Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

La critique théâtrale dans le Journal de Versailles (6 juin 1789 - 31 décembre 1790)

Laure Bazire

Texte intégral

1Cette petite réflexion est fondée sur sept articles trouvés dans le Journal de Versailles, périodique qui a connu une brève existence, puisqu’il paraît du 6 juin 1789 au 31 décembre 1790. Il est tout d’abord bihebdomadaire, puis sort tous les deux jours à partir du 1er septembre 1789. L’essentiel des articles traitent des opérations concernant les États généraux. Dix-huit mois d’existence, et sept articles consacrés à des événements en rapport avec l’activité culturelle du moment : le Journal de Versailles ne peut pas prétendre au rang de périodique culturel !

2Tout d’abord un rapide résumé de ces articles :

  • 13 juin 1789, représentation agitée du Tartuffe à Marseille ;

  • avril 1790, représentation de Chéron au Concert spirituel ;

  • 15 juin 1790, un religieux quitte son ordre pour monter sur les planches ;

  • juillet 1790, refus d’un prêtre de sacrer le mariage de Talma ;

  • octobre 1790, péripéties au sein de la Comédie française ;

  • 18 octobre 1790, réaction du public face à L’Affaire d’Assas ;

  • 19 novembre 1790, une représentation agitée de Brutus.

3L’intérêt principal de ces quelques articles réside dans la mise en lumière de la perception du théâtre pendant la période révolutionnaire ainsi que des liens particuliers noués entre les événements politiques et leurs retentissements culturels. Leur succession dégage bien les différentes phases de la lutte engagée pour la liberté des théâtres.

4Au travers de ces « pépites » disséminées dans Le Journal de Versailles, nous verrons comment sont illustrées les conditions légales de l’exercice culturel dans la première partie de la période révolutionnaire, puis comment se dessinent, notamment par le biais des réactions du public, les nouvelles fonctions qui vont être assignées au théâtre.

5Pendant ces débuts de la Révolution, les activités théâtrales restent encadrées par les règles de l’Ancien Régime. Les comédiens français ne peuvent pas jouer d’opéra comique, tandis que les Italiens ne peuvent jouer de pièces sans musique. L’acteur lui-même doit respecter les règles de la bienséance : il peut être blessé, s’évanouir, mais jamais mourir sur scène. Ce n’est pas seulement l’activité qui est encadrée : le public l’est aussi. Une ordonnance du 2 avril 1780 interdit par exemple de « crier, faire du bruit, siffler, faire des huées et d’avoir le chapeau sur la tête ».

6Les comédiens n’ont bien sûr pas la citoyenneté, et leur profession est jugée infamante par le clergé. L’article 4 du 7 juillet 1790 relate une anecdote célèbre qui se rapporte à Talma et qui illustre bien les difficultés rencontrées par les comédiens : Talma se heurte au refus du curé de Saint-Sulpice lorsqu’il veut publier les bans de son mariage avec Julie Carreau. Le 12 juillet 1790, il se tourne vers l’Assemblée nationale pour implorer le secours de la loi constitutionnelle et « réclamer les droits qu’[on] ne lui a point ravis, puisqu’elle [la loi] ne prononce aucun titre d’exclusion contre ceux qui embrassent la carrière du théâtre ». La lecture de cette lettre entraîne un débat, mais l’Assemblée conclut à sa propre incompétence. Talma va devoir attendre un clergé jureur plus accommodant pour épouser Julie Carreau en avril 1791.

7Le Journal de Versailles ne se prive pas d’exposer des positions anticléricales en espérant que le prêtre qui refuse de marier Talma « sera jugé assez sévèrement, s’il est coupable, pour intimider ceux qui voudraient l’imiter ». Autre exemple de cette position, l’article 3 du 15 juin 1790 qui désapprouve fortement le mélange des genres en laissant échapper tout le mépris qu’inspire un ex-bénédictin monté sur les planches :

Certes, cet homme était un mauvais religieux : on assure même qu’il fera un mauvais acteur ; mais à coup sûr ce n’est pas un bon citoyen. On peut quitter son cloître et rompre des chaînes trop pesantes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir mauvaise opinion de celui qui descend de l’autel pour monter sur le théâtre.

8Les lieux de spectacles sont multiples à Paris et les représentations quasi permanentes, comme en témoigne l’article 2 qui fait référence au Concert spirituel, créé en 1725 dans la salle des Cent-Suisses, aux Tuileries. Cette nouvelle scène comble le vide laissé par la fermeture des lieux de spectacle pendant la Semaine sainte. Louis-Sébastien Mercier décrit dans son Tableau de Paris ce Concert spirituel, destiné entre autres aux abbés qui s’interdisent l’académie de musique et qui ont ainsi l’occasion d’assister à de véritables représentations :

  • 2 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1783, t. VII, p. 88.

Par ce moyen, ils connaissent la figure, les grâces, la voix et le talent des chanteurs, sans avoir scandalisé leur protecteur, car leur évêque, dans son rigorisme, ne saurait désapprouver le Concert Spirituel, puisque le Roi David s’y trouve et que ses vers, accompagnés de la harpe, semblent purifier les lèvres de l’actrice chantante2 !

9Même si la position des acteurs ne semble pas encore totalement claire, on assiste au travers de ces quelques articles à la marche vers la liberté : l’article 5 du 2 octobre 1790 a pour objet l’une des nombreuses péripéties intervenues avant l’éclatement delà troupe de la Comédie française en avril 1791. En 1790, ce n’est pas encore la scission, mais la troupe a du mal à se situer. Talma, lui, a fait son choix : il est membre de la Sociétés des amis de la Constitution, futur Club des jacobins.

10La Comédie française a abandonné son titre en 1789 pour prendre celui de Théâtre de la Nation, titre qui lui est farouchement contesté. C’est ce qu’éclaire l’article 5 du 2 octobre 1790 en reproduisant une pétition signée par cent cinquante citoyens et adressée à la municipalité de Paris. Il est vrai que la Comédie française irrite : en 1782, Louis-Sébastien Mercier estimait déjà que le théâtre était un « bien national ». C’est presque mot pour mot ce que reprend cette pétition qui explique que les citoyens, « convaincus qu’aucun établissement ne peut prendre le titre de national sans l’autorisation du corps législatif, demande qu’il soit très expressément défendu aux sus-dits comédiens de donner à leur théâtre le titre de théâtre de la nation ». Plus intéressante, cette requête, dans le même article, adressée au conseil de la ville de demander à l’Assemblée nationale de « s’occuper le plus promptement possible de la pétition des auteurs dramatiques, et de statuer définitivement sur la liberté des théâtres ». La pétition des auteurs dramatiques à laquelle il est fait référence est celle de La Harpe, reprise par Beaumarchais, qui réclame la possibilité pour les auteurs de vivre de leur plume et donc de toucher des droits d’auteur. C’est seulement avec la loi Le Chapelier, votée en janvier 1791, que quelques idées vont émerger : la liberté d’ouvrir un théâtre, la perte de l’exclusivité du répertoire, la notion de propriété littéraire. Les dispositions sont claires, mais devront être précisées en 1791 par un nouveau décret qui tentera de définir les contours encore flous de la notion de propriété littéraire.

11Comme le souligne François Furet, les années 1789-1790 n’ont fait que mettre en lumière et légiférer sur les tendances apparues dès le milieu du siècle. Le théâtre vient d’acquérir une certaine liberté, mais cette nouvelle liberté modifie ce que l’on pourrait appeler sa « mission » : les théoriciens du temps y voient un lieu pédagogique, tandis que le public y trouve un moyen d’expression de ses angoisses et de ses attentes.

12La censure est en train de disparaître, mais la pensée politique est bien présente. Condorcet se fie à l’impact de certaines pièces sur le public. Il reconnaît notamment à Voltaire une influence indéniable sur la formation de la jeunesse :

  • 3 Cité par René Tarin dans l’article « Éduquer avant d’instruire, l’autre conception de la pédagogie (...)

Ceux qui ont pu observer depuis un demi-siècle les progrès de l’opinion, ont vu quelle a été sur elle l’influence des tragédies de Voltaire. Combien cette foule de maximes philosophiques répandue dans ses pièces, ou exprimées par des tableaux pathétiques et terribles, ont contribué à dégager des fers d’une éducation servile, à faire penser ceux que la mode dévouait à la frivolité3.

13L’article 6 du Journal de Versailles est très révélateur de la façon dont sont perçues les nouvelles fonctions du théâtre :

C’est par le spectacle qu’on amuse le peuple sous les despotes : ils les prodiguent pour que les esclaves aillent y oublier leurs maux, et ils donnent des distractions aux citoyens dans l’impuissance de leur donner le bonheur. Dans un gouvernement libre, au contraire, le spectacle est une école où on va s’instruire, où les grandes vérités politiques, où les principes d’ordre public sont présentés sous ces formes séduisantes d’une action dramatique, qui intéresse l’esprit éclairé et le coeur sensible.

14Le théâtre n’est plus un simple divertissement de l’esprit, il devient bien le moteur et l’acteur de la Révolution.

15Quelle est la réaction du public ? Les articles 1, 2 et 7 la présentent de manière fort intéressante. L’article 7 est le plus complet à propos d’une représentation du Brutus de Voltaire, rejoignant en cela les remarques de Condorcet. La lecture révolutionnaire de Brutus en fait la pièce idéale pour que le public s’exprime : devant la preuve de la participation de ses fils Titus et Tibérius à une conjuration, Brutus accepte leur condamnation à mort : il a choisi sa patrie plutôt que ses liens de sang. Cet article nous présente donc la pièce comme « un thermomètre permettant à chacun d’éprouver les dispositions de ses amis et de la capitale ».

16On peut ainsi mesurer le glissement qui vient de s’opérer : la scène est un prétexte, la pièce se joue alors dans le dialogue qui se noue entre les acteurs, simples porteurs de répliques, et le public qui devient l’interprète du texte. Ce public est d’ailleurs bien celui de 1790 qui n’a pas perdu son affection pour son roi. L’article se termine en effet par ces mots : « Le peuple veut la liberté, mais sous un roi, et son coeur ne sait pas distinguer de cette liberté chérie le Prince qui a contribué à la lui rendre. »

17Cette position se retrouve dans l’article 1, du 13 juin 1789. Lors d’une représentation du Tartuffe de Molière, le public applaudit à la réplique « Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude ». L’article commente ainsi cette réaction :

Le public en fit une juste application au monarque bienfaisant qui nous gouverne. Ces vers furent applaudis avec ivresse, on cria bis et l’acteur fut obligé de répéter toute cette tirade, qui excita un nouvel enthousiasme et obtint les mêmes applaudissements.

18Avec ces quelques articles que je viens partiellement de commenter se dessinent au travers du Journal de Versailles les considérables modifications du théâtre en France sous les premières années de la Révolution.

Notes

2 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1783, t. VII, p. 88.

3 Cité par René Tarin dans l’article « Éduquer avant d’instruire, l’autre conception de la pédagogie sous la Révolution : l’éducation par le théâtre », L’Information littéraire, fasc. 2,1999.

Auteur

Doctorante. Enseignante dans l’académie de Versailles. Chargée de cours à l’université de Versailles-Saint-Quentin.
Après des études de droit et de sciences politiques et une carrière dans le secteur privé, elle s’est tournée vers les lettres. Elle prépare actuellement une thèse autour des relations épistolaires entre Théodore Tronchin, le médecin de Voltaire, Mme d’Épinay et Grimm. Elle enseigne dans l’Académie de Versailles et a été chargée de cours à l’université de Versailles – Saint-Quentin. Elle a publié, en collaboration avec Flore Talamon, plusieurs ouvrages de littérature de jeunesse dont les intrigues se déroulent au XVIIIe siècle, entre autres la trilogie intitulée Les Enfants des Lumières (Nathan).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search