Version classiqueVersion mobile

Un siècle de journalisme culturel en Normandie et dans d'autres provinces

 | 
Catriona Seth
, 
Éric Wauters

Introduction

Catriona Seth et Éric Wauters

Texte intégral

  • 1 Jack Censer et Madeleine Fabre (« Affiches de Normandie », Dictionnaire des journaux 1600-1789, so (...)
  • 2 Rappelons que les Annonces, Affiches et Avis divers de la Haute et Basse Normandie proposaient d’é (...)
  • 3 Les actes sont en cours de publication aux PURH et accessibles déjà sur le site du CÉRÉDI : Un siè (...)

1La création en 1785 du Journal de Normandie, avatar d’une feuille d’affiches fondée en 1762 et qui s’annonçait comme « contenant généralement tout ce qui peut intéresser cette Province1 », s’inscrit dans le contexte national de développement d’une presse provinciale peu ou prou interdite de politique et cherchant sa voie, au-delà de l’information commerciale, dans un journalisme culturel2. Réunissant aussi bien des chercheurs conhrmés, spécialistes de l’histoire de la presse, que de jeunes collègues, deux journées d’étude organisées avec le soutien de la région Haute-Normandie (CÉRÉDI, Rouen, 23 novembre et CIRTAI, Le Havre, 24 novembre 2005) ont tenté d’explorer et de décrire, sur un siècle (1785-1885), en Normandie et dans d’autres provinces, ce phénomène du journalisme culturel. Les rencontres tenues par les deux universités hautnormandes s’inscrivaient à la suite de travaux engagés l’année précédente autour du théâtre en Normandie à partir de la fondation de ce qui allait devenir le Théâtre des arts et qui puisaient largement dans les périodiques comme ressource documentaire essentielle3.

2La place et l’aspect de la rubrique culturelle des journaux sont fort variables selon la déhnition de leur objet et surtout selon les formes du discours. Ces journées d’étude avaient pour but de clarifier ce paysage assez large du journalisme culturel pour la Normandie et, par des éléments de comparaison indispensables, plus largement dans la vie provinciale d’un long XIXe siècle. En effet, la confrontation du cas d’une région spécifique avec d’autres presses provinciales s’est révélée riche d’enseignements en permettant de dégager des tensions et des lignes de force qui demanderaient à être modélisées à partir d’un échantillon plus vaste. Nous avons adopté l’anachronisme « journalisme culturel » pour tenter de faire sens d’un ensemble de pratiques et de rubriques diverses aux frontières fluctuantes et dont les caractéristiques évoluent avec les époques et les individus. Nous prenons ainsi le contre-pied de nombre d’études qui se sont intéressées à la place de la politique dans la presse. Nous avons souhaité examiner comment les rubriques qui peuvent offrir des occasions d’exprimer un goût ou une esthétique sont bien souvent non pas des espaces de liberté, mais bien des places stratégiques pour défendre une position politique ou des intérêts commerciaux.

  • 4 Jean Sgard, « Préface », Dictionnaire des journalistes 1600-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 199 (...)

3En effet, la part, dans la chronique culturelle, de l’information nationale ou locale n’est pas une question neutre. Elle renvoie à des rapports de force et à des enjeux, comme la défense et illustration d’une vie culturelle provinciale, contre la capitale. La presse des dernières années d’Ancien Régime cultive ainsi un esprit provincial qu’elle tente même de revivifier, notamment par un renouveau de l’histoire locale, la célébration des travaux d’académies et de sociétés savantes ou la promotion des ouvrages nouveaux produits par des auteurs ou des éditeurs du cru : il est bien connu que, parmi les premiers journalistes provinciaux, il y a des imprimeurs et libraires qui publient des affiches pour accompagner leurs entreprises commerciales4. Les pages culturelles restent, pour certains publicistes, un espace ouvert au régionalisme parfois lié à un événement, à d’autres moments rapporté à un héritage ou à des pratiques traditionnelles. Elles peuvent également, avec l’évocation de publications ou de spectacles parisiens, par exemple, permettre à Tailleurs de s’inscrire dans des pages à vocation essentiellement locale et informative. Elles constituent ainsi un terrain privilégié pour étudier les relations entre le microcosme provincial et le macrocosme parisien et national. Elles sont aussi l’occasion pour le publiciste de s’affirmer au-delà de la vocation purement informative de la presse et, à l’occasion, de s’interroger sur son propre rôle. Elles accompagnent ainsi des développements essentiels du journalisme provincial.

4À Rouen, l’homme de lettres, dramaturge (quatre de ses pièces sont jouées entre 1783 et 1786) et ami de Diderot, le Parisien Milcent donne, à la veille de la Révolution, le ton d’une rubrique qui propose quelques idées novatrices (Stéphane Haffemayer). Les contours de cette chronique de l’actualité culturelle sont donc assez flous et, au fond, le resteront longtemps parce que, jusqu’à la loi du 29 juillet 1881 - presque le terme chronologique de notre programme : le centenaire du périodique normand - la liberté de la presse n’a guère existé que par de courtes intermittences ; comment dès lors ne pas confondre des genres rédactionnels qui s’interpénètrent, lorsque écrire, sur le théâtre par exemple, c’est s’exprimer aussi sur la société ou l’événement politique ?

5À peine naissante la rubrique culturelle est confrontée aux débats du temps qui ne relèvent pas tous du champ communément admis de la « culture » sauf dans une acception large du mot qui inclurait également - mais après tout, est-ce illégitime pour la fin du XVIIIe siècle ? - le domaine de la politique que les Français découvrent (au moins librement) et qui tend à envahir la presse à la fois spontanément, à la demande du lectorat (Éric Wauters), sous la pression des autorités et par le discours des opposants au régime du moment. Par le théâtre, la fête révolutionnaire mais aussi la presse, une culture politique émerge et se met en scène, dans les périodes de bouleversements des structures institutionnelles et sociales (1789, 1848, etc.). Dès 1789, le Journal de Versailles est symptomatique d’un théâtre qui, de divertissement, est devenu le moteur et l’acteur de la vie politique, « une école où on va s’instruire, où les grandes vérités politiques, où les principes d’ordre public sont présentés sous ces formes séduisantes d’une action dramatique, qui intéresse l’esprit éclairé et le cœur sensible » (Laure Bazire). Les articles deviennent ainsi révélateurs d’une sensibilité politique qui tend à s’affirmer.

6Le pouvoir en place, soucieux d’atteindre, à travers la presse locale, le cœur du pays, cherche à instrumentaliser la culture. Ainsi à Lyon, le Journal républicain des deux départemens de Rhône & de Loire tente de redonner vie à un espace public dévasté par la reconquête militaire et la répression, à coups de chants et de cérémoniaux (Philippe Bourdin) ; le régime consulaire et impérial, imité ensuite par la restauration monarchique, ponctue la vie nationale de fêtes institutionnelles dont les rédacteurs locaux se font les narrateurs, avec une servilité qui n’exclut d’ailleurs pas les nuances de la sensibilité politique, plutôt napoléonienne en Lozère et royaliste dans l’Ardèche voisine (Cyril Triolaire).

7La censure politique tend enfin à faire de la chronique culturelle un moyen d’exprimer une opinion, de faire passer des idées : la critique du Mariage de Figaro est-elle, à l’extrême fin de l’Ancien Régime, seulement d’ordre esthétique ? Certains journaux n’ont parfois de culturel que le titre : le Journal de Littérature & des Théâtres du ci-devant chevalier de Limoges (1797) combat la « République bourgeoise » du Directoire en passant par la défense d’une esthétique passéiste (Catriona Seth) et, si elle a toute l’apparence d’une gazette des spectacles, La Nacelle rouennaise, au début des années 1820, attaque, non sans humour, le régime de la Restauration, dans ses chroniques, ses échos controuvés et même des éphémérides qui commémorent les victoires militaires de la Révolution et de l’Empire (Joann Élart).

8Acteur engagé de la contestation politique avant 1789, plus tard jacobin, Milcent, à la tête du Journal de Normandie, restait attaché sincèrement, tout comme Limoges, à un art théâtral (qui le lui a d’ailleurs mal rendu) et l’on ne saurait réduire à un simple prétexte l’évocation par la presse de l’actualité des arts et des lettres. Milcent proposait de donner le répertoire, l’analyse des pièces, le début des acteurs nouveaux et « l’arrivée des comédiens de la Capitale », d’informer les lecteurs « des efforts que les Acteurs feront pour lui plaire & de rappeler aux lois du bon goût & aux principes de leur art ceux qui s’en écarteront ». Le Journal de Rouen du XIXe siècle ne se fixera pas d’autres buts. L’activité de la scène théâtrale est dès cette époque et pour longtemps le point fort de la rubrique culturelle, sans doute parce que c’est là le lieu de l’actualité la plus fréquemment renouvelée, mais aussi le seul domaine, celui des spectacles contrairement à l’édition ou aux beaux-arts, où peut se manifester un certain dynamisme local, voire une effervescence qui n’est pas toujours artistique : la chronique relate aussi « les scènes de tumulte et de tapage » venues du public transformé en spectacle (Inès Rieul). Comme le théâtre permet la participation du public face à la scène, le courrier des lecteurs autorise le spectateur à atteindre un public au-delà de ses connaissances. Les Normands sont particulièrement friands de ce type de rubrique.

9Annonces et critiques de livres nouveaux ou de pièces de théâtre, essais littéraires des lecteurs : la rubrique culturelle a visé aussi, pendant tout ce siècle parcouru, à mettre en valeur la province, de la diffusion des « Lumières » à la promotion des institutions (académies, cercles savants, etc.) ou du patrimoine local (Jean-Daniel Candaux). Dans un siècle qui voit l’éclosion et le développement de l’érudition - avec par exemple la Société des antiquaires de Normandie en 1824 -, la presse a fait la chronique de recherches associatives ou individuelles et tenté de révéler la richesse d’une vie intellectuelle - littérature et peinture, sciences et techniques - qui n’aurait rien à envier à celle de la capitale, ou du moins se poserait en alternative. La presse berrichonne du milieu du XIXe siècle fait moins de la critique littéraire à proprement parler, qu’elle ne construit autour de l’œuvre de George Sand d’abord, puis de celle de Maurice Rollinat, une « identité littéraire régionaliste » dont l’auteur de La Mare au Diable est immédiatement l’emblème après avoir tenté de l’instrumentaliser, en partie à des fins politiques (Claire Le Guillou).

10Cette rubrique culturelle protéiforme conduit à s’interroger sur la formation intellectuelle et le travail d’un chroniqueur polyvalent. Homme de lettres d’esprit encyclopédique (Milcent, Noël de La Morinière qui le remplace, ou encore Vincent Guilbert, auteur de L’Observateur ou la Semaine dramatique et littéraire sous l’Empire), détenteur parfois d’un message politique engagé qu’il tient à diffuser à n’importe quel prix (Limoges), le journaliste parle de tout. Même s’il y a parfois des critiques de métier, en particulier sous la monarchie de Juillet, l’encyclopédisme continue d’être la règle, plutôt que l’exception. En effet, un siècle après Jean-Baptiste Miicent, son successeur au Journal de Rouen, Eugène Noël, lui ressemble par bien des traits et surtout par une culture qui se veut à la fois universelle et progressiste, celle d’un « honnête homme » en province soucieux de faire, pour ses compatriotes normands, la synthèse des événements intéressants et des connaissances utiles (Cécile-Anne Sibout). L’homme, dans sa formation et sa pratique du métier, témoigne aussi, malgré l’essor de la presse, la multiplication des périodiques nationaux à vocation explicitement culturelle et les changements des pratiques de lecture, de l’absence d’une spécialisation rédactionnelle dans la province du XIXe siècle.

11Ce point mérite cependant d’être nuancé au regard du tableau nécessairement incomplet dressé par ces deux journées d’étude. Sept communications sur la période 1785-1815, quatre seulement pour le XIXe siècle, de la Restauration au début de la IIIe République : à l’évidence, nous sommes, pour le XIXe siècle devant un vaste chantier à ouvrir.

  • 5 La synthèse de Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, 1988, n’a toujou (...)
  • 6 Nous avons consulté aux archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), celles de L’Abeille cau (...)

12Les spécialistes de la presse d’Ancien Régime disposent de travaux nombreux coordonnés, entre autres, par Pierre Rétat, François Moureau, Claude Labrosse, Gilles Feyel, Christophe Cave, Denis Reynaud et, bien sûr, Jean Sgard. Les Dictionnaire des journaux et Dictionnaire des journalistes dirigés par ce dernier offrent une première approche de tous les périodiques jusqu’en 1789. Des outils semblables seraient précieux pour les décennies qui ont suivi. Il y a des études d’envergure pour la période révolutionnaire, mais elles restent cantonnées à des aires géographiques, à des individus, à des périodes brèves, à des organes de presse particuliers5. Dans le domaine de la presse culturelle, une pierre a déjà été posée par le volume Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXesiècle, publié en 2004 sous la direction de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant. D’autres études individuelles éclairent également des pans de la presse du temps. Le XIXe siècle est réduit à la portion congrue. La diversité de ses publications régionales est rarement mise en évidence. Prenons l’exemple de la Haute-Normandie. On connaît mal des journaux parus sous la monarchie de Juillet (Le Colibri, journal de la littérature, des théâtres, des arts & de la mode – qui accueillit les débuts d’un certain Gustave Flaubert – ou L’indiscret, Journal du Dimanche, Littérature, Beaux-Arts, Mode, Théâtre) et sous le Second Empire (Le Tambour littéraire, artistique & illustré ou Le Tam-Tam). Mal connues également, les gazettes des bourgs et des petites villes (pour la seule Seine-Inférieure, de Bolbec à Gournay, six d’entre elles voient naître des journaux d’un Empire à l’autre), dont il serait intéressant d’étudier, à travers le récit des fêtes locales, la transmission, la défense et illustration d’une culture « populaire » ou « traditionnelle ». Il reste en effet à explorer les gazettes des petites et moyennes villes et la manière dont elles relataient des manifestations telles que les fêtes de rosières ou les comices agricoles par exemple6.

  • 7 « Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires & armateurs de 1680 à 1830 », thèse de doct (...)
  • 8 En 1818 encore, le préfet de l’Eure écrivait pas au ministre de la Police : « la proximité des cap (...)
  • 9 Il est à l’heure actuelle difficile d’en dire davantage sur des enquêtes en cours que ces journées (...)

13Les débuts de la IIIe République sont une période particulièrement riche en titres (souvent éphémères il est vrai) consacrés à l’actualité artistique, le théâtre (Le Perroquet [1871], L’Artiste normand [1874], La Lorgnette illustrée [journal théâtral hebdomadaire, 1883-1887]), la littérature (Le Passe-temps [1873], L’Écho rouennais [1875-1876]) ou un peu de tout cela (L’Avenir de Rouen [1875-1876]), avec parfois une pointe de politique (La Cloche d’argent [1882]) ou de satire (Le Binettoscope [1878]). Encore ne citons-nous ici que des journaux rouennais, mais il y aurait sans doute beaucoup à écrire sur l’éveil particulièrement spectaculaire (si l’on peut utiliser ce mot) d’une presse culturelle havraise au début des années 1880, avec La Revue-programme, La Revue-caprice, Le Passe-temps, Le Foyer et Le Pétard havrais (satirique on s’en doute) pour la seule année 1880, expériences souvent sans lendemain (à l’exception du bien nommé Passe-temps) mais répétées : ainsi en 1883 avec La Cloche havraise et la plus durable Revue comique normande. Dans quelle mesure ce journalisme devenu spécialisé s’inscrit-il dans la lutte d’influence que se livrent les deux villes haut-normandes ? Les mauvaises réputations ont la vie dure et la lutte était alors inégale entre l’ancienne capitale de la province et la Porte océane. Des travaux en cours sur Le Havre dans la première moitié du XIXe siècle montrent une ville beaucoup moins indifférente aux expressions culturelles de tous ordres qu’on ne dit souvent, depuis la fin du XVIIe siècle. Comme le remarque Édouard Delobette, la vie culturelle havraise n’est pas au XVIIIe siècle le désert qu’on prétend souvent y trouver7, représentation due peut-être à la composition des élites de cette ville nouvelle, sans noblesse ou presque, à la proximité aussi d’une capitale normande plus prestigieuse8. L’étude de la critique théâtrale, pour ne citer que cet exemple, révèle un répertoire qui fait compromis entre les exigences esthétiques d’une élite qui copie celle de Paris et la programmation socialement plus consensuelle de nombreuses comédies9.

  • 10 On les trouve notamment dans toutes les petites feuilles de Seine-Inférieure sous le Second Empire (...)

14Mais la vie culturelle selon la presse se résume-t-elle aux spectacles ? Il serait utile d’étudier la place, dans la presse locale, de la peinture ou de la sculpture, celle de la littérature (et laquelle d’ailleurs ?), voire celle de la diffusion des connaissances (sciences, techniques, médecine). Après Jean-Baptiste Milcent qui remarquait que « sans les journaux, on ne lirait presque plus dans les grandes villes » (3 janvier 1787), on peut se demander quelle est l’importance de la littérature proposée par les journaux, soit par la compilation (résumés d’ouvrages), soit par l’édition même (les poèmes insérés, les feuilletons10), quels changements ces innovations ont pu apporter aux pratiques de lecture. Témoignage utile de la diffusion des ouvrages nouveaux, les annonces des livres en vente, parfois assorties d’un commentaire critique indulgent (mais pas toujours), constituent une forme particulière de journalisme, proche de la publi-information d’aujourd’hui et qui interroge sur le rôle du chroniqueur, l’évolution de la presse et de son public, le métier même du journaliste de province, ses origines, sa formation, son recrutement, sa pratique.

15Pour tenir compte de la diversité des organes concernés nous avons voulu adopter des approches multiples. Le lecteur trouvera ainsi à la fois des micro-études monographiques qui documentent des cas individuels de journaux destinés à durer de quelques mois à plusieurs décennies - certains journaux actuels sont les héritiers de feuilles commentées ici -, et des tentatives de présentation de synthèse autour d’une période, d’un individu ou d’un périodique. Nous avons adopté à dessein un plan chronologique. En effet, l’ensemble des travaux permet d’esquisser, au croisement d’enjeux idéologiques et sociaux, une évolution au cours de la période considérée. Sous l’Ancien Régime, l’activité littéraire et théâtrale, l’essor du mouvement académique, trouvent un débouché idéal dans une presse foisonnante. Sous la Révolution, le politique envahit les colonnes de la presse, réduisant la place des nouvelles locales. La part du culturel diminue comme peau de chagrin et paraît le plus souvent obéir à une volonté d’instrumentalisation. Déjà perceptible sous le Directoire, celle-ci deviendra cohérente et massive sous l’Empire et il faut attendre la Restauration et la monarchie de Juillet pour que, petit à petit, le culturel reprenne ses droits. Les quelques exemples de journaux publiés ailleurs qu’en Normandie tendent à confirmer les tendances mises en lumière pour la presse rouennaise. Hormis quelques cas particuliers, dus le plus souvent à une figure forte de rédacteur en chef ou de propriétaire de périodique, ils semblent se déployer ainsi en parallèle avec la presse nationale.

16En indiquant ici quelques-unes des pistes de recherche à encourager, nous voudrions surtout remercier les intervenants d’avoir posé les premiers jalons d’un travail qui, nous le souhaitons, suscitera d’autres rencontres aussi fructueuses et permettra, à terme, de mettre sur pied une véritable histoire de la presse provinciale dans toute sa diversité.

Notes

1 Jack Censer et Madeleine Fabre (« Affiches de Normandie », Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas et Oxford, Voltaire Foundation, 1999, t. I, p. 63) font observer la particularité du projet : « la conception de Machuel [l’imprimeur-libraire fondateur de la feuille d’affiches] est originale dans la mesure où il veut fonder un journal véritablement régional (Haute et Basse Normandie), avec seize bureaux dans les principales villes pour le dépôt des annonces. » L’échec de ce maillage le conduit à se replier à Rouen dès 1766.

2 Rappelons que les Annonces, Affiches et Avis divers de la Haute et Basse Normandie proposaient d’évoquer, selon leur prospectus de 1762, « pour objets principaux l’Agriculture, la Médecine, les Arts, les Manufactures, le Commerce, la Jurisprudence, les Sciences, & c. » en se donnant pour destinataires « les Gentilhommes retirés dans leurs Châteaux, les Curés de campagne, les personnes de cabinet, les Négocians & autres, dont les affaires consomment tout le temps & les empêchent de sortir, & tous ceux qui vivent éloignés des villes. »

3 Les actes sont en cours de publication aux PURH et accessibles déjà sur le site du CÉRÉDI : Un siècle de spectacles à Rouen (1776-1876), sous la direction de Florence Naugrette et Patrick Taïeb. Les articles du collectif qui utilisent la presse culturelle régionale sont les suivants : Catriona Seth, « Culture du pouvoir et pouvoirs de la culture : l’inauguration du premier Théâtre des arts en 1776 » ; Sylvain Langlois, « L’arrivée à Rouen des opéras de Donizetti,Rossini et Bellini au Théâtre des Arts sous la Restauration et la monarchie de Juillet » ; Anne-Gaëlle Abhervé, « Les débuts du corps de ballet à Rouen sous la monarchie de Juillet » ; Magalie Périnet, « La vie théâtrale à Rouen sous la Seconde République » ; Servane Daniel, « Les enjeux de l’exotisme dans le théâtre à Nantes au XVIIIe siècle » ; Sophie-Anne Leterrier, « Théâtre et concert : pratiques de sociabilité et pratiques artistiques dans le Nord au XIXe siècle » ; François Harou, « La chronologie du Théâtre des arts 1785-1787 : méthodologie et premiers résultats » ; Joann Élart, « Le catalogage du fonds musical de la bibliothèque municipale de Rouen ». On ajoutera encore que les actes de la troisième rencontre de la série ont paru dans un numéro de la Revue études normandes intitulé La Normandie et les Tropiques (no 2/2008).

4 Jean Sgard, « Préface », Dictionnaire des journalistes 1600-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 1999,t.I, p. v.

5 La synthèse de Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, 1988, n’a toujours pas été traduite. Le Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution - La presse départementale, sous la direction de Gilles Feyel, t. I, Centre international d’étude du dix-huitième siècle, Ferney-Voltaire, 2005, fait enfin un bilan important des journaux parus entre 1789 et 1799, notamment pour la Normandie et la région Rhône-Alpes » (avant la lettre), régions évoquées dans ce recueil. Il faut également mentionner l’ouvrage de Patricia Sorel, La Révolution du livre et de la presse en Bretagne (1780-1830), Presses universitaires de Rennes, 2004.

6 Nous avons consulté aux archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), celles de L’Abeille cauchoise (première année : 1832), en concurrence avec L’Écho d’Yvetot (1854), le Journal de Neufchâtel, le Journal de Bolbec. Les collections en sont hélas très pauvres. Le 17 juin 1865, le dernier titre annonce la tournée du « Grand Cirque américain », le 19 à Saint-Romain, le 20 à Bolbec, le 21 à Yvetot. Si l’on excepte le feuilleton et les annonces de ce type, l’information « culturelle » paraît y avoir été assez pauvre, sauf à prendre en compte quelques « anecdotes judiciaires comiques » (L’Abeille cauchoise) qui jouent sur le contraste entre lettrés et paysans.

7 « Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires & armateurs de 1680 à 1830 », thèse de doctorat sous la dir. d’André Zysberg, université de Caen, 2005, p. 1849. L’auteur note par exemple le nombre de libraires sous la Restauration ou la présence de 3 chambres de lecture en 1824.

8 En 1818 encore, le préfet de l’Eure écrivait pas au ministre de la Police : « la proximité des capitales Paris et Rouen [sic] écarte toute idée qu’il s’établisse jamais [dans le département] un journal politique » (AD Eure, 137 T 1).

9 Il est à l’heure actuelle difficile d’en dire davantage sur des enquêtes en cours que ces journées d’études ont, précisément, permis d’initier.

10 On les trouve notamment dans toutes les petites feuilles de Seine-Inférieure sous le Second Empire, du Bossu de Paul Féval dans L’Abeille cauchoise (1869) à La Malédiction paternelle de Louis Veuillot dans le Journal de Neufchâtel (1865), manière, il est vrai de remplir une feuille lorsque la censure est vigilante sur d’autres sujets...

Auteurs

Professeur à l’université de Nancy 2, elle est spécialiste de la littérature et de l’histoire des idées au XVIIIe siècle. Son ouvrage le plus récent est l’édition des Liaisons dangereuses chez Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), avec une importante anthologie de textes et de documents iconographiques (2011). Elle a également publié Les Rois aussi en mouraient. Les Lumières en lutte contre la petite vérole (Paris, Desjonquères, 2008), Marie-Antoinette. Anthologie et dictionnaire (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010), l’Anthologie de la poésie française – avec M. Bercot et M. Collot – (Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000), ainsi que plusieurs éditions de textes et volumes collectifs. Elle travaille actuellement sur les enfants trouvés et sur les textes autobiographiques de femmes, entre autres.

Professeur à l’université du Havre, il travaille sur les pratiques d’écriture et de lecture du milieu du XVIIIe siècle au XIXe siècle, en Europe du Nord-Ouest et en Amérique du Nord, notamment sur la presse et les récits de voyages. Publications récentes : « La critique du roman dans le journal à la fin du XVIIIe siècle... », dans O. Smyth et J. Elopes (dir.), Discours critique sur le roman, 1670-1850, Rouen, PURH, 2010 ; « Forgetting France or Forging a new Nation : a stage in Canadian Writing (1825-45) », dans I. W. Morgan et P. Davis (dir.), Quebec and the Heritage of French North America, Londres, Institute for the Study of the Americas, 2010, p. 67-87 ; avec Élise Chopin, « Histoires de vie et archives judiciaires : les mots choisis pour dire les maux », dans G. D’Agostino, M. Kilani, S. Montes (dir.), Histoires, témoignages, autobiographies de terrain. Formes d’énonciation et de textualisation, Wien-Münster, Lit, « Freiburger sozialanthropologische Studien, 28 », 2010 ; « La naissance d’un quatrième pouvoir ? », dans Michel Biard (dir.), La Révolution française. Une histoire toujours vivante, Paris, Tallandier, 2009 ; « Topographie et pittoresque de l’Extrême-Orient. La description de l’Asie orientale dans le Dictionnaire géographique portatif de Vosgien (1747-1830) », dans F. Boulerie, M. Favreau et É. Francalanza (dir.), L’Extrême-Orient dans la culture européenne des XVIIe et XVIIIe siècles, Tübingen, Narr, 2009.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search