Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et l'original

 | 
Stéphane Pujol

Introduction

L’absence d’œuvre ?

Texte intégral

UN PHILOSOPHE DANS LA TEMPÊTE (LA BATAILLE ENCYCLOPÉDIQUE ET SES SUITES)

LE CONTEXTE

1Sans doute n’est-il pas absolument nécessaire pour comprendre ce dont le texte « parle » de connaître avec précision la réalité historique de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Pour autant, on peut s’attarder un instant sur les principales allusions faites à l’actualité à travers l’analyse interne de l’œuvre. Quel est son « horizon de référence » ? Quels sont les éléments de contextualisation et leur inscription dans le dialogue ?

2Nous avons à faire à un texte qui est à la fois fortement référencé et qui échappe en même temps à toute délimitation strictement contextuelle. De la même manière, l’unité de temps et de lieu qui caractérise le dialogue n’interdit pas la dispersion des renvois temporels ni la diversité des lieux évoqués. Le paradoxe, mais c’était sans doute le projet implicite de Diderot, c’est la production d’un texte hors temps et hors lieu. Et quand bien même on ne considérerait que le XVIIIe siècle, le lecteur a le sentiment d’embrasser le tableau de la société tout entière, alors que dialogue se focalise essentiellement sur le milieu des antiphilosophes. De même est-on frappé par le nombre considérable de références à des personnes (124 noms recensés, pour un texte d’une centaine de pages !) ou des œuvres appartenant ou non au siècle (45 œuvres citées), qui contraste avec l’étroitesse du milieu décrit. On a le sentiment d’une vaste fresque, tandis que l’argument narratif du Neveu de Rameau tient en une ligne : la rencontre du philosophe avec l’artiste bohême au café de la Régence et le récit de sa disgrâce auprès de Bertin. Entre-temps, on aura eu droit à une drolatique peinture du clan antiphilosophique, des milieux de l’Opéra et des actrices, ainsi qu’à une synthèse passionnée des débats anciens et modernes sur la musique. Ces deux motifs constituent la principale toile de fond historique du Neveu de Rameau composée de la bataille encyclopédique et de ses suites (années 1749-1765), et de la querelle des bouffons (1752-1754).

LA BATAILLE ENCYCLOPÉDIQUE ET SES SUITES

  • 1 Voir Douglas Gordon et Norman L. Torrey, The Censoring of Diderot’s Encyclopédie and the Re-establi (...)

3La rédaction du Neveu de Rameau porte les stigmates d’une crise intellectuelle et personnelle profonde chez Diderot, liée notamment aux attaques répétées contre l’Encyclopédie (dont Diderot est le directeur, avec d’Alembert, depuis 1747) et contre les philosophes. À partir de 1752, date à laquelle un premier arrêt du Conseil du roi interdit les deux premiers volumes déjà distribués, les mises en cause de l’Encyclopédie vont se succéder sans relâche. Mais c’est autour de 1760 que cette bataille va laisser des traces et marquer les esprits. L’année 1759 constitue le tournant majeur de cette histoire, à travers une série de mesures politiques qui illustrent la volonté du gouvernement de reprendre les choses en main. Après la condamnation par le Parlement de Paris de huit ouvrages, dont De l’esprit d’Helvétius et l’Encyclopédie, le Conseil du Roi frappe un grand coup en révoquant le « privilège » accordé à l’ouvrage en 1742 (ce qui revient à en interdire la publication). L’Encyclopédie continuera d’être imprimée et diffusée dans la clandestinité, mais Diderot va encore devoir affronter deux événements douloureux. En 1761, il doit répondre de l’accusation lancée par Fréron du plagiat de gravures de Réaumur pour les volumes des planches de l’Encyclopédie. Et en 1764, il découvre que le libraire Le Breton a censuré certains articles considérés comme trop dangereux et qu’il a détruit les originaux. Diderot sortira profondément affecté de cette dernière affaire et ne s’en remettra jamais véritablement. Sur l’épreuve de l’article « Souveraineté » que Le Breton avait mutilé, Diderot a écrit une phrase provocatrice, celle-là même qui termine Le Neveu de Rameau : « Rira bien qui rira le dernier1. »

4L’année 1760 va voir la bataille se déplacer vers les principales citadelles de l’opinion publique. À l’Académie française, d’abord, à l’occasion du discours de réception de Le Franc de Pompignan largement dirigé contre les philosophes. À la Comédie-Française ensuite, avec la représentation des Philosophes modernes, une comédie au vitriol de Palissot, où l’on voyait Rousseau marcher à quatre pattes sur la scène et Diderot ridiculisé sous les traits de Dortidius. Ce qui est nouveau, c’est la nature de l’adversaire : ce ne sont plus seulement des magistrats, des abbés ou des ecclésiastiques, mais des écrivains, des hommes de lettres, des auteurs dramatiques et des journalistes. Ils ont pour noms Fréron, Palissot, Poinsinet (dit Poinsinet le jeune), tous dûment représentés dans le Neveu de Rameau. Mais il faut prendre garde au montage opéré par le dialogue et s’interdire de les ranger tous dans la même catégorie.

  • 2 Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution [1983], Éric de Grolier (trad.), Paris, Gallimard, (...)
  • 3 Pour une analyse approfondie du milieu des antiphilosophes et des aspects sociologiques de cette «  (...)

5Une partie des antiphilosophes, à laquelle appartient le vrai Jean-François Rameau, est constituée tantôt d’artistes de second rang (comédiens, musiciens, peintres, poètes) en quête de protecteurs, tantôt de publicistes qui cherchent à conquérir un statut social par leur plume et qui se mettent souvent à la solde du plus offrant. Ceux-là constituent une véritable « bohème littéraire » que l’historien américain Robert Darnton a bien étudiée2. Ces « intellectuels du ruisseau » que Voltaire stigmatisait comme le « bourbier du Parnasse » et que la « ménagerie » de Bertin est censée représenter, sont dans un rapport de dépendance précaire par rapport aux différents emplois (pensions, charges, académies, journaux) qui pourraient s’offrir à eux mais qui sont souvent monopolisés par les représentants des Lumières3.

  • 4 Outre que Palissot jouissait de protections haut placées, la satire personnelle était durement répr (...)

6L’autre moitié du camp antiphilosophique est moins laborieuse. Des auteurs tels que Fréron et Palissot jouissent d’une certaine notoriété littéraire. Charles Palissot de Montenoy, disciple de Voltaire, académicien, membre du « parti » dévot, est l’auteur d’attaques répétées contre Diderot et ses amis. Après le succès de sa première comédie intitulée Le Cercle, ou les Originaux donnée à Nancy en 1755, la représentation d’une seconde pièce baptisée Les Philosophes (1760) ravive la cabale contre les philosophes encyclopédistes et ranime les rancœurs. Diderot, qui s’est juré de ne rien publier qui fût « répréhensible » depuis la Lettre sur les aveugles, ne répondra pas publiquement à Palissot mais il se servira du Neveu de Rameau comme d’un exutoire4. Les antiphilosophes sont en effet le cœur de cible de la satire, et ils apparaissent sous les traits les plus noirs, d’autant qu’ils sont dépeints par le Neveu lui-même lequel était effectivement l’un des leurs.

  • 5 Lettre à Grimm du 9 juin 1759, t. V, p. 107.

7L’histoire que raconte Le Neveu de Rameau, l’événement qui lui sert de prétexte (le parasite Rameau congédié par le financier Bertin), tout comme la satire du clan antiphilosophique, invitent donc à considérer la période particulière que traverse Diderot dans les années 1760. Dix ans après la crise de 1749 marquée par l’emprisonnement du philosophe à Vincennes après la publication de la Lettre sur les aveugles, Diderot est à nouveau pris dans la tourmente. Le 8 mars 1759, après l’arrêt du Conseil du Roi révoquant le « privilège » de l’Encyclopédie, Diderot est menacé d’arrestation et doit confier ses manuscrits au ministre Malesherbes. Son état de santé s’en ressent gravement. La nouvelle de la mort de son père survenue le 3 juin 1759, l’accable encore davantage : « voilà le dernier coup qui me restait à recevoir », écrit alors Diderot à son ami Grimm5.

8Il faut ajouter à ces heures sombres le possible sentiment de frustration d’un auteur qui, sans avoir encore rien publié d’important aux yeux du public, se prend à douter de son génie. Le succès retentissant de Rousseau, l’éternel frère ennemi, lors de la parution de la Nouvelle Héloïse en 1761 n’a peut-être fait que renforcer ce dépit, toutefois tempéré par la bonne réception de sa pièce Le Père de famille la même année. Cette incapacité apparente à produire un « chef d’œuvre » a de quoi alimenter les sarcasmes de ceux qui affirment, tel Palissot dans les Petites Lettres sur de grands philosophes, que Diderot n’a jamais écrit un ouvrage de génie (« on se réserve la liberté de penser qu’un dictionnaire, quelque bon qu’il puisse être, ne fut jamais un ouvrage de génie »). Comme pour donner raison à son féroce détracteur, Diderot livre à la fin de l’Éloge de Richardson (janvier 1762) cet aveu touchant : « tandis que je converse avec vous, les années du travail et de la moisson des lauriers se passent, et je m’avance vers le dernier terme, sans rien tenter qui puisse me recommander aussi aux temps à venir » (t. IV, p. 168).

9La question du génie, pierre de touche du Neveu de Rameau, pourrait bien avoir été douloureusement éprouvée par Diderot lui-même à l’aune de son désenchantement.

10Pour son auteur, le dialogue du Neveu de Rameau, est peut-être l’occasion, après les échecs et les humiliations – mais aussi après les réussites et les triomphes – de poser la question : qui suis-je ? Il suffit de voir dès le prologue le statut du je, se pensant, s’éprouvant, se séparant, se construisant et se transformant. La rencontre future avec Rameau, c’est-à-dire avec une pensée affectée par la confusion entre des certitudes et une incertitude extrême, participe sans doute de cette interrogation personnelle. Chez Diderot, le savoir s’élabore souvent dans la mise en scène de situations limites. Le Neveu de Rameau rappelle avec force, jusqu’au vertige et à l’aliénation de soi, qu’il n’y a pas d’identité sans un élément d’altérité, sans une altérité de l’identité elle-même.

UNE GENÈSE INTROUVABLE

TEMPS DU DIALOGUE ET TEMPS DE LA RÉDACTION

  • 6 Pour exemple, cette lettre à Sophie Volland du 2 septembre 1762, qui rappelle l’incipit du Neveu de (...)
  • 7 On prendra pour exemple l’allusion à la fille de Diderot (« supposez-lui huit ans ») qui conforte l (...)

11Si l’allure décousue du Neveu de Rameau marque la volonté de conserver dans l’écriture le naturel de la conversation, elle pourrait bien résulter également de la superposition de différentes étapes créatrices. On peut décrire, en s’appuyant sur les travaux des chercheurs qui se sont penchés sur cette question difficile, les divers éléments de datation internes à l’œuvre. Il faut pour cela distinguer plusieurs niveaux de repérage : la proximité de certains passages du dialogue avec d’autres textes datés (par exemple, la Correspondance de Diderot6) ; les éléments de contextualisation (références à des événements historiques, à des débats ou des publications) ; les allusions biographiques (qui ne constituent pas un critère absolument fiable dans une œuvre qui s’attache à brouiller les pistes7).

  • 8 L’oncle vivant, p. 49 et 53 ; l’oncle mort, p. 58.
  • 9 La date de la dernière mise au net du manuscrit autographe reste cependant indécise : Jean-Claude B (...)
  • 10 Henri Coulet (Le Neveu de Rameau, dans Diderot, Œuvres complètes, Herbert Dieckmann, Jacques Proust (...)

12Dans son ensemble, Le Neveu de Rameau renvoie aux années 1761-1762. Il faut néanmoins distinguer le temps du dialogue et le temps de la rédaction. Concernant le premier temps, on est saisi par son ambivalence : on remarque en effet un ancrage temporel très fort dans l’histoire et en même temps les signes d’une fiction dégagée du souci de vraisemblance (l’oncle Rameau est donné successivement comme vivant et comme mort8 – il meurt effectivement en septembre 1764 ; la liaison Bertin-Hus, qui constitue l’un des pivots de l’entretien, s’achève en septembre 1761 ; la mention des Trois siècles de littérature de Sabatier de Castres renvoie à l’année 1772, etc.) Les événements mentionnés dans le dialogue s’échelonnent en réalité sur une période très large, qui va de 1752 à 1775. Concernant le second temps, l’hypothèse qui prévaut aujourd’hui est celle d’une rédaction qui se concentre autour de 1761-1762, avec des révisions autour de 1773-1774 et une dernière série de corrections apportées au moment de la mise au net du manuscrit autographe sans doute en 1782 voire en 1784 à l’approche de la mort, lorsque Diderot confie à son copiste Girbal le soin de mettre la dernière main à ses papiers (la collection complète de ses manuscrits sera envoyée avec sa bibliothèque, à Catherine de Russie, en 17859). Relevons cependant le fait qu’aucun indice temporel, dans le dialogue, n’est postérieur à 177510.

  • 11 Voire davantage : on trouve une réflexion identique dans l’Essai sur les règnes de Claude et de Nér (...)

13L’idée d’une gestation en plusieurs étapes a choqué certains spécialistes, la plupart du temps au nom du principe de la sacro-sainte unité de l’œuvre littéraire. Mais l’examen des manuscrits de l’Entretien d’un père avec ses enfants montre que, de 1771 à sa mort, Diderot n’aura cessé de remplir la matière initiale d’anecdotes nouvelles. On peut également tenter de tirer parti d’arguments de critique génétique. Nous proposerons l’exemple suivant, moins pour en souligner les vertus que pour en montrer les limites. Dans un passage relatif aux plaisirs mondains, le philosophe, tout en se défendant de pratiquer une morale trop austère, met l’accent sur le bonheur qu’il éprouve à faire le bien : « Je connais telle action que je voudrais avoir faite pour tout ce que je possède. C’est un sublime ouvrage que Mahomet ; j’aimerais mieux avoir réhabilité la mémoire des Calas. Un homme de ma connaissance s’était réfugié à Carthagène. C’était un cadet de famille… » (p. 89-90). La seconde phrase de ce segment, qui fait doublement allusion à Voltaire et que nous avons soulignée pour la distinguer, pourrait bien être un ajout postérieur à la première rédaction ; pour des raisons de cohérence narrative : le mot « action » est ambigu ; il peut désigner aussi bien la réhabilitation des Calas par Voltaire que l’histoire du cadet de famille, mais on peut supprimer la mention de Voltaire sans que le sens du passage paraisse altéré, au contraire ; pour des raisons de cohérence temporelle : la réhabilitation des Calas intervient en 1765, soit plus tard que le noyau de 1760-1761 auquel renvoient l’allusion qui précède (la Deschamps, qui cède la place à la Guimard dans le carnet mondain, vend son hôtel en 1760) et celle qui suit (l’histoire du cadet de famille provient du père Hoop et elle est relatée dans une lettre à Sophie Volland du 12 octobre 1760) ; on peut donc penser que Diderot a intégré ce commentaire sur Voltaire après 1765, soit plus de trois ans après le premier jet11.

  • 12 Le Neveu de Rameau, Jean-Claude Bonnet (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 1983, p. 147.
  • 13 Michèle Duchet signale par ailleurs « une coïncidence remarquable entre la chronologie interne du N (...)

14Le Neveu de Rameau s’est nourri de sources exogènes (anecdotes, chroniques mondaines) et endogènes (correspondance du philosophe, références, sujets ou thèmes que l’on retrouve dans d’autres œuvres). À défaut d’être publiée, la matière de ce dialogue est disséminée dans un certain nombre de textes avec lesquels il entre en résonance. Comme le remarque Jean-Claude Bonnet, « par sa problématique, Le Neveu de Rameau fait système avec le Salon de 1767, Le Rêve de d’Alembert (1769), Le Paradoxe sur le comédien (1773)12 ». On ajoutera encore à cette liste certains articles de l’Encyclopédie13 (notamment l’article « Hobbisme ») et la Réfutation d’Helvétius (en particulier les morceaux sur le thème du génie).

  • 14 À propos d’un tableau de Doyen (le Miracle des Ardents), Diderot reprend la pointe finale de Jean-F (...)
  • 15 « À la longue, chacun a la place qu’il mérite. La société, c’est la maison de Bertin, un fat y pren (...)
  • 16 T. IV, p. 830. On peut également se reporter, dans Le Neveu de Rameau, aux deux passages suivants : (...)

15Concernant la figure du Neveu et ses rares échos dans d’autres textes de Diderot, on cite souvent l’allusion à Jean-François Rameau dans le Salon de 176714, en oubliant un autre passage où le salonnier établit un parallèle entre les rangs dans la société et les places que l’on prend à la table de Bertin, qui ressemble presque mot à mot à l’histoire racontée par Lui dans le dialogue15. On peut encore citer tel passage de la Réfutation d’Helvétius où Diderot reprend en la développant une réflexion qu’il place aussi dans la bouche de Moi : « Il vient au poète des idées profondes dont il ignore et le principe et les suites. Fruit d’une longue méditation chez le philosophe, il en est étonné, il s’écrie : “Qui est-ce qui a inspiré tant de sagesse à cette espèce de fou là16 ?” » Le Neveu de Rameau est donc aussi, du point de vue de la genèse, un texte « en devenir ».

MANUSCRITS ET ÉDITIONS

16Aussi curieux que cela puisse paraître, la première édition du Neveu de Rameau est une traduction de Goethe publiée du début du XIXe siècle. Avant de pouvoir être lu dans une version définitive, le dialogue de Diderot a fait l’objet d’une série rocambolesque de dévoilements, d’occultations, de publicité et de mystère dont les détails, aujourd’hui encore, ne sont pas tous élucidés. L’histoire de cette publication, tout comme les aventures des manuscrits du Neveu de Rameau, constituent ce que Maurice Tourneux a appelé un « roman bibliographique ». Nous en restituerons brièvement les principales étapes.

17La publication en Allemagne et en allemand du Neveu de Rameau par les soins de Goethe a constitué un événement littéraire. Der Rameaus Neffe. Ein Dialog von Diderot, est une traduction faite d’après une copie que l’auteur de Faust tenait de Schiller. Elle paraît à Leipzig, en mai 1805. Goethe assortit sa traduction d’un ample commentaire qui donne d’emblée au texte ses lettres de noblesse. Deux faussaires publient en 1821 une traduction française du texte allemand en la faisant passer pour l’original. En 1823, paraît une version française authentifiée d’après le manuscrit donné par Mme de Vandeul, la fille de Diderot, à l’éditeur Brière qui publie les premières Œuvres complètes du philosophe. En 1875, paraît la grande édition Assézat-Tourneux en 20 volumes, et en 1884 Maurice Tourneux fournit une troisième édition de l’œuvre, fondée sur une copie transmise à Catherine II par le philosophe lui-même. En 1890, un érudit nommé Georges Monval découvre enfin chez un bouquiniste du Quai Voltaire un manuscrit rédigé de la main de Diderot : Le Neveu de Rameau se trouvait au milieu d’une collection de tragédies et d’œuvres diverses d’environ trois cents volumes ! Ce précieux manuscrit, d’une écriture soignée, constitue à ce jour la base de toutes les éditions modernes.

18On recense aujourd’hui quatre manuscrits distincts du Neveu de Rameau. Les différences entre chaque copie ne peuvent être tenues pour des « variantes » tant elles sont insignifiantes. Les différents dépôts de ces manuscrits sont :

  • la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (une copie du Neveu de Rameau se trouve au t. XXVI d’un ensemble imposant de manuscrits vendus par Diderot à Catherine II) ;

  • le fonds Vandeul de la Bibliothèque nationale de France, qui contient trois copies ;

  • la Pierpont Morgan Library de New York, qui possède le seul manuscrit « autographe » de Diderot connu à ce jour.

19Sachant que des copies autrefois dûment identifiées (celle de Schiller, celle de Brière) ont pu disparaître, il n’est pas exclu que l’on découvre un jour une copie nouvelle. Ce serait un nouveau chapitre à joindre au « roman » dont parlait Maurice Tourneux.

TITRE DE L’ŒUVRE ET TITRES DES MANUSCRITS

  • 17 Henri Coulet donne des indications extrêmement précises sur l’état des manuscrits dans son introduc (...)
  • 18 Jacques-André Naigeon est sans doute le premier à avoir été tenté d’adopter le titre courant du dia (...)
  • 19 Ainsi, pris au hasard : l’édition procurée par Roland Desné rend les titres interchangeables : Le N (...)

20Les titres des manuscrits varient d’une copie à l’autre. Celui qui figure en tête du manuscrit autographe est : Satyre 2de (« Le Neveu de Rameau » ayant été ajouté en marge par une main étrangère et, selon les termes d’Henri Coulet, d’une « écriture moderne17 »). Les copies du fonds Vandeul conservées à la Bibliothèque nationale donnent soit : Satire II. Entretien avec Rameau ; soit : Le Neveu de Rameau ; soit : Entrevue avec Rameau au Café de la Régence ou satire contre … (sur les deux premières copies, Rameau est écrit d’une autre main que celle du copiste). La copie de Saint-Pétersbourg donne simplement : Satire II. Ainsi, la mention « Le Neveu de Rameau » ne figure à l’origine que sur un seul manuscrit, et il y a tout lieu de penser que le titre par lequel on a coutume de désigner l’œuvre est, dans une certaine mesure, le fruit d’une tradition éditoriale qui privilégie l’artiste bohême plutôt que l’indication générique contenue dans Satire seconde – titre d’ailleurs un peu énigmatique pour le lecteur qui ne connaîtrait pas l’existence de la Satire première. Le choix de Goethe a certainement pesé dans cette histoire18. Que par un effet de lecture qu’il n’est pas inintéressant d’observer, nous adoptions ce titre comme définitif ne surprendra pas : après tout, Le Neveu de Rameau est une sorte de work in progress, depuis sa gestation jusqu’à ses derniers avatars à la fin du XIXe siècle. On peut s’étonner, en revanche, de voir que les commentateurs modernes le donnent parfois pour le titre véritable, reléguant ainsi le titre original au rang de « sous-titre19 ».

UNE « BOMBE DANS LA LITTÉRATURE »

  • 20 Cité par Élisabeth de Fontenay, Diderot ou le matérialisme enchanté, Paris, Grasset, 1981, p. 187-1 (...)

21« Ce dialogue, écrit Goethe à Schiller, éclate comme une bombe au beau milieu de la littérature française, et il faut une extrême attention pour être bien sûr de discerner au juste ce qu’atteignent les éclats et comment ils portent20. » Il semble que les prolixes commentateurs de cette « bombe » n’aient pas toujours tenu compte d’une telle mise en garde – étonnement lucide – ignorant au passage que l’exigence de « discernement » formulée par Goethe est déjà exprimée au tout début du Neveu de Rameau par le philosophe lui-même : si l’original agit comme un révélateur, faisant « approuver ou blâmer », c’est finalement au lecteur « de bon sens » qu’il incombe de « démêler » son monde et de trier le bon grain de l’ivraie. Au verbe « discerner » employé par Goethe, Diderot avait préféré celui de « démêler ». En réalité, cette « bombe » pourrait bien en cacher une autre sur fond d’incompréhension et de malentendus. Il faut donc bien lire le texte, et compter pour chacun des sujets discutés les points marqués par l’un ou l’autre camp. Il faut encore mettre à distance cette forme d’enthousiasme romantique qui frappe si souvent les critiques et qui nous porte (naturellement ?) à donner le beau rôle aux figures de l’inconfort et de la marginalité. De sorte qu’à trop vouloir insister sur l’esprit de négation du Neveu on a fait du philosophe un penseur bourgeois et falot. On verra alors qu’aucun des deux personnages ne sont épargnés par la puissance de déflagration du texte et par ses éclats. On comprendra aussi que le travail de déconstruction critique porté par la satire ne tient pas seulement à la figure du Neveu mais à l’ironie qui affecte la plupart des énoncés produits. On admettra enfin que ce dialogue ne fait pas que déconstruire, et qu’il manifeste une sorte de résistance dans la désillusion. Oublier que Le Neveu de Rameau rappelle un certain nombre de principes éthiques auxquels Diderot est fermement attaché, c’est succomber trop facilement à l’effet corrosif produit par un texte qui vise en effet à discuter toute forme d’idéalisme facile.

  • 21 Il faudrait donc admettre qu’il existe, avec Le Neveu de Rameau, un double effet de décousu : celui (...)
  • 22 Élisabeth de Fontenay, Diderot ou le matérialisme enchanté, op. cit., p. 187.

22Le personnage du bohème opère un travail de dénigrement grotesque de la philosophie et des beaux sentiments. Mais s’il apparaît indubitablement comme un antagoniste du philosophe dans le texte, le Neveu n’est pas absolument étranger à la pensée de Diderot. Nous aurons l’occasion de revenir sur la nature du rapport entre Moi et Lui. Du point de vue social, intellectuel ou éthique, il n’y a pas de prééminence de Lui, de supériorité absolue de rang, de dignité, de droit, ou de degré ; c’est même plutôt tout le contraire ; mais il y a une formidable présence du personnage, et finalement, une prépondérance dans le commentaire que le texte produit, nullement étonnante puisqu’elle appelée par le titre/sous-titre de l’ouvrage lui-même. La raison d’être de ce personnage ne tient pas seulement au fait qu’il provoque la discussion et le débat d’idées (il n’est ni le moins apte, ni le plus apte à le faire) ou qu’il permette une peinture acerbe de la société. Si malgré tout Moi et Lui sont indissolublement liés, c’est parce que la figure de Lui permet à Diderot d’exprimer de manière exemplaire une manière de philosopher qui passe par une forme d’hétérogénéité radicale de la pensée avec elle-même. Pour Diderot, la vérité n’est pas nécessairement liée à la clarté et à la distinction des idées. Lui est une autre incarnation possible de ce décousu qui caractérise ailleurs le rêve ou la conversation21 ; une incarnation aussi de ce qui constitue le mode étrangement discursif de la philosophie de Diderot. Le dialogue entre Moi et Lui serait ainsi une forme hyperbolique, gesticulatoire, comique et finalement mimétique de cette excentricité qui caractérise si souvent la pensée de Diderot, et la façon unique qu’a le philosophe de se prendre lui-même en défaut ou de se mettre en péril (y compris le péril de pas être entendu, ainsi que le signale le texte à plusieurs endroits). Comme l’écrit très justement Élisabeth de Fontenay, « si Le Neveu de Rameau commande l’accès à l’œuvre de Diderot, c’est que la figure portée par celle-ci constitue un principe constamment actif de dispersion et d’excentricité, dispositif à retardement qui menace durablement la croyance à l’unité et à la centralité du sujet, de l’homme, du sens22 ».

  • 23 Voir notamment l’article convaincant de Florence Chapiro et Jean Goldzink, « Le Neveu de Rameau apr (...)
  • 24 Dans Œuvres complètes, op. cit., p. 44-45. Voir infra.
  • 25 Le Neveu de Rameau, Michel Delon (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 2006, p. 11, préface.
  • 26 Ibid.
  • 27 Le Neveu de Rameau, Henri Coulet (éd.), dans Œuvres complètes, op. cit., t. XII, p. 44-45.

23Une lecture qui a longtemps prévalu et qui continue de séduire, donne la part belle au Neveu aux dépens d’un philosophe que l’on juge engoncé dans ses préjugés bourgeois. Certains ont entrepris un réexamen salutaire de cette glose un peu facile ou rapide23. Dès 1989 cependant, dans la « Préface » qu’il rédige pour les Œuvres complètes de Diderot, Henri Coulet nous mettait en garde à ce propos : « La lucidité de Lui sur son abjection, sa volonté d’être abject selon sa nature et selon la société où il vit, ses jugements féroces sur les gens de cette société, la logique de ses raisonnements cyniques, une espèce de stoïcisme de certaines de ses attitudes, un pressentiment de ce que sera le sadisme lui donnent le beau rôle dans le dialogue. Ce n’est qu’une apparence : Rameau est un esclave qui voudrait être maître pour se venger, et que sa condition attriste, qu’elle effraie même, dans les moments où il ressent son impuissance24. » Serait-ce donc l’air du temps, de notre temps, qui confère à Rameau ce « beau rôle » dont parle Henri Coulet ? Sans doute, tant il faut reconnaître que « la figure emblématique d’un monde corrompu envers lequel le Philosophe ne peut manifester la moindre complaisance est devenue dans notre modernité un marginal critique, un paria provocateur, un esprit de négation, parfois même un fou visionnaire25 ». Des décennies de lecture critique, suivant en cela les grands commentateurs (Hegel, Foucault) sans toujours voir que ceux-ci s’étaient appropriés le texte à bon droit pour nourrir leur propre démonstration ou système – au demeurant fort hétérogènes au regard des enjeux qui travaillent le texte et son contexte historique –, ont érigé Rameau en une sorte de porte-parole, ici de l’esprit devenu étranger à lui-même, là d’une forme ultime de rationalité à l’œuvre dans la déraison. Cette tradition interprétative a fait du Neveu un mythe, mais elle est peut-être aussi le début d’un long contresens. Ainsi, « on glorifie […] la lucidité corrosive du Neveu et on relativise la satire que Diderot mène de la foire aux vanités et du marché des consciences, incarnés par le Neveu26 ». Nous ne pouvons donc que souscrire à ce qu’écrit encore Henri Coulet sur ce point : « Rameau a obligé Diderot à prendre conscience, ou pour mieux dire Diderot a imaginé Lui pour mieux faire prendre conscience à son lecteur de ce que sa philosophie n’était pas et ne voulait pas être, quelque place qu’elle fît à l’instinct du plaisir et aux lois de la matière : tous les problèmes de son matérialisme ne sont pas résolus, ils ne sont le seront jamais, mais une solution fausse est vigoureusement rejetée, l’anarchisme servile et l’immoralisme digestif27. »

  • 28 « Remarques sur les personnages et les circonstances dont il est fait mention dans le dialogue du N (...)
  • 29 Traduction de l’allemand proposée par Jacques et M. Proust (voir infra l’anthologie critique).

24Parmi les commentaires qui ont fait date, il faut commencer par la lecture de Goethe, qui n’est pas le moins avisé des grands exégètes du Neveu de Rameau. C’est lui en effet, pour la première fois, qui a permis au public européen de prendre connaissance de l’œuvre à travers la traduction allemande qu’il en a proposée à partir d’une copie originale en français. Il a assorti cette édition de commentaires lumineux, bien que correspondant à ses propres conceptions de l’œuvre d’art en général28. À ses yeux, Diderot a montré avec Le Neveu de Rameau qu’il « savait assembler les éléments les plus hétérogènes de la réalité pour en former un tout idéal ». La lecture de Goethe n’est pas dénuée de justesse, même si elle conclut à la promotion de l’esthétique aux dépens de la morale dans le dialogue. Goethe a sans doute été frappé par le fait, admis de tous les commentateurs, que la musique apparaît comme le seul lieu de réconciliation possible entre Moi et Lui. Le poète allemand semble également vouloir lire dans Le Neveu de Rameau l’annonce prophétique du « renversement des valeurs » cher à la conscience du XIXe siècle finissant29. On n’est pas très loin de Hegel, l’autre figure de proue de cette tradition interprétative.

  • 30 Sur la réception de Diderot en Allemagne, voir Roland Mortier, Diderot en Allemagne : 1750-1850, Pa (...)
  • 31 Isabelle Garo, « Le Neveu de Hegel : Diderot dans la Phénoménologie de l’esprit », Europe, octobre (...)

25Hegel, à la suite de Goethe et de Schiller, sera l’un des rares défenseurs de ce texte contre les partisans d’une réaction politique et religieuse placée sous l’égide du romantisme autant que du nationalisme germanique30. Dans la Phénoménologie de l’esprit (1807), Hegel retrace le chemin que se fraie la conscience de soi en marche vers elle-même, qui passe successivement de la prépondérance de l’objet à la domination du sujet et qui débouche sur le dépassement de l’opposition entre objet et sujet. Dans ce mouvement, l’esprit en vient à se scinder de lui-même dans le monde de la culture et, devenu étranger à lui-même, il se tient désormais en face de soi, d’abord sur le mode d’une aliénation puis sur celui d’une sortie hors de soi : aliénation et scission, « dont le dialogue entre le Neveu et le Philosophe exprime la tension interne, inassignable à l’un ou l’autre des protagonistes du dialogue mais intérieure à chacun des deux, et l’impossible stabilisation entre des pôles qui sont en vérité constitutifs l’un de l’autre et dont l’affrontement perpétuel scelle la complémentarité explosive31 ».

  • 32 L’ouvrage, paru d’abord sous le titre Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Pa (...)
  • 33 Histoire de la folie à l’âge classique, op. cit., p. 366. Voir l’analyse que propose Fabienne Brugè (...)
  • 34 Florence Chapiro et Jean Goldzink, art. cité, p. 162.

26En France, l’autre grande lecture est évidemment celle de Michel Foucault dans sa thèse de doctorat sur l’histoire de la folie32 (1961). L’analyse du Neveu de Rameau constitue l’introduction à la troisième partie de l’ouvrage, qui concerne la séparation désormais actée entre raison et folie et le positivisme de la psychiatrie moderne qui l’accompagne. Dans cette histoire, Le Neveu de Rameau représenterait le moment où « les grandes structures de la déraison33 » peuvent encore se dire. Aux yeux de Michel Foucault, comme l’écrivent Florence Chapiro et Jean Goldzink, « le Neveu laisse entendre ce que l’âge classique veut forcer au silence, il manifeste la puissance subversive et inventive de l’art » : « Le statut de quasi-extraterritorialité que Foucault confère au texte diderotien souligne la folie et la déraison du Neveu, porteur d’un anarchisme de pensée auquel Diderot donnerait ici la primauté. À n’en pas douter, cette interprétation a marqué la critique contemporaine. Il est devenu impossible d’aborder le chef-d’œuvre sans affronter la thèse foucaldienne, qui rapporte le Neveu (Lui) au destin historique de la folie et lui donne l’avantage sur la figure paisiblement étriquée du Philosophe (Moi)34. »

  • 35 Dans leur article, Florence Chapiro et Jean Goldzink, s’attachent à déconstruire brillamment ce par (...)

27Le prestige et la force herméneutique de cette interprétation a sans doute encouragé la critique moderne à vouloir comprendre Le Neveu de Rameau comme l’illustration d’une défaite de la raison et de la philosophie. Se jouerait ainsi, dans le dialogue de Moi et de Lui une partie forcément inégale où l’exercice critique serait du côté d’une « folie » décomplexée, désireuse d’en découdre avec une sagesse bourgeoise et rassie35. Par-delà ses insuffisances, cette lecture révèle néanmoins un trait saillant de l’œuvre qu’il serait vain de vouloir méconnaître, à savoir l’irrésistible fascination opérée par le personnage du Neveu, y compris lorsque celui-ci fait étalage de son « abjection ». Est-ce seulement un effet de lecture ? Pourquoi les arguments du Neveu semblent-ils souvent faire mouche, même quand ils inquiètent ?

28Nous proposerons trois réponses possibles à cette question, qui demandent sans doute à être prises en compte faute de quoi on risque d’appauvrir la portée de ce texte inclassable et d’altérer la jouissance qu’il procure.

  • 36 En référence bien sûr aux Liaisons dangereuses de Laclos.

29Première réponse, qu’on appellera « l’effet Valmont » ou « l’effet Merteuil36 », c’est-à-dire, l’incoercible et contagieuse séduction de la méchanceté ou du cynisme lorsqu’ils sont accompagnés de talent, sinon de génie : d’une certaine manière, cette question est thématisée dans le texte par le Neveu lui-même, et on sait que Diderot lui donne une place inédite au sein de sa théorie esthétique (la beauté dans le mal, voire la beauté du mal). Certes, le Neveu n’est pas même pas sublime dans le mal : il reste à l’extérieur et se contente d’admirer ; mais le mélange de lucidité et de perversité qui le caractérise étonne jusqu’au philosophe lui-même.

  • 37 Ce qui n’implique pas qu’il doive y renoncer : tout dans le texte montre le contraire et il n’y a e (...)
  • 38 À laquelle le Neveu lui-même souscrit par moment ! (voir notamment : « L’empire de la nature et de (...)

30Deuxième réponse, qui prend acte de la fonction de révélateur du personnage, soulignée dès le Prologue. Le Neveu permet à Diderot de pointer certaines difficultés de son matérialisme37, et – osons le dire – de ce qui subsiste encore d’idéalisme dans ce dernier : idéalisme au sens philosophique, représentée par la nécessaire conjonction du bien, du beau et du vrai38 ; idéalisme au sens moral ou sociétal qui veut que le philosophe n’entre pas dans la pantomime – sauf qu’il n’en est pas tout à fait capable et que l’absolue indépendance dont il se réclame est illusoire dans le monde comme il va.

  • 39 Toutes proportions gardées, on peut comparer l’éloge de l’hypocrisie sociale chez le Neveu avec la (...)

31Troisième réponse, qui n’épuise pas la question centrale du cynisme et de ses fonctions dans le texte : le Neveu, plus encore que le philosophe, est celui qui autorise le discours critique porté par le texte dans son ensemble. Ce qui est donné chez lui comme une simple peinture des mœurs (le monde comme il va), va devoir être réinterprété par le lecteur comme une peinture des mauvaises mœurs. On passe ainsi subrepticement (mais la ficelle est grosse !) de la peinture des mœurs à la critique des mœurs, et c’est bien ce mouvement, en deux temps, qui doit nous intéresser. Le premier temps est celui de la défense par Rameau de l’hypocrisie sociale ; en réalité, il importe de bien comprendre que la raison cynique de Rameau fonctionne selon le même principe que l’ironie : c’est toujours un discours à double détente qui convoque au fond trois différentes instances de discours, celle qui énonce (le Neveu), celle qui dénonce (Diderot), celle qui évalue et perçoit (le lecteur) l’ironie et la forme de hiatus qu’elle introduit ; ainsi, avant même que soit confié à Moi le rôle de l’objecteur de conscience, le lecteur a déjà fait la moitié du chemin ; raison cynique et ironie relèvent ici de cet ancien topos rhétorique qu’est l’éloge paradoxal qui consiste à présenter l’« immoralité des mœurs » de manière positive et hyperbolique39. Le second temps devient alors presque anecdotique ou contingent : l’expression de la gêne que provoque un tel cynisme, et la condamnation de Moi par Lui, n’interviennent que pour sanctionner la propre évaluation du lecteur. Sans le Neveu, cette peinture d’une société corrompue et la condamnation des fausses valeurs qu’elle recèle tournerait au discours édifiant. Le bénéfice pour le lecteur est double : il assiste à une leçon morale tout en s’amusant des paradoxes moraux de Rameau et de la forme résolument comique qu’il leur donne. Parce que l’humour ne déserte jamais le terrain de la réflexion morale, Le Neveu de Rameau procure au lecteur ce plaisir qui est au fondement de la satire comique : instruire en divertissant selon l’ancien précepte auquel les philosophes des Lumières dérogent rarement.

Notes

1 Voir Douglas Gordon et Norman L. Torrey, The Censoring of Diderot’s Encyclopédie and the Re-established Text, New York, Columbia University Press, 1947, p. 84.

2 Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution [1983], Éric de Grolier (trad.), Paris, Gallimard, « Tel », 2010.

3 Pour une analyse approfondie du milieu des antiphilosophes et des aspects sociologiques de cette « plèbe littéraire » dans Le Neveu de Rameau, on lira avec profit : SylvianeAlbertan-Coppola, « Les antiphilosophes dans Le Neveu de Rameau », dans Georges Benrekassa et al. (dir.), Études sur Le Neveu de Rameau et le Paradoxe sur le comédien de Denis Diderot, Université de Paris-VII, « Cahiers Textuel », 1992, p. 33-41 ; ÉricWalter, « Les “intellectuels du ruisseau” et Le Neveu de Rameau », ibid., p. 43-59.

4 Outre que Palissot jouissait de protections haut placées, la satire personnelle était durement réprimandée par le pouvoir politique. Témoin le malheureux abbé Morellet, emprisonné le 11 juin 1760 pour avoir écrit une Vision de Charles Palissot.

5 Lettre à Grimm du 9 juin 1759, t. V, p. 107.

6 Pour exemple, cette lettre à Sophie Volland du 2 septembre 1762, qui rappelle l’incipit du Neveu de Rameau, même si elle s’en démarque par le « dédain » affiché du philosophe pour le libertinage, en partie justifiable par l’image de soi qu’il veut donner à sa destinataire et amante : « Un jeune libertin se promène au Palais-Royal, il voit là un petit nez retroussé, des lèvres riantes, un œil éveillé, une démarche délibérée, et il s’écrie : oh, qu’elle est charmante. Moi je tourne le dos avec dédain et j’arrête mes regards sur un visage où je lis de l’innocence, de la candeur, de l’ingénuité, de la noblesse, de la dignité, de la décence » (t. V, p. 425).

7 On prendra pour exemple l’allusion à la fille de Diderot (« supposez-lui huit ans ») qui conforte l’hypothèse d’une (première) rédaction entre septembre 1761 et septembre 1762.

8 L’oncle vivant, p. 49 et 53 ; l’oncle mort, p. 58.

9 La date de la dernière mise au net du manuscrit autographe reste cependant indécise : Jean-Claude Bonnet évoque l’année 1782 ; Arthur Wilson signale pour sa part que Diderot procède à une dernière révision de l’ensemble de ses manuscrits avant sa mort (Diderot, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1985, p. 592).

10 Henri Coulet (Le Neveu de Rameau, dans Diderot, Œuvres complètes, Herbert Dieckmann, Jacques Proust, Jean Varloot et al. éd., Paris, Hermann, 1989, t. XII, p. 35) donne 1774 comme terminus ad quem. Nous proposons 1775, si l’on veut bien considérer avec Jean Fabre que l’« Italienne qui a chanté comme un ange » au « dernier Concert des amateurs » (p. 79) est la « Signora Farinella qui débuta […] le 8 septembre 1775, au Concert spirituel » (Le Neveu de Rameau, Jean Fabre éd., Genève, Droz, 1977, p. 171, note 115). Notons que le Mercure de France d’octobre 1775 présente la chanteuse italienne comme étant Francisca Farinella (L’Esprit des journaux, 1775, t. X, p. 271), mais il n’est pas impossible qu’il s’agisse de Francesca Brambilla « detta la Farinella » comme le signale une brochure allemande de 1774 annonçant la représentation de l’opéra Lucio Silla de Mozart à Venise en 1774 (Kritische Edition der Berabeitung des Librettos für Pasquale Anfossi, Venedig, 1774).

11 Voire davantage : on trouve une réflexion identique dans l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron paru en 1782 : « j’aimerais mieux avoir fait une belle action qu’une belle page, parce que c’est la défense des Calas et non la tragédie de Mahomet que j’envierais à Voltaire » (t. I, p. 1170).

12 Le Neveu de Rameau, Jean-Claude Bonnet (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 1983, p. 147.

13 Michèle Duchet signale par ailleurs « une coïncidence remarquable entre la chronologie interne du Neveu et l’achèvement des articles rédigés par Diderot pour l’Encyclopédie aux alentours de 1760 ». Et elle ajoute : « À la fin de 1761, on en est à la lettre “P”, c’està-dire, entre autres, à l’article “Pantomime” ou à l’article “Platonisme” » (Entretiens, op. cit., p. 175).

14 À propos d’un tableau de Doyen (le Miracle des Ardents), Diderot reprend la pointe finale de Jean-François dans Le Neveu de Rameau qu’il appelle ici « Rameau le fou » : quisque suos patimur manes (t. IV, 1996, p. 651).

15 « À la longue, chacun a la place qu’il mérite. La société, c’est la maison de Bertin, un fat y prend le haut bout la première fois qu’il s’y présente, mais peu à peu il est repoussé par les survenants ; il fait le tour de la table, et il se trouve à la dernière place, au-dessus ou au-dessous de l’abbé de La Porte » (t. IV, p. 637-638).

16 T. IV, p. 830. On peut également se reporter, dans Le Neveu de Rameau, aux deux passages suivants : « Ô fou, archifou, m’écriai-je, comment se fait-il que dans ta mauvaise tête, il se trouve des idées si justes… » (p. 77) ; et : « J’étais quelque fois surpris de la justesse des observations de ce fou sur les hommes et sur les caractères… » (p. 110).

17 Henri Coulet donne des indications extrêmement précises sur l’état des manuscrits dans son introduction au Neveu de Rameau, dans Œuvres complètes, op. cit.).

18 Jacques-André Naigeon est sans doute le premier à avoir été tenté d’adopter le titre courant du dialogue. Dans son édition des Œuvres de Diderot en 15 vol. (1798), il évoque, sans pour autant la publier, « une excellente satire sous le nom de Neveu de Rameau, aussi originale que celui dont elle porte le nom ». La traduction de Goethe, Der Rameaus Neffe, porte le titre qui sera adopté définitivement par les éditeurs modernes. On considère que la copie dont disposait le poète allemand est celle remise à la tsarine avec la bibliothèque de Diderot. Or celle-ci avait pour titre : Satire II.

19 Ainsi, pris au hasard : l’édition procurée par Roland Desné rend les titres interchangeables : Le Neveu de Rameau ou satire seconde (Paris, Éditions sociales, 1972) ; l’édition établie par Jacques et Anne-Marie Chouillet hiérarchise les deux titres par le format des caractères : LE NEVEU DE RAMEAU. Satire seconde (Paris, LGF, « Le Livre de poche », 1984). L’édition de Jean-Claude Bonnet aggrave encore cet effet d’optique en ne mentionnant plus du tout la « satire » : Le Neveu de Rameau. Le commentateur renverse même les termes du propos, en qualifiant le titre autographe de sous-titre : « Rameau le parasite est le personnage-titre de l’œuvre, dont le sous-titre, précisé sur le manuscrit autographe, est Satire seconde » (op. cit., p. 21).

20 Cité par Élisabeth de Fontenay, Diderot ou le matérialisme enchanté, Paris, Grasset, 1981, p. 187-188.

21 Il faudrait donc admettre qu’il existe, avec Le Neveu de Rameau, un double effet de décousu : celui inhérent à toute conversation ; celui inhérent au personnage lui-même, un être proprement extravaguant.

22 Élisabeth de Fontenay, Diderot ou le matérialisme enchanté, op. cit., p. 187.

23 Voir notamment l’article convaincant de Florence Chapiro et Jean Goldzink, « Le Neveu de Rameau après Michel Foucault », Raisons politiques, no 17, février 2005, p. 161-177.

24 Dans Œuvres complètes, op. cit., p. 44-45. Voir infra.

25 Le Neveu de Rameau, Michel Delon (éd.), Paris, Gallimard, « Folio », 2006, p. 11, préface.

26 Ibid.

27 Le Neveu de Rameau, Henri Coulet (éd.), dans Œuvres complètes, op. cit., t. XII, p. 44-45.

28 « Remarques sur les personnages et les circonstances dont il est fait mention dans le dialogue du Neveu de Rameau », dans Rameaus Neffe. Ein Dialog von Diderot [1805], Richard Münnich (éd.), Weimar, Kiepenheuer, 1964.

29 Traduction de l’allemand proposée par Jacques et M. Proust (voir infra l’anthologie critique).

30 Sur la réception de Diderot en Allemagne, voir Roland Mortier, Diderot en Allemagne : 1750-1850, Paris, PUF, 1954.

31 Isabelle Garo, « Le Neveu de Hegel : Diderot dans la Phénoménologie de l’esprit », Europe, octobre 2002, no 882, p. 244. L’auteur montre notamment que, si l’on admet le fait que « la pensée de Diderot est aux prises avec une théorie du devenir qui s’inocule continûment à elle-même les contradictions qu’elle débusque sans jamais prétendre les surmonter […] » et qu’elle « est aussi ouverte aux objections qu’on pourrait lui adresser qu’à la réalité elle-même, en ses incessantes transformations », il faut alors également reconnaître « que la lecture hégélienne en actualise effectivement l’une des significations virtuelles ». Et elle ajoute : « le matérialisme de Diderot se définit aussi et fondamentalement par l’aménagement même de ces réappropriations multiples et, par suite, se déploie conjointement sur les plans philosophique et esthétique, moral et politique, dont l’articulation devient son lieu propre d’investigation, mais est aussi, précisément, l’objet même de la philosophie hégélienne » (p. 245-246).

32 L’ouvrage, paru d’abord sous le titre Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Paris, Plon, 1961), est remanié sous le titre Histoire de la folie à l’âge classique (Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1972 ; rééd. : Paris, Gallimard, « Tel », 1976) ; dans l’édition de 1976 que nous utilisons, les p. 366-369 sont consacrées au Neveu de Rameau.

33 Histoire de la folie à l’âge classique, op. cit., p. 366. Voir l’analyse que propose Fabienne Brugère de cette lecture dans « La déraison des Lumières. Une lecture du Neveu de Rameau », Lumières, no 8, 2006, p. 107-122.

34 Florence Chapiro et Jean Goldzink, art. cité, p. 162.

35 Dans leur article, Florence Chapiro et Jean Goldzink, s’attachent à déconstruire brillamment ce parti-pris de lecture ; on s’efforce ici d’en comprendre autrement les raisons.

36 En référence bien sûr aux Liaisons dangereuses de Laclos.

37 Ce qui n’implique pas qu’il doive y renoncer : tout dans le texte montre le contraire et il n’y a en effet nulle « victoire » du Neveu.

38 À laquelle le Neveu lui-même souscrit par moment ! (voir notamment : « L’empire de la nature et de ma trinité, contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront jamais ; le vrai, qui est le père qui engendre le bon qui est le fils, d’où procède le beau qui est le Saint-Esprit, s’établit tout doucement », p. 136).

39 Toutes proportions gardées, on peut comparer l’éloge de l’hypocrisie sociale chez le Neveu avec la défense de l’esclavage dans le chap. 5 du Livre XV de l’Esprit des lois.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search