Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

La culture au service de la politique : le Journal de Littérature & des Théâtres (1797)

Catriona Seth

Texte intégral

1La vie du bibliophile est marquée par des hasards, parfois heureux, parfois moins. Il y a les livres qui vous passent sous le nez dans une salle des ventes, les éditions en plusieurs volumes auxquels manque un tome – ou un cahier simplement –, les exemplaires tellement endommagés que le texte n’est plus lisible, ou encore les volumes si bien reliés que le libraire en veut un prix auquel votre banquier ne saurait consentir... En face, il y a les faux recueils : vous achetez un ouvrage connu à un prix convenable et vous trouvez, relié à sa suite, un autre texte ; la petite brochure acquise à bas coût se révèle absente des catalogues des grandes bibliothèques ; votre édition est inconnue des bibliographes et ainsi de suite. Si je me suis intéressée au « chevalier de Limoges », c’est avant tout à un hasard de rencontre que je le dois. Un jour, traînant parmi les rayons empoussiérés de certain bouquiniste rouennais, pas loin de Saint-Maclou, j’ai repéré un petit volume relié. Y figuraient, rassemblés, différents numéros d’une petite feuille intitulée Journal de littérature et des théâtres par Louis-Charles Limoges. Je ne savais rien de ce périodique. Je supposai qu’il devait s’agir d’une de ces feuilles éphémères dont la période révolutionnaire vit l’éclosion. En feuilletant le petit tome, je repérai des références nombreuses à la Normandie. Il s’agissait d’un journal édité à Rouen, ce qui le rendait particulièrement intéressant à mes yeux. Le prix qu’en demandait le vendeur paraissant correct, je l’acquis.

  • 1 Voir, en particulier, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journal (...)
  • 2 Reproduit en annexe de la « Biographie de Louis-Charles de Limoges » qui accompagnait sa maîtrise (...)
  • 3 Elle a soutenu, en 2003, à l’université de Rouen, sous ma direction, un excellent mémoire de DEA : (...)
  • 4 Outre son journal politique L’Abeille, publié dès 1790, il se serait engagé par un ouvrage introuv (...)

2De retour à la maison, je savais pouvoir consulter, à part les travaux de mon collègue Éric Wauters1, une source importante : le Dictionnaire des journalistes de Jean Sgard répertorie en effet les publicistes en activité avant 1789. Il y avait des chances pour que ce fut le cas de mon mystérieux Louis-Charles Limoges. Il y fait bien l’objet d’un article dont des travaux ultérieurs, et notamment ceux de deux étudiantes de lettres de Rouen, Julie Boidin et Betty Conseil, permettent de rectifier ou de compléter certains points. Les deux jeunes femmes que je viens de citer ont en effet accepté, dans le cadre de leurs maîtrises, de rééditer le journal. L’exemplaire que j’avais acquis leur a permis d’avoir accès à l’ensemble des numéros parus : la collection de la bibliothèque municipale de Rouen est lacunaire. Betty Conseil est intervenue dans l’un de nos colloques pour évoquer la carrière de ce journaliste hors du commun que fut Limoges. Nous lui devons en particulier la découverte de l’acte de baptême, daté du 13 janvier 1750, au Tronquay, de Louis-Charles de Limoges2. Je ne vais donc pas m’etendre sur l’expérience antérieure du publiciste dans différents organes de presse générale ou politique. Quant à Julie Boidin, elle a travaillé par la suite sur la présence des arts dans plusieurs périodiques normands de la fin des Lumières3. Pour ma part, dans le cadre du présent article, j’entends montrer la façon dont le journal à visée culturelle de Limoges distille une esthétique réactionnaire et, au-delà, une position politique claire que son rédacteur a défendue ailleurs4.

  • 5 Julie et Colin ou Le Tribut du sentiment, comédie en deux actes et en prose mêlés de vaudevilles p (...)

3Si le Journal de Normandie a été fondé avec des ambitions encyclopédiques, pour s’occuper d’agriculture, de techniques mais aussi d’arts, le Journal de littérature et des théâtres, dont le premier numéro sort le 6 pluviôse an V (4 février 1797 - la date est indiquée selon les deux calendriers), est le premier dans la région à se donner, ostensiblement, un but purement culturel. La double indication « littérature » et « théâtres » laisse entendre que le rédacteur s’intéressera d’un côté à ce qui se publie ou s’écrit, de l’autre à ce qui se joue. Les deux catégories ne se rejoignent pas forcément. Limoges a des raisons de se pencher aussi bien sur les publications que sur le spectacle vivant : il a écrit des pièces qui ont été représentées mais jamais imprimées à l’exception de l’une d’entre elles5. Ses nombreux poèmes n’ont pas été recueillis en volume, mais se retrouvent au détour des pages de différentes publications.

4À défaut de prospectus décrivant les buts du périodique, nous avons un « Discours préliminaire » qui s’intitule « De la critique ». Il ne s’agit donc pas simplement d’informer, ainsi que prétendent le faire nombre de journaux, mais bien d’évaluer. Limoges se place sous le patronage de deux grands auteurs du passé, Pierre Bayle et Denis de Salo - le premier reste célèbre ; le second, plus oublié, fut le fondateur du Journal des savants. Il entend se distinguer de « la plupart des journalistes littéraires » qui critiquent soit par vengeance, soit par intérêt. L’objectivité serait donc sa première ligne de conduite. C’est là un poncif. Par ailleurs, nous savons tous combien ce genre de souhait est idéaliste. Il s’agit simplement d’un passage obligé pour celui qui entend se promouvoir comme critique. La deuxième affirmation de Limoges est plus originale. Il s’attaque aux publicistes contemporains qui « remplissent encore leurs feuilles d’invectives si grossières, qu’on est presque tenté de croire que le langage des halles est devenu celui du parnasse ». Nous savons que la révolution politique s’est accompagnée d’une révolution dans le langage. Défendre le beau style est, en soi, une déclaration de principe qui pouvait paraître suspecte à bien des contemporains. Limoges laisse entendre ensuite pourquoi il s’érige ainsi en censeur : « Quand la critique se renferme dans les bornes prescrites par la décence et l’équité, on peut dire qu’elle n’est pas moins utile dans la république des lettres pour former de bons écrivains, que la censure le fut autrefois à Rome pour former de bons citoyens. » Il s’agirait de faire progresser les arts, mais aussi, indirectement, de régénérer la France. L’appel à l’exemple antique fait écho à nombre de discours révolutionnaires. Il ne faudrait pas oublier pour autant qu’elle répond également à une esthétique à l’œuvre au cours du règne de Louis XVI. On ne peut accuser Limoges d’avancer en traître dans la mesure où il annonce clairement ses principes et son système. Il dit pouvoir se tromper mais être prêt à s’engager pour ses idées.

  • 6 Le no 2, par exemple, salue entre autres des vers de Delille.
  • 7 Nous donnons en guise de référence, entre parenthèses, le no de la livraison concernée du périodiq (...)

5Comment donc se présente son périodique qui dure quelques mois seulement en 1797 ? Il s’inscrit à bien des égards sous le double intitulé annoncé : littérature d’un côté, théâtre de l’autre. En matière littéraire, nous avons une large place accordée à la poésie. Nous savons que Limoges lui-même avait quelques prétentions dans ce domaine. Le Journal de Normandie n’a pas été sans se faire l’écho de ses productions et il n’hésitera pas à en « recaser » dans son nouvel organe de presse. Ailleurs, il pille les publications de l’époque comme l’Almanach des muses qui lui a probablement fourni le poème inaugural du premier numéro du Journal de littérature et des théâtres, « La déclaration » de Vigée. La place importante accordée à la poésie n’est pas sans faire songer à des périodiques d’Ancien Régime comme le Mercure de France, mais aussi à des créations révolutionnaires, entre autres La Sentinelle de Louvet ou Le Déjeuner de Pillet. Comme pour marquer la nécessaire présence d’une esthétique double, le second morceau de ce premier numéro est en prose. « Les Deux Amours - Songe », sans nom d’auteur, vante des auteurs anciens mais aussi et surtout des poètes du règne de Louis XVI, Bertin, Parny, Dorat. Ce sont autant de noms qui font signe au lecteur à la fois d’une volonté de retrouver la littérature, longtemps tenue en marge par l’actualité, mais aussi d’une reconnaissance particulière vouée aux écrivains d’Ancien Régime6, emblématiques d’une époque que Limoges souhaite voir renaître. Petit à petit, au cours des numéros, se dégage un panthéon idéal des hommes de lettres, illustration de l’esthétique passéiste du journaliste. La complicité ainsi créée avec le lecteur permet de faire revivre l’illusion d’une sociabilité disparue avec la Révolution, celle d’un ensemble constitué d’hommes et de femmes « qui sont demeurés attachés aux bons principes » (no 117).

  • 8 Il faut noter cependant que dans le no 5, par exemple, le théâtre parisien est évoqué avant la scè (...)

6Le premier numéro débouche, après la poésie, sur un article « Théâtres ». Le journaliste explique ce qu’il entend offrir à ses lecteurs. Il rappelle l’existence à Rouen de deux théâtres, celui des Arts et celui de la République, le « Grand » et le « Petit » théâtre, comme on les appelle. Or ces deux scènes se concurrencent en matière de répertoire. Limoges entend les évaluer de la même façon en assistant au maximum de représentations. Un enracinement local s’affirme par cette volonté de voir les pièces des deux salles rouennaises – la saison parisienne ne sera évoquée qu’à partir du no 38. S’esquisse ici la deuxième passion du publiciste, celle du spectacle vivant. Dans les comptes rendus des pièces données à Rouen, Limoges met en valeur une théorie du théâtre fréquente chez bien des contemporains : il doit avoir un but moral et aider à améliorer le spectateur. Commentant une pièce jouée au théâtre de la République, le critique n’hésite pas à écrire : « La comédie des Intrigants ne peut [...] tourner au profit de la société, en ce qu’elle offre continuellement des leçons d’immoralité. » (no 1)

  • 9 Sgard, « Limoges, L. de », Dictionnaire des journalistes, op. cit, p. 653.
  • 10 Dans le no 2, le compte rendu de l’Almanach des muses n’omet pas de citer une anecdote de Fabien P (...)

7Le troisième pôle important du journal de Limoges est absent de son titre mais implicite dans sa conception de la littérature. Pour employer un terme anachronique, il a, en apparence du moins, une conception interactive de la presse. Il en appelle aux poètes provinciaux : « Nous accueillerons toujours avec reconnaissance les productions qui nous seront adressées, quand elles nous paraîtront mériter l’insertion. » (no 14). Il ouvre aussi largement ses colonnes à des courriers réels ou fictifs. Dès le no 1, nous avons une lettre d’un personnage identifié, Raté-Joinville, qui réagit à un compte rendu de son jeu dans Othello paru ailleurs dans la presse. L épistolier défend une esthétique réactionnaire en rappelant les beaux jours de l’art dramatique tel qu’il était plébiscité par le noble Faubourg Saint-Germain, plutôt que par les clubs populaires. Pour lui, le goût s’est déformé. Il encourage donc les journalistes à jouer leur rôle de critiques et à influencer ainsi l’évolution du public et des mœurs. La lettre termine : « C’est donc aux journalistes à tenir aujourd’hui la boussole entre les acteurs et les spectateurs, et à rappeler le bon goût chez ceux-ci, en guidant ceux-là, par de douces lumières, dans les sentiers ténébreux d’un art qui, comme tant d’autres, penche vers sa chute. » (no 1). Ce « bon goût » semble être fondé sur l’éducation livresque de l’honnête homme d’Ancien Régime, produit de l’éducation du temps, comme Limoges lui-même qui aurait fait ses études au Collège du Plessis9, qui cite sans hésiter (et sans les traduire) des expressions latines et qui n’hésite pas à se moquer de l’inculture de certains10.

  • 11 Dans le no 1 sont signalés les Antiquités étrusques, grecques et romaines... par d’Hancarville, le (...)
  • 12 Le no 8 paraît, comme les suivants, à l’Imprimerie de J. Duval. Limoges semble avoir eu, un temps, (...)

8Dernière constante du périodique pour ses premières livraisons : à la fin du numéro figure la liste des ouvrages nouveaux disponibles chez Vallée, un libraire plutôt conservateur avec lequel Limoges était lié. La promotion des nouveautés – essentiellement des livres traitant directement ou indirectement d’histoire11 – aidait peut-être en partie à financer le périodique. La rubrique disparaît lorsque l'imprimeur change12. Voilà donc pour la construction type du numéro. Comme nous le verrons, l’ordre des différentes rubriques peut varier et elles peuvent être complétées par d’autres genres d’articles, en particulier des comptes rendus de livres.

  • 13 Julie Boidin, L’art dans la dynamique révolutionnaire de la presse normande (DEA de lettres modern (...)

9Assez souvent, sous le titre « Mélanges » ou « Variétés », sont incluses des espèces de dissertations miniatures sur des sujets qui semblent tenir à cœur au journaliste comme la différence entre bel esprit et faux goût (no 6). Dans son DEA, Julie Boidin fournit une analyse numérique de la répartition des rubriques tournant autour de « matières artistiques ». Elle donne les chiffres suivants pour le journal de Limoges : « Poésie » (épigramme, charade, fable, conte, énigme, allégorie), 29 entrées ; « Littérature » (annonces de livres, extraits), 27 entrées ; « Spectacle[s] », 113 entrées ; « Beaux-Arts », 1 entrée ; « Divers » (variétés, mélanges, anecdotes, discours préliminaire, avis...), 30 entrées. Elle signale également que la musique (chansons, couplets, airs, fugues, romances), présente dans le Journal de Normandie, par exemple, est absente de l’hebdomadaire qui nous intéresse13.

  • 14 Le no 1 est du 6 pluviôse an V (4 février 1797), le no 2 du 13 (11 février), le no 3 du 30 (18 fév (...)
  • 15 C’est là une hypothèse défendue par Betty Conseil dans son mémoire. D’autres poèmes sans signature (...)

10Un périodique se doit de sortir à date fixe pour fidéliser son lectorat. Au départ, la régularité est respectée par le Journal de littérature et des théâtres. C’est, à sa façon, une régularité d’Ancien Régime. Si Limoges donne les dates de parution des numéros selon les deux calendriers, l’on s’aperçoit que son périodique est prévu pour paraître selon un rythme hebdomadaire et non décadaire14. Le bel ordonnancement sera interrompu, notamment lorsque le rédacteur doit partir à la campagne pendant quelques jours ce qui suspend la parution d’un périodique qu’il semble être seul à rédiger ; après le no 11, par exemple, c’est un numéro double, le 12 et 13, qui porte la date unique du 29 avril 1797. Un autre élément varie : c’est le nombre de pages du journal. Le no 2, bien plus étoffé que le premier, porte en effet la date du 11 février 1797, sept jours après le no 1. Plus n’est besoin d’introduire le journal par une espèce de profession de foi. C’est un poème sentimental, en l’occurrence, un Pont-Neuf sur l’air « De la croisée », très populaire à l’époque, « À ma voisine » qui ouvre la livraison. Il est signé d’initiales qui pourraient bien voiler l’identité de Limoges15. Comme pour asseoir le sérieux de son journal, Limoges fait suivre ce poème d’une lettre signée « C. B. Votre abonné ». Heureux les périodiques qui ont des abonnés susceptibles de leur écrire après la parution d’un seul numéro ! De plus, C. B. a l’extrême obligeance de fournir au publiciste l’occasion de faire montre de ses talents : il lui pose une question sur la position que l’on doit avoir face à sa propre science. Est-il légitime de s’en glorifier ?

11On remarque que le premier compte rendu proprement littéraire porte sur l’Almanach des muses pour l’an V – celui-là même qui présentait le poème pillé par Limoges pour son no 1 – un périodique annuel dont le premier volume remonte à 1765. C’est une nouvelle occasion pour le journaliste de dire l’influence néfaste du contexte agité sur la littérature :

Quoique les orages politiques ne soient pas favorables aux lettres et aux sciences, chaque année voit néanmoins éclore des productions marquées au coin du génie ; et l’on remarque avec plaisir que plus nous nous éloignons de ces moments d’horreur, où les efforts criminels du vandalisme tendaient à plonger la France dans l’ignorance et dans la barbarie, plus nous nous rapprochons de ces jours agréables et paisibles où les lettres étaient en honneur. La poésie, longtemps bornée à des chants de meurtre et de carnage, a rejeté ce genre cannibale pour embrasser des sujets plus dignes d’elle. La fable, le conte, l’épigramme et le madrigal, étrangers aux querelles de parti, reparaissent délicats, piquants et bien versifiés (no 2).

12Nous comprenons au passage que l’existence même du Journal de littérature et des théâtres témoigne de l’amélioration des conditions quotidiennes d’un homme comme Limoges. Certes, l’Ancien Régime n’est pas revenu, mais l’on peut désormais parler des lettres plus librement, et donner une opinion n’expose pas forcément à des représailles terribles. Le journaliste peut croire que point à l’horizon une époque nouvelle permettant de renouer avec le temps regretté où la poésie était à l’honneur. Parmi les auteurs dont Limoges cite des vers à l’occasion de son compte rendu de l’Almanach des muses, il y a Nivernais. Le cas mérite que l’on s’y arrête pour deux raisons : Nivernais est un ci-devant duc et la fable est un morceau fort de choses. Intitulée « Le tailleur », elle explique qu’un bel habit à la mode peut n’aller à personne et termine par une morale qui est la suivante :

Ceci convient aux faiseurs de système,
En fait de mœurs, de police et de lois,
Qui, selon moi, ressemblent quelquefois
À ce tailleur : leur objet est le même.
Réforme utile au citoyen,
Voilà le but, et tout va bien
Sur le papier, l’intention est pure,
Les matériaux excellents,
Les ouvriers pleins de talents :
Mais on n’a pas pris la mesure.

13La morale de Nivernais invite à des applications politiques. Elles sont visiblement du goût de Limoges. Il lui paraît qu’un régime fondé sur de bonnes intentions est caractérisé par des dysfonctionnements graves, absents d’un système antérieur moins bien-pensant. On peut observer que dans son périodique antérieur, à valeur politique essentiellement, L’Abeille, Limoges incluait par moments des poèmes dont le message politique était clair.

14Les poésies fugitives disent la persistance des habitudes de versification d’autrefois, mais permettent aussi de prendre à bras le corps les développements du monde moderne. Parmi les cibles de Limoges, il y a de nombreux contemporains, comme par exemple des agioteurs, devenus riches, qui renversent l’ordre ancien de la société en échappant à la condition de domestiques qui était la leur de père en fils (voir le no 8).

15Comme certains des poèmes, la plupart des livres choisis pour des comptes rendus sont présentés sous un angle politique implicite. Il en va ainsi de certains romans ou d’autres textes qui critiquent les événements récents. L’un des cas les plus clairs concerne La Nouvelle Vision de Babouc, ou Le Monde comme il va, dont le titre renvoie à Voltaire. Selon le journaliste, l’ouvrage est excellent et paraît avoir retrouvé le style du maître de Ferney. Les annonces de livres incluent une collection de contes de fées de Mme d’Aulnoy, et Limoges rend compte de plusieurs traductions dont les Idylles de Théocrite rendues par Gail. Il cite des versions françaises de textes individuels de Pope ou encore d’un recueil lui-même tourné vers l’autre et l’ailleurs, Turkish Tales. Il évoque encore le dernier roman de Fanny Burney, future épouse d’un hobereau français émigré, Camilla, ou la peinture de la jeunesse – il se contente de signaler à la fin de cette recension, sans en offrir d’analyse, deux autres romans nouveaux disponibles chez le même libraire, Jacques le fataliste et son maître et La Religieuse. La postérité n’aurait pas fait les mêmes choix que lui !

  • 16 Voir par exemple dans le no 6 « Le bûcheron et l’ormeau. Apologue à mettre en vers ».

16La littérature occupe une place de choix dans les comptes rendus mais aussi grâce aux poèmes cités. Ailleurs, souhaitant de toute évidence contribuer au réveil des arts, Limoges propose un canevas en prose qu’il intitule « Fragment d’un poème à faire » (no 4) ; une allégorie imagine le retour d’Apollon et de Minerve et un nouvel âge d’or de la littérature. Ce n’est pas le seul cas d’un passage proposé à la versification16. Le publiciste réaffirme implicitement la suprématie du vers. Il tend également une perche aux muses provinciales : de toute évidence, il espère stimuler et inspirer ses compatriotes. Le journalisme culturel, pour lui, s’inscrit ainsi dans une forme de combat. Il ne s’agit pas simplement de constater, mais bien d’agir et de faire agir par le biais des lecteurs.

17L’importance accordée au théâtre n’est pas sans rapport avec cette attitude. En effet, à l’instar de Zamé, roi d’une utopie pacifique dans Aline et Valcour de Sade, paru à la même époque que le Journal de littérature et des théâtres, Limoges pense que le spectacle se doit d’être moral et peut servir ainsi à l’éducation. L’histoire récente inspire certains dramaturges et permet des commentaires politiques. Il en va ainsi par exemple de la pièce des Suspects dans laquelle les jacobins sont malmenés (no 5) ou d’un drame intitulé Élise dans les bois, ou L’Heureuse Révolution du 9 thermidor, fait historique (nos 12 et 13). Il ne faudrait pas croire que l’actualité offre le seul angle d’intérêt du journaliste. En effet, il s’intéresse par moments à des aspects purement dramatiques de représentations théâtrales. Nous apprenons ainsi des détails cocasses sur les spectacles joués à Rouen. Dans la reprise de la pantomime Geneviève de Brabant, une fillette de 3 ans, la petite Duranville, est très applaudie du public (no 1). Quelques remarques portent sur le jeu des acteurs comme Renard (no 1) qui est encouragé à ne pas sortir des rôles qui lui conviennent. Un « Essai sur l’art du comédien » tente, en quelques paragraphes, de tracer les lignes essentielles du jeu des acteurs dans un contexte idéal. Une lettre au rédacteur signée R. J. et datée du 19 ventôse an V (9 mars 1797) demande « Peut-on enseigner la comédie ? » Le dernier numéro paru du périodique (no 17 du 27 mai 1797), quant à lui, se fait l’écho des bruits de couloir en provenance du Théâtre de la République de Rouen, colportés par celui-là même qui se présente sous les traits d’un « ami des arts et des artistes en général ».

  • 17 Le no 1 affirme ainsi : « [...] autant que ma santé et les occupations de mon état me le permettro (...)
  • 18 Betty Conseil met en évidence, dans sa maîtrise, une ressemblance frappante entre quelques lignes (...)

18Comme pour les critiques littéraires, la colonne des spectacles se ressent souvent de l’intérêt clair de Limoges pour des pièces d’Ancien Régime, ou qui sont favorables à une esthétique passéiste. S’il a dû assister aux pièces rouennaises17, le journaliste rend également compte des spectacles parisiens en s’appuyant sur les journaux de la capitale. Il démarque ainsi clairement des passages entiers de périodiques spécialisés ou généralistes. Au croisement entre le courrier des lecteurs et la critique théâtrale, il livre également, dans le no 9 du 1er avril 1797 (12 germinal an V) une espèce de compte rendu épistolaire. Elle débute ainsi : « Je t’ai promis, mon ami, de visiter les spectacles de cette grande cité, et de te faire part de mes observations. » Il s’agit peut-être encore une fois de donner un semblant d’échange au sein du journal. Il est impossible pour l’instant de trancher entre l’idée qu’une connaissance de Limoges aurait réellement vu représenter, à Paris, toutes les pièces dont il est fait mention au sein de ce texte, ou l’hypothèse d’une compilation par le journaliste rouennais, sous forme de lettre, à partir de sa lecture des périodiques de la capitale comme le Courrier des spectacles18.

  • 19 Il est probablement aussi l’auteur de la lettre signée « R-J » dans le no 4 et de celle du no 9.

19L’un des aspects les plus stimulants de la presse, de nos jours encore, c’est le rôle dévolu au lectorat. Dans ce qui paraît être un idéal participatif – bridé cependant par des considérations politiques et esthétiques – Limoges, nous l’avons dit, ouvre largement ses colonnes à un courrier des abonnés ou lecteurs. Il avait en Milcent un exemple à suivre. Il avait déjà accueilli des interventions de tiers dans d’autres périodiques qu’il a dirigés comme Le Réviseur décadaire. Dans le Journal de littérature et des théâtres, les lettres des uns et des autres comme Raté-Joinville19 (no 1) ou Grainville (nos 2,15 et 16)... portent en général sur les spectacles dramatiques ou alors, plus largement, sur les efforts que fait Limoges pour consolider l’édifice des beaux-arts. Nous savons que ce courrier des lecteurs n’est pas entièrement fictif. Dans le no 14, par exemple, le journaliste reproduit une lettre d’un des piliers de l’Académie de Rouen sous l’Ancien Régime, Jean-Baptiste Haiilet de Couronne, et plusieurs numéros du Journal contiennent des courriers signés de Jean-Baptiste Grainville, un avocat et littérateur rouennais qui a trouvé dans la presse, dès l’Ancien Régime, un espace pour faire paraître diverses productions. Grainville loue les buts du périodique et annonce la parution de ses propres Hymnes de Sapho dont Limoges rendra compte plus tard (no 9). Ce sera l’occasion pour le publiciste de s’adresser directement à son lecteur : « Lisez la cinquième [hymne] ; lisez celle intitulée la Nuit ; que dis-je ? Lisez-les toutes, et rendez justice à l’auteur. » Plus tard, Grainville défend la religion, condamne l’Institut national, le successeur de l’Académie, et prône le retour à un théâtre décent et modéré qui redeviendrait « comme avant la Révolution, une école de morale, où les vices et les ridicules, livrés à la censure, subiront en public la peine qu’ils méritent » (nos 15 et 16). Le directeur de la revue ne devait rien trouver à redire à ces propos dans lesquels politique et culture vont main dans la main ! Ailleurs, sans donner le texte de son correspondant, Limoges propose (dans le no 2) une série de remarques sur un courrier qu’il dit avoir reçu et qui corrige des erreurs factuelles tout en demandant des éclaircissements sur les mots « Art » et « Artiste ». Une fois de plus, c’est l’occasion pour le journaliste de mettre en valeur ses propres idées. Il n’y a, en apparence, nulle ambition d’éclairer le peuple dans le périodique. Le publiciste écrit et édite pour un lectorat qui partage ses idées, il prêche à des convaincus et n’est à leur écoute que dans la mesure où ils se font l’écho de la ligne éditoriale du journal.

  • 20 L’importance du théâtre pour Limoges est soulignée par l’indication « Au Rédacteur du Journal des (...)
  • 21 Voir la note de Betty Conseil dans son tapuscrit.
  • 22 Betty Conseil signale ainsi (tapuscrit p. 63) que la même lettre figure dans Le Déjeuner de Pillet (...)

20Parmi les autres contributeurs il y a « un abonné » (no 5), mais aussi Mlle Montansier20 (no 6), dont le nom est resté au théâtre de Versailles, ou un certain « Guil. Gar. Gaut. » – dont je n’arrive pas à percer l’anonymat partiel –, qui répond à « P. R. D., abonné ». Il s’agit peut-être d’un échange fictif imaginé par Limoges lui-même pour animer son journal et laisser entendre qu’il sait susciter des débats. On notera au passage que « Guil. Gar. Gaut » écrit une lettre en prose et vers mêlés et qu’il reprend une anecdote racontée antérieurement par Limoges mais sans le signaler21. Quant à la Montansier, elle signe une lettre qui tient de la dénonciation d’une comédienne accusée de malhonnêteté, la citoyenne Rouxellois. Il ne s’agit donc nullement d’un courrier adressé spécifiquement au rédacteur du Journal de littérature et des théâtres, on le trouve ailleurs dans la presse de l’époque22. Il est clair que les lettres publiées servent à défendre la ligne de conduite et l’esthétique du journaliste. Tout débat qui pourrait le mettre en cause est passé sous silence.

  • 23 Jules-Édouard Bouteiller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, 1860-1880.

21Si la politique se dessine en creux dans les choix de Limoges, elle fait parfois directement irruption dans le texte là où on ne l’attend pas. Il en va ainsi des remarques sur le jeu d’un acteur, Beaulieu (dans le no 8). À mi-chemin dans sa recension des pièces montées par le Théâtre des Arts, le publiciste entreprend de rappeler que l’acteur a été accusé de terrorisme lors d’une représentation. Il explique qu’elle fut alors la défense de Beaulieu : « Il a rappelé un trait connu, celui de s’être dépouillé de ses épaulettes d’officier pour en revêtir le jeune Agasse, dont les frères venaient d’être exécutés : preuve que le citoyen Beaulieu sentait combien il était intéressant de détruire certains préjugés plus ou moins injustes. » D’après l’article, l’homme de théâtre dit avoir arraché au supplice « soixante et quelques Nantais ». Voilà qui « dépose en faveur de l’humanité de ce citoyen ». Limoges ajoute : « que de gens auraient, dans ce temps d’horreur, imité le citoyen Beaulieu, si, comme lui ils avaient pu paraître dans ce repaire de tigres, sans craindre d’être dévorés ? » Une phrase lapidaire revient au compte rendu théâtral pour le clore : « Le public, satisfait de la justification de cet artiste, auquel on ne peut refuser des talents dans son genre, lui a prodigué des applaudissements. » L’anecdote, rapportée ailleurs, notamment par Bouteiller dans son Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen depuis leur origine jusqu’à nos jours23, sert à rappeler combien l’ambiance générale restait délétère et à montrer, de fait, que le publiciste, en semblant parfois confondre culture et politique, n’est pas loin de l’attitude de nombreux contemporains.

22Dans d’autres cas encore, une critique de théâtre offre à Limoges l’occasion de mettre en évidence des pensées qui dépassent les considérations purement dramatiques. La volonté de faire respecter le beau langage en refusant toute vulgarité trouve son prolongement dans la critique d’un jeu d’acteur. À Rouen, Le Sourd ou l’Auberge pleine est donné au théâtre des Arts. Beaulieu y joue le rôle de Danières et, « voulant être plaisant, n’a dû paraître qu’indécent », si nous en croyons l’article : « Obligé de passer la nuit sur [une] table, parce que le sourd s’est emparé de sa chambre, il a tiré de dessous les nappes dont il se sert comme de draps, une culotte semblable à la sienne, pour faire croire qu’il s’était réellement déculotté. » Voilà qui horrifie le journaliste : « Que le citoyen Beaulieu ait manqué à ce point, à ce qu’il devait au public, on s’en étonnera sans doute ; mais que le public ait applaudi à cette indécence qui devait le révolter, c’est ce que les personnes sur lesquelles n’a point encore agi l’immoralité professée, ne concevront jamais. » Limoges, on le voit, lance sa propre croisade contre la décadence morale. Il s’inscrit contre l’idée d’une opinion publique valable.

23Ailleurs, le publiciste va à l’encontre de l’opinion commune en condamnant l’un des grands succès du temps, Madame Angot, qu’il décrit comme une « rapsodie, sans plan, sans action, sans intrigue, et même sans dénouement ». Rien ne rachète la pièce à ses yeux : « Le rôle de Dutaillis est d’un ridicule monotone ; celui de sa femme est insignifiant, et le caractère de Madame Angot est rebutant par [une] grossièreté uniforme qui n’offre pas même le mérite du ridicule. » Il conclut : « Si cette farce fait rire, ce ne peut être que de pitié. » La raison de sa condamnation est claire dès l’ouverture de l’article : « Madame Angot [...] est une de ces farces dont la conception prouve à la fois la dépravation du goût et des moeurs. » (no 9) Il s’agit à la fois de l’occasion pour Limoges de se montrer véritablement critique, et d’un moment où son goût se légitime par ses principes. En vient-il à évoquer Les Drôles de gens, ou La Place publique, il est gêné à nouveau par le flou générique : « Cette pièce ne présente [...] aucune espèce d’intrigue et à moins que de l’appeler pièce à tiroirs, nom que nous ne croyons pas devoir lui convenir, c’est un genre neuf et original, mais dont nous ne voudrions pas voir de copie, persuadés qu’il y aurait de quoi achever la perte du Théâtre. » (nos 12 et 13). Hors de la hiérarchie des genres et de l’esthétique classique, point de salut ! Le théâtre est, avec les critiques de livres nouveaux, le seul angle qui permet à l’événementiel d’entrer dans le périodique. Sur tous les autres plans, Limoges semble prôner une esthétique inscrite dans la durée et éloignée de tout heurt, de toute innovation, de toute révolution.

  • 24 Julie Boidin, L’art dans la dynamique révolutionnaire de la presse normande (DEA), op. cit., p. 52

24Ainsi que le note très justement Julie Boidin : « Le Journal de Littérature et des Théâtres est certes un périodique qui se veut spécialisé dans l’art, mais il n’est pas le plus complet, ni le plus ouvert. Sa spécialisation semble être, au contraire, le prétexte d’un contrôle à l’extrême de la parole. Limoges s’emploie à mettre des bornes au langage artistique, dans les domaines qu’il propose ainsi que dans les formes24. » Le publiciste paraît nostalgique d’une époque où les règles étaient connues de tous et où l’ordre régnait. Il a une vision des choses dans laquelle la clarté et la hiérarchie tiennent du mot d’ordre. Effaré par les néologismes et l’effondrement des formes littéraires, il y voit des indices de la dégradation d’un univers complet. Gageons qu’il n’aurait pas de mal à adhérer au propos de l’un de ses abonnés, Guil. Gar. Gaut. selon lequel :

  • 25 No 8. L’auteur des vers répond à une lettre donnée dans le no 6 et dans laquelle un abonné, P. R. (...)

(Grâce à l’éloquent bavardage
Des réformateurs de l’usage)
Il s’est fait dans notre langage
Un si joli remue-ménage
Un bouleversement si sage,
Que tout s’y nomme à contre-sens25.

25La haute idée qu’a Limoges de la littérature le conduit à refuser l’une des rubriques qui faisait la joie des lecteurs d’Ancien Régime si nous pouvons en croire les pages du Mercure de France et de tant d’autres périodiques : « Nous nous sommes imposés la loi de n’admettre dans notre Feuille ni énigmes, ni logogriphes, ni charades, ni acrostiches. » (no 14). C’est un indice des positions tranchées du publiciste. Il entend jouer son rôle de critique et presque de justicier des lettres. Il tente de remettre l’ordre là où il n’en voit point et de proscrire tout débordement, langagier, générique ou politique. Il n’exprime, pour ainsi dire, jamais de doutes sur ses jugements, même lorsqu’ils vont contre ceux du public. Il laisse entendre, par endroits, sa vision de l’opinion comme une force délétère qu’il faudrait réussir à brider. Il regrette visiblement la disparition d’un univers hiérarchisé dans lequel la modération langagière proscrivait les débordements de la vulgarité, comme la police enfermait les vagabonds en les excluant du champ de vision. Il aspire à un retour de l’autorité, mais d’une autorité modelée sur celle de la monarchie des Bourbons et dans laquelle une élite, dont il serait membre, se ferait le relais culturel de la structure politique – on notera au passage qu’il n’a pas hésité, sur le plan personnel, à profiter de la législation sur le divorce !

26Dans cet étonnant périodique novateur, car premier à s’intéresser prioritairement à la culture dans la province, et passéiste, dans les ambitions et goûts du publiciste et rédacteur unique, il y a une conjonction, me semble-t-il, entre les intérêts véritables de qui s’est voulu homme de lettres à la mode de l’Ancien Régime et une volonté claire de faire servir la culture au rétablissement d’un ordre disparu. Ce n’est pas là le moindre des paradoxes de cette éphémère feuille rouennaise que fut, pendant quelques mois de 1797, le Journal de littérature et des théâtres.

Notes

1 Voir, en particulier, Une presse de province pendant la Révolution française : journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, Éd. du CTHS, 1993.

2 Reproduit en annexe de la « Biographie de Louis-Charles de Limoges » qui accompagnait sa maîtrise soutenue à l’université de Rouen, sous ma direction, en 2002.

3 Elle a soutenu, en 2003, à l’université de Rouen, sous ma direction, un excellent mémoire de DEA : L’Art dans la dynamique révolutionnaire de la presse normande.

4 Outre son journal politique L’Abeille, publié dès 1790, il se serait engagé par un ouvrage introuvable de nos jours. Jean Sgard (Dictionnaire des journalistes, op. cit., p. 653) cite la thèse de J. Morel, Histoire de Valenciennes sous la Révolution d’après une étude de l’imprimé (Lille III, 1971), selon laquelle en 1792 Limoges aurait publié une édition des Centuries et prédications de Nostradamus hostile à la Révolution qui lui aurait valu d’être arrêté. Les exemplaires de cette édition auraient été détruits. Betty Conseil, dans sa « Biographie de Louis-Charles de Limoges » citée ci-dessus, reprend l’ordre de libération de Limoges daté du 19 frimaire an III (9 décembre 1794). Décrit comme « imprimeur », il était alors détenu à Rouen depuis 15 mois considéré comme « incivique et aristocrate » mais « le vrai motif de l’arrestation du pétitionnaire est la rédaction d’un journal connu sous le nom de l’Abeille faite dans un temps où la liberté de la presse était en vigueur. » (Archives départementales, dossier L2364).

5 Julie et Colin ou Le Tribut du sentiment, comédie en deux actes et en prose mêlés de vaudevilles par M. le chevalier de L***, lieutenant des maréchaux de France, de l’Académie des arcades de Rome, s. 1., 1786.

6 Le no 2, par exemple, salue entre autres des vers de Delille.

7 Nous donnons en guise de référence, entre parenthèses, le no de la livraison concernée du périodique de Limoges.

8 Il faut noter cependant que dans le no 5, par exemple, le théâtre parisien est évoqué avant la scène rouennaise.

9 Sgard, « Limoges, L. de », Dictionnaire des journalistes, op. cit, p. 653.

10 Dans le no 2, le compte rendu de l’Almanach des muses n’omet pas de citer une anecdote de Fabien Pillet, « Le Connaisseur » qui se moque de « Certain bibliomane, ignorante personne, / Se piquant d’être connaisseur » qui, entendant évoquer le Télémaque de l’imprimeur Didot s’exclame : « Je le connais, il a du bon ; / Mais tenez ! vous avez beau dire, / J’aimerai toujours mieux celui de Fénelon. »

11 Dans le no 1 sont signalés les Antiquités étrusques, grecques et romaines... par d’Hancarville, le Muséum de Florence... par Mulot et Maréchal, l’Histoire d’Angleterre, depuis la descente de Jules-César... par Letourneur et Guyot ainsi que l’Histoire de France, depuis l’élection de Pharamond... par Guyot et Maréchal.

12 Le no 8 paraît, comme les suivants, à l’Imprimerie de J. Duval. Limoges semble avoir eu, un temps, des activités d’imprimeur et sa seconde épouse a travaillé avec lui avant leur mariage.

13 Julie Boidin, L’art dans la dynamique révolutionnaire de la presse normande (DEA de lettres modernes, sous la direction de Catriona Seth, université de Rouen, 2003), p. 118.

14 Le no 1 est du 6 pluviôse an V (4 février 1797), le no 2 du 13 (11 février), le no 3 du 30 (18 février), etc.

15 C’est là une hypothèse défendue par Betty Conseil dans son mémoire. D’autres poèmes sans signature ou suivis de la seule initiale « L. » pourraient également être du journaliste.

16 Voir par exemple dans le no 6 « Le bûcheron et l’ormeau. Apologue à mettre en vers ».

17 Le no 1 affirme ainsi : « [...] autant que ma santé et les occupations de mon état me le permettront, j’assisterai aux représentations des pièces nouvelles, aux reprises, aux débuts, etc., et j’en parlerai avec la franchise honnête que les auteurs ont droit d’attendre d’un homme qui sait apprécier les difficultés de l’art. »

18 Betty Conseil met en évidence, dans sa maîtrise, une ressemblance frappante entre quelques lignes du Courrier des spectacles du 23 mars 1797 sur Volicourt ou le tour de Page et ce que nous lisons dans la lettre incluse au sein du Journal de littérature et des théâtres (tapuscrit p. 93).

19 Il est probablement aussi l’auteur de la lettre signée « R-J » dans le no 4 et de celle du no 9.

20 L’importance du théâtre pour Limoges est soulignée par l’indication « Au Rédacteur du Journal des Théâtres » qu’il fait figurer en tête de la lettre de Mlle Montansier qui paraît dans le no 6 du 21 ventôse an V (11 mars 1797).

21 Voir la note de Betty Conseil dans son tapuscrit.

22 Betty Conseil signale ainsi (tapuscrit p. 63) que la même lettre figure dans Le Déjeuner de Pillet, no 68 du 9 mars 1797.

23 Jules-Édouard Bouteiller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, 1860-1880.

24 Julie Boidin, L’art dans la dynamique révolutionnaire de la presse normande (DEA), op. cit., p. 52.

25 No 8. L’auteur des vers répond à une lettre donnée dans le no 6 et dans laquelle un abonné, P. R. D., se plaint de ne pas avoir trouvé de soutien pour la souscription d’un ouvrage auprès de la plupart des membres d’une société qui se disait amie des arts.

Auteur

Professeur à l’université de Nancy 2, elle est spécialiste de la littérature et de l’histoire des idées au XVIIIe siècle. Son ouvrage le plus récent est l’édition des Liaisons dangereuses chez Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), avec une importante anthologie de textes et de documents iconographiques (2011). Elle a également publié Les Rois aussi en mouraient. Les Lumières en lutte contre la petite vérole (Paris, Desjonquères, 2008), Marie-Antoinette. Anthologie et dictionnaire (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010), l’Anthologie de la poésie française – avec M. Bercot et M. Collot – (Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000), ainsi que plusieurs éditions de textes et volumes collectifs. Elle travaille actuellement sur les enfants trouvés et sur les textes autobiographiques de femmes, entre autres.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search