Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Le Journal de Normandie en son début (1785)

Jean-Daniel Candaux

Texte intégral

  • 1 Dans la notice « Milcent, Jean » du Dictionnaire des journalistes 1600-1789, Jean Sgard (dir.), Ox (...)
  • 2 Ibid., p. 614-615.
  • 3 A. Dubuc, « Le Journal de Normandie avant et durant les États généraux », Actes du quatre-vingt-ne (...)

1Sur le haut niveau du Journal de Normandie et le talent de son directeur Jean Milcent, les historiens sont parfaitement d’accord : « Sous la direction de Milcent, le Journal de Normandie devient sans doute un des titres les plus attachants et les plus intéressants de la presse provinciale de la fin de l’Ancien Régime », écrit Christian Albertan1, tandis que Madeleine Fabre affirme de son côté que le journal de Milcent est « une des grandes réussites de la presse provinciale2 ». Il vaut donc la peine de consacrer à ce périodique une attention concentrique en l’éclairant de divers côtés. André Dubuc l’avait étudié naguère sous l’angle politique « avant et durant les États généraux » pendant les décisives années 1787-17893. Je me propose ici de présenter plus modestement le résultat de ma lecture de la première année du périodique de manière à faire ressortir les qualités et les intérêts de Milcent au tout début de sa carrière de journaliste normand. Ce qui frappe d’emblée le lecteur venu du dehors, dans cette année 1785, c’est de découvrir à quel point le Journal de Normandie est normand. On a là, d’un bout à l’autre de l’année, la Normandie, toute la Normandie, rien que la Normandie. Ou presque.

Rouen tout entière

2Voici d’abord Rouen, ses autorités, ses fêtes, ses foires, ses spectacles, sa vie quotidienne. Les nominations, promotions, mutations, réceptions des procureurs du roi, des conseillers au Parlement, des doyens du Chapitre et autres dignitaires sont régulièrement annoncées. L’installation de Duperré du Veneur, nommé maire pour trois ans, fait l’objet d’un long reportage en date du 3 août (no 61), mais la mise au concours de la place de chirurgien de la Santé ou de celle d’enfant de choeur à la cathédrale n’est pas omise (nos 86 et 87).

3Le Journal déroule tout naturellement le calendrier des cérémonies et des fêtes qui jalonnent l’année rouennaise :

  • 4 En date du 27 avril 1785, le Journal avait publié une lettre émanant d’un dignitaire local respons (...)

7 janvier : rentrée de la cour des comptes, aides et finances de Normandie.
10 avril : Te Deum et fêtes pour la naissance du duc de Normandie (no 30).
11 juin : pose de la première pierre de la nouvelle église de l’hôpital général.
3 août : séance publique de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen
(no 65).
8 août : distribution des prix du collège royal de Rouen.
4 novembre : procession des captifs rachetés4 (no 90).
12 novembre : rentrée du parlement de Normandie (no 91).
20 décembre : fête (à savoir festin, concert, bal et ambigu) donnée par le corps consulaire à M. Dupont pour le cinquantenaire de son consulat (no 101).

4À noter qu’il n’y eut point de séance publique de l’académie des Palinods en 1785, la date de la cérémonie ayant été définitivement transférée du jeudi avant Noël au jeudi après la mi-carême (no 100).

5Le Journal suit également l’état civil de près et commente une quinzaine de décès remarquables, notamment celui de l’abbé François-Christophe Terrisse, chanoine de l’Église métropolitaine de Rouen (dès 1732) et vicaire général du diocèse (no 27). Le seul mariage qualifié de remarquable a été célébré en l’église Saint-Sulpice de Paris, le 23 avril 1785, mais c’est celui du premier président du parlement de Rouen, Louis-François-Élie Camus de Pont-carré avec Marie-Paule de Vienne, veuve majeure de Jean–Henri Rolland de Méherenc (no 33).

6À part l’ouverture d’un nouveau champ de foire pour l’exposition des cidres et poirés entre la chaussée du Mont-Riboudet et l’hôtel Dieu (no 51), le seul problème d’édilité qui occupe durablement le Journal est celui de l’éclairage des rues. En effet, suite aux « abus » dont est soupçonné l’entrepreneur chargé d’allumer et d’éteindre les lanternes à réverbères, il est décidé non seulement de publier en tête de chaque numéro du Journal dans un encadré oblong intitulé Illumination de la ville, l’heure et la durée de l’éclairage, mais également de faire appel à la population pour l’inviter à constater les abus « par des certificats circonstanciés » et à remettre lesdits certificats au greffe de l’hôtel de ville - le tout dans l’espoir de diminuer « les frais déjà excessifs de l’illumination » (no 16). En fait, la publication réitérée de ces horaires montre qu’à peu d’exceptions près, l’éclairage des rues ne durait en moyenne qu’une heure de temps et qu’il s’interrompait entièrement de la mi-mai au début de septembre.

7L’actualité commerciale, économique et judiciaire d’une ville de Parlement a de quoi intéresser le lecteur et elle tient sans surprise une assez grande place dans le Journal de Normandie. Le « Prix des marchandises de l’Amérique » y figure dès le no 3, mais par la suite, ces tableaux d’une lecture ingrate furent parfois relégués dans les Annonces, affiches et avis divers de la veuve Machuel, cette petite feuille qui avait précédé le Journal et qui lui demeura annexée. À l’inverse, le « Prix des grains » que donnaient les Affiches figura dès le 3 août (no 61) à la fin de chaque numéro du Journal. Manifestement, une complémentarité avait fini par s’instaurer entre les deux périodiques : si l’annonce de l’arrivée et du départ des navires dans les ports du Havre et de Quilleboeuf resta l’apanage des Affiches, le Journal publia à reprises réitérées des nouvelles des Compagnies française, néerlandaise et espagnole des Indes, des informations sur les ventes de denrées à Bordeaux, Nantes, Lorient, Cherbourg et même Marseille, Lisbonne et Londres, des lettres relatives au commerce en Suède, en Russie, en Pologne, dans les États autrichiens, à Malte et jusque dans les îles de Saint-Thomas et de Saint-Barthélemy. En date du 9 mars 1785, sous le titre de « Traite des Nègres », une dépêche de Bordeaux annonçait l’intéressant succès remporté par les Français sur les Anglais : « Le prix qu’ils donnaient des Nègres étant plus considérable que celui qu’y mettaient les autres Négociants, les Naturels s’empressaient de leur procurer les plus beaux Esclaves » (no 19).

8Du côté du monde judiciaire, on trouve le Journal de Normandie attentif à présenter ou commenter les arrêts nouveaux du Conseil d’État, de la Cour des monnaies, des parlements de Paris et surtout de Rouen. C’est ainsi qu’est imprimé dans le no 30 le texte de l’arrêt du Conseil du 2 mars 1785 rétablissant dans sa rigueur la déclaration de 1742, « qui porte que le vol domestique sera puni de mort ». En outre, des discussions sont consacrées à diverses questions délicates de droit ou de jurisprudence (la subrogation, la donation entre concubinaires adultérins, le bail emphytéotique) et un article de la coutume de Normandie fait même l’objet d’une savante explication (no 18).

9Les activités culturelles proposées aux habitants de Rouen, cela va sans dire, trouvent un écho dans les colonnes du Journal. Sans compter les cours de langue anglaise, italienne ou espagnole (nos 94 et 9 5), on y voit annoncés les démonstrations astronomiques du peintre Belon (no 7), le cours de botanique de Bertrand Pinard au jardin royal de l’académie (no 46) et le cours de mathématiques du sieur Mabire, rue Beffroy (nos 83 et 92). En date du mercredi 26 octobre, un long article commente l’exposition dans la grande salle consulaire de Rouen (et jusqu’au samedi suivant) de cinq tableaux religieux d’Anicet-Charles-Gabriel Le Monnier, « un de nos Compatriotes ». Trois des tableaux de ce peintre natif de Rouen, et notamment La Peste de Milan, « composé avec génie et sentiment », étaient destinés aux églises de la ville (no 85). Côté spectacles, une trentaine d’articles annoncent les pièces nouvelles et en donnent le résumé, notamment celui du Mariage de Figaro, joué le 20 août 1785 (no 67). Quelques reportages sont consacrés à l’arrivée ou au départ d’acteurs célèbres, tels la Saint-Huberty (no 20) ou Guichard (no 56). Les débuts à Rouen, en novembre 1785, de l’acteur Ribié sont salués (nos 93 et 94) comme l’avaient été en janvier les débuts à Paris du comédien Brochard, originaire de Rouen (no 4).

10Dans le domaine de la philanthropie et de l’humanitaire, genre très en vogue à l’époque, le Journal de Normandie signale sous le titre général de « Bienfaisance » une pluie de dons reçus pour des octogénaires indigents, des pauvresses en couches et d’autres spécimens de la misère humaine. Le récit de quelques « belles actions » complète cette panoplie.

11Enfin, il arrive au Journal de Normandie de jeter parfois un regard rétrospectif sur le passé de la ville, s’intéressant au séjour de Voltaire à Rouen (nos 31 et 36) ou consacrant une notice à des célébrités rouennaises : le chirurgien Jean-Pierre David (no 34), l’architecte Allais-Charpentier (no 71), le peintre Jean-Jacques-François Le Barbier (no 77), le chirurgien Jean-Baptiste-Guillaume Ferrand (no 80).

La Normandie, toute la Normandie

12Rouen n’est pas la capitale d’un « désert » normand, tant s’en faut. S’il en était besoin, le Journal de Normandie en fait la démonstration.

13Il est souvent question au cours de cette année 1785 de la façade maritime du pays. Les travaux dans le port de Cherbourg, par exemple, sont commentés à quatre reprises (nos 52, 54, 57 et 82). D’autres nouvelles sont publiées qui proviennent du Havre (nos 24 et 51), de Quilleboeuf (no 40), d’Honfleur (no 57), de Dunkerque (no 60), de Dieppe (no 96).

14Les grandes institutions de la province ne manquent pas à l’appel. Dès le début de l’année, le Journal annonce le prix proposé par l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Caen pour 1785 (no 4). Sont publiés de même, en date du 1er octobre, les discours aussi galants qu’éclairés tenus par le doyen de la faculté de théologie de Caen et l’abbesse de l’abbaye aux Dames à l’occasion de la « réunion des bénéfices » de cette abbaye à l’université de Caen (no 78). C’est à Caen également que le commandeur de La Pleignière, écuyer du roi, dirige une académie d’équitation qui, à l’en croire, forme en moins de trois mois des écuyers capables de se tenir fermes à cheval, même « sur une selle angloise des plus glissantes » (no 42).

15Les autres villes et régions normandes ne sont pas en reste. Ainsi, l’« Exercice public du Collège d’Eu » fait-il l’objet en avril d’une élogieuse relation sur plus de quatre colonnes du Journal (no 34). L’homologation par le parlement de Normandie du nouvel établissement de charité de la paroisse de Saint-Denis près d’Alençon donne au curé de cette paroisse l’occasion de faire en mai le bilan de trente ans d’efforts pour inculquer à ses jeunes ouailles « le goût du travail » en même temps que le catéchisme (no 36). Les prix distribués au cours du mois d’août par les collèges de Gisors, de Pavilly, de Vernon et d’Eu sont énumérés tout au long dans des palmarès successifs (nos 69, 71, 72 et 79). La gratification accordée par l’intendant au jeune et brave Cuvier pour avoir abattu la « louve monstrueuse » qui ravageait le pays de Caux donne lieu à un reportage haletant (no 32). Quant au prix d’honneur décerné par l’Université de Paris au jeune collégien dieppois Jean-Vincent Deniéport (17 ans), il est si bien monté en épingle qu’il en résulte un vrai morceau d’anthologie (no 68).

16Côté spectacles et festivités, le Journal publie une lettre sur la représentation à Caen, en mars 1785, du Mariage de Figaro avec Mlle Pezé dans le rôle de Suzanne. D’autres reportages sont consacrés aux fêtes organisées à l’abbaye de Fécamp en l’honneur du nouveau duc de Normandie (no 33), à la somptueuse réception offerte en septembre par les deux villes des Andelys au duc de Penthièvre en route pour son château de Bizy (no 79) et à la fête de la Rosière célébrée à Luc en Basse-Normandie sur le modèle de celle de Salency (no 88).

17Il faut relever ici que le Journal de Normandie entreprend de bonne heure de consacrer à l’histoire de la province une sorte de feuilleton. Le projet est annoncé en date du 25 mai : « Un très grand nombre de personnes nous ayant demandé, soit de vive voix ou par écrit, des traits historiques sur la province, nous avons pris le parti de nous occuper du travail nécessaire pour cet effet. Les nombreuses recherches que nous avons faites nous mettent à même de donner dorénavant dans chaque numéro un Trait historique relatif à la Province » (no 41). Parole tenue : jusqu’à la fin de l’année, la rubrique se trouve en tête de presque toutes les livraisons du Journal, publiant des anecdotes historiques échelonnées des années 842 à 1572. Simultanément un débat est ouvert sur l’histoire féodale de la ville de Domfront (nos 56, 57, 64 et 78), des notices historiques sont consacrées aux maisons de Charleval et Arnaud d’Andilly (nos 92, 94 et 99) et des nécrologies, voire de courtes biographies, sont publiées au fil des mois sur des personnalités natives des Andelys (no 79), de Bayeux (no 3), Bolbec (no 80), Carentan (no 5), Dieppe (nos 68, 91, 96 et 97), Houetteville (no 36 bis), Orbec (no 80), de Pont-Audemer (no 103), Pont-l’évêque (no 62), Quilleboeuf (no 5) ainsi que de Saint-Malo (no 57). Avant même d’inaugurer la série de ses « traits historiques », le Journal avait publié une chronologie commentée des ducs de Normandie de 885 à 1785 (no 30) et rappelé la découverte d’un lot de médailles ou monnaies romaines faite à Caen en 1783 lorsqu’on y creusait le nouveau canal de l’Orne (no 30).

  • 5 Voir Lionello Sozzi, « Un italianisant della fine del Settecento : Jean-Baptiste Christophe Grainv (...)

18L’examen des lettres de lecteurs reçues et publiées en 1785 par le Journal de Normandie confirme l’implantation largement provinciale du périodique. Parmi les lecteurs qui signent et datent leurs lettres (ce qui n’est pas le cas pour nombre d’entre eux), une demi-douzaine sont de Rouen même. Tel est le cas de l’imprimeur-libraire Jacques-Jean Besongne (no 36), de dom Besserve (no 28), de l’avocat Jean-Baptiste-Christophe Grainville, qui fait là ses débuts d’italianisant5, de M. de La Quesnerie (no 14), de l’avocat et poète Le Pigeon de Boisval (nos 12, 23, 65), du chevalier de Limoges (nos 22, 48, 81), notamment.

19En contrepartie, on trouve parmi ces abonnés qui prennent la plume le vétérinaire Coquet, qui exerce au pays de Bray (no 8 ; son nom est rectifié au no 27), Laignel, qui écrit du Havre (no 18), Foubert de Morvaux, de Caen (no 23), l’abbé Jean Adam, de Caen également (no 24), l’intarissable François-Antoine-Henri Descroizilles, chimiste à Dieppe et Rouen (nos 29-50), le médecin Gilbert, à Landerneau (no 47), un certain D’Antic, d’Évreux (no 53), l’échevin de Dieppe Louis Cousin-Despréaux (no 68), l’historien de Domfront Étienne Le Royer de La Tournerie (no 78), Jamard, prieur de Rochefort (no 83), d’autres encore.

Livres, gravures et modes de Paris

20Ce n’est pas à dire que le Journal de Normandie tourne le dos à Paris. Les prix de l’Académie des sciences (no 43) et ceux de la Société royale de médecine (nos 83-88) sont annoncés. D’autres nouvelles, tant de l’Académie des sciences que de celle des inscriptions et belles-lettres, sont publiées (nos 14 et 30), de même que certains arrêts du Parlement de Paris (no 60). Mais l’actualité parisienne s’affiche surtout dans le domaine des gravures et des livres nouveaux et sur le terrain de la mode.

21Au cours de l’année 178 5, on rencontre treize annonces d’ouvrages à paraître, dont onze sont mis en souscription ; d’autre part, 52 livres récemment parus font l’objet d’une recension. La plupart de ces 65 livres sont imprimés à Paris, mais une bonne partie d’entre eux, en revanche, se vend à Rouen, rue Ganterie, chez le libraire Le Boucher, qui n’est autre que l’éditeur commercial du Journal de Normandie. Autrement dit et conformément à une pratique fort courante à l’époque, le libraire-éditeur du périodique s’en sert pour annoncer les livres nouveaux qui viennent de lui parvenir et que sa boutique offre au public.

22Il n’en va pas autrement des quelque dix recueils de gravures dont le Journal de Normandie reproduit le prospectus, annonce la souscription ou publie un compte rendu. Qu’il s’agisse du plan de la ville de Caen (no 18) ou de la carte de la France, des Tableaux du peuple de Paris, des livraisons successives de l’Histoire d’Angleterre ou des Costumes civils actuels de tous les peuples, du Voyage pittoresque en Sicile ou des Antiquités étrusques, on retrouve toujours le nom et l’adresse du libraire Le Boucher au bas de la notice.

23Quant à la nouvelle mode de Paris, elle est annoncée dans deux articles qui se font pendant, consacrés l’un au « costume » des femmes, l’autre à celui des hommes (nos 103 et 104). Côté dames, on y apprend ce qu’est la grande parure à la Figaro, le chapeau jocquay en ourson, les souliers à la Jeannette et les pendants d’oreille Mirza. Côté messieurs, la mode est au grand col de mousseline à l’anglaise, à l’habit de satin prune de Monsieur, à la coiffure grecque carrée, au chapeau retapé à l’Androsmane ou au chapeau rond à l’anglaise (mais oui, bis repetita placent) et au gilet rayé. Il s’agit manifestement d’une publicité sortie tout droit des ateliers parisiens et que l’on trouverait reproduite sans doute ailleurs.

De la république des lettres à la république des sciences

24Si l’on quitte maintenant la provenance géographique pour s’intéresser à la répartition thématique du Journal, on y découvre d’emblée quelques-unes des perspectives que le journaliste avait ouvertes dans son prospectus.

25Milcent avait annoncé des poèmes - et rares, très rares sont les numéros du Journal qui ne contiennent aucune pièce de vers. On y rencontre, cela va sans dire, de très nombreuses charades, des calembours et des logogriphes, des traductions libres ou des imitations des poètes antiques (Horace, Catulle, Théocrite) et des Nuits de Young, des idylles, des fables, des rondeaux, des ballades, des chansons. La plupart des poèmes sont anonymes, quelques-uns pourtant sont signés de noms promis à une belle postérité, tels ce Dialogue du chevalier du Cubières (no 41) ou Le Ruisseau de Rivarol (no 47).

26Certaines pièces sont marquées au coin de la plus récente actualité, tels ces « Vers à M. Blanchard sur son passage de Douvres à Boulogne dans son Aérostat » (no 6), tels encore ces « Vers sur Mesmer » et sa pratique du magnétisme, qui suscitent la réplique (nos 31 et 36). S’inscrivent aussi dans cette veine les vers sur la naissance du duc de Normandie ou les poèmes dédiés aux actrices du théâtre ou de l’opéra de Rouen, et notamment à Mlle Saint-Huberti (nos 11, 21, 25 et 65). Ces dernières pièces relèvent en même temps de l’inspiration régionale, à laquelle appartiennent aussi l’« Ode [en 24 strophes] sur les grands Hommes de Normandie » (no 4), l’« Épître aux Poëtes de Rouen » (no 25) et les vers adressés par un curé dieppois au collégien Deniéport déjà cité, couronné à Paris et reçu « dans la ville de Dieppe au son des cloches et au bruit du canon » (no 78).

27Les rubriques « Belles-Lettres » et « Littérature », au demeurant, sont fort pauvres, n’offrant au lecteur, à part les palmarès des collèges, que quelques prospectus ou recensions d’ouvrages récents et un seul texte original en prose, anonyme d’ailleurs : le « conte pastoral » Les Regrets et les remords qui remplit six colonnes du no 11, en date du 9 février 1785.

28Connu pour avoir rédigé pendant dix ans un journal d’agriculture avant son arrivée à Rouen, Milcent avait placé le sujet en tête du prospectus de son nouveau périodique. De fait, les rubriques « Agriculture », « Économie » (avec les sous-rubriques « Économie publique » et « Économie rurale »), « Commerce » et « Industrie » balancent la « Poésie » par le nombre de leurs entrées, mais la dépassent largement par celui de leurs colonnes. On trouve dans ces sections un foisonnement de relations (souvent épistolaires) qui présentent des découvertes pratiques, des procédés nouveaux, des techniques commodes. Du côté de l’agriculture, voici un moyen d’employer les herbes marines comme fourrage (no 15), une méthode pour marcotter les arbres (no 29), un procédé pour détruire les charançons (no 32), les loirs (no 50), les chenilles (no 69), les fourmis (no 87), un moyen de combattre la nielle (no 66). La rubrique « Économie rurale » propose plusieurs idées pour remédier à la disette des fourrages qui sévissait dans le pays cette année-là (nos 42,47, 53 et 60). Du côté de l’économie générale, cinq ou six nouveaux procédés de chauffage sont présentés, notamment par la tige des tournesols ou le charbon de terre (nos 2, 4, 6, 11 et 85). Sous cette rubrique, on découvre également d’utiles conseils sur la nouvelle gomme élastique (no 9), l’usage des asperges (no 31), la fécule des pommes de terre (no 62), le moyen d’engraisser le poisson (no 101) ou de faire du « ratafia de citron » (no 102).

29En cette époque d’émulation préindustrielle, on ne s’étonne pas de voir la rubrique « Industrie » rivaliser avec celle des « Arts utiles » et présenter un fourmillement de procédés nouveaux - notamment pour faire du papier avec de l’herbe (no 4), pour conserver les fourrures (no 31), pour extraire un bon goudron du charbon de terre (no 41), pour poser des serrures de sûreté (nos 59, 71 et 81), pour tirer parti de la coque des vers à soie (no 60), pour conserver la teinture écarlate (no 74), pour fabriquer un mortier impénétrable à l’eau (no 86) ou pour « marcher sous terre aussi aisément qu’une taupe » (no 97). Durant les mois d’avril et de mai 1785, les procédés chimiques employés pour l’examen des cidres et poirés suscitent (dès le no 29) de longues lettres du maître pharmacien et « démonstrateur royal de chimie » Descroizilles.

30Ayant annoncé son intérêt pour les sciences, Milcent n’a pas hésité à multiplier les rubriques scientifiques : à côté de « Sciences » tout court, on trouve donc « Astronomie », « Botanique », « Chymie », « Histoire naturelle », « Optique », « Physique » et « Physiologie », à quoi on peut ajouter « Chirurgie », « Médecine » et cette curieuse rubrique, baptisée « Physique médicale » dès le mois de juin (no 53) et faisant mensuellement le point sur la température, les vents dominants, la météorologie générale, l’état de l’agriculture et les « maladies du mois ».

31En cette année 1785, la conquête de l’air domine évidemment toute l’actualité scientifique. On ne trouve pas moins de douze relations, souvent fort développées, d’une part sur les projets de voyages aériens de Pilâtre de Rozier et sa « catastrophe » finale (nos 3, 52, 53 et 64), d’autre part sur le passage de la Manche et les autres voyages aérostatiques de Blanchard (nos 4, 5, 29, 35, 38, 78, 80 et 86). Les expériences de Montgolfier sont rapportées par une brève dépêche (no 10) et les projets du « sieur Enslen, physicien de Strasbourg » sont annoncés à deux reprises (nos 94 et 97). Quelques rares mémoires sur d’autres sujets - le ver luisant (no 31), l’arbre-poisson de Java (no 73), le perce-oreilles (no 76) - complètent les diverses rubriques scientifiques où sont présentées également quelques inventions et découvertes récentes : le procédé de Landriani pour donner un vernis aux papillons (no 7), un moyen facile de produire du sel de Glauber (no 28), deux expériences sur l’électricité et le magnétisme (no 44), sans oublier la « lanterne magique universelle » du chevalier de La Maltière (no 68). Au rayon de la médecine, on trouve sans surprise l’ordonnance de remèdes contre la goutte (no 29) ou contre le cancer (nos 50, 58) et la notice d’une « pompe à sein pour les dames qui nourrissent » (no 42).

32Pour être complet, il convient de mentionner encore la présence d’une rubrique de Variétés, qui publie volontiers des bons mots (du docteur Franklin, no 52 ; de d’Alembert, no 100), ainsi que des anecdotes (nos 17, 57, 61, 74, 88, 91 et 97), l’une d’entre elles extraite du Morning Herald, seul autre périodique cité par Milcent (no 60). On y rencontre d’aventure une protestation anonyme contre les parodies du ballon aérostatique et du magnétisme animal au théâtre (no 23), une critique de Necker par le vicomte Toustain (no 40) et une description lyrique de la « Cataracte du Rhin près de Schaffhouse » (no 92).

En guise de bilan

33Mon analyse de l’année 1785 du Journal de Normandie ne contredit en rien, je m’empresse de le dire, celle du Dictionnaire des journaux que Madeleine Fabre avait rédigée avec tant de justesse pour l’ensemble de la collection. Tout au plus ai-je tenté d’y ajouter quelques touches légères.

34Il me paraît clair que durant la première année de son Journal de Normandie, Milcent s’est livré à une véritable captatio benevolentiae de son lectorat. Les nouvelles de l’actualité locale y tiennent une large place, les informations relatives au commerce européen et colonial, aux opérations financières, aux arrêts du Conseil du roi ou des parlements paraissent avec une grande régularité, l’histoire régionale est présente dans presque tous les numéros, les nécrologies des notabilités locales se succèdent, les lettres en prose et les compositions poétiques des abonnés sont accueillies sans problème, nombre d’articles enfin contribuent à la propagation d’une image idéale de Rouen et de la Normandie. Bref, les jeunes cadres de l’économie aussi bien que les amateurs du vieux Rouen y trouvent leur aliment. Le Journal de Normandie ne supplante pas, mais complète avec bonheur le Journal de Paris, son modèle.

35Aux approches de 1789, Milcent passe pour avoir réussi à faire de son journal « un véritable bureau d’esprit ». En 1785, le moins qu’on puisse dire est que notre journaliste demeure politiquement, religieusement et socialement correct. Milcent se met au garde-à-vous pour annoncer et décrire les grandes cérémonies catholiques romaines, aucune allusion n’est faite au combat des philosophes pour la tolérance ni aux prolégomènes de l’édit de tolérance des protestants. Aucun débat politique n’est ouvert ni même abordé. Un édit royal sans doute défavorable au commerce local suscite des remarques critiques (nos 15 et 17), mais ce cas reste unique. Quant à la traite des nègres, elle n’engendre manifestement aucun état d’âme.

36Il est vrai que la littérature tient encore ici une place relativement importante. Nombre de livres nouveaux sont annoncés ou recensés, la chronique théâtrale est bien fournie, les colonnes du journal sont largement ouvertes aux productions poétiques contemporaines, les prix des académies sont régulièrement indiqués. Il semble néanmoins que le journaliste soit sensible aux grands courants de son temps qui s’orientent vers les sciences plutôt que vers les lettres. L’épopée aérostatique tient plus de place que n’importe quel autre sujet de cette année 1785 et les colonnes du Journal ont de la peine à contenir l’avalanche des inventions et des découvertes de machines nouvelles et de procédés inédits, à l’instar des encyclopédies, mais sans jamais tomber dans leur anticléricalisme, le Journal de Normandie se fait à ses débuts le médiateur et le vulgarisateur d’une République des sciences en passe de remplacer la séculaire république des lettres.

Notes

1 Dans la notice « Milcent, Jean » du Dictionnaire des journalistes 1600-1789, Jean Sgard (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1976, t. II, p. 716-717.

2 Ibid., p. 614-615.

3 A. Dubuc, « Le Journal de Normandie avant et durant les États généraux », Actes du quatre-vingt-neuvième congrès national des sociétés savantes : Lyon 1964, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1964, p. 385-404.

4 En date du 27 avril 1785, le Journal avait publié une lettre émanant d’un dignitaire local responsable de l’oeuvre de la rédemption des captifs et indiquant que le nombre des rachetés serait d’au moins 300 pour un montant de plus de 600 000 livres (no 33).

5 Voir Lionello Sozzi, « Un italianisant della fine del Settecento : Jean-Baptiste Christophe Grainville », Revue de littérature comparée, no 36,1962, p. 530-547.

Auteur

Chargé de recherches à la bibliothèque publique et universitaire de Genève (actuelle BGE). En 1997, un recueil anniversaire, C’est la faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau, lui a été dédié par ses amis et collègues. Comme l’indique la bibliographie qui y figure, il est l’auteur de nombreux travaux sur des sujets très divers, d’Isabelle de Charrière à la psalmographie protestante, de Charles Bonnet à la poésie des Lumières, de Germaine de Staël à Rodolphe Töpffer. Collectionneur et bibliographe érudit, il connaît les archives et bibliothèques du monde entier.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search