Version classiqueVersion mobile

De la servitude volontaire

 | 
Jean Balsamo
, 
Déborah Knop

Bibliographie

Texte intégral

Nous utilisons notamment la précieuse bibliographie établie par Michel Magnien dans le contexte de ce concours, à consulter sur le site de la Société française d’étude du seizième siècle, ainsi que sa Bibliographie de 1997.

BIBLIOGRAPHIE PRIMAIRE

MANUSCRITS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE

Bibliothèque nationale de France

fr. 839 [ancien De Mesmes 564], fol. 1 ro-24 ro : Extraits d’Homère [vers 1560], http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/btv1b9059515n\f2.image.r =servitude %20volontaire.langEN

fr. 20157, fol. 551 ro -593 vo : « Discours de la servitude volontaire », dans Recueil de pièces pour l’histoire de France [1586-1618].

Dupuy 239, fol. 4 ro -24 ro : La Servitude volontaire de Mr. La Boetie. Imprimé [1560-1570].

Folger Shakespeare Library, Washington

Vb 49, fol. 44 ro -60 vo : « Discours pour montrer que la domminacion de plusieurs ne peut estre bonne actendu que la puissance d’un seul se trouve bien souvent insupportable » [vers 1590], dans Melange de pieces.

Archives départementales de Savoie, Chambéry

Ms. 1J279-10 : « Le Contre ung. Sur la Servitude volontaire composé par Estienne de La Boétie de Sarlac », dans Livres de raison de Jehan Piochet de Salins [1573], p. 1-55.

Bibliothèque Mériadeck, Bordeaux Ms. 2199, 14 feuillets numérotés de 67 à 80 : Contre la Tyrannie et les Tyrans. Discours de la servitude volontaire [1605], texte mis en ligne et transcrit par Alain Legros, sur www.bvh.univ-tours.fr.

ÉDITIONS IMPRIMÉES DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE

Dialogi ab Eusebio Philadelpho cosmopolita, in Gallorum et cœterarum nationum gratiam compositi, quorum primus ab ipso autore recognitus et auctus : alter vero in lucem nunc primum editus fuit, Edimburgi [Lausanne ou Genève], Ex Typographia Iacobi Iamaei, 1574, p. 128-134 [fragment de la Servitude volontaire, F. Hotman ( ?) trad.].

Le Reveille-matin des Francois [ sic] et de leurs uoisins, composé par Eusebe Philadelphe Cosmopolite en forme de Dialogues, Edimbourg [Heidelberg ?], de l’imprimerie de Jacques James, 1574, 19 + 159 + 192 p. [N. Barnaud ou F. Hotman (éd.). Le 2e dialogue donne, p. 178-180, puis 180-190, deux passages remaniés et tronqués de la Servitude volontaire].

Memoires de l’estat de France, sous Charles Neufiesme, Meidelbourg [Genève], Heinrich Wolf, 1577, vol. 3, p. 160-191 : Discours, De la Servitude volontaire [éd. attribuée à Simon Goulart ; réimpression la même année et en 1578].

Vive description de la Tyrannie, et des Tyrans, avec les moyens de se garantir de leur joug. Cicero. Philipp. 13. Quem discordiae, quem caedes civium, quem bellum civile delectat, eum ex numero hominum eiiciendum, ex finibus humanae naturae, censeo exterminandum, Reims, Jean Mouchar, 1577.

Montaigne Michel de, Essais, notes de M. Coste, Paris, La Société, 1725, t. I, p. 39-95 : Discours d’Étienne de La Boëtie de la servitude volontaire.

La Boétie (1835), De la servitude volontaire, ou le Contrun, Félicité de Lammenais (éd. et préf.), Paris, Daubrée et Cailleux, p. 3-57 [reproduit dans La Boétie, 1976, p. 17-39].

— (1863), De la Servitude volontaire ou le Contrun, Auguste Vermorel (préf.), Paris, Dubuisson et Cie et L. Marpon, p. 5-31 [reproduit dans La Boétie, 1976, p. 57-75].

— (1892), Œuvres complètes, Paul Bonnefon (éd.), Bordeaux-Paris, G. Gounouilhou-J. Rouam, 1892.

— (1910-1911), Von der freiwilligen Knechtschaft, eine Abhandlung von Étienne de La Boetie, Gustav Landauer (trad.), dans Der Sozialist, nos 2 et 3.

— (1942), Anti-dictator, the Discours sur la Servitude volontaire, rendered into English by Harry Kurz, New York, Columbia University Press, 1942 [introduction par Harry Kurz, p. 3-14].

— (1963), Œuvres politiques. Discours de la Servitude volontaire (texte intégral). Mémoire sur lédit de janvier 1562 (extraits), François Hincker (éd.), Paris, Classiques du Peuple.

— (1976), Discours de la servitude volontaire, Pierre Léonard (éd.), Miguel Abensour et Marcel Gauchet (intr.), avec des textes de Lamennais, Pierre Leroux, Auguste Vermorel, Gustav Landauer, Miguel Abensour, Marcel Gauchet, Pierre Clastres et Claude Lefort, Paris, Payot.

— (1983), Discours de la servitude volontaire, Simone Goyard-Fabre (éd.), Paris, Flammarion, « GF ».

— (1992), Discours de la Servitude volontaire, Françoise Bayard (éd.), Paris, Imprimerie nationale.

— (1987), De la Servitude volontaire ou Contr’un, Malcolm C. Smith (éd.), Genève, Droz.

— (1993), Discours de la servitude volontaire suivi de Mesmoire touchant lédit de janvier 1562, Nadia Gontarbert (éd.), Annie Prassoloff (prés.), Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

— (2001), De la Servitude volontaire ou Contr’un, Malcolm C. Smith (éd.), Michel Magnien (add.), Genève, Droz, 2e éd.

— (2002), Discours de la servitude volontaire, André et Luc Tournon (éd.), suivi de Philippe Audegean, Tristan Dagron, Laurent Gerbier et al., Les paradoxes de la Servitude volontaire, Paris, Vrin.

SOURCES ANTIQUES

Appien (1993), Les guerres civiles à Rome, Jean-Isaac Combes-Dounous (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Archiloque (1968), Fragments, François Lasserre (établ.), André Bonnard (trad. et comm.), Paris, Les Belles Lettres.

Aristote (1542), De Republica : Qui Politicorum dicuntur, libri VIII. Eiusdem Perionij in eosdem libros Observationes: & argumentum, quo ordo & sententia eorum librorum breviter exponitur, Joachim Périon (éd.), Basileae, Oporinus.

— (2013), Éthique à Eudème, Catherine Dalimier (éd. et trad.), Paris, Flammarion [bilingue].

— (1992), Éthique à Nicomaque, Jules Barthélemy-Saint-Hilaire (éd.), Paris, Le Livre de Poche.

— (1990), Les Politiques, Pierre Pellegrin (trad.), Paris, Flammarion, « GF ».

Catulle (1998), Poésies, Georges Lafaye (éd. et trad.), Simone Viarre (rév.), Jean-Pierre Néraudau (notes), Paris, Les Belles Lettres.

Cicéron (1996), L’Amitié, Robert Combès (trad.), François Prost (éd.), Paris, Les Belles Lettres.

— (2002), La nature des dieux, Clara Auvray-Assayas (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1999), La République, Esther Bréguet (trad. et éd.), Guy Achard (rév.), Paris, Les Belles Lettres, t. I.

— (1991), La République, Esther Bréguet (trad. et éd.), Guy Achard (rév.), Paris, Les Belles Lettres, t. II.

— (2014), Les Devoirs (De officiis), Maurice Testard (établ.), Stéphane Mercier (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1937-1939), Lettres à Atticus, Édouard Bailly (trad.), Paris, Garnier.

— (1826-1827), Œuvres complètes, Joseph-Victor Le Clerc (trad.), Paris, Werdet et Lequien fils.

— (1968) Traité des lois (De legibus), Georges de Plinval (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Démosthène (1771), Philippiques de Démosthène et Catilinaires de Cicéron, abbé d’Olivet (trad.), Paris, Barbou.

Diodore de Sicile (1991), Bibliothèque historique, Michel Casevitz et Anahita Bianquis (trad.), Paris, Les Belles lettres.

Ésope (1985), Fables, Émile Chambry (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Hérodien (1990), Histoire des empereurs romains. De Marc-Aurèle à Gordien III, Denis Roques (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres.

Hérodote (1966), Histoires, P.-E. Legrand (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Homère (1965), Iliade, Paul Mazon (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (2001), Odyssée, Victor Bérard (trad.), Eva Cantarella (intro.), Silvia Milanezi (notes), Paris, Les Belles Lettres [bilingue].

Isocrate (1551), Trois livres d’Isocrates. Le premier contient enseignemens pour induire les jeunes gens à vivre honnestement, et aimer la vertu. Le second traitte de la manière de bien régner et comment les roys et grans seigneurs se doyvent gouverner. Le troizième est du devoir du prince envers ses sujets et des sujets envers leur seigneur, Loys Le Roy, dit Regius (trad.), Paris, Michel de Vascosan.

Lucien de Samosate (1857), Œuvres complètes, Eugène Talbot (éd.), Paris, Hachette.

Ovide (2009), Les Métamorphoses, Georges Lafaye (éd.), Olivier Sers (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Platon (1989), La République, Émile Chambry (trad. et éd.), Auguste Diès (intro.), Paris, Les Belles Lettres, livres I-VII.

— (1964), La République, Émile Chambry (trad. et éd.), Auguste Diès (intro.), Paris, Les Belles Lettres, livres VIII-X.

Plutarque (2007), Conseils aux politiques pour bien gouverner suivi de À un dirigeant sans éducation, Franck Lemonde (trad.), Paris, Payot et Rivages.

— (1520), In principe requiri doctrinam, dans Ex Plutarcho versa per Des. Erasmum Roterodamum, recognita per eundem, ex collatione graecorum voluminum [1514], Basileae, apud J. Frobenium.

— (1971), Moralia, in sixteen volumes, Frank Cole Babbitt (éd.), Cambridge, Harvard University Press; London, W. Heinemann.

— (1957-1993), Vies, Robert Flacelière et Émile Chambry (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, « Universités de France », 16 vol. 

Quintillien (1803), De l’institution de l’orateur, Nicolas Gédoyn (trad.), Paris, H. Barbou.

Sénèque (1989), De la vie heureuse. De la brieveté de la vie (De vita beata. De brevitate vitae), A. Bourgery (trad. et éd.), dans Dialogues, II, Paris, Les Belles Lettres.

— (2011), Lettres à Lucilius (Ad Lucilium epistulae morales), François Préchac (éd.), Henri Noblot (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Sophocle (1537), Tragédie intitulée Electra, contenant la vengence de l’inhumaine et trèspiteuse mort d’Agamennon, roy de Mycènes la grand, faicte par sa femme Clytemnestra et son adultère Egistus. Ladicte tragédie traduicte du grec dudit Sophocles en rythme françoyse, ligne pour ligne et vers pour vers, Lazare de Baïf (trad.), Paris, E. Roffet.

Suétone (2008), Vies des douze Césars, Henri Ailloud (éd. et trad.), François L’Yvonnet (intro. et notes), Paris, Les Belles Lettres.

Tacite (1974-1994), Annales, Pierre Wuilleumier (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1951), Histoires, Henri Goelzer (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1985), Vie d’Agricola, E. de Saint-Denis (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Térence (1971), Théâtre complet, Pierre Grimal (éd. et trad.), Paris, Gallimard, « Folio classique ».

Tite-Live (1839), Histoire romaine, M. Nisard (trad.), Paris, Firmin-Didot.

Virgile (2013), L’Énéide, Jacques Perret (établ.), Paul Veyne (éd.), Paris, Les Belles Lettres.

Xénophon (2008), Constitution des Lacédémoniens, Agésilas, Hiéron, Michel Casevitz (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1965-1973), Helléniques, J. Hatzfeld (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, 2 vol. 

— (1711), Hiéron ou portrait de la condition des rois, par Xénophon. En grec et en françois. Pierre Coste (trad.), Amsterdam, H. Schelte.

— (1530), Hieron sive Tyrannus, liber utilissimus, Érasme (trad.), suivi d’une lettre d’Érasme à Pieter Gilles, Bâle, Froben.

SOURCES MODERNES

Aubigné Théodore Agrippa d’, Histoire universelle, Alphonse de Ruble (éd.), Paris, Renouard-H. Laurens, 1886-1909, t. IV.

Bèze Théodore de (1574), Du droit des magistrats sur leurs subjets, [S. l.], [s. n.].

Bodin Jean (1576), Les Six Livres de la République, Paris, Jacques Dupuy.

— (1986), Les six livres de la République, Paris, Fayard.

Boucher Nicolas (1577), Caroli Lotharingi Card. et Francisci ducis Guysii literae et arma in funebri oratione habita Nancii, Paris, C. Morel.

Brach Pierre de (1576), « Hymne de Bordeaux », dans Les Poèmes, Bordeaux, Millanges.

Budé Guillaume (1547), De l’Institution du prince, revu par Messire Jean de Luxembourg, Paris, N. L’Arrivour.

Contarini Gasparo (1544), Des Magistratz et Republique de Venise [1543], J. Charrier (trad.), Paris.

Corbinelli Jacopo (1570), Lettera a Vincenzo du 4 novembre 1570, de Paris, Biblioteca Ambriosana, coll. Pinelli, B. 9, Cod. I, fol. 131.

Corrozet Gilles (1540), Hécatomgraphie, Paris, D. Janot.

Du Bellay Joachim (1997), La Deffense et illustration de la Langue Françoyse [1549], Henri Chamard (éd.), Jean Vignes (intro.), Paris, Société des Textes français modernes.

— (1993), Les antiquités de Rome. Les regrets, Henri Chamard (éd.), Paris, Société des Textes français modernes.

Du Puy Pierre et Jacques (1679), Cataloga Bibliothecae Thuanae, Paris, Joseph Quesnel.

— (2002), Les Regrets, F. Roudaut (éd.), Paris, Le Livre de Poche.

Du Verdier Antoine (1585), La Bibliothèque dAntoine Du Verdier, seigneur de Vauprivas, contenant le catalogue de tous ceux qui ont escrit ou traduict en françois et autres dialectes de ce royaume, avec un discours sur les bonnes lettres servant de préface, et à la fin un supplément de lÉpitome de la Bibliothèque de Gesner, Lyon, B. Honorat.

Érasme de Rotterdam (2011), Les Adages, Jean-Claude Saladin (dir.), Paris, Les Belles Lettres.

Gentillet Innocent (1576), Discours sur les moyens de bien gouverner, [s. l.], [s. n.].

Goethe Johann Wolfgang von (1788), Egmont, ein Trauerspiel in fünf Aufzügen, Leipzig, G. J. Göschen.

Grassaille Charles de (1538), Regalium Franciae libri duo, jura omnia & dignitates christianiss. Galliae regum continentes, Lyon, Jean Crispin.

Guez de Balzac Jean-Louis (1638), Discours politique sur l’estat des Provinces unies des Pays-Bas, Leyde, J. Maire, 1638.

Hotman François (1573), Francogallia, Genevae, ex off. J. Stoerii.

La Boétie Estienne de (1571), La Mesnagerie de Xenophon. Les Regles de mariage, de Plutarque. Lettre de consolation de Plutarque à sa femme. Le tout traduict de Grec en François par feu M. Estienne de La Boétie [...] item, un Discours sur la mort dudit Seigneur De La Boétie par M. de Montaigne, Paris, F. Morel.

La Croix du Maine François Grudé, sieur de (1584), Premier volume de la bibliothèque du sieur de La Croix du Maine, qui est un catalogue général de toutes sortes dautheurs qui ont escrit en françois depuis cinq cents ans et plus, Paris, A. L’Angelier.

La Gessée Jean de (1991), Les Jeunesses, Guy Demerson (éd.), Paris, Société des Textes français modernes.

Longeon Claude (1991), Premiers combats pour la langue français, Paris, Le Livre de Poche classique.

Machiavel Nicolas (1996), Œuvres, Christian Bec (trad.), Paris, Robert Laffont.

Marat Jean-Paul (1793), Les Chaînes de lesclavage, ouvrage destiné à développer les noirs attentas des princes contre les peuples ; les ressords secrets, les ruses, les menées, les artifices, les coups dEstat quils employent pour détruire la liberté […], Paris, Imprimerie de Marat.

Maréchal Pierre-Sylvain [attribué à] (1790), LAmi de la Révolution ou Philippiques dédiés aux représentant de la Nations, aux gardes nationales et à tous les François. Supplément à la Huitième Philippique. Discours sur la Servitude volontaire et la liberté, extrait dÉtienne de La Boëtie, VIII.

— (1793), Almanach des Républicains, pour servir à linstruction publique, Paris, Imprimerie du Cercle social.

Marot Clément (1538), L’Adolescence clémentine, Paris.

Montaigne Michel de (2007), Les Essais, Jean Balsamo, Michel Magnien et C. Magnien-Simonin (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

— (1580), Essais de messire Michel seigneur de Montaigne, livres premier et second, Bourdeaus, Simon Millanges.

— (1965), Œuvres complètes, Maurice Rat (éd.), Paris, Gallimard.

More Thomas (1987), L’Utopie ou le Traité de la meilleure forme de gouvernement, Marie Delcourt (trad.), Simone Goyard-Fabre (éd.), Paris, Flammarion.

Oresme Nicolas (1970), Le livre de Politique d’Aristote [1372-1374], Albert D. Menut (éd.), Philadelphia, American Philosophical Society.

Paradin Guillaume (1552), Histoire de notre temps, faite en latin et par lui mise en français, Lyon, J. de Tournes.

Pascal Blaise (1669), Pensées sur la religion, et sur quelques autres sujets, qui ont esté trouvées après sa mort parmy ses papiers, Étienne Perier (préf.), Paris, G. Desprez.

Pasquier Étienne (1610), Jeus poétiques, Paris, J. Petit-Pas.

Pétrarque (1983), Canzoniere, Ferdinand L. de Gramont (trad.), Jean-Michel Gardair (préf.), Paris, Gallimard.

Resolution claire et facile sur la question de la prise des armes par les inférieurs (1577), Reims, Jean Mouchar.

Ronsard Pierre de (1572), Les quatre premiers livres de la Franciade, Paris, G. Buon.

— (1993-1994), Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager et Michel Simonin (éd.), Paris, Gallimard, 2 vol. 

Sainte-Marthe Scévole de (1606), Elogia [1598], Poitiers, Blanchet.

Seyssel Claude de (2012), La monarchie de France, Renzo Ragghianti, Paris, Société des textes français modernes.

Sorbin Arnaud (1574), Le Vrai réveil-matin, pour la deffense de la majesté de Charles IX, [s. l.,], in-8o.

Tallemant des Réaux Gédéon (1932-1934), Historiettes, Paris, Garnier Frères.

Thomas d’Aquin (1926), Du gouvernement royal, Claude Roguet (trad.), Paris, La Gazette française.

Thou Jacques-Auguste de (1604-1606), Historiam sui temporis, Paris, veuve Patisson, puis A. et H. Drouart, t. I, 1604, 1606 ; t. II, A. et H. Drouart 1606-1607.

— (1606-1607), Historiam sui temporis, A. et H. Drouart, t. II.

OUVRAGES DE RHÉTORIQUE ET DE DIALECTIQUE

Agricola Rudolf (1992), De inventione dialectica, Lothar Mundt (éd.), Tübingen, Max Niemeyer, 1992.

Aristote (2007), Rhétorique, Pierre Chiron (trad. et éd.), Paris, Flammarion, « GF ».

Canaye Philippe (1589), L’Organe, Genève, Jean de Tournes.

Cicéron (1930), De l’orateur, Henri Bornecque et Edmond Courbaud (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

— (1994), De lInvention, Guy Achard (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Colonia Dominique de (1739), De Arte Rhetorica libri quinque, Hagæ Comitis, apud Petrum Paupie.

Du Cygne Martin (1670), Explanatio rhetoricae, Cologne, Veuve Widenfelt.

Du Vair Guillaume (1908), De lÉloquence françoise, René Radouant (éd.), Paris, Société française d’imprimerie et de librairie [réimpr. : Ulan Press, 2012].

Ferrazzi Marco Antonio (1694), Exercitationes rhetoricae in orationes Titi Livii, Padoue, Manfrè.

— (1729), T. Ciceronis orationum cum argumentis, animadversionibus, et analysi M. Antonii Ferratii, Padoue, Manfrè.

Hanffius Joachim (1612), In Homeri Quatuor Priores Libros Iliadis. M. Joachimi Hanffii in inclyta Lubeca Scholae olim Rectoris vigilantissimi. Praelectiones Analysin Dialecticam & Poeticam textus monstrantes, Jean Martin (éd.), Dantzig, Andreas Hünefeld.

Longin (1995), Traité du sublime, Boileau (trad.), Francis Goyet (éd.), Paris, Le Livre de Poche.

Martianus Capella (1539), De nuptiis Philologiae et Mercurii, Liber IV : De arte dialectica, Lyon.

Quintilien (1718), De l’institution de l’orateur, Nicolas Gedoyn (trad.), Paris, Grégoire Dupuis.

Tacite (1985), Dialogue des orateurs, Henri Goelzer (établ.), Henri Bornecque (trad.), Paris, Les Belles Lettres.

Vossius Gérard (1660), Rhetorices contractae, sive Partitionum Oratoriarum libri quinque, Leipzig, Christian Kirchner.

— (2013), « Les discours de reproches et de condamnation sans appel », F. Goyet (éd.), L. Vianès (trad.), Exercices de rhétorique, no 2.

BIBLIOGRAPHIE SECONDAIRE

Almquist Kathrin (2004), « Montaigne judging with Henri de Mesmes (may 1565-june 1565), Montaigne Studies, vol. 16, p. 36-40.

Armaingaud Arthur (1910), Montaigne pamphlétaire. Lénigme du Contrun, Paris, Hachette, p. 354-368.

Balsamo Jean (1999), « “Le plus meschant d’entre eux ne voudroit pas estre Roy” : La Boétie et Machiavel », Montaigne Studies, vol. 11, p. 5-27.

— (2002), Compte rendu de l’édition Smith revue par Michel Magnien, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 64, p. 787-789.

— (2004), « Montaigne, le “sieur de Poyferré” et la comtesse de Guiche : documents nouveaux », Étienne de la Boétie, sage révolutionnaire et poète périgourdin, Actes du colloque international de Duke University (26-28 mars 1999), Marcel Tetel (dir.), Paris, Champion, p. 363-384.

— (2005), « Ma fortune ne m’en a fait voir nul : Montaigne et les grands hommes de son temps », Travaux de littérature, no 18, p. 139-155.

— (2008), « Montaigne avant Montaigne ou les scénarios de Roger Trinquet », Montaigne Studies, vol. 20, p. 129-145.

— (2010), « Des Essais pour comprendre les guerres civiles », Bibliothèque dHumanisme et Renaissance, vol. 72, no 3, p. 521-540.

Barrère Joseph (1908), Étienne de La Boétie contre Nicolas Machiavel. Étude sur les mobiles qui ont déterminé E. de La Boétie à écrire le Discours de la Servitude volontaire, Bordeaux, A. Mollat.

— (1920-1921), « La Boétie et Marat », dans Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, t. IV, p. 151-158.

— (1923), LHumanisme et la politique dans le Discours de la servitude volontaire, Étude sur les origines du texte et lobjet du discours dEstienne de La Boëtie, Paris, Champion.

Baudrillart Henri (1853), Jean Bodin et son temps. Tableau des théories politiques et des idées économiques au XVIe siècle, Paris, Guillaumin.

Bédier Joseph et Hazard Paul (1923), Histoire de la littérature française, Paris, Larousse.

Bège-Seurin Denise (2008), « Michel Eyquem de Montaigne, général-conseiller à la cour de aides de Périgueux », dans Montaigne et sa région, Nouveau Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, vol. 4, p. 271-288.

Béguin Sylvie, Guillaume Jean et Roy Alain (1985), La Galerie d’Ulysse à Fontainebleau, Paris, PUF.

Bingen Nicole (2004), « Jean-Pierre de Mesmes. À propos de deux contributions récentes », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 66, p. 331-357.

Bonnefon Paul (1898), Montaigne et ses amis, Paris, A. Colin, t. I, p. 103-224 : « La Boétie », en particulier « Le Discours de la Servitude volontaire », p. 142-171.

Boulet Michaël (à paraître a), « Nature et naturel autour du Discours de la Servitude volontaire », 6e colloque La Boétie de Sarlat, Cahiers La Boétie, vol. 4.

— (à paraître b), « Peut-on dire que le Discours de la Servitude volontaire soit une déclamation ? », Actes du colloque Présence de la déclamation antique, Clermont-Ferrand.

— (à paraître c), « Trois micro-lectures du Discours de la Servitude volontaire », Méthode, Bandol, Vallongues.

Bourgeon Jean-Louis (1989), « La Boétie pamphlétaire », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 51, no 2, juillet, p. 289-300.

Brisset Jacqueline (1964), Les idées politiques de Lucain, Paris, Les Belles Lettres.

Brunot Ferdinand (1898), « Un projet d’enrichir, magnifier et publier la langue française en 1509 », Revue d’histoire littéraire de la France, no 1, p. 27-37.

Buron Emmanuel (2001), « Le Discours de la Servitude volontaire et son double », Studi francesi, vol. 45, no 135, septembre-décembre, p. 498-532.

Calderini De Marchi Rita (1914), Jacopo Corbinelli et les érudits français, d’après la correspondance inédite Corbinelli-Pinelli (1566-1587), Milano, U. Hoepli.

Calemard Jean (1947), « L’édition originale de “La Servitude volontaire” », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, mai-juin, p. 209-229 et 269-282.

Cavaillé Jean-Pierre (1988), « Langage, tyrannie et liberté dans le Discours de la servitude solontaire d’Étienne de La Boétie », Revue des sciences philosophiques et théologiques, vol. 72, no 1, p. 3-30.

Cavallini Concetta (2004), « La Boétie et Pétrarque », dans Les poètes français du XVIe siècle et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), Genève, Droz, p. 289-302.

Champeaud Grégory (2014), « Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée : Élie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de religion (1562-1587) », dans Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), E. Crouzet-Pavan et al. (dir.), Paris, PUPS, p. 289-302.

Charles Sébastien (1999), « La Boétie, le peuple et les “gens de bien” », Nouvelle Revue du seizième siècle, no 17, p. 269-286.

Cifarelli Paola (1993), Catalogue thématique des fables ésopiques françaises du XVIe siècle, Paris, Champion.

Citton Yves (2009), « Regard, spectacle et servitude chez La Boétie », Expressions, revue du département de langue et littérature françaises, no 8, octobre, p. 17-45, http://www.umc.edu.dz/expressions/Expresssion-8final4.pdf.[universitéMentouri,Constantine].

Clément Michèle (2002), « “Abrutis, vous pouvez cesser de l’être.” Le Discours de la Servitude volontaire et la pédagogie cynique », A. Mac Kenna et P.-F. Moreau, Libertinage et philosophie au XVIIe siècle, t. VI : Libertins et esprits forts, quels modes de lecture ?, Publications de l’université de Saint-Étienne, p. 105-119.

— (2003), Le cynisme à la Renaissance : d’Érasme à Montaigne ; suivi des Épistres de Diogenes [trad. : 1546], Genève, Droz.

Cocula Anne-Marie (1995), Étienne de La Boétie, Bordeaux, Sud-Ouest, 188 p.

— (2004 a), « Le Parlement de Bordeaux au milieu du XVIe siècle », dans Étienne de La Boétie, sage révolutionnaire et poète périgourdin, Actes du colloque international de Duke University (26-28 mars 1999), dir. Marcel Tétel (dir.), Paris, Champion.

— (2004 b), « Réapprendre à obéir librement : le Discours de la Servitude volontaire de La Boétie », Nouvelle Revue du seizième siècle, vol. 22, no 1, p. 71-87.

Combes François (1882), Montaigne et La Boétie. Étude historique sur leurs idées politiques, Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, IV, p. 88-116 et 210-223.

Courcelles Dominique de (2004), « Jamais l’un sans l’autre : variation sur la pointe », dans Étienne de La Boétie, sage révolutionnaire et poète périgourdin, Actes du colloque international de Duke University (26-28 mars 1999), Marcel Tetel (dir.), Paris, Champion.

Crasta Francesca Maria et Ragghianti Renzo (2007), « La biblioteca di Jehan Piochet de Salins e il Seigneur de La Montagne », Rinascimento, vol. 46, p. 403-477.

D’Amico Silvia (2002), Heureux qui comme Ulysse… Ulisse nella poesia francese e neolatina del xvi secolo, Milan, LED, p. 69-77.

Dacos Nicole (1969), La découverte de la Domus Aurea et la formation des grotesques à la Renaissance, Londres-Leyde, Brill.

De Smet Ingrid A. R. (2001), « Montaigne et Jacques-Auguste de Thou. Une ancienne amitié mise à jour », Montaigne Studies, vol. 13, p. 222-240.

Defaux Gérard (2001), Montaigne et le travail de lamitié, Orléans, Paradigme.

Delaruelle Louis (1910), « L’inspiration antique dans le Discours de la servitude volontaire », Revue d’histoire littéraire de la France, no 17, p. 34-72.

Delbègue Jean-Pierre (1984), « La Boétie, ou la face sinistre de Montaigne », Commentaire, vol. 7, no 26, été, p. 297-301.

Demerson Guy (2004), « Les exempla dans le Discours de la servitude volontaire : une rhétorique datée ? », Étienne de La Boétie, sage révolutionnaire et poète périgourdin, Actes du colloque international de Duke University (26-28 mars 1999), Marcel Tétel (dir.), Paris, Champion, p. 195-224.

Desan Philippe (2012), « Politique d’une amitié : Montaigne et La Boétie », Les liens humains dans le littérature (XVIe-XVIIe siècles), J. Chamard-Bergeron, P. Desan et T. Pavel (dir.), Paris, Classiques Garnier, p. 33-57.

— (2014), Montaigne, une biographie politique, Paris, Odile Jacob.

Dezeimeris Reinhold (1907), « Sur l’objectif réel du discours d’Estienne de La Boétie de la Servitude volontaire, remarques nouvelles », Extrait des Actes de lAcadémie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Bordeaux, séance du 7 mars.

Dubois Claude-Gilbert (2004), article « Grotesque [ sic] », Dictionnaire Michel de Montaigne, P. Desan (dir.), Paris, Champion, p. 446.

Engammare Max (1998), « Calvin monarchomaque ? Du soupçon à l’argument », Archiv für Reformationsgeschichte, no 89, p. 207-226.

Fanlo Jean-Raymond (1997), « Les digressions nécessaires d’Étienne de La Boétie », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, no 8, juillet-décembre, p. 63-97.

Fumaroli Marc (1998), La diplomatie de lesprit, de Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard.

— (2009), L’âge de l’éloquence, Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de lépoque classique, Genève, Droz.

Geonget Stéphan (2012), « “Je compare la loy au Roy, & la coustume au tyran.” Débats entre juristes de la fin de la Renaissance », Cahiers La Boétie, no 2, p. 69-85.

Gerbier Laurent (2002), « Les paradoxes de la nature dans le Discours de la servitude volontaire », dans La Boétie, p. 115-130.

— (2012), « Équivocité de la coutume et plasticité de la nature chez La Boétie, Bacon et Machiavel », Cahiers La Boétie, no 2, p. 165-181.

Gigon Stéphane-Claude (1906), Contribution à l’histoire de l’impôt sous l’ancien régime. La révolte de la gabelle en Guyenne, 1548-1549, Paris, Champion.

Girot Jean-Eudes (2001 a), « La Boétie », Dictionnaire des Lettres françaises. Le XVIe siècle, Paris, Fayard, p. 654-656.

— (2001 b), « Une version inconnue du Discours de la Servitude volontaire de La Boétie », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 73, p. 551-565.

Gontarbert Nadia, « Pour une lecture politique de La Servitude volontaire d’Estienne de La Boétie », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, 6e série, nos 13-14 et 15-16, 1983, p. 93-104 et 61-83.

Goyet Francis (1996), Le Sublime du « lieu commun » : l’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Champion.

— (2009), Les audaces de la prudence. Littérature et politique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Classiques Garnier.

Guerrier Olivier (2008), « Aux origines du Discours de la Servitude volontaire. Autour d’un mot de Plutarque », dans Moralia et œuvres morales à la Renaissance, Paris, Champion, p. 237-251.

— (2012), « Amitié et reconnaissance : du réel à la lecture », Cahiers La Boétie, no 1, p. 63-76.

Hirstein James (1999), « La Boétie et la justification d’une amitié précoce : le début (vers 1-32) de la “Satyre latine” (Poemata XX) et le Laetius de Cicéron », Montaigne Studies, vol. 11, p. 121-137.

Houllemare Marie (2014), « L’imaginaire politique du parlement de Paris sous Henri II, sénat de la capitale », Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), E. Crouzet-Pavan et al. (dir.), Paris, PUPS, p. 61-70.

Jouanna Arlette et al. dir. (1998), Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, Robert Laffont.

Knop Déborah (2012), La cryptique chez Montaigne, thèse, Francis Goyet (dir.), université Stendhal-Grenoble 3.

— (à paraître a), « La Boétie alias Thersite : la persona accusatrice du début de la Servitude volontaire ».

— (à paraître b), « Le destinataire érudit de la Servitude volontaire à la lumière de l’analyse rhétorique », Méthode, Bandol, Vallongues.

Labitte Charles (1841), De la démocratie chez les prédicateurs de la Ligue, Paris, Joubert et Cie.

Lafond Jean (1984), « Le Discours de la Servitude volontaire et la rhétorique de la déclamation », Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V.-L. Saulnier, Genève, Droz, p. 735-745.

Langer Ullrich (2012), « La rhétorique radicale de l’égalité : compagnie et amitié dans la Servitude volontaire », Cahiers La Boétie, no 1, « Amitié et compagnie », p. 77-93.

Le Roux Nicolas (2000), La faveur du Roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon.

Legros Alain (2012), « La Boétie pour Montaigne : du confrère bien-aimé à l’ami de papier », Cahiers La Boétie, no 1, « Amitié et compagnie », p. 131-148.

— (2013), « Dix-huit volumes de la bibliothèque de La Boétie légués à Montaigne et signalés par lui comme tels », Montaigne Studies, vol. 25, p. 177-188.

Magnien Michel (1990), « De l’hyperbole à l’ellipse : Montaigne face aux sonnets de La Boétie », Montaigne Studies, vol. 2, p. 7-25.

— (1997), Bibliographie des écrivains français : Etienne de La Boétie, Paris, Memini-CNRS.

— (2003), « Pour une attribution définitive du Mémoire à Étienne de La Boétie », dans J. Céard et al. (dir.), Cité des hommes, cité de Dieu. Travaux sur la littérature de la Renaissance en lhonneur de Daniel Ménager, Genève, Droz, p. 123-132.

— (2007), notice « La Boétie », dans Dictionnaire de Montaigne [2004], Philippe Desan (dir.), Paris, Champion, p. 549-555.

— (2010), « Le centre indécis du livre I : réflexions sur la “place” de La Boétie au sein des Essais », dans Bruno Roger-Vasselin (dir.), Montaigne et lintelligence du monde moderne, Paris, PUF, « CNED », 2010, p. 115-133.

Malandain Pierre (1980), « La Boétie et la politique du texte », Bulletin de lAssociation détude sur lHumanisme, la Réforme et la Renaissance, no 12, p. 33-41.

Mc Phail Eric (1989), « Friendship as a political ideal in Montaigne’s Essais », Montaigne Studies, vol. 1, p. 177-187.

Mesnard Pierre (1969), Lessor de la philosophie politique au XVIe siècle [1935], Paris, Vrin, 1969, p. 390-405.

Monzie Anatole de (1877), Revue de France, vol. 24, 1er août.

Moureau François (2004), « La Boétie à l’épreuve de la Révolution française : éditions et travestissements du Contr’Un », dans Étienne de La Boétie, sage révolutionnaire et poète périgourdin, Actes du colloque international de Duke University (26-28 mars 1999), dir. Marcel Tétel (dir.), Paris, Champion, p. 293-306.

Noille-Clauzade Christine (2014), « Les genres de discours dans l’ancienne rhétorique : liste, schémas et mode d’emploi, avec un exemple (le discours de Germanicus) », Exercices de rhétorique, no 3.

O’Brien John (2012), « L’oubli comme mémoire : à propos de l’amitié politique », Cahiers La Boétie, no 1, « Amitié et compagnie », p. 95-112.

Offord Michael (1978), « Oratorical Devices in Étienne de La Boétie’s Discours de la Servitude volontaire », Nottingham French Studies, vol. 17, no 1, mai, p. 11-38.

Oursel Hervé et Fritsch Julia dir. (2003), Henri II et les arts. Actes du colloque international, École du Louvre et Musée national de la Renaissance, Écouen, 25-27 septembre 1997, Paris, École du Louvre.

Panichi Nicola (2008), Plutarchus redivivus ? La Boétie et sa réception en Europe, Jean-Claude Arnould (trad.), Paris, Champion [éd. originale italienne : Naples, Vivarium, 1999].

Payen Jean-François (1853), Notice bio-bibliographique sur La Boétie l’ami de Montaigne, suivie de La Servitude volontaire, donnée pour la première fois selon le vrai texte de l’auteur, d’après un manuscrit contemporain et authentique, Paris, Firmin Didot frères.

Perona Blandine (à paraître), « Franchise et sincérité dans le Discours de la servitude volontaire », journée d’agrégation du 20 novembre 2014, Sandra Provini (dir.).

Podoksik Efraim (2003), « La Boétie and the Politics of Obedience », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 65, p. 83-95.

Ragghianti Renzo (2010), Rétablir un texte. Le Discours de la servitude volontaire de La Boétie, Florence, Olschki.

Remaud Olivier (2002), « Une idée vraie de la servitude volontaire est-elle pensable ? Le débat Marat-La Boétie », dans La Boétie, p. 131-146.

Renaudet Augustin (1923), Compte rendu de Joseph Barrère, Lhumanisme et la politique dans le discours de la Servitude volontaire, Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 32, p. 286-287.

Rigolot François (1999), « Reviving Harmodius and Aristogiton in the Renaissance: Friendship and Tyranny as Voluntary Servitude », Montaigne Studies, vol. 11, p. 107-120.

Sainte-Beuve Charles-Antoine de (1856), Causeries du lundi, 2e éd., Paris, Garnier, t. IX, p. 140-164.

Saint-Martin Joseph (1962), « Quelques clartés sur Étienne de La Boëtie », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, 3e série, no 21, p. 3-26.

Schachter Marc D. (2008), « Presentation of a newly discovered manuscript of La Boétie’s Discours de la servitude volontaire and hypotheses on the datation of the BnF Manuscripts », Montaigne Studies, vol. 20, p. 184-203.

Sciacca Enzo (2005), Principati e repubbliche. Machiavelli, le forme politiche e il pensiero francese del Cinquecento, Firenze, Centro editoriale toscano.

Simonin Michel (1995), « Œuvres complètes ou plus que complètes ? Montaigne éditeur de La Boétie », Montaigne Studies, vol. 7, no 1-2, octobre, p. 5-34.

— (2004 a), « Les papiers de La Boétie, Thomas de Montaigne et l’édition de la chorographie du Médoc », Lencre et la lumière. Quarante-sept articles (1976-2000), Genève, Droz, p. 457-488.

— (2004 b), « Montaigne et ses frères. Un poème inédit de George Buchanan conservé par Henri de Mesmes », dans L’encre et la lumière, Genève, Droz, p. 489-507.

Smith Pauline M. (1966), The Anti-courtier Trend in Sixteenth Century French Literature, Genève.

Snyder Jon (2009), Dissimulation and the Culture of Secrecy in Modern Early Europe, Berkeley-London, University of California Press.

Strauss Leo (1952), Persecution and the art of writing, Glencoe, Free Press.

— (1954), De la tyrannie, Hélène Kern (trad.), précédé de Hiéron de Xénophon, et suivi de Tyrannie et sagesse, par Alexandre Kojève, Paris, Gallimard.

Testoni Binetti Sappho (2002), Il pensiero politico ugonotto : dallo studio della storia allidea di contratto : 1572-1579, Firenze, Centro editoriale toscano, p. 174-190.

Tournon André (1999), « Sur quelques aspérités du Discours de la Servitude volontaire », Montaigne Studies, vol. 11, no 1-2, p. 61-76.

— (2010), « La face obscure de l’émancipation », dans Nicola Panichi (dir.), Figure di « servitù » e « dominio » nella cultura filosofica europea tra Cinquecento e Seicento. Atti del convegno (Urbino, 29-30 maggio 2008), Florence, Le Lettere, p. 45-66.

Trinquet Roger (1969), « La lettre sur la mort de La Boétie ou Lancelot de Carle inspirateur de Montaigne », Mélanges d’histoire littéraire (XVIe-XVIIe siècles) offerts à Raymond Lebègue, Paris, Nizet, p. 115-125.

Turchetti Mario (2001), Tyrannie et tyrannicide de lAntiquité à nos jours, Paris, PUF [sur la Servitude volontaire : p. 445-452].

Villemain Abel-François (1823), Discours et mélanges littéraires, Paris, Ladvocat, p. 279-309, « Discours prononcé à l’ouverture du cours d’éloquence française. Décembre 1822 ».

Villey Pierre (1906), « Le véritable auteur du Discours de la Servitude volontaire : Montaigne ou La Boétie ? », Revue dhistoire littéraire de la France, 13e année, no 4, p. 727-736.

Weber Henri (1974), « La Boétie et la tradition humaniste d’opposition au tyran », dans Franco Simone (dir.), Culture et politique en France à lépoque de lHumanisme et de la Renaissance, Actes du colloque international organisé par l’Accademia delle scienze de Turin en collaboration avec la Fondazione Giorgio Cini de Venise, 29 mars-3 avril 1971, Torino, Accademia delle scienze, p. 355-374 [repris dans Henri Weber, À travers le XVIe siècle, t. II : Histoire des idées, Paris, Nizet, 1986, p. 93-115].

— (1988), Compte rendu de l’édition de De la Servitude volontaire de Malcolm Smith (1987), Réforme, Humanisme, Renaissance, vol. 27.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search