Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romans de la fin d'un monde

 | 
Anna Saignes
, 
Agathe Salha

Première partie

Lieux de mémoire autrichiens dans La Marche de Radetzky de Joseph Roth

Stéphane Pesnel

Texte intégral

  • 1 C’est là un point bien étudié par Hansjürgen Böning dans son livre pionnier Joseph Roths Radetzkyma (...)
  • 2 Joseph Roth, « Avant-propos à mon roman La Marche de Radetzky », dans La Marche de Radetzky, Blanch (...)
  • 3 Joseph Roth, La Crypte des capucins, Blanche Gidon (trad.), Paris, Seuil, « Points », 1996, p. 8.

1Dès les premières recensions critiques qui suivirent la parution du roman en Allemagne (Berlin, 1932) puis en France (Paris, 1934), on a voulu voir dans La Marche de Radetzky de Joseph Roth une élégie célébrant cette Autriche-Hongrie dont le traité de Saint-Germain-en-Laye avait scellé, en 1919, le morcellement, et l’on a estimé que ce livre fréquemment considéré comme l’œuvre maîtresse de Joseph Roth était le réceptacle d’un univers disparu, celui de la civilisation autrichienne d’avant 1914, qu’on appelle en allemand Alt-Österreich. Et incontestablement, le lecteur trouvera dans ce roman ce qui fait la richesse intrinsèque de l’écriture de Roth : l’aptitude à recréer avec une admirable subtilité, portée par un sens aigu de la concision et de la précision, une atmosphère dans toute la variété de ses nuances, la capacité à extraire la quintessence sensible et spirituelle d’un monde. En cela, Roth s’inscrit dans le sillage de l’impressionnisme viennois et de son plus illustre représentant, Arthur Schnitzler1. Mais de manière déceptive, aux antipodes du didactisme non dissimulé du Monde d’hier (1942) dû à la plume de son ami Stefan Zweig, ou de l’extrême précision de fresques narratives consacrées à l’effondrement de l’Autriche-Hongrie, telle la trilogie de Bruno Brehm intitulée Les trônes s’effondrent (1931-1933), on ne croisera guère, dans La Marche de Radetzky, de grands événements sociaux, politiques, culturels, historiques attestés. Cette parcimonie en matière de références factuelles et chronologiques correspond à des options esthétiques spécifiquement rothiennes, que l’on pourrait succinctement résumer ainsi : une défiance énergique face à toute entreprise narrative visant à l’exhaustivité historique et ayant prétention à proposer un panorama globalisant d’une période – La Marche de Radetzky est tout sauf un compendium de culture générale consacré à l’Autriche-Hongrie de François-Joseph – et, corollairement, le choix d’une focalisation narrative intentionnellement localisée, restreinte, qui permet de suivre le lent effondrement, puis la chute de l’univers habsbourgeois à travers le regard de trois (principalement deux) représentants de la famille imaginaire des Trotta. Ces « Spartiates parmi les Autrichiens2 » sont : Joseph, fondateur de cette brève lignée et prétendu « héros de Solferino », François, son fils, préfet en Moravie, et Charles-Joseph, son petit-fils, lieutenant de cavalerie puis d’infanterie dans l’armée impériale et royale, dont l’existence inaccomplie prend brutalement fin aux premiers jours de la Grande Guerre, quelque part en Galicie, non loin de Krasne (Busk) si l’on en croit l’incipit de La Crypte des capucins3 (1938). Les évolutions marquantes de la période considérée dans le roman, comme la montée des nationalismes et l’émergence de plus en plus affirmée des mouvements sociaux ainsi que des oppositions au pouvoir monarchique, sont vues à travers le prisme, nécessairement partiel et déformant des personnages, de leur sensibilité, de leur affectivité, de leur perception intellectuelle, laquelle peut tout au plus s’appuyer sur des catégories d’analyse passéistes et sur une bien maigre culture politique.

  • 4 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992 ; Étienne François et Hagen S (...)

2S’ils sont fort rares, les grands faits ou événements culturels et historiques réels ne sont pas totalement absents du roman, et c’est sur quelques-uns de ces référents structurants, que nous pourrions qualifier de « lieux de mémoire » autrichiens, que nous souhaitons revenir au fil de notre développement. Dans le sillage des publications dirigées par les historiens Pierre Nora (pour la France), Étienne François et Hagen Schulze (pour l’Allemagne)4, nous entendons par « lieux de mémoire » des facteurs de cristallisation de la conscience historique, mais aussi de l’imaginaire collectif d’un peuple ou d’une nation : il peut certes s’agir de lieux au sens spatial du terme (Weimar, la Wartburg, Nuremberg…), dont la valeur de référent symbolique et identitaire s’est profondément ancrée dans la mémoire d’une collectivité humaine, mais aussi d’objets spécifiques, d’événements fondateurs, de personnages emblématiques (réels ou fictionnels), de faits culturels, d’œuvres d’art, etc. S’il nous semble important de revenir sur les quelques « lieux de mémoire » autrichiens disséminés dans la narration romanesque de Joseph Roth, c’est tout d’abord parce que leur identification précise constitue à notre sens un préalable bienvenu à la lecture et à l’interprétation de La Marche de Radetzky – la méconnaissance de ce substrat culturel et historique spécifique peut à l’inverse conduire à des approximations et parfois même à des conclusions erronées ; ensuite, parce que la sélectivité avec laquelle ces référents historiques et culturels sont intégrés à la construction narrative est résolument révélatrice des représentations mentales des personnages, de leur manière d’envisager le monde austro-hongrois et d’éluder au bout du compte leur environnement social comme politique. Les lacunes affectant certains événements, faits ou acteurs historiques qu’on se serait peut-être attendu à rencontrer dans le roman sont symptomatiques de l’attitude inéluctablement conservatrice, pour ne pas dire passéiste et régressive, des représentants de la famille Trotta.

  • 5 On serait certes fondé à considérer que le titre et l’épilogue du roman fournissent des bornes plus (...)

3Hormis la bataille de Solferino (24 juin 1859) et l’attentat de Sarajevo (28 juin 1914), les deux dates qui encadrent l’action proprement dite, telle qu’elle se déploie au fil des trois parties de La Marche de Radetzky5, il n’est pas de véritable « lieu de mémoire » sous la forme d’événement historique qui soit évoqué dans le roman. À l’aide de quelques indices discrètement disposés dans le développement de la narration, et de conjectures sur l’âge probable des personnages, le lecteur pourra certes entreprendre de reconstituer l’arrière-plan chronologique du roman. Il parviendra, par le jeu d’une démarche déductive, à la conclusion que l’essentiel de l’action se déroule dans les années 1890 à 1914, dans cette période d’extraordinaire fourmillement intellectuel et artistique qui fit de Vienne, à côté de Berlin, Prague, Munich ou Paris, l’un des centres majeurs de la modernité européenne, et qui, pour les territoires de la monarchie austro-hongroise, fut essentiellement marqué par l’affirmation de nouvelles revendications sociales, politiques et nationales, à commencer par la montée en puissance de l’indépendantisme hongrois et l’aggravation des tensions dans les Balkans (Serbie et Bosnie-Herzégovine). Mais le lecteur constatera dans le même temps le jeu de brouillage des repères et de floutage chronologique auquel Joseph Roth se livre.

4Revenons sur les deux dates qui encadrent l’action du roman : la bataille de Solferino, d’une part, et l’attentat de Sarajevo, d’autre part. Avec celle de Magenta (4 juin 1859), qui la précéda de trois semaines, la bataille de Solferino fut l’événement décisif de la guerre menée par une alliance regroupant le royaume de Piémont-Sardaigne et le Second Empire français contre la monarchie des Habsbourg. Se soldant par une cuisante défaite de l’armée autrichienne, cette bataille et cette guerre permirent au royaume de Piémont-Sardaigne d’obtenir la Lombardie (mais l’Autriche conserva encore la Vénétie, le Trentin et Trieste) : elles constituèrent donc l’une des nombreuses étapes sur le chemin de la réalisation de l’unité italienne, laquelle advint en 1861 à la suite de l’expédition des Mille (1860) conduite par Giuseppe Garibaldi. Si Joseph Roth a choisi d’ouvrir son roman par le récit d’un acte d’héroïsme (imaginaire) survenu sur le champ de bataille de Solferino, c’est vraisemblablement pour trois raisons : tout d’abord, il s’agit de la dernière opération militaire au cours de laquelle François-Joseph fit office de général en chef, et il fallait au romancier, pour des raisons structurelles de mise en place de son intrigue, ce face-à-face aussi imprévu que riche de conséquences entre Joseph Trotta, jeune lieutenant d’origine slovène, et le souverain ; ensuite, l’événement dialoguait implicitement, en un contrepoint éminemment ironique, avec le souvenir du soulèvement italien de 1848, alors réprimé par le maréchal Johann Joseph Wenzel Radetzky von Radetz (1766-1858), ce qui avait valu à ce dernier d’être célébré en triomphateur à son retour à Vienne, tant par le grand auteur dramatique Franz Grillparzer, qui lui dédia un poème (Feldmarschall Radetzky) et le fameux vers « In deinem Lager ist Österreich » (C’est dans ton camp que se trouve l’Autriche), que par le compositeur Johann Strauss dans sa célébrissime marche ; enfin, on sait la forte impression que fit la bataille de Solferino, particulièrement sanglante et meurtrière, sur l’homme d’affaires suisse Henri Dunant, qui décida dans la foulée de créer la Croix-Rouge – par son extrême violence et les pertes humaines qu’elle provoqua, cette bataille peut nous apparaître symboliquement annonciatrice des ravages de la première guerre mondiale, il est donc logique qu’elle soit mise en regard, dans la construction romanesque, de l’été 1914 – l’incipit et l’explicit du roman se répondent selon un principe de symétrie historique.

  • 6 Le Heeresgeschichtliches Museum de Vienne, remarquable tant par son architecture que par sa muséogr (...)

5L’attentat de Sarajevo, ultime déclencheur de la Grande Guerre à l’issue de toute l’escalade des tensions politiques et diplomatiques, constitue, tant par l’iconographie qu’il a suscitée que par les reliques que l’on en conserve au musée de l’Armée à Vienne (l’automobile dans laquelle se trouvaient François-Ferdinand et son épouse Sophie ainsi que l’uniforme taché de sang de l’archiduc), un véritable « lieu de mémoire » autrichien, si ce n’est européen6. Dans la mesure où les faits appartiennent à la culture historique de tout un chacun, nous nous contenterons de rappeler brièvement leur enchaînement fatidique : le 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand, promis au trône impérial et royal, et la comtesse d’Hohenberg, sa femme, sont assassinés à Sarajevo, lors d’une visite officielle, par le nationaliste bosno-serbe Gavrilo Princip ; le 28 juillet, l’empereur François-Joseph s’adresse à ses sujets dans le célèbre manifeste intitulé An meine Völker ! (À mes peuples !), dans lequel il expose les raisons pour lesquelles il se voit contraint à déclarer la guerre au royaume de Serbie, supposé avoir commandité l’attentat ; le 31 juillet intervient la mobilisation générale en Autriche-Hongrie.

  • 7 La guerre austro-prussienne et la bataille décisive de Königgrätz (Sadowa) sont évoquées de manière (...)

6Entre ces deux dates, terminus a quo et terminus ad quem de la narration romanesque, deux faits historiques majeurs, au moins, font défaut : la guerre austro-prussienne de 1864-18667, qui non seulement aboutit à la perte de la Vénétie (le Trentin et Trieste demeurant encore dans l’escarcelle des Habsbourg, ce qui continua d’entretenir les aspirations des irrédentistes italiens), mais conduisit surtout à l’exclusion de l’Autriche hors de la Confédération germanique (Deutscher Bund) instituée à l’issue du Congrès de Vienne de 1815 ; et le Compromis austro-hongrois de 1867. Les tensions et conflits qui, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, avaient à maintes reprises opposé l’Autriche à la Prusse, et la question, sans cesse débattue au cours du XIXe siècle, de la possible réalisation de la grossdeutsche Lösung (l’union pérenne entre l’Allemagne et l’Autriche), se soldèrent par la rupture désormais irrémédiable entre les deux grands ensembles : en 1866 fut constituée la Confédération de l’Allemagne du Nord (Norddeutscher Bund), en prélude à l’unification allemande réalisée sous l’égide de la Prusse et à la naissance de l’empire wilhelminien dans la Galerie des Glaces à Versailles (1871). Affaibli sur la scène européenne, et fragilisé à l’intérieur par l’affirmation croissante du particularisme hongrois, l’empire des Habsbourg dut accepter quelques concessions pour pouvoir se maintenir : en 1867, François-Joseph dut ainsi entériner le Compromis austro-hongrois (der Ausgleich), qui mit en place la Double Monarchie. Les deux États qui la composaient, l’Autriche d’une part, la Hongrie de l’autre, étaient désormais réunis en la personne du souverain (principe de la Personalunion) et administrés de manière conjointe et unifiée dans trois domaines majeurs : la politique étrangère, l’armée et les finances (principe de la Realunion). Pour le reste, les deux États possédaient une structuration, une administration et un organigramme strictement parallèles et autonomes. C’est donc – évidence qu’il n’est sûrement pas mauvais de rappeler – pour les seules années comprises entre 1867 et 1918 que l’on est fondé à employer les appellations « Double Monarchie », « Autriche-Hongrie », « monarchie impériale et royale » ou – pour reprendre l’expression irrévérencieuse utilisée par Robert Musil dans L’Homme sans qualités – « Cacanie » (le terme allemand « Kakanien » étant fondé sur le sigle k.u.k., autrement dit : kaiserlich und königlich).

7L’absence manifeste de ces jalons historiques et de bien d’autres (on ne trouve ainsi nulle mention des drames familiaux qui affectèrent la dynastie des Habsbourg, comme la mort mystérieuse de l’archiduc héritier Rodolphe et de sa maîtresse Marie Vetsera à Mayerling en 1889, ou encore l’assassinat de l’impératrice Élisabeth par l’anarchiste italien Luigi Luccheni en 1898) est révélatrice d’une tendance, caractéristique de La Marche de Radetzky, à lisser, aplanir, écrêter la temporalité historique afin d’au contraire suggérer la sensation d’un flux temporel indifférencié. C’est le moyen auquel recourent le romancier et le narrateur pour montrer que les personnages évoluent dans une temporalité résolument anhistorique, rythmée par des rituels familiaux, militaires ou religieux, et dans laquelle ils s’enferment comme dans un cocon protecteur. Puisque, dans leur perspective, il n’existe pas de grands événements ni de ruptures historiques, les représentants de la famille Trotta peuvent postuler que l’empire des Habsbourg est une entité immuable, existant de toute éternité, soustraite aux lois ordinaires du devenir : il n’y a pas pour eux (alors que les faits historiques disent le contraire) de solution de continuité entre le Saint-Empire romain germanique (qui prit fin en 1806, au moment où l’empereur François II déposa la couronne impériale), l’empire d’Autriche, qui en prit le relais jusqu’en 1867, et la Double Monarchie, qui perdura jusqu’en 1918-1919.

  • 8 Dans l’épilogue du roman pourtant, le comte Chojnicki est interné à la clinique psychiatrique du St (...)
  • 9 MR, p. 234-238. Voir, à propos de ce passage du roman : Stéphane Pesnel, « Der Verlust des Sakralen (...)

8Remarquons aussi que la modernité viennoise est curieusement absente du roman : manière sans doute de nous suggérer que les personnages vivent dans un monde tourné vers le passé, dans un univers habsbourgeois momifié, et qu’ils n’ont aucune perception ni aucune connaissance des ferments de renouveau intellectuel et artistique qui font des années 1890-1914 un véritable âge d’or de la culture autrichienne. Les seuls écrivains évoqués dans le roman (lorsqu’il est question des lectures scolaires de Charles-Joseph : MR, p. 36) sont, de façon fort significative, les classiques du XIXe siècle : Franz Grillparzer (auquel Joseph Roth consacrera un essai fort émouvant en 1937), Adalbert Stifter, ou encore Ferdinand von Saar. Nulle part il n’est question d’Hermann Bahr, de Peter Altenberg, d’Hugo von Hofmannsthal, d’Arthur Schnitzler, pas plus que du Jugendstil représenté par le peintre Gustav Klimt et l’architecte Otto Wagner8, pas plus encore que du sionisme de Theodor Herzl ni de la psychanalyse de Sigmund Freud. On objectera à bon droit que le préfet François von Trotta vit et officie dans la ville morave de W., et que son fils Charles-Joseph est stationné dans une garnison de Galicie, située donc aux marges de l’empire. Mais on pourra rétorquer à ces objections que Brünn (Brno), capitale de la Moravie et patrie artistique du compositeur Leoš Janáček, est marquée dans sa physionomie par l’architecture du Jugendstil, et qu’il arrive aussi aux personnages de se rendre à Vienne. Ils croisent cependant presque exclusivement, dans la capitale autrichienne, des amis d’adolescence comme le peintre Moser, des camarades de jeunesse, des revenants du passé : comment mieux suggérer leur attitude strictement rétrospective ? Et lors des solennités de la Fête-Dieu relatées au chapitre XIII9, c’est à un défilé de dignitaires et de soldats incarnant la tradition habsbourgeoise que l’on assiste, à une parade passéiste qui n’est pas sans évoquer la ronde mécanique des pantins au fronton d’un hôtel de ville lorsque sonnent les heures.

  • 10 La Crypte des capucins, op. cit., p. 72 : « la capitale de la monarchie, capitale dorlotée, excessi (...)

9Vienne, dans le roman, est davantage entrevue à l’occasion de brefs séjours des personnages, que véritablement décrite. Joseph Roth n’est, ni biographiquement, ni littérairement, un écrivain viennois. À la différence d’Hugo von Hofmannsthal et d’Arthur Schnitzler, qui effectuèrent la quasi-totalité de leur carrière dans la capitale autrichienne, Roth y vécut juste quelques années, le temps de ses études de littérature allemande et de ses débuts de journaliste. Et à l’exception de La Crypte des capucins, son œuvre sans doute la plus viennoise, conçue dans des années où il lui fallait célébrer la civilisation autrichienne contre la radicalisation et l’extension de la dictature hitlérienne (on sait que l’Anschluss survint pendant la rédaction de la phase finale du roman et contraignit l’écrivain à en infléchir la tonalité dans un sens encore plus pessimiste et même désespéré : l’histoire participa pour ainsi dire à l’élaboration de la narration), les romans de Roth n’ont presque jamais la capitale autrichienne pour cadre. Une autre exception serait à la rigueur le Conte de la 1002e nuit, mais Vienne y est transformée en un sinistre décor de mascarade orientalisante, en un gigantesque cabinet des figures de cire, et n’y apparaît presque plus comme une ville authentiquement peuplée. Dans La Marche de Radetzky, on se rend à Vienne pour être reçu en audience par l’empereur François-Joseph (c’est ce que font tout aussi bien le « héros de Solferino » que le préfet von Trotta), ou pour laisser opérer la magie des somptueux édifices de la Ringstrasse, des lieux de sociabilité (cafés, pâtisseries, restaurants), et savourer l’ivresse de l’immersion dans la foule (on pensera ici aux escapades viennoises de Charles-Joseph en compagnie de sa maîtresse Wally von Taussig). Vienne se réduit à un lieu de passage, et ses gares ainsi que les voies de chemin de fer qui relient la capitale autrichienne au territoire de l’empire sont tout aussi importantes – voire plus – que les curiosités architecturales et touristiques de la ville. On retrouve, dans cette caractérisation de Vienne, et la fascination typiquement rothienne pour les gares et chemins de fer, qui s’exprime fréquemment dans son œuvre journalistique, et – encore à l’état latent ici – le motif de la toile d’araignée, auquel il donnera des contours plus affirmés dans La Crypte des capucins10.

  • 11 Le terme « centre » étant ici à entendre dans son sens hiérarchique plus que spatial : si l’on obse (...)
  • 12 Solferino est une commune de l’actuelle province de Mantoue, située au sud du lac de Garde.

10La Marche de Radetzky construit une géographie imaginaire de l’empire des Habsbourg dont il convient de repréciser les contours si l’on veut pouvoir en saisir la spécificité littéraire. L’espace habsbourgeois tel que le recrée l’écrivain à l’intérieur de sa fiction romanesque est structuré de manière dynamique, tout d’abord parce qu’il repose sur une tension entre le centre (Vienne) et la périphérie, voire les marges11 (les Kronländer), ensuite parce que Roth, de par le choix des régions et territoires qu’il évoque au fil du roman, dessine une forme géométrique tout à fait caractéristique, un grand arc de cercle qui conduit de la Carniole et de l’Italie du Nord12 à la Galicie en passant par l’Autriche et la Moravie.

  • 13 La capitale de la Carniole, Laibach (Ljubljana, capitale de l’actuelle Slovénie), est également une (...)
  • 14 MR, p. 158 : « Le destin a fait des paysans de la frontière, ancêtres de notre famille, des Autrich (...)
  • 15 On pensera au passage où, face à une carte d’état-major affichée au mur de sa chambre d’officier, C (...)
  • 16 Dans les brefs instants compris entre son départ de l’armée et la mobilisation générale (chap. XX), (...)

11La Carniole (Krain en allemand, Kranjska en slovène), intégrée après 1918 à la Slovénie puis à la Yougoslavie, est le berceau de la famille Trotta13. Cette terre se réduit, dans le roman, à une projection mentale, une représentation fantasmée qui renvoie aux origines rurales et agraires de la lignée des Trotta. Si l’espace slovène et plus particulièrement le village (fictif) de Sipolje constituent un lieu de la mémoire familiale des Trotta, c’est à des titres bien divers : dans le cas de Joseph Trotta, anobli à la suite de son haut fait et proclamé contre son gré « héros de Solferino », il s’agit d’une mémoire assumée, dans celui de son fils François von Trotta, haut fonctionnaire de la monarchie austro-hongroise, d’une mémoire surmontée, voire refoulée14, et dans celui de son petit-fils Charles-Joseph von Trotta, lieutenant de cavalerie puis d’infanterie, d’une mémoire réinventée15 puis reconquise16.

12La Moravie, qui constitue aujourd’hui avec la Bohême le territoire de la République tchèque, est présente dans La Marche de Radetzky au travers de deux localités : celle de W., où François von Trotta exerce les fonctions de préfet (Bezirkshauptmann), et celle de Mährisch-Weisskirchen (Hranice na Moravě), où est située l’école d’officiers de cavalerie (Kavalleriekadettenschule), fondée en 1878, dans laquelle Charles-Joseph von Trotta doit se préparer, conformément à la volonté de son père, mais sans enthousiasme ni aptitudes particuliers, à entrer dans la carrière des armes. Au sein de la littérature de langue allemande, ce type d’établissements (lycées militaires et écoles d’officiers) est devenu un véritable « lieu de mémoire » symbolique de la culture autrichienne autour de 1900 pour au moins deux raisons : d’abord parce que Rainer Maria Rilke, qui fut élève, lui aussi sans grande prédestination pour la vie de caserne, à la Militärrealschule de Sankt-Pölten, adressa, une fois devenu un écrivain reconnu, ses fameuses Lettres à un jeune poète (1903-1908) à un dénommé Franz Xaver Kappus, qui passait à son tour de mornes années de jeunesse à l’Académie militaire de Wiener Neustadt et rêvait de suivre l’exemple de son illustre prédécesseur ; ensuite parce que Robert Musil en fit le cadre de l’une des œuvres les plus emblématiques et les plus dérangeantes de la littérature autrichienne, une étude sur les mécanismes de la violence et de l’oppression en milieu clos articulée aux thématiques de la puberté et de la sexualité : Les Désarrois de l’élève Törless (1906). C’est également en Moravie que se trouve la caserne du régiment de cavalerie dans lequel sert Charles-Joseph von Trotta au cours de la première partie du roman.

  • 17 Voir : Jacques Le Rider et Heinz Raschel (dir.), La Galicie au temps des Habsbourg, 1772-1918. Hist (...)
  • 18 Voir : Geneviève Humbert, Karl Emil Franzos (1848-1904), peintre des confins orientaux de l’empire (...)
  • 19 Soma Morgenstern, Fuite et fin de Joseph Roth, Paris, Liana Levi, 1997. Sur l’auteur, voir : Jacque (...)
  • 20 Börries Kuzmany, Brody. Eine galizische Grenzstadt im langen 19. Jahrhundert, Wien, Böhlau, 2011.

13Venons-en pour terminer à la Galicie, « sœur septentrionale de la Slovénie » (MR, p. 158) dans l’imaginaire de Charles-Joseph von Trotta, où les autorités impériales lui permettent d’être transféré après l’épisode traumatisant de la mort en duel de son ami, le médecin Max Demant. Territoire de la couronne autrichienne depuis le « premier partage » de la Pologne (1772), la Galicie se subdivise en une partie occidentale (Westgalizien) comprenant notamment la ville de Cracovie et une partie orientale (Ostgalizien), actuellement située sur le territoire de l’Ukraine, avec Lemberg (Lviv) comme principal centre urbain. C’est de cette seconde moitié, dont est au demeurant originaire Joseph Roth, qu’il est question dans la deuxième et la troisième partie de La Marche de Radetzky. Une région fascinante à plus d’un titre, dont le romancier s’attache à décrire la physionomie géographique (de vastes paysages constitués de plaines, de forêts et de marais) et culturelle (pluralité de langues et de religions)17. Il se situe en cela dans la continuité de l’écrivain Karl Emil Franzos18 (1848-1904) et dans le voisinage de son contemporain et ami Soma Morgenstern (1890-1976), auteur d’une trilogie romanesque intitulée Étincelles dans l’abîme, d’une autobiographie galicienne non publiée de son vivant et non encore traduite en français (In einer anderen Zeit) ainsi que d’un passionnant livre de souvenirs consacré à Joseph Roth19. Petites villes, bourgades juives (shtetlakh), villages et hameaux constituent le maillage urbain et social de la Galicie. Comme pour insister sur la situation éloignée, véritablement périphérique de ce Kronland, et sur sa valeur d’antipode de Vienne au sein de la géographie imaginaire qu’il met en place (mais par un effet de symétrie inversée, c’est aux marges de l’empire que les signes avant-coureurs de l’effondrement à venir sont les plus perceptibles, alors que dans la capitale autrichienne on est insensible et même aveugle à ces ferments de désagrégation), Roth donne de la Galicie une vision principalement rurale, éludant notamment toute référence à Lemberg, où il fut pourtant brièvement étudiant et dont l’architecture civile (édifices publics, immeubles d’habitation) est manifestement inspirée de celle de Vienne. La petite ville de B., où est située la garnison de Charles-Joseph, semble sur son pourtour se retransformer en nature, la terre et la boue y reprennent progressivement leurs droits. Cette localité presque limitrophe de l’empire russe fait songer à Brody, ville natale du romancier, qui servit ici très certainement de modèle. On rappellera au passage que Brody fut aux XVIIIe et XIXe siècles un important foyer du renouveau spirituel juif, notamment de la Haskalah (les Lumières juives) puis, dans une moindre mesure, du courant hassidique, et l’on renverra pour une présentation approfondie de l’histoire de cette ville aux travaux récents de Börries Kuzmany20.

  • 21 Voir par exemple le témoignage autobiographique de l’écrivain Manès Sperber, Die Wasserträger Gotte (...)
  • 22 Voir : Stefan Zweig, « Convalescence de la Galicie » (Bernard Lortholary trad.), dans La Grande Gue (...)
  • 23 Joseph Roth, « Reise durch Galizien », Frankfurter Zeitung, 20-23 novembre 1924: « Galizien, das gr (...)
  • 24 Voir notamment le catalogue de cette exposition : Der Erste Weltkrieg in 100 Objekten, hrsg. von de (...)

14Si la Galicie peut être considérée comme un « lieu de mémoire », c’est, tragiquement, aux traumatismes historiques du XXe siècle qu’elle le doit : elle fut, avant d’être victime de la démence hitlérienne et de l’extermination des Ostjuden, l’un des tout premiers et des plus sanglants théâtres de la Grande Guerre, ainsi qu’en témoigne le bouleversant poème intitulé Grodek (du nom d’un champ de bataille galicien) qu’écrivit Georg Trakl peu avant une mort qu’il n’est pas interdit de considérer comme un suicide, et l’on sait que ces opérations militaires de 1914-1915 provoquèrent également un exode massif des juifs de l’Est, entre autres en direction de Vienne21. Dans la mémoire historique autrichienne, les champs de bataille galiciens représentent l’équivalent symbolique de ce que sont pour les Français Verdun et la Somme ou pour les Italiens les rives de l’Isonzo22. La Galicie, « le grand champ de bataille de la Grande Guerre » pour reprendre une expression utilisée par Joseph Roth dans un reportage de l’année 192423, faisait à ce titre partie des quatorze stations emblématiques de la première guerre mondiale constituant la trame scénographique de la remarquable exposition Der Erste Weltkrieg, 1914-1918 présentée au Deutsches Historisches Museum de Berlin du 29 mai au 30 novembre 201424.

  • 25 C’est précisément à cette idée de supranationalité que renvoie le vocable « autrichien » dans la pe (...)
  • 26 MR, p. 175 : le préfet est passé maître dans l’art du déni, il pense qu’il lui est possible, par un (...)

15Nous avons remarqué plus haut que les régions et territoires évoqués dans La Marche de Radetzky formaient une grande courbe, un arc de cercle allant de la Carniole slovène (proche de l’Adriatique) à la Galicie orientale (limitrophe de l’empire des tsars), d’une marge à l’autre, pour ainsi dire. De manière tout à fait symptomatique, et guère surprenante pour qui est familier de l’œuvre de Joseph Roth, il n’est pas de place, dans cette construction littéraire d’un espace géographique, pour le vaste territoire ovoïde qui, si l’on observe une carte de l’empire, vient se lover au creux de cet arc de cercle, à savoir la Hongrie. Manière sans doute de suggérer l’absence de prise en compte, dans la conscience des personnages, de la composante hongroise de la Double Monarchie. Notons au passage que si, dans la structure territoriale de l’empire de François-Joseph, le vocable « Autriche » (ou « Cisleithanie ») englobe également la Bohême, la Moravie, la Galicie, la Bucovine, etc., le vocable « Hongrie » (ou « Transleithanie ») recouvre quant à lui, en plus du royaume magyar, la Croatie et la Slavonie ainsi que des pans de la Roumanie actuelle. Roth, voyant en eux les principaux responsables politiques de la désagrégation puis de l’effondrement de l’empire habsbourgeois, ne vouait guère d’affection aux Hongrois (on est même surpris de trouver sous sa plume des clichés et jugements expéditifs qui ne sont pas du meilleur goût). Il leur reprochait d’être les plus virulents défenseurs de la pensée nationaliste, à laquelle il opposait la vision idéale d’un empire supranational25. Le romancier place ainsi en filigrane de La Marche de Radetzky et de La Crypte des capucins le schème fantasmatique de l’harmonieuse coexistence des composantes autrichienne, slave et juive de l’empire, de ce que l’on pourrait appeler un « austro-judéo-slavisme ». En filigrane seulement, à titre d’horizon utopique, car la réalité de l’évolution historique vient irrépressiblement creuser l’écart (qui existe dans les faits dès le début de la narration) par rapport à cette vision idéalisée. L’espace hongrois est inexistant dans les représentations et expériences spatiales des personnages, et encore une fois les silences sont éloquents : ils signifient, si l’on se place dans la perspective de François von Trotta et de son fils Charles-Joseph (et c’est après tout à cela que nous invitent les choix de focalisation opérés par le narrateur), une tendance foncière à occulter les éléments d’historicité et les évolutions décisives qui marquent la fin du XIXe siècle et le tout début du XXe siècle, en l’occurrence l’irrésistible ascension des nationalismes – et au premier chef de l’indépendantisme hongrois. Les Trotta sont enfermés dans une vision strictement « autrichienne » de l’empire. La violence verbale et politique qui s’exprime, lors de la fête donnée par Chojnicki (chapitre XIX), au moment où l’on apprend la nouvelle de l’attentat de Sarajevo (MR, p. 358-359), confronte ainsi brutalement Charles-Joseph à une réalité qu’en digne fils du préfet26 il avait jusque-là refusé de prendre en compte, celle du particularisme hongrois.

  • 27 La Crypte des capucins, op. cit., p. 45-47 ; Le Buste de l’empereur, dans Le Marchand de corail, Bl (...)
  • 28 Sur les occurrences de ce motif musical et la dégradation progressive qui l’affecte au fil de la na (...)
  • 29 Joseph Roth, « Konzert im Volksgarten », Frankfurter Zeitung, 8 avril 1928 : « die Marseillaise des (...)
  • 30 Voir: Peter Reichel, Glanz und Elend deutscher Selbstdarstellung. Nationalsymbole in Reich und Repu (...)

16Espace tronqué et stylisé dans la vision des personnages (le préfet et le lieutenant), qui envisagent exclusivement la partie autrichienne de l’empire, le monde des Habsbourg nous apparaît également, dans La Marche de Radetzky, comme un territoire scandé, rythmé et même ritualisé (au même titre que l’est la temporalité par le postulat d’une récurrence immuable et éternelle des fêtes religieuses, des solennités impériales et des rituels privés) par des lieux qui se font écho (édifices publics, gares, cafés, théâtres, casernes) et par l’omniprésence des emblèmes des Habsbourg, disséminés sur toute la surface chatoyante de l’univers impérial et royal (aigle bicéphale, alliance du noir et du jaune, portraits du souverain). Lieux caractéristiques et symboles habsbourgeois créent ainsi un véritable maillage visuel et suscitent l’impression, rassurante et même structurante pour les personnages, d’une unité dans la diversité, d’une cohérence ordonnée présente au sein d’une multiplicité qui par moments pourrait bien sembler chaotique – il n’est que de penser à la description de la Galicie au début de la deuxième partie du roman, ou à l’épisode de la visite rendue par le préfet à son fils dans la lointaine garnison de celui-ci (MR, p. 157 et suiv. ; p. 188 et suiv.). Ce motif suggestif et imagé de l’unité dans la diversité sera repris de manière encore plus affirmée dans La Crypte des capucins et dans le récit intitulé Le Buste de l’empereur27. Ce réseau de signes habsbourgeois est en outre enrichi par les emblèmes sonores et musicaux du monde impérial et royal : la Marche de Radetzky composée par Johann Strauss père28, « Marseillaise du conservatisme » selon Joseph Roth29, et l’hymne impérial (« Gott erhalte, Gott beschütze/Unsern Kaiser, unser Land ! »), chanté sur une mélodie de Joseph Haydn, qui, par de surprenants revirements historiques, est devenue celle de l’actuel hymne national allemand30.

  • 31 MR, p. 261 : « L’Empereur était un vieil homme. C’était le plus vieil empereur du monde. »
  • 32 Dans son avant-propos à La Marche de Radetzky, Roth qualifie Charles Ier de « dépositaire impuissan (...)
  • 33 Cette solitude existentielle de l’empereur, aggravée par les drames familiaux survenus dans son ent (...)
  • 34 Voir la présentation de François-Joseph dans : Anton Schindling und Walter Ziegeler (dir.), Die Kai (...)

17Il est un ultime « lieu de mémoire » autrichien (à dire vrai, il s’agit plutôt de la retranscription littéraire de celui-ci par la plume de Joseph Roth) que nous souhaiterions évoquer dans notre contribution : l’empereur François-Joseph en personne. Au même titre que Charlemagne, Goethe, Heine, Wagner ou Bismarck, qu’Étienne François et Hagen Schulze font figurer au nombre des « lieux de mémoire » allemands, François-Joseph Ier aurait assurément vocation à être considéré comme une figure paradigmatique de la mémoire collective autrichienne : sa longévité (il monte sur le trône en 1848 et y demeure jusqu’à sa mort en 1916 – c’est l’un des règnes les plus longs de toute l’histoire européenne31), sa stature mythique de « dernier empereur » (qui ne correspond pas totalement à la réalité, puisqu’il eut tout de même un successeur en la personne de Charles Ier – mais c’est là une perception commune du personnage, une stylisation de type mythique32), sa solitude à la tête d’un empire multiethnique, multiculturel et multiconfessionnel33, l’iconographie abondante qui lui a été consacrée contribuent à faire de lui un des personnages les plus marquants et les plus identificatoires de l’histoire culturelle autrichienne. Il est évidemment impossible de revenir, dans le cadre de notre étude, sur le personnage historique et sur le règne de François-Joseph34, nous voudrions plutôt nous pencher sur la manière dont Roth a infléchi et fonctionnalisé la caractérisation de ce souverain au sein de son projet romanesque.

  • 35 Voir : Stéphane Pesnel, Totalité et fragmentarité, op. cit., p. 95-96.
  • 36 MR, p. 270. Selon Werner Bellmann, qui a réalisé la plus fiable édition allemande du roman, il s’ag (...)

18Dans La Marche de Radetzky, François-Joseph a une présence essentiellement épisodique : il nous apparaît brièvement sur le champ de bataille de Solferino, on le voit recevoir en audience au palais impérial de la Hofburg, situé au cœur historique de Vienne, ou au château de Schönbrunn, en périphérie de la capitale autrichienne, on évoque au passage ses séjours à Bad Ischl, ville d’eaux et lieu de villégiature qu’il appréciait particulièrement, on le présente participant à la procession viennoise de la Fête-Dieu et postulant ainsi la continuité par rapport à la dynastie des Habsbourg, l’épilogue enfin nous le montre une dernière fois à Schönbrunn, mourant et se confessant à un frère capucin. Traité sur un mode globalement allusif, le personnage est dessiné en demi-teintes : dispensateur de grâces qui se révèlent être des malédictions pour ceux à qui elles sont accordées35, incapable d’ordonner ses souvenirs et presque sénile par endroits, ridiculisé par le recours à des procédés dignes de la plus pure polémique anti-impériale (son portrait dans la taverne où Charles-Joseph et Max Demant se retrouvent avant le duel est maculé de chiures de mouches (MR, p. 128), le narrateur pratique un gros plan irrévérencieux sur une goutte qui lui pend au nez : MR, p. 275), il est en même temps capable d’affirmer, avec à-propos, dans un sursaut d’énergie, son philosémitisme lors de sa rencontre avec une communauté juive de l’Est36.

19Au chapitre XV néanmoins, qui clôt la deuxième partie du roman, Joseph Roth met l’empereur plus longuement en scène, dans le cadre galicien de manœuvres militaires auxquelles il est venu assister, et l’on pourrait dire que la grande description qui ouvre ce chapitre contribue à recréer un « lieu de mémoire » autrichien tant le texte, devenu anthologique, fait partie du canon littéraire. Le narrateur y brosse un portrait physique et moral détaillé de François-Joseph, comparé à une « tige oubliée » dans un vaste champ dévasté par la faux de la mort. La page s’ouvre par une brève, mais saisissante description de son visage de vieillard : « Son crâne était chauve comme un désert bombé. Ses favoris étaient blancs comme deux ailes de neige. Les rides de son visage étaient une inextricable broussaille où les années nichaient par dizaines » (MR, p. 261). Les traits de celui qui incarne l’empire depuis tant d’années semblent s’être changés en un paysage hivernal désolé, métaphore visuelle troublante du déclin d’une Autriche-Hongrie entrée dans la phase finale de son inexorable déclin. On se prend à penser que Roth s’est peut-être souvenu, en dépeignant les traits du vieil empereur, des fameuses compositions d’Arcimboldo, qui avait jadis œuvré à la cour d’un des illustres ancêtres de François-Joseph, Ferdinand Ier de Habsbourg : on retrouve ici, comme dans Les Saisons ou dans le portrait tout en fleurs et légumes d’automne de Rodolphe II, un étrange assemblage d’éléments hétérogènes, empruntés à la nature afin de construire un visage humain déconcertant, mais parfaitement identifiable.

  • 37 Nous sommes ici, pour reprendre les analyses de Roland Barthes, « au principe même du mythe : il tr (...)

20Ce que le narrateur nous donne à voir, à travers ce paysage hivernal qui se superpose au visage de François-Joseph, c’est une image dans laquelle la monarchie tout entière se métamorphose, de manière à la fois ostensible et détournée, en un paysage naturel. Grâce à l’éloquence poétique de l’écriture de Roth, l’image se charge d’une signification implicite qui ne se donne pas comme telle mais s’impose à nous de façon presque inconsciente, comme s’il s’agissait d’une évidence : l’empire fait partie de la nature, et en tant que tel, il est éternel. Son déclin n’est qu’une phase transitoire, car tout phénomène naturel obéit à une temporalité cyclique, celle de l’éternel retour du même, et à l’hiver succéderont immanquablement le printemps et le renouveau. Le portrait de l’empereur est ainsi bien plus qu’un jeu sur les analogies entre le visage et le paysage, il vient chercher le lecteur pour lui imposer subrepticement un discours idéologique qui, à une réalité historique inéluctable, substitue l’illusion d’une éternité mythique. Si l’on se place dans une perspective historienne, on admettra sans peine que le règne des Habsbourg, pour glorieux qu’il ait pu être à certains moments de son existence, est voué à disparaître pour faire place à un nouvel ordre politique. C’est le lot de toute création humaine. Mais ce n’est pas ainsi que raisonnent les personnages principaux du roman, le préfet et le lieutenant. Ils voient au contraire dans cette construction politique et historique qu’est l’Autriche-Hongrie un phénomène naturel : elle devient ainsi éternelle, et n’a plus besoin d’être légitimée, car elle fait partie d’un ordre immuable du monde. Ce faisant, ils substituent le mythe à l’histoire37. Et n’est-ce pas dans cette mythification de l’empire et du souverain, imputable à des personnages incapables de concevoir la temporalité linéaire, le devenir historique, que réside le tragique du monde des Habsbourg tel que le dépeint La Marche de Radetzky ?

Notes

1 C’est là un point bien étudié par Hansjürgen Böning dans son livre pionnier Joseph Roths Radetzkymarsch. Thematik, Struktur, Sprache, München, Fink, 1968 (voir notamment le chapitre intitulé « Impressionismus und Parallelismus »). Sur la notion d’« Atmosphärisches » chez Roth, voir : Günter Oesterle, « Wechselseitige Infiltration von Grenzregion und Interieur in Joseph Roths Das falsche Gewicht », dans Françoise Lartillot et Alfred Pfabigan (dir.), Image, reproduction, texte/Bild, Abbild, Text, Bern, Peter Lang, 2012, p. 121-133.

2 Joseph Roth, « Avant-propos à mon roman La Marche de Radetzky », dans La Marche de Radetzky, Blanche Gidon et Alain Huriot (trad.), Paris, Seuil, 2013, p. vi.

3 Joseph Roth, La Crypte des capucins, Blanche Gidon (trad.), Paris, Seuil, « Points », 1996, p. 8.

4 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992 ; Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, München, Beck, 2001.

5 On serait certes fondé à considérer que le titre et l’épilogue du roman fournissent des bornes plus extensives, puisque la référence à la marche composée par Johann Strauss père renvoie au soulèvement italien de 1848, et que la section conclusive du roman relate la mort de l’empereur François-Joseph au château de Schönbrunn en 1916. Mais ce sont là des faits qui sont situés aux marges de la fable romanesque, laquelle crée un grand mouvement parabolique allant de la bataille de Solferino aux combats initiaux de la première guerre mondiale, du réflexe salvateur de Joseph Trotta à l’héroïsme sûrement plus modeste, mais frappé au coin de l’amour du prochain, dont fait preuve son descendant, Charles-Joseph von Trotta.

6 Le Heeresgeschichtliches Museum de Vienne, remarquable tant par son architecture que par sa muséographie, est, à vrai dire, davantage un musée de l’histoire autrichienne qu’une simple collection de militaria.

7 La guerre austro-prussienne et la bataille décisive de Königgrätz (Sadowa) sont évoquées de manière plus qu’allusive, au détour d’une ligne du chapitre premier : « Sans lui [le « héros de Solferino »], on mena et perdit la campagne contre les Prussiens » (MR, p. 23).

8 Dans l’épilogue du roman pourtant, le comte Chojnicki est interné à la clinique psychiatrique du Steinhof, pour laquelle Otto Wagner réalisa une église considérée comme un chef-d’œuvre majeur de l’architecture Jugendstil.

9 MR, p. 234-238. Voir, à propos de ce passage du roman : Stéphane Pesnel, « Der Verlust des Sakralen in Joseph Roths Radetzkymarsch. Die Fronleichnamsprozession als säkularisiertes Altarbild » dans Lectures de La Marche de Radetzky, Austriaca, no 77, 2014, p. 57-72.

10 La Crypte des capucins, op. cit., p. 72 : « la capitale de la monarchie, capitale dorlotée, excessivement fêtée, et qui, semblable à une araignée brillante, ensorcelante, établie au milieu de son énorme toile noir et jaune, recevait sans relâche des États environnants force, sève, éclat. »

11 Le terme « centre » étant ici à entendre dans son sens hiérarchique plus que spatial : si l’on observe une carte de l’Autriche-Hongrie, Vienne apparaît non comme un vrai centre géométrique, mais plutôt comme une capitale légèrement décentrée par rapport à l’ensemble des territoires de la Couronne.

12 Solferino est une commune de l’actuelle province de Mantoue, située au sud du lac de Garde.

13 La capitale de la Carniole, Laibach (Ljubljana, capitale de l’actuelle Slovénie), est également une ville fortement marquée dans sa physionomie architecturale par le Jugendstil.

14 MR, p. 158 : « Le destin a fait des paysans de la frontière, ancêtres de notre famille, des Autrichiens. Restons autrichiens. »

15 On pensera au passage où, face à une carte d’état-major affichée au mur de sa chambre d’officier, Charles-Joseph imagine une idylle vespérale qui a pour cadre le village de Sipolje (MR, p. 142-143 ; voir aussi p. 79).

16 Dans les brefs instants compris entre son départ de l’armée et la mobilisation générale (chap. XX), Charles-Joseph restaure symboliquement le mode de vie rural qui avait été celui de ses ancêtres slovènes en devenant intendant du domaine du comte Chojnicki (MR, p. 368-379).

17 Voir : Jacques Le Rider et Heinz Raschel (dir.), La Galicie au temps des Habsbourg, 1772-1918. Histoire, société, cultures en contact, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2011 ; Stéphane Pesnel, « Une fragile recréation. Les espaces multiculturels dans l’œuvre romanesque de Joseph Roth », Études germaniques, no 1, 2007, p. 89-106.

18 Voir : Geneviève Humbert, Karl Emil Franzos (1848-1904), peintre des confins orientaux de l’empire des Habsbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1993 ; Karl Emil Franzos, Le Shylock de Barnow et autres récits, Sabine Lefèvre (trad. et éd.), Publications de l’université de Rouen, 1998.

19 Soma Morgenstern, Fuite et fin de Joseph Roth, Paris, Liana Levi, 1997. Sur l’auteur, voir : Jacques Lajarrige (dir.), Soma Morgenstern – Von Galizien ins amerikanische Exil/Soma Morgenstern – De la Galicie à l’exil américain, Berlin, Frank und Timme, 2014.

20 Börries Kuzmany, Brody. Eine galizische Grenzstadt im langen 19. Jahrhundert, Wien, Böhlau, 2011.

21 Voir par exemple le témoignage autobiographique de l’écrivain Manès Sperber, Die Wasserträger Gottes, Frankfurt am Main, Fischer, 1993, p. 115-163.

22 Voir : Stefan Zweig, « Convalescence de la Galicie » (Bernard Lortholary trad.), dans La Grande Guerre des écrivains, Antoine Compagnon (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 2014, p. 591-600.

23 Joseph Roth, « Reise durch Galizien », Frankfurter Zeitung, 20-23 novembre 1924: « Galizien, das grosse Schlachtfeld des grossen Krieges. »

24 Voir notamment le catalogue de cette exposition : Der Erste Weltkrieg in 100 Objekten, hrsg. von der Stiftung Deutsches Historisches Museum, Berlin, 2014.

25 C’est précisément à cette idée de supranationalité que renvoie le vocable « autrichien » dans la pensée et les propos du préfet François von Trotta (MR, p. 157-158) : la contingence de l’appartenance à un groupe linguistique ou culturel précis est dépassée par l’accession à l’austriacité.

26 MR, p. 175 : le préfet est passé maître dans l’art du déni, il pense qu’il lui est possible, par un simple jeu de reformulation, de faire en sorte que les choses qu’il craint (l’agitation politique, la révolution) n’adviennent pas.

27 La Crypte des capucins, op. cit., p. 45-47 ; Le Buste de l’empereur, dans Le Marchand de corail, Blanche Gidon et Stéphane Pesnel (trad.), Paris, Seuil, 1996, p. 186-188.

28 Sur les occurrences de ce motif musical et la dégradation progressive qui l’affecte au fil de la narration, voir : Stéphane Pesnel, Totalité et fragmentarité dans l’œuvre romanesque de Joseph Roth, Bern, Peter Lang, 2000, p. 212-213.

29 Joseph Roth, « Konzert im Volksgarten », Frankfurter Zeitung, 8 avril 1928 : « die Marseillaise des Konservatismus. »

30 Voir: Peter Reichel, Glanz und Elend deutscher Selbstdarstellung. Nationalsymbole in Reich und Republik, Göttingen, Wallstein, 2012, p. 68-71.

31 MR, p. 261 : « L’Empereur était un vieil homme. C’était le plus vieil empereur du monde. »

32 Dans son avant-propos à La Marche de Radetzky, Roth qualifie Charles Ier de « dépositaire impuissant et provisoire d’un héritage dont les nouveaux propriétaires se tenaient déjà là à attendre qu’il leur échoie » (La Marche de Radetzky, 2013, op. cit., p. vi).

33 Cette solitude existentielle de l’empereur, aggravée par les drames familiaux survenus dans son entourage, est transcrite métaphoriquement au début du chap. XV par l’image végétale d’une « tige oubliée » par un faucheur (MR, p. 261).

34 Voir la présentation de François-Joseph dans : Anton Schindling und Walter Ziegeler (dir.), Die Kaiser der Neuzeit. 1519-1918. Heiliges römisches Reich, Österreich, Deutschland, München, Beck, 1990 et Jean-Paul Bled, François-Joseph, Paris, Fayard, 1987.

35 Voir : Stéphane Pesnel, Totalité et fragmentarité, op. cit., p. 95-96.

36 MR, p. 270. Selon Werner Bellmann, qui a réalisé la plus fiable édition allemande du roman, il s’agirait là d’une anecdote que l’écrivain pragois Johannes Urzidil (1896-1970) aurait racontée à Joseph Roth (appareil critique de Radetzkymarsch, Stuttgart, Reclam, 2010, p. 505). On connaît à rebours l’hostilité que François-Joseph éprouvait à l’égard du maire chrétien-social de Vienne, Karl Lueger, antisémite notoire.

37 Nous sommes ici, pour reprendre les analyses de Roland Barthes, « au principe même du mythe : il transforme l’histoire en nature. […] Le mythe existe à partir du moment où l’impérialité [autrichienne en l’occurrence] passe à l’état de nature » (« Le mythe, aujourd’hui », dans Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 215-216).

Auteur

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Paris-Sorbonne et rattaché à l’équipe Représentations et identités, espaces germanique, nordique et néerlandophone (REIGENN, EA 3556). Ses recherches portent principalement sur la littérature autrichienne des XIXe et XXe siècles. Il est également traducteur littéraire (Joseph Roth, Stefan Zweig). Publications : Totalité et fragmentarité dans l’œuvre romanesque de Joseph Roth (Peter Lang, 2000), « Lectures de La Marche de Radetzky » (direction du no 77 de la revue Austriaca).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540