Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et l'original

 | 
Stéphane Pujol

Conclusion

Texte intégral

1Si Le Neveu de Rameau est incontestablement une œuvre singulière, cette singularité tient d’abord à la personnalité du personnage éponyme, présenté dès le début du texte comme un original dont le « caractère tranche avec celui des autres » et qui rompt « cette fastidieuse uniformité que notre éducation, nos conventions de société, nos bienséances d’usage ont introduite ». Le Neveu déjoue les règles de la conversation mondaine ou policée ; hypocrite avec les gens du monde, il fait usage devant le philosophe d’une liberté de ton et d’un sens de la provocation qui détonnent. Face à Moi, homme honnête qui sent son « cœur se troubler de joie » et le plaisir « lui couper la parole » au récit d’une belle action (p. 90), Lui campe un personnage foncièrement immoral, humain, trop humain comme dirait Nietzsche (autre grande figure, après Diogène, du cynique en philosophie), qui adopte le plus souvent une posture de défi : défi des solutions toutes faites, défi des bons sentiments comme de la bonne littérature, défi enfin des évidences morales. On aurait pourtant bien de la peine à trouver dans l’immoralisme du Neveu un rejet des valeurs traditionnelles et de l’orthodoxie. Sa vision du monde est conservatrice. Quant à sa lecture des mœurs, elle rabaisse l’homme plutôt qu’elle ne l’élève. Alors que le philosophe est en quête de principes qui puissent fonder une vie bonne, le Neveu est un être sans principes, indifférent aux idées de bien et de mal.

2On a souvent considéré celui-ci comme un artiste raté. Mais il est aussi un artiste, même s’il est souvent pitoyable et quelquefois génial (« Mais avec cet enthousiasme pour les belles choses et cette fertilité de génie que vous possédez, est-ce que vous n’avez rien inventé ? », demande Moi, p. 101) ou, c’est selon, génial mais souvent pitoyable : on peut choisir de mettre l’accent sur ce qui signale sa déchéance ou sur ce qui manifeste sa grandeur, mais on ne peut lui refuser un talent d’acteur inimitable qui le ramène moins du côté de la musique, malgré la thématique générale du texte, que du côté du théâtre.

3L’une des questions essentielles que cette œuvre examine est le rapport difficile de l’artiste avec la société. Elle a des implications esthétiques et morales que Diderot a fort bien exploitées à travers – mais pas exclusivement – la question du génie. Thème nodal du dialogue, la notion de génie désigne le principe d’individualité. On a vu comment Diderot, à travers le personnage du Neveu retravaillait cette question. En même temps que la discussion morale, le débat esthétique informe l’essentiel du Neveu de Rameau : non pas seulement comme thème, non pas comme simple contenu, mais comme expérimentation concrète et comme réflexion en acte. Le mouvement de la conversation, la description des pantomimes, la peinture des scènes de genre, les récits remplis d’anecdotes ou de détails réalistes font de ce dialogue une œuvre totale, un véritable opéra littéraire, en même temps qu’ils constituent une réflexion singulière sur le pouvoir de l’illusion.

4Les gesticulations du Neveu apparaissent alors comme le simulacre d’une œuvre que l’artiste original et bohème aurait pu produire, mais à laquelle Diderot a donné une forme et un sens qui l’excèdent infiniment.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search