corpus en devenir. À titre d’exemple, nous apprenons que « M. Colinet, premier flageolet privilégié, vient, dit-on, d’arranger l’ouverture d’Œdipe, pour le galoubet [...] œuvre [...] dédiée à Mlle Emilie F*** qui, apparemment, est forte sur cet instrument24 » ou « que M. F. J. Naderman compositeur, et premier harpiste de la Chambre et Chapelle du Roi, vient de terminer un ouvrage ayant pour titre : École de la Harpe, à l’aide de laquelle tout musicien peut enseigner à jouer de cet instrument », un « ouvrage, attendu depuis long-tems par les personnes qui cultivent la harpe, [et qui] sera publié très-incessamment au magasin de musique, de l’auteur, rue de Richelieu, no 46, à Paris25 ». Au-delà de ces publicités pour des ouvrages imprimés à Paris, le journal relaie des pratiques similaires faisant la promotion de talents rouennais :

  • 26 Ibid., jeudi 22 mai 1823, no 169, p. 2.

Il vient de paraître à Paris, chez Hentz-Jouve, marchand de musique, au perron du Palais-Royal, une romance intitulée : l’Amant et l’Ami, paroles de M. Edwd. Corbière, musique de M. Paris, professeur au Conservatoire. Cette jolie pièce, où l’on trouve joint au mérite de la poésie, le charme d’une lyre exercée, ne peut manquer d’être recherchée par les amateurs de notre ville. Elle est arrangée pour piano ou harpe. Elle se vend à Rouen, chez M. Jacquemin, marchand de musique, rue Grand-Pont, et au bureau de la Nacelle26.

  • 27 Ibid., samedi 3 mai 1823, no 150, p. 1 : « L’Amant & l’Ami ».
  • 28 Édouard Corbière, « L’Amant et l’ami », dans Élégies brésiliennes suivies de poésies diverses et d (...)
  • 29 La Nacelle, dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 3, dans « Macédoine ».
  • 30 Ibid., mardi 22 avril 1823, no 139, p. 1, « Ma Pensée ».
  • 31 Ibid., dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 3, dans « Macédoine ».
  • 32 Ibid., dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 4, « Avis divers », p. 4. L’annonce est reprise dans l (...)
  • 33 Ibid., dimanche 15 juin 1823, no 193, p. 2, dans « Macédoine ».
  • 34 Ibid., vendredi 16 mai 1823, no 163, p. 2.

11Si l’annonce renvoie encore à une nouveauté parisienne, elle revêt une importance particulière dans La Nacelle, puisque l’auteur des paroles n’est autre que le rédacteur en chef dudit journal. Au passage, relevons qu’Édouard Corbière révèle à cette occasion, au 169e numéro, sa véritable identité qui avait été jusqu’alors dissimulée derrière le pseudonyme « Edwd. » Le poème de L’Amant et l’ami est d’ailleurs publié dans le no 150 de La Nacelle quelques semaines auparavant27, avant de rejoindre le recueil des Poésies diverses28. L’insertion fréquente de poésies dans La Nacelle, la plupart signée par Corbière et comportant souvent un message satirique vis-à-vis du régime, devient source d’inspiration pour les compositeurs de romances. C’est le cas de cet « anonyme [qui] nous a adressé de la musique sur la romance insérée dans la Nacelle sous le titre de Ma Pensée29 », pour laquelle Corbière avait proposé cinq jours auparavant d’adapter les paroles sur l’air « Privé tout-à-fait de richesse » tiré de la Leçon de botanique, tout en précisant dans une note de bas de page que « l’air de ces stances est à faire [et] celui qui est indiqué convient même assez peu au genre des paroles. »30 La Nacelle décrit cette composition d’un jour : « Un motif gracieux, un chant simple et harmonieux distinguent cette jolie production, que les amateurs peuvent se procurer en la copiant au bureau du journal31. » Plus remarquable dans le même registre est la publicité faite autour du compositeur et professeur de musique Urbain Meurger, Rouennais, qui organise trois fois par semaine un « cours théori-pratique de musique » suivi d’une « Matinée musicale » chaque dimanche32. Du « fécond M. Meurger, notre compatriote33 », La Nacelle annonce en mai deux nouvelles romances34 (L’Heureuse rencontre et Écoutez-vous ?) et en juin quatre nouveaux nocturnes :

  • 35 Ibid., dimanche 15 juin 1823, no 193, p. 2.

Nous en félicitons ceux qui aiment les chants gracieux et faciles. Nous avons remarqué, dans le nombre de ces compositions, les paroles de l’Absence, par Mme Sophie de Rambure ; Le Départ du Troubadour, l’Étoile du Berger, et Écoutez-vous, méritent aussi d’être distingués. Déjà nous avons parlé du joli nocturne qui a pour titre : l’Heureuse rencontre. Ces morceaux se trouvent à Paris, chez Petit, au magasin de musique, passage Feydeau ; et à Rouen, au bureau de la Nacelle, où quelques exemplaires sont déposés35.

  • 36 Les références sont nombreuses. Citons à titre d’exemple, en 1777, les airs « On s’étonneroit moin (...)
  • 37 Le premier essai est imprimé dans le no 59 du Journal de Normandie du mercredi 25 juillet 1787. La (...)

12Enfin, pour terminer, revenons sur un engagement que La Nacelle formule dès le premier numéro. Le journal souhaite en effet livrer chaque mois à son lectorat qu’il veut divertir, une lithographie, promesse faisant l’objet d’un rappel systématique dans chacun des numéros publiés jusqu’au no 87 à partir duquel la mention est définitivement supprimée. Il est dit en effet que l’« on y joint, chaque mois, une Lithographie », et en plus, « à des époques indéterminées, une Romance mise en musique ». Le dépouillement exhaustif des différents exemplaires du périodique auxquels nous avons eu accès, n’a malheureusement pas permis de retrouver ces différentes gravures et romances. Pour ce qui est de la musique, la pratique de l’insertion de la romance dans les périodiques généraux est ancienne. Au siècle précédent, chaque numéro du Mercure de France contient une romance à la mode ou un air à succès sans accompagnement. À partir de 1777, en pleine querelle des Gluckistes et des Piccinnistes, le Journal de Paris imprime à son tour un choix de romances et relaie les répertoires en vogue à l’Opéra, en gravant des airs de Sacchini, de Monsigny, de Désormery, de Gluck ou de Piccinni, avec accompagnement pour pianoforte ou harpe36. De même, le Journal de Normandie se met au goût du jour à la fin de l’Ancien Régime en tentant ponctuellement cette expérience musicale37. Il est difficile de tirer une conclusion sur l’apport de La Nacelle dans le développement d’une telle pratique : seule une romance semble avoir survécu (contrairement aux lithographies qui ont, elles, disparu). Aucune pièce musicale n’est en effet véritablement annoncée sous forme d’article dans le journal. Le rythme de parution « à des époques indéterminées » de ces « romances mises en musique » dans La Nacelle n’indique aucun moyen particulier d’accéder à ces œuvres supposées, qui, contrairement au Mercure de France, au Journal de Paris ou au Journal de Normandie, ne sont pas insérées dans les feuilles ordinaires du journal, mais en feuille détachée, comme produit dérivé du journal. La seule piste que nous avons pu suivre provient d’une annonce publicitaire pour une romance d’Urbain Meurger, adaptant en musique l’un des poèmes de Corbière publié sous pseudonyme dans La Nacelle :

  • 38 La Nacelle, samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 1. Nous soulignons dans la source.

La musique de ce morceau est due au talent de M. Urbain Meurger, de notre ville, qui a bien voulu associer sa lyre aux inspirations de M. Edwd. / [signé] Ady. / ADIEUX À COLOMBIE. / Paroles de M. EDWD. / Musique d’Urbain Meurger. / De mon pays que fuyait la victoire38, / [...]

  • 39 Titre de départ : « Adieux à Colombie, paroles de M. Edwd / Musique d’Urbain Meurger / Prix 1f. 50(...)

13Cette annonce doit immanquablement être associée à la livraison d’une de ces romances promises par la rédaction. C’est en effet ce que suggère le style démonstratif du groupe de mots « La musique de ce morceau » qui ouvre l’article et c’est la conclusion à tirer de la découverte dans les fonds de la bibliothèque municipale de Rouen de la source musicale correspondante. Cette feuille de musique présente les mêmes caractéristiques typographiques que celles employées par La Nacelle et surtout, la mention de l’imprimeur ajoutée au bas de la p. 3 est irréfutable : « (Nacelle, Journal39) ».

Les comptes rendus

  • 40 À titre d’exemples, dans les premiers numéros : comptes rendus du théâtre des Arts et du Théâtre f (...)
  • 41 Voir Joann Élart, « Les origines du concert public à Rouen à la fin de l’Ancien Régime », Revue de (...)
  • 42 La Nacelle, dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3, « Concert instrumental & vocal de Mlle Cinti ».

14Une des particularités de La Nacelle, nous l’avons dit, est la place importante laissée aux chroniques théâtrales, notamment aux comptes rendus des spectacles qui paraissent quasiment tous les jours, et font parfois l’objet de deux recensions par numéro. Il arrive que ce rythme quotidien, que ne parvient pas à soutenir le Journal de Rouen, soit perturbé par quelques préoccupations mobilisant les chroniqueurs, comme le procès du journal. Plusieurs constats découlent de la comparaison de ces comptes rendus avec ceux du Journal de Rouen. Tout d’abord, La Nacelle publie de nombreux comptes rendus inédits pour des événements à peine ou jamais chroniqués dans le Journal de Rouen. Les exemples sont encore une fois très nombreux : parmi eux40, signalons les comptes rendus inédits des représentations inaugurales du Barbier de Séville de Rossini, premier opéra du Maestro représenté à Rouen qui passe inaperçu dans le Journal de Rouen ; il en est de même des concerts du mois de décembre 1822 au bénéfice de la chanteuse Mlle Cinti et du violoniste Baillot, qui constituent un exemple très éloquent. Que nous apprennent en effet les comptes rendus inédits de ces concerts ? En plus de confirmer le programme annoncé, on inventorie un certain nombre de faits secondaires qui s’ajoutent à la connaissance des institutions de concert rouennaises41. Dans le premier, pour lequel « le nom de MlleCinti sur le programme était un appât entraînant42 », le chroniqueur doit « des éloges aux amateurs, par l’ensemble et la précision qu’ils ont mis dans l’ouverture du Mariage de Figaro, et celle d’Othello42 », commentaire rare et intéressant sur le niveau technique des orchestres amateurs en province. La chronique termine sur l’éclairage de la grande salle de Saint-Ouen, dans laquelle étaient donnés les exercices du Concert des amateurs de Rouen, brillante critique réitérée sous la plume de Corbière quelques semaines plus tard dans le compte rendu du concert de Baillot :

  • 43 La Nacelle, dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3, « Concert instrumental & vocal de Mlle Cinti ».

[Concert de Mlle Cinti] Après avoir dit de chacun ce que nous croyons qu’il mérite, nous devons dire au maître de cérémonies, chargé de l’éclairage de la salle, qu’il aurait dû y mettre beaucoup moins de parcimonie ; ou, s’il l’entend mieux, beaucoup plus de quinquets. Nous pensons d’ailleurs que les lustres conviendraient beaucoup mieux dans de telles assemblées ; on y jouirait alors de tout l’éclat de la toilette et de la beauté43.

  • 44 Ibid., dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 3, « Spectacles : Concert de M. Baillot ».

[Concert de Baillot] Avant de terminer cet article, je demanderai pourquoi la salle n’était pas plus éclairée que si c’eût été pour une réunion de bons-hommes. Sans doute que le Phébus chargé de dispenser la lumière, se sera rappelé l’action de cet avare qui éteignait sa chandelle, en disant qu’on n’avait pas besoin d’y voir pour causer ; et qu’il y aura pensé lui, par analogie, qu’on n’avait pas besoin d’y voir pour entendre. / Edwd.44.

15La performance de Baillot est quant à elle très appréciée, car il est « impossible d’exécuter avec plus de perfection que M. BAILLOT, un concerto dans lequel cet habile artiste semble avoir inventé des difficultés pour avoir la gloire de les vaincre44. » On remarque particulièrement les charmes et les caractéristiques du genre de la romance dans son andante « qui n’est pas seulement chantant, mais qui est pour ainsi dire parlant, [et qui] a été couvert par trois salves d’applaudissemens44 ». On s’étonne aussi des talents d’un amateur :

Après avoir parlé du principal [la performance de Baillot], il faut bien dire aussi quelque chose des accessoires. On nous avait annoncé deux ou trois morceaux que devait chanter M. M...t, amateur. On s’attendait tout simplement, à ce titre et à cette initiale modeste, à n’entendre chevrotter [sic] que l’humble filet de voix qu’on exige des amateurs. La surprise a été complette [sic] : goût, expression, voix suave et flexible, voilà ce que nous a donné M. M...t, auquel peu de hautes-contres peuvent être comparées. / Il est dommage seulement que les paroles italiennes soient si fort à la mode parmi des chanteurs qui ne prononcent pas mieux la langue du Tasse qu’un Allemand celle de Racine44.

16Ce compte rendu signé par Corbière est rempli de traits humoristiques, qui confèrent à tous ses articles une personnalité dans le ton, en précisant par exemple que « M. Baillot [...] a été applaudi avec enthousiasme par tous ceux qui avaient de l’âme, des oreilles et des mains44 » ou que « Mlle Florini a chanté la Prise de Jéricho, non pas de manière à faire crouler des murailles, mais de façon à flatter les amateurs44 ». On en profite enfin pour remettre à leur place « quelques rigoristes qu’il ne faut pas écouter »44 et qui « ont regretté qu’elle ait mis plus de manière que de méthode dans son chant, du reste, assez pur44 ».

17L’exemple de l’intermède concertant programmé au théâtre des Arts le vendredi 6 décembre 1822, entre Le Distrait, comédie en cinq actes, et Le Procureur et l’avoué ou l’Intérieur d’une étude, vaudeville en un acte, montre que l’information divulguée par le Journal de Rouen ne rend pas toujours compte de ce qui est réellement exécuté ou représenté. L’annonce du jour dans les deux journaux indique en effet que « Moldetti, Bouffe-Cantante, élève du Conservatoire royal de Naples, chantera », après l’ouverture exécutée à grand orchestre de Marie de Montalban de Winter, l’air de Geronimo du Mariage secret de Cimarosa, l’air « Che manina ténéra / Oh ! quelle jolie main » de Rossini et l’aria bouffa des Nozze di Figaro de Mozart. Le Journal de Rouen invite l’historien à conclure sur cette affiche, autant à estimer que les Rouennais ont pu apprécier les prouesses vocales de cet artiste en tournée, que d’accepter le programme dans l’état dans lequel il a été livré, puisque aucun compte rendu n’est inséré dans les numéros suivants. En revanche, la lecture de La Nacelle apporte une conclusion bien différente, qui s’appuie sur un compte rendu inédit remettant en question l’accueil réservé au chanteur et le programme initialement annoncé :

  • 45 Ibid., lundi 9 décembre 1822, no 5, p. 3, « Macédoine ».

Vendredi dernier, un Bouffe-Cantante [sic] muni de cinq à six titres et d’un nom en i, devait nous chanter l’air de Géronimo, celui de ché manina tenera, un aria-buffa, une partie de Mozart, presque tout Rossini, etc., etc., etc. Cette vaste exécution s’est bornée à un petit air qui n’a été interrompu que par des sifflets que la disparition du Bouffe a pu seule appaiser : Avis à MM. les directeurs qui aiment mieux les grosses recettes que les premiers talens45.

18Enfin, La Nacelle dévoile au grand jour dans les comptes rendus une série d’événements jusqu’alors inconnus des recensements réalisés dans le Journal de Rouen, et quelques pratiques de salon, qu’illustre la chronique de la soirée musicale offerte de M. Montalembert :

  • 46 Ibid., samedi 1er février 1823, no 59, p. 2, « Macédoine ».

Les réunions les plus conformes au bon ton et aux bonnes mœurs, sont, sans doute, celles qu’offrent les soirées musicales. Là, ne se déploie pas à vos regards le funeste appareil du jeu, ou l’ennuyeux apprêt d’une contredanse ; mais l’exécution des beaux morceaux de nos grands maîtres, le charme d’une jolie voix, l’aspect d’un cercle choisi, et les attraits piquans d’une conversation que les incidens de la soirée alimentent toujours, valent bien, ce me semble, la perspective d’un boston ruineux et la fatigue d’une ronde ou d’une anglaise. / Samedi dernier, j’ai eu l’occasion de me convaincre de tous les agrémens que présente une de ces soirées, dans celle que nous avait offert[e] M. Montalembert. Les personnes les plus distinguées de la ville s’y étaient réunies. Le programme se composait d’une symphonie, d’une scène de Roméo, de deux duos, d’un trio, quelques airs variés pour violon et violoncelle. Tout a été exécuté ou chanté avec une assurance et une précision dignes des meilleurs artistes. / M. Montalembert, surtout, dont la voix pourrait le disputer aux chanteurs les plus connus, a reçu les marques les plus unanimes de l’intérêt qu’avait inspiré son talent et du plaisir qu’avait procuré son agréable soirée musicale46.

19Le ton de ces comptes rendus est également plus sévère, intransigeant, si on le confronte à la complaisance et la neutralité des articles laudatifs du Journal de Rouen. Il est bon d’en juger en abordant trois des aspects qui font l’objet de nombreuses critiques : le répertoire ; la performance des acteurs ; le public.

La critique du répertoire

  • 47 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3, « Spectacles »

20La critique du répertoire est l’occasion pour les chroniqueurs de La Nacelle de faire valoir une opinion franche, parfois un mécontentement et un agacement, sur des questions récurrentes comme la faiblesse de certaines pièces, le malentendu sur les genres, la monotonie du répertoire et le respect des mœurs. Ainsi, en matière de qualité des ouvrages produits, on accueille par exemple « avec froideur » Les Quatre Âges de Merville, « pièce faible d’action » : « les personnages y discourent trop longuement sur des sujets qui intéressent peu47 ». Le 2 décembre 1822, au théâtre des Arts, La Parisienne en Espagne de Désaugiers « a été accueillie avec les marques les plus significatives d’une réprobation générale » et « le nom joyeux de M. Désaugiers, répété au milieu de mille coups de sifflet, n’a pas peu contribué à égayer la chûte de l’ouvrage47 ». Outre le jugement public, c’est l’opinion piquante des recenseurs qui s’exprime librement, notamment à l’issue de la représentation de Wallace ou le Ménestrel écossais, car l’ouvrage « peut occuper un rang distingué parmi nos mauvais opéras nouveaux », même s’« il a eu quelque vogue à Paris, il est vrai ; mais Paris est le pays des réputations usurpées », critique à peine voilée de la situation politique. Et l’auteur de poursuivre :

  • 48 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3.

Wallace serait mort il y a longtemps, si l’auteur des Bayadères ne lui avait prêté sa harpe harmonieuse, et, malgré ce secours, aura-t-il encore beaucoup de peine à vivre. / Je ne donnerai pas l’analyse de cet imbroglio historique, par une bonne raison, c’est que l’on nous a prévenu que c’était une dernière représentation. Nous garderons cela pour la reprise, dont M. le directeur veuille nous préserver quelques mois48.

  • 49 Ibid., jeudi 9 janvier 1823, no 36, p. 4.
  • 50 Ibid., jeudi 23 janvier 1823, no 50, p. 4.
  • 51 Ibid., vendredi 31 janvier 1823, no 58.

21Il en est de même pour La Clochette, « opéra-féerie, bisarre et faible conception de M. Théaulon », qui « ne peut plaire, malgré les talismans, les changemens à vue et la beauté des décorations ». On ajoute que « la musique est aussi faible que le poème » et que l’on ne parvient pas « à éloigner l’ennui et le sommeil49 ». L’une des nouveautés de la saison offerte au public est le Solitaire de Carafa, dont la première représentation est chroniquée par Corbière en personne. Il estime que « la musique, que l’on doit à un de nos bons compositeurs, a été écoutée avec intérêt : mais on y a remarqué des morceaux un peu longs, d’une conception pénible, [...] que M. Carafa, en cherchant à imiter l’originalité qu’il a supposée dans le poème, n’a atteint souvent que sa bizarrerie », critiquant de fait l’influence malheureuse du style italien dans les compositions françaises. Corbière s’arrête ensuite sur « un point plus essentiel », en disant « que la salle était comble, et que depuis Talma on n’avait vu pareille affluence », pour finir sur une note piquante : « Le Solitaire qui avait attiré la foule se chargera bientôt de la faire disparaître, et de justifier son nom50. » Une affirmation publiée dans les journaux ne fait pas l’opinion publique, et le Solitaire connaît malgré tout un accueil assez favorable. Comme le dit Corbière à l’issue de la quatrième représentation, « eu égard à son mérite, c’est une vogue étonnante51 ». Sur la question des genres, le vaudeville reste très critiqué, comme en témoigne l’exemple de La Fille mal gardée :

  • 52 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3, « Spectacles ».

La pièce a-t-elle réussi ? Je ne ferai pas au public l’injure de le croire ; si quelquefois on a ri, c’est que le rire ne provient pas toujours d’une douce satisfaction : il peut encore échapper à la pitié52.

  • 53 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3, « Spectacles ».
  • 54 Voir notamment Joann Élart, « Le Colporteur à Rouen, ou l’autopsie d’un échec en province », dans (...)

22Le malentendu sur les genres est focalisé plus particulièrement sur l’épanchement mélodramatique, que les auteurs et les directeurs cherchent à camoufler derrière le masque d’un genre connu du public. Ainsi, « Desforges s’est trompé très-fort, s’il a cru donner le change au public, en donnant à sa pièce de Tom-Jones ; le titre de comédie », car « ce n’est bien légitimement qu’un drame, et je fais ici ma profession de foi ; j’ai une antipathie prononcée pour le genre53 ». Le drame est l’un des grands enjeux esthétiques de la réforme théâtrale entre l’Empire et la Restauration. Invraisemblable, dérogeant à la sensibilité classique et annonçant les élans romantiques, il ne fait pas l'unanimité du public rouennais dont les valeurs esthétiques sont encore ancrées dans le répertoire d’Ancien Régime et de la Révolution française. Pour ces raisons, le drame fait l’objet de violentes critiques pendant toute la Restauration54 ;

  • 55 La Nacelle, vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3, « Spectacles ».

Un beau drame en cinq actes des plus pathétiques et des plus larmoyans, réveille bien moins mes esprits qu’une bonne petite comédie en un acte. Je préfère un passage des romans de Lesage ou de Pigault-Lebrun, à tous les chants aériens du baron mélancolique : il me faut du vrai. Je veux rire chez Thalie, et ne recevoir que de Melpomène ces vives émotions de l’âme, qu’il appartient à elle seule de produire. / Tom-Jones est en vers : c’est une exception ; mais ce luxe d’esprit ne rachète pas le vice du genre, les longueurs dans l’action dont il s’agit ici, les caractères et les positions forcés de presque tous les personnages55.

23La monotonie du répertoire est évoquée à de nombreuses reprises dans les chroniques de La Nacelle, car « la sensibilité s’use comme toutes nos émotions ». Elle est ressentie lors d’une représentation des Deux forçats, dans lequel « on aime à s’appitoyer [sic], une fois tous les quinze jours sur les infortunes de théâtre ; mais on n’aime pas à avoir toujours les mêmes malheurs à déplorer : il faut de la variété jusques dans les moyens à employer pour nous toucher ». Pour conclure :

  • 56 Ibid., lundi 12 mai 1823, no 159, p. 2, « Spectacles ».

Les Deux Forçats ne trouvent plus une larme, un sanglot, un soupir. On nous a tellement familiarisés avec les malheurs de François et de Thérèse, qu’on rit presque de leurs pleurs et de leurs angoisses. Il n’est pas dit même qu’on ne trouve pas bientôt leurs infortunes ridicules, et qu’on finisse par où on aurait dû commencer56.

  • 57 Ibid., lundi 17 février 1823, no 75, p. 3, « Spectacles ».

24De même, on se plaint des pièces de circonstance que l’on exploite à outrance une fois la circonstance passée, comme ce Ménage de Molière qui « se donne maintenant tous les quinze jours » : « c’est bien là un des travers des théâtres de province », car « cette bluette, qui est devenue pour nous un ouvrage périodique, n’a été d’abord destinée qu’à célébrer un anniversaire, et la voilà inscrite sur notre répertoire, comme une pièce de fondation57 ». La Nacelle publie aussi une exigence à l’adresse de la direction du théâtre, l’invitant à varier beaucoup plus son répertoire et à trouver un juste équilibre entre les œuvres anciennes et les nouveautés :

  • 58 Ibid., 25 et 26 décembre 1822, p. 3, no 21 et 22, « Spectacles ».

En fait de spectacles, l’expérience prouve qu’il vaut mieux souvent s’en tenir à l’ancien que de s’aventurer au nouveau. Ce que je dis ici n’est certes pas dans l’intention de provoquer ces anciennes pièces de dernière ressource, ces pièces nécessitées tout-à-coup par des indispositions, à la vérité sans danger pour les acteurs malades, mais très-dangereuses pour la recette et la réputation d’un directeur. J’aime Molière autant qu’il mérite d’être aimé, mais je me fâche, ainsi que beaucoup d’autres, de voir trop souvent revenir le Dépit Amoureux, l’École des Maris, l’École des Femmes. J’aime la bonne musique, mais je me sauve quand je vois affichés, pour la trois ou quatrième fois en quinze jours, Rolondo, le Vieillard des Vosges, etc. Qu’on prenne de l’ancien et du nouveau répertoire ; qu’on les varie l’un et l’autre avec choix et discernement, la salle sera toujours pleine, la caisse aussi, et tout le monde sera content. Mes lecteurs me pardonneront cette digression un peu longue, mais qui est toute dans l’intérêt de leur plaisir58.

  • 59 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, no 48 et 49, p. 3.
  • 60 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3.

25Enfin, La Nacelle, et particulièrement Corbière, veille au bon respect des mœurs et n’hésite pas à pointer du doigt les pièces les plus immorales dans le genre vulgaire du vaudeville, comme cette Fille mal gardée, ou la Coupe des foins, pour laquelle « les trois auteurs ont justifié amplement la moitié du titre de leur ouvrage59 ». Cherchant à mettre en garde le public, on recommande « assurément le père », qui « ne prescrira pas à son fils la lecture, encore moins la vue de cet ouvrage grivois60 » et on porte même un jugement tranché sur ce type de productions :

  • 61 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3.

On ne cherche guère de la morale dans un vaudeville, mais on a droit d’y exiger de l’esprit et de la décence, et la Fille mal gardée ne devrait jamais sortir des cartons où la pudeur et le goût condamnent à périr les rapsodies61.

Les acteurs sur les devants de la critique théâtrale

  • 62 Ibid., mercredi 14 mai 1823, no 161, p. 3.
  • 63 Ibid., jeudi 13 février 1823, no 71, p. 3.
  • 64 Ibid., mercredi 25 et jeudi 26 décembre 1822, nos 21 et 22, p. 3-4, « Spectacles ».
  • 65 Ibid., lundi 30 décembre 1822, no 26, p. 3, « Spectacles ».
  • 66 Ibid., vendredi 7 février 1823, no 65, p. 3, « Spectacles ».
  • 67 Ibid., lundi 23 décembre 1822, no 19, p. 3, « Spectacles ». Sont représentés Les Pécheurs, Gulista (...)
  • 68 Ibid., mardi 20 mai 1823, no 167, p. 3, « Spectacles ». À propos du Mariage de Figaro.
  • 69 Ibid., mercredi r6 avril 1823, no 133, p. 3, « Spectacles ». À propos de Tom Jones.

26La performance des acteurs est au centre de la critique théâtrale. Si La Nacelle délivre de nombreux compliments aux artistes, elle ne cède pas à l’obséquiosité. Contrairement au Journal de Rouen, elle sait aussi porter un jugement sévère et sans compromission. N’affirme-t-elle pas que « Rouen est mieux qu’un théâtre pour les artistes, c’est une école62 » ? Une école où les jurys sont composés d’un côté du public, de l’autre de la critique. D’une manière générale, c’est la performance dans son entier qui est jugée. L’opéra Aline « a produit hier peu d’effet, parce qu’il a été joué avec peu d’ensemble, et avec autant d’hésitation que si c’eût été une première représentation63 ». Quant à Cendrillon, « parce que le drame est de plus longue haleine, ce n’est pas [...] une raison d’hésiter sur les rôles, et de chanter tantôt bien, tantôt mal : c’est pourtant ce qui est arrivé hier soir64 ». Pendant la représentation des Deux Chasseurs, des Étourdis et de Vadeboncœur, on constate « peu de monde dans la salle, beaucoup de négligences sur la scène, de l’ennui partout [...] voilà ce qui constitue [...] la représentation d’hier, véritable spectacle du samedi65 ». On indique que « presque tous les beaux morceaux de Françoise de Foix, ont été mal chantés, et la bonne musique de cet opéra, a été tout-à-fait dénaturée66 ». La plume de La Nacelle exploite une variété terminologique qui révèle un relief rare dans l’histoire de la réception et de l’évolution du goût en province. Elle décrit un spectacle « plus que passable » où « les pièces ont été passablement jouées67 », ou encore qu’« il y avait vraiment du dévouement et presque de l’audace, à tenter l’exécution de cette pièce, qui a plutôt ressemblé à une bonne répétition qu’à une représentation sérieuse68 ». Elle souligne que telle œuvre « a été joué[e], à dire d’experts, avec une incohérence, une apathie heureusement rares, depuis longtemps ici », en remarquant « des rôles morcelés, peu d’intelligence de la pièce, et encore moins de goût dans l’exécution », pour conclure : « Voilà ce qu’on a remarqué dans cette représentation69. » Elle insiste indirectement sur le renouvellement du répertoire et l’abandon des classiques par la jeune génération de comédiens :

  • 70 Ibid., jeudi 12 juin 1823, no 190, p. 3, « Spectacles ».

L’Intrigue Épistolaire, hier sur-tout, s’est traînée assez péniblement jusqu’à sa fin : quelques rôles étaient assez mal sus, et nous en sommes d’autant plus étonnés, que c’est une des comédies sur lesquelles il n’est pas permis de broncher. Il y a des pièces du répertoire classique que tous les acteurs doivent jouer à livre ouvert, à peu près comme les musiciens exécutent l’ouverture de la Caravane, ou celle du Calife70.

27Elle interpelle enfin directement la direction théâtrale sous forme de mise en garde :

  • 71 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3, « Spectacles ».

Après vous avoir fait prédiction, il me reste un souhait à vous faire, c’est que vous ne soyez jamais plus mal joué que vous ne l’avez été hier : ensemble, attention, mémoire, tout a été réuni71

  • 72 Ibid., mardi 10 juin 1823, no 188, p. 3.
  • 73 Ibid., jeudi 15 mai 1823, no 162, p. 2.

28La moindre faiblesse, le plus petit défaut dans le jeu des acteurs, dans l’accompagnement des chœurs et de l’orchestre, mais également dans l’invraisemblance des décors et des costumes, ne passent jamais inaperçus dans La Nacelle. On estime maladroit le travers des « acteurs de province [qui] croient devoir imiter ceux de la capitale, et souvent même aller plus loin », « les acteurs de Paris ayant l’habitude de charger les rôles », car « le bon goût désapprouve ces charges grossières qui, loin d’augmenter la gaîté et le piquant d’une pièce, en altèrent quelque fois entièrement le caractère72 ». On se plaint des fréquentes indispositions des acteurs et que si celles « que ressentent les artistes de l’opéra, s’étendaient jusque sur ceux de la comédie, au lieu de donner des articles spectacles, nous publierons le bulletin de la santé des acteurs73 ». On démontre que le mauvais accueil réservé à certaines pièces, particulièrement les vaudevilles, peut être la conséquence d’un jeu d’acteurs malhabile :

  • 74 Ibid., jeudi 29 mai 1823, no 176, p. 3.

Sans doute aussi que la lenteur, le peu d’ensemble et la froideur avec lesquels on a joué les deux vaudevilles, n’ont pas peu contribué à en faire apercevoir le vide et les défauts. Ce genre d’ouvrage doit être, en termes techniques, enlevé, brûlé : s’il languit, c’est la mort. Il ressemble à ces femmes, dont les traits chiffonnés plaisent toujours au premier apperçu [sic] ; mais approche-t-on d’elles, a-t-on le tems de détailler, le charme est détruit74.

  • 75 Ibid., vendredi 7 février 1823, no 65, p. 3.
  • 76 Ibid., mercredi 25 et jeudi 26 décembre 1822, nos 21 et 22, p. 3.
  • 77 Ibid., 21 et 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3, « Spectacles ».
  • 78 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3.
  • 79 Ibid., mardi 27 mai 1823, no 174, p. 3.
  • 80 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3, « Spectacles ».

29On en vient à interpeller des acteurs pris à partie, quand ils ne sont pas au meilleur de leur forme : « Julien et Félix ne savaient pas leur rôle, et chantèrent faux, comme cela leur arrive habituellement75 » ; « Félix a senti cette fois qu’il n’était que Blaise [dans Biaise et Babet], et il a mis de côté quelques petites prétentions qui l’accompagnent trop journellement76 » ; « Astruc a été comique dans M. Frapillon ; mais il devrait se contenter de faire rire, et de ne pas rire lui-même quand sa situation ne l’exige pas », car « il ne doit se mettre à la place du spectateur qu’il égaie77 » ; « Batiste, qui est venu chez nous se mettre au régime jusqu’à Pâques, a rempli le personnage ministériel du Sénéchal [dans Jean de Paris] avec un naturel que l’on pourrait trouver ailleurs que sur la scène78 » ; « Mlle Jolivet, comme troisième chanteuse, n’est pas obligée à des pas de luxe, mais qu’elle saute au moins en mesure79 » ; « Mlle Laloi peut en avoir aussi [d’heureuses dispositions], mais je doute que ce soit pour le Théâtre80. » On prodigue des conseils aux acteurs de la troupe :

  • 81 Ibid., Samedi 15 février 1823, no 73, p. 3.

Melle Florini a mal saisi le caractère de son joli rôle dans la Jeune Femme Colère. Elle l’a joué sans nuances, sans en faire ressortir les intentions ni les effets. L’opéra-comique est fait pour être joué et chanté, et il ne suffit pas d’avoir une charmante voix pour être bonne actrice, il faut aussi méditer ses rôles comme on étudie son chant81.

30Même s’ils viennent de Paris, les acteurs en tournée n’en sont pas moins critiqués :

  • 82 Ibid., mercredi 29 janvier 1823, no 56, p. 3.

Si Gavaudan était un acteur moins connu, nous traiterions sa représentation d’hier comme un début ; mais sa réputation nous épargne, ou plutôt nous ravit l’occasion d’une critique, rien de plus pénible au fait, pour un journaliste, que d’être réduit à ne faire que des éloges82.

  • 83 Ibid., samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 4.
  • 84 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.
  • 85 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3, « Spectacles ».
  • 86 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.
  • 87 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3.
  • 88 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.

31Les comptes rendus sont denses et fourmillent d’intérêts divers. Ils nourrissent les connaissances historiques sur bien d’autres sujets, comme la rénovation de l’orchestre et des chœurs au théâtre des Arts, chœur que l’on égratigne au passage (« Les chœurs [...] ont été bien chantés : ce qui est assez rare, mais ce qui n’est pas impossible cependant83 »), les entrées ratées des acteurs (« au second acte, une entrée trop prompte de Mme Scriwaneck, ou une sortie trop lente de sa doublure, a fait voir au public deux Chaperons pour un84 »), les mises en scène hasardeuses (« je l’engage [le comédien Bié] à ne point, à l’avenir, marcher derrière les soldats qu’il doit diriger dans les recherches85 »), les décors faits de bric et de broc (« j’invite aussi le machiniste à ne pas accrocher ses nuages dans les branches d’arbres : cela n’est pas d’un très-bon effet86 »), les souffleurs trop zélés (« nous prierons seulement le souffleur de ne pas parler tout-à-fait aussi haut, surtout quand les interlocuteurs savent leurs rôles, [...] peut-être nous dira-t-il que nous étions trop près87 »), les incidents divers (« un chat qui, pendant une scène intéressante, a passé sur le théâtre a été pendant près d’un quart d’heure le sujet de toutes les conversations, et d’une hilarité générale88 »), ou les costumes invraisemblables :

Nous conseillons à Mesplon, quand il aura affaire à un Cerberti, et qu’il voudra s’introduire chez lui à la faveur d’un costume de soldat, de lui cacher soigneusement le pantalon et les bottes galonnées d’un élégant officier. Cette petite précaution, qui paraît indifférente à l’acteur est une invraisemblance choquante pour le spectateur. Il n’en faut pas davantage pour détruire toute illusion, quand on est assez heureux pour en produire88.

  • 89 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 3.

Saint-Elme, [...] a dû être étonné, peut-être, d’un peu d’hilarité que son entrée en scène a excitée, et nous croyons devoir le prévenir que c’est la largeur excessive d’un chapeau qui lui couvrait presque les yeux, qui a occasionné ce mouvement de gaîté89.

Le public au cœur de la critique

  • 90 Ibid., jeudi 27 février 1823, no 85, p. 3.
  • 91 Ibid., mercredi 7 mai 1823, no 154, p. 2, « Spectacles ».

32Le public est encore sous la Restauration l’un des censeurs de cette école des artistes, le théâtre, celui qui décide du destin d’une œuvre, de la carrière d’un acteur. Et celui de Rouen a su conserver sa sévérité, ce qui est rappelé dans La Nacelle après la première représentation mitigée du tragédien Lagardère, qui « ne peut pas être jugé à une première vue, d’ailleurs il paraissait devant un public qui a la réputation d’être sévère, on ne sait pas trop pourquoi90 ». Le public rouennais « aime, au moyen du droit qu’on achète au guichet, à s’ériger en juge, et à lancer, de la place que l’on a payée, ses arrêts en matière de goût91 » :

  • 92 Ibid., mercredi 7 mai 1823, no 154, p. 2-3.

La représentation d’hier avait aussi attiré une affluence entière de spectateurs ou plutôt de juges. Nous savons combien au théâtre les volontés du public sont absolues, et nous connaissons l’inconvénient qu’il y a à n’être pas de son avis, alors même qu’on peut avoir raison. Nous nous hasarderons cependant à taxer de rigueur l’accueil plus que sévère que Félix a reçu à sa rentrée92.

  • 93 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3.

33Public sévère, mais surtout public versatile, car « c’est surtout depuis que nous allons perdre Mlle Virginie Legrand, que l’on se plaît à prodiguer des marques d’estime, à un talent qui va briller sur un de nos premiers théâtres93 ». Ses excès sont toujours décriés par les chroniqueurs de La Nacelle :

  • 94 Ibid., samedi 10 mai 1823, no 157, p. 3.

Dès l’instant que Colombine a parlé, les siffleurs qui, dans leur genre, peuvent passer pour des virtuoses, ont repris leur allure, ou peut-être même leurs fonctions ; les approbateurs n’ont pas cru devoir céder. La toile est tombée au milieu des applaudissemens et des sifflets. Mlle Lemoule demandée par un assez grand nombre de spectateurs, n’a pas paru ; mais le régisseur voulant connaître les intentions du public, l’a invité à lui dire s’il voulait que la première chanteuse reparût, des oui et des non tumultueux se sont élevés alors94.

  • 95 Ibid., Vendredi 20 décembre 1822, no 16, p. 3.

34L’absence de discipline et de concentration, notamment pendant les ouvertures d’opéra, se manifeste par le bruit des conversations qui semblent ne se tarir qu’aux premières notes chantées, cela même quand il s’agit des œuvres de Boieldieu, le plus rouennais et le plus aimé des compositeurs. La Jeune femme colère, « ce joli opéra [...] rendu avec finesse, esprit et gaité [sic] », subit cette inconvenance car « il est dommage que l’ouverture n’ait pas été écoutée avec plus d’attention95 ». Le même sort est réservé à l’ouverture du Mari de circonstance de Berton :

  • 96 Ibid., lundi 27 janvier 1823, no 54, p. 4, « Spectacles ».

Pourquoi donc, ce bruit, ce brouhaha, ces trépignemens ? Ne pourra-t-on jamais entendre une ouverture, à Rouen ? Pour Dieu, si vous êtes insensibles aux charmes de la mélodie, ne venez au théâtre que lorsque le rideau sera levé, ou bien que le nom d’un homme de génie vous imprime assez de respect pour vous forcer au silence96.

  • 97 Ibid., samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 4.
  • 98 Ibid., jeudi 13 mars 1823, no 99, p. 2.

35Mais que reste-t-il des charmes de la mélodie quand elle est purement instrumentale ? Car, ce que relève La Nacelle, le public rouennais, comme encore tous les publics en France à cette époque, celui des non-connaisseurs, « aime mieux le chant que les savantes conceptions, les fugues et le contre-point97 ». En matière de bruit, pour conclure, « il serait difficile de rendre compte de la manière dont Zaïre a été joué hier » car « le bruit des conversations particulières engagées dans la salle, les interruptions qui en résultaient pour l’acteur, l’ennui que paraissait éprouver le public, le peu d’assurance que manifestait Lagardère, ont rendu cette représentation aussi pénible pour les spectateurs que pour les acteurs mêmes98 ».

  • 99 Ibid., mercredi 21 mai 1823, no 168, p. 3.

36L’ennui, justement, parlons-en. Il est une conséquence directe de la monotonie du répertoire, « la monotonie et sa fille aînée, l’ennui [... sont] des calamités que tous les efforts humains ne peuvent dissimuler, et le public est d’une composition à ne transiger jamais avec l’ennui99 ». Car « on se lasse de tout, voire même du Petit-Chaperon Rouge. Qui le croira ? » :

  • 100 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 3.

J’ai vu bailler, aux troisièmes loges ! Encore quelque tems, et le Petit-Chaperon ne sera plus qu’un conte à dormir debout. Mais non... Boyeldieu est là, et les accords charmans de sa lyre réveilleront tout le monde100.

  • 101 Ibid., samedi 7 juin 1823, no 185, p. 3.

37On trouve aussi le temps long pendant les entractes jugés interminables autant par le public que par la critique. C’est pourquoi La Nacelle croit « devoir prévenir la direction du théâtre que la longueur des entractes a beaucoup indisposé hier les spectateurs, et que le public, las d’attendre aussi longtemps, fait quelquefois supporter sa mauvaise humeur aux acteurs qui les premiers entrent en scène101 ».

  • 102 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3, « Spectacles »
  • 103 Ibid., dimanche 20 avril 1823, no 137, p. 2.
  • 104 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3.
  • 105 Ibid., mercredi 11 juin 1823, no 189, p. 2.

38L’un des remèdes à l’ennui est la désertion du spectacle. L’affiche placardée à l’entrée du théâtre détermine à l’avance l’affluence, le public opérant des choix dans les œuvres de la soirée à laquelle il ne semble pas assister en entier. En effet, si « la salle était presque vide à La Jeunesse de Henri V, [...] elle s’est remplie pour la troisième représentation de l’Habitant du Mont-Sauvage, ou, ce qui revient à peu près au même, peu de monde était venu voir une bonne comédie et la foule est accourue à un mauvais opéra102 ». À propos de la représentation extraordinaire au bénéfice des vingt victimes de l’incendie de la cour Martin du mois d’avril 1823, La Nacelle s’étonne de trouver des loges vides dans un théâtre qui pourtant avait été pris d’assaut par le public quelques semaines auparavant lors des représentations de Talma à Rouen : « On est obligé de convenir que pour tous les spectateurs en général, un grand artiste vaut mieux qu’une bonne action103. » La désertion du spectacle est aussi tributaire des conditions météorologiques et saisonnières. Il nous est offert un aperçu de l’affluence au théâtre au milieu de l’hiver, alors que « la température, qui était au-dessus de zéro, n’a eu dans le Légataire, aucune influence fâcheuse sur le jeu des Acteurs » : « Hier, à l’exception de quelques habitués qui grelotaient [sic] ; la Salle était vide, et l’on jouait pour les banquettes104. » Il en est de même les jours de beau temps, pendant lesquels « les frais ordinaires et les droits d’auteurs doivent excéder la recette » car « les mois de juin, juillet et août ne sont pas de puissans auxiliaires pour les directeurs de troupes de spectacle105 ». Le public préfère se délasser le long de la promenade jouxtant le Théâtre et profiter ainsi de la fraîcheur diffusée par la Seine :

  • 106 Ibid., lundi 2 juin 1823, no 180, p. 3, « Spectacles ».

La promenade du Grand-Cours a été préférée à une représentation extraordinaire. La chaleur de la saison commence à faire des prodiges, comme on le voit, puisque déjà les agrémens de la promenade l’emportent sur le plaisir d’aller se presser dans une loge où l’on n’a à craindre que la gêne et la suffocation. / Mais cependant il faut oser le dire : les bonnes raisons des promeneurs ne sauraient excuser l’indifférence des amateurs ; car à Rouen on est amateur avant tout, et négliger le spectacle dans un moment intéressant, c’est abandonner son poste. Ainsi tous ceux qui ont manqué hier à l’appel qu’on leur avait fait, méritent une punition exemplaire ; et nous les condamnons à assister à une représentation des Deux forçats et de la Jambe de Bois106.

  • 107 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.
  • 108 Ibid., lundi 10 mars 1823, p. 3, no 96, « Macédoine ».

39Le constat est le même « le premier jour de l’an [qui] n’est pas un jour de première recette pour le spectacle ; aussi la salle était-elle fort peu garnie », mais « le grand-papa avait réuni ses enfans, l’oncle ses neveux, le célibataire ses amis ; heureux tous si, loin du théâtre, ils n’ont pas retrouvé au logis, un menteur, un tartuffe ou un médisant107 ». L’évolution des us et coutumes provoque parfois la désertion des spectacles comme cet « article additionnel au règlement de police intérieure d’un de nos petits spectacles, [qui] défend de fumer dans la salle », « disposition rigoureuse, dit-on, [qui] fait perdre beaucoup d’abonnés à ce théâtre108 ».

La Nacelle face au rossinisme

  • 109 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3.
  • 110 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 2.
  • 111 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 2.
  • 112 Ibid., 13 juin 1823, no 191, p. 1-2, « Observations sur le Beau ».

40En annonçant « un Concert dans la grande salle de Saint-Ouen » au bénéfice de « Mademoiselle Cinti, première chanteuse du Théâtre-Italien », le premier numéro de La Nacelle titre : « Bonne fortune pour les dilettanti de notre ville, s’il en est109 ! », dilettanti dont « nous pouvons affirmer, et nous ne saurions le dire sans une espèce d’orgueil national, que nous [en] avons à Rouen des [...] purs110 ». D’ailleurs, comment définir cette catégorie ultramontaine du public français ? C’est bien simple : « Quand un acteur chante de façon à recevoir les suffrages de cette espèce suave d’amateurs, on entend alors, des coins les plus obscurs du parquet, quelques voix crier avec l’accent euphonique des Italiens, bravo ! bravo ! bravissimo111 ! !... » En bref, « les dilettanti sont les hommes romantiques de la musique, et en cette qualité, il n’est pas surprenant qu’ils tiennent à ne plus parler français111 », critique à peine voilée du genre hugolien. Dès lors, La Nacelle annonce la couleur : grand défenseur du classicisme en littérature et détracteur du romantisme, elle estime que « la musique est un art qui doit tant à la nature qu’il n’est beau qu’en l’imitant » et qu’elle aime « mieux cent fois les chansons du village, que tous les grands airs en mi bémol, de Fougantini112 ».

  • 113 Histoire du Théâtre-des-Arts par Ch. Vauclin. Répertoire alphabétique et date de chacune des repré (...)
  • 114 Jean Mongrédien, Le Théâtre-Italien de Paris 1801-1831, Lyon, Symétrie, 2008, 8 vol.

41C’est avec la première représentation du Barbier de Séville de Rossini le 27 février 1823 que sont transportées sur la scène rouennaise les critiques avant-coureuses du rossinisme émergeant en province autant que se multiplient les fervents défenseurs de cette vogue à Rouen. Certes cet opéra célèbre connaît dans cette ville, comme partout en France, une formidable carrière : Charles Vauclin établit un repérage des représentations à Rouen du Barbier qui s’élèvent à 326 de 1823 à 1912113, soit en moyenne presque quatre par an sur quatre-vingt dix années d’exploitation ! Phénomène peu égalé dans l’histoire de l’opéra en France, le déferlement des œuvres de Rossini sous la Restauration stigmatise durablement l’école française qui ne parvient pas à réaliser sa mue et accuse brutalement un choc esthétique sans précédent, nourri, il est vrai, par l’affiche du Théâtre-Italien et la critique fanatique de ses supporters114. Malgré le sursaut patriotique qu’inspire la non moins célèbre Dame blanche de Boieldieu à partir de 1825, le rossinisme est l’une des clés historiques qui engagent le renouvellement du répertoire et les réformes opérées dans les théâtres français entre 1815 et 1830.

  • 115 La Nacelle, vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».
  • 116 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.
  • 117 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».
  • 118 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

42Toujours est-il que la première représentation du Barbier de Séville à Rouen connaît un véritable succès, ce dont témoigne Corbière qui signe la chronique théâtrale du jour : « Une salle comble, des applaudissemens quelque-fois réitérés, des rôles de chant bien sus, une pièce bien jouée et qui a intéressée jusqu’à la fin, malgré sa longueur [...] Fe Barbier, joué, chanté, exécuté comme il l’a été hier, doit avoir un grand nombre de représentations à Rouen115. » Fe succès est confirmé par le compte rendu de la seconde représentation du 3 mars, toujours signé par Corbière, qui a « justifié le succès qu’aura obtenu la première » et que « plusieurs morceaux ont été applaudis presque avec enthousiasme116 ». Corbière ne peut s’« empêcher de convenir que la musique du Barbier est remplie d’idées heureuses, de traits brillans, d’effets magiques117 ». Il ajoute qu’elle « a beaucoup plu, parce qu’elle frappe peut-être plus qu’elle n’émeut, et qu’elle ressemble à l’éloquence des orateurs qui s’attachent plutôt à vous entraîner qu’à vous convaincre118 ». Il porte ensuite un jugement qui « sent un peu la manie du patriotisme118 » :

  • 119 Ibid. Autre exemple de cette « manie du patriotisme » à propos des œuvres de Berton : « La directi (...)

Mais il faut, en dépit de la prévention très-nationale que nous avons pour tous les compositeurs ultramontains, il faut, dis-je, convenir qu’il existe une musique française et une musique italienne, comme une danse allemande et une danse anglaise. Chaque peuple a un caractère qui lui est propre, et sa poétique, sa danse, sa musique doivent lui être subordonnées. De même qu’il serait ridicule d’affubler un musulman d’un habit à la française, de même peut-être est-il bizarre de flanquer la musique d’un opéra séria sur un poème français. Les Italiens et les Allemands sont, je le veux, les premiers compositeurs du monde ; mais Gluck sentit la nécessité de faire de la musique française pour des Français. Pour Dieu, restons toujours chez nous, et n’allons pas colporter chez l’étranger cette méprisable manie d’admirer tout ce qui n’est pas de notre patrie119.

  • 120 Hector Berlioz, Mémoires, Paris, Flammarion, 1991, chap, XVI, p. 105.
  • 121 La Nacelle, jeudi 19 juin 1823, no 197, p. 2, « Macédoine ».

43Plus que la musique, le livret fait l’objet de critiques sévères. Tout d’abord, on estime que l’œuvre de Beaumarchais a été « profanée » par le musicien pour l’adaptation et la traduction en italien du Barbiere di Siviglia. Ensuite, on critique les « mutilations » de l’arrangeur « blasé », ce « musicien vétérinaire120 » qui adapte la version française du Barbier à partir de la traduction italienne. En conclusion, non sans une pointe d’humour, La Nacelle prétend que « cette pièce [de Beaumarchais] a été mise en morceaux par les ultra-montains, et dérangée ensuite pour la scène anti-française, par M. Castil-Blaze, ou Castil-Blasé121 » :

  • 122 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

Qu’un arrangeur et un musicien sont gens impitoyables ! Sous la plume de l’un, la jolie scène où Rosine feint de s’évanouir, et fait prendre à Bartholo la lettre de son cousin l’officier, au lieu du billet d’Almaviva, cette jolie scène a disparu. Le musicien, de son côté, a mis en rondeau le portrait de la calomnie, par Bazile ; en trio, l’entretien du Docteur, du Maréchal et de Rosine. Cependant les mutilations de l’arrangeur, et les profanations du musicien en ont encore assez laissé, pour qu’on reconnût l’intéressante comédie de Beaumarchais ; mais les traits piquans, les passages comiques du dialogue, ont été sacrifiés à la longueur des morceaux de chant, et à la nécessité de ne pas ralentir trop l’action du drame122.

44De cet aller et retour en Italie d’une comédie française très appréciée du public, malmenée à deux reprises par les coupes et les arrangements inévitables, il résulte des fautes de goût qui échappent au code de la déclamation française et au sens dramatique. La musique doit servir le livret sans en forcer le trait et le livret ne doit pas être sacrifié pour laisser libre cours aux idées musicales. C’est en substance ce que rappelle Corbière :

  • 123 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.

Notre musique ressemble à notre poésie pour la précision, la clarté et quelque fois l’élégance. La musique italienne au contraire, est abondante, verbeuse comme la langue du Tasse et de l’Arioste : aussi nos paroles conviennent-elles peu aux airs italiens. On en voit une preuve dans la finale du deuxième acte du Barbier : la moitié de ce morceau roule à peu près sur le seul mot respirer. Un chant d’opéra doit parler à la fois à mon esprit et à mon oreille, et quelque sublimes que soient les combinaisons d’un harmoniste, si elles reproduisent vingt fois le même mot à mon oreille, il en résultera une monotonie que toute la variété des sons ne pourra détruire. La longueur des parties de chant du Barbier était un des inconvéniens attachés à la difficulté de transporter cet opéra sur notre scène123.

  • 124 Ibid., jeudi 19 juin 1823, no 197, p. 2, « Macédoine ».
  • 125 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2, « Spectacles ».

45Certes Corbière ne partage pas le point de vue de son homologue publiciste nantais qui avoue, après la représentation du Barbier à Nantes, que « Rossini le plonge dans un état presque dilettantique124 ». Cependant l’auteur de La Nacelle « ne désespère pas de voir bientôt des Rossinistes dans notre ville125 » pour terminer sur un souhait qu’il formule au nom de la tranquillité publique : « Plaise à Dieu qu’ils n’y forment jamais une faction !... On se souvient des Piccinistes qui voulaient avoir raison en argumentant à coups de canne125. »

Nouvelles des théâtres français

  • 126 Ibid., jeudi 20 mars 1823, no 106, p. 1, « Salle Louvois ».

46Il y aurait encore beaucoup à dire de ces chroniques théâtrales d’une richesse singulière, qui débordent quelque fois de leur cadre pour alimenter la rubrique « Macédoine ». Elles informent sur nombre de spectacles représentés et d’incidents survenus dans les théâtres de la capitale. À titre d’exemple, La Nacelle insère dans ses colonnes le compte rendu du Correspondant parisien pour le concert donné au bénéfice de Romberg à la salle Louvois126 ou publie l’écho de la rencontre entre Napoléon et Cherubini au théâtre Feydeau :

  • 127 Ibid., jeudi 6 mars 1823, no 92, p. 2, « Macédoine ».

Napoléon se trouvant un soir à Feydeau, où l’on représentait les Deux Prisonniers, fit appeler M. Chérubini, alors maître de chapelle. « Voilà comme il faudrait nous faire de la musique, monsieur. Tenez, je la chante d’un bout à l’autre.
— Mais, sire, répondit le compositeur, je serais bien fâché que ma musique fût chantée par vous d’un bout à l’autre. »
Napoléon, en effet, avait la voix la plus fausse de tout son empire. Il ne fit que rire de la saillie un peu hardie de son maître de chapelle. Tout le monde à sa place n’aurait pas ri127.

  • 128 Ibid., dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 1, « Macédoine ».
  • 129 Ibid., lundi 26 mai 1823, no 173, p. 2, « Brest ».
  • 130 Ibid., vendredi 30 mai 1823, no 177, p. 2, « Macédoine ».

47De même, les nouvelles des théâtres et des concerts de province sont nombreuses. À propos des concerts à Nantes de Mlle Montano et de Ponchard, on critique l’inflation des amateurs qui « s’insinuent partout » : il « est à craindre que bientôt il n’y ait plus d’artistes : ce qui serait bien fâcheux pour ceux qui ne sont pas amateurs des amateurs128 ». On annonce un avis de vacance du poste du directeur du théâtre de Brest et on publie les « avantages faits par la ville » à l’entrepreneur (salle gratis, entretien, décorations, machines, une subvention de 5 000 f., un prix de patente fixé à 500 f., le droit des pauvres par abonnement fixé à 2 200 f., la promesse d’ouvrir dix mois dans l’année129). La tournée de concert de Lafont à Lille est également très remarquée, car « les oreilles flamandes des amateurs du département du Nord, n’ont été que médiocrement flattées des sons enchanteurs que ce virtuose tire de son instrument », mais « ce n’est pas la faute de l’artiste : c’est plutôt celle des oreilles de ces messieurs » car « en fait de sons, nous leur supposions cependant des notions positives de goût130 ». On rapporte aussi « des coups de poing, des bourrades et tout ce qui s’en suit » du théâtre de Lyon à l’occasion des débuts de Mme Léon-Fauvet :

  • 131 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.

Les siffleurs et les applaudisseurs se sont réciproquement empoignés dans le parterre, et ont fini par être empoignés les uns et les autres. Il est étonnant que chaque spectateur qui, en entrant dans sa loge, se suppose revêtu du caractère sacré de juge, compromette la dignité de sa position, et oublie assez la gravité de sa contenance, pour transformer quelquefois le parterre en gymnase. On sait qu’au tribunal de Thalie, on peut, comme ailleurs, bailler et dormir, mais se battre à coups de poing ! Cela sort des règles du bel usage ; Malgré l’éloignement que nous avons cependant pour le pugilat et l’exercice du bâton, nous conseillerions au Vaudeville de devenir de tems en tems un Gymnase131.

  • 132 Ibid., samedi 14 juin 1823, no 192, p. 3.

48Enfin, on relève la référence à une femme « chef d’orchestre du théâtre de Laon », pour laquelle « on ne dit pas si c’est au bâton ou à l’archet qu’elle conduit », mais « son mari, qui joue de la flûte dans un autre théâtre, nous assure que c’est au bâton, et que c’est lui qui lui a donné les premières leçons et les principes de la belle manière132 ».

  • 133 Journal de Rouen, samedi 12 août 1826, no 224.
  • 134 La Nacelle, mardi 10 décembre 1822, no 6, p. 3, « Macédoine ».
  • 135 Ibid., mardi 8 avril 1823, no 125, p. 3.
  • 136 Ibid., lundi 9 décembre 1822, no 5, p. 3.
  • 137 Ibid., mercredi 2 avril 1823, no 119, p. 3.
  • 138 Ibid., samedi 22 février 1823, no 80, p. 2.
  • 139 Il s’agit de trois lettres signées « H. T. » et publiées à la rubrique des « Spectacles » : jeudi (...)

49La part la plus précieuse de ces nouvelles des théâtres de province est celle des théâtres de la région. La Nacelle anticipe de plus de trois ans les chroniques du Journal de Rouen sur la construction du théâtre de Dieppe placé sous le patronage de la duchesse de Berry133, en publiant quelques commentaires sur les théâtres de Bolbec et de Honfleur134, en suivant « une troupe ambulante, qui parcourt le pays de Caux, sous la conduite d’une demoiselle Bourgeois, [et] s’est arrêtée dernièrement à Pavilly, pour y donner un échantillon de ses talens [...] une parodie du Barbier de Séville135 ! ! ! » Une place particulière est réservée aux nouvelles du Havre : acteur sifflé et anecdote136, désordres et tumulte à l’occasion d’une représentation de Paul et Virginie137, plainte à propos du retard pris par l’inauguration de la nouvelle salle138, comptes rendus des débuts au théâtre du Havre139, etc.

  • 140 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3, « Macédoine ».
  • 141 Ibid., vendredi 20 décembre 1822, no 16, p. 4, « Macédoine ».
  • 142 Ibid., mardi 8 avril 1823, no 125, p. 3.
  • 143 Ibid., vendredi 18 avril 1823, no 135, p. 2.
  • 144 Ibid., samedi 19 avril 1823, no 136, p. 4, « Spectacles ».
  • 145 Ibid., dimanche 20 avril 1823, no 137, p. 4.
  • 146 Ibid., jeudi 1er mai 1823, no 148, p. 3, « Au bénéfice des incendiés ».
  • 147 Notamment, la recette du théâtre des Arts (La Nacelle, mercredi 23 avril 1823, no 140, p. 2, « Mac (...)
  • 148 Ibid., dimanche 11 mai 1823, no 158, p. 2, « Macédoine »
  • 149 Ibid., samedi 21 juin 1823, no 199, p. 3.

50Des entrefilets publiés à la rubrique « Macédoine » apportent encore quelques témoignages sur l’histoire de la seconde salle rouennaise, le Théâtre français, car « on parle de bâtir une nouvelle salle de spectacle, près de Saint-Ouen, et de transporter le Théâtre Français dans la salle du bord de l’eau140 ». La Nacelle engage même « MM. les architectes à ne point attendre, pour faire jouir promptement la ville de cet avantage, que les habitans de la rive gauche ne passent plus sur un pont de bateaux140 ! » On apprend par ailleurs que la « salle des Français, située sur la place du Vieux-marché, offre une entrée si désagréable, que l’on paraît plutôt, en allant à ce théâtre, vouloir faire un sacrifice à Bacchus, qu’une offrande à Thalie141 ». Enfin, « on annonçait ces jours derniers, la vente de la petite salle du Théâtre Français, située place du Vieux-Marché ; cette circonstance ne changera rien à sa destination, on continuera toujours d’y donner des représentations142 ». Un incendie meurtrier cour Saint-Martin à Rouen soulève l’émotion. D’avril à juin 1823 les manifestations de bienfaisance se multiplient à travers la ville. L’épisode commence par l’ouverture d’une souscription « en faveur de ceux des incendiés que leur position recommande à la sollicitude générale143 » ; elle se poursuit par une série de spectacles organisés au bénéfice des incendiés au théâtre des Arts144, aux Jeux comiques de Gringalet et au théâtre de la Gaîté, qui ont obtenu pour la circonstance du directeur du théâtre des Arts « la permission de jouer des pièces parlantes145 », mais aussi au Concert des amateurs de Saint-Ouen qui a rassemblé « la société la plus nombreuse et la plus distinguée146 » ; elle se termine par la publication des recettes des différents spectacles147, de la liste des membres de la commission pour les incendiés, de l’évaluation des dégâts pour les vingt victimes (40 000 f. de perte), de l’état de la bienfaisance publique148 (4 000 f.) et de la répartition des secours versés en leur faveur149.

51Enfin, La Nacelle publie quelques articles précieux sur le fonctionnement du théâtre des Arts pendant la saison 1822-1823, articles qui pourront compléter avantageusement ceux du Journal de Rouen et remplir des lacunes laissées par la perte des archives. Il s’agit par exemple du bilan de la dernière saison théâtrale, qui rappelle l’impressionnante « activité [...] déployée dans le cours de l’année théâtrale qui vient d’expirer ». D’ailleurs, « l’inspection de la note suivante, que nous avons recueillie, pourra faire apprécier d’une manière palpable, quels sont les titres qui recommandent M. Morel à la bienveillance publique » :

Répertoire des Théâtres de Rouen, pendant Tannée théâtrale de 1822 à 1823.

Tragédies jouées,

7

Comédies,

110

Opéras,

102

Vaudevilles,

38

Ouvrages joués

257

Nouveautés.

Tragédies et comédies,

9

Opéras,

5

Vaudevilles,

24

Total

38

Le Théâtre des Arts a donné, pendant cet espace,

322 représentations ;

Le Théâtre français,

29

En tout

351

  • 150 Ibid., mercredi 23 avril 1823, no 140, p. 2, « Macédoine ».

Dix-huit artistes étrangers sont venus en tournée, et, sans une contrariété indépendante des précautions du directeur, Nourrit père et fils auraient terminé l’année théâtrale150.

  • 151 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 1-2, « Tribunaux. Direction du Théâtre des Arts. – Écuyers (...)

52Un autre exemple intéressant de cette actualité administrative du théâtre des Arts est la publication du très long compte rendu du procès opposant la direction du théâtre aux écuyers Franconi le 22 mai 1823 : « Tout ce qui intéresse l’art dramatique, est nécessairement du domaine de notre journal : nous devons compte à nos lecteurs du procès que le tribunal de première instance a eu à juger hier, entre le sieur Morel, directeur du théâtre des Arts, et les écuyers Franconi151. » Après une citation de Montesquieu qui devient prétexte à discourir, La Nacelle revient sur une question centrale de la politique théâtrale au XIXe siècle, le privilège :

La loi doit donc accorder une protection spéciale aux grands théâtres où la représentation des chefs-d’œuvre de la scène française donne chaque jour aux citoyens assemblés, des leçons éloquentes de morale et de vertu, rendues plus attrayantes par le charme et l’intérêt du spectacle. / Il est aussi de l’honneur national que les pièces de nos grands maîtres soient convenablement représentées ; car c’est là, aux yeux des étrangers jaloux, une des illustrations de la littérature française ; et, sans l’exécution théâtrale, les plus beaux vers comme les plus belles scènes n’atteindraient jamais toute leur valeur. La rareté des acteurs dignes de servir d’interprètes à notre Corneille, à Molière, à Racine, à Voltaire et aux autres auteurs dont s’honore la scène française, oblige les directeurs aux plus grands sacrifices pour la composition de leurs troupes. De ces diverses considérations sont nés les privilèges et les indemnités que les lois et les administrations ont concédés aux directeurs des grands théâtres : par une juste compensation, on a fait peser ces indemnités nécessaires à la prospérité des théâtres, qui sont l’école du goût et de la morale, sur les petits spectacles dont les indignes parades outragent le plus souvent le bon goût et les bonnes mœurs152.

53Puis est exposé l’objet du litige, la fameuse indemnité. À Rouen, en effet, « le directeur du théâtre des Arts a le droit de prélever le quart de la recette brute de tous les spectacles qui s’établissent passagèrement en cette ville : c’est la disposition d’un arrêté du préfet de ce département, homologué par le ministère de l’intérieur152 ». De leur côté, ce que relate La Nacelle, « les écuyers Franconi sont parvenus à se procurer une lettre ministérielle, qui leur confère le droit de donner dans les départemens, pendant l’été, des représentations de leurs exercices équestres, en ne payant aux directeurs privilégiés, que le vingtième de leurs recettes, pour toute rétribution152 ». L’exposé des arguments penche en faveur du directeur du théâtre, dont l’avocat, Me Daviel, réussit à contredire les Franconi sur différents aspects de leur défense en soulignant le préjudice subi (rappel du privilège de Morel ; désignation des spectacles passagers - bateleurs, danses de corde, courses de chevaux ; opposition sur la période, le mois de mai n’étant pas considéré comme un mois d’été mais du printemps ; rappel des risques engagés par l’entreprise théâtrale pour les débuts et la constitution de la troupe qui « ne doit pas souffrir de la concurrence pendant cette période152 »). Dans un souci de rendre plus justes les conclusions du procès, La Nacelle transcrit les paroles de l’avocat qui « cherchait à établir le droit et l’intérêt du directeur dans sa demande152 » :

  • 152 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 1-2, « Tribunaux. Direction du Théâtre des Arts. – Écuyers (...)

Eh ! messieurs, disait-il, vous veillerez au maintien du privilège du directeur du théâtre des Arts, car c’est dans l’intérêt de l’art dramatique que ce privilège lui a été concédé, et cet intérêt doit trouver protection près des magistrats d’une ville qui s’honore d’avoir donné naissance au grand Corneille152.

  • 153 Sur la question du procès, voir Joann Élart, « La Nacelle, ou Corbière contre Corbière : un journa (...)

54Au final, les Franconi, pas complètement en règle, gagnent le procès et ne versent que le vingtième de leur recette. Il y a un parti-pris évident de La Nacelle dans cette affaire de privilège : tout d’abord, Corbière se pose comme défenseur de l’art dramatique ; ensuite, La Nacelle exige comme tous les journaux libéraux que soit respectée la justice ; enfin, l’avocat, Me Daviel, n’est autre que le défenseur de La Nacelle dans un autre procès en cours, qui oppose le journal au ministère et à la préfecture, et qui coulera la frêle nacelle moins d’un mois plus tard153.

Nécrologies des musiciens

  • 154 La Nacelle, dimanche 22 décembre 1822, no 18, p. 3, « Macédoine ».

55La Nacelle peut devenir l’espace d’un instant la tribune des annonces nécrologiques, quelles aient valeur locale ou nationale. Sont alors relayées de rares informations sur quelques artistes du théâtre des Arts, tel l’acteur Astruc : « Madame Astruc, épouse de l’artiste de ce nom, a succombé avant-hier, à l’âge de 19 ans, par l’effet d’une maladie aigue ; la fatigue excessive, résultant des soins que M. Astruc a prodigués à sa malheureuse épouse, et le chagrin que lui cause sa perte, éloigneront, pendant quelque tems sans doute, cet acteur estimable de la scène154. » Plus rare encore, on apprend le décès d’un musicien de la fosse du théâtre des Arts, le contrebassiste Merlu :

  • 155 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3.

Hier matin, le sieur Merlu première contrebasse du théâtre, a été trouvé étendu sur le carreau près de son lit. Il était tellement saisi par le froid, que ses mains et ses pieds étaient contournés. On l’a remis au lit, où malgré les soins qui lui ont été prodigués, il a bientôt expiré155.

  • 156 Voir Joann Élart, Catalogue des fonds musicaux conservés en Haute-Normandie, t. I, bibliothèque mu (...)

56Cette nouvelle funeste confirme une analyse fine du matériel d’exécution du théâtre des Arts, dans lequel nous avons relevé près de 70 signatures au nom de ce musicien. L’expertise des dates permet de situer son activité de contrebassiste à la Comédie puis au théâtre des Arts entre environ 1768 et donc, 1823156.

57La Nacelle se souvient ensuite des compositeurs disparus, dont le répertoire est toujours apprécié du public : plus que Mozart ou Haydn, c’est Grétry, décédé en 1813, que l’on continue à célébrer. L’occasion est donnée avec l’épisode houleux du transfert de son cœur, qui suscite plus que des débats, un procès entre la ville de Liège qui souhaite l’acquérir et Flamand, le neveu du compositeur, qui le possède. Cette foire d’empoigne éveille quelques réflexions piquantes chez les auteurs de La Nacelle :

  • 157 La Nacelle, dimanche 11 mai 1823, no 158, p. 2, « Macédoine ».

[...] Il serait cependant plus raisonnable de couper en deux le cœur de Grétry mort, que d’avoir porté pendant sa vie un jugement injuste ou passionné sur un de ses ouvrages. Mais il est plus ordinaire de voir persécuter les hommes de génie jusqu’à leur dernier moment, quitte après à leur accorder des honneurs divins quand ils ne sont plus. Lisez la vie d’Ovide, du Tasse, du Camoëns, de Colomb, de Socrate, de Bayle, de Molière, etc., etc., etc.157.

  • 158 Ibid., mercredi 21 mai 1823, no 168, p. 2.

58Grétry toujours, à travers une anecdote dans laquelle on voit le compositeur surprendre, sans être vu, le chanteur Martin improvisant des variations sur l’air Adieu Marton tirée de l’Épreuve villageoise, opéra de Grétry : « Les applaudissemens très-vifs d’une seule personne se font entendre au parquet ; Martin fixe l’applaudisseur : c’était Grétry qui, avec beaucoup de douceur, lui dit : Je vous félicite de tout mon cœur : vous venez de chanter votre musique comme un ange ; mais ne serait-ce pas abuser de votre complaisance que de vous prier de chanter la mienne158 ? »

  • 159 Journal lyrique et anecdotique, 1re livraison, p. 4.
  • 160 Ibid., p. 6.
  • 161 Édouard Corbière, Élégies brésiliennes suivies de poésies diverses et d’une notice sur la traite d (...)

59Enfin, La Nacelle rend hommage aux musiciens de renom international récemment disparus. C’est une pratique que Corbière a déjà expérimentée en 1819 dans le Journal lyrique et anecdotique, dont le premier numéro inclut les « Stances sur la mort de Nicolo » précédées d’une belle « notice159 » nécrologique et d’une brève biographie de l’auteur du Billet de loterie et de L’Intrigue aux fenêtres. Ces stances signées Corbière, « peu connues, faites quelques jours après la mort de Nicolo160 », seront insérées en 1823 dans les Poésies diverses161. Sur ce principe, dans ses numéros des 10 et 11 mars 1823, La Nacelle ne pouvait pas passer sous silence la disparition le 1er mars 1823 d’un des plus célèbres chanteurs que la France ait porté, Pierre-Jean Carat :

  • 162 La Nacelle, lundi 10 mars 1823, no 96, p. 2, « Nécrologie ».

La France vient de perdre dans Garat le premier de nos chanteurs. Une méthode gracieuse et pure, un goût exquis et l’expression la mieux sentie, caractérisant le chant du nouveau Linus. / Garat naquit à Bordeaux d’une famille distinguée dans la robe. Son père le destinait au bareau [sic] ; mais le jeune homme cédant à sa passion pour la musique, abandonna les leçons de Cujas et de Barthole pour marcher sur les traces d’Orphée et d’Amphion. Garat, de l’assentiment de son père, homme au-dessus des préjugés du tems, se rendit à Paris auprès de son compatriote, M. Azevado, chanteur de la reine. L’exercice et l’étude firent bientôt du charmant chanteur un musicien consommé. Déjà il s’était acquis une grande réputation dans les premiers salons de la capitale. La reine, elle-même, témoigna le désir de l’entendre, et ce désir royal valut à Garat une pension de 6 000 fr. et le titre de chanteur de Sa Majesté. / Les choses étaient changées. Garat parcourut la France et le Nord de l’Europe pour y donner des concerts, où se portait en foule la plus brillante compagnie. / L’habile chanteur assistait un soir dans un théâtre de société, à la représentation d’un de nos plus jolis opéras, la mémoire ayant manqué à un acteur, il s’arrêta tout court aux premiers vers d’un solo. Garat, qui était dans la coulisse, saisit la note et chante délicieusement tout le morceau. Les spectateurs ne sachant que penser de cette merveilleuse métamorphose de voix, applaudirent à outrance. L’acteur en scène, tout ébahi, ne savait lui même quel était celui qui méritait ces applaudissemens. C’est Garat ! c’est Garat ! s’écrie aussitôt un assistant. Il n’y a qu’une voix comme celle-là en Europe. / Garat a fini sa carrière à l’âge de 62 ans. Un talent comme le sien devrait pouvoir se léguer en mourant. / Paris possédait dans Elleviou et Martin, deux émules du célèbre chanteur. Elleviou, depuis long-tems, a quitté la scène. Martin va, dit-on, nous priver aussi de son charmant talent : si cela est vrai, je dirai : / Plus de chant, plus d’amour, / Plaignez, plaignez Lutèce ! / Garat la quitte sans retour, / Et Martin la délaisse. /J. B. O.162.

  • 163 Sur la carrière rouennaise et parisienne de ce chanteur entre 1780 et 1800, voir les articles suiv (...)

60Le lendemain, Corbière publie dans le journal les « Stances élégiaques sur la mort de Garat », qui ont pu raviver dans la mémoire des Rouennais le souvenir de ce chanteur ayant donné ses premiers concerts publics à Rouen, sous la Terreur, avant de concrétiser son succès lors des concerts du théâtre Feydeau163 :

  • 164 La Nacelle, mardi 11 mars 1823, no 97, p. 1, « Stances élégiaques sur la mort de Garat ». Comme po (...)

Grâces, amours, voilez vos têtes,
Muses, pleurez : Garat n’est plus.
Déposez vos lyres muettes
Au pied du cercueil de Linus.
Il s’est éteint comme un zéphire,
Le doux murmure de sa voix,
Ou comme le son d’une lyre
Qui vient de gémir sous nos doigts.
Sa voix, par la mort étouffée,
Plus, hélas ! ne nous charmera !
À la France il rendit Orphée ;
Mais quel mortel nous le rendra.
J’irai voir le matin éclore
Près de ton marbre précieux ;
Il doit, aux rayons de l’aurore,
Rendre des sons harmonieux164.

De l'humour...

  • 165 Ibid., mercredi 1er janvier 1823, no 28, p. 3, « Étrennes au Théâtre de Rouen ».

61Les pages de La Nacelle fourmillent de traits humoristiques, qui empruntent souvent au registre de la critique, et, nous le verrons, de la satire. Les arts lyriques et musicaux constituent un sujet de prédilection, comme le montre ce choix d’« Étrennes au Théâtre des Arts », dans lesquelles tout le personnel est passé en revue. On offre entre autres « à Mme Duruissel, des bonbons à l’indulgence165 », « à Mlle Pougaud, un œuf frais pour lui éclaircir la voix », « à Mme Thénard, un peu plus de rondeur sans plus d’embonpoint », « à Mlle Laloi, un congé illimité », « à Mme Thomassin, un miroir pour lui apprendre à lire sans grimaces », « à Guyaud, les œuvres complètes de Molière », « à Duruissel, plus d’appréciateurs de son talent », « à Roche, un traité des entrées et des sorties », « à Ténar, une voix en harmonie avec son talent », « au Colin Félix, une gamme chromatique », « au Colin Constant, la clef des champs », « à l’Orchestre, dix violons de plus », « à la salle, un lustre à deux rangs de quinquets » et « au Directeur, une bonne année » !

  • 166 Deux et deux font quatre, ou le Savetier de Chartres, comédie en 1 acte, mêlée de vaudevilles, par (...)
  • 167 Opéra-comique en 1 acte d’Angelo Tarchi (1760-1814), sur un livret d’Alexandre Duval (1767-1842), (...)
  • 168 Version française de L’Impresario in angustie de Domenico Cimarosa (1749-1801), représenté pour la (...)
  • 169 La Nacelle, jeudi 5 juin 1823, no 183, p. 3, « Macédoine ».

62Corbière se presse-t-il donc de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ? Le ton de La Nacelle, inspiré par celui des journaux libéraux de la capitale, est frappant de modernité dans le paysage journalistique rouennais. On apprend par exemple que « le régisseur d’une troupe de comédiens ambulans mit dernièrement dans un furieux embarras un malheureux typographe de campagne » car « il lui envoya, pour faire l’affiche du jour, l’annonce du spectacle », dans laquelle sont cités « Deux et deux font quatre, vaudeville des Variétés166 », « Trente et quarante, opéra167 » et « Le Directeur dans l’embarras168 ». Le régisseur et le typographe « décidèrent que le titre de la troisième pièce n’était, pour eux, qu’une observation du chef de la troupe, qui dans l’embarras où il était d’organiser son spectacle, n’avait point eu le tems d’additionner les nombres 30 et 40 » et « en conséquence, ils s’empressèrent de réparer le désordre de la rédaction ; ils composèrent l’annonce, qui fut imprimée et affichée, ainsi : / “Aujourd’hui, etc. une représentation de / 4 vaudevilles en un acte, / Suivis de / 70 opéras nouveaux.” »169

  • 170 Ibid., lundi 2 juin 1823, no 180, p. 2.
  • 171 Ibid., dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3.

63Les exemples similaires sont nombreux. Pour résumer, il est utile de préciser que ces articles empruntent deux voies distinctes. La première, souvent anonyme (dans l’exemple précédent, il est impossible de situer autant dans le temps et que dans l’espace ce typographe de campagne qui, vraisemblablement, est un personnage imaginaire) est celle du trait d’esprit dépourvu de satire, qui observe les caractéristiques comiques de la boutade ou du bon mot : à propos d’une salle de spectacle, « Sur le rideau se voit une lyre surmontée du mot harmonie : le pied de la lyre tient ouvert un cahier de musique qui offre les notes ut, mi, sol, ut, c’est-à-dire accord parfait ; Cette inscription rappelle l’épitaphe de ce musicien mort d’une indigestion de poisson : / la ré, la sol, la mi la170 [...] » La seconde, très amusante, piquante et nourrie de critique, est celle qui peut la rapprocher de la satire, et de fait, elle n’est jamais anonyme : on critique les acteurs du théâtre des Arts dans les étrennes ou, à travers la première de la Pie voleuse de Rossini à Bruxelles, la phrase la plus longue jamais lue dans un périodique, celui du Journal de Bruxelles du 28 novembre, article « dans lequel on chercherait vainement un point » qui induit un bref commentaire à La Nacelle : « Ouf171 ! ! ! »

...à la satire

  • 172 Elle est notamment retirée du répertoire des théâtres pendant le deuxième trimestre de l’année 180 (...)

64La critique théâtrale de La Nacelle est politiquement « orientée », ce que l’exemple du très célèbre opéra de Grétry, Richard Cœur-de-Lion démontre. Cette œuvre créée à Rouen le 4 septembre 1786 traverse toutes les révolutions en figurant continuellement sur les listes des œuvres soumises à la censure, par ordre du conseiller d’État responsable de l’Instruction publique, principalement sous la Terreur et l’Empire172. Construit sur un livret portant les valeurs de la monarchie et de la chevalerie – Richard Cœur-de-Lion est délivré par le chevalier Blondel –, l’ouvrage est réhabilité sous la Restauration, ce qui, pour un républicain convaincu agace naturellement :

  • 173 La Nacelle, jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3. Voici la phrase en question : « La Pie Voleuse, de (...)

Richard-Cœur-de-Lion. / Placez-moi dans un endroit d’où je n’entende que la musique, disait Boileau à la première représentation d’Armide ; de telles places se paieraient bien cher, quand il s’agit de la plupart des opéras de Grétry. Richard est un de ceux dont on redoute plus particulièrement les paroles. En effet, un Roi-Paladin qui, pour convertir des mécréans à coups de sabre, abandonne son état et sa femme à des infidèles, était plutôt fait pour devenir le héros d’un opéra-buffa, que le sujet d’un ouvrage sérieux ; aussi cet auguste champion de la Foi n’existerait-il plus pour la scène, sans le respect qu’inspirent les chants du Linus français, et à la faveur desquels il usurpe la postérité. Cette pièce qui, pour être supportable, a besoin de tous les efforts des acteurs et du machiniste, n’a pas cependant été jouée avec l’ensemble que l’activité de M. Morel laisse rarement désirer173.

  • 174 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3, « Spectacles : Théâtre des Arts »

65Les valeurs républicaines sont en effet celles que défend La Nacelle, Corbière en particulier, qui signe le compte rendu de la première représentation de La Femme du sous-préfet ou le Charlatan, « un titre [qu’il s’était] bien promis de dénoncer, par scrupule, comme attentatoire à la dignité des sous-préfectures, parce qu’il paraissait annoncer que le charlatan mis en scène était un sous-préfet174 !...] » rétablit la méprise qui pourrait apparaître à la lecture du titre de l’ouvrage, et surtout, se réfère directement à la loi : « M. Frapillon prend, j’en conviens, un charlatan pour un sous-préfet, mais pas un sous-préfet pour un charlatan : ce qui est fort différent, car la première méprise n’est qu’une simple plaisanterie, et la seconde aurait constitué un délit fort grave, prévu par les articles 222 et 224 du Code pénal174. »

  • 175 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3.
  • 176 Ibid., jeudi 13 février 1823, no 71, p. 3, « Spectacles ».

66Si La Nacelle revendique ne jamais insérer dans ses colonnes aucun article politique, il pratique comme l’ensemble des journaux libéraux de l’époque la satire en portant atteinte directement au pouvoir en place. La prise de position est toujours sans équivoque, et peut être greffée sur des situations imprévisibles, à l’instar de cette représentation de Tom Jones de Philidor, durant laquelle « Le parterre, malin comme de coutume, a saisi un à propos dans ce passage du rôle de madame Duversin : “Un projet qu’avec soin cache le ministère, / Qui, si j’en crois un certain pronostic, / Ne s’accorde pas trop avec le bien public175 ” ». Les livrets d’opéra sont une source inépuisable d’interprétations propices à la satire politique. Voici encore un exemple de ce phénomène d’appropriation : « Un vers dit par Euphrosine dans une tirade où il devait être peu remarqué, a cependant été applaudi assez vivement : “Pour être aimés, les rois ont peu de chose à faire176.” » Pour toucher l’adversaire directement interpellé dans la chronique des spectacles, Corbière n’hésite pas à user du langage métaphorique, comme il le démontre avec Désaugiers à travers la représentation de La Parisienne en Espagne au théâtre des Arts le 2 décembre 1822 :

  • 177 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3, « Spectacles ».

Certaines personnes prétendent, toutefois, que cet enfant débile, d’une verve épuisée, pourrait encore se révéler au moyen de quelques changemens. Nous sommes d’autant plus portés à supposer que l’auteur [Désaugiers] suivra cet avis, qu’il s’est prêté jusqu’ici, avec la plus grande facilité, à tous les changemens177.

  • 178 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.
  • 179 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.
  • 180 Ibid., jeudi 16 janvier 1823, no 43, p. 3-4.

67Le bon mot peut être aussi chargé de la satire la plus féroce et du conseil le plus avisé : il faut se méfier des mouches, c’est-à-dire, des espions et fidèles serviteurs du pouvoir. À propos de l’anecdote du chat sur le théâtre, La Nacelle se rappelle « cette réflexion de Pascal : “Que penser de la gravité d’un juge que le vol d’une mouche va distraire de l’affaire la plus sérieuse, ou que l’incident le plus ordinaire va faire rire comme un insensé !...” » pour conclure que « le public en effet est un juge, et [qu’]il doit avoir souvent l’occasion d’être distrait, car au spectacle il ne manque pas de mouches178 ». Le compte rendu de Corbière sur la seconde représentation du Barbier de Séville à Rouen commence d’ailleurs sur la célèbre scène de la calomnie, l’exercice préféré des « mouches » : « “La calomnie, docteur, vous ne savez pas ce que vous dédaignez ! J’ai vu les plus honnêtes gens près d’en être accablés179.” » Corbière précise après cette entrée en matière que « cette allusion, ou plutôt ce passage, a été saisi par quelques spectateurs qui avaient peut-être leur raison de faire remarquer une maxime mise chaque jour en pratique avec tant de succès179 ». Qui pourrait croire que commémorer l’anniversaire de la naissance de Molière, « surnommé, avec juste raison, le père de la Comédie180 » puisse ouvrir une fenêtre de tir pour les antiroyalistes ?

  • 181 Ibid., jeudi 16 janvier 1823, no 43, p. 3-4.

Le Tartuffe, l’un des chefs-d’œuvre de ce poëte philosophe, composé dans l’intention de démasquer les faux dévots, est aujourd’hui encore une pièce de circonstance ; car, si l’on ne rencontre pas autant d’hipocrites [sic] affublés du manteau de la religion, jamais siècle ne fut plus fécond que le nôtre en tartuffes politiques. / On a vu ces derniers encenser le pouvoir, n’importe sous quelle forme il se montra, et à l’aide de quelques mots de circonstance, chercher à persuader de la fermeté de leurs principes ; mais plus d’un parmi eux a été reconnu au moment qu’il s’y attendait le moins, et j’en trouve la preuve dans l’histoire de ce perroquet qui cria, au moment que son maître protestait qu’il avait toujours été dévoué à la légitimité : « vive l’empereur... de Maroc181 ! »

  • 182 Ibid., samedi 14 juin 1823, no 192, p. 3.

68Enfin, le sujet de certains opéras est parfois évocateur d’un passé révolu et de la perception d’un sentiment d’injustice. Ainsi, Les Deux Journées de Cherubini rappellent à Corbière « des mois entiers de troubles et de misère qu’éprouva notre France, à certaine époque de l’histoire », « ces abus de la force et du pouvoir dont les peuples n’ont que trop souvent à gémir182 » et « heureusement Mikeli, le vertueux Mikeli, est là pour [le] réconcilier un peu avec les hommes ; il ne faut souvent qu’une âme généreuse et dévouée, pour venger l’humanité entière182 ». Mais aussi ces Marionnettes sur lesquelles Corbière semble porter un regard amer à quelques jours de la mort du journal :

  • 183 Ibid., mercredi 18 juin 1823, no 196, p. 2.

Les hommes sont des marionnettes, il y a longtems qu’on l’a dit, on le dira longtems encore, et il en est ainsi par tout le globe [...]. L’égoïsme, l’orgueil, la cupidité, le fanatisme, voilà les fils au moyen desquels ils cabriolent si joliment sur le théâtre du monde. Comment donc se fait-il qu’il y avait hier si peu de spectateurs à la représentation des Marionnettes de Picard ? Jamais pourtant les marionnettes n’ont été plus à la mode. Il est une grande marionnette dont la renommée depuis quelque tems ne se lasse pas de publier les merveilles, les tours de force, les sauts périlleux en avant et même en arrière. Un peuple en foule se presse sous ses pas pour le voir et l’admirer. Et si vous en doutez demandez plutôt à Polichinelle-Vampire183 !

  • 184 Dans le troisième tome de son Histoire politique et littéraire de la presse en France, Eugène Hati (...)

69La chronique des spectacles, et plus généralement, la place consacrée à l’information musicale dans La Nacelle invitent à prendre une certaine distance vis-à-vis des nouvelles véhiculées par le Journal de Rouen. Pour l’historien et le musicologue, travaillant sur l’histoire culturelle et les chronologies événementielles, pour lesquelles les archives ont disparu, la source secondaire revêt un intérêt évident. La Nacelle offre la possibilité de confronter des sources similaires, ce qui est précieux en province où l’espace consacré à la presse est souvent mobilisé par un titre de périodique principal. Combler les lacunes d’un programme à l’autre, comparer l’information divulguée par des sources traitant des mêmes faits, questionner les recensions nouvelles venant compléter le corpus établi, etc., c’est l’ouverture historique offerte par le contenu de La Nacelle. En outre, la rubrique des spectacles de La Nacelle est remarquable et surprenante par le détail et la qualité de l’information : elle rend compte et elle critique. L’esprit frondeur de La Nacelle est incarné dans celui de son rédacteur en chef, Édouard Corbière, enfant de la Révolution française né en 1793, engagé dans la marine impériale sous Napoléon, banni de Bretagne au début de la Restauration, qui trouve sa vocation de poète et de romancier dans la critique allégorique du Gouvernement sous la Restauration184 ?

  • 185 E. Hatin, p. 443-444.
  • 186 Ibid, p. 372.
  • 187 Ibid, p. 379.
  • 188 Ibid, p. 445.

70Certes La Nacelle n’a pas été le fer de lance de cette nouvelle presse libérale française, mais elle a transporté dans la capitale normande la radicalité d’un ton nouveau déjà largement réprimandé à Paris. Les journaux d’opposition sont nombreux à revendiquer un droit républicain fondamental, celui de la liberté de la presse, droit fragilisé par un ensemble de lois très contestées visant à le museler. De fait, les procès de feuilles libérales se multiplient entre 1820 et 1823, une période que l’historien Eugène Hatin désigne comme « la plus éclatante des annales de la presse185 ». L’Album, journal des arts de la littérature des mœurs et des théâtres – sous-titre qui n’est pas sans rappeler celui de La Nacelle – est accusé de satire politique, excitation à la haine, mépris du gouvernement du roi et outrage contre des fonctionnaires186. Les sanctions sont lourdes : prison, amendes, confiscation des registres, suppression du journal. Suivent entre janvier et avril 1823 la suspension par arrêté du ministère de titres comme Le Courrier français et Le Pilote187. Deux mois plus tard, La Nacelle, pourtant un journal provincial, ne survit pas à un procès du même acabit. Les enjeux sont de taille et le gouvernement, qui sent le vent tourner, cherche à endiguer cette déferlante antiroyaliste : en 1824, à Paris, aux six journaux du gouvernement (Journal de Paris, L’Étoile, La Gazette, Le Moniteur, Le Drapeau blanc, Le Pilote) répondent les six journaux de l’opposition (Le Constitutionnel, le Journal des débats, La Quotidienne, Le Courrier français, Le Journal du commerce, L’Aristarque). Plus encore, les abonnements périodiques dans la capitale soulignent le poids de l’opposition : la presse d’opposition totalise 41 330 abonnements en 1824, soit 26 986 de plus que la presse du Gouvernement, et 44 000 en 1825 soit 31 420 de plus188 !

  • 189 Ibid, p. 91.

71Corbière, n’en doutons pas, a été un lecteur assidu de toutes ces feuilles d’opposition, comme des autres d’ailleurs, en témoignent les innombrables piques et allusions à ces titres dans La Nacelle. L’une des plus engagées à partir de 1814, Le Nain jaune, semble avoir largement inspiré Corbière dans la recherche d’un style : l’épigraphe latine ; l’anonyme strictement gardé sous forme de monogrammes ou de pseudonymes ; la caricature piquante et la gravure allégorique tirées sur grand papier ; la multiplication des tablettes historiques, des articles de critiques littéraires et de la revue des théâtres189, la querelle des classiques et des romantiques, etc. Le ton surtout :

  • 190 Ibid, p. 110.

Aucun des journaux de l’époque ne porta des coups plus meurtriers au gouvernement de la Restauration. Ce que le Censeur disait gravement et pour avertir, le Nain jaune le disait plaisamment et pour renverser. Or, à cette époque, l’arme du ridicule était encore une arme puissante en France190.

  • 191 Ibid, p. 311.
  • 192 Ibid, p. 356.

72Cette inspiration puisée dans les journaux parisiens est encore plus évidente quand le lien est fait entre un nom de dépositaire parisien mentionné dans le bandeau d’abonnement de La Nacelle et l’un des membres du comité particulier et secret de La Société des amis de la liberté de la presse191, Brissot-Thivars. De même, Corbière s’inscrit avec La Nacelle dans la tradition des journaux littéraires comme Le Miroir poursuivi par le ministère « qui insist[e] sur la nécessité de soumettre à une surveillance spéciale les journaux littéraires par leur titre, politiques par leur objet [...] “dans lesquels il est impossible de méconnaître un but politique, trop clairement indiqué par le soin constant des rédacteurs à favoriser de coupables opinions192 On reproche au Miroir de faire du sarcasme politique :

  • 193 Ibid, p. 369-370.

Toute la cause consistait en interprétations à l’aide desquelles l’accusation s’efforçait de transformer en articles politiques des rédactions que les prévenus soutenaient n’avoir pas ce caractère. Elle s’appuyait sur seize articles, dont il fut donné lecture à l’audience, à la grande joie de l’auditoire ; [...] une romance piémontaise ; une anecdote sur les parapluies uniformes, un article sur divers sens de ces mots : faire des brioches ; un vocabulaire à l’usage des gens du monde ; un bon mot sur un orateur qui aurait pu avoir des succès s’il eût été curé ; un article sur les fêtes publiques et sur 25 000 petits pâtés donnés à 25 000 indigents qui n’avaient pas de pain, etc.193.

  • 194 Ibid, p. 370-371.

73Adepte de cette forme de langage allégorique, Corbière cherche à contourner la censure en publiant une multitude d’articles en littérature et en musique. Il sait que « le ministère public [...] posait en principe que, pour savoir si un écrit était politique, il fallait non-seulement s’arrêter aux expressions et au sens naturel qu’elles présentent, mais chercher si elles n’ont pas un sens allégorique, entrer dans l’intention et dans la pensée de l’auteur, et faire surtout attention au sens dans lequel les mots peuvent être interprétés par les lecteurs ; et il démontrait que les articles incriminés étaient, sous le voile transparent d’une allégorie facile à saisir, de vraies satires politiques194. » Il connaît les limites de la loi et il en fait sa défense dans le procès de La Nacelle qui l’oppose au ministère : la loi n’interdit pas les allusions et les allégories, elle défend le discours politique direct.

74Cette posture, si elle est moins visible dans la chronique théâtrale, est lisible dans chacun des numéros du journal. Elle impose une polarisation dans toutes les rubriques. La Nacelle est de ce point de vue une production de l’esprit à replacer dans une perspective nationale mais également dans la construction d’un parcours, celui d’Édouard Corbière. Après cette troisième tentative comme publiciste, Corbière trouve encore dans l’exil une issue favorable à cette aventure littéraire, qui le propulse au début des années 1830 à la direction du Journal du Havre à l’aune d’une carrière brillante de romancier dans le genre d’Eugène Sue, le roman maritime. Auteur du roman à succès Le Négrier (1832), Corbière transmet à son fils Joachim Corbière dit Tristan (1845-1875) cette fibre littéraire, que l’on peut apprécier dans Les Amours jaunes, un recueil de poésies très remarqué par Verlaine.

Adieux à Colombie

Adieux à Colombie

Source musicale (voir note no 39) : bibliothèque municipale de Rouen, Mus. g 88 (3). Source littéraire pour le rétablissement de la ponctuation et des graphies fautives : La Nacelle 25 janvier 1823, no 52, p. 1. Gravure : Joann Élart (logiciel Berlioz)

Notes

1 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VIII, La presse moderne 1789-1860 : la presse sous la Restauration, la presse sous la monarchie de Juillet, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1861.

2 Voir Joann Élart, « La Nacelle, ou Corbière contre Corbière : un journal de l’opposition libérale à Rouen sous la Restauration (1822-1823) » (à paraître). On y trouvera notamment une bibliographie et de nombreuses annexes détaillées.

3 Son identité n’est pas directement révélée dans La Nacelle, Corbière publiant sous le pseudonyme « Edwd. » Le résultat de ces attributions est fourni dans Joann Élart, op. cit.

4 Journal lyrique et anecdotique, impr. C.-F. Patris, quai de la Colombe, no 4, quai de la Cité, [1819], p. 1-2, « Prospectus ».

5 Compte rendu inédit qui doit s’ajouter à la monumentale compilation de Jean Mongrédien dans Le Théâtre-Italien de Paris 1801-1831, Lyon, Symétrie, 2008, 8 vol.

6 Journal lyrique et anecdotique, 1re livraison, p. 5, « Variétés ».

7 La Nacelle, samedi 11 janvier 1823, no 38, p. 1-2, « Quelques réflexions sur l’art dramatique », signées « Ady ».

8 Ibid., vendredi 13 décembre 1822, no 9, p. 4.

9 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 4, « Spectacles du 15 Décembre ».

10 Ibid., Dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 4, « Spectacles du 29 décembre ».

11 Voir à titre d’exemple, ibid., dimanche 12 janvier 1823, no 39, p. 4, « Spectacles du 12 janvier ».

12 Ibid., dimanche 26 janvier 1823, no 53, p. 4, « Spectacles du 26 janvier ».

13 Ibid., dimanche 4 mai 1823, no 151, p. 4, « Spectacles ».

14 Ibid., mercredi 12 mars 1823, no 98, p. 4, « Spectacles ».

15 Ibid., samedi 29 mars 1823, no 115, p. 4, « Spectacles ».

16 Ibid., samedi 10 mai 1823, no 157, p. 2, « Macédoine ».

17 Ibid., jeudi 8 et vendredi 9 mai 1823, nos 155 et 156, p. 2, « Macédoine ».

18 Ibid., samedi 21 juin 1823, no 199, p. 3, « Macédoine ».

19 Ibid., mercredi 12 février 1823, no 70, p. 4, « Avis divers ». Le Fournier dont il est question pourrait être l’un des violonistes du théâtre des Arts, l’un des amis les plus proches de Boieldieu, entre lesquels une correspondance importante a survécu.

20 Ibid., mercredi 18 décembre, no 14, p. 3, « Macédoine ».

21 Ibid., mercredi 16 avril 1823, no 133, p. 2, « Arts mécaniques ».

22 Ibid., lundi 10 mars 1823, no 96, p. 3, « Macédoine ».

23 Anik Devriès-Lesure, L’Édition musicale dans la presse parisienne au XVIIIe siècle : catalogue des annonces, Paris, CNRS éditions, 2005.

24 La Nacelle, mercredi 11 juin 1823, no 189, p. 2, « Macédoine ».

25 Ibid., lundi 26 mai 1823, no 173, p. 2.

26 Ibid., jeudi 22 mai 1823, no 169, p. 2.

27 Ibid., samedi 3 mai 1823, no 150, p. 1 : « L’Amant & l’Ami ».

28 Édouard Corbière, « L’Amant et l’ami », dans Élégies brésiliennes suivies de poésies diverses et d’une notice sur la traite des Noirs, Paris, Brissot-Thivars, juin 1823, p. 41.

29 La Nacelle, dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 3, dans « Macédoine ».

30 Ibid., mardi 22 avril 1823, no 139, p. 1, « Ma Pensée ».

31 Ibid., dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 3, dans « Macédoine ».

32 Ibid., dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 4, « Avis divers », p. 4. L’annonce est reprise dans les nos 29, 34 et 42.

33 Ibid., dimanche 15 juin 1823, no 193, p. 2, dans « Macédoine ».

34 Ibid., vendredi 16 mai 1823, no 163, p. 2.

35 Ibid., dimanche 15 juin 1823, no 193, p. 2.

36 Les références sont nombreuses. Citons à titre d’exemple, en 1777, les airs « On s’étonneroit moins » extrait de l’Armide de Gluck (no 272), « Ô sort affreux ! », « Dans le bocage, l’oiseau volage » et « Non, mon coeur souffre » extraits de L’Olympiade de Sacchini (nos 283, 293 et 300), les ariettes « Ah ! qu’une fille est à plaindre » et « Courir les bois » tirées de Félix ou l’Enfant trouvé de Monsigny (nos 33 5 et 342), « D’une rose fraîche éclose » et « L’art de charmer n’est pas toujours celui de bien aimer » de Myrtil et Licorys de Désormery (nos 342 et 356), les romances « À l’ombrage de ces rameaux » de Chélibbi (no 302), « Je l’ai planté » de Rousseau (no 321), « Un matin brusquement » de Piccinni (no 19 en 1778).

37 Le premier essai est imprimé dans le no 59 du Journal de Normandie du mercredi 25 juillet 1787. La pièce intitulée « Amilcar » est accompagnée de la note suivante : « Nous prions MM. nos abonnés d’excuser les longs délais qu’a essuyés la promesse que nous avions faite de la musique : ils doivent être imputés au fondeur de caractères de Paris » (p. 250). Autres exemples : « Ariette de Tarare » (Journal de Normandie, mercredi 15 août 1787, p. 270) ; « Air d’Œdipe à Colone, tragédie lyrique ; paroles de M. Guillard, musique de M. Sacchini » (ibid., mercredi 22 août 1787, p. 280) ; « Romance, par M. de La Morinière, mise en musique, avec accompagnement de harpe ou de forte-piano, par M. Vitcoq, élève de Broche » (ibid., samedi 22 septembre 1787, p. 314) ; « Couplet d’Isabelle et Rosalvo, chantés par Madame Grenier » (ibid., mercredi 24 octobre 1787, p. 350, c’est-à-dire une semaine après la première représentation rouennaise) ; « Romance, par un Cauchois, mise en musique par M. R*** » (ibid., mercredi 7 novembre 1787, p. 366) ; « Romance, par le Cousin Jacques, mises en musique, avec accompagnement de harpe ou de piano-forte, par M. Vitcoq, élève de M. Broche » (ibid., mercredi 14 novembre 1787, p. 374) ; « Couplets de table, par un amateur » (ibid., mercredi 12 mars 1788, p. 88) ; « Complainte par un Cauchois, près d’H***, mise en musique avec accompagnement de harpe, par M. R*** » (ibid., 21 mai 1788, p. 167-168) ; « Romance » (ibid., mercredi 11 juin 1788, p. 192) ; « Romance, mise en musique par M. Mauduit, maître de forte-piano » (ibid., 1er novembre 1788, p. 324) ; « Chanson par M. Noël de La Morinière, mise en musique par M. Vitcoq, maître de piano-forte, élève de M. Broche » (ibid., 5 novembre 1788, p. 364) ; « Air des Arts et l’amitié, chanté par Madame Batiste, & composé par M. Solier » (ibid., 3 décembre 1788) ; « Vaudeville du comte d’Albert, chanté par M. Batiste l’aîné » (ibid., 28 février 1789, p. 72) ; « Le jeune d’Anély mourant à son épouse, romance par M. de Conjon, Bayeux, mise en musique, avec accompagnement de forte-piano, par M. Mauduit, maître de clavecin » (ibid., 11 mars 1789, p. 83).

38 La Nacelle, samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 1. Nous soulignons dans la source.

39 Titre de départ : « Adieux à Colombie, paroles de M. Edwd / Musique d’Urbain Meurger / Prix 1f. 50c. / Se vend au Bureau du Journal, place des Carmes, à Rouen / et à Paris, chez les M.ds de Nouveautés. » Cette romance est conservée dans les collections musicales de la bibliothèque municipale de Rouen (don Théodore Bachelet), sous la cote Mus. g 88(3). Nous en proposons une transcription en annexe.

40 À titre d’exemples, dans les premiers numéros : comptes rendus du théâtre des Arts et du Théâtre français (La Nacelle, lundi 9 décembre 1822, no 5, p. 3, « Spectacles »), du théâtre des Arts (samedi 14 décembre 1822, no 10, p. 3 ; idid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3), etc.

41 Voir Joann Élart, « Les origines du concert public à Rouen à la fin de l’Ancien Régime », Revue de musicologie, no 93/1 (2007), p. 53-73. Id., Les Concerts à Rouen de la fin de l’Ancien Régime à la monarchie de Juillet (1762-1848), collection « Répertoire de programmes de concerts en France » sous la direction de Patrick Taïeb et Hervé Lacombe, Symétrie-fondation Palazzetto-Bru-Zane-Centre de musique romantique française, à paraître.

42 La Nacelle, dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3, « Concert instrumental & vocal de Mlle Cinti ».

43 La Nacelle, dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3, « Concert instrumental & vocal de Mlle Cinti ».

44 Ibid., dimanche 29 décembre 1822, no 25, p. 3, « Spectacles : Concert de M. Baillot ».

45 Ibid., lundi 9 décembre 1822, no 5, p. 3, « Macédoine ».

46 Ibid., samedi 1er février 1823, no 59, p. 2, « Macédoine ».

47 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3, « Spectacles »

48 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3.

49 Ibid., jeudi 9 janvier 1823, no 36, p. 4.

50 Ibid., jeudi 23 janvier 1823, no 50, p. 4.

51 Ibid., vendredi 31 janvier 1823, no 58.

52 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3, « Spectacles ».

53 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3, « Spectacles ».

54 Voir notamment Joann Élart, « Le Colporteur à Rouen, ou l’autopsie d’un échec en province », dans George Onslow : un romantique entre France et Allemagne, textes réunis par Viviane Niaux, Lyon, Symétrie (à paraître).

55 La Nacelle, vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3, « Spectacles ».

56 Ibid., lundi 12 mai 1823, no 159, p. 2, « Spectacles ».

57 Ibid., lundi 17 février 1823, no 75, p. 3, « Spectacles ».

58 Ibid., 25 et 26 décembre 1822, p. 3, no 21 et 22, « Spectacles ».

59 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, no 48 et 49, p. 3.

60 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3.

61 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3.

62 Ibid., mercredi 14 mai 1823, no 161, p. 3.

63 Ibid., jeudi 13 février 1823, no 71, p. 3.

64 Ibid., mercredi 25 et jeudi 26 décembre 1822, nos 21 et 22, p. 3-4, « Spectacles ».

65 Ibid., lundi 30 décembre 1822, no 26, p. 3, « Spectacles ».

66 Ibid., vendredi 7 février 1823, no 65, p. 3, « Spectacles ».

67 Ibid., lundi 23 décembre 1822, no 19, p. 3, « Spectacles ». Sont représentés Les Pécheurs, Gulistan et Ma tante Aurore.

68 Ibid., mardi 20 mai 1823, no 167, p. 3, « Spectacles ». À propos du Mariage de Figaro.

69 Ibid., mercredi r6 avril 1823, no 133, p. 3, « Spectacles ». À propos de Tom Jones.

70 Ibid., jeudi 12 juin 1823, no 190, p. 3, « Spectacles ».

71 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3, « Spectacles ».

72 Ibid., mardi 10 juin 1823, no 188, p. 3.

73 Ibid., jeudi 15 mai 1823, no 162, p. 2.

74 Ibid., jeudi 29 mai 1823, no 176, p. 3.

75 Ibid., vendredi 7 février 1823, no 65, p. 3.

76 Ibid., mercredi 25 et jeudi 26 décembre 1822, nos 21 et 22, p. 3.

77 Ibid., 21 et 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3, « Spectacles ».

78 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3.

79 Ibid., mardi 27 mai 1823, no 174, p. 3.

80 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3, « Spectacles ».

81 Ibid., Samedi 15 février 1823, no 73, p. 3.

82 Ibid., mercredi 29 janvier 1823, no 56, p. 3.

83 Ibid., samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 4.

84 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.

85 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3, « Spectacles ».

86 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.

87 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3.

88 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.

89 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 3.

90 Ibid., jeudi 27 février 1823, no 85, p. 3.

91 Ibid., mercredi 7 mai 1823, no 154, p. 2, « Spectacles ».

92 Ibid., mercredi 7 mai 1823, no 154, p. 2-3.

93 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3.

94 Ibid., samedi 10 mai 1823, no 157, p. 3.

95 Ibid., Vendredi 20 décembre 1822, no 16, p. 3.

96 Ibid., lundi 27 janvier 1823, no 54, p. 4, « Spectacles ».

97 Ibid., samedi 25 janvier 1823, no 52, p. 4.

98 Ibid., jeudi 13 mars 1823, no 99, p. 2.

99 Ibid., mercredi 21 mai 1823, no 168, p. 3.

100 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 3.

101 Ibid., samedi 7 juin 1823, no 185, p. 3.

102 Ibid., mardi 28 janvier 1823, no 55, p. 3, « Spectacles »

103 Ibid., dimanche 20 avril 1823, no 137, p. 2.

104 Ibid., dimanche 15 décembre 1822, no 11, p. 3.

105 Ibid., mercredi 11 juin 1823, no 189, p. 2.

106 Ibid., lundi 2 juin 1823, no 180, p. 3, « Spectacles ».

107 Ibid., jeudi 2 janvier 1823, no 29, p. 2.

108 Ibid., lundi 10 mars 1823, p. 3, no 96, « Macédoine ».

109 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3.

110 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 2.

111 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 2.

112 Ibid., 13 juin 1823, no 191, p. 1-2, « Observations sur le Beau ».

113 Histoire du Théâtre-des-Arts par Ch. Vauclin. Répertoire alphabétique et date de chacune des représentations de toutes les œuvres lyriques jouées au Théâtre-des-Arts, du commencement du XIXe siècle au 14 juillet 1912, bibliothèque municipale de Rouen, Ms. g 91(6).

114 Jean Mongrédien, Le Théâtre-Italien de Paris 1801-1831, Lyon, Symétrie, 2008, 8 vol.

115 La Nacelle, vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

116 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.

117 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

118 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

119 Ibid. Autre exemple de cette « manie du patriotisme » à propos des œuvres de Berton : « La direction de Feydeau a acquis la propriété des opéras du célèbre Berton, pour une somme annuelle de 2 400 francs. N’est-il pas désespérant pour les arts, et honteux pour l’administration dont ce compositeur a fait la fortune, de voir les fruits de quarante années de travaux, taxés à un aussi vil prix ; et faudra-t-il, pour prétendre en France à des récompenses nationales, se dire italien ou se faire naturaliser allemand » (La Nacelle, 29 janvier 1823, no 56, p. 2, « Macédoine »).

120 Hector Berlioz, Mémoires, Paris, Flammarion, 1991, chap, XVI, p. 105.

121 La Nacelle, jeudi 19 juin 1823, no 197, p. 2, « Macédoine ».

122 Ibid., vendredi 28 février 1823, no 86, p. 3, « Spectacles ».

123 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.

124 Ibid., jeudi 19 juin 1823, no 197, p. 2, « Macédoine ».

125 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2, « Spectacles ».

126 Ibid., jeudi 20 mars 1823, no 106, p. 1, « Salle Louvois ».

127 Ibid., jeudi 6 mars 1823, no 92, p. 2, « Macédoine ».

128 Ibid., dimanche 27 avril 1823, no 144, p. 1, « Macédoine ».

129 Ibid., lundi 26 mai 1823, no 173, p. 2, « Brest ».

130 Ibid., vendredi 30 mai 1823, no 177, p. 2, « Macédoine ».

131 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.

132 Ibid., samedi 14 juin 1823, no 192, p. 3.

133 Journal de Rouen, samedi 12 août 1826, no 224.

134 La Nacelle, mardi 10 décembre 1822, no 6, p. 3, « Macédoine ».

135 Ibid., mardi 8 avril 1823, no 125, p. 3.

136 Ibid., lundi 9 décembre 1822, no 5, p. 3.

137 Ibid., mercredi 2 avril 1823, no 119, p. 3.

138 Ibid., samedi 22 février 1823, no 80, p. 2.

139 Il s’agit de trois lettres signées « H. T. » et publiées à la rubrique des « Spectacles » : jeudi 15 mai 1823, no 162, p. 1-2 ; samedi 24 mai 1823, no 171, p. 1 ; jeudi 29 mai 1823, no 176, p. 2.

140 Ibid., vendredi 6 décembre 1822, no 2, p. 3, « Macédoine ».

141 Ibid., vendredi 20 décembre 1822, no 16, p. 4, « Macédoine ».

142 Ibid., mardi 8 avril 1823, no 125, p. 3.

143 Ibid., vendredi 18 avril 1823, no 135, p. 2.

144 Ibid., samedi 19 avril 1823, no 136, p. 4, « Spectacles ».

145 Ibid., dimanche 20 avril 1823, no 137, p. 4.

146 Ibid., jeudi 1er mai 1823, no 148, p. 3, « Au bénéfice des incendiés ».

147 Notamment, la recette du théâtre des Arts (La Nacelle, mercredi 23 avril 1823, no 140, p. 2, « Macédoine »), du concert de Saint-Ouen (ibid., dimanche 4 mai 1823, no 151, p. 2) et du théâtre de Gringalet (ibid., mardi 6 mai 1823, no 153, p. 2).

148 Ibid., dimanche 11 mai 1823, no 158, p. 2, « Macédoine »

149 Ibid., samedi 21 juin 1823, no 199, p. 3.

150 Ibid., mercredi 23 avril 1823, no 140, p. 2, « Macédoine ».

151 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 1-2, « Tribunaux. Direction du Théâtre des Arts. – Écuyers Franconi ».

152 Ibid., vendredi 23 mai 1823, no 170, p. 1-2, « Tribunaux. Direction du Théâtre des Arts. – Écuyers Franconi ».

153 Sur la question du procès, voir Joann Élart, « La Nacelle, ou Corbière contre Corbière : un journal de l’opposition libérale à Rouen sous la Restauration (1822-1823) » (à paraître).

154 La Nacelle, dimanche 22 décembre 1822, no 18, p. 3, « Macédoine ».

155 Ibid., mercredi 15 janvier 1823, no 42, p. 3.

156 Voir Joann Élart, Catalogue des fonds musicaux conservés en Haute-Normandie, t. I, bibliothèque municipale de Rouen, vol. 1, fonds du théâtre des Arts (XVIIIe et XIXe siècles), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2004, p. 409 [index]. La méthode d’analyse et le protocole de datation évoqués sont exposés dans l’introduction de cet ouvrage, p. LXI et LXII.

157 La Nacelle, dimanche 11 mai 1823, no 158, p. 2, « Macédoine ».

158 Ibid., mercredi 21 mai 1823, no 168, p. 2.

159 Journal lyrique et anecdotique, 1re livraison, p. 4.

160 Ibid., p. 6.

161 Édouard Corbière, Élégies brésiliennes suivies de poésies diverses et d’une notice sur la traite des Noirs, Paris, Brissot-Thivars, juin 1823, p. 28-29 (« Euterpe, muse infortunée »).

162 La Nacelle, lundi 10 mars 1823, no 96, p. 2, « Nécrologie ».

163 Sur la carrière rouennaise et parisienne de ce chanteur entre 1780 et 1800, voir les articles suivants classés dans l’ordre chronologique de son parcours : Joann Élart, « La mobilité des musiciens et des répertoires : Punto, Garat et Rode aux concerts du Musée », dans Le Musée de Bordeaux et la musique 1783-1793, éd. Patrick Taïeb, Natalie Morel-Borotra et Jean Gribenski, Rouen, PURH, 2005, p. 157-173 ; id., « Circulation des quatre symphonies œuvre VII de Johann Franz Xaver Sterkel de l’Allemagne à Rouen : un itinéraire singulier du goût musical entre 1770 et 1825 », dans Studien zu den deutsch-französischen Musikbeziehungen im 18. und 19. Jahrhundert, Bericht über die erstegemeinsame Jahrestagung der GesellschaftfürMusikforschung und der Société française de musicologie Saarbrücken 1999, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2002, p. 266-281 ; id. et Patrick Taïeb, « La Complainte du troubadour de Pierre-Jean Garat (1762-1823) », Orages, no 2, « L’imaginaire du héros », Besançon, Apocope, mai 2003, p. 137-168 ; Patrick Taïeb, « Suzette au concert Feydeau (1797) ou la vertu déconcertée », dans Le Concert et son public. Mutations de la vie musicale en Europe de 1780 à 1914 (France, Angleterre, Allemagne), sous la dir. de Hans Erich Bödeker, Patrice Veit et Michael Werner, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002, p. 404-425.

164 La Nacelle, mardi 11 mars 1823, no 97, p. 1, « Stances élégiaques sur la mort de Garat ». Comme pour Nicolo, ces Stances sont repris dans le recueil d’Édouard Corbière, Élégies brésiliennes suivies de poésies diverses [...], p. 43-44.

165 Ibid., mercredi 1er janvier 1823, no 28, p. 3, « Étrennes au Théâtre de Rouen ».

166 Deux et deux font quatre, ou le Savetier de Chartres, comédie en 1 acte, mêlée de vaudevilles, par C. G…, D. T... et Bonnin..., représenté pour la première fois à Paris, (théâtre des Troubadours) le 29 nivôse an VIII.

167 Opéra-comique en 1 acte d’Angelo Tarchi (1760-1814), sur un livret d’Alexandre Duval (1767-1842), représenté pour la première fois à Paris (Opéra comique) le 18 mai 1799 et à Rouen (théâtre des Arts) en juillet-août 1802.

168 Version française de L’Impresario in angustie de Domenico Cimarosa (1749-1801), représenté pour la première fois à Paris (théâtre Monsieur) le 6 mai 1789 et à Rouen (théâtre des Arts) en mai 1793.

169 La Nacelle, jeudi 5 juin 1823, no 183, p. 3, « Macédoine ».

170 Ibid., lundi 2 juin 1823, no 180, p. 2.

171 Ibid., dimanche 8 décembre 1822, no 4, p. 3.

172 Elle est notamment retirée du répertoire des théâtres pendant le deuxième trimestre de l’année 1805.

173 La Nacelle, jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3. Voici la phrase en question : « La Pie Voleuse, de Rossini, si impatiemment désirée des nombreux dilettanti, paraît enfin ce soir sur notre théâtre, et jamais fête plus solennelle ne promit à la curiosité des jouissances aussi vives par le concours de circonstances qui doivent en rehausser l’éclat ; d’abord les souvenirs encore récens du Barbier, dont la vogue ne s’est point ralentie ; puis le nom d’une actrice justement chérie du public, Mme Lemesle, qui va conquérir de nouveaux droits à la bienveillance générale dans le personnage de l’intéressante Ninette, sous les traits de laquelle elle se montre en outre ce soir comme bénéficiaire, à titre de récompense de ses services, récompense que le public sanctionne ordinairement des témoignages parlans de satisfaction plus flatteurs encore pour l’amour-propre et le talent reconnu de la personne qui en est l’objet. »

174 Ibid., mardi 21 et mercredi 22 janvier 1823, nos 48 et 49, p. 3, « Spectacles : Théâtre des Arts ».

175 Ibid., vendredi 27 décembre 1822, no 23, p. 3.

176 Ibid., jeudi 13 février 1823, no 71, p. 3, « Spectacles ».

177 Ibid., jeudi 5 décembre 1822, no 1, p. 3, « Spectacles ».

178 Ibid., mardi 3 juin 1823, no 181, p. 2.

179 Ibid., mardi 4 mars 1823, no 90, p. 2.

180 Ibid., jeudi 16 janvier 1823, no 43, p. 3-4.

181 Ibid., jeudi 16 janvier 1823, no 43, p. 3-4.

182 Ibid., samedi 14 juin 1823, no 192, p. 3.

183 Ibid., mercredi 18 juin 1823, no 196, p. 2.

184 Dans le troisième tome de son Histoire politique et littéraire de la presse en France, Eugène Hatin n’indique-t-il pas en effet que la Restauration a été une « époque si fertile en métamorphoses » (Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VIII, la presse moderne 1789-1860 : la presse sous la Restauration, la presse sous la monarchie de Juillet, Paris, PouletMalassis et de Broise, 1861, p. 493).

185 E. Hatin, p. 443-444.

186 Ibid, p. 372.

187 Ibid, p. 379.

188 Ibid, p. 445.

189 Ibid, p. 91.

190 Ibid, p. 110.

191 Ibid, p. 311.

192 Ibid, p. 356.

193 Ibid, p. 369-370.

194 Ibid, p. 370-371.

Table des illustrations

Titre Adieux à Colombie
Légende Source musicale (voir note no 39) : bibliothèque municipale de Rouen, Mus. g 88 (3). Source littéraire pour le rétablissement de la ponctuation et des graphies fautives : La Nacelle 25 janvier 1823, no 52, p. 1. Gravure : Joann Élart (logiciel Berlioz)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

Auteur

Maître de conférences au département de musicologie de l’université de Rouen, il est l’auteur d’une thèse sur les Musiciens et les répertoires de concert en France à la fin de l’Ancien Régime. Il dirige en région l’inventaire des fonds musicaux anciens (Catalogue du fonds du théâtre des Arts de Rouen 1750-1900, conservé à la bibliothèque municipale de Rouen, PURH, 2004) et coordonne actuellement la publication du Catalogue du fonds Saint-Saëns conservé à Dieppe.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540