Version classiqueVersion mobile

De la servitude volontaire

 | 
Jean Balsamo
, 
Déborah Knop

Chapitre premier. Un texte et son histoire

Texte intégral

  • 1 Nom donné aux partisans d’une résistance active au prince lorsque celui-ci tyrannise ses sujets pr (...)

1L’histoire de la Servitude volontaire est mal connue. Elle apparaît décalée et fragmentée en autant de périodes qu’il existe de sens et d’utilisations possibles du texte. Elle est surtout incomplète, reposant sur des avatars tardifs et des témoignages indirects des premières versions du texte original. Durant tout l’âge classique, de la fin du XVIe siècle au milieu du XIXe, on connaissait la Servitude volontaire à partir de la seule tradition imprimée, établie vers 1575. D’une certaine manière, les lectures modernes de la Servitude volontaire, sous la Révolution, au XIXe siècle et pour une grande partie du XXe ont été orientées par l’usage du texte de La Boétie, ayant servi à appuyer les thèses des monarchomaques1. La Servitude volontaire trouvait sa place dans un riche ensemble de textes théoriques et polémiques qui l’éclairaient, à côté de la Francogallia (1573) du juriste François Hotman, du traité Du droit des magistrats sur leurs subjets (1574) de Théodore de Bèze, des Discours sur la manière de bien gouverner (1576) d’Innocent Gentillet. L’édition Bayard (La Boétie, 1992), établie sur le texte publié en 1577 dans les Memoires de l’estat de France, illustre cette tradition. Mario Turchetti y fait écho en proposant de s’appuyer sur le texte de la Servitude volontaire publié en 1577 sous le titre de Vive description de la tyrannie (2001, p. 446), première édition séparée, qui semble antérieure au texte des Memoires.

2Depuis quelques décennies pourtant, on a privilégié la tradition manuscrite. La connaissance de celle-ci s’est même notablement élargie par des découvertes récentes. Toutefois, il s’agit pas moins d’une tradition tardive : non seulement on ne conserve pas les originaux de La Boétie, mais de plus aucun des manuscrits connus n’est antérieur à la mort de celui-ci, en 1563. On ajoutera d’emblée que la tradition telle que nous la conservons ne réserve aucune place à Montaigne, dont aucun manuscrit ne provient et à qui aucun ne peut être rapporté sur des base documentées, alors que le discours critique n’a pas cessé d’évoquer le rôle que celui-ci aurait joué dans la transmission du texte.

  • 2 On trouvera dans les sources ci-dessous la référence de ces manuscrits.
  • 3 Biblioteca Ambrosiana, Milan ; la datation tardive de ce manuscrit, copié à la fin du XVIe siècle (...)

3Cette tradition fait apparaître trois familles de manuscrits. La première semblerait pouvoir être rattachée à une première version de la Servitude volontaire, avant l’adresse à Longa et les mentions aux poètes de la Pléiade. Mais elle est représentée par un manuscrit tardif (1605), dont le titre, Contre la tyrannie et les tyrans, renvoie de surcroît clairement à la tradition imprimée. Ce manuscrit a été récemment mis au jour, transcrit et mis en ligne par Alain Legros. La seconde, la plus connue, est représentée par le manuscrit dit De Mesmes, du nom de son premier possesseur, conservé à la Bibliothèque nationale de France2. La troisième, la plus abondante, peut être mise en relation avec la tradition imprimée : les manuscrits qui la représentent soit proviennent d’une copie commune sur laquelle ont aussi été établies les copies ayant servi à l’impression, soit sont eux-mêmes des copies établies à partir du texte imprimé. D’un côté, le manuscrit Piochet (1573) et le manuscrit Dupuy (vers 1574) ainsi que des avatars plus tardifs, le manuscrit de la Bibliothèque ambrosienne mis au jour par Jean-Eudes Girot3 (2001 b), et le manuscrit de la Folger Library (Schachter, 2008), tous deux datables de la fin du siècle ; de l’autre, les manuscrits 20157 et 17298 de la Bibliothèque nationale de France, copiés au XVIIe siècle sur les imprimés. Cette troisième tradition, contrairement à ce que l’on prétend, n’est pas fautive par rapport au manuscrit De Mesmes dont elle proviendrait, et ses variantes ne sont pas des défauts. Elle en est différente, fondée sur une autre copie, elle-même antérieure à la copie De Mesmes.

4Le stemma suivant illustre la tradition textuelle (manuscrite et imprimée) telle qu’elle était conçue par la critique (p. 74), avant les découvertes récentes.

5Le stemma suivant, provisoire, corrige cette interprétation, en se fondant sur les travaux de Marc Schachter (2008) et Renzo Ragghianti (2010) :

6Les éditions modernes du texte, depuis le milieu du XIXe siècle, reposent sur le manuscrit De Mesmes. C’est le choix de Nadia Gontarbert et de Malcolm Smith (La Boétie, 2001). Les raisons d’un tel choix sont d’ordre historique et philologique. Elles suivent aussi une option critique, réticente sinon hostile par principe au texte imprimé, et qui privilégie le manuscrit au nom d’une certaine conception de la fonction auctoriale ; le manuscrit offrirait un meilleur état du texte. Ce choix toutefois devrait inciter à bien distinguer ce qui ressortit à une première diffusion (en particulier l’évolution du texte à travers les témoins que nous en avons) et en quoi elle se distingue de la diffusion imprimée, sans considérer celle-ci comme mauvaise a priori.

7Le texte au programme du concours impose donc de se focaliser sur la tradition manuscrite, tout en prenant en considération les avatars du texte. Or cette tradition manuscrite, telle qu’elle est établie, reste problématique. L’édition due à Nadia Gontarbert, établie sur le manuscrit De Mesmes apparaît aujourd’hui datée, ne serait-ce que d’un point de vue philologique. Elle ne peut pas être considérée comme une édition de référence. Le schéma qu’elle suggère (p. 94) est entièrement à reprendre, sur la base des mises au point provisoires de Marc Schachter, qui fait apparaître que la Servitude volontaire « circulated in ways more disparate than previously imagined » (2008, p. 202), et de Renzo Ragghianti (2010). Toutefois aucun des deux chercheurs ne propose de stemma, ni même de description systématique et claire des manuscrits. Renzo Ragghianti procure en revanche un tableau analytique des variantes (2010, p. 76 et suiv.) ainsi qu’une utile liste des corrections à apporter à l’édition Gontarbert (p. 76), que nous complétons, dans le cadre de l’agrégation (voir annexe 2).

8Le manuscrit De Mesmes n’est pas l’original, ni même une copie de l’original, mais une copie établie entre 1560 et 1570, ainsi que l’a établi Marc Schachter à partir de l’étude des filigranes, et probablement postérieure à la mort de La Boétie. Il reproduit avec un écart qui demande à être estimé et par le biais de médiations textuelles que nous ignorons, un texte antérieur d’une dizaine d’années. C’est dans son état tardif qu’il est à interpréter, et tout d’abord à replacer dans une chronologie biographique et politique. Le propos est de comprendre l’originalité du texte de La Boétie en son temps et dans son contexte, – ou plutôt ses contextes, tout en prenant en considération les possibles glissements de sens induits par cette histoire textuelle complexe.

CHRONOLOGIE

9Ce tableau se restreint aux éléments en lien avec la Servitude volontaire et la vie de La Boétie. Nous introduisons quelques repères historiques relatifs aux guerres de religion, dans la mesure notamment où le programme de l’agrégation interne, auquel figure aussi La Reine Margot de Patrice Chéreau, invite discrètement à créer des liens avec la suite des événements. Ce serait néanmoins une erreur que de ne considérer la Servitude volontaire qu’à travers ce prisme rétrospectif.

Rois de France (dates de règne)

Vie de La Boétie

Vie intellectuelle et politique

François Ier (1515-1547)

1524 – Antoine de La Boétie (père de l’auteur) syndic des États du Périgord.
1525 – Antoine de La Boétie, lieutenant particulier des États du Périgord.
1er novembre 1530 – Naissance à Sarlat, d’une famille de notables fils du lieutenant du Sénéchal de Périgord.
1533 – Naissance de Montaigne.
1540 – Décès du père de La Boétie.
Orphelin, sous tutelle de son oncle.
1546 – Datation la plus haute de la Servitude volontaire, d’après Montaigne.

Premiers troubles religieux et développement du protestantisme français.
1539 – Ordonnance de Villers-Cotterêts.

Henri II (1547-1559)

Août 1548 – Révolte de Bordeaux contre la gabelle et massacre de Tristan de Moneins.
Octobre 1548 – Le connétable de Montmorency réprime l’insurrection.
1551 – Création de 60 présidiaux dans le royaume.
23 septembre 1553 – Licencié en droit civil à Orléans. Lettres patentes (dérogation) du Roi qui autorisent La Boétie à acheter la charge de conseiller (13 octobre 1553).
17 mai 1554 – Achat de la charge en question au Parlement de Bordeaux et prise de fonctions. La Boétie occupe la place laissée vacante par Guillaume de Lur Longa.
1554 – Épouse Marguerite de Carle, veuve de Jean d’Arsac et sœur de Lancelot de Carle, évêque de Riez, érudit et poète.
1557 – Arrivée de Montaigne au Parlement. Deux rencontres à Bordeaux de Montaigne et La Boétie.

Augmentation des tensions religieuses. Législation antiprotestante. 1549 – Du Bellay, La Deffence et illustration de la Langue francoyse.
1554 – Promulgation de l’Édit du Semestre.
À partir de 1555, une partie de la noblesse française se rallie à la Réforme. 1557 – Entrée d’Anne Du Bourg au Parlement de Paris.
1557 – Réunion de la Cour des Aides au Parlement de Bordeaux.
10 juin 1559 – Arrestation d’Anne Du Bourg et de quelques un de ses collègues du Parlement de Paris.
10 juillet 1559 – Mort du roi Henri II.

François II (1559-1560)

Vers 1559 – Début de l’amitié de Montaigne et La Boétie.
1559 – La Boétie très actif au Parlement.

23 décembre 1559 – Supplice et exécution publique d’Anne Du Bourg.

Charles IX (1560-1574)

1559-1560 – Datation la plus basse 1560 – Mission importante auprès du Roi et de son Conseil – dans un contexte où le Parlement de Bordeaux exerce une répression sévère à l’encontre des rassemblements huguenots. Présent aux États d’Orléans.
1560 – La Boétie est chargé du rôle de censeur dans le cadre de la répression du théâtre du collège de Guyenne par le Parlement.

Septembre-octobre 1561 – Mission de pacification avec Charles de Burie*, à propos des troubles religieux en Agenais : tentative de mettre en pratique la politique de conciliation voulue par Michel de L’Hospital, qui se solde par un échec. 6 avril 1562, 15 mai 1563 et 19 juillet 1563 – Arrêts au rapport de Montaigne. La Boétie cosignataire. Juillet-août 1563 – Mission de La Boétie en Périgord et en Agenais. 14 août 1563 – Testament de La Boétie.
18 août 1563 – Mort des suites d’une probable dysenterie.

1561 – Apogée du protestantisme en France (environ 10 % de la population).
30 mars 1562 – Début de la première guerre de religion, qui s’achèvera en 1563.
1562 – Édit de janvier (promulgué par la reine-mère Catherine de Médicis), édit de tolérance, qui accorde aux protestants le droit de s’assembler pour leur culte.
1562 – Memoire touchant l’Édit de Janvier 1562 de La Boétie (p. 268 et suiv. de l’édition au programme). 8 mai 1565 – Montaigne chargé d’une mission en Saintonge sous la direction de Henri de Mesmes. 24 novembre 1566 – Thomas, frère de Montaigne, épouse Jacquette d’Arsac, belle-fille de La Boétie. 1567-1568 – Deuxième guerre de religion.
1568-1570 – Troisième guerre religion.

Novembre 1570 – Montaigne fait imprimer à Paris les œuvres de La Boétie qui paraîtront en 1571 (mais sans la Servitude volontaire et le Mesmoire).
24 août 1572 – Massacre de la Saint-Barthélemy.
1572 – Ronsard, La Franciade (mentionnée p. 116).
1572-1573 – Quatrième guerre de religion.
1573 – François Hotman, Francogallia.

Henri III (1574-1589)

1574-1576 – Cinquième guerre de religion.
1574 – Le Reveille-matin des Français et de leurs voisins : deux extraits de la Servitude volontaire apparaissent dans le second dialogue**.
1577 – Memoires de l’estat de France sous Charles Neufiesme, Simon Goulart (qui contient le texte de la Servitude volontaire).
1577 – Vive description de la Tyrannie, et des Tyrans, Reims, Jean Mouchar.
1579 – Bûcher de la place de l’Ombrière, les Memoires de l’estat de France sont livrés au feu.
1580 – Première édition des Essais (livres I et II, dans lesquels Montaigne dit renoncer à insérer la Servitude volontaire).

* Charles de Coucys, sieur de Burie (1492-1565), capitaine de gendarmes, chevalier de l’Ordre, lieutenant général en Guyenne (1543-1563). La mission de pacification (septembre 1561), évoquée par Paul Bonnefon (1898, p. 129-134), a été longuement narrée par Blaise de Monluc (Commentaires, 1521-1576, Paul Courteault éd., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 475-499). La Boétie n’est jamais mentionné, au contraire d’autres membres du Parlement de Bordeaux.
** Voir des extraits dans l’édition de Simone Goyard-Favre (1983, p. 175-186) ou dans Panichi, 2008, p. 23 et suiv.

  • 4 La question du gallicanisme de La Boétie (doctrine revendiquant l’autonomie de l’Église de France (...)
  • 5 Max Engammare nous fait l’amitié de nous signaler la force de la notion de « servitude des conscie (...)

10On notera que la question de la religion de La Boétie n’a guère fait l’objet d’un examen critique précis. Elle a peut-être été mal posée et surtout mal périodisée. La Boétie passe pour un officier royal catholique, engagé dans la polémique anti-protestante (Buron, 2001), et c’est dans cette perspective catholique que le Mémoire a pu lui être attribué4. Montaigne, dans sa Lettre sur la mort de La Boétie, insiste longuement sur sa fin édifiante et l’admonestation qu’il aurait adressée à M. de Beauregard, son propre frère, le conjurant de « fuir ces extremitez » de l’engagement protestant. On pourra toutefois se demander si cette lettre, si complexe dans ses intentions, n’est pas une apologie destinée à confirmer ou à imposer tardivement la figure d’un La Boétie parfait catholique : ce qu’il pouvait effectivement être devenu en 1563, sans que cela ne préjuge en rien son engagement religieux antérieur, dix ou quinze ans plus tôt, dans un tout autre contexte, et d’éventuelles sympathies pour la Réforme avant que les dissensions religieuses se transforment en lutte armée ; Montaigne lui-même avoue avoir connu une tentation de cet ordre. C’est Paul Bonnefon en tout cas qui, le premier, a mis en relation la Servitude volontaire, La Boétie, et les protestants ou crypto-protestants Lambert Daneau et surtout Anne Du Bourg (1898, p. 158-160) ; cette suggestion, qui n’est appuyée par aucun document, demande toutefois à être prise en considération5.

11Cette chronologie fait apparaître la brève carrière de La Boétie, modeste mais sans comparaison plus brillante à ses débuts que celle de Montaigne. Elle doit également attirer l’attention sur les différences entre le contexte politique des années 1540-1550 ou 1550-1555 et celui des années 1570-1580. Dans les années 1540-1550, à la fin du règne de François Ier et au début de celui de Henri II, moment possible de la première rédaction de la Servitude volontaire (vers 1546-1548), La Boétie ne peut rien présager des guerres civiles à venir. Dans les années 1550-1555, qui connaissent la seconde rédaction et la diffusion confidentielle de l’œuvre, les tensions religieuses ont commencé à s’exprimer, sans que le texte y fasse la moindre allusion. Lorsque Montaigne renonce à sa publication posthume, vers 1570-1571, en même temps que les autres textes qu’il a pu se procurer, trois guerres de religion ont déjà eu lieu. Or c’est dans ce cadre que Montaigne révèle publiquement que La Boétie est l’auteur de la Servitude volontaire, qu’il fait connaître celle-ci, et renonce à l’éditer.

LE TEXTE DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE ET SA DIFFUSION

LE TITRE : DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, CONTR’UN

12Les variations du titre de l’œuvre sont à l’image de l’instabilité du texte tout entier. Le manuscrit De Mesmes que suit l’édition au programme, n’indique pas de titre ; celui que choisit Nadia Gontarbert, De la Servitude volontaire ou Le contr’un, sans le justifier réellement est arbitraire (p. 47 et suiv.).

13Le texte du manuscrit Dupuy et le manuscrit de la Bibliothèque ambrosienne de Milan proposent un titre en trois ou quatre mots indiquant le thème, sans précision quant à son statut : respectivement La Servitude volontaire et De la servitude volontaire. Cette dénomination la plus simple apparaît dans la plupart des références de l’époque, en français ou en latin : d’un côté, La Servitude volontaire (Arnaud Sorbin, dans Le Vrai réveil-matin en 1574), « sa Servitude volontaire » (Montaigne, 2007, I, 25, p. 162) ; de l’autre : De voluntaria servitute (Jacopo Corbinelli en 1570), De spontanea servitute (Nicolas Boucher, en 1576, cité dans Balsamo, 2002), Anthenotici titulo sive de spontanea servitute (Jacques-Auguste de Thou en 1611). La tradition littéraire donne donc crédit à un titre qui se limite à indiquer la thèse de l’auteur.

14C’est Montaigne qui est à l’origine de l’introduction du mot discours en relation à l’œuvre ou dans son titre, qui a conduit au syntagme Discours de la servitude volontaire. Cet usage très répandu dans les études consacrées à La Boétie, provient de la référence au texte, qui apparaît dans l’avertissement au lecteur de l’édition de La Mesnagerie de Xénophon traduite par La Boétie, daté du 10 août 1570 : « je n’ay peu recouvrer que ce que tu en vois, sauf un Discours de la servitude volontaire, et quelques Memoires de noz troubles » (Montaigne, 1965, p. 1719). La typographie uniforme ne permet pas véritablement de distinguer s’il s’agit d’un substantif suivi d’un complément ou au contraire d’un titre complet. Une vérification sur l’original imprimé conduit à penser que l’absence de majuscule à servitude indiquerait bien un titre complet : Discours de la servitude volontaire. En revanche, dès 1580, dans les Essais, Montaigne dissocie « discours » et « servitude volontaire » : « C’est un discours auquel il donna nom : La Servitude Volontaire » (2007, I, 27, p. 190). Le mot Discours apparaît ensuite au titre du manuscrit conservé à la Folger Shakespeare Library et sur le manuscrit 20157 de la Bibliothèque nationale de France.

15La dénomination Contr’un en revanche est tardive. Elle passe souvent pour avoir été inventée par Montaigne, pour qui elle aurait désigné la version « protestante » de la Servitude volontaire : « C’est un discours auquel il donna nom : La Servitude Volontaire : mais ceux qui l’ont ignoré, l’ont bien proprement depuis rebaptisé, le Contre-un » (ibid.). Or ce titre n’est pas attesté sur une publication de l’époque. On ne connaît pas de pamphlet intitulé Le Contr’un. En 1577, lorsque les protestants éditèrent le texte de La Boétie, sous la fausse adresse de Reims, ils lui donnèrent pour titre Vive description de la tyrannie et des tyrans. Toutefois le titre de Contr’un figure sur le manuscrit Piochet, accompagné de la date 1573 : Le Contre ung. Declamation sur la servitude volontaire composée par Estienne de la Boitie. Jean Piochet l’aurait-il ajouté tardivement, en recopiant l’indication donnée par Montaigne, comme l’avancent Francesca Maria Crasta et Renzo Ragghianti (2007, p. 409) ? Il n’est pas impossible que le magistrat savoyard l’ait recopié d’une publication aujourd’hui disparue, ou qu’il fasse état d’une tradition orale. Mais le fait est qu’en 1606, Piochet, en établissant une notice de son exemplaire de la Vive description, lui associe à nouveau la mention « le livre de la servitude volontaire », en négligeant cette fois le Contr’un.

16Ce titre de Contr’un, souvent utilisé aujourd’hui, n’est pas non plus une citation du texte. En dépit de ce que pourrait suggérer sa vulgarisation et sa fréquence, y compris au titre de l’édition au programme, il propose déjà une interprétation du texte, et par conséquent infléchit la perception critique.

LES DEUX ÉTAPES PROBABLES DE LA RÉDACTION DU TEXTE

17La datation de la Servitude volontaire est problématique pour deux raisons. Outre l’absence des manuscrits originaux, elle tient d’abord à une indication contradictoire de Montaigne et au flottement entre les « dixhuict » et les « seize » ans attribués à l’auteur au moment de la rédaction. La première datation (« dixhuict ») est donnée dans l’édition des Essais de 1580 ; la seconde (« seize ») est une correction manuscrite tardive, postérieure à 1588, en marge de l’Exemplaire de Bordeaux (Montaigne, 2007, p. 1417 et 201). Selon Montaigne, la Servitude volontaire aurait ainsi été rédigée en 1546 ou en 1548.

18Cette datation est mise en question par le texte lui-même, ou du moins par des passages du texte, les deux apostrophes à Guillaume de Lur Longa (p. 92-93 et 112) et l’éloge des poètes français contemporains (p. 115-116), qui ne peuvent avoir été écrits que plus tard, vers 1554. Si l’on accepte malgré tout la datation rappelée par Montaigne, le texte a dû être rédigé en deux phases au moins, bien distinctes.

  • 6 Pour prendre la mesure de cet événement dans les représentations de l’époque, voir une des gravure (...)
  • 7 Voir le présent d’énonciation (présent de l’indicatif), mais aussi les subjectif et conditionnel p (...)

19Cette fourchette chronologique assez large, de 1546 à 1554, a été encore élargie par les hypothèses de Jean-Louis Bourgeon et d’Emmanuel Buron. Le premier propose la date de 1561, pour en faire un pamphlet visant François II. Le second lie la rédaction de Servitude volontaire à l’affaire Anne Du Bourg, auquel une pièce des Poemata est dédiée, supplicié en décembre 15596, pour en faire un texte anti-protestant, contemporain du Mesmoire, dont la rédaction définitive et la diffusion dateraient des années 1560-1563. L’auteur concède toutefois l’existence de « versions antérieures et notamment celle d’avant 1548 qu’évoque Montaigne », mais il les réduit à un intérêt archéologique (2001, p. 525). La plupart des historiens, dont Michel Magnien, contestent ces datations et leur objectent le fait que Guillaume de Lur Longa disparaît en 1557 ; une rédaction postérieure conférerait aux dédicaces un statut posthume, apostrophes outre-tombe assez improbables pour deux raisons : au regard de l’analyse grammaticale des deux apostrophes d’une part7, et en termes politiques d’autre part. Pour répondre à cette objection, Emmanuel Buron propose d’identifier Longa avec un autre personnage ; celui qu’il mentionne est un obscur gentilhomme de province, sans aucun lien avec La Boétie et le Parlement. Cette identification, fondée sur une simple homonymie, avait déjà été réfutée par Bonnefon en 1896 sur les meilleures bases documentaires.

20Nous ne serons sans doute jamais à même de dater exactement ces rédactions et la première d’entre elles en particulier, ni de connaître le moment exact de la genèse de la Servitude volontaire et a fortiori les motivations de La Boétie. Sans doute, la date de la rédaction initiale est-elle importante ; c’est elle qui expliquerait le sens de l’œuvre, et révélerait ce qu’on appelle en rhétorique la causa dicendi, la raison pour laquelle l’orateur prend la parole. Mais c’est un autre texte que nous détenons, incluant les deux apostrophes à Guillaume de Lur Longa et l’éloge des poètes français, rédigé vers 1553-1554, tel que nous le transmet le manuscrit De Mesmes, qui date lui des années 1560-1570, et que reproduisent des copies plus tardives, des copies de copies. Ne se pose donc pas tant la question de savoir pourquoi le texte avait été écrit, mais plutôt ce qu’il signifiait dans cette rédaction et dans sa diffusion du vivant de l’auteur et à son initiative.

LA QUESTION DE LA TRANSMISSION

21La diffusion manuscrite du texte de La Boétie a connu deux moments bien distincts avant le moment de sa diffusion imprimée : une première diffusion que l’on pourrait qualifier de privée, confidentielle ou mieux encore, ésotérique, entre le début des années 1550 et le début des années 1570 : « C’est à proprement parler une œuvre ésotérique, destinée à rester le privilège d’un cercle d’initiés appartenant à une élite parlementaire » (Fumaroli, 1998, p. 126).

22Dès 1908, Joseph Barrère évoquait une circulation restreinte de copies au sein des Parlement de Bordeaux et de Paris, « ès mains des gens d’entendement », du vivant de La Boétie. L’une d’entre elles aurait été montrée à Montaigne. D’autres copies furent établies après la mort de l’auteur, dont une au moins servit à l’utilisation « protestante ». La circulation restreinte initiale a ainsi été suivie d’une diffusion manuscrite plus large, entre 1570 et 1600 ; celle-ci s’est faite sur la base de manuscrits différents ; elle se combine avec la publication imprimée. L’utilisation partisane du texte a commencé par la diffusion manuscrite publique, hors de la sphère de la circulation confidentielle, et elle a été portée par la publication imprimée.

LE MANUSCRIT DE MESMES

23Le manuscrit De Mesmes offre un texte considéré aujourd’hui comme texte de référence. Or il présente un certain nombre d’incohérences, de coquilles et de traits qui sont probablement des erreurs de lecture (auxquels s’ajoutent les erreurs de transcription de l’édition mise au programme). S’il s’agit du plus ancien manuscrit conservé, il n’en reste pas moins tardif, ayant été copié entre 1560 et 1570. Il a été découvert et édité une première fois par le véritable fondateur des études montaignistes, le Dr Payen (1853). Le choix et surtout la valorisation de ce texte, en relation à Montaigne via son premier possesseur, Henri de Mesmes (1531-1596), ont eu des conséquences sur l’interprétation même de la Servitude volontaire.

24En 1898, dans son étude sur La Boétie, Paul Bonnefon n’évoquait pas la transmission du texte. Un siècle plus tard, sans aucun fondement, on affirme que : « Il est plus probable que l’auteur des Essais a possédé ou lu le manuscrit original, ou à défaut, une copie effectuée directement sur celui-ci et peut-être à partir d’une dictée » (p. 46). De son côté Malcolm Smith suppose que le manuscrit « a sans doute été donné à De Mesmes par Montaigne » (La Boétie, 2001, p. 31). Ce dernier, de son côté, aurait ensuite envisagé de publier le texte ; il aurait pris conseil d’hommes d’État, en particulier de De Mesmes, « qui devenait possesseur du magnifique manuscrit » ; celui-ci aurait refusé sa divulgation. C’est la version communément admise, depuis un article de Roger Trinquet (1969), un chercheur dont on connaît l’absence de rigueur et le goût des « scénarios » fondés sur l’empilement d’hypothèses romanesques (Balsamo, 2008). De Mesmes passe pour être un « ami de Montaigne » (p. 27) et des savants de l’époque (p. 193). Cette relation a été exagérée. On ne peut en aucun cas en induire la transmission du manuscrit, de Montaigne vers De Mesmes, ou inversement, de Lur-Longa à Montaigne via De Mesmes. Tout ce qui s’est écrit sur le réseau initial ayant permis la transmission du texte est pure conjecture.

25Les catégories de « Robe », de « juristes », d’« humanistes » dans lesquelles on réunit La Boétie, De Mesmes, Montaigne sont trop vagues. Il est nécessaire au contraire de préciser les fonctions et les carrières. Henri de Mesmes, issu d’une famille originaire des Landes, est un homme de robe, un juriste certes, mais un maître des requêtes puis conseiller d’État, un « homme du roi » et non pas un parlementaire. Il avait des positions modérées en matière religieuse, éclairées en partie par ses relations avec le roi de Navarre. C’était également un collectionneur de manuscrits. Ces traits peuvent expliquer à la fois la raison pour laquelle il avait pu chercher à se faire établir une copie d’un texte subversif hostile au pouvoir royal, qui circulait de façon confidentielle, et la portée de sa réfutation, qui, rédigée au cours de années 1570 ou plus tard, ne porte que sur l’autorité royale et ne touche pas à la question religieuse.

  • 8 Louis de Saint-Gelais (1513-1589), seigneur de Lansac, chevalier d’honneur de Catherine de Médicis (...)

26Montaigne avait adressé son édition de la traduction des Règles de mariage de Plutarque due à La Boétie par une épître de dédicace à De Mesmes, en date du 30 avril 1570. Il s’agit d’une recherche de patronage, auprès d’un personnage considérable. Mais ainsi qu’il l’indique, Montaigne destine le texte de La Boétie non pas à De Mesmes en personne, mais à son épouse, « Madame de Roissy ». Enfin, ce n’est pas dans cette épître à De Mesmes que Montaigne évoque la Servitude volontaire et dévoile l’identité de son auteur, mais dans l’avis au lecteur figurant en tête du volume collectif réunissant les œuvres de La Boétie, après l’épître introduisant la traduction de La Mesnagerie de Xénophon, adressée par une épître datée du mois d’août suivant, à Monsieur de Lansac, un noble d’épée, ancien maire de Bordeaux et homme de cour, proche de Catherine de Médicis8. La subtile hiérarchie du recueil qu’éditait Montaigne, met en lumière ce personnage. Lansac, non seulement avait le pas sur De Mesmes, mais il avait connu personnellement La Boétie et l’avait aimé : « Ce personnage que je sçay avoir esté aymé et estimé de vous pendant sa vie » (1965, p. 1366). Ce lien privilégié n’a pas fait l’objet de l’intérêt de la critique. En revanche, les relations de Montaigne et de Henri de Mesmes ont souvent été présentées comme des liens d’amitié, qui auraient expliqué ce don improbable de la Servitude volontaire. Or les deux hommes semblent n’avoir jamais eu de relations avant juin 1565, lorsque Montaigne fut affecté par ordre du roi en une chambre spéciale en Saintonge, en compagnie de huit autres conseillers de Bordeaux, sous la présidence d’Henri de Mesmes (Almquist, 2004, p. 36-40). Dans le contexte de la rébellion protestante et de sa répression, Henri de Mesmes, maître des requêtes, homme du roi, était sans doute la dernière personne à qui Montaigne eût alors communiqué le texte de la Servitude volontaire, si manifestement opposé au pouvoir royal, sinon pour de mauvaises raisons qu’il est difficile d’imaginer : la déclamation contre les tyrans composée dix ans plus tôt dans un tout autre contexte ne pouvait que déconsidérer la mémoire de La Boétie et partant, de Montaigne lui-même qui s’en prévalait. Henri de Mesmes ne pouvait pas approuver ce texte : en témoigne la réfutation qu’il en fit. Le fait qu’il en ait possédé une copie ne signifie nullement une relation d’amitié, de sympathie et encore moins d’adhésion.

27Dans deux articles décisifs, Michel Simonin (2004 a, 2004 b) est revenu sur l’histoire traditionnelle de la transmission du manuscrit par Montaigne. Il a mis en lumière le rôle d’un autre De Mesmes, Jean-Pierre, un cousin impécunieux du maître des requêtes, brillant poète et homme de lettres italianisant, qui séjournait en Guyenne au début des années 1560. Henri de Mesmes l’avait chargé de lui procurer des manuscrits et autres pièces curieuses pour son information. Il reçut de lui, acquis d’un avocat bordelais, diverses pièces concernant George Buchanan, un humaniste écossais, maître de Montaigne, ainsi que des documents concernant La Boétie. Ce Jean-Jacques de Mesmes semble s’être peu après tourné vers la Réforme (voir Bingen, 2004, en particulier p. 355-356). Il n’est pas impossible non seulement que ce soit lui qui ait été l’acteur de la transmission de la Servitude volontaire à son cousin (Simonin, 2004 b, p. 500), mais également à ses coreligionnaires.

LA RÉFUTATION DE LA BOÉTIE PAR HENRI DE MESMES

28L’édition au programme présente, après le texte de La Boétie, une réfutation de celui-ci par Henri de Mesmes (p. 196-211). L’original est relié à la suite du manuscrite. Elle a pour titre Contre La Boétie. Elle consiste en une apologie de la monarchie. Henri de Mesmes indique le nom de l’auteur, soit d’après la révélation publique faite par Montaigne en 1571, soit par une autre source. Il s’agit d’une série de notes de lectures, d’excerpta dans la tradition humaniste, non mis en forme. L’orientation générale de cette réfutation est une apologie de la monarchie, due à un officier royal, et non pas un « honneste homme » (p. 194) : non pas la lecture d’un curieux bienveillant et encore moins d’un « ami », mais la lecture politique et critique d’un adversaire déterminé des thèses développées dans la Servitude volontaire. Cette réfutation souligne l’aspect paradoxal du texte de La Boétie et, tout en mettant en lumière son projet républicain, le présente comme une réflexion générale : « Ce sont discours lesgers et vains de resveurs songecreus qui n’entendent l’estat car qui voudroit y revenir [à la république] il cousteroit plus qu’il n’y pourroit avoir de fruict. Et tost on y retourneroit [à la monarchie] » (p. 203). Selon Marc Schachter (2008, p. 193), qui en analyse le papier et qui fait apparaître une référence tardive dans l’argumentation, le manuscrit n’est pas antérieur à 1577 ; il serait donc contemporain des Memoires de l’estat de France, sous Charles Neufiesme. C’est donc probablement à la lumière de l’utilisation monarchomaque qui en était faite qu’Henri de Mesmes a lu ou relu la Servitude volontaire, en prenant des notes pour sa réfutation.

LA DIFFUSION IMPRIMÉE : L’UTILISATION PAR LES PUBLICISTES PROTESTANTS

29Louis Delaruelle (1910), en interprétant une formule de Jacques-Auguste de Thou (« evulgatus Anthenotici titulo elegantissimus libellus »), a émis l’hypothèse que La Boétie avait eu le projet de faire imprimer la Servitude volontaire, voire que celle-ci a pu être imprimée dès 1548. Aucun exemplaire d’une édition publiée du vivant de l’auteur n’est connu. Ce n’est qu’après 1572 que le texte été imprimé, ou du moins a fait l’objet d’une diffusion imprimée prouvée.

30Le lien entre la tradition manuscrite et la tradition imprimée n’est pas établi avec précision. Ce qui est parfois affirmé du rôle prétendu d’Henri de Mesmes dans la transmission de son propre manuscrit aux protestants est sans autre fondement qu’une représentation romanesque de l’amitié qui l’aurait lié à Montaigne d’un côté, à François Hotman (1524-1590), un magistrat protestant, maître des requêtes du roi de Navarre, de l’autre, et qui fait ainsi de lui un intermédiaire obligé et complaisant, indépendamment de toutes les divergences politiques et religieuses qui pouvaient séparer ces trois personnages. Non seulement les éditions imprimées ne dérivent pas de son manuscrit mais d’une autre tradition, mais encore lui-même, radicalement hostile en tant qu’homme du roi aux thèses soutenues par La Boétie et à plus forte raison à leur interprétation en termes monarchomaques, pouvait difficilement contribuer à faire publier un texte séditieux (on ne suivra pas sur ce point Panichi, 2008, p. 24-25), sauf à imaginer trahison et double jeu, des implications encore plus romanesques que l’interprétation habituelle.

31Comment le texte de La Boétie a-t-il alors été transmis ? La Servitude volontaire circulait en manuscrit dans le milieu parlementaire bordelais. Un texte manuscrit confié à un tiers pour lecture s’exposait à être recopié. En toute indépendance d’Henri de Mesmes et de Montaigne, et bien avant son utilisation publique, la Servitude volontaire pouvait être passée aux protestants de Guyenne ou de la cour de Navarre après avoir été copiée par un parlementaire protestant ou plus exactement crypto-protestant, après l’obligation du serment de catholicité. Elle a aussi pu être transmise par d’autres intermédiaires, également liés aux réformés, ainsi Jean-Pierre de Mesmes, qui avait acquis à Bordeaux des documents concernant La Boétie, ou encore le sieur de Poyferré, « un homme d’affaires et d’entendement », ami de La Boétie, bien avant que Montaigne connût celui-ci, et qui détenait ses poèmes ; de surcroît, Poyferré était lui-même au service de la cour de Navarre (sur ce personnage, voir Balsamo, 2004, p. 363-384). Si cette transmission a pu se faire si aisément et si les publicistes protestants ont pu faire un usage si efficace de la Servitude volontaire, c’est que celle-ci était connue, précédée par une réputation confidentielle, et qu’elle trouvait un terrain particulièrement favorable et préparé à son expansion.

32Généralement critiquées, considérées comme « très suspectes » par Malcolm Smith, les éditions imprimées offrent cependant parfois « un texte plus clair que le manuscrit » De Mesmes (p. 31). Les variantes sont de même nature que celles que l’on trouve entre les différents manuscrits ; dans quelques cas significatifs, elles correspondent à l’adaptation du texte à un nouveau contexte et à de nouveaux lecteurs, sans que l’on puisse véritablement évoquer une transformation du manuscrit original, que l’on ne connaît pas, en termes de gauchissement, d’esquive, voire de censure (pour une interprétation différente des variantes, voir Tournon, 1999, p. 61-76).

  • 9 Il existe en fait 3 éditions en français parues la même année sous la même adresse ; 2 semblent av (...)

33La Servitude volontaire parut pour la première fois, sans titre ni nom d’auteur, et de façon fragmentaire, en 1574, sous la fausse adresse d’Édimbourg, dans un pamphlet protestant, le Reveille-matin des Francois. Cet ouvrage avait d’abord paru en latin sous le titre Dialogi ab Eusebio Philadelphi Cosmopolita in Gallorum cæterorum nationum gratiam compositi9. Il est construit en forme de dialogue entre le Politique et l’Historiographe. Le second dialogue donne deux extraits du discours de La Boétie, représentant un sixième du texte original (p. 178-180, 180-190). La version française fait allusion à la Servitude volontaire dès le poème liminaire adressé « aux vrais gentilshommes françois » :

Pourquoi Françoise Noblesse
D’un Tyran t’estonnes-tu ?
Qui n’a force ne vertu, Sinon celle qu’on luy laisse. […]
Celui qui craint ou desire
N’est resolu ne constant.
Et le licol va trainant
Par où le Tyran le tire.

34L’attribution du Réveille-matin est longtemps restée mystérieuse. L’ouvrage complet combine probablement des contributions diverses. Il est souvent donné à Nicolas Barnaud, un protestant dauphinois, auteur possible du premier dialogue publié seul en 1573. Mais le second dialogue et l’extrait de la Servitude volontaire sont à rapporter à François Hotman, sur la base d’une allusion en forme de signature, évidente dans la traduction latine du texte de La Boétie :

Incredibile dictu est quantam generositatem suorum defensorum animis ingeneret et excitet libertas. Quod autem quotidie factitari in Francogallia nostra cernimus ut homo solus mille civitates pro libidine foede conculcet quis unquam nisi oculatus testis crederet ?
[…] mais ce qui se fait tous les jours devant nos yeux, en nostre France : Qu’un homme mastine cent mille villes […]
C’est chose estrange d’ouir parler de la vaillance que la liberté met dans le cœur de ceux qui la deffendent ; mais ce qui se fait en tous pais, par tous les hommes, tous les jours, qu’un homme mastine cent mille et les prive de leur liberté, qui le croiroit s’il ne faisoit que l’ouir dire et non le voir. (p. 84)

35L’éditeur du Réveille-matin modifie le texte sur un point particulier, remplaçant « tous païs » par « notre France », et dans la version latine, par la forme « Francogallia ». Là où La Boétie définissait une situation générale, le Réveille-matin fait de la tyrannie une réalité française, sous le règne de Charles IX surnommé le « Chasseur déloyal ». Joseph Barrère (1914) a montré que cette modification, par l’emploi d’une expression peu ordinaire, désignait indubitablement Hotman, l’auteur de la Francogallia, publiée l’année précédente.

  • 10 Voir Testoni Binetti, 2002, qui donne une excellente analyse du Reveille-matin.
  • 11 Max Engammare a démontré que, contrairement à ce qui a longtemps été affirmé par l’historiographie (...)

36Les pages de la Servitude volontaire sélectionnées dans le dialogue et partagées entre le Politique et l’Historiographe posent la question de la soumission10. Le Politique reprend l’accusation de lâcheté, que la Servitude volontaire avait adressée au peuple et l’adapte, en ajoutant un développement sur les lois et les États, qui en accentue le scandale : « pouvant vivre sous les bonnes loix, et sous la protection des estats, [le peuple] veut vivre sous l’iniquité, sous l’oppression et injustice, au seul plaisir de ce tyran » (p. 190). L’Historiographe s’interroge pour savoir si la longue habitude de la soumission populaire a fait disparaître définitivement « la mémoire de la liberté ». Il ajoute au texte de la Servitude volontaire une réponse originale : il s’agit d’une mémoire perdue, mais qui peut être retrouvée sous une « belle forme d’administration de l’estat, de la justice et de la police », dont Hotman, dans la Francogallia, avait déjà défini les traits. À la différence de la Servitude volontaire, le Reveille-matin donne une réponse juridique et institutionnelle positive, qui n’est pas moins radicale. Mais, au contraire de la Servitude volontaire, la forme dialoguée, dans la fiction d’une rencontre dans une auberge de Fribourg, met en évidence la nature problématique de cette solution, objet d’un débat au sein même du parti protestant11. L’élément central en est la conception d’une résistance active, dont le Reveille-matin ne se borne pas à affirmer un droit dans l’absolu, mais souligne le devoir moral de s’opposer à la tyrannie incombant au peuple, à la fois en tant qu’il est représenté par des institutions et sous la forme des individus particuliers qui le composent.

  • 12 Certains exemplaires sont reliés avec la Resolution claire et facile sur la question de la prise d (...)

37La première édition complète et séparée du texte de La Boétie, parut sous le titre de Vive description de la tyrannie et des tyrans avec les moyens de se garentir de leur joug, sous la fausse adresse de Reims. On ignore son éditeur. Cet ouvrage, publié sans nom d’auteur, était traditionnellement attribué à François de La Noue, voire à son fils Odet, avant d’être rendu à La Boétie12 (Barmann, 1989, p. 139-146). Le titre porte une citation tirée de la treizième Philippique de Cicéron, appelant à l’élimination du tyran :

  • 13 Voir le passage entier de cette 13e Philippique de Cicéron infra.

Quem discordiæ, quem cædes civium, quem bellum ciuile delectat, eum ex numero hominum eiiciendum, ex finibus humanæ naturæ censeo exterminandum 13 .
Celui qui, dans la discorde, dans le massacre des citoyens, dans la guerre civile trouve ses jouissances : un tel être […] est en dehors de l’humanité ; il doit être banni du commerce des mortels, comme étranger à leur nature. (traduction : Joseph-Victor Le Clerc)

38Au moins deux exemplaires sur les cinq connus, portent de surcroît une mention manuscrite contemporaine sur le titre, qui rend laVive description à son véritable auteur : « Par le s.r de la boetie Con[seill]. er au parlement de bordeaux. » S’il retrouvait son bien, La Boétie était aussi définitivement impliqué dans la rébellion protestante et le combat des monarchomaques.

  • 14 D’autre part, les Memoires de l’estat de France ont également fait l’objet de la censure genevoise (...)

39La Servitude volontaire fut publiée sous son titre, la même année 1577, dans le troisième volume d’un recueil réunissant un riche ensemble de pièces polémiques liées aux guerres de religion en France, Les Memoires de l’estat de France sous Charles neufiesme. L’éditeur en est Simon Goulart (1543-1628), un éditeur de métier et l’un des agents les plus talentueux de la propagande protestante. Les problèmes bibliographiques de cette publication ont été résolus (Calemard, 1947) ; le texte, parfois meilleur que celui du manuscrit De Mesmes, a servi de base à une édition moderne de la Servitude volontaire. Il manque toutefois une étude mettant en relation celle-ci et les autres textes réunis dans les Memoires, afin de faire apparaître références communes et divergences permettant d’apprécier la singularité de la Servitude volontaire comme texte de combat, parmi des dizaines d’autres dont certains sont au moins aussi radicaux. Le 9 mai 1579, par décret du Parlement de Bordeaux les Memoires de l’estat de France furent livrés au feu, et donc la Servitude volontaire. Cependant ce n’est pas la Servitude volontaire en tant que telle qui subit cette censure, mais les Memoires dans leur ensemble14. La Servitude volontaire se voyait ainsi confirmée comme un texte subversif, mais au même titre que l’ensemble des pamphlets huguenots avec lesquels elle se confondait.

40Les éditeurs protestants ont donné au texte confidentiel de La Boétie sa notoriété. Ils l’ont fait dans un nouveau contexte politique et religieux, en s’appropriant ce texte qui, à l’origine n’était pas écrit pour eux, mais qu’il leur était facile d’adapter, au prix de minimes modifications. Ce faisant, ils en infléchissaient la portée. Était-ce pour autant une « trahison » ? Pour Joseph Barrère, « le texte de la platonique dissertation du bon La Boétie » (1923, p. 385) est devenu une diatribe, un violent pamphlet dans le cadre d’une polémique passionnée. C’était, comme nous le verrons, sous-estimer l’homme et la nature de sa Servitude volontaire. Pour Emmanuel Buron, les protestants, en le transformant et à travers une forme fragmentaire, se seraient réapproprié un discours qui à l’origine était dirigé contre eux ; ils auraient « inventé un pamphlet démocratique à partir de la réflexion élitiste et désillusionnée du magistrat en décidant de la donner à lire à tous » (2001, p. 531-532). C’est, là aussi, se tromper sur les origines et les buts du discours de La Boétie comme sur la nature de la rébellion protestante. La Servitude volontaire, ne contient aucune mention aux protestants ni à une quelconque tyrannie religieuse ; elle n’a pas été composée contre les huguenots, et ceux-ci, dans aucune des publications qu’ils donnèrent du texte, ne modifièrent son argumentation dans un sens « démocratique ».

41Si le texte connut un infléchissement, ainsi que le suggèrent le premier titre sous lequel il a été publié séparément et l’épigraphe qui l’accompagne, c’est par l’accent mis sur la tyrannie et la nécessité de combattre celle-ci les armes à la main, au détriment de ce que la notion même de servitude volontaire pouvait avoir de paradoxal et de provocant dans le texte original. Celle-ci (« ceste opiniastre volonté de servir », p. 89) sert simplement à expliquer les origines d’une maladie qui affecte les Français, et en particulier les catholiques, grave au point qu’ils ne s’en rendent pas compte ; elle a permis la tyrannie à l’origine du massacre de la Saint-Barthélemy. Cette tyrannie est contraire à l’ancienne tradition politique de la France, fondée à la fois sur les trois colonnes (administration de l’État, justice, police) et les États de la nation, qui délèguent le pouvoir aux rois. Contrairement à la leçon de non-obéissance de La Boétie, les publicistes protestants lancent un appel à la résistance armée (voir Panichi, 2008, p. 24-28), sous la forme non pas d’une insurrection populaire, mais d’une guerre dirigée par les princes protestants.

42On a pu supposer d’après un témoignage d’un publiciste catholique, Arnaud Sorbin publié en 1576, qu’une première édition de la Servitude volontaire aurait paru avant cette date : « Vous [les Protestants], estes à present parvenuz à dire tout hault, et escrire en vos Libelles de la Servitude volontaire, et du resveille-matin, que ceux qui s’assujetissent au Roi se font grand tort de ne se retirer de son obeyssance » (cité dans Calemard, 1947). L’indication « imprimé » portée sur le titre du manuscrit Dupuy semble confirmer cette indication. Cette édition toutefois n’a pas été retrouvée.

43Agrippa d’Aubigné, lui-même à la fois protestant et en lutte contre le pouvoir royal des Bourbons, prolongea au XVIIe siècle la célébration d’un livre de combat, exprimant la voix de la liberté et de la franchise, contre la tyrannie et il en actualisa la portée aux combats des années 1620 :

Il seroit encores à renvoyer à la Servitude volontaire de la Boëtie et plusieurs autres doctes et libres discours, de ceux qui en France ont demourez françois, que le gaing, la flatterie, la bestise ou l’extreme pauvreté n’ont pas rendus marchands et prostitueurs de ce que nature leur avoit donné. (Panichi, 2008, p. 45)

  • 15 Agrippa d’Aubigné, Du Debvoir mutuel des roys et des subjets, dans Jacques Bailbé, Marguerite Soul (...)

44En même temps, il fait état d’une récupération de la Servitude volontaire par ses ennemis de jadis, les catholiques de la Ligue, qui avaient été « poussés à remettre en lumière le livre de la Boëtie touchant la Servitude volontaire15 ». Cette paradoxale utilisation catholique se comprend pour deux raisons ; d’une part, parce qu’à la fin du XVIe siècle, les thèses des monarchomaques avaient changé de camp et que certains catholiques prenaient à leur compte une dénonciation du tyran qui visait désormais Henri III, meurtrier des Guises, puis Henri IV, prince apostat ; d’autre part, en raison d’une idée républicaine qui s’était développée chez les Ligueurs parisiens au moment de la succession au trône (voir Labitte, 1841). Ces versions catholiques de la Servitude volontaire, si du moins elles ont existé et n’ont pas été une fiction inventée à des fins polémiques par Aubigné, ne nous sont pas parvenues.

45En refusant de publier la Servitude volontaire, en insistant sur le mauvais usage qu’en auraient fait les protestants, Montaigne insistait au contraire sur l’absence de pertinence du texte de La Boétie dans le contexte des guerres de religion, où, selon lui, ne se posait pas tant la question de la tyrannie que celle de la sédition et partant, du désordre.

MONTAIGNE ET LA SERVITUDE VOLONTAIRE

46L’histoire de la Servitude volontaire, celle de son texte et celle de sa diffusion manuscrite et imprimée, a été souvent rapportée à Montaigne, conséquence inévitable d’une conception qui, depuis le XVIIIe siècle, faisait de l’œuvre de La Boétie une « parure » des Essais et de La Boétie lui-même comme un complément, ou un ornement de Montaigne. L’amitié célèbre qui unissait les deux écrivains, vulgarisée au point d’être devenue un lieu commun, a servi à la gloire de Montaigne, mais elle a offusqué la personnalité et l’œuvre de La Boétie. Celles-ci ont existé non seulement avant que Montaigne ne s’en empare à titre posthume, mais avant même cette amitié tant célébrée : la Servitude volontaire a été élaborée et diffusée en toute indépendance de Montaigne (voir notamment Magnien, 2010, p. 124-127). Sa mise au programme de l’agrégation peut être enfin l’occasion d’étudier ce texte pour lui-même. Il n’est pas moins nécessaire, afin d’éviter toute confusion, de faire le point sur le discours posthume tenu par Montaigne, qui a contribué de façon décisive à la réputation du texte et de son auteur

LA QUESTION DE L’AMITIÉ

47L’amitié définit la relation entre les deux hommes. Elle a été évoquée par La Boétie et par Montaigne, sur des modes différents : discret et érudit par le premier, dans ses Poemata (Hirstein, 1999) ; personnel et apologétique par le second. La formule si connue « parce que c’était lui, parce que c’était moi » est le résultat d’une longue élaboration littéraire. Dans une première rédaction, en 1580, Montaigne avait écrit : « Si on me presse de dire pourquoy je l’aymoys, je sens que cela ne se peut exprimer. » Dans un ajout tardif, porté dix ans plus tard dans les marges de l’Exemplaire de Bordeaux, il précisa : « […] ne se peut exprimer disant : parce que c’estoit luy. » Puis : « […] ne se peut exprimer qu’en respondant : par ce que c’estoit luy. » Mais ce n’est que dans une dernière rédaction, marquée par une différence d’encre et de graphie, que sa conception trouva sa forme définitive : « […] ne se peut exprimer, qu’en respondant : parce que c’estoit luy, par ce que c’estoit moy » (2007, p. 195 et variantes, p. 1414).

48Dans le chapitre « De l’amitié », voué au souvenir de La Boétie, Montaigne développe un topos humaniste, en exaltant les valeurs morales qui se rattachent à l’amitié (humanité, reconnaissance entre pairs, transcendance, concorde), de manière codifiée depuis l’Éthique à Nicomaque et l’Éthique à Eudème d’Aristote (voir Desan, 2014, p. 159 et Guerrier, 2012, p. 65 et suiv.). Montaigne fait de cette relation une expérience unique, une révélation d’ordre privé, la rencontre entre deux grandes âmes. Il minore la dimension collective et sociale de cette notion, telle que la Boétie lui-même l’exprime dans la Servitude volontaire et telle qu’elle donne sens à celle-ci, dans le cadre de l’institution parlementaire et de la République des lettres (voir infra).

49Dans la pratique, cette relation a pu faire jouer des considérations moins éthérées. Selon Philippe Desan, le fait de rendre cette relation publique, dès 1570, aurait permis à Montaigne de s’avancer « lui-même sur la scène politique par l’intermédiaire du nom de son ami. » (2012, p. 44) ; l’amitié aurait servi « de pré-texte – au sens littéral du terme – à des ambitions plus mondaines » (ibid., p. 50). La relation qui avait lié La Boétie et Guillaume de Lur Longa, nettement mise en avant dans la Servitude volontaire, était-elle du même ordre et obéissait-elle à de semblables considérations ? Servait-elle des ambitions, plus parlementaires que mondaines en ce qui concerne La Boétie ? Une différence radicale les sépare en fait : La Boétie adresse son discours à Longa, une autorité dont le nom suffisait à accréditer le jeune conseiller au sein de la Grande robe en son début de carrière. En revanche, si Montaigne a bien recherché l’amitié de La Boétie au moment difficile de sa propre entrée au Parlement de Bordeaux, c’est après la mort de La Boétie et au moment où lui-même quitte ses fonctions au Parlement, qu’il fait état de cette amitié, en dévoilant un nom qu’il valait peut-être mieux passer sous silence.

LA PREMIÈRE MENTION

50Tout le discours de Montaigne au début des années 1570 s’inscrit en fait dans un dessein manifeste : la captation de la mémoire, à défaut de l’héritage, de La Boétie. Il est formulé à l’occasion de l’édition des Œuvres de La Boétie procurée par Montaigne, à la fin de l’année 1570, les différents volumes étant publiés à la date de 1571. Celle-ci, une édition privée, circula dès les années suivantes au sein du Parlement de Bordeaux, selon le témoignage du poète Pierre de Brach, lui-même avocat en Parlement, dans son Hymne de Bordeaux (1576, fol. 84).

  • 16 La Mesnagerie de Xenophon. Les Regles de mariage de Plutarque. Lettre de consolation de Plutarque (...)

51Ce discours d’appropriation est développé dans les différentes pièces du paratexte du volume des œuvres de La Boétie édité par Montaigne en 1570-157116. Il débute dans le Fragment d’une lettre consacré à la mort de La Boétie :

Quant ses dernières paroles, sans doubte si homme en doit rendre bon conte, c’est moy, tant par ce que du long de sa maladie, il parloit aussi volontiers à moy qu’à nul autre : que aussi pource que pour la singuliere et fraternelle amitié que nous nous estions entreportez, j’avois très-certaine congnoissance des intentions, jugemens et volontez qu’il avoit eu durant sa vie, autant sans doute qu’homme peut avoir d’un autre. (Montaigne, 1965, p. 1348)

52Il se poursuit, à la date du 10 août 1570, dans l’Avertissement au lecteur de la traduction de La Mesnagerie de Xénophon, à la suite de la lettre à M. de Lansac, où apparaît la première mention à la Servitude volontaire :

Lecteur, tu me dois tout ce que tu jouis de feu M. Estienne de la Boëtie […] n’ayant trouvé autre chose dans sa Librairie, qu’il me laissa par son testament […] et que depuis sept ans que nous l’avons perdu, je n’ay peu recouvrer que ce que tu vois, sauf un Discours de la servitude volontaire, et quelques Mémoires de noz troubles sur l’Edict de janvier, 1562. Mais quant à ces deux dernieres pieces, je leur trouve la façon trop delicate et mignarde pour les abandonner au grossier et pesant air d’une si mal plaisante saison (ibid., p. 1719)

53En réalité, Montaigne n’avait pas hérité des papiers de La Boétie. La publication de 1570-1571 est le résultat de sa chasse aux documents, et non pas d’un legs. Le manuscrit de la Servitude volontaire dont il semble avoir disposé était probablement une copie et non pas le manuscrit original (Simonin, 2004 a, p. 459). Il évoque une partie perdue de l’œuvre de son ami, refuse de publier la Servitude volontaire et le Memoire dans le contexte des troubles. Toutefois, il ne justifie pas ce refus par l’utilisation polémique et publique dont la Servitude volontaire ne fera l’objet qu’après la Saint-Barthélemy. Sa réticence met simplement en évidence l’inopportunité du texte dans un contexte politique nouveau, dans lequel il pourrait du fait de sa subtilité d’argumentation, « trop delicate et mignarde », être mal compris.

54Pourtant, en soustrayant la Servitude volontaire au public, Montaigne est aussi le premier à livrer publiquement l’identité de son auteur ; cela peut apparaître comme une forme de dénonciation (Simonin, 2004 a, p. 442), du moins comme une imprudente révélation. À partir de ce moment, le texte, jusqu’alors anonyme, est mis sous le nom de son auteur, mais d’un auteur disparu, au risque d’une damnatio memoriæ. Ce n’est sans doute pas un hasard si la réfutation qu’Henri de Mesmes fit du texte avait pour titre « Contre La Boétie ».

LA SERVITUDE VOLONTAIRE DANS LES ESSAIS

55Ce discours réticent et ambigu fit l’objet de corrections et de développements dans les Essais à partir de 1580. Montaigne y évoqua plus longuement la Servitude volontaire que dans les deux passages cités ci-dessus : le texte de La Boétie en effet était devenu public et il devait être justifié, fût-ce au prix d’une étrange succession de dénégations.

56Montaigne évoque son propre projet littéraire. La Servitude volontaire est censée s’insérer dans son livre comme un tableau dans un cadre de grotesques, ces motifs ornementaux des anciens Romains, redécouverts à la Renaissance (voir Dubois, 2004) :

Je me suis advisé d’en emprunter un d’Estienne de la Boitie, qui honorera tout le reste de cette besongne. C’est un discours auquel il donna nom : La Servitude volontaire : mais ceux qui l’ont ignoré, l’ont bien proprement depuis rebatisé, le Contre-un. Il l’escrivit par manière d’essay, en sa premiere jeunesse, à l’honneur de la liberté contre les tyrans. Il court pieça ès mains des gens d’entendement, non sans bien grande et meritée recommandation : car il est gentil, et plein de ce qu’il est possible. Si y a il bien à dire, que ce ne soit le mieux qu’il peust faire. (2007, I, 27, p. 190)

57Les éditions antérieures font apparaître deux variantes significatives. La première porte sur le titre de l’œuvre : [80-82 nom De la Servitude] ; la seconde sur l’âge de son auteur : [80-88 jeunesse, n’ayant pas atteint le dix-huitiesme an de son aage,].

58Montaigne présente la Servitude volontaire comme un discours épidictique en l’honneur de la liberté. L’interprétation en clefs rhétoriques et érudites qu’il donne du discours de son ami est à l’origine de l’interprétation du texte comme d’un discours général, détaché de tout contexte précis. Son jugement, nourri de Quintilien, développe sur un mode original le topos humaniste du puer senex, du jeune homme pourvu du savoir et de l’expérience d’un vieillard : il valorise en fait le texte du jeune La Boétie, dans ses excès même (Knop, à paraître a). Ceux-ci sont les indices prometteurs d’un génie précoce, mais qui n’a pas eu de suite, ainsi que l’indique la dernière phrase : « Si y a il bien à dire, que ce ne soit le mieux qu’il peust faire ».

59À la fin du même chapitre, Montaigne reprend, précise et corrige son propos :

  • 17 « Du moins t’aimerai-je toujours », Catulle, LXV, vers 11. À propos de ces vers, voir Legros, 2012

[…] at certe semper amabo17. Mais oyons un peu parler ce garson de seize ans. Parce que j’ay trouvé que cet ouvrage a esté depuis mis en lumière, et à mauvaise fin, par ceux qui cherchent à troubler et changer l’estat de nostre police, sans se soucier s’ils l’amenderont, qu’ils ont meslé à d’autres escrits de leur farine, je me suis dédit de le loger icy. Et affin que la mémoire de l’autheur n’en soit interessée en l’endroit de ceux qui n’ont peu cognoistre de près ses opinions et ses actions : je les advise que ce subject fut traicté par luy en son enfance, par manière d’exercitation seulement, comme subject vulgaire et tracassé en mil endroits des livres. Je ne fay nul doubte qu’il ne creust ce qu’il escrivoit : car il estoit assez conscientieux, pour ne mentir pas mesmes en se jouant : et sçay d’avantage que s’il eust eu à choisir, il eust mieux aymé estre nay à Venise qu’à Sarlac ; et avec raison : Mais il avoit un’autre maxime souverainement empreinte en son ame, d’obeyr et de se soubmettre très-religieusement aux lois, sous lesquelles il estoit nay. Il ne fut jamais un meilleur citoyen, ny plus affectionné au repos de son païs, ny plus ennemy des remuements et nouvelletez de son temps : il eust bien plustost employé sa suffisance à les esteindre, qu’à leur fournir dequoy les emouvoir d’avantage : il avoit son esprit moulé au patron d’autres siecles que ceux-cy. (2007, I, 27, p. 201)

60Les éditions antérieures présentent trois variantes notables : l’une porte sur le lien entre Sarlat et Venise : [80 Sarlac, mais 82-88 Sarlac, et avoit raison] ; l’autre corrige « patrie » en « païs », déniant peut-être à la France d’être la véritable partie de La Boétie, plus vénitien ou romain de cœur que français : [80-88 repos de sa patrie]. La troisième est la plus importante : elle corrige la mention de l’âge qu’avait La Boétie au moment où il aurait rédigé la Servitude volontaire : [80-82-88 garson de dixhuict ans]. Dans sa dernière rédaction, Montaigne rajeunit son ami pour en faire un « garson de seize ans ».

  • 18 Les Essais, III, 12, « De la phisionomie » : « La laideur qui revestoit une ame très-belle en La Bo (...)

61Plus important encore, une dénégation : « ne mentir pas mesmes en se jouant ». Montaigne fait de la Servitude volontaire un épisode de la jeunesse de La Boétie, un jeu en apparence sans portée, mais qui n’en exprime pas moins la vérité des conceptions celui-ci. Ce que dit la Servitude volontaire, dans ses excès, exprime la vérité de la pensée de son auteur. Dans toute son argumentation, Montaigne cherche à réfuter le soupçon qui pèse sur le texte de La Boétie depuis sa diffusion publique et que la diffusion imprimée semble confirmer : d’être un pamphlet, un manifeste séditieux, de la même veine que les textes des monarchomaques. Mais il ne s’agit pour lui en aucun cas d’une rétractation de la Servitude volontaire. Celle-ci conserve, selon lui, sa vérité, du moins celle à laquelle croyait La Boétie, sur le pouvoir des rois et l’esprit de servitude, à défaut d’avoir encore une pertinence dans le débat politique des guerres de religion, qui opposent, selon Montaigne, deux partis, des fauteurs de désordre et des rois faibles (voir Balsamo, 2010). La figure de La Boétie apparaît ainsi comme celle d’un silène18, inscrit dans l’histoire de son temps : d’un côté un jeune homme qui pense et s’exprime à l’antique, tenant un discours contre la monarchie tyrannique (vers 1546-1548, selon Montaigne, en fait vers 1554), de l’autre, un magistrat chargé de l’ordre public, en 1560-1563, dans les réalités dramatiques de la sédition. Si Montaigne insiste sur les deux époques et sur les deux figures, en dépit des apparences, il fait disparaître toute contradiction entre le discours du jeune homme et l’action du magistrat, qui ressortissent à une même vertu, à un même idéal civique et à un même respect des lois.

62En 1588, dans un ajout au chapitre « De l’institution des enfans », Montaigne revient sur la Servitude volontaire à l’occasion d’un éloge de Plutarque :

Comme ce sien mot, Que les habitans d’Asie servoient à un seul pour ne sçavoir prononcer une seule syllabe, qui est, Non, donna peut estre, la matiere, et l’occasion à la Boetie, de sa Servitude volontaire. (2007, I, 25, p. 162)

63Cette interprétation littéraire, donnée par Montaigne, est à interpréter et à historiciser (voir Guerrier, 2008). Montaigne le suggère par la modalisation (« peut-estre »). Elle sert, une nouvelle fois, à limiter la portée du texte de La Boétie, à l’adoucir, à dissimuler ce qu’il avait de radical au moment de sa conception et ce qu’il conservait de provocant voire d’inacceptable au moment de sa diffusion. En même temps, cette précision éclaire peut-être les origines savantes du texte, elle met l’accent sur un paradigme politique inventé par La Boétie et appelé à un grand succès dès l’époque de Montaigne, ce que l’on appellera plus tard le despotisme oriental. Elle confirme surtout qu’en 1588, le succès du livre et des thèses de La Boétie étaient encore d’actualité.

64Dans la suite des Essais, Montaigne tient un discours général sur La Boétie, qui évolue, en forme de comparaison implicite, jusqu’à un étrange processus de dévalorisation, dans le chapitre II, 17, « De la praesumption » :

Et le plus grand que j’aye conneu au vif, je di des parties naturelles de l’ame, et le mieux né, c’estoit Estienne de la Boitie : c’estoit vrayement un’ame pleine et qui montroit un beau visage à tout sens ; un’ame à la vieille marque : et qui eust produit de grands effects, si sa fortune l’eust voulu : ayant beaucoup adjousté à ce riche naturel, par science et estude. (2007, p. 698)

65La dévalorisation progressive de la figure politique et savante de La Boétie a permis par contraste l’édification d’un personnage inédit : Montaigne lui-même (sur ce chap., voir Balsamo, 2005).

LA PUBLICATION NON ADVENUE

66La Boétie et la Servitude volontaire sont ainsi, pour des raisons historiques, indissociables de Montaigne et des Essais (voir Simonin, 2004). Cette relation s’établit dès 1570 pour se développer et se préciser en 1580 puis en 1588. Elle a déterminé le discours porté sur l’homme La Boétie et sur son œuvre. Ce que les premiers bibliographes français, La Croix du Maine et Du Verdier, écrivent sur La Boétie, en 1584-1585, est tiré de Montaigne. Arthur Armaingaud a poussé cette relation jusqu’à l’extrême en croyant pouvoir soutenir que Montaigne était le véritable auteur de la Servitude volontaire.

67Cette relation à Montaigne et ce discours montaignien sont à examiner en termes critiques, dans leur continuité et leur évolution. Il convient en particulier de distinguer le discours que tient Montaigne en 1570-1571, qui accompagne son premier refus de publier la Servitude volontaire (renvoyant à leur « façon trop delicate & mignarde »), ce qu’il écrit en 1580, qui accompagne son second refus de publier le texte, qu’il remplace par les Sonnets (« cet ouvrage a esté depuis mis en lumière, et à mauvaise fin, par ceux qui cherchent à troubler et changer l’estat de nostre police »), et enfin ce qu’il écrit en 1588-1595, avant de supprimer les sonnets, en utilisant le même prétexte (« Ces vers se voient ailleurs »). Les seuls textes de La Boétie que Montaigne ait refusé de faire imprimer sont donc les deux œuvres politiques. De ce refus ou de cette impossibilité provient une partie des incertitudes qui entourent la tradition textuelle, mais aussi l’évolution de la diffusion imprimée.

68On résumera les étapes de la genèse et de la diffusion de la Servitude volontaire : le temps de la composition (vers 1546-1549, en relation possible aux événements de Bordeaux) ; la rédaction de la version définitive (vers 1553-1557) et sa diffusion confidentielle ; le temps de la diffusion élargie (1560-1571) : l’identification précise par Montaigne, à la date du 10 août 1570, la première mention effective de l’œuvre étant due à Corbinelli, dans sa lettre du 4 novembre 1570 à Pinelli ; le temps de l’utilisation protestante (après 1572), marqué par la publication (1574, 1577), sous différentes formes et différents titres ; le temps de la réfutation, de la critique mais aussi de la notoriété, parallèle à la réfutation de l’interprétation protestante (1574-1595).

Notes

1 Nom donné aux partisans d’une résistance active au prince lorsque celui-ci tyrannise ses sujets protestants.

2 On trouvera dans les sources ci-dessous la référence de ces manuscrits.

3 Biblioteca Ambrosiana, Milan ; la datation tardive de ce manuscrit, copié à la fin du XVIe siècle et non pas vers 1570, a été démontrée dans Ragghianti, 2010.

4 La question du gallicanisme de La Boétie (doctrine revendiquant l’autonomie de l’Église de France par rapport à la papauté, définissant un catholicisme non romain, qui ne se confond pas avec la Réforme) demanderait à être précisée (Bonnefon, 1898, p. 133).

5 Max Engammare nous fait l’amitié de nous signaler la force de la notion de « servitude des consciences » dans le discours protestant des années 1550 : dans une lettre à Calvin du 28 mai 1558, Théodore de Bèze précise à propos d’une assemblée réunie à Paris pour chanter les psaumes : « auditas etiam fuisse multorum voces qui palam in urbe conquererentur sese nimium dura servitute conscientiae premi. » Chez Calvin, la notion de « servitude de péché » est fondamentale.

6 Pour prendre la mesure de cet événement dans les représentations de l’époque, voir une des gravures illustrant le spectacle de cette exécution, reproduite dans l’ouvrage d’Anne-Marie Cocula (1995, p. 98).

7 Voir le présent d’énonciation (présent de l’indicatif), mais aussi les subjectif et conditionnel présents, et le déictique temporel « aujourd’hui » : « aujourd’hui ne font pas beaucoup mieux ceus qui ne font gueres mal aucun mesmes de consequence, qu’ils ne facent passer devant quelque joly propos du bien public et soulagement commun car tu sçais bien o Longa le formulaire duquel en quelques endroits ils pourroient user assez finement » (p. 112). Les mêmes remarques temporelles pourraient être faites à propos de la première apostrophe : « car je ne craindray point escrivant a toi, o Longa, mesler de mes vers, desquels je ne te lis jamais, que pour le semblant que tu fais de t’en contenter, tu m’en faces tout glorieus » (p. 92-93).

8 Louis de Saint-Gelais (1513-1589), seigneur de Lansac, chevalier d’honneur de Catherine de Médicis et surintendant de sa maison. Pour plus de détails, voir Desan, 2014, p. 216-219.

9 Il existe en fait 3 éditions en français parues la même année sous la même adresse ; 2 semblent avoir été imprimées en Suisse (Genève ?) et 1 à Lyon (Magnien, 1997, p. 14).

10 Voir Testoni Binetti, 2002, qui donne une excellente analyse du Reveille-matin.

11 Max Engammare a démontré que, contrairement à ce qui a longtemps été affirmé par l’historiographie, la position des monarchomaques n’allait pas à l’encontre du devoir d’obéissance des sujets formulé par Calvin.

12 Certains exemplaires sont reliés avec la Resolution claire et facile sur la question de la prise des armes par les inférieurs, Reims, Jean Mouchar, 1577.

13 Voir le passage entier de cette 13e Philippique de Cicéron infra.

14 D’autre part, les Memoires de l’estat de France ont également fait l’objet de la censure genevoise dès mars 1577, puis en août 1579.

15 Agrippa d’Aubigné, Du Debvoir mutuel des roys et des subjets, dans Jacques Bailbé, Marguerite Soulié, Henri Weber (éd.), Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, p. 467 et 469.

16 La Mesnagerie de Xenophon. Les Regles de mariage de Plutarque. Lettre de consolation de Plutarque à sa femme. Le tout traduit de Grec en François par feu M. Estienne de La Boetie Conseiller du Roy en sa court de Parlement à Bordeaux. Ensemble quelques Vers Latins et François, de son invention. Item, un Discours sur la mort dudit Seigneur De la Boëtie, par M. de Montaigne, Paris, Frédéric Morel, 1571, 1 vol. in 8o de 132 feuillets. Ce volume constitue la première partie des œuvres de La Boétie ; il est habituellement suivi du recueil des Vers françois de feu Estienne de La Boetie, ibid., 1571, 20 feuillets. Il existe une seconde émission des deux volumes à la date de 1572.

17 « Du moins t’aimerai-je toujours », Catulle, LXV, vers 11. À propos de ces vers, voir Legros, 2012.

18 Les Essais, III, 12, « De la phisionomie » : « La laideur qui revestoit une ame très-belle en La Boittie, estoit de ce predicament [cette catégorie]. » (2007, p. 1104). Voir sur ce point l’« apostille » d’Alain Legros (2012, p. 147-148).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search