Version classiqueVersion mobile

« Deviner l'énigme du sphinx »

 | 
Stéphanie Genand

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Lundis, op. cit., p. 191.

1Lire la trilogie s’apparente à une école de la liberté. C’est en ce sens qu’elle constitue un texte fondamentalement politique : Beaumarchais, moins inspiré par la réflexion sur les systèmes que par l’anatomie des passions à l’œuvre dans la relation de pouvoir, invite lecteur et spectateur à un voyage anthropologique, à la découverte de l’homme dans ce qu’il a de plus caché et de plus obscur. Ce tableau moral aide à s’affranchir des vices de l’âme et des désillusions de l’existence collective : une fois la conscience formée à l’art de la distance, de l’écoute critique et du détachement, elle osera oser, faisant sienne la célèbre maxime de Kant dans Qu’est-ce que les Lumières ? sapere aude – et deviendra une raison autonome, capable de former son propre jugement sans plus croire aveuglément les prétendus maîtres qui mènent le jeu. Cet objectif explique la vocation transgressive du théâtre de Beaumarchais : aucune institution ni autorité ne résiste à son souffle abrasif. La toute-puissance du seigneur, la suprématie des hommes, l’ordre de la famille, autant de certitudes salutairement balayées au profit de ce que Sainte-Beuve appelle un univers « sens-dessus-dessous1 » et où surgit, au cœur d’un monde en pleine mutation entre 1775 et 1792, une stimulante pensée de la fracture. Composer un théâtre qui enjambe le gouffre, celui des événements comme celui de la déraison, ouvre aux spectateurs une scène où laisser advenir leurs fantasmes. Là réside la véritable puissance politique de cette œuvre : non pas dans les allusions ni les satires dites après-coup « prémonitoires », mais dans l’émergence, au cœur de la conscience et de l’identité, d’une force immaîtrisée, qui signe l’irréductible profondeur de l’homme et l’impossibilité de l’assiéger sans se perdre dans le labyrinthe de son for intérieur. À qui douterait de sa modernité, Beaumarchais, dont la trilogie met à nu les prémices de l’inconscient, rappelle avec force que les Lumières écrivent une page fascinante de la liberté tout en soulignant, non sans lucidité, le courage qu’elle exige. Un Œdipe moderne, rebaptisé Figaro, y résout l’énigme du Sphinx : « Fi donc, trembler ! mauvais calcul, Madame ; quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur » (BS, p. 79).

Notes

1 Lundis, op. cit., p. 191.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search