Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Un relais de l'innovation en province : le Journal de Normandie de Jean-Baptiste Milcent à la veille de la Révolution

Stéphane Haffemayer

Texte intégral

  • 1 Courrier universel, (1631-1637 ?)
  • 2 Nous avons travaillé sur l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale sous la cote 4° Lc9 100
  • 3 Sur sa biographie, voir Christian Albertan dans Dictionnaire des journalistes, sous la dir. de Jea (...)
  • 4 1787, discours préliminaire, p. 2.
  • 5 Dictionnaire des journaux, 1991, op. cit.

1Après la première expérience originale de presse provinciale menée par Claude Le Villain au début du XVIIe siècle1, il faut attendre 1762, dans un contexte favorable à la création d’une presse provinciale, pour qu’un périodique normand voie le jour ; ce sont les Annonces, Affiches, & Avis divers de la Haute et Basse Normandie2, rédigées par l’imprimeur étienne-Vincent Machuel jusqu’à sa mort en 1781. Jean-Baptiste Milcent3, après une expérience de trois années à la rédaction de la Gazette d’agriculture reprend le privilège à la veuve Machuel en 1784 et transforme le périodique en Journal de Normandie, une publication bihebdomadaire de quatre pages paraissant le mercredi et le samedi à partir du début de l’année 1785. Le contexte semble favorable à l’essor de la presse provinciale puisque deux ans plus tard, il estime que « [...] c’est à tort qu’on se plaint de la multiplicité des Ouvrages périodiques puisque, sans les Journaux, on ne liroit presque plus dans les grandes villes4 ». D’après l’index chronologique du Dictionnaire des Journaux5, on peut estimer que la presse française compte alors plus d’une centaine de périodiques, lorsque Milcent lance le Journal de Normandie. La moitié a été fondée depuis le début des années 1780, et plus du double (130 exactement) verront encore le jour dans les années 1786-1789, ce qui confirme les progrès de la liberté de la presse dans la décennie précédant la Révolution.

  • 6 Le Journal de Paris, lancé par Pierre-Antoine de La Place, paraît à partir de 1777 : il est le pre (...)
  • 7 Courrier de l’Europe (1776-1792).
  • 8 Censeur universel anglais (1785-1788).
  • 9 Journal politique de Bruxelles (1778-1789).
  • 10 En réalité, Feuille de Flandres depuis août 1783 ; mentionnées sous le nom d’Affiches de Lille le (...)
  • 11 1772-1844.
  • 12 En réalité Affiches de Saintonge, créées en 1786, continuées sous le nom d’Affiches des provinces (...)
  • 13 Courrier lyrique et amusant ou passe-temps des toilettes (1785-1789), mentionné le samedi 25 novem (...)
  • 14 Courrier des planètes (1788-1789), mentionné le samedi 14 juin 1788.

2Le Journal de Normandie est loin d’être un cas isolé : il s’insère dans un espace littéraire qui est celui d’un ensemble de périodiques, régionaux, européens ou spécialisés, qu’il mentionne parfois comme étant à l’origine de son information ; c’est le cas du Journal de Paris, premier quotidien6, de la Gazette d’agriculture dont quelques articles lui servent de référence, du Courrier de l’Europe, gazette anglo-française7, du Censeur universel anglais dans lequel il puise quelques anecdotes jusqu’en 17888, d’imprimés londoniens, sans plus de précisions, du Journal de Bruxelles9, de publications régionales comme les Affiches de Flandre10, de Sens11, de Saintes12 et, pour le divertissement, de quelques périodiques spécialisés comme le Courrier lyrique & amusant, parfois appelé L’hebdomadaire des Femmes13, ou du Courrier des planètes14. Autrement dit, la presse se nourrit déjà un peu d’elle-même et Milcent entend insérer son propos dans le concert polyphonique de la presse francophone européenne.

  • 15 Première apparition repérée dans la publication du 21 décembre 1785.
  • 16 Il le fait en effet passer de 6 livres 10 sols « pour la ville de Rouen seulement, & 7 livres 10 s (...)

3L’ambition « culturelle » de Milcent – encore le terme devra-t-il être précisé – apparaît déjà dans le choix du titre : Journal de Normandie et dans l’appellation qu’il revendique de « journaliste », et non de gazetier ou nouvelliste15 ; il entend démarquer sa publication du genre de l’affiche et de l’annonce pour se situer dans la tradition d’un genre littéraire qui relève davantage du Journal des savants, des Nouvelles de la république des lettres ou bien des Mémoires de Trévoux, que de la Gazette. Sa publication comprend désormais deux parties bien distinctes, séparant les annonces du journalisme et le prix de l’abonnement annuel, doublé, s’aligne sur celui de la Gazette de France16 ». L’élargissement de l’entreprise vise donc également à celui du lectorat.

  • 17 Répertoire des imprimeurs/libraires, notice 3036.
  • 18 Jeux d’esprit proposant une définition énigmatique à partir d’un autre mot que celui recherché et (...)
  • 19 Exemple : à un auteur faisant l’apologie de l’esclavage, Milcent répond en doublant le volume de s (...)
  • 20 Ce goût de l’anonymat, il s’en agace le 5 avril 1786 : « Il est impossible de concevoir la raison (...)

4Le bureau du Journal de Normandie est établi rue Ganterie, chez un libraire du nom de Louis Le Boucher le jeune qui est le libraire et bibliothécaire du parlement de Normandie17. Le public visé est donc un public identique à celui du Mercure de France, celui du public lettré de la bonne société normande. Pour le séduire, Milcent bénéficie de modèles qui ont fait leurs preuves auprès des lecteurs ; il reprend par exemple la formule de la participation littéraire des lecteurs qui avait fait le succès du Mercure galant et publie leurs pièces de vers, charades, logogriphes18 (car il s’agit tout à la fois d’instruire et de divertir) ainsi que quelques-unes de leurs lettres. Certaines sont des réactions critiques à ses comptes rendus en matière de littérature ou de théâtre et font naître une controverse qui fait du périodique un lieu de débat contradictoire19. Dans ce courrier des lecteurs, on trouve aussi des récits d’expériences agronomiques et des anecdotes historiques, en grand nombre si l’on en croit Milcent qui affirme recevoir de toutes parts une « multitude de pièces de vers, de morceaux de prose, de questions et de demandes sans signatures » qu’il ne peut publier : à l’en croire, la société normande n’aime guère voir son nom dans la presse et pratique trop l’anonymat20. Pourtant, le système connaissait, semble t-il, un certain succès : le 17 mai 1786, il confie qu’après une absence de quelques jours, il a trouvé à son retour chez lui une « quantité considérable de lettres, de Mémoires, de pièces de poésie, etc. », et qu’il lui faudra du temps pour en publier la meilleure part.

5On a donc là un périodique qui témoigne à la fois de la culture de son rédacteur et de quelques-uns de ses lecteurs-auteurs, du moins si l’on écarte un certain nombre de lettres à l’authenticité parfois douteuse.

6Le projet éditorial de Milcent est exposé dans le prospectus de souscription reproduit à la fin du recueil de l’année 1785 ; pour lui, l’information doit obéir à deux principes : l’utilité et la raison.

  • 21 1787, p. 2.

7– Utilité pour toute la province de Normandie et pour la ville de Rouen en particulier (ambition qui était déjà celle des Affiches précédentes). De cette fonction utilitariste découle une partie du contenu de l’information : observations météorologiques, nosologiques, agricoles, etc. Mais aussi un contenu intellectuel et littéraire conçu comme un palliatif pour une société provinciale qui n’aurait pas le temps de se consacrer à la lecture ; il exprime ce sentiment dans le discours préliminaire de l’année 1787, justifiant Futilité d’un périodique « [...] dans une ville du second ordre, où chacun est trop occupé de ses affaires pour aller puiser à la source21 ».

  • 22 Stéphane Haffemayer, L’Information dans la France du XVIIe siècle, Paris, Champion, 2002, p. 455-5 (...)

8– Raison dans la mesure où il défend une connaissance fondée sur les faits et l’expérience. Convaincu que le rôle d’un journal est de contribuer à répandre le progrès et les Lumières sur la province, il revendique un usage public de la raison, ce qui l’entraîne, en dépit de la plus parfaite orthodoxie politique affichée, en direction d’un discours politique et social réformateur appuyé sur une conjugaison habile de plusieurs sources d’autorité. Car la première difficulté d’un auteur de périodique est bien cette légitimité et cette autorité qui assurent à son information la crédibilité sans laquelle l’entreprise est vouée à l’échec : on a vu, avec Renaudot, l’importance de ce système d’accréditation des nouvelles22.

9Cette dialectique du discours et de sa légitimité nous amène à évoquer séparément les fondements d’un discours sur l’innovation et la mobilisation d’une rhétorique d’accréditation qui vise à établir son autorité face à un public normand avec lequel il se sent parfois en décalage. On verra ensuite les grandes lignes de cet arrière-plan culturel que dévoile le discours éditorial du rédacteur, celui d’une vision politique et sociale critique à l’égard de ses contemporains.

  • 23 Samedi 3 mai 1788.

10La première autorité invoquée par Milcent est celle des Anciens que lui permet une solide formation classique forgée chez les jésuites ; références latines puisées chez Cicéron, Pline, Virgile ou Horace, citations de Montaigne, maîtrise, certes parfois académique, de la langue (le discours préliminaire de l’année 1788 est consacré à la « décence de la langue »), comptes rendus de traductions de textes anciens inédits, etc. Il y a là une culture classique qui assoit son autorité intellectuelle et littéraire et qui se manifeste par un style très sûr de lui-même et un tantinet malicieux, comme cette fausse lettre d’un voyageur surpris par une louve, un loup, un renard et un sanglier, qui a réussi à les endormir en leur lisant le discours de Marmontel prononcé devant l’Académie française en mars 1788 à la réception de d’Aguesseau23.

11La deuxième est celle de certaines publications scientifiques des grands naturalistes du siècle, comme L’Histoire naturelle de Buffon à laquelle il voue la plus totale admiration ou bien d’auteurs comme Jussieu. Il cite en revanche très peu L’Encyclopédie, en dehors des articles consacrés aux sciences naturelles, pour des raisons que l’on va développer.

  • 24 1785.

12Un troisième niveau d’accréditation, celui sur lequel repose l’essentiel de son projet éditorial, est celui que donnent les résultats de l’expérimentation. Car le discours de Milcent se veut à l’antithèse du discours savant et fait l’éloge du pragmatisme et de l’ingéniosité individuelle. À l’autorité des Anciens et des savants, il conjugue celle qu’impose l’évidence des faits et de l’expérience individuelle, éventuellement validée par la durée (« Voici ce que m’a enseigné un cultivateur âgé de plus de 80 ans et faisant labourer son domaine depuis 60 ans au moins, et que j’ai exécuté pendant 20 ans24. »)

13Enfin, la dernière autorité est celle du rédacteur lui-même, fort de son expérience de trois années à la rédaction de la Gazette d’agriculture, dont il reprend parfois des extraits.

14L’invocation de ces différentes sources d’autorité semble avoir pour finalité principale d’appuyer l’action du périodique en faveur de la diffusion de l’innovation. Une innovation qui procède de deux impératifs distincts : la nécessité économique et l’exigence d’une curiosité qui se veut universelle.

15L’argument en faveur de la diffusion de l’innovation s’inspire de la nécessité de remédier aux difficultés économiques et sociales que connaît alors la Normandie.

  • 25 Le 15 janvier 1785, Milcent affirme que : « c’est surtout le chauffage et cette espèce de luxe et (...)
  • 26 Samedi 22 janvier 1785.

16Première difficulté, la disette de bois, pour laquelle Milcent fait la publicité d’un certain nombre de solutions, entrées à sa connaissance lorsqu’il était à la tête de la Gazette d’agriculture : amélioration de la construction et du rendement des cheminées25 et surtout, utilisation d’autres combustibles comme le charbon. Et Milcent de s’emporter contre les préjugés qui ralentissent son adoption dans le royaume, de dénoncer cette « ridicule délicatesse » qui ferait « tomber en syncope les êtres efféminés qui végètent dans l’opulence et les délices de nos grandes cités. C’est pour se conformer à leur honteuse nullité qu’on a imaginé depuis d’épurer le charbon de terre, de façon qu’il ne conserve plus ni odeur ni fumée26 ».

  • 27 15 janvier 1785.

17Il milite pour son usage dans la cuisson du pain, affirmant que « ce combustible peut facilement opérer la cuisson du pain à l’aide de nouveaux fours de Prusse dont tous les papiers publics ont parlé dans le temps, et de ceux inventés par le sieur Deserrez, professeur de mathématique à Lille-en-Flandre, pour lesquels nous prions nos lecteurs de consulter le no 89 de la Gazette d’agriculture, année 1783, p. 710, où nous en avons fait une notice détaillée27 ». Il publie également les témoignages d’abonnés qui l’ont adopté depuis 1782 au moins, et réclament l’extension de son utilisation, comme cette lettre d’un Havrais nommé M. Le Mesle du 17 mai 1786 : « Je persiste donc à dire, d’accord avec l’opinion publique, que l’usage du charbon de terre est très-économique au Havre, & par conséquent à Rouen ; puisque le charbon anglois, le seul dont j’aie toujours entendu parler, n’y doit être plus cher que des frais de transport ; que ces frais sont peu de chose. »

  • 28 « [...] quand un peuple agricole réunit l’industrie à la propriété, la culture des productions à l (...)
  • 29 Mercredi 23 janvier 1788.
  • 30 Id., p. 28.
  • 31 31 août 1785.
  • 32 Mercredi 26 mars 1788.

18La deuxième difficulté concerne les problèmes de subsistance et mobilise un discours ontologique en faveur de l’agriculture. En 1789, Milcent soutient que la prospérité de l’agriculture est la condition préalable à l’épanouissement des arts28. Acquis aux innovations et aux expérimentations agricoles, il soutient avec le plus grand enthousiasme la culture des plantes nouvelles comme le maïs ou la pomme de terre dont, le samedi 30 juillet 1785, il rappelle les circonstances de l’apparition en Normandie : « On sait qu’on doit à M. Mustel un nouveau moyen de subsistance, excité par ses écrits et par son exemple, en cultivant avec succès le premier champ de pommes de terre qui ait paru en Normandie ; culture précieuse, qui s’est considérablement étendue depuis dans les environs de Rouen et de Paris, et ailleurs. On sait combien elle contribue à la subsistance du peuple. ». Milcent accorde de larges rubriques au même Mustel pour expliquer les circonstances du développement de cette culture en Normandie avec le soutien de l’intendant de Normandie, La Michodière, qui fit venir les plants d’Angleterre29, et celui du duc d’Harcourt, grâce auquel les récoltes « furent distribuées à des Cultivateurs, qui vinrent en demander de plus de cinquante lieues, principalement de l’île de France & de la Beauce30 ». Il en déplore pourtant la trop lente diffusion et insiste sur ses effets bénéfiques pour le sol, comme le prouve l’exemple de M. Cretté, maître des postes de Saint-Denis et de Sannois, « [...] un des agriculteurs qui ont adopté avec le plus d’empressement les diverses cultures qu’on a proposées comme offrant des ressources précieuses en économie, cultures qui cependant s’introduisent bien lentement. Dès les années précédentes, M. Cretté avait cultivé la pomme de terre, le maïs, le turneps, et l’on observe que les plus belles récoltes, cette année, proviennent des champs dans lesquels il avait semé du turneps ; tant il est vrai que cette culture, loin d’affecter le sol, l’améliore et le dispose à une production plus abondante31 ». Véritable panacée du siècle éradiquant la famine, la pomme de terre se voit même attribuer des vertus cosmétiques32.

  • 33 « Je leur enseignai ma méthode, mais la négligence et la coutume ont prévalu sur leur intérêt ». ( (...)

19Toujours est-il que le périodique de Milcent permet de donner de la résonance aux initiatives locales menées par des cultivateurs éclairés, lettrés et cultivés, proches de la Société royale d’agriculture. De manière didactique, ils livrent le récit circonstancié de leurs expériences, évoquant l’ignorance ou la négligence des autres cultivateurs et témoignant des résistances rencontrées dans le monde paysan33. Confiant dans la capillarité de la diffusion du progrès, Milcent semble viser à la conversion des élites au goût de l’expérimentation agricole.

  • 34 Milcent qualifie de « découverte intéressante » celle, extraite du Journal de Bruxelles, d’un phys (...)

20En dehors de l’impératif économique, l’innovation relève aussi de cette curiosité universelle qui anime les savants du XVIIIe siècle et dont Milcent est le reflet, sans toutefois posséder de réelle compétence scientifique. Son journalisme s’offre à tous les vents de la nouveauté et prend l’aspect de laboratoire cosmopolite d’idées les plus diverses, qui peine à séparer le bon grain de l’ivraie, du canular comme cette nouvelle de l’homme taupe qui se vantait de pouvoir faire une traversée souterraine de la capitale34, à des idées utiles à la vie quotidienne : procédés de conservation de la viande ou des fruits, pompe à feu pour les incendies, secours aux noyés, conseils de médecine, moyens de détruire les fourmis, ou bien promises à un bel avenir comme les piscines publiques, etc.

  • 35 Mercredi 26 janvier 1785.

21Dans cet ensemble qui peut paraître hétéroclite mais qui témoigne des besoins techniques d’une époque, Milcent fait en priorité la publicité des inventions locales, mais il rapporte également celles, nées ailleurs en Europe, qui auraient une quelconque utilité pour la province. Son intérêt semble toucher à tous les domaines des sciences, considérées sous l’angle de leurs pratiques expérimentales et publiques, des expériences aérostatiques de Blanchard ou des frères Montgolfier, des démonstrations de chimie, physique, électricité, astronomie, etc., qui se passent de calculs mais « parlent aux yeux », au sujet desquelles Milcent avoue sa fascination mais aussi sa plus totale ignorance35.

  • 36 Ex. : la publication du 12 mars 1785 dans laquelle il dénonce la « tentation de briller par le moy (...)
  • 37 Ex. dans la publication du 19 octobre 1785.
  • 38 Discours préliminaire de l’année 1789, p. 1.
  • 39 Ibid.

22Ainsi, ce sont avant tout les lumières de l’expérience que Milcent entend promouvoir dans la province, et non celle de la réflexion savante. Hostile aux systèmes « inutiles et brillants » de la philosophie, il ne partage pas non plus les théories physiocratiques en ce qu’elles séduisent d’abord l’imagination36. Par l’expérience, des autorités scientifiques se trouvent précisées, nuancées, voire infirmées sur certains points très précis37. À ses yeux, l’artiste ou l’artisan doivent s’élever au-dessus de la routine et le savant doit descendre à la rencontre de l’artisan : « Hommes instruits, allez aider de vos lumières ce malheureux Artisan condamné à suivre aveuglément sa routine, & soyez sûrs d’en être dédommagés par les secrets qu’il vous confiera38 » ; « Si vous cherchez le génie, entrez dans les ateliers, vous l’y trouverez sous mille formes diverses39. »

23La vraie connaissance procède donc des notions « simples et élémentaires », et c’est de cette simplicité que naît l’innovation : « Il est des inventions si simples qu’on a toujours lieu de s’étonner qu’elles n’aient pas été trouvées depuis longtemps » (1785).

  • 40 Ex. à propos de la culture de l’acacia dans les terrains stériles (recommandée par Jussieu), ses f (...)

24Qui sont les destinataires de cette invitation à créer et entreprendre ? Ce sont tous les acteurs de la vie économique : simples particuliers, « entrepreneurs » (grands propriétaires, dirigeants des manufactures), et enfin le gouvernement dont il réclame un réformisme éclairé et un rôle actif dans la diffusion des cultures nouvelles40. Car Milcent adopte volontiers la posture de l’intellectuel dans la cité, très critique à l’égard de ses contemporains, du fonctionnement des institutions, des comportements sociaux, voire de leur niveau de culture. Ressort ici ce qui est le plus séduisant dans le journalisme de Milcent, cette liberté éditoriale qu’il s’accorde, pratiquant un journalisme de commentaire servi par une plume à la fois habile et incisive.

  • 41 Mercredi 26 juillet 1786.

25Son habileté vient d’abord de la conciliation entre la plus parfaite orthodoxie politique affichée et son esprit de réforme. Les textes officiels, déclarations du roi, arrêts du Conseil qu’il publie le sont probablement à la demande des bureaux de l’intendance. Mais la fidélité à la cause monarchique apparaît aussi à d’autres reprises, notamment dans les quelques relations publiées à l’occasion du voyage du roi en Normandie en juin 1786 ; ce ne sont plus les panégyriques du siècle précédent qui célèbrent la figure abstraite d’un roi divinisé, plutôt des récits qui préfèrent en évoquer l’humanité, l’esprit de compassion, à travers, notamment, les dons charitables. Un abonné écrit d’ailleurs dans une lettre à l’occasion de l’entrée à Rouen que « c’étoit non un Conquérant que l’on recevoit, mais un bon Roi, doux, humain, bienfaisant, qu’à plus d’un titre nous tous appellerions notre père. Aussi n’a t-on entendu de toutes parts, que des chants d’allégresse, & non ces soupirs étouffés de Peuples subjugués, enchaînés & traînés à sa suite sous un Arc-de-Triomphe, comme c’étoit la coutume sous ces Anciens Romains dont vous invoquez & l’autorité & les usages41 ». On est là très éloigné du ton des libelles de la capitale. Et c’est presque avec regret, que Milcent observe que l’entrée royale de Louis XVI à Caen en juin 1786 n’a pas été célébrée avec plus de magnificence :

  • 42 Samedi 8 juillet 1786, p. 217.

La Nation n’a plus le goût de ces fêtes magnifiques, de ces pompes chevaleresques dont les Villes s’empressoient d’embellir les entrées des Monarques, & dont les détails nous frappent & nous étonnent encore. Mais à travers la sécheresse à laquelle de fausses vues philosophiques, & ce cruel égoïsme qui corrompt tout, ont réduit nos fêtes nationales & nos hommages patriotiques, on peut démêler encore les différentes degrés de cet amour inné dont chaque Cité françoise est animée pour son Prince42.

26Pourtant, derrière cet amour affiché envers le roi et la fidélité revendiquée à la cause monarchique se tient, solidement campée sur une argumentation vigoureuse, une critique à la fois politique et sociale qui dénonce un certain nombre de blocages institutionnels et la décadence morale de ses contemporains.

27Premiers visés, le luxe et l’égoïsme, suivant une inspiration très rousseauiste, qui vise aussi la dévirilisation des élites : dès les premiers numéros de 1785, le ton est donné, condamnant les « êtres efféminés qui végètent dans l’opulence et les délices de nos grandes cités » ; plus loin, ce sont les « objets de luxe, ces brillantes bagatelles, joujoux dignes de l’enfance, & faits pour amuser un moment l’oisive opulence d’êtres insensibles & nuls pour la raison ».

  • 43 1787, discours préliminaire, p. 2.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ex. dans cette poésie : « Non je ne connois plus la charmante Sophie, / Depuis qu’elle a recours a (...)

28L’attaque de Milcent se porte notamment contre les ravages d’une mode féminine qui détourne les femmes de leurs devoirs essentiels consacrés à l’épanouissement domestique. Rousseauiste dans l’âme, il estime qu’une « [...] éducation plus soignée rendroit les femmes à leur gloire, à notre bonheur43 ». Il est, semble t-il, convaincu de cette bonne « [...] influence que les femmes ont sur le bonheur de la société, & [de] l’agrément quelles doivent y répandre lorsqu’elles ont l’esprit orné & cultivé par les Lettres ». Et d’ajouter : « Nous sommes bien éloignés de leur conseiller cet engouement ridicule & stérile pour les sciences, qui fait fréquenter aux femmes de Paris les cours d’Anglais, de Chimie, d’Anatomie, de Physique, d’Histoire Naturelle, &c. Nous nous sommes toujours élevés contre ce mépris des convenances, qui fait oublier à certaines femmes que leurs destinations sociales & naturelles les appellent à l’exercice & à l’habitude de devoirs plus essentiels ; nous voulons seulement leur faire sentir combien il seroit plus doux pour elles, & plus attrayant pour les hommes, quelles ne fussent pas réduites à parler de chiffons, de visites, de mariages, &c.44. » La bonne éducation vise à les préserver le plus longtemps possible des vices du monde qu’incarne au plus haut point la capitale. Milcent multiplie pour cela les contes moraux et les aphorismes misogynes ou contre le mariage (surtout à partir de 1788). Mais l’attaque la plus vigoureuse concerne la mode vestimentaire diffusée à partir de la capitale, véritable foyer de corruption et de vice. Lorsqu’il écrit que « Les goûts dépravés, les goûts corrompus de la Capitale y sont apportés chaque jour avec de nouveaux ridicules45 », il semblerait que Milcent décoche ses flèches en direction de certaines femmes de la société rouennaise. Pour lui, elles doivent avant tout paraître sans fard, « au naturel46 », et certainement ne pas suivre les caprices de la mode parisienne. Au reste, c’est le sujet qui lui inspire ses traits les plus satiriques, comme dans cette lettre fort suspecte de la soi-disant marquise de L*** qui lui reproche son manque d’intérêt pour la mode ; il n’est pas exclu que cela soit pour le rédacteur un moyen de répondre avec ironie à une demande de la bonne société locale :

  • 47 Notons que dans son discours préliminaire de l’année 1788, Milcent fait de l’agriculture l’art « l (...)
  • 48 Un artiste inventeur d’un procédé de filage de la laine.
  • 49 Samedi 4 février 1786.

En vérité, Monsieur, vous n’y pensez pas ; il n’y aura plus moyen de lire votre Journal, si vous continuez à prendre un ton aussi peu convenable à ce qu’on appelle le beau monde. Que voulez-vous que nous fassions de vos Annonces, de vos Observations sur les Sciences & sur les Arts, de vos Traits Historiques ? Nous ne voulons parler d’autre Histoire que de celle du jour.
Il me prend quelquefois fantaisie de lire vos feuilles, quand je n’ai personne à ma toilette : mais la dernière m’a paru ennuyeuse à périr. Vous nous parlez d’Agriculture, de Manufactures ; & qu’avons-nous besoin de cela ? On sait bien qu’il est bon quelquefois qu’il y ait des Cultivateurs & des Manufacturiers ; mais ces gens-là ne sont points faits pour qu’on en parle47 [...] Il ne vous a manqué que de priser cet inconnu48 plus encore que nos célèbres Maîtres de Danse, nos brillants Bijoutiers, nos élégants Coëffeurs, nos habiles & fins Cuisiniers, & nos savantes Marchandes de Modes. Voilà, Monsieur, voilà les arts précieux & utiles à la société, qu’il nous importe de voir encourager, pour les attirer & les fixer dans cette Ville : & je ne vous passe pas de n’en avoir point encore dit un mot49.

29Il enfonce le clou quelques mois plus tard :

  • 50 Lettre de la dame d’Yvetot, écrite le 15 octobre 1786, publiée le samedi 28 octobre 1786.

En vérité, Monsieur, je n’y tiens plus ! Je ne puis pas vous pardonner votre indifférence pour les modes nouvelles. Neuf mois se sont à peine écoulés depuis ma première Lettre, les modes ont changé vingt fois : ainsi, de bon compte, vous avez renoncé à vingt articles plus intéressants les uns que les autres, & qui eussent autrement figuré dans votre Journal qu’une foule d’objets qui sont utiles le plus tristement du monde. Ah ! Si vous arriviez, comme moi, de Paris tout récemment, vous sentiriez l’importance d’un pareil sujet, & vous auriez été transporté d’enthousiasme, en voyant les belles adopter depuis huit jours le Caraco à l’Innocence reconnue ou à la Cauchoise50.

  • 51 Samedi 24 décembre 1785, reproduite en annexe.
  • 52 Ex. le samedi 8 mars 1788.

30Mais le plus beau morceau est sans conteste cette fausse lettre de la reine, qui n’atteint pas bien sûr la vigueur ordurière des pamphlets qui inondent le pays depuis l’affaire du collier, mais qui la présente comme une coquette ridicule et superficielle51. La mode évolue tellement vite que Marie-Antoinette s’y plaint de l’affront d’avoir été devancée par une femme d’un rang inférieur et sollicite le rédacteur du Journal pour qu’il informe ses abonnées des « changements les plus légers qui surviendront dans l’art de la parure ». Expression probable d’une demande de la société locale, une rubrique « modes nouvelles » voit le jour, toutefois assortie des traits les plus mordants52.

  • 53 Discours préliminaire de l’année 1788 (p. 3).
  • 54 Mercredi 23 mars 1785, p. 89.
  • 55 Mercredi 9 avril 1788.
  • 56 Ex. du bal patriotique dont il suggère la tenue au début de l’année 1788 « qu’on vante par-tout, (...)
  • 57 Samedi 3 janvier 1789.

31Ce dernier exemple le prouve, le journaliste est adroit ; mais sa condamnation du luxe relève d’une authentique contestation morale et sociale, qu’il rend inattaquable par sa mobilisation en faveur des activités de bienfaisance. Ainsi il déplore que les paysans soient si peu considérés « dans le règne du luxe, qui leur doit pourtant une bonne partie de son aliment53 » ; pour lui, une « partie de ce superflu ridicule ferait pourtant le bonheur de plusieurs familles indigentes54 ». Dès le début de l’année 1785, il ouvre une rubrique consacrée à la bienfaisance et au recueil des dons en faveur des vieillards nécessiteux, des femmes pauvres en couche, ou des ouvriers et fileuses de cotons au chômage55. L’habileté sociale du journaliste vient aussi de ce que la coordination, voire l’impulsion qu’il donne aux œuvres de bienfaisance lui permet de s’attirer les grâces de la bonne société féminine locale56. À la veille de la Révolution, le périodique élargit son propos à une réflexion économique sur les moyens de secourir les pauvres57 (héberger, réchauffer, nourrir, notamment au moyen d’une alimentation à base de riz ou de pommes de terre).

  • 58 Discours préliminaire de l’année 1787.

32À côté du luxe et de l’égoïsme qui frappent la capitale, l’oisiveté est, selon Milcent, un fléau qui atteint en priorité les villes de province58, Rouen en particulier ; il s’en amuse, publiant, en novembre 1786, une fausse lettre réclamant une « recette contre l’ennui » :

  • 59 Samedi 11 novembre 1786.

Vous nous donnez, Monsieur, des recettes contre les chenilles, contre les sots, contre les morsures de vipères, &c., ne pourriez-vous pas nous en donner une contre l’ennui ? Vous rendriez par-là un service essentiel à cette foule de Citadins qui s’appellent la bonne Compagnie. Je suis jeune ; ma jeunesse ne m’amuse pas : je suis riche ; ma fortune m’ennuie : j’ai des connaissances charmantes ; elles m’ennuient, le spectacle, la promenade, les brillantes assemblées, la campagne ; tout m’ennuie. Enfin, j’ai une jolie femme, elle m’ennuie ; & assurément je lui rends bien le change, car c’est de concert avec elle que je vous écris cette Lettre pour avoir une recette contre l’ennui59.

  • 60 Mercredi 15 novembre 1786.
  • 61 Samedi 18 novembre 1786.
  • 62 Mercredi 22 novembre 1786.

33Les propositions ne tardent pas, dans les semaines suivantes, suggérant à la femme de commencer par « nourrir son enfant » afin de découvrir les plaisirs simples de la vie familiale60. Si le mal persiste, une recette infaillible leur est proposée : « se servir de leurs richesses pour secourir les malheureux », à commencer par ceux de leur propre parenté avant de passer à leurs amis, voisins, vassaux, etc. Assorti de cette recommandation : « Je leur conseille donc, pour régime, de modérer leur goût pour tous les plaisirs factices ». Et si cela ne suffit toujours pas, l’auteur conclut que M. le baron n’a plus qu’à se retirer à la Trappe et madame aux Carmélites61... La semaine suivante propose une troisième recette : « [...] pendant un bon mois, Monsieur prendra ou se fera donner des leçons d’un Maître Tourneur ; pendant un autre mois, Monsieur prendra celles d’un habile Serrurier ; un Maître Menuisier lui en apprendra ensuite assez pendant un troisième mois pour avoir une teinture dans l’art de la Menuiserie : & que Monsieur le Baron ne regarde pas ces leçons comme indignes de sa grandeur, puisque nos Rois en ont fait leur étude d’amusement62. » Et suit la description d’une journée bien remplie d’actes de charité en direction des indigents à travers toute la ville.

  • 63 Ex. :» [...] L’ennuyeuse uniformité que de Paris on a bannie, En ces climats s’est établie ; [...] (...)
  • 64 Samedi 19 janvier 1788.

34Milcent semble prendre un malin plaisir à stigmatiser l’ennui qu’inspire cette bonne société rouennaise et va jusqu’à publier le tableau peu amène qu’en fit Voltaire en 173263 dans une lettre à Mlle de Launay, future Mme de Staal. Malicieusement, Milcent indique, que « tout a changé depuis cinquante-six ans64 »...

  • 65 Mercredi 4 janvier 1786.
  • 66 Mercredi 2 avril 1788.
  • 67 Samedi 26 février 1785 : « Il ne faut pas croire cependant que l’auditoire de Rouen manque de goût (...)
  • 68 1787, discours préliminaire, p. 2 : « Un faux goût, des convulsions, des cris, des pasquinades n’a (...)
  • 69 Mercredi 4 janvier 1786.
  • 70 Samedi 18 mars 1786.
  • 71 Samedi 30 septembre 1786.
  • 72 Samedi 18 avril 1786.

35En effet, et de manière assez paradoxale, dans ce périodique qui lui est en partie dédié, la vie culturelle normande ne suscite guère d’enthousiasme de la part de son rédacteur. Certes, la critique est englobée dans le sentiment plus général d’une « décadence où se trouvent les Lettres & les Arts65 », mais il vise plus particulièrement le public normand, dont il relève un comportement culturel spécifique, celui d’une « ville de fabriques66 ». Au début, Milcent veut croire, et faire croire, que la comparaison entre public parisien et rouennais67 est favorable à ce dernier. Mais un an plus tard, il déplore que le public rouennais a perdu jusqu’à sa faculté de juger un théâtre lui-même en déliquescence68. À plusieurs reprises, il déplore la pauvreté des contributions littéraires des lecteurs, la responsabilité en incombant, selon lui, au « torrent des affaires » qui, à Rouen, « ne laisse que faiblement agir le sentiment des Arts ; où l’idiome de la philosophie, les expressions & les images, consacrées par les Poëtes, les Peintres & les autres Artistes ; les formes un peu hardies & animées du Discours ; & enfin même les mots Techniques des Sciences, ont paru d’abord des fautes de langage à un certain nombre de Lecteurs69 ». Il met également en cause l’insuffisante maîtrise de la langue de certains70 : justifiant par là son refus de publier certaines lettres - par exemple :» [...] c’est par respect pour le Public que nous nous étions refusés à imprimer une Lettre qui fourmille de phrases indigestes & incompréhensibles, de fautes contre la langue, de locutions pitoyables, & et de tournures non moins vicieuses71. » Avec une certaine condescendance, Milcent se fait l’arbitre du bon goût littéraire, blâmant les uns, encourageant tel autre à envoyer des chansons aussi bien faites que celle qu’il vient de publier72, etc.

  • 73 Mercredi 27 août 1788.

36Mais il affirme aussi que son Journal produit de bons effets, et souligne l’amélioration des pièces de prose ou de poésie qui lui parviennent ; il croit évidemment aux vertus édifiantes d’une information qui vise à l’exemplarité et à l’édification (c’est ce qui justifie, par exemple la place de rubriques consacrées aux actes de courage). Dépositaire des actions louables de la province, le Journal de Normandie doit contribuer à policer le goût littéraire d’une ville de négoce. Il y contribue, en récompensant la participation littéraire des lecteurs au moyen de la publication, donnant la parole aux provinciaux désireux de prouver que l’amour des lettres n’est pas une exclusivité parisienne, comme cette lettre du Havre énumérant les hommes de lettres et les savants qui en sont originaires et dont l’étranger célèbre les qualités73... Le périodique joue son rôle de valorisation culturelle de la vie provinciale en affichant cette revendication en première page du périodique.

  • 74 Samedi 22 janvier 1785.
  • 75 Samedi 26 janvier 1788.

37Derrière cette critique des mœurs et du comportement des contemporains se dévoile une formidable aspiration réformatrice. Car Milcent est un libéral, hostile à la lourdeur des institutions, à l’esprit de règlement, au régime des privilèges (à propos desquels la contestation enfle dans les fascicules de 1789). À propos du charbon, il réclame la « Modération des droits, facilité des transports et communication, liberté entière et emploi du charbon tel qu’il sort de la mine74 » ; pour l’agriculture, il écrit que « s’il faut des lois pour l’agriculture, elles n’ont besoin que d’être dictées par le droit naturel, & de lui assurer des communications faciles, des débouchés multipliés, un débit avantageux & étendu. Il faut surtout qu’on la dégage, ainsi que le commerce, qui est son plus grand encouragement, des entraves ruineuses & multipliées qui l’environnent de toutes parts75 ».

  • 76 Ex. : samedi 18 février 1786 ; « Dialogue entre un Collecteur et un Paysan » (samedi 15 novembre 1 (...)
  • 77 Voir l’extrait d’une lettre d’Espagne sur les secours particuliers substitués dans cet État aux hô (...)
  • 78 « [...] dans la bouche de Figaro, chaque mot est une pensée ; et dans celle de tous les personnage (...)

38On le voit également viser occasionnellement les droits seigneuriaux, dont il livre une caricature comique76, l’inefficacité des hôpitaux généraux, dans une critique77 qui n’est pas loin de rejoindre celle de Beaumarchais, dont il défend d’ailleurs le Figaro78. Son attention portée aux sujets de la pauvreté, de la mendicité, de la bienfaisance l’emmène vers une critique sociale et politique qui ne s’embarrasse pas de faux-semblants :

  • 79 Samedi 28 janvier 1786.

Les pensions s’accumulent sur quelques faiseurs de vers, sur des histrions avilis, sur les agens d’un luxe destructeur ; tandis que l’abandon, l’oubli, & quelquefois pis encore, sont le partage de presque tous ces hommes rares & utiles, dont les talents & les productions sont plus profitables à la Patrie qu’à eux-mêmes ; parce que le génie est presque toujours accompagné de l’oubli de soi-même ; parce que, prodigues de leur temps & de leurs talents pour l’instruction des autres, les hommes de génie ne sont réveillés sur leur intérêt personnel que quand le besoin se fait sentir avec l’âge79.

  • 80 Avril 1788.

39Sur le plan économique, le Journal de Normandie avance même des idées novatrices, comme celle suggérant de relancer par souscription l’achat des marchandises fabriquées par l’industrie locale plutôt que de suppléer à la misère des ouvriers par des actes de bienfaisance80. Milcent précise qu’il a reçu de nombreuses lettres semblables : au regard des lecteurs, le Journal de Normandie semble s’être imposé comme un moyen privilégié de diffusion des idées nouvelles.

  • 81 Il aime pourtant en rapporter les mots d’esprit (notamment ceux de Voltaire ou de Montesquieu) ; d (...)
  • 82 Ouvrage que Panckoucke présente comme « [...] si différent de la première édition, que non-seuleme (...)

40Ainsi la pratique journalistique de Milcent constitue-t-elle une figure très originale dans le paysage de la presse périodique ; plus républicain des lettres que philosophe81 ; défenseur de l’Encyclopédie, dont il soutient les rééditions par Panckoucke en 1788-178982 mais ennemi de tout système philosophique ; favorable à la monarchie en même temps que patriote et réformateur dans l’esprit des Lumières, il s’impose comme un combatif passeur d’idées face à une bonne société normande qu’il n’hésite pas à bousculer avec un certain humour.

  • 83 Mercredi 8 avril 1789.
  • 84 Mercredi 13 mai 1789.
  • 85 Samedi 14 février 1789.

41Dans cet ensemble portant sur les années 1785-1789, l’information politique contenue dans le volume de l’année 1789 mériterait une place à part ; Milcent ouvre largement sa feuille à la tenue des réunions préparatoires aux États généraux, ainsi qu’aux requêtes rédigées par le Tiers-État ou le bas clergé et qui sont imprimées et diffusées dans la province83 (Milcent évoque les « milliers de Brochures qu’on publie chaque jour ») ; à cette occasion, les idées politiques de Milcent apparaissent pour la première fois de manière explicite : il publie la lettre du duc d’Harcourt qui se déclare favorable à l’abandon des privilèges pécuniaires de la noblesse84 et appelle au « ralliement universel » à la cause commune. En février 1789, il clame : « C’est du salut de l’État, c’est du bonheur public qu’il faut s’occuper. Avant d’être Prêtres, Nobles ou Bourgeois, nous sommes tous Citoyens. Le chef de l’État nous appelle tous à la régénération de la chose publique85 [...] » En avril 1789, il appelle de ses vœux la rédaction d’une constitution et l’assainissement de la vie publique au moyen d’une éducation citoyenne et patriotique :

  • 86 8 avril 1789.

Français, ce n’est point assez d’enjoindre à vos représentants aux États-Généraux d’obtenir avant tout une Constitution fixe, certaine, irrévocable & juste ; vous n’aurez rien fait pour la génération future, & même pour le temps présent, si en établissant des mœurs publiques, & une éducation nationale, propre à enseigner à chacun ce qu’il doit à la Patrie, au Souverain, à ses semblables, & ce qui lui est dû par eux, vous ne faites tomber des mains des Administrateurs à venir l’arme de la corruption, plus puissante que la force pour soumettre les Nations à l’esclavage86.

42Mais avec l’emballement de la Révolution, sa voix se fait beaucoup plus discrète et semble perdre sa liberté de ton : le Journal de Normandie rapporte les débats des États généraux puis de l’Assemblée nationale (sa feuille passe alors à 6, voire 8 pages). Deux nouvelles rubriques intitulées « Nouvelles politiques » (agencement des rubriques par pays) et « Police » font leur apparition au début du mois de décembre 1789, ce qui est significatif d’un changement d’orientation du périodique : le journalisme culturel s’efface au profit d’une actualité politique qui ne laisse plus guère de place au commentaire personnel, par prudence sans doute.

Annexes

ANNEXE

Le samedi 24 décembre 1785

Lettre au Rédacteur du Journal de Normandie.

Yvetot, le 20 décembre 1785.

Je suis furieuse, Monsieur le Rédacteur ; & quand vous connaîtrez la cause de ma colère, non-seulement vous l’approuverez, mais encore vous vous emploierez de tout votre pouvoir pour que je n’éprouve plus à l’avenir un aussi cruel désagrément. Voici le fait.

Vous saurez que je suis la première femme du Royaume87, & que, depuis deux ans que je suis mariée, je suis en possession de donner le ton à toutes les femmes, parmi lesquelles j’ai la gloire d’être regardée comme la plus élégante, celle qui sait se mettre avec le plus de goût, & qui a le plutôt les Modes nouvelles88.

Hier, Monsieur, dans une des plus brillantes assemblées de notre Cour, j’eus la douleur de me voir prévenue & effacée par une femme beaucoup inférieure à moi, & qui, jusqu’à présent, n’était au courant de la mode que quinze jours après moi. Jugez de ma surprise & de mon dépit, quand je la vis entrer coëffée en Hérisson à crochet, avec un Bonnet à la Paresseuse, de Gaze d’Italie, garni d’un Bouquet de fleurs sur le côté droit, au-dessus du Toupet à Tempérament, & surmontée d’une Follette. Que devins-je, lorsque je jetai les yeux sur son Fourreau de Satin bleu, ses grands Anneaux branlans, ses cheveux à la conseillère, ses Rubans couleur de queue de Serin, et ses Souliers blancs à Resettes violettes !

Pour moi, Monsieur, après avoir paru la veille en robe à la Circassienne, j’avais mis ce jour-là un Fourreau vert à la Lévite ; ma coiffure était un demi-Hérisson, terminé par deux boucles flottantes, avec un Chapeau à haute forme, garni d’un ruban violet ; je portais des boucles d’oreille à la Mirza, un Mantelet de Satin noir à Pois, & un Jupon de Satin violet.

Vous voyez, Monsieur, qu’on ne pouvait porter une Mode plus récente ; & que je méritais d’autant moins l’affront d’être prévenue, que je ne manque pas d’aller moi-même, ou d’envoyer tous les quinze jours à Paris, afin de me mettre au courant de tout ce qu’il y a de nouveau, & de maintenir la réputation glorieuse que je me suis méritée.

Aussi, Monsieur, ne tardai-je pas à être travaillée d’une migraine affreuse, qui me força de me retirer. Je pris le bras de mon mari, qui, pour paraître décemment dans l’Assemblée, était en Chenille, avec un Chapeau en Jokeis, à forme carrée ; Culotte soufre foncé, moulant la cuisse, & des Souliers noués avec des cordons.

Je n’ai pu dormir de la nuit, mon cher Monsieur ; & comme j’ai appris que ma rivale avait été informée de la mode nouvelle quelle a étalée à nos yeux par je ne sais quel Journal, intitulé le Cabinet des Modes, qui lui est tombé sous la main par hasard, il m’est venu dans l’esprit de vous écrire pour vous engager, au nom de vos Abonnées du bon ton, de nous donner à chaque Numéro de votre Journal, auquel j’ai souscrit de nouveau, les changements les plus légers qui surviendront dans l’art de la parure.

Vous sentez quel avantage ce sera pour nous d’apprendre à point nommé, deux fois par semaine, quand & comment la Ville & la Cour changent de culottes, de bas & de souliers, afin qu’il n’y ait pas dans toute la Province un seul homme & une seule femme du bon ton qui ne sache, sans la moindre équivoque, s’il faut porter la Mantelet de Satin à pois, la Culotte souffrée, des Nœuds aux jarretières & aux souliers, le Chapeau carré, les Anneaux branlans, les Rubans soufre tendre, queue de Serin, violet d’évêque, &c. &c.

Vous ne feriez pas trop mal d’entremêler tout cela de métaphysique & de morale, pour faire sentir aux Habitants de nos Villes que s’il leur est permis de se ruiner & de perdre la tête pour imiter les charmantes folies de la Capitale, il faudrait, pour qu’ils les imitassent avec plus d’adresse, qu’ils eussent dans leur maintien cette aisance & cette grâce enjouée qui savent prêter des charmes au ridicule même. Je leur désirerais, comme un léger accessoire à tant de qualités essentielles, quelques connaissances de mathématiques, de littérature, & même quelques maximes de sagesse, parce que tout cela est à l’esprit & au cœur ce que des bas boue de Paris, mêlés de verd, sont à la jambe, & un Toupet à tempérament à la figure d’une jolie femme.

J’ai l’honneur d’être, &c.

Une Abonnée

Nota. Nous ne demandons pas mieux que de satisfaire notre aimable Correspondante ; & pour lui donner des preuves de notre dévouement, nous lui donnerons le tableau des Modes du moment dans le prochain Ordinaire.

Notes

1 Courrier universel, (1631-1637 ?)

2 Nous avons travaillé sur l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale sous la cote 4° Lc9 100

3 Sur sa biographie, voir Christian Albertan dans Dictionnaire des journalistes, sous la dir. de Jean Sgard, Oxford, Voltaire Foundation, 1976, rééd. 1999.

4 1787, discours préliminaire, p. 2.

5 Dictionnaire des journaux, 1991, op. cit.

6 Le Journal de Paris, lancé par Pierre-Antoine de La Place, paraît à partir de 1777 : il est le premier quotidien en France.

7 Courrier de l’Europe (1776-1792).

8 Censeur universel anglais (1785-1788).

9 Journal politique de Bruxelles (1778-1789).

10 En réalité, Feuille de Flandres depuis août 1783 ; mentionnées sous le nom d’Affiches de Lille le mercredi 20 février 1788.

11 1772-1844.

12 En réalité Affiches de Saintonge, créées en 1786, continuées sous le nom d’Affiches des provinces de Saintonge & d’Angoumois.

13 Courrier lyrique et amusant ou passe-temps des toilettes (1785-1789), mentionné le samedi 25 novembre 1786.

14 Courrier des planètes (1788-1789), mentionné le samedi 14 juin 1788.

15 Première apparition repérée dans la publication du 21 décembre 1785.

16 Il le fait en effet passer de 6 livres 10 sols « pour la ville de Rouen seulement, & 7 livres 10 sols pour le dehors, franches de port » (Annonces, affiches et avis divers de la Haute et Basse Normandie, 4 juin 1762, p. 4) à « 12 livres par an pour la Ville et les Fauxbourgs, 13 livres 10 sols pour les endroits de la Banlieue où la petite poste de Rouen fait des tournées ; et 15 livres pour la Province ».

17 Répertoire des imprimeurs/libraires, notice 3036.

18 Jeux d’esprit proposant une définition énigmatique à partir d’un autre mot que celui recherché et dont les lettres sont utilisées en partie ou en totalité.

19 Exemple : à un auteur faisant l’apologie de l’esclavage, Milcent répond en doublant le volume de sa publication, qui passe alors de 4 à 8 pages (samedi 18 mars 1786).

20 Ce goût de l’anonymat, il s’en agace le 5 avril 1786 : « Il est impossible de concevoir la raison qui, dans cette ville, fait tant aimer l’anonyme vis-à-vis du rédacteur, puisque personne n’a droit de se plaindre qu’il ait jamais trahi le secret de qui que ce soit. Quoi qu’il en soit, cet avertissement que nous donnons est le dernier, & toute pièce anonyme, quel que soit son mérite, sera mise au rebut. »

21 1787, p. 2.

22 Stéphane Haffemayer, L’Information dans la France du XVIIe siècle, Paris, Champion, 2002, p. 455-518.

23 Samedi 3 mai 1788.

24 1785.

25 Le 15 janvier 1785, Milcent affirme que : « c’est surtout le chauffage et cette espèce de luxe et de prodigalité qui nous fait multiplier les cheminées sans ménagement, auxquels nous sommes redevables de la disette qui nous menace ». Pour « augmenter la chaleur d’un appartement, sans augmenter la consommation de bois », il recommande cette technique, publiée « récemment par M. le chevalier de la Motte », qui consiste à « construire les cheminées à 1, 3 ou 6 pieds de distance du mur » (mercredi 9 février 1785).

26 Samedi 22 janvier 1785.

27 15 janvier 1785.

28 « [...] quand un peuple agricole réunit l’industrie à la propriété, la culture des productions à l’art de les employer, il a dans lui-même toutes les facultés de son existence & de sa conservation, tous les germes de grandeur & de sa propriété. C’est à ce peuple qu’il est donné de pouvoir tout ce qu’il veut, & de vouloir tout ce qu’il peut » (discours préliminaire de l’année 1789).

29 Mercredi 23 janvier 1788.

30 Id., p. 28.

31 31 août 1785.

32 Mercredi 26 mars 1788.

33 « Je leur enseignai ma méthode, mais la négligence et la coutume ont prévalu sur leur intérêt ». (Voir lettre de M. de Saint P*** sur les moyens de remédier à la nielle, samedi 20 août 1785).

34 Milcent qualifie de « découverte intéressante » celle, extraite du Journal de Bruxelles, d’un physicien, revêtu d’un costume de taupe en acier fondu, qui aurait « trouvé le moyen de marcher sous terre aussi aisément qu’une taupe » et qui, après avoir effectué un voyage souterrain de Ménilmontant à la butte de Montmartre, annonce sa prochaine traversée souterraine de Paris pour le 6 décembre 1785...

35 Mercredi 26 janvier 1785.

36 Ex. : la publication du 12 mars 1785 dans laquelle il dénonce la « tentation de briller par le moyen de quelques unes de ces hypothèses avec lesquelles presque tous nos écrivains agronomes se sont plu à éblouir & à intéresser l’imagination des lecteurs ».

37 Ex. dans la publication du 19 octobre 1785.

38 Discours préliminaire de l’année 1789, p. 1.

39 Ibid.

40 Ex. à propos de la culture de l’acacia dans les terrains stériles (recommandée par Jussieu), ses feuilles pouvant très avantageusement nourrir le bétail et accroître la production de lait chez les vaches, Milcent écrit : « Si le Gouvernement daignait jeter un coup d’œil sur cet objet, il serait facile, en peu d’années, d’en multiplier l’espèce pour en garnir les terrains incultes. S’il n’y avait pas assez d’acacias en France, il serait très facile de s’en procurer des graines de Virginie, qui est le lieu natal de cet arbre » (mercredi 15 juin 1785).

41 Mercredi 26 juillet 1786.

42 Samedi 8 juillet 1786, p. 217.

43 1787, discours préliminaire, p. 2.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ex. dans cette poésie : « Non je ne connois plus la charmante Sophie, / Depuis qu’elle a recours aux prestiges de l’art ; / Depuis qu’à sa parure elle ajoute le fard » (mercredi 3 mai 1786).

47 Notons que dans son discours préliminaire de l’année 1788, Milcent fait de l’agriculture l’art « le plus estimable de tous » (p. 3).

48 Un artiste inventeur d’un procédé de filage de la laine.

49 Samedi 4 février 1786.

50 Lettre de la dame d’Yvetot, écrite le 15 octobre 1786, publiée le samedi 28 octobre 1786.

51 Samedi 24 décembre 1785, reproduite en annexe.

52 Ex. le samedi 8 mars 1788.

53 Discours préliminaire de l’année 1788 (p. 3).

54 Mercredi 23 mars 1785, p. 89.

55 Mercredi 9 avril 1788.

56 Ex. du bal patriotique dont il suggère la tenue au début de l’année 1788 « qu’on vante par-tout, & que tout le monde semble désirer de voir se réaliser » (p. 14).

57 Samedi 3 janvier 1789.

58 Discours préliminaire de l’année 1787.

59 Samedi 11 novembre 1786.

60 Mercredi 15 novembre 1786.

61 Samedi 18 novembre 1786.

62 Mercredi 22 novembre 1786.

63 Ex. :» [...] L’ennuyeuse uniformité que de Paris on a bannie, En ces climats s’est établie ; [...] Et le jugement exalté de quelque brillante saillie y passeroit pour la folie. »

64 Samedi 19 janvier 1788.

65 Mercredi 4 janvier 1786.

66 Mercredi 2 avril 1788.

67 Samedi 26 février 1785 : « Il ne faut pas croire cependant que l’auditoire de Rouen manque de goût et de sensibilité ; il jouit à la vérité sans enthousiasme, mais rien ne lui échappe. Et nous pensons que si les bravos multipliés et presque toujours outrés de la capitale exaltent l’amour-propre d’un auteur dramatique, il pourrait mieux juger des effets produits sur des esprits sans prévention qui se laissent entraîner et n’expriment leur plaisir que par un redoublement d’attention. Le silence de Rouen est peut-être préférable au tumulte de Paris ».

68 1787, discours préliminaire, p. 2 : « Un faux goût, des convulsions, des cris, des pasquinades n’auraient point été alors accueillis, & ces moyens ridicules eussent été renvoyés à ces Bateleurs qui, sur le théâtre de Nicolet, se disputaient noblement jadis avec un Singe l’avantage d’amuser un Public dégradé. »

69 Mercredi 4 janvier 1786.

70 Samedi 18 mars 1786.

71 Samedi 30 septembre 1786.

72 Samedi 18 avril 1786.

73 Mercredi 27 août 1788.

74 Samedi 22 janvier 1785.

75 Samedi 26 janvier 1788.

76 Ex. : samedi 18 février 1786 ; « Dialogue entre un Collecteur et un Paysan » (samedi 15 novembre 1788).

77 Voir l’extrait d’une lettre d’Espagne sur les secours particuliers substitués dans cet État aux hôpitaux publics : « L’expérience nous démontre actuellement de la manière la plus évidente les abus innombrables dans lesquels ont donné presque tous les gouvernements d’Europe, en fondant à grands frais des édifices fastueux pour y recevoir les malades, auxquels on se vante de fournir, à quelque prix que ce puisse être, tous les soulagements nécessaires. Mais si l’on compare les sommes immenses que ces établissements dispendieux coûtent à l’État, avec le peu d’avantage que réellement les Peuples en retirent, il résultera qu’il serait infiniment plus avantageux pour le public que les autres gouvernements adoptassent le plan que nous suivons depuis quelque temps sous les auspices de notre souverain. » (mercredi 16 mars 1785, p. 82-83). Et la suite de la lettre d’évoquer l’utilité et l’intérêt des Bureaux de charité établis dans les quartiers, qui pratiquent une sorte d’assistance de proximité, suivant la conviction utopique que la généralisation des ateliers de charité permettrait d’abolir la mendicité vagabonde.

78 « [...] dans la bouche de Figaro, chaque mot est une pensée ; et dans celle de tous les personnages, chaque phrase une saillie : à travers tout cela, on aperçoit, presque toujours, une lime sourde à deux tranchants, mais couverte de fleurs, qui mord à droite et à gauche les vices et les ridicules des grands Seigneurs et des hommes en place. » En revanche, Milcent, s’il note le bien-fondé de la « foule de censeurs » qui ont relevé les défauts de la conception narrative de la pièce, tient à laver Beaumarchais de toute accusation d’indécence, estimant que l’on ne va guère à la comédie que pour se divertir, non pour s’instruire dans la morale :» [...] prétendre qu’un auteur comique doit établir une vérité ou un principe de morale pour en faire le véritable sujet de sa fable ; soutenir que chacune des scènes doit tendre à développer et à prouver cette vérité ou ce principe, c’est vouloir faire un sermon d’une pièce de théâtre [...] » Ainsi, Milcent estime au contraire que « M. de Beaumarchais a fait à cet égard tout ce qu’on pouvait exiger de lui comme auteur comique puisqu’il a fait une comédie très gaie et très attachante, et qu’en présentant le vice tel qu’il est, il l’a démasqué et l’a empêché de triompher. » (mercredi 24 août 1785, p. 275-278).

79 Samedi 28 janvier 1786.

80 Avril 1788.

81 Il aime pourtant en rapporter les mots d’esprit (notamment ceux de Voltaire ou de Montesquieu) ; d’après Christian Albertan, il aurait fréquenté le salon de Mme Geoffrin par l’intermédiaire de Diderot et d’Alembert. Dictionnaire des Journalistes, op. cit., p. 716-717.

82 Ouvrage que Panckoucke présente comme « [...] si différent de la première édition, que non-seulement toutes les parties en ont été refaites à neuf, mais qu’il comprendra plus de cent mille articles omis dans l’ancienne » (samedi 17 janvier 1789).

83 Mercredi 8 avril 1789.

84 Mercredi 13 mai 1789.

85 Samedi 14 février 1789.

86 8 avril 1789.

87 Il s’agit évidemment du « royaume d’Yvetot ».

88 « Et vous sentez quel relief cela doit me donner dans une Ville où il y a des Demoiselles qui portent encore les Robes couleur de Cuisse de Nymphe émue [N.D.A.] »

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Caen, il est responsable de l’axe Cultures et politiques du Centre de recherche d’histoire quantitative (UMR 6583, CNRS). Ses thèmes de recherches sont les suivants : presse d’Ancien Régime, histoire culturelle, productions culturelles autour des révoltes et révolutions de l’époque moderne. Il a récemment organisé le colloque « Le spectacle de l’histoire » (22-24 septembre 2010) à l’institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Parmi ses travaux récents on peut signaler : l’édition électronique en cours des nouvelles de la Gazette des années 1683, 1685, 1689 et 1697, consultable en ligne sur http://www.unicaen.fr/gazettes/4DCGI/; « Politique européenne et conduite de l’État chez Courtilz de Sandras (1644-1712) », dans P. Bonnet (dir.), Littérature de contestation : pamphlets et polémiques du règne de Louis XIV aux Lumières, à paraître ; « L’affaire des gardes corses et l’opinion publique (20 août 1662 - 12 février 1664) », dans L. Bely et G. Poumarède (dir.), L’Incident diplomatique, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, A. Pedone, 2010 ; « Transferts culturels dans la presse européenne au XVIIe siècle », Le Temps des médias, no 11, 2009 ; « Information et espace public :1a presse périodique en France au XVIIe siècle », Revue de synthèse, 2005, 1 ; L’information dans la France du XVIIe siècle : la Gazette de Renaudot (1647-1663), Paris, Honoré Champion, 2002, 848 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540