Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Journalisme et culture dans la province française à la fin du xviiie siècle

Éric Wauters

Texte intégral

1Privée, sous l’Ancien Régime, des questions politiques (sauf quelques avis officiels), la presse provinciale s’est consacrée d’abord aux annonces commerciales et, à partir des années 1770, à des articles de divertissement ou d’information économique, littéraire et artistique. En 1772, par exemple : « L’intention du rédacteur [des Affiches de Reims] est d’y consigner tout ce qui pourra intéresser particulièrement cette ville, ses environs et même la province entière. Afin de la rendre d’un usage plus général et plus journalier, on n’assignera point de terme à la carrière que l’on embrasse. L’Histoire, les Belles-Lettres, l’Agriculture, la Physique, le Commerce, l’Histoire naturelle, les Arts, etc. seront de son ressort. »

  • 1 P. Rétat, Les Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, CNRS, 1988.

2Cette déclaration d’intention est souvent répétée : le but du journal de province est de mettre en valeur et même d’encourager la vie culturelle locale. Les Affiches du Dauphiné font l’inventaire des « sept merveilles » de la contrée (3 juin 1774), les Affiches de Lyon l’éloge du théâtre de la ville et le Journal de Guyenne de conclure le 31 juillet 1785 : « Le temps n’est plus où l’on osait dire que les grandes capitales seules étaient les centres des lumières et le berceau des vrais talents ». Voilà exposée, à travers ces titres de province, la vocation d’un journalisme économique et « culturel » nouveau et en plein essor à la fin de l’Ancien Régime : 4 titres sont lancés entre 1750 et 1769, 19 en 1770-1779 et 25 en 1780-17881.

3Les Affiches de Strasbourg annoncent encore dans leur premier numéro de l’année 1789 qu’elles « contiennent, outre les annonces et avis remis par le public, les édits, arrêts et ordonnances, les inventions utiles, l’extrait des pièces nouvelles représentées sur les théâtres de la capitale, des anecdotes tirées principalement de l’histoire du pays, le prix des grains, des vins et eaux de vie, du foin, etc. » On peut tout de même se demander si le public alsacien n’attend pas alors, au début de 1789, d’autres informations plus pressantes. Or la réponse n’est qu’un constat d’évidence : cette presse est balayée en 1789 dans une conversion radicale au politique et même au tout politique.

4Il y a bien, dans le journalisme culturel à la fin du XVIIIe siècle, deux temps distincts : jusqu’en 1788, celui du passage de la feuille commerciale au périodique généraliste, des Affiches & annonces au Journal de Normandie en 1785 par exemple ; à partir de 1789, la place de l’information culturelle est presque réduite à néant, à l’exception de l’actualité théâtrale, encore celle-ci n’est-elle pas générale : quotidienne dans le Journal de Rouen (si l’on compte critiques et simples annonces), elle est presque absente des autres feuilles, y compris de la Chronique nationale et étrangère de la même ville qui est pourtant l’un des plus gros titres de la province française entre 1791 et le début de 1793. Une sous-période pourrait se profiler timidement avec la réapparition en l’an III d’une rubrique culturelle ou d’une presse plus ou moins spécialisée, l’une et l’autre toujours fragile et éphémère cependant. C’est, me semble-t-il, au regard de cette évolution contrastée que l’on doit se poser la question du journalisme culturel dans les trente dernières années du siècle, c’est-à-dire celle de sa place dans la presse provinciale et ce que l’idée recouvre à lire les feuilles de l’époque.

5Malgré l’ambitieux programme de 1772 exposé plus haut, les Affiches de Reims étaient presque entièrement consacrées à la rubrique moins exigeante et plus lucrative de la conservation des hypothèques. Le développement quantitatif de la presse provinciale à la fin de l’Ancien Régime n’est pas toujours accompagné d’une diversification rédactionnelle et bon nombre de feuilles s’en tiennent aux petites annonces, au tableau des hypothèques ou aux mouvements de navires. Les autres manifestent des ambitions que les rédacteurs ne seront pas toujours en mesure de réaliser et bien des articles ne relèvent guère de la culture : les « événements » c’est-à-dire les faits divers d’exception (ouragan, tremblement de terre) ou les catastrophes locales comme les incendies, les articles de « variétés », faits divers amusants ou moralisants tirés des journaux anglais, extraits ou plagiats d’ouvrages anciens, le tout pour distraire le lectorat ou remplir le journal. Les « variétés », ce sont par exemple les imitations multiples d’auteurs anglais, de Milton, Pope, Cowley, et plus encore de Young, de Swift, du « barde » Ossian : « Un Cauchois près d’H*** » livre un « morceau dans le genre de Sterne » intitulé « Les trois pauvres de la petite rue des chanoines » (21 avril 1787), un Normand anonyme signe La Cage de fer, conte « dans le style des Rêveries sentimentales de Sterne » (1787, p. 209), deux autres, Casimir Varon (1786, p. 376) et Le Pesqueur de Conjon (1788, p. 308), traduisent ou imitent Ossian (« à placer entre Homère et Moïse » selon Milcent). Même si elles font référence à des auteurs connus, comme Lawrence Sterne qui est le plus pillé, ces « variétés » entrent-elles dans ce qu’on pourrait appeler une « rubrique culturelle » ?

6Celle-ci existe-t-elle d’ailleurs ? Traiter de l’information culturelle (l’expression ne présuppose aucune limite précise), c’est construire une « rubrique » qui n’est pas présentée telle quelle dans le journal : certes, il y a bien des sous-titres « Littérature », « Arts », « Sciences », mais leur regroupement est une reconstruction artificielle et substitue le regard de l’historien à celui du journaliste qui ne se posait pas nécessairement ou pas dans les mêmes termes la question de savoir si telle matière est culturelle ou non.

7Si journalisme culturel signifie diffusion d’un savoir ou d’une actualité avec commentaire critique, et pas divertissement (définition a minima ?), il représente 25 à 40 % de la surface des journaux, selon l’importance de la matière ; encore faudrait-il diminuer cette proportion en éliminant une bonne part de la rubrique fréquente d’histoire locale souvent réduite à des anecdotes et de la « Poésie » qui se résume très souvent aux pièces fugitives des lecteurs, présentées sans critique si ce n’est implicite : leur publication. Il resterait en gros un quart du journal pour une information culturelle que je propose d’identifier par son objet : un événement littéraire, artistique, scientifique ou technique, accompagné parfois – ce n’est pas systématique - d’un commentaire critique. On y trouvera le théâtre, des livres nouveaux dont la parution est commentée, par exemple les ouvrages scientifiques tels ceux de géographie qui cherchent à satisfaire la curiosité topographique, botanique et ethnologique du public : le Journal de Normandie donne ainsi des extraits des Lettres d’un cultivateur américain et de celles sur l’Égypte de Savary, du Voyage en Syrie et en Égypte de Volney, du Troisième Voyage de Cook, de celui au Cap de Bonne Espérance de Sparrman, d’un Nouveau Recueil de voyages, particulièrement au nord de l’Europe et de l’Asie, des Voyages à l’intérieur de l’Amérique de Jonathan Carver, des Mémoires philosophiques sur l’Amérique de dom Ulloa, de l’Histoire de Kentucke par M. Filton ou de la Philosophie botanique de Linné.

8La catégorie « Littérature, Belles Lettres » est plus composite : on y préfère généralement au roman la poésie des grands maîtres, Dante, Young, Pope, et une prose plus classique (Milton) ou reconnue (Sterne, en personne et non ses épigones). Le reste est annoncé, mais rarement, avec quelques réserves et peut-être par concession soit aux goûts du public, soit aux intérêts du libraire associé à l’entreprise de presse. Le Journal de Normandie entre 1785 et 1788 n’annonce, avec critique, que 20 romans en 400 numéros, 3 en 1785-1786, 17 en 1787-1788.

  • 2 É. Wauters, « Le Journal de Normandie (1785-1789), l’étranger et l’outre-mer : les horizons géogra (...)

9On observe en fait dans le Journal de Normandie2 un contraste assez net entre deux niveaux de culture : d’un côté l’Italie ou plutôt une culture classique venue d’Italie, patrie des beaux-arts et référence littéraire, dont Milcent commente largement et avec des éloges la quasi-totalité de ce qui est mis en vente chez Le Boucher, Antiquités d’Herculanum, bibliothèque des meilleurs poètes italiens en 30 volumes, Voyage pittoresque de la Sicile, collections du Muséum de Florence, philosophie avec les Nouvelles Lettres de Ganganelli, sciences avec les Opuscules de physique animale et végétale par Spallanzani, ouvrages qui donc ne font pas seulement référence à l’Antiquité mais aussi et surtout à de grands auteurs très contemporains : Métastase mort récemment (1782) et Goldoni toujours vivant. « Le goût de la littérature italienne est devenu presque universel en France et il n’est point en Europe de langue, après la française, qui soit d’un usage plus général ; [on doit] lui assurer la préférence sur toute autre langue étrangère », affirme le journal du 9 mars 1785, et la sincérité de Milcent est ici confirmée par un fait assez exceptionnel : il annonce également et vante des publications parisiennes qui échappent au réseau de son libraire associé. De l’autre, une culture anglaise plus neuve mais que « l’honnête homme » doit prendre de haut : si l’on trouve un Voyage philosophique en Angleterre, un guide touristique dont l’extrait décrit les environs de Londres (1788, p. 291), une Histoire d’Angleterre et un essai politique, tardivement, en 1789 : Essai sur l’histoire des comices de Rome, des États généraux de la France et du Parlement d’Angleterre, tous quatre écrits d’ailleurs par des Français, Milcent s’intéresse peu aux romans et ses critiques paraissent vouloir tempérer l’anglomanie supposée d’un public jugé a priori féminin ; certes il apprécie Paul et Virginie ou Le Paysan perverti, mais les romans présentés, anglais ou prétendus tels, tantôt fournissent « à certaines femmes d’excellentes leçons de conduite & de sagesse » (Le Mari sentimental, 1787, no 29), tantôt renferment pour les femmes « une leçon frappante des funestes suites que peut avoir une infidélité » (Les Visites d’été ou Portraits modernes, 1788, no 73). Il concède seulement que « si la littérature anglaise n’offre pas beaucoup de modèles de goût, c’est la plus féconde en ouvrages marqués au coin de l’originalité » et on ne sera pas étonné de la suite : « Parmi ces Écrivains originaux, Sterne doit occuper une des premières places ; son Voyage sentimental est une des productions les plus piquantes de la langue de Milton & de Shakespeare. »

10Mais on peut se demander si la défense et illustration d’une culture classique en recul n’est pas une des raisons de la disparition en 1789 de cette forme de journalisme au moment où la Révolution élargit le lectorat à des couches sociales moins touchées par la culture des collèges (ce qui ne signifie pas évidemment que ce public nouveau était totalement anglomaniaque). Si les 2 500 exemplaires que la Chronique nationale & étrangère distribue d’Avranches à Abbeville en 1792 constituent sans doute une exception, le tirage cumulé des journaux pendant la Révolution est sans rapport avec les chiffres d’avant 1789.

11La faible demande d’avant 1789 est peut-être liée au fait que la vie culturelle locale était déjà connue par le lectorat qui en était à la fois le public et l’animateur. Avant l’élargissement du public, les journaux provinciaux n’offraient souvent à leur clientèle des élites sociales qu’un « service de proximité », publication de pièces fugitives ou de réactions aux spectacles, appels à une bienfaisance qui donnait l’occasion de faire connaître sa générosité, mais l’intérêt ne débordait guère d’un petit cénacle. Sauf cette fonction de valorisation ou d’autocélébration du microcosme rouennais par exemple, à quoi pouvait être utile aux lecteurs de Dieppe ou de Basse Normandie, de savoir ce qui se passait sur les scènes rouennaises ? Quant à l’actualité des ouvrages nouveaux on pouvait consulter la presse nationale notamment dans les cabinets de lecture. Et pourtant, le sort de ces feuilles parisiennes spécialisées confirme celui du journalisme culturel de la province : 23 paraissent au début de 1789, dont 8 trépassent la même année (par exemple, la Gazette de littérature, sciences & arts, le Journal de la librairie ou le Courrier lyrique), 9 autres entre 1790 et 1794 (L’Année littéraire dès 1791), les six survivants étant des journaux de musique dont 3 s’éteignent en 1795. Là encore ont joué à la fois l’élargissement du lectorat et le besoin d’une autre information, événementielle et politique. Les Affiches, annonces et avis divers pour la province du Perche offrent un exemple a contrario de la révolution de la presse en 1789 : lancé le 6 février 1788, cet hebdomadaire donnait, sans ordre fixe, des articles scientifiques, littéraires, historiques ou juridiques, parfois copiés dans les Affiches de Basse Normandie, souvent dans le Journal de Normandie ou le Journal général de France. Le 11 janvier 1789, alors que la préparation des États généraux occupe les esprits, le rédacteur capitule devant l’échec commercial : « Nous avions compté que les souscriptions nous auraient défrayés de dépense : nous ne laisserons pas ignorer que nous avons perdu au moins la moitié des frais qu’entraîne une feuille de cette espèce. »

12Le tiers ou la moitié des journaux est désormais consacré au compte-rendu des débats législatifs, le reste aux nouvelles françaises et étrangères à partir de 1790. Tout ce qui faisait le corps du journal avant la Révolution, arts, spectacles, littérature, informations commerciales, chansons, est réduit à la portion congrue : 19 % dans les Affiches du Calvados au 2e semestre de 1790 (plus des trois quarts un an auparavant) ; dans le Journal de Rouen, 11,8 % de la surface sous la Constituante, 6 % sous la Législative et la Convention, alors même que le passage au quotidien agrandit la surface rédactionnelle. Et encore s’agit-il pour l’essentiel d’une rubrique théâtrale dont la dimension politique est rarement absente et que les autres titres de la ville négligent presque complètement. Le Journal pour le département de l’Orne (1790-1791) annonce qu’il donnera aussi « les comptes rendus des livres nouveaux, les découvertes des artistes, les secrets utiles à la société, les anecdotes intéressantes et propres à encourager la vertu » mais il est rempli par les comptes rendus des débats de l’Assemblée nationale et des administrations locales, avec quelques annonces de spectacles placées çà et là, où l’on peut... Le prospectus de l’Argus du département de la Manche promet de traiter de médecine, arts, agriculture, etc., mais le compte-rendu des assemblées électorales remplit tout le journal et ses suppléments. Hors de Normandie également, on a autant de mal à trouver une rubrique culturelle : le Journal du département de la Haute-Vienne (1793-1794) consacre 97 % de sa surface à la politique, le reste aux annonces... Montpellier fait exception avec des hebdomadaires médicaux en 1791 et 1792 ; L’Observateur barisien consacre en 1790 à la « Littérature » ses trois premières pages mais il s’agit en fait de « pièces fugitives », d’énigmes et de logogriphe, de simples annonces de librairie ou de spectacles, et, de plus, on ne connaît que le premier numéro, peut-être unique, de ce journal.

  • 3 G. Feyel, Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, op. cit., t. I.

13Les Affiches de Lyon, créées en 1750, restent jusqu’en 1792 puis de 1795 à 1821, un journal commercial et « culturel » ; mais lorsque le rédacteur, Delaroche, sollicite « littérateurs » et autres « amateurs des arts » de lui fournir de la matière en éloquence, poésie, médecine, nouvelles inventions, il se désole devant le faible écho qu’il rencontre3. En 1793, le prospectus toulousain d’un Journal poétique, lyrique et divertissant annonçant une feuille pour les muses locales et, à Bordeaux, le Journal des spectacles, bihebdomadaire de février 1793 puis le Journal amusant & littéraire rédigé « au plus grand plaisir des femmes » par Romain Duperrier, de mars à octobre, semblent moins liés à la lassitude du public vis-à-vis de la politique qu’au besoin d’évasion de quelques folliculaires échaudés par des engagements idéologiques dangereux (comme le ci-devant chevalier de Limoges à Rouen) et reconvertis dans un journalisme de série Z.

14Les exemples de renaissance, au demeurant marginale et éphémère, d’une presse ou d’une rubrique culturelle sont plus nombreux après Thermidor. Dans le Journal de Rouen, l’information non politique repasse à 15 % de la surface dès l’an III ; lorsque, par exemple, des pourparlers laissent espérer la paix avec l’Angleterre, le rédacteur annonce un Voyage pittoresque en Angleterre que l’on peut acheter pour 10 francs « au bureau de l’imprimerie des Arts », celle du quotidien (27 frimaire). Cette diversification éditoriale, on la retrouve un peu partout en France : en 1796, le rédacteur de la Rheinische Zeitung promet de signaler les nouveautés littéraires et les découvertes, tandis que le Journal de l’Aveyron ajoute aux informations politiques des articles sur les sciences et techniques, l’astronomie, la physique, l’agronomie, la médecine et l’art vétérinaire. En 1797, Louis-Charles Limoges lance son hebdomadaire Journal de littérature et des théâtres, un Journal de santé et d’histoire naturelle paraît à Bordeaux et se transforme l’année suivante en Journal des mères ; ajoutons l’exemple de Lyon où L’Ennemi des factions informe des spectacles et des modes en 1798 et où paraît Le Conservateur de la santé, de 1799 à 1804.

15À l’exception de quelques journaux médicaux durables, cette renaissance est fragile et ne marque certes pas un retour au journalisme d’avant 1789. Le Journal des sciences et de législation, par une société de gens de lettres sort tous les trois jours à Rouen, de septembre 1796 à avril 1797 ; en première page, la rubrique « Sciences et Arts » expose les travaux de la Société d’émulation de la ville, suivie par les « Beaux-Arts » ; mais les nouvelles, l’administration du département et les débats des Corps législatifs occupent 14 des 16 pages. Le Journal littéraire de Nancy n’a que deux numéros (1797), le Messager des muses annoncé à Rouen fin 1798 paraît finalement sous le titre de Messager d’État et l’on n’a aucune trace de la Quinzaine littéraire qui devait l’accompagner. Sous un titre trompeur, L’ingénu, journal de littérature et des arts, à Reims en 1797, est essentiellement un organe de combat athée contre la religion.

16De cet échec global et presque total d’une diversification éditoriale (comme de l’augmentation des tirages), on peut conclure qu’en 1789 c’est bien le public qui a imposé une mutation de la presse marquée par la fin du journalisme culturel, sans grandes réticences de la part des rédacteurs déjà établis. Certes, aucun ou presque, même parmi ceux qui tentaient de diffuser les « Lumières » en province, n’avait manifesté une grande audace jusque-là. Deux seulement des articles de Milcent ont été « caviardés » ; dans l’un d’eux, extrait des Lettres sur l’Italie du président du Paty (1787, p. 340), on pouvait lire encore que Léopold de Toscane avait « supprimé les impôts qui n’étaient pas nécessaires au bonheur de ce peuple [...], repris à la superstition un grand nombre de jours de travail pour les rendre à l’agriculture, aux arts, aux bonnes mœurs [...]. Chez Léopold, on a un état dès qu’on a un talent et il n’y a qu’un seul privilège exclusif, c’est le génie ». Article exceptionnel cependant, même pour Milcent dont on sait qu’il a été proche de Thouret et ensuite membre de la Société des amis de la Constitution de Rouen, et qui ne se risquait pas à évoquer des ouvrages prétextes à la critique sociale ou politique : le Mariage de Figaro ne lui inspira que des remarques d’ordre esthétique. Mais autant et peut-être même plus que la censure politique, les exigences commerciales des propriétaires, libraires ou imprimeurs empêchaient une expression tout à fait libre.

  • 4 J.-P. Kintz, dans Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, p. 214.

17L’exclusivité de l’information politique pendant la Révolution répond à la quête prioritaire d’un apprentissage nécessaire d’un champ de la culture resté jusque là en friche dans la société française. Un titre comme le Manuel du citoyen à Reims en 1793-1794 est en ce sens assez explicite, de même que les Cahiers patriotiques imprimés à Toulouse pour le département des Pyrénées-Orientales (1792-1793). Dans le Courrier de Strasbourg du 8 avril 1793, Jean-Charles Laveaux déclare projeter un Journal d’instruction civique et politique4. Le prospectus du Républicain de la Meuse (août 1793) promet « l’explication de la Constitution française », le « texte et explication des lois les plus remarquables », ainsi que des articles d’agriculture, industrie et commerce.

18Didactiques aussi sont les publications en 1789-1790 des débats des États généraux ou de l’Assemblée nationale, celles des textes officiels ensuite (un exemple parmi cent : le Journal du département de l’Hérault, 1797), ou les feuilles qui en Normandie ou dans le Languedoc accompagnent les élections locales sous la Constituante. La palme revient sans doute, en raison du bilinguisme, à la presse strasbourgeoise : la Nationalblatt (1790-1791) commente pour les germanophones les textes institutionnels, sous forme de dialogues ou par questions-réponses ; on y trouve ainsi « François et Antoine, une conversation sur les charges ou contributions nationales » (7 décembre 1790) ou « Conversation d’un ami de la Constitution avec un curé non jureur » (31 juin 1791) ; la Geschichte der gegenwaertigen Zeit (1790-1793) diffuse chansons patriotiques, discours, textes importants comme la Déclaration des droits de l’homme. La Rheinische Zeitung explique en 1796 les assignats par une comparaison avec le papier-monnaie des États-Unis. L’utilisation du dialogue (Le Décadaire de Colmar, du 19 nivôse an III par exemple, ce « Dialogue entre monsieur Décadi et monsieur Dimanche »), du genre épistolaire ou du conte (Limoges donne ainsi, dans L’Abeille en 1790, « Les chênes et les buissons » ou « Le palefrenier et le cheval », métaphores d’un ordre social renversé) marque au fond le réinvestissement d’une culture littéraire dans le journalisme politique.

19Au leitmotiv d’une vie culturelle provinciale dynamique succède celui des « progrès de l’esprit public dans le département ». Il reste que très tôt la question se pose de la manière d’assumer ce rôle didactique. Le no 1 (peut-être unique) du Sens commun (Grenoble, janvier 1790), oppose « les premiers ouvrages [qui] étaient nécessaires pour instruire le peuple » et « la plupart de ceux qu’on fait à présent [qui] ne peuvent que l’égarer ». Instruire, c’est informer ou former, et l’ambiguïté autorisait toutes les attitudes.

  • 5 É. Wauters, « La presse départementale en Lan II », AHRF, no 1, 1996, p. 1-36.

20Lorsque, à partir de 1791, la question religieuse tend à dominer les discussions, beaucoup considèrent que cette didactique devient nécessaire à la part majoritaire des Français, c’est-à-dire les habitants des campagnes que Le Républicain de la Meuse qualifie de « généreux » mais dont on peut comprendre aisément qu’ils sont jugés en retard sur les citoyens des villes : le Journal du département du Tarn (Castres, 1792) se propose donc de « répandre les véritables principes de la Révolution dans les campagnes ». Dans son prospectus de 1792, le rédacteur des Instructions et nouvelles pour les campagnes (Saint-Quentin) explique les mots liberté, égalité, club etc., et promet plus tard d’en venir aux mots coalition, hebdomadaire, invasion... Et si cet enseignement en français ne suffit pas, L’Homé franc leur parle en patois (1791), la jacobine Woechenblatt dem Unterricht des Landsvolks gewidmet (consacrée, comme son titre l’indique, à l’instruction des ruraux) en allemand (1792-1793). Sous la Convention, prospectus, titres et contenu des journaux soulignent davantage encore cette nécessité de répandre la bonne parole des villes, c’est-à-dire la culture politique, vers les champs, « d’instruire les habitants des campagnes » comme le disent le projet de journal de la Société des amis de la liberté et de l’égalité de Toulouse en juillet 1793 ou Le Décadaire de Colmar, feuille périodique consacrée à l’instruction des habitants de la campagne du Haut-Rhin, organe bilingue que le département envoie aux communes et aux sociétés populaires. Un bilan de la presse départementale, du printemps 1793 à celui de l’an II, révèle en général l’éclosion ou la meilleure tenue de celle des villes petites et moyennes, avec leur public en partie rural, que de celle des grandes cités comme Strasbourg ou Bordeaux5.

21Remarquons toutefois que Le Décadaire donne aussi des conseils d’économie rurale, comme le faisaient en 1790-1791, les Woechentische Nachrichten où l’on trouvait, traduites en allemand, des informations puisées dans la Feuille villageoise, également imitée par Der Franke à Strasbourg, la Feuille du cultivateur à Vienne ou les Soirées des campagnes à Lyon.

  • 6 D. Pingué, « Sociétés populaires en Haute Normandie », Annales de Normandie, mai 1989.

22Peut-on dire alors que le « journalisme culturel » a disparu ? Il est en fait double, comme dans le Journal républicain de la Meurthe pour ne donner que cet exemple : d’une part, une information technique, agronomique, destinée à des paysans jugés ignorants, alors que les lettres et les autres sciences (moins appliquées), ne semblent utiles ni à ces ruraux, ni aux citadins qui n’en réclament plus guère ; d’autre part, une instruction politique indispensable à tous mais surtout aux villages à partir de 1791. Bien sûr on ne peut ramener tout aux journaux : « Hâtons-nous d’ouvrir des écoles », propose plutôt La Sentinelle d’Autun. « S’il y avait eu dans les campagnes, sur le fauteuil du curé, un instituteur national, déjà serait tombée de la tête de nos bons villageois, la première croûte de la superstition, cette gale de l’esprit humain » ; les nos 3 et 4 du Décadaire de Colmar portent une épigraphe tirée de la Feuille villageoise de Cerutti : « De tous les animaux qui ravagent vos champs, le prêtre qui vous trompe est le plus malfaisant ». Le même journal en appelle aux « missionnaires patriotes » des sociétés populaires : le club est le lieu d’éducation du peuple, lit-on dans le Journal de la société populaire de Lyon (1791). Mais « les lumières ne se répandent dans les campagnes aussi rapidement qu’elles sont propagées dans les villes du département qui ont l’avantage d’avoir des sociétés populaires » et l’administration du département du Gers publie donc Les Documents de la raison pour « attaquer vigoureusement les préjugés fanatiques » (1794). A contrario, ce journalisme de formation politique échoue dans les campagnes de Haute-Normandie, où le Bulletin de la société populaire de Rouen est très peu répandu de l’aveu même de son éditeur, mais où ont fleuri plus de 330 sociétés populaires6, ce qui le rend inutile. Et la leçon est comprise des royalistes qui publient par exemple à Toulouse en 1796-1797 la Feuille villageoise catholique.

23Cette lutte idéologique relève tout de même bien du champ de la culture mais pas au sens où nous la concevons immédiatement. Le journalisme culturel ne disparaît pas, c’est la définition de la culture qui se trouve déplacée parce que celle qu’il faut acquérir est nouvelle ; et c’est sans doute la raison de la survie ici ou là d’une rubrique théâtrale devenue aussi tribune politique. Le no 2 du Journal des républicains (Metz, 1796) rappelle (après beaucoup d’autres) que « les théâtres ne doivent plus être que des foyers d’instruction, que des écoles des vertus ».

24Si les arts et lettres en sont les grands perdants, cette mutation épargne une série de nouvelles non politiques : les découvertes scientifiques que promet de donner la Rheinische Zeitung (1796), les informations techniques et pratiques du Journal de l’Aveyron cité plus haut, les inventions notamment industrielles du quotidien Journal d’indication, de politique, littérature, sciences & arts & du commerce de Rouen en 1798.

25Technique ou scientifique dès avant 1789 et politique ensuite, le journalisme de la fin du XVIIIe siècle ne reflète-t-il pas au total une culture nouvelle, révolutionnée, pour ne pas dire une révolution culturelle, à tout le moins une phase décisive de la formation culturelle de la Nation ? Les Soirées des campagnes (Lyon) du 10 octobre 1793 constatent que « c’est à la veillée qu’on jase et qu’on discute. Là, en taillant le chanvre et le lin, à la lueur de la chenevotte allumée, on contait autrefois ; aujourd’hui les contes des fées et des revenants ont disparu, ils ont fait place aux récits de guerre et à la discussion des nouvelles. Il est vraiment curieux d’entendre questionner, répondre sans détour sur les matières les plus délicates ».

26Dès lors, au-delà de la critique facile que l’on peut faire de folliculaires travaillant aux ciseaux et à la colle, ne faut-il pas reconsidérer les feuilles de compilation, Extrait des journaux, Journal des journaux et autres Abeilles, au seul regard de leur succès, comme la réponse à la demande d’information du public, comme la nécessité de produire les pièces indispensables à la formation du citoyen ? Le Mémorial politique & littéraire (Montpellier, 1789) se propose de rassembler ainsi tout ce qui, extraits des discours de l’assemblée et des journaux, peut être utile au citoyen. De la masse des journaux parisiens, le public provincial pouvait attendre une compilation raisonnée faite sur place, avec cet avantage hérité du lectorat antérieur d’avoir une chance d’être entendu et publié : les municipalités ou les clubs veilleront partout à soutenir cette presse de proximité. Telles sont sans doute les raisons de la survie d’une presse locale reconvertie ou nouvelle, face à la production écrasante de la capitale.

  • 7 On trouve même des éditoriaux avec un véritable titre en lettres capitales, dans L’Observateur et (...)

27Le 1er décembre 1789, la Vedette des Alpes proclame que « les journaux vont devenir les canaux de la communication » et ajoute : « Ce sera par eux que les journalistes veilleront continuellement à la sûreté de la Patrie et dénonceront tous les attentats qu’on pourrait former contre elle. » Mais le choix de former l’esprit public plutôt que de l’informer ne s’est pas imposé à tous immédiatement, loin s’en faut. Il faut attendre au moins 1793, si ce n’est le Directoire, pour que naisse un véritable éditorial politique, dans le Journal du Gers, celui de Rouen ou la Strassburgische Zeitung, sous la rubrique « Observations » et plus souvent « Variétés », mais sans rapport avec ce que cet intitulé désignait avant 17897, ce qui traduit bien la mutation de la presse provinciale au cours d’un processus d’apprentissage de pratiques rédactionnelles nouvelles. Il faudra attendre que soit passé le temps de l’acculturation politique, celle des journalistes et celle du public, pour que puisse renaître ou naître ce que nous appelons un journalisme culturel...

Notes

1 P. Rétat, Les Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, CNRS, 1988.

2 É. Wauters, « Le Journal de Normandie (1785-1789), l’étranger et l’outre-mer : les horizons géographiques d’un journal de province a la veille de la Révolution », Annales de Normandie, 1995, no 3, p. 301-325.

3 G. Feyel, Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, op. cit., t. I.

4 J.-P. Kintz, dans Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, p. 214.

5 É. Wauters, « La presse départementale en Lan II », AHRF, no 1, 1996, p. 1-36.

6 D. Pingué, « Sociétés populaires en Haute Normandie », Annales de Normandie, mai 1989.

7 On trouve même des éditoriaux avec un véritable titre en lettres capitales, dans L’Observateur et les autres feuilles de Magloire Robert à Rouen ou dans le Journal de la Meurthe : « Le million doré dévoilé » (4 pluviôse VI), « Quel chagrin ! » (1er thermidor).

Auteur

Professeur à l’université du Havre, il travaille sur les pratiques d’écriture et de lecture du milieu du XVIIIe siècle au XIXe siècle, en Europe du Nord-Ouest et en Amérique du Nord, notamment sur la presse et les récits de voyages. Publications récentes : « La critique du roman dans le journal à la fin du XVIIIe siècle... », dans O. Smyth et J. Elopes (dir.), Discours critique sur le roman, 1670-1850, Rouen, PURH, 2010 ; « Forgetting France or Forging a new Nation : a stage in Canadian Writing (1825-45) », dans I. W. Morgan et P. Davis (dir.), Quebec and the Heritage of French North America, Londres, Institute for the Study of the Americas, 2010, p. 67-87 ; avec Élise Chopin, « Histoires de vie et archives judiciaires : les mots choisis pour dire les maux », dans G. D’Agostino, M. Kilani, S. Montes (dir.), Histoires, témoignages, autobiographies de terrain. Formes d’énonciation et de textualisation, Wien-Münster, Lit, « Freiburger sozialanthropologische Studien, 28 », 2010 ; « La naissance d’un quatrième pouvoir ? », dans Michel Biard (dir.), La Révolution française. Une histoire toujours vivante, Paris, Tallandier, 2009 ; « Topographie et pittoresque de l’Extrême-Orient. La description de l’Asie orientale dans le Dictionnaire géographique portatif de Vosgien (1747-1830) », dans F. Boulerie, M. Favreau et É. Francalanza (dir.), L’Extrême-Orient dans la culture européenne des XVIIe et XVIIIe siècles, Tübingen, Narr, 2009.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search