Versione classicaVersione mobile

Romans de la fin d'un monde

 | 
Anna Saignes
, 
Agathe Salha

Les auteurs

Testo integrale

1Vincent Ferré, professeur de littérature générale et comparée à l’université Paris Est (Créteil), travaille sur le roman, européen et américain, des XXe-XXIe siècles, notamment sur les liens entre littérature et philosophie ainsi que sur le médiévalisme. Sur Proust, il a publié L’essai fictionnel. Essai et roman chez Proust, Broch et Dos Passos (Champion, 2013), et codirigé, avec Karen Haddad, Proust, l’étranger (Rodopi, 2010) et Proust : dialogues critiques (colloque en ligne sur Fabula, 2013). En cours : Médiévalisme, Moyen Âge et modernité (XXe-XXIe siècles). Histoire, théorie, critique.

2Alain Guyot, professeur de littérature française du XIXe siècle à l’université de Lorraine (Nancy), s’intéresse principalement à la poétique et à la stylistique des récits de voyage, du tournant des Lumières à la fin du romantisme. Il a consacré plusieurs ouvrages, personnels ou collectifs, et de nombreux articles à ces thématiques. Il dirige en outre avec Sarga Moussa la section « Voyages » dans l’édition des Œuvres complètes de Théophile Gautier chez Champion.

3Guillaume Perrier, docteur de l’université Paris-Diderot, est membre associé de l’équipe « Lettres, idées, savoirs » (EA 4395, université Paris Est-Créteil-Val-de-Marne) et de l’équipe Proust de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS-ENS, UMR 8132). Ses recherches portent principalement sur Proust et sur la mémoire comme création littéraire. Sa thèse de doctorat a été publiée sous le titre La Mémoire du lecteur. Essai sur Albertine disparue et Le Temps retrouvé (Classiques Garnier, 2011).

4Stéphane Pesnel est maître de conférences en études germaniques à l’université de Paris-Sorbonne et rattaché à l’équipe Représentations et identités, espaces germanique, nordique et néerlandophone (REIGENN, EA 3556). Ses recherches portent principalement sur la littérature autrichienne des XIXe et XXe siècles. Il est également traducteur littéraire (Joseph Roth, Stefan Zweig). Publications : Totalité et fragmentarité dans l’œuvre romanesque de Joseph Roth (Peter Lang, 2000), « Lectures de La Marche de Radetzky » (direction du no 77 de la revue Austriaca).

5Anna Saignes est maître de conférences en littérature comparée à l’université Grenoble-Alpes, membre de l’unité de recherches « Litt & Arts ». Elle a publié S. I. Witkiewicz et le modernisme européen (Ellug, 2006). Ses recherches les plus récentes portent sur les relations entre littérature, histoire et politique : elle a codirigé Du Grand Inquisiteur à Big Brother : arts, science et politique (Classiques Garnier, 2013) et « La chute de l’URSS : une fin d’Empire », Recherches et travaux, no 80, 2012.

6Agathe Salha est maître de conférences en littérature comparée à l’université Grenoble-Alpes, membre de l’unité de recherches « Litt & Arts ». Elle a travaillé sur les fictions biographiques modernes et contemporaines (Fictions biographiques XIXe-XXIe siècles) ainsi que sur les relations entre littérature et savoirs historiques ou scientifiques (en codirection : « La chute de l’URSS : une fin d’Empire », Recherches et travaux, no 8, 2012 ; et Du Grand Inquisiteur à Big Brother : arts, science et politique, Classiques Garnier, 2013).

7Sylvie Servoise est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université du Maine, membre du Laboratoire Littératures, linguistique des universités d’Angers et du Maine (3LAM) et rédactrice en chef de la revue Raison publique. Ses recherches portent sur la notion d’engagement littéraire aux XXe et XXIe siècles, sur les rapports entre écriture de l’histoire, mémoire et fiction. Son dernier ouvrage : Le roman face à l’histoire. La littérature engagée en France et en Italie dans la deuxième moitié du XXe siècle (PUR, 2011). Elle prépare actuellement un ouvrage consacré au Guépard, de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, à paraître courant 2015.

8Marie-Odile Thirouin enseigne la littérature comparée à l’université Lumière-Lyon 2. Son domaine de recherche est celui des imaginaires nationaux en Europe centrale. Elle a publié en allemand et en tchèque la correspondance de Rudolf Pannwitz avec Otokar Fischer et Pavel Eisner (2002), ainsi que : De Hašek à Brecht : fortune de la figure de Chvéïk en Europe (Ellug, 2006), Désaccords parfaits. La réception paradoxale de l’œuvre de Milan Kundera (avec M. Boyer-Weinmann, Ellug, 2009).

9Julie Wolkenstein, maître de conférences à l’université de Caen, travaille sur les relations entre littératures européenne et américaine, et entre littérature et cinéma. Elle a publié : La scène européenne. Henry James et le romanesque en question (Champion, 2000), Les récits de rêve dans la fiction (Klincksieck, 2006).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search