Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

La presse du Massif Central et les fêtes officielles sous le Consulat et l'Empire : une instrumentalisation favorable au culte napoléonien

Cyril Triolaire

Texte intégral

  • 1 Éric Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes nor (...)
  • 2 Gilles Feyel, « Le journalisme au temps de la Révolution : un pouvoir de vérité et de justice au se (...)
  • 3 Jean-Luc Chappey, « Pierre-Louis Roederer et la presse sous le Directoire et le Consulat : l’opinio (...)
  • 4 André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire, Paris, Société des études robespierristes, 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 59.

1Si au cours des années directoriales, le gouvernement jugule déjà fermement la presse nationale1, l’arrivée au pouvoir du général Bonaparte en brumaire an VIII rompt assurément définitivement avec les pratiques journalistiques libérées des débuts révolutionnaires2. Très tôt, le décret du 27 nivôse an VIII (17 janvier 1800) met à mal les journaux parisiens, rétablit l’autorisation préalable et accentue la pression sur la presse provinciale. L’utilité politique d’une presse contrôlée anime alors les débats au plus haut sommet de l’État. Face à un Roederer soucieux de la bonne stimulation de l’esprit public, enclin à la juste interaction d’une presse officielle entre le gouvernement et l’opinion publique, Bonaparte est plus mesuré3. Hésitant sur la conduite administrative des journaux à tenir, le premier Consul craint de susciter la méfiance d’un unanimisme trop immédiatement soutenu autour de son action et de sa personne. Très rapidement pourtant, la presse devient le simple relais d’une vulgate officielle précisément élaborée, un moyen idéal pour conditionner et diriger les esprits : des accents alors bien conformistes se prêtent à l’éloge du gouvernement consulaire puis du héros napoléonien4. Au cœur de la République bonapartiste, les feuilles d’information disparaissent pourtant des terres paysannes du Massif Central au cours des premiers mois consulaires et doivent attendre les années 1805-1808 – comme ailleurs sur le territoire5 – pour ressortir des imprimeries locales.

  • 6 Gilles Feyel, « La presse provinciale au XVIIIe siècle : géographie d’un réseau », Revue historique(...)
  • 7 Éric Wauters, « La presse départementale en l’an II », AHRF, Paris, Société des études robespierris (...)
  • 8 Les trop faibles sources recensées pour le Journal de la Haute-Loire ne permettent pas de véritable (...)

2Objets d’une surveillance attentive assurée par les autorités préfectorales, les gazettes départementales se doivent de glorifier le héros, avant de tourner brutalement en 1814 dans le sens du vent monarchique. Durant plus de dix ans, les journaux du Massif Central ouvrent ainsi périodiquement leurs colonnes aux fêtes officielles afin d’assurer un juste écho au culte napoléonien puis de consacrer le retour de l’ancienne dynastie sur le trône. Singularisée par son faible développement dans le dernier tiers de l’Ancien Régime6, la presse du Centre profite de l’embellie révolutionnaire mais tarde malgré tout à se développer dans certains départements tels que l’Aveyron7. Après le vide journalistique des débuts consulaires – résultant en partie de l’action engagée sous le Directoire –, la reprise des publications est inaugurée par le département de la Lozère en mai 1803, bientôt imité par le Puy-de-Dôme en décembre 1805 ou l’Ardèche en mai 1806. Au cœur de cette province rurale, majoritairement paysanne et culturellement contrastée, ce sont des feuilles essentiellement publiées depuis les préfectures qui se diffusent dans les départements de l’Ardèche, de l’Aveyron, de la Lozère, du Cantal, de la Haute-Loire, du Puy-de-Dôme, de l’Ailier et de la Loire. À l’initiative des imprimeurs-rédacteurs, les fêtes s’insèrent dans ces pages régionales. La rubrique culturelle est instrumentalisée ; elle s’ouvre à la propagande cultuelle gouvernementale dans au moins onze titres différents8 : le Journal de la Lozère, le Bulletin du département du Cantal puis le Bulletin administratif, judiciaire & politique du département du Cantal, le Bulletin de l’administration & de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron, le Mémorial administratif de la préfecture du département de l’Ardèche, le Journal hebdomadaire du département du Puy-de-Dôme, ainsi que le Journal du département de la Loire, le Bulletin pour l’arrondissement de Roanne, le Journal de Roanne, département de la Loire, le Journal de l’arrondissement de Saint-Étienne et le Mémorial administratif du département de la Loire. Ces onze journaux – cinq pour la seule région stéphanoise – sont pour la plupart des hebdomadaires dont l’abonnement coûte au lecteur de 3 à 18 francs. Tous comptent au moins un numéro dans lequel un article est imprimé sur les fêtes. Au total, ce sont 335 numéros sur les 2 524 étudiés – dont 2 177 pour quatre journaux complets - dans lesquels les fêtes s’étalent à une ou plusieurs reprises de 1803 à 1815. Entre la dévotion napoléonienne et le retour monarchique de 1814, à quels récits festifs ces journaux départementaux se livrent-ils précisément ? Les feuilles soutiennent-elles les moments clefs de la dévotion gouvernementale et le strict contrôle dont elles sont l’objet impose-t-il une ligne rédactionnelle figée ?

3La presse départementale est très fréquemment partisane. Par le choix des réjouissances et des villes auxquelles elle consacre des chroniques, elle éclate et oriente sa rubrique festive. Suivant l’aventure politique napoléonienne et s’enflammant lors de la première Restauration, elle oscille entre une prose très administrative épurée et des lignes enthousiasmées chères à un certain public. Les lecteurs parcourent ainsi les résumés festifs locaux mais découvrent également les comptes rendus des solennités parisiennes, non sans quelques écarts politiquement bien sentis.

Des journaux et des rédacteurs acquis à la cause festive gouvernementale

  • 9 André Cabanis, op. cit, p. 115.
  • 10 AD Cantal, 6J81, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 14 ja (...)
  • 11 AD Lozère, PER 201, t. XV, Journal de la Lozère, le 16 août 1810.
  • 12 AD Lozère, PER 201, t. XXI, Journal de la Lozère, le 6 décembre 1813.
  • 13 Médiathèque de Roanne, 1 Z3 1, Journal du département de la Loire, le 19 août 1807.

4Si les journaux de la décennie révolutionnaire rapportent les cultes rendus à la Raison ou à l’Être suprême, les gazettes des années impériales sont cantonnées à celui, imposé, de Napoléon Bonaparte. Et, à l’évidence, les nouveaux chantres s’y conforment, après avoir parfois été rappelés à l’ordre. En 1808, le Journal hebdomadaire du Cantal est interdit pour un feuilleton jugé déplacé sur les doléances d’un journaliste de province9. Autorisé à republier dès janvier 1809 dans le nouveau Bulletin administratif judiciaire & politique du département du Cantal, le rédacteur revoit son dévouement gouvernemental à la hausse dès son deuxième numéro et assure « faire plaisir à tous les abonnés » en annonçant les solennités du prochain Te Deum aurillacois chanté en l’honneur des victoires napoléoniennes en Espagne10. Un an et demi plus tard, le Journal de la Lozère retarde la publication de son numéro du 15 août d’une journée en raison de la fête de la Saint-Napoléon11 et réitère ce décalage le 5 décembre 1813 « à cause de la solennité de la fête anniversaire du couronnement de sa majesté l’Empereur et Roi12 ». Si le compte rendu attendu des deux solennités justifie à lui seul « ce retard économique », ce dernier n’en témoigne pas moins un certain dévouement rédactionnel, favorable à la publicité du culte napoléonien. Mieux, le journal participe parfois directement à la fête et profite de ses colonnes pour encore davantage l’affirmer aux yeux du peuple spectateur et de son lectorat. L’abonné au Journal du département de la Loire découvre ainsi dans son édition du 19 août 1807 de quelle manière les propriétaires de la feuille qu’il tient dans les mains contribuèrent à la fête des jours précédents. À la fin de l’article rendant compte des réjouissances données dans la ville de Montbrison pour la Saint-Napoléon, il peut lire la description engagée d’une illumination toute choisie : « On lisoit au bureau du Journal, à deux fenêtres : “Sa naissance est d’un homme et ses bienfaits d’un dieu./ La paix du monde entier manquoit seule à sa gloire13.” ». Si les journaux affichent leur fidélité, rien n’est plus évocateur que les papiers réservés par leurs rédacteurs au culte du héros, à l’action des gouvernements successifs ou aux monarques européens.

  • 14 BMIU de Clermont-Ferrand, MPA3 [6], Journal du département du Puy-de-Dôme, le 6 août 1814.
  • 15 André Cabanis, op. cit., p. 56.
  • 16 AD Aveyron, PER 877, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département de (...)
  • 17 Gilles Feyel, « Le journalisme au temps... », op. cit., p. 42.

5Sur les 335 numéros recensés ouvrant leurs colonnes aux fêtes, 406 articles proprement dits sont répertoriés. Ils paraissent habituellement dans les Nouvelles de France et de l’étranger ou dans la rubrique consacrée à l’information locale mais à titre seulement très exceptionnel dans les « Variétés ». Ils traitent tous de fêtes officielles annoncées ou célébrées dans les départements étudiés, en France ou à l’étranger. Au cours du règne napoléonien et à l’occasion du retour des Bourbons, ces diverses fêtes sont les moments choisis pour relayer un discours rigoureusement établi et encourager les populations à pleinement adhérer au régime qui les encadre. Les divers articles consacrés aux fêtes ne sont néanmoins pas tous des mêmes mains. Sur les 406 textes rassemblés, dix sont des courriers de lecteurs, souvent des administrateurs qui souhaitent voir le récit de leur fête s’étaler dans les colonnes locales comme M. Tamen, adjoint au maire de Cébazat dans le Puy-de-Dôme en août 181414. Les autorités municipales ou préfectorales font également insérer à au moins 43 reprises de simples procès-verbaux – programmes et rapports de fêtes – dans ces journaux. Cette faible part, au regard des liens serrés existant entre les administrations et les rédactions, rappelle d’ailleurs que si ces acteurs locaux communient le plus souvent dans le même attachement au prince, le ministre de l’Intérieur se méfie toujours de leurs initiatives propagandistes15. La suspicion est moins grande lorsque les journalistes se contentent de reproduire des articles parisiens : 56 au minimum répertoriés dans cette presse, principalement tirés du Moniteur, voire du Journal de Paris et du Journal des débats en 1814 en Aveyron16. Au final, 73 % de ces articles semblent être de la plume des rédacteurs provinciaux. L’enthousiasme dont font d’ailleurs preuve certains témoigne du précieux relais propagandiste que les journalistes peuvent se révéler être. Ainsi, à Mende, le rédacteur en chef, M. Ignon, imprimeur et juge de paix, assure une place de choix au culte impérial dans ses pages. Amateur de théâtre, acteur des fêtes locales et fervent napoléonien – il est l’une des principales figures lozériennes envoyées au sacre de l’Empereur –, Ignon impose toute sa ferveur personnelle à son journal. Son dévouement semble sans bornes. Cette verve bonapartiste ne caractérise cependant pas toujours aussi clairement toutes les plumes provinciales. La ferveur stylistique est parfois difficilement perceptible tant l’écriture compassée d’un très grand nombre d’auteurs ressemble étrangement aux proses administratives préfectorales ou municipales. Une large partie de ces articles festifs renvoie alors parfaitement à l’image de journalistes-magistrats exerçant un véritable ministère17.

6Comme pour les administrateurs communaux qui rendent compte à leurs supérieurs préfectoraux et ministériels des fêtes s’étant déroulées dans leurs circonscriptions, de nombreux journalistes s’en tiennent à un style souvent contenu, évitant ainsi les récriminations du pouvoir central. Les articles régionaux tiennent ainsi fréquemment en quelques lignes seulement : 45 % d’entre eux ont moins de 20 lignes, 46 % comprennent entre 21 et 100 lignes, 9 % plus de 101 lignes. Durant les années impériales, un article sur deux est ainsi particulièrement maigre : au lendemain de la fête commémorative du sacre en 1808 à Montbrison, le Journal du département de la Loire est peu loquace.

  • 18 Médiathèque de Rodez, 1 Z3 1, Journal du département de la Loire, le 10 décembre 1808.

Hier, la fête anniversaire du couronnement et de la bataille d’Austerlitz a été célébrée dans cette ville avec toute la solennité quelle mérite. Les autorités constituées et les fonctionnaires publics se sont réunis à la Préfecture, d’où ils se sont rendus, escortés par la garde d’honneur, la garde départementale et la gendarmerie, à l’église Notre Dame. À l’issue de la messe, à laquelle M. le curé a prononcé un discours très intéressant sur l’objet de la cérémonie, et les souvenirs glorieux quelle rappelle, il a été chanté un Te Deum18.

7À l’image de ce court compte rendu festif, les brèves enregistrées dans la presse ne s’apparentent pas toujours à des champs propagandistes très élaborés. Toute ardeur politique semble ici parfaitement contenue par le format du papier. Les pages départementales accueillent toutefois quelques 137 articles supérieurs à 20 lignes. Davantage enthousiastes et explicites, ils pérennisent mieux la dévotion gouvernementale auprès du public, sans toujours imiter les chroniques nationales. En détaillant la fête régionale, les rédacteurs privilégient la voie propagandiste locale, souvent mieux appropriée que la veine extérieure pour orienter favorablement les lecteurs.

Une presse provinciale miroir des vies festives locale et internationale

  • 19 Éric Wauters, Une presse de province..., op. cit., p. 279 : « Dans la plupart des feuilles du temps (...)

8De manière à faciliter et à renforcer l’appropriation du culte gouvernemental par les Auvergnats et leurs voisins du Sud et de l’Est, la place accordée aux fêtes locales dans cette presse est importante. Toutefois, un peu à l’image d’une presse provinciale révolutionnaire avare en informations locales et prolixe en nouvelles parisiennes et étrangères19, les journaux parus entre 1803 et 1815 comptent encore de nombreuses chroniques de fêtes nationales et européennes.

9Les articles portant sur des cérémonies ayant eu lieu dans les départements respectifs d’émission des dix journaux étudiés comptent pour 61 % des paragraphes comptabilisés. L’information majoritaire n’est toutefois pas anodine. Effectivement, 196 des 248 articles régionaux s’attachent à des fêtes se déroulant dans les villes préfectures : Rodez, Mende, Privas, Aurillac, Clermont-Ferrand ou Montbrison sont quasiment aux yeux des lecteurs les seuls théâtres des réjouissances observées pendant la décennie. Pourtant, au regard des sources administratives, plus de 150 localités célèbrent des fêtes officielles pendant le Consulat et l’Empire dans la région. Autant dire que les gazettes offrent un panorama peu diversifié, même si leurs colonnes témoignent finalement à juste titre d’un mouvement essentiellement urbain. La place occupée par les préfectures est alors structurellement et stratégiquement justifiée. Les rédacteurs et les autorités locales se confondant bien souvent, l’intérêt porté à ces cités est à coup sûr aiguisé. Carrère à Rodez, Moreau à Aurillac et Ignon à Mende sont respectivement juge auprès de la cour criminelle, chef de division et juge de paix ; ils participent ainsi aux cérémonies dont ils dressent ensuite le tableau. Surtout, l’annonce ou le compte-rendu des fêtes brillantes que les préfectures peuvent offrir grâce à des portefeuilles garnis sont plus à même de conditionner les esprits que les récits de quelques fêtes campagnardes sans ressources. Celles-ci ne représentent d’ailleurs que 38 articles, les sous-préfectures clôturant la liste avec 14 mentions. La forte reproduction d’articles consacrés à des fêtes s’étant déroulées en préfecture trouve enfin des justifications économiques que seule la souvent faible aire de distribution des feuilles autour de ces chefs-lieux vient conforter. Une fois quelques francs déboursés, le lecteur peut donc découvrir les programmes et les comptes-rendus des fêtes officielles célébrées localement, mais parfois aussi dans les régions voisines ou même ailleurs en Europe.

  • 20 Voir document 1. Carte. « Articles consacrés à une fête française entre 1803 et 1815 ».
  • 21 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif et politique du département du Cantal, le 30 juillet 18 (...)

10Sur les 406 articles dénombrés, 117 concernent des fêtes s’étant déroulées ailleurs sur le territoire français et 41 des solennités étrangères. Parmi ces articles portant sur des fêtes nationales20, 88 d’entre eux se font l’écho de cérémonies parisiennes et dévoilent une double stratégie de communication napoléonienne. Facilitée par le réemploi d’articles du très officiel Moniteur, la diffusion de cette information maîtrisée en provenance de la capitale assure une perception homogène des fêtes parisiennes au cœur du territoire. De plus, en reprenant fréquemment les programmes mais surtout les récits des célébrations parisiennes, les feuilles suivent une ligne rédactionnelle commune et les initiatives provinciales moins facilement contrôlables à distance se voient bridées. Cette uniformisation du discours se trouve renforcée par la faible diversité d’origine des nouvelles festives ; seulement 18 autres villes apparaissent : Lyon à quatre reprises, Bordeaux, Cherbourg et Strasbourg à trois. Le Journal de la Loire compte des articles sur seulement trois villes extérieures à son département, le Bulletin de l’Aveyron – le plus exotique sept. La diversité géographique des récits festifs semble ainsi bien limitée dans les colonnes des journaux du Massif Central et le constat est d’autant plus net que ces comptes rendus extérieurs y apparaissent le plus souvent par deux ou par trois. Ces articles successifs témoignent cependant de l’envergure nationale du phénomène festif ; ils donnent également l’occasion aux rédacteurs de prouver et aux lecteurs de voir que les solennités observées dans leurs circonscriptions soutiennent largement la comparaison avec celles des autres villes. Dans le numéro du 30 juillet 1814 du Bulletin du Cantal, les abonnés découvrent ainsi les préparatifs de la fête de la Saint-Louis programmée à Aurillac mais peuvent encore lire immédiatement au-dessous des commentaires sur les passages des ducs de Berry et d’Angoulême à Fontainebleau, Pau et Charente21.

  • 22 Voir document 2. Carte. « Articles consacrés à une fête étrangère » (hors territoire français stric (...)
  • 23 AD Aveyron, PER 877, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département de (...)
  • 24 Ibid., le 9 septembre 1809.
  • 25 Ibid., le 7 avril 1810.
  • 26 André Cabanis, op. cit, p. 112.
  • 27 Éric Wauters, Une presse..., op. cit., p. 274.

11Pour les nouvelles festives étrangères, 23 villes européennes sont à l’honneur22. Vienne est la mieux représentée avec 14 apparitions, contre 4 à Madrid, sa dauphine au tableau général. Symbole de l’attachement des napoléonides à l’Est et du mariage impérial, la capitale autrichienne est le décor de diverses fêtes dont la presse provinciale aime se faire l’écho. Le Bulletin de l’administration & de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron est d’ailleurs, avec sept articles, le journal qui accorde le plus d’importance aux fêtes viennoises. Il propose ainsi des chroniques sur le couronnement de l’Impératrice d’Autriche comme reine de Hongrie en septembre 180823, sur la Saint-Napoléon 180924 ou encore sur l’union dynastique du printemps suivant25. Avec ses 22 articles consacrés à des festivités étrangères, la feuille aveyronnaise est d’ailleurs « la plus européenne » du Massif Central. Sur les onze journaux retenus, cinq d’entre eux seulement s’intéressent à ces réjouissances, le Journal hebdomadaire du Puy-de-Dôme et le Bulletin cantalien se classant aux deuxième et troisième rangs avec respectivement dix et sept articles. Avec une seule fête berlinoise, le Journal de la Lozère paraît délaisser le créneau. À l’exception de Vienne et Madrid, chacune des autres grandes villes européennes recensées n’apparaît que dans une seule gazette. Le Bulletin du Cantal privilégie ainsi les fêtes s’étant déroulées dans les anciennes Provinces-Unies, le journal aveyronnais celles des périphéries européennes – Stockholm, Saint-Pétersbourg, Zamoc ou Naples entre autres – et la feuille du Puy-de-Dôme celles des territoires belges et rhénans. Ces trois géographies journalistiques originales ne suffisent toutefois pas à mettre en lumière de véritables réseaux de correspondants internationaux. Non seulement l’existence d’informateurs étrangers est alors parfois interprétée comme une présomption de connivence avec l’ennemi26, mais surtout, les difficultés économiques de ces feuilles départementales ne plaident pas en faveur d’un réel réseau de collaborateurs27. En se recentrant le plus souvent sur les comptes rendus festifs locaux, les journaux du Centre opèrent finalement un réel choix éditorial.

Un culte napoléonien bien relayé par les feuilles régionales

  • 28 Colloque international des études humanistes, Les Fêtes de la Renaissance, Paris, Éditions du CNRS, (...)
  • 29 Françoise Waquet, Les Fêtes royales sous la Restauration, Paris, Bibliothèque de la Soc. française (...)

12Dès 1804, les fêtes institutionnalisées et extraordinaires que les lecteurs découvrent dans leurs journaux sont multiples. Les premières regroupent dès le 19 février 1806 la Saint-Napoléon, célébrée le 15 août, et l’anniversaire du sacre et de la victoire d’Austerlitz, observé le premier dimanche de décembre ; les secondes rassemblent des réjouissances initialement imprévues : les fêtes militaires28, les fêtes de politique nationale saluant les changements de mode de gouvernement et enfin les « fêtes de la vie et de la mort » ainsi que les « fêtes du pouvoir29 » – françaises ou européennes.

  • 30 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires : le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Pa (...)

13Avec 277 articles, les fêtes napoléoniennes représentent 68 % des articles recensés dans la presse dépouillée pour le Massif Central. Les quatre journaux complets à notre disposition renvoient toutefois à deux réalités. Si cette thématique recouvre respectivement 51 %, 55 % et 59 % des articles relevés dans le Mémorial administratif de la préfecture de l’Ardèche, le Bulletin de l’administration & de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron et le Journal hebdomadaire du département du Puy-de-Dôme, elle représente près de 84 % des articles festifs du Journal de la Lozère. Si la dévotion journalistique de M. Ignon justifie à elle seule cet élan lozérien, la plus faible part festive impériale accordée par les trois autres feuilles met-elle pour autant en lumière des régions bleues au sein desquelles le lectorat préférerait ne pas voir ses sensibilités royales heurtées ? Si la réflexion vaut avec prudence pour le Puy-de-Dôme – même si des attirances monarchistes peuvent subsister, il est plus juste de croire en la dévotion mesurée de l’imprimeur riomois Pierre Landriot – ancien membre de la Société des amis de la Constitution et fondateur d’un journal en 179030 – elle semble plausible pour l’Aveyron et très claire pour l’Ardèche. Au-delà des sensibilités politiques plus ou moins perceptibles dans les rédactions locales, ces dernières sont néanmoins toutes obligées de relayer le culte bonapartiste, quitte à se contenter du minimum.

  • 31 Voir document 3 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets) » et le d (...)
  • 32 André Cabanis, op. cit., p. 277. « Après la disgrâce de Roederer, la tradition demeure de profiter (...)
  • 33 Laurence Coudart, « Formes du discours, structure du journal : l’exemple de la Gazette de Paris », (...)

14Entre 1803 et 1814, l’accent est ainsi mis sur les deux fêtes anniversaires annuelles, sur les grandes avancées militaires impériales – victoires et accords pacifiques – ainsi que sur les solennités en l’honneur de l’évolution dynastique du régime – mariage impérial et naissance de l’héritier. Les réjouissances données en ces occasions représentent ainsi respectivement 33 %, 24 % et 16 % de ces articles napoléoniens. C’est une nouvelle fois le journal lozérien qui se distingue : avec 42 % de ses papiers consacrés à la Saint-Napoléon et à la fête anniversaire du sacre contre 10 % seulement pour les solennités de 1810-1811, il paraît glorifier le héros sans toutefois pleinement consentir au virage dynastique du régime. Les opinions journalistiques influent inévitablement sur le degré de prégnance gouvernementale des journaux. Cependant, la surveillance et le contrôle de la presse sont tels que toutes les feuilles, même celles qui ne témoignent d’aucun empressement particulier, relayent malgré tout les vœux ministériels. La répartition décennale des articles publiés souligne ainsi clairement les temps forts de l’Empire31. Malgré la férocité du régime de censure, ces gazettes se doivent évidemment de répondre à l’actualité et de soutenir le gouvernement. Les deux pics enregistrés en 1807 et 1811 sont à ce propos très révélateurs : la presse fonctionne alors comme un intéressant soutien au héros, aux deux moments clefs de l’aventure politique napoléonienne. Le sacre de 1804 et le couronnement italien du printemps suivant ont beau jeter les bases du nouveau régime impérial et royal, le seul Journal de la Lozère alors actif peut s’en faire l’écho – avec neuf articles tout de même. Malgré les encouragements réitérés annuellement en faveur de la publication de papiers en l’honneur des commémorations impériales32, les « offensives » journalistiques33 de 1807 et 1811 sont nettes. En 1807, fort de ses réformes – Concordat, Code civil - Napoléon est désormais auréolé de la signature des accords de Tilsitt. Institué un an auparavant, le culte du nouveau héros pacificateur atteint un premier sommet, que la presse seconde parfaitement. Trois ans plus tard, même si le mariage impérial est bien évoqué par les feuilles du Massif Central, rien de comparable avec la future naissance du roi de Rome. Parce qu'elle assure une perspective à l’action conduite par l’Empereur et fonde définitivement la IVe dynastie, la venue de l’héritier et les fêtes données en son honneur occupent une place de choix dans cette presse régionale. Même aussi bien secondé par la presse pendant près de dix ans, le régime est pourtant abandonné par les gazettes provinciales dès le renversement de l’Empereur au printemps 1814. Une fois le retour des Bourbons sur le trône confirmé, les girouettes journalistiques tournent en faveur de l’ancienne dynastie régnante. La perspective encore récente de voir s’ancrer dans le temps la famille impériale s’évanouit brusquement : la fibre journalistique se met alors tout aussi rapidement au diapason royaliste, prête à encenser Louis XVIII et les princes réhabilités.

La dévotion impériale balayée par la restauration des Bourbons

  • 34 Éric Wauters, « La presse départementale en l’an II », op. cit., p. 33. L’auteur pointe « la comple (...)

15L’enthousiasme journalistique généré par le retour des Bourbons à la tête de l’État est à la mesure de ce violent retournement politique. Même si Napoléon règne pendant plus d’une décennie en réel monarque, n’hésitant pas à délaisser l’héritage républicain et à privilégier une voie éminemment dynastique, le rétablissement de l’ancienne famille royale décapitée par la Révolution provoque une secousse insoupçonnée. Le discrédit jeté sur le gouvernement impérial par les multiples difficultés militaires et frumentaires ne suffit pas à justifier ce parti-pris fulgurant en faveur des Bourbons restaurés. Leur retour est symboliquement si fort que la presse ne peut y répondre que par des flots de textes partisans et dithyrambiques, témoins de la complexité de ses rapports avec le pouvoir central34.

  • 35 Voir document 3 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets) ».
  • 36 Voir document 4 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus) ».
  • 37 Voir document 5 « Les lignes consacrées aux fêtes dans la presse régionale de 1803 à 1815 (tous jou (...)

16En l’espace d’un an, les rédacteurs multiplient ainsi les chroniques festives à un rythme effréné. Bien que les articles consacrés aux fêtes locales données sous l’Empire occupent globalement une place majoritaire parmi les papiers recensés, leur importance chute finalement nettement au regard de l’ensemble de la période ; 31 % des articles « régionaux » se rapportent effectivement à des fêtes observées à l’occasion de la première Restauration, les deux autres tiers retraçant des réjouissances napoléoniennes... sur près de 12 ans. Une inévitable distorsion apparaît alors entre une production écrite sur les réjouissances napoléoniennes plus forte que celle réservée aux fêtes observées lors de la restauration royale en cumulé mais qui, en plus de dix ans, n’atteint pour aucun événement l’impact ponctuel du retour des Bourbons de 1814. À la seule considération des articles parus pour nos quatre journaux complets sur la période, le constat est frappant35 ; il s’accentue même au regard de la totalité des gazettes dépouillées36 – ces sources alors éparses entraînant la nécessaire prise en compte d’un léger coefficient d’erreur. Le rapport existant alors entre les articles consacrés à la double célébration aoûtienne de 1807 – événement ayant suscité la plus forte mobilisation festive provinciale durant les années impériales – et aux fêtes offertes pour le rétablissement et la mémoire des Bourbons en 1814 est de 1 à 2,5. Si le nombre d’articles n’est plus seulement pris en compte mais également le nombre de lignes, ce rapport passe de 1 à 3,537, soit près de 1 344 lignes pour les articles de 1807 contre 4 837 pour ceux de 1814. Cet écart met très nettement en lumière l’importance prise par les nouvelles festives locales au cours de la première Restauration. Surtout, en multipliant ces articles, les feuilles provinciales entretiennent et confortent les images de proximité et de bienfaisance familiales que les Bourbons entendent associer à leur retour et facilitent – sciemment ou non – l’émergence d’un consentement populaire autour de cette restauration, après plus de 20 ans de vacance monarchique.

17L’arrivée de Louis XVIII aux commandes du royaume s’accompagne tout d’abord d’honneurs rendus aux martyrs royaux. Le devoir de mémoire passe par une première série de commémorations immédiates, en mai et juin 1814, avant que le rendez-vous anniversaire du 21 janvier ne soit scrupuleusement observé. Avec 39 articles sur 90, les services funèbres monarchiques, principalement en l’honneur de Louis XVI et de Marie-Antoinette, trouvent un important écho dans la presse locale. Les feuilles aveyronnaises et ardéchoises travaillent d’ailleurs particulièrement à la mémoire de l’ancienne famille régnante plutôt qu’à celle de son illustre ancêtre, saint Louis, dont Napoléon a si bien su détourner l’image. En consacrant respectivement dix et douze chroniques aux services expiatoires célébrés dans leurs départements, ces deux journaux se mobilisent davantage que leurs homologues mendois ou clermontois. Avec quelques 29 publications, les visites provinciales de la famille royale – duc et duchesse d’Angoulême, duc de Berry et Monsieur, frère du roi – stimulent les plumes et activent le sentiment d’une monarchie familiale, proche de ses sujets ; le passage de la fille de Louis XVI dans l’Ailier et le Puy-de-Dôme est même salué par plusieurs numéros spéciaux du journal de Clermont-Ferrand. Entre les printemps 1814 et 1815, le nombre d’articles parus dans la presse provinciale témoigne finalement pleinement des sensibilités politiques départementales. En représentant respectivement près de 12 %, 24 %, 28 % et 40 % des articles festifs parus entre le sacre et le vol de l’Aigle dans le Journal de la Lozère, le Journal hebdomadaire du Puy-de-Dôme, le Bulletin de l’Aveyron et le Mémorial administratif de l’Ardèche, les solennités offertes en l’honneur du retour des Bourbons trouvent des échos différents. Si le « silence » lozérien est proportionnel à la ferveur napoléonienne de son principal rédacteur, la mobilisation aveyronnaise et auvergnate révèle certainement quelques affections monarchiques. Se faisant la parfaite caisse de résonance de la cinquantaine de fêtes célébrées durant la première Restauration sur ses terres – mouvement le plus affirmé de la région – le Mémorial de l’Ardèche consacre au final près d’un article sur deux de sa production globale à ces réjouissances dédiées aux Bourbons et révèle ainsi par son activité un véritable terroir royaliste. Au-delà des sensibilités, cette presse départementale dévoile la vitalité ou l’atonie festive provinciale et relaye variablement les aspirations gouvernementales. Apparemment en phase avec les attentes festives ministérielles, l’écriture journalistique locale développe ses propres stratégies.

Rendre judicieusement compte de la fête

18Les articles dépeignant les fêtes régionales ne s’enferment pas dans un modèle parisien : leur composition emprunte même parfois des voies différentes.

  • 38 500 pour le Puy-de-Dôme, 250 pour l’Ailier, la Lozère, l’Aveyron et une cinquantaine pour le Cantal (...)
  • 39 AD Lozère, 1 PER 201, t. IX, Journal de la Lozère, le 10 décembre 1807.
  • 40 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 1 (...)

19Globalement, 12 % et 28 % des lignes des articles sur les fêtes provinciales se contentent de donner des informations très générales et de décrire les cérémonies solennelles proprement dites contre respectivement 15 % et 34 % pour les rapports parisiens. La première image donnée par les réjouissances parisiennes ou locales est donc celle d’une fête administrative, où le fonctionnaire et le soldat sont les acteurs principaux, la notoriété des participants, la présence de l’Empereur et de son entourage marquant le seul écart entre la capitale et les départements. En Province, le petit nombre d’abonnés38 et leur large appartenance aux élites urbaines – commerçantes, administratives, judiciaires et libérales – orientent nécessairement l’écriture des journalistes et la perception des fêtes. Comptant pour 7 % des lignes rédigées, les repas des autorités, qui apparaissent de manière très aléatoire lors des comptes-rendus administratifs, sont plutôt bien détaillés, les participants de la veille, lecteurs du lendemain, s’y retrouvant probablement avec une certaine satisfaction. Instants privilégiés pour boire à la santé de Napoléon ou du gouvernement central, ces banquets sont des temps politiques à part entière et la liste des toasts rapportée dans la presse opère comme un véritable refrain propagandiste. Le numéro du journal mendois consacré à la cérémonie anniversaire du sacre de 1807 est à ce titre très révélateur. Il rappelle que dans la salle des agapes, « plusieurs toasts ont été successivement portés dans l’ordre suivant : à Sa Majesté l’Empereur et Roi, à la paix générale, à M. Florens préfet de la Lozère, à M. de Mons évêque de Mende, à M. le maire et aux deux époux39 ». Ces diverses attentions alcoolisées confortent à elles seules l’Empereur, les autorités locales et leur action politique. La vulgate officielle emprunte une voie simple, rapidement assimilable par les lecteurs. Les toasts rapportés occupent même parfois une place de choix. Dans l’article consacré à la fête aurillacoise de la Saint-Napoléon en 1810, ils représentent ainsi plus de la moitié des 60 lignes rédigées à cette occasion40. En faisant trinquer dans leurs articles des administrateurs connus du plus grand nombre, les rédacteurs touchent même vraisemblablement plus efficacement le public local, la très faible présence de ces banquets – seulement 3 % des lignes écrites – dans les articles publiés sur des fêtes parisiennes le confirmant à son tour.

  • 41 AD Ardèche, PER 1400-2, Mémorial administratif de la préfecture du département de l'Ardèche, les 14 (...)

20Parmi ces temps festifs incontournables, les jeux, danses et amusements ne sont évoqués que par 7 % et 12 % des lignes rédigées respectivement sur les fêtes provinciales et parisiennes, alors qu’ils occupent une place centrale dans la réalité. Moments populaires par excellence des solennités napoléoniennes, ces divertissements tiennent finalement une place toute relative – certainement proportionnelle au poids du peuple lecteur – et peu conforme à l’atmosphère très libérale de ces réjouissances dynastiques. Les articles décrivant des réjouissances parisiennes projettent cependant une image plus juste de ces fêtes de souveraineté que ceux consacrés aux fêtes départementales. Si seulement 7 % des lignes écrites sur les fêtes locales offrent effectivement un regard sur les décorations symboliques, les illuminations ou les feux d’artifice tirés, 20 % de celles proposées sur les fêtes parisiennes s’y intéressent au contraire. La pauvreté budgétaire et ornementale des solennités provinciales ne peut certes en rien égaler l’opulence financière et artistique des fêtes de la capitale : dès lors, seuls les papiers parisiens reproduits dans la presse provinciale peuvent répondre à cette démonstration de fastes susceptible d’éblouir les esprits. Les descriptions proposées dans le Mémorial de l’Ardèche pour la fête donnée en l’honneur du mariage impérial à Paris en 1810 sont éloquentes et les commentaires également. « En donnant quelques détails sur ce que ces décorations offraient de plus frappant, nous suivrons la route que plus d’un curieux aura sans doute parcourue, toujours attiré par l’éclat des feux qu’il découvrait à chaque pas. » Ce tableau signale surtout « l’enthousiasme public, la magnificence de cette grande capitale et la munificence vraiment impériale qui préludera à cet heureux développement de toutes les productions du génie, de tous les moyens, de toutes les facultés et de tous les talents41 ». Les descriptions des temples, des péristyles dressés en l’honneur des nouveaux époux et des illuminations splendides du pont de la Concorde, de l’École militaire ou de l’hôtel des Invalides impressionnent les lecteurs provinciaux et façonnent un nouvel espace de communication immédiate entre Napoléon et ses sujets. Ces embellissements sont de vrais révélateurs de souveraineté par lesquels le lectorat peut être ébloui.

21Cette presse régionale fonctionne en fait comme un parfait relais propagandiste dès lors qu’elle ouvre encore longuement ses colonnes aux discours, aux chants et aux inscriptions visibles lors des journées festives. Comptant respectivement pour 31 %, 7 % et 3 % des papiers retenus, ces thématiques prolongent la fête et lui assurent une nouvelle diffusion grâce aux abonnements. Près d’une ligne sur deux reprend donc finalement un verbe glorificateur lu, chanté ou illuminé la veille. Une nouvelle fois, les lecteurs retrouvent les messages officiels consciencieusement distillés par leurs administrateurs. Les articles sur les fêtes parisiennes reproduits localement sont curieusement bien moins prolixes : 15 % de leurs lignes témoignent des propos des orateurs et 1 % seulement présentent des maximes, gravées ou projetées. Aucune chanson, aucun hymne n’apparaît même dans ces feuilles. Sur ce sujet, un vrai décalage existe donc dans cette presse provinciale entre les articles parisiens et locaux, pas le seul d’ailleurs.

Les diverses voies lexicographiques d'une instrumentalisation

  • 42 Voir document 6 « Images et qualificatifs descriptifs de Napoléon dans les articles sur les fêtes p (...)

22Sur la totalité des articles recensés, près du quart résume des fêtes célébrées à Paris. Les journaux provinciaux qui s’y intéressent projettent ainsi directement le lecteur au cœur de l’événement principal. Au moment de rédiger à leur tour le compte rendu des réjouissances données dans leur préfecture ou dans d’autres villes de leur département, les rédacteurs ont probablement fréquemment sous les yeux les récits parisiens du Moniteur. S’émancipant du canevas national, les mots choisis témoignent alors de plusieurs stratégies propagandistes42.

  • 43 Éric Wauters, Une presse..., ορ. cit., p. 32. Après 1802, les « journaux n’ont plus rien d’autre à (...)

23Au lendemain de la fête, l’article se doit d’orienter politiquement les acheteurs de gazettes43. Malgré la censure et l’adhésion circonstancielle nécessaire au gouvernement, les traits sous lesquels les rédacteurs décident de faire apparaître l’Empereur révèlent de vraies lignes journalistiques. Derrière les inscriptions, les discours ou les commentaires proposés se dessinent diverses images de Napoléon. Sur les 406 articles étudiés, 26 thématiques ou qualificatifs principaux désignent l’Empereur de manière plus ou moins récurrente. Ayant recours à 26 catégories contre seulement 13 d’entre elles pour les articles portant sur des fêtes parisiennes, les papiers traitant des solennités locales empruntent des chemins propagandistes plus riches. Surtout, sur les 205 mentions répertoriées, 11 % seulement apparaissent dans les comptes rendus rédigés sur les réjouissances données dans la capitale. La plus faible part de ces articles dans notre corpus global ne justifie pas entièrement cette tendance. Les passages sélectionnés par les rédacteurs régionaux mettent clairement l’accent sur les fastes festifs parisiens : la seule présence de Napoléon suffit alors à impressionner les foules et les lecteurs. Même sous presse, son aura se substitue à n’importe quelle épithète écrite. Les articles régionaux sont donc en cela plus originaux, à une exception près toutefois.

  • 44 André Cabanis, op. cit., p. 248.
  • 45 Jacques-Olivier Boudon, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Perrin, 2003, p. 122.

24À 54 reprises, Napoléon apparaît en Empereur victorieux. À l’instar du Moniteur, les feuilles du Massif Central publient abondamment les Bulletins de la Grande Armée, rapportent les avancées militaires françaises et insistent sur les accords diplomatiques obtenus. Ces paragraphes rythment inlassablement la presse provinciale, marquent la consécration des victoires et justifient les entreprises napoléoniennes44. La publicité donnée par les rédacteurs aux Te Deum chantés en actions de grâce des succès européens renforce assurément aux yeux de tous l’idée d’une France militairement forte. Au cœur de campagnes largement saignées par la conscription et en proie à la désertion, le visage triomphant de l’Empereur ne peut que davantage rassurer les lecteurs. Chacun découvre ainsi que le chef de l’État honoré le 15 août et le premier dimanche de décembre est un héros victorieux. Cependant, c’est bien Napoléon et non pas ses soldats qui sont salués : en délaissant les armées, les papiers festifs concourent au renforcement du culte d’un seul homme. Les quatre et huit fois où l’Empereur est présenté sous les traits du général et du maître de l’Europe et du monde renforcent même cette impression : plus d’une fois sur quatre, Napoléon domine et triomphe donc. Il est également à 19 reprises pacificateur. Les accords d’Amiens et de Lunéville au cours du Consulat mais davantage encore la signature de la paix de Tilsitt au début de l’Empire rassurent le pays et flattent l’orgueil national45. En rappelant que le héros célébré est celui qui ramène la paix, la presse contribue à faire de Napoléon l’homme qui parachève l’œuvre militaire de la Révolution française.

  • 46 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 77.
  • 47 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 1 (...)
  • 48 AD Aveyron, PER 877-3, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département d (...)
  • 49 André Cabanis, op. cit, p. 212.
  • 50 AD Lozère, 1 PER 201, t. IV, Journal de la Lozère, le 25 nivôse an XIII (15 janvier 1805).

25Grâce à la paix et à l’autorité enfin restaurées, Napoléon fait à onze reprises figure de bienfaiteur et à sept de héros vertueux ; les comptes-rendus journalistiques insistent au moins encore onze fois sur le fait qu’il est le « héros qui gouverne ». À cinq reprises, les journaux rappellent son action législative et codificatrice et font de lui le fondateur d’un nouvel ordre institutionnel46. Dans le texte écrit à l’occasion de la Saint-Napoléon 1810 dans le Bulletin du Cantal, les Aurillacois peuvent lire : « Ses Codes devenant le droit commun de l’Europe, concourront pendant une longue suite de siècles, au repos et au bonheur des familles, par une sage administration de la justice distributive47. » Comme le rapporte encore à deux reprises le journal de l’Aveyron, Napoléon est aussi un prince « qui garantit [l’]existence et [les] propriétés48 ». Avec treize mentions, son action intérieure la plus saluée est la restauration des autels. Bases de sa politique religieuse et cultuelle, la signature du Concordat et le rétablissement de la religion « de la majorité des Français » trouvent donc un écho particulier dans les articles sur les fêtes locales, même si cette image de restaurateur des autels colle finalement bien moins à la peau de l’Empereur que celle du général victorieux sous la plume des rédacteurs provinciaux. Le constat est d’autant plus intrigant que la fête de la Saint-Napoléon est également officiellement celle de la Vierge Marie et de la restauration du culte. Si dans les faits cette solennité honore bien souvent exclusivement l’Empereur, les directives journalistiques fournies à Fouché en 1801 sont plus explicatives. Une fois le Concordat paraphé, la consigne est effectivement transmise à la presse et aux préfets de s’abstenir de parler de tout ce qui concerne la religion49. La perception du rôle fondamental du catholicisme rétabli dans les fêtes napoléoniennes transparaît alors de manière détournée dans les articles étudiés. Lorsque les journalistes se plaisent à écrire à au moins 23 reprises qu’à l’occasion de ces réjouissances la population affirme son « respect, sa reconnaissance et son dévouement » au prince, c’est bien l’impact de la leçon VII du catéchisme impérial de 1806 qu’il faut probablement sentir. Napoléon n’apparaît cependant très clairement comme le protégé de Marie qu’une seule fois et le fils de la Providence ou le représentant de Dieu sur terre que quatre fois. Même si les extraits des discours festifs entendus à Mende et cités dans le Journal de la Lozère en nivôse an XIII50 (janvier 1805) témoignent de la mise en place d’une monarchie très chrétienne dès décembre 1804, la rareté de ces commentaires et le silence quasi permanent à ce sujet traduisent une utilisation gouvernementale judicieuse de la presse.

  • 51 Annie Jourdan, Mythes et légendes de Napoléon, Paris, Privat, 2004.

26Aux différentes facettes de l’Empereur développées par ces articles sur des fêtes provinciales, les papiers relatant les cérémonies parisiennes publiés dans le Massif Central en proposent ponctuellement une autre. Les extraits de ces derniers montrent un Napoléon plus humain. Les visages du bon père et du bon époux sont privilégiés à trois et huit reprises, dont respectivement deux et cinq dans des articles nationaux. En janvier 1814, à l’occasion d’une fête donnée à Paris pour le départ de l’Empereur au front, le Journal du département de la Loire cite le Journal de l’Empire et rapporte qu’après s’être adressé aux gardes nationaux, Napoléon fixe son regard « avec attendrissement sur l’Impératrice et sur le Roi de Rome, que son auguste mère portoit dans ses bras ; et [que] sa majesté a ajouté d’une voix émue quelle confioit sa femme et son fils à l’amour de sa fidèle ville de Paris ». En s’intéressant à ces aspects-là de la personnalité de Napoléon, les rédacteurs locaux façonnent un peu plus encore le mythe du héros51 ; la sensibilité et l’humanité qui se dégagent de ces tableaux ne peuvent que rendre les fêtes plus touchantes et leurs comptes rendus plus efficaces.

  • 52 Jean-Paul Bertaud, « Histoire de la presse et Révolution », AHRF, Paris, Société des études robespi (...)
  • 53 Jean-Luc Chappey, « Pierre-Louis Roederer... », op. cit., p. 18.

27La propagande journalistique souhaitée par Napoléon Bonaparte et poursuivie par les Bourbons en 1814 s’exprime grâce aux journaux au cœur du pays. Si la périodicité des fêtes institutionnelles et le caractère ponctuel des fêtes extraordinaires justifient presque à eux seuls le faible nombre de numéros festifs de cette presse provinciale – un exemplaire sur huit – les articles proposés n’en sont pas moins susceptibles de diriger les esprits. Les feuilles locales, les rédacteurs et leurs collaborateurs administratifs se fondent dans l’appareil propagandiste élaboré et contrôlé par Napoléon52. L’action univoque de l’État vers l’opinion53 trouve ici de nouvelles ressources. Même si la moitié des articles étudiés ne semble pénétrée que par une ferveur gouvernementale mesurée, l’appréhension globale de ce corpus montre que les mots choisis concourent avec justesse à la politique propagandiste nationale. En s’émancipant par certains égards du canevas parisien, les articles exposant le déroulement des fêtes locales témoignent d’une instrumentalisation favorable au culte napoléonien. La forte reproduction de discours ou de vers politiques oriente assurément très fortement les lectures. Alors que les commentaires festifs sélectionnés dans les journaux parisiens se contentent souvent de simples apparitions de Napoléon, les paragraphes régionaux multiplient les épithètes, celle de l’Empereur victorieux en tête. Les pratiques rédactionnelles révèlent néanmoins des sensibilités départementales variées, avec une presse lozérienne qui semble aussi napoléonienne que son homologue ardéchoise est royaliste. L’orientation des lecteurs passe finalement par une information sélectionnée et des papiers choisis : le culte napoléonien et les fêtes dynastiques impériales y trouvent un parfait écho que la restauration monarchique conduit à des sommets malgré tout jamais égalés par l’Empereur.

Document 1. Articles consacrés à une fête française entre 1803 et 1815

Document 1. Articles consacrés à une fête française entre 1803 et 1815

Document 2. Articles consacrés à une fête étrangère (hors territoire français stricto sensu) entre 1803 et 1815

Document 2. Articles consacrés à une fête étrangère (hors territoire français stricto sensu) entre 1803 et 1815

Document 3. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets)

Document 3. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets)

Document 4. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)

Document 4. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)

Document 5. Lignes consacrées aux fêtes dans la presse régionale de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)

Document 5. Lignes consacrées aux fêtes dans la presse régionale de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)

Document 6. Images et qualificatifs descriptifs de Napoléon dans les articles sur les fêtes parisiennes et provinciales (1800-1815)

Qualificatifs employés pour désigner Napoléon

Paris

Province

Total

Empereur victorieux

3

51

54

Général chef de guerre

2

2

4

Maître de l’Europe et du monde

8

8

Pacificateur

2

17

19

Bienfaiteur

1

10

11

Restaurateur des autels

1

12

13

Législateur et codificateur

5

5

Sauveur de la France (et de l'Italie)

1

1

Héros vertueux

1

6

7

Héros fondateur de la France

1

1

2

Héros qui gouverne

1

10

11

Héros qui garantit l'existence et la propriété

2

2

Empereur (dignité impériale)

1

6

7

Héritier de l’Antiquité

7

7

Plus grand homme des temps modernes

1

2

3

Bon père de famille

2

1

3

Bon époux

5

3

8

Bon et judicieux dans le choix d’administrateurs

1

1

Fondateur de la IVe dynastie

6

6

Restaurateur de la monarchie

1

1

Protégé de Marie

1

1

Représentant de Dieu, fils de la Providence

4

4

Pour la conservation de l’Empereur

1

1

Les merveilles dues au siècle de Napoléon

1

1

Respect, reconnaissance, dévouement envers Napoléon

2

23

25

Notes

1 Éric Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, CTHS, 1993, p. 30.

2 Gilles Feyel, « Le journalisme au temps de la Révolution : un pouvoir de vérité et de justice au service des citoyens », AHRF, Paris, Société des études robespierristes, 2003, no 3, p. 31.

3 Jean-Luc Chappey, « Pierre-Louis Roederer et la presse sous le Directoire et le Consulat : l’opinion publique et les enjeux d’une politique éditoriale », AHRF, Paris, Société des études robespierristes, 2003, no 4, p. 14.

4 André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire, Paris, Société des études robespierristes, 1975, p. 1.

5 Ibid., p. 59.

6 Gilles Feyel, « La presse provinciale au XVIIIe siècle : géographie d’un réseau », Revue historique, Paris, PUF, 1984, no 552, p. 361-365.

7 Éric Wauters, « La presse départementale en l’an II », AHRF, Paris, Société des études robespierristes, 1996, no 1, p. 2.

8 Les trop faibles sources recensées pour le Journal de la Haute-Loire ne permettent pas de véritables analyses. Ils complètent toutefois un panorama de onze journaux locaux.

9 André Cabanis, op. cit, p. 115.

10 AD Cantal, 6J81, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 14 janvier 1809.

11 AD Lozère, PER 201, t. XV, Journal de la Lozère, le 16 août 1810.

12 AD Lozère, PER 201, t. XXI, Journal de la Lozère, le 6 décembre 1813.

13 Médiathèque de Roanne, 1 Z3 1, Journal du département de la Loire, le 19 août 1807.

14 BMIU de Clermont-Ferrand, MPA3 [6], Journal du département du Puy-de-Dôme, le 6 août 1814.

15 André Cabanis, op. cit., p. 56.

16 AD Aveyron, PER 877, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron, les 10 septembre et 3 décembre 1814.

17 Gilles Feyel, « Le journalisme au temps... », op. cit., p. 42.

18 Médiathèque de Rodez, 1 Z3 1, Journal du département de la Loire, le 10 décembre 1808.

19 Éric Wauters, Une presse de province..., op. cit., p. 279 : « Dans la plupart des feuilles du temps, les nouvelles locales étaient rares, irrégulières et limitées à des faits divers [...] En réalité, [elles] ne furent qu’un élément accessoire, mineur dans un contenu où prédominaient les débats législatifs et les informations nationales et étrangères. »

20 Voir document 1. Carte. « Articles consacrés à une fête française entre 1803 et 1815 ».

21 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif et politique du département du Cantal, le 30 juillet 1814.

22 Voir document 2. Carte. « Articles consacrés à une fête étrangère » (hors territoire français stricto sensu) entre 1803 et 1815.

23 AD Aveyron, PER 877, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron, 8 octobre 1808.

24 Ibid., le 9 septembre 1809.

25 Ibid., le 7 avril 1810.

26 André Cabanis, op. cit, p. 112.

27 Éric Wauters, Une presse..., op. cit., p. 274.

28 Colloque international des études humanistes, Les Fêtes de la Renaissance, Paris, Éditions du CNRS, 1975, p. 10.

29 Françoise Waquet, Les Fêtes royales sous la Restauration, Paris, Bibliothèque de la Soc. française d’archéologie, 1981.

30 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires : le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Paris, Société des études robespierristes, 1995, p. 325.

31 Voir document 3 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets) » et le document 4 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus) ».

32 André Cabanis, op. cit., p. 277. « Après la disgrâce de Roederer, la tradition demeure de profiter des anniversaires pour énumérer les bienfaits dispensés par le pouvoir. En décembre 1808, à l’occasion de la commémoration du sacre, les journaux reçoivent l’ordre de rappeler à [leurs] lecteurs les grands travaux ordonnés par le gouvernement sur tous les points de l’Empire. »

33 Laurence Coudart, « Formes du discours, structure du journal : l’exemple de la Gazette de Paris », AHRF, Paris, Société des études robespierristes, 1996, no 1, p. 58.

34 Éric Wauters, « La presse départementale en l’an II », op. cit., p. 33. L’auteur pointe « la complexité de l’étude de la presse départementale dans sa globalité à la fois régionale et chronologique. Il nous semble devoir souligner, pour conclure, que la question est de définir la presse provinciale en terme de rupture ou de continuité d’une part, de relations avec les autres vecteurs de formation de l’opinion publique d’autre part ».

35 Voir document 3 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets) ».

36 Voir document 4 « Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus) ».

37 Voir document 5 « Les lignes consacrées aux fêtes dans la presse régionale de 1803 à 1815 (tous journaux confondus) ».

38 500 pour le Puy-de-Dôme, 250 pour l’Ailier, la Lozère, l’Aveyron et une cinquantaine pour le Cantal d’après l’étude d’André Cabanis, op. cit., p. 339.

39 AD Lozère, 1 PER 201, t. IX, Journal de la Lozère, le 10 décembre 1807.

40 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 18 août 1810.

41 AD Ardèche, PER 1400-2, Mémorial administratif de la préfecture du département de l'Ardèche, les 14 et 21 mai 1810.

42 Voir document 6 « Images et qualificatifs descriptifs de Napoléon dans les articles sur les fêtes parisiennes et provinciales (1800-1815) ».

43 Éric Wauters, Une presse..., ορ. cit., p. 32. Après 1802, les « journaux n’ont plus rien d’autre à transmettre qu’un message officiel soigneusement préparé : la presse était dès lors devenue une structure relevant non des rapports complexes entre l’opinion publique et ses porte-parole, mais de l’orientation politique de l’État ».

44 André Cabanis, op. cit., p. 248.

45 Jacques-Olivier Boudon, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Perrin, 2003, p. 122.

46 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 77.

47 AD Cantal, 5 E 1322, Bulletin administratif, judiciaire et politique du département du Cantal, le 18 août 1810.

48 AD Aveyron, PER 877-3, Bulletin de l’administration et de la Société d’agriculture du département de l’Aveyron, 12 décembre 1812.

49 André Cabanis, op. cit, p. 212.

50 AD Lozère, 1 PER 201, t. IV, Journal de la Lozère, le 25 nivôse an XIII (15 janvier 1805).

51 Annie Jourdan, Mythes et légendes de Napoléon, Paris, Privat, 2004.

52 Jean-Paul Bertaud, « Histoire de la presse et Révolution », AHRF, Paris, Société des études robespierristes, 1991, no 285, p. 289.

53 Jean-Luc Chappey, « Pierre-Louis Roederer... », op. cit., p. 18.

Table des illustrations

Titre Document 1. Articles consacrés à une fête française entre 1803 et 1815
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Document 2. Articles consacrés à une fête étrangère (hors territoire français stricto sensu) entre 1803 et 1815
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Document 3. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (journaux complets)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Document 4. Les articles régionaux sur les fêtes de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Document 5. Lignes consacrées aux fêtes dans la presse régionale de 1803 à 1815 (tous journaux confondus)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Professeur certifié et docteur en histoire moderne de l’université Blaise-Pascal (2008), ancien AM et ATER des universités de Clermont 2, Nantes et Rouen, il est actuellement en charge du projet ANR « Therpsicore », dans le cadre d’un post-doctorat au CHEC (Centre d’histoire « Espaces et cultures »). Il tente à travers ses recherches de dessiner une géographie de la diffusion de la culturelle officielle, de reconstituer les réseaux de salles de spectacles ouvertes au cours de la décennie révolutionnaire, de reconstruire une sociologie des acteurs principaux des divertissements et de brosser un tableau de leurs répertoires. Il est l’organisateur en 2010 d’une journée d’études sur les bases de données informatiques en histoire des pratiques culturelles (XVIIIe-XIXe siècles) et du colloque La Révolution française au miroir des recherches actuelles. Il publie en 2011 un premier ouvrage sur Le Théâtre en province pendant le Consulat et l’Empire aux Presses universitaires Blaise-Pascal.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search