Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et l'original

 | 
Stéphane Pujol

Chronologie synoptique

Texte intégral

1 Les informations concernant le « vrai » Jean-François Rameau sont tirées de l’ouvrage d’André Magnan (Rameau le neveu. Textes et documents, Paris-Saint-Étienne, CNRS-Publications de l’université de Saint-Étienne, 1993).

Vie et œuvre de Denis Diderot

Vie et œuvre de Jean-François Rameau

Contexte politique et culturel

1713

1716

1715

Naissance à Langres de Denis, fils de Didier Diderot, coutelier, et d’Angélique Vigneron.

Naissance à Dijon de Jean-François (J.-F.), fils de Claude Rameau, organiste, et de Marguerite Rondelet

Mort de Louis XIV et début de la Régence de Philippe d’Orléans.
Le système de Law fonctionne de 1716 à 1720.

1723-1735

1728-1736

1723-1736

Études au collège jésuite de Langres, puis à Paris.
Maîtrise ès arts en 1732.
Études de théologie jusqu’en 1735.

J.-F. participe sans doute, comme violoniste, aux concerts privés et publics à Dijon sous la férule de son père.
Premières compositions musicales. Mort de sa mère en 1736.

1723 : La Double Inconstance de Marivaux.
1733 : salon de Mme de Tencin.
1734 (-1742) : Réaumur, Mémoires pour servir à l’histoire des insectes.
1735 : Les Indes galantes, opéra de Jean-Philippe Rameau.
1736 : Pergolèse, Stabat Mater.

Années 1740

Diderot donne des sermons, apprend l’anglais, donne des leçons de mathématique et va beaucoup au théâtre.
Époque de maturation et de misère.
Il a pour compagnons de bohème, entre autres, Baculard d’Arnaud et Fougeret de Montbron.
1741 : Diderot épouse Anne-Antoinette Champion (1710-1796), lingère.

1738 : J.-F. est soldat dans le régiment de Poitou.
1739 : de retour à Dijon, il entre au séminaire et reçoit les ordres mineurs.

1740 : Crébillon fils, Le Sopha. Marivaux, L’Épreuve.
Ouverture du salon de Mme Du Deffand.
Frédéric II, Anti-Machiavel. 1740-1744 : J.-S. Bach, Le Clavecin bien tempéré.
1741, Voltaire, Mahomet. Richardson, Paméla ou la vertu récompensée (Richardson meurt en 1761).
Duclos, Confessions du comte de ***.

1742-1749

1742 : rencontre J.-J. Rousseau, au café de la Régence où il joue aux échecs.
1745 : rencontre Condillac. Rencontre D’Alembert.
1747 : contrat avec les « libraires associés », Briasson, Le Breton et David pour la publication de l’Encyclopédie. Premières œuvres :
1745 : traduction annotée de l’Essai sur le mérite et la vertu de Shaftesbury.
1746 : Pensées philosophiques.
1747 : De la suffisance de la religion naturelle, La promenade du sceptique, les Bijoux indiscrets.
1748 : Mémoires sur différents sujets de mathématiques.
1749 : Lettre sur les aveugles. Emprisonné au château de Vincennes à la suite de cet ouvrage (24 juillet-3 novembre 1749).

Vit quelques temps à Lyon. Arrive à Paris vers 1745-1746. Il se fait appeler et signe « Rameau le neveu ». Les écrits publics le désignent également sous cette appellation.
Son père Claude le déshérite, ainsi que sa sœur.
1748 : premières extravagances du neveu qui est arrêté pour désordre et insultes à l’Opéra. Il est incarcéré au For-l’Évêque, prison royale, rue Saint-Germain-l’Auxerrois. Jean-Philippe Rameau, le grand compositeur, propose au ministre Maurepas de déporter son neveu aux Antilles.
1748-1752 : J.-F. participe sans doute aux fêtes données à Chambord par Maurice de Saxe.

1741-1748 : guerre de succession d’Autriche.
À partir de 1742, David Garrick devient l’un des comédiens anglais les plus populaires de son temps.
1743 : avènement de Louis V. Sa maîtresse, Mme de Pompadour, sera favorable aux philosophes ; Voltaire, Mérope.
1746 : Condillac, Essai sur les connaissances humaines ; Batteux, Les Beaux-Arts réduits à un même principe.
1747 : Gresset, Le Méchant (comédie).
1748 : Montesquieu, De l’esprit des lois.
Hume, Essai sur l’entendement humain.
1749 (-1788) : Buffon, Histoire naturelle.

1750-1759

1750 : prospectus de l’Ency clopédie.
1751 : publication du t. I (puis 1 tome par an jusqu’en 1758).
1752 : suspension provisoire de la publication en 1752 (affaire de l’abbé de Prades). Reprise en novembre 1753.
1753 (-1824) : naissance de Marie-Angélique Diderot.
1754 : Diderot publie les Pensées sur l’interprétation de la nature, Sur la poésie dramatique (1758), le Fils naturel et les Entretiens sur le Fils naturel (1759), Le Père de famille et de nombreux articles pour la Correspondance littéraire de Grimm dans laquelle il donne son premier Salon (1755).
1755 : Diderot fait la connaissance de Sophie Volland (1746-1784) ; il a 42 ans.
1756 : Lettre à Landois dans laquelle Diderot exprime les bases de son matérialisme en matière de morale.
1758 (janvier) : défection de D’Alembert, qui se retire de la direction de l’Encyclopédie.
1759 : révocation du privilège de l’Encyclopédie par décret royal, sous la pression des dévots et du Parlement de Paris ; l’impression continue dans la clandestinité avec la bénédiction de Malherbes.
(3 juin) : la mort de son père plonge Diderot, déjà épuisé et malade, dans une crise durable.

1753 : J.-F. semble s’être fait un nom dans la musique. Il fréquente sans doute déjà la maison du financier Bertin de Blagny. Nouvel esclandre de J.-F. à l’Opéra.
J.-F. compose la musique d’un vaudeville antiphilosophique « Sur les Philosophes du Siècle », dont les vers sont de Bertin de Blagny et de Palissot. Il est chanté sur la scène de la Comédie Française par Mlle Dangeville.
Contrairement à ce que Diderot laisse entendre dans sa satire, J.-F. est violemment « anti-bouffon » dans la fameuse querelle musicale qui divise les lullistes et les ramistes.
1757 : mariage de J.-F. Rameau, âgé de 40 ans, avec Ursule-Nicole-Felix Fruchet, âgée de 24 ans. J.-F. perdra peu après sa femme et un fils né de cette union.
Publication des Nouvelles pièces de clavecin de J.-F.
1758 (avril) : une symphonie de J.-F. est donnée au Concert Spirituel du Lundi Saint.

1750 : Hume rédige des Dialogues sur la religion naturelle où il développe une théorie morale originale (notion de bienfaisance).
Rousseau, Discours sur les sciences et les arts.
Goldoni, Le Café.
Vers 1751 : réunions fréquentes des philosophes au salon de Mme Geoffrin.
1752 : début de la querelle des Bouffons (jusqu’en 1754), durant la tournée des musiciens italiens et la création à Paris de l’opéra-bouffe de Pergolèse, La Serva padrona. Rousseau publie sa Lettre sur la musique française où il déclare que « les Français n’ont point de musique ».
1753 : Le Devin de village de Rousseau est donné à l’Opéra.
1754 (mars) : présentation en mars 1754 de l’Année littéraire, périodique de Fréron, ancien jésuite et adversaire déclaré des philosophes.
1755 : Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité.
Création à Nancy de la comédie anti-philosophique Le Cercle ou les Originaux de Palissot.
1756 : début de la guerre de Sept Ans.
Refroidissement des relations de Diderot et Rousseau.
1757 : mort de Fontenelle. 1759 : mise à l’Index de l’Encyclopédie par le pape Clément XIII.
Voltaire, Candide.

1760-1774

1760 : rédaction partielle de La Religieuse.
1761 : Diderot est attaqué dans la comédie Les Philosophes de Palissot représentée sur la scène de la Comédie Française, dont l’actrice Mlle Hus est l’héroïne.
Début probable de la rédaction du Neveu de Rameau et Rédaction de l’Éloge de Richardson.
1762 : Diderot lit Tristam Shandy de Sterne.
Début de la publication des planches de l’Encyclopédie.
1763 : 1er des Salons (suivront ceux de 1765, 1767, 1769 et 1771).
1764 : Diderot découvre que le libraire Le Breton a censuré certains de ses principaux articles de l’Encyclopédie. Diderot se sent terriblement blessé.
1765 (février) : Diderot vend sa bibliothèque à Catherine de Russie.
(Septembre) : fin de l’Ency clopédie.
1769 : le Rêve de d’Alembert.
1770 : Entretien d’un père avec ses enfants.
1771 : Leçons de clavecin de Bemetzrieder édités par Diderot et 1re version de Jacques le fataliste (diffusé dans la Correspondance littéraire de Grimm à partir de 1778).
1772 (septembre), mariage de sa fille Angélique ; auparavant, Diderot a rédigé ou revu Ceci n’est pas un conte, Madame de La Carlière et le Supplément au Voyage de Bougainville.
1773 (juin-août) : départ pour Saint-Pétersbourg, séjour à La Haye.
Diderot commence la Réfutation de l’ouvrage d’Helvétius intitulé De l’homme, texte essentiel pour comprendre Le Neveu de Rameau ; il ébauche le Paradoxe sur le comédien. 1773 (octobre)-mars 1774 : séjour à Saint-Pétersbourg (d’octobre 1773 à mars 1774) ; 1774 (été) : retour à La Haye.
Il termine les Observations sur Hemsterhuis, puis il écrit l’Entretien avec la Maréchale de ***.

1760 : Bertin octroie à Rameau une charge d’officier royal, inspecteur des maîtres à danser et joueurs d’instruments de Paris. Durant au moins quatre années, Rameau aura « un état », une fonction sociale et un revenu fixe.
1761 (avril) : selon le biographe américain Arthur M. Wilson, Diderot s’entretient avec Rameau le neveu. 1762-1763 : J.-F. apporte sa collaboration musicale à une fête pour l’avènement de Catherine II de Russie donnée à Paris chez l’ambassadeur de Russie.
1766 (mars/avril) : impression de La Raméide, long poème autobiographique en vers qui éclaire de nombreux traits du personnage évoqué par le Neveu de Rameau de Diderot ; un compte rendu de La Raméide paraît dans la Correspondance littéraire de Grimm ; J.-F. y est croqué comme « une espèce de fou », « homme de génie » amusant et fatiguant ; Cazotte reprend cette histoire dans un registre héroï-comique avec la Nouvelle Raméide. Rameau y fait figure de « bouffon ».
1768 : on donne Les Sabots, un opéra-comique de Sedaine et Duni ; certain airs semblent avoir été composés par J.-F. 1769 (24 septembre) : il est décrété d’arrestation par une lettre de cachet sollicitée par sa famille, et conduit à Armentières, dans un couvent, à la fois asile d’aliénés et maison de force ; c’est là qu’il mourra huit plus tard.

Années 1760 : la riposte des anti-philosophes s’organise, après la publication, en 1758, des Petites Lettres sur de grands philosophes de Palissot, du Nouveau Mémoire pour servir à l’histoire des Cacouacs de Moreau, des Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie de Chaumeix, du Catéchisme […] à l’usage des Cacouacs de l’abbé de Saint-Cyr.
1760 : Poinsinet donne Le Petit Philosophe qui vise Diderot.
1761 : Choiseul ministre de la guerre.
Parution de La Nouvelle Héloïse de Rousseau.
Affaire Calas.
La Comédie Française donne L’Enfant d’Arlequin de Goldoni en juillet.
1762 : Rousseau, Du Contrat social.
Gluck, Orphée.
Affaire Sirven.
Coup d’État de Catherine II.
Suppression de la Cie de Jésus par le Parlement de Paris.
1763 : traité de Paris qui consacre la victoire de l’Angleterre à laquelle la France cède ses possessions canadiennes (la Louisiane revient à l’Espagne).
Voltaire, Traité sur la tolérance.
Mozart à Paris.
1764, Baculard d’Arnaud, Les Amants malheureux, drame. Jean-Philippe Rameau meurt en septembre.
1767 : sans le Salon, Diderot cite un mot prêté à J.-F. dans son commentaire du tableau de Doyen, Le Miracle des Ardents ; dans le même Salon, Diderot inclut une Satire sur le luxe à la manière de Perse.
Voltaire, L’Ingénu.
1768 : Maupeou est nommé Chancelier.
1769 : Galiani, Dialogues sur le commerce des blés.
1770 : 1re édition de l’Histoire philosophique et politique des deux Indes de Raynal.
1772 : Sabatier de Castres, Trois siècles de littérature.
Dorat, Les Malheurs de l’in constance.
1773, De l’homme d’Helvétius.
1774, avènement de Louis XVI.

1775-1785

1775 : Diderot rédige le Plan d’une Université pour la Rus sie.
1775 (et 1781) : Salons.
1776 : début de sa collaboration à l’Histoire des Deux Indes de Raynal.
1778 : Essai sur Sénèque.
1781 : Diderot aide Naigeon à préparer l’Encyclopédie méthodique et rédige Est-il bon ? Est-il méchant ?
1782 : Essai sur les règnes de Claude et de Néron.
1783 : Diderot, malade, met de l’ordre dans ses manuscrits et fait travailler Girbal à leur copie pour Catherine II. 1784 (31 juillet) : mort de Diderot.
1785 : les manuscrits et la bibliothèque de Diderot arrivent à Saint-Pétersbourg.

1777 (5 février) : Jean-François Rameau est inhumé à Argentières.

1775 : 1re du Barbier de Séville à la Comédie Française.
Rétif De La Bretonne, Le Paysan perverti, roman.
1776 : Rousseau, début des Rêveries du promeneur solitaire (jusqu’en 1778).
Adam Smith, Causes de la richesse des nations.
Marmontel, Les Incas, épopée en prose.
1777 : triomphe de Voltaire à Paris.
Beaumarchais achève Le Mariage de Figaro.
1778 : mort de Voltaire et Rousseau.
1782 : Laclos, Les Liaisons dangereuses.
1788 : Louis-Sébastien Mercier livre dans le Tableau de Paris ses souvenirs personnels avec un portrait éclairant de J.-F. Rameau.

2

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search