Version classiqueVersion mobile

De la servitude volontaire

 | 
Jean Balsamo
, 
Déborah Knop

Conclusion

Texte intégral

1La lecture et la compréhension de la Servitude volontaire sont soumises à deux risques contraires, ainsi qu’en témoignent la tradition critique et les formes de sa vulgarisation.

  • 1 C’est à ce titre, dans l’édition de la Vive Description de la tyrannie et des tyrans (1577), que l (...)

2Le premier risque et le plus général est celui de l’instrumentalisation. Il a pourtant donné à la Servitude volontaire sa notoriété actuelle : le discours de La Boétie, une œuvre engagée, porterait un message de révolte, d’indignation et d’insoumission valable et utilisable en tout temps et en tout lieu qui en fait tout l’intérêt : texte prémonitoire ou précurseur, dû à un « porteur de feu1 », il apparaît comme un texte symbole ou iconique d’une démocratisation qui prolonge ce qu’au XIXe siècle on appelait le processus de civilisation. Cette lecture a sa dignité, elle peut être salutaire et appuyer de justes combats. Mais, considérée pour son seul message d’émancipation, la Servitude volontaire n’existe que dans sa réception sur la longue durée, elle n’est qu’un prétexte à d’autres discours.

3Le second risque est celui de l’insignifiance : exercice scolaire, plaisanterie de potache ou jeu de clerc développant un paradoxe pour rire même si c’est pour faire penser d’incertains lecteurs, la Servitude volontaire serait en fait et malgré tout l’intérêt qu’on lui porte une maigre petite chose, due à un épigone d’Érasme. Elle serait surtout datée, remplie de tous les poncifs de son temps en matière d’expression et de savoir : emphase d’une éloquence ostentatoire, rhétorique des citations, exhibition pédante de références antiques, approximation conceptuelle. La nature paradoxale de son argumentation offrirait surtout la matière à une glose sans cesse renouvelée dont se nourrissent les pratiques universitaires. Le discours de La Boétie apparaît au mieux comme un prétexte à un discours plus général, sur l’époque, sur l’Humanisme ou sur l’auteur lui-même, un prétexte surtout pour la lecture d’autres textes plus consistants, ceux des classiques eux-mêmes, l’Éloge de la Folie, Les Essais.

4Pourtant, Montaigne, De Thou, ses premiers lecteurs, exprimaient leur admiration pour le style de la Servitude volontaire, ainsi que Jacopo Corbinelli, un des plus fins lettrés de son époque. Henri de Mesmes de son côté en détestait les conceptions séditieuses. Tous en comprenaient la force ; ils jugeaient en hommes de leur temps, selon les catégories savantes, littéraires et politiques qui étaient aussi celles selon lesquelles La Boétie avait composé son discours. De ce point de vue, si nous faisons l’effort de précision nécessaire pour les rejoindre, la Servitude volontaire apparaît comme une œuvre doublement novatrice, offrant ce que la culture française avait alors, vers 1550 (et peut-être dans une perception déjà nostalgique en 1570), de plus neuf et de plus singulier. Elle offre d’un côté une qualité littéraire, une éloquence d’un raffinement et d’une subtilité inégalés, mettant en œuvre en français, selon un naturel qui n’avait plus rien d’appris, les effets permis par la culture rhétorique la plus savante héritée des Anciens. Capable de tirer les auditeurs par l’oreille comme avec une chaîne, selon l’image d’Hercule Gallique qui clôt la Deffence de Du Bellay, elle rendait à l’orateur ce que Du Bellay, paraphrasant Cicéron, avait détourné au profit du poète, « Qui me fera indigner, apaiser, ejouyr, douloir, aymer, hayr, admirer, étonner, bref qui tiendra la bride à mes affections, me tournant çà et là à son plaisir » (1997, p. 179). De l’autre côté, la Servitude volontaire offre des conceptions vigoureuses, également héritées des anciens, mais elles aussi capables de donner à comprendre, en français, selon de nouveaux paradigmes, ce qu’était réellement la monarchie des Valois au moment où celle-ci ordonnait la grande mise en forme symbolique de sa célébration à Fontainebleau et dans les vers des poètes flatteurs. Émouvoir pour faire comprendre : c’est cette force de la Servitude volontaire, que nous devons pouvoir estimer, en historiens et en littéraires, non pas par rapport à nous, à nos goûts ou à nos convictions, mais part rapport à son temps, la force novatrice de sa voix, celle d’une Philippique française, en 1548, en 1554 voire en 1560, quand les références qu’elle mettait en œuvre, Plutarque, Tacite ou Pétrarque, n’avaient rien d’habituel, d’usé ni de cuistre, proférées en une langue d’un éclat inconnu jusqu’alors. De ce point de vue, le discours de La Boétie n’est pas le sous-produit tardif d’un Humanisme européen indifférencié ; il porte toute la vigueur de la Renaissance française, non pas celle que l’on identifie à la seule cour : une renaissance des anciens héros et et des anciens orateurs, mais en français dans le but de permettre la renaissance d’une « franchise » et d’un ancien esprit français de liberté, dont les Parlements voulaient être le théâtre à la manière du Sénat romain.

5La Servitude volontaire peut être ainsi justement considérée comme un chef d’œuvre. Il ne s’agit pas d’un jugement de goût, qui n’engagerait que les auteurs de cette étude, comme d’autres, au contraire et tout aussi légitimement, pourraient ne pas l’apprécier. Il s’agit en premier lieu d’un chef d’œuvre au sens pratique et qualifiant du terme, marquant la fin de l’apprentissage de son auteur, jugé digne d’être reçu comme un pair par ceux qui l’on jugé sur travaux ; comme telle, la Servitude volontaire se comprend en relation à des institutions et à l’histoire de celles-ci. Il s’agit d’autre part d’une appréciation valorisante mais objective, fondée sur les critères internes, ceux de l’appréciation rhétorique, selon les valeurs littéraires de son temps : chef d’œuvre en tant qu’œuvre accomplie en son genre, qui fait apparaître la cohérence et la pertinence des moyens réunis pour produire des effets conformes à son genre et à ses buts. Cette définition ne clôt ni même ne résume le discours critique sur la Servitude volontaire, elle cherche au contraire à en stimuler l’étude approfondie.

Notes

1 C’est à ce titre, dans l’édition de la Vive Description de la tyrannie et des tyrans (1577), que la Servitude volontaire ouvre le catalogue de la bibliothèque de Dominique de Villepin (Bibliothèque Dominique de Villepin. Un itinéraire politique : vente, Paris, Drouot-Richelieu, salle 1, 28 et 29 novembre 2013 par Pierre Bergé et associés, Paris, B. Forgeot-A. Gaborit, 2013, vol. 1 : Les voleurs de feu), qui recueille les ouvrages majeurs consacrés à l’engagement de l’écrivain.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search