Version classiqueVersion mobile

Le philosophe et l'original

 | 
Stéphane Pujol

Prologue

Texte intégral

  • 1 Même si on en publie déjà des extraits (dont certains censurés !) dans une anthologie scolaire de (...)
  • 2 Raison pour laquelle on ne peut que saluer la publication, en 2003, du livre de Colas Duflo, Dider (...)

1L’entrée du Neveu de Rameau dans le panthéon littéraire peut être précisément datée, tout comme son entrée dans l’institution scolaire et universitaire. Toutes deux sont relativement récentes1. La découverte tardive des principales œuvres de Diderot explique partiellement ce retard, mais elle ne rend pas compte d’une forme implicite de censure. On aura longtemps disputé à Diderot le droit d’être écrivain, comme on lui a disputé – on lui dispute encore – celui d’être philosophe2.

  • 3 Bonheur teinté d’inquiétude devant les difficultés qu’il pose à l’interprétation. On se contentera (...)

2Notre homme tient aujourd’hui sa revanche. Pour avoir cru avec entêtement à la notion de postérité, Diderot verrait avec satisfaction cette ruse de la raison littéraire. Ne l’avait-il pas, au fond, anticipée et imaginée ? Reste qu’il nous faut expliquer, même sommairement, ce qui constitue l’éternelle jeunesse de ce dialogue puisque près de deux cent cinquante ans après sa rédaction, le bonheur qu’on prend à le lire reste intact3. Et ce, malgré le magasin des anecdotes, le catalogue des ouvrages de second rayon et des personnages obscurs qui farcissent cette « satire », comme autant de références impénétrables pour le lecteur moderne.

3Pour quelle étrange raison, une œuvre que l’on dirait de circonstance, conçue dans le secret, et que Diderot semble avoir confectionnée dans la jubilation mais comme pour lui seul, est aujourd’hui reçue par le public comme un chef-d’œuvre universel ? Le plaisir du texte ressortit moins, il faut l’avouer, à la compréhension de ses enjeux esthétiques ou philosophiques qu’au sentiment de parcourir une œuvre unique, ambitieuse sans cesser d’être pittoresque, et singulièrement vivante. Une œuvre qui échappe à tous les genres et à tous les canons, qui mime le mouvement et l’exagère, qui embrasse des formes normalement différenciées d’expression artistique à la limite du vraisemblable, sinon du lisible. Œuvre ouverte, irrésistible d’enjouement et de gaieté parce que l’humour n’est pas la composante la moins essentielle du Neveu de Rameau, ce dialogue séduit d’emblée par sa liberté de ton et de composition.

4On a pu lire l’œuvre selon une opposition dialectique où s’affronteraient d’un côté l’affirmation de la philosophie, de l’autre sa négation. Il faudrait encore prendre en compte la valeur critique du cynisme assumé par un Rameau provocateur, certes, mais plein de sagacité. La force de sa peinture acide de la société vient de ce qu’elle est cruellement vraie. Le cynisme permet une démystification des valeurs, des postures et des faux semblants, mais il indispose le lecteur moral que nous sommes en brouillant les catégories du bien et du mal, du beau et du laid. Tout se passe comme si l’ancrage de la réflexion philosophique dans une réalité souvent triviale lui donnait une substance sans équivalent dans l’ordre de la pensée. Cet effet de proximité et de familiarité tient d’abord aux qualités proprement littéraires du Neveu de Rameau. On retrouve une manière, si propre à Diderot, d’appréhender autrement le discours philosophique, une autre façon également de l’élaborer. De ce point de vue, le face-à-face d’un philosophe et d’un clochard sublime a valeur de leçon.

5À l’évidence, le coup de maître de Diderot est d’avoir donné à Moi un interlocuteur aussi incongru dans le genre du dialogue philosophique que celui du Neveu. Mais s’agit-il bien d’un « dialogue philosophique » au sens où la tradition l’entend ? Cet interlocuteur n’est d’ailleurs pas entièrement sorti de l’imagination de Diderot puisque le personnage a réellement existé. La question est de savoir à quelle fin il est convoqué dans le dialogue. S’il est d’usage de lui donner le rôle du contradicteur, il ne faudrait pas occulter ses qualités d’amuseur, c’est-à-dire, comme il se définit lui-même, de « bouffon ». Cette bouffonnerie rejaillit à l’intérieur même du dialogue et lui confère une dimension incontestablement ludique. Mais surtout, le personnage du Neveu permet à Diderot de toucher deux des questions qui l’intéressent le plus : la question esthétique et la question morale. Plus encore, le dialogue pose le problème de l’articulation entre esthétique et éthique, qui est au cœur de la pensée de Diderot écrivain comme de Diderot philosophe. C’est bien à partir de cette donnée initiale qu’il faut comprendre la plupart des thèmes qui travaillent le texte, qu’il s’agisse du génie, de l’éducation, du bonheur et même de la politique ou des mœurs. La morale n’est pas un sujet parmi d’autres, mais le lieu où presque tous les sujets convergent par une pente naturelle de l’œuvre que sa légèreté et sa désinvolture ne laisseraient pas prévoir. Pour cette raison, il importe de comprendre que les difficultés que pose Le Neveu de Rameau (difficultés incontestables : tous les commentateurs s’y sont frottés !) ne sont pas foncièrement différentes de celles posées par l’éthique et par l’esthétique dans l’œuvre de Diderot en général. Qu’est-ce qui rend alors ce texte si difficile aux yeux des spécialistes ? C’est précisément le fait qu’il condense et problématise une réflexion qui court depuis les Entretiens sur le Fils naturel jusqu’à la Réfutation d’Helvétius, en passant par la rédaction des grands textes des Salons, celui de 1767 en particulier.

Notes

1 Même si on en publie déjà des extraits (dont certains censurés !) dans une anthologie scolaire de la IIIe République : Diderot. Extraits à l’usage des classes supérieures de l’enseignement secondaire, par Eugène Fallex, Delagrave, 1888.

2 Raison pour laquelle on ne peut que saluer la publication, en 2003, du livre de Colas Duflo, Diderot philosophe (rééd. : Paris, Champion, 2013).

3 Bonheur teinté d’inquiétude devant les difficultés qu’il pose à l’interprétation. On se contentera de rapporter les propos d’une éminente diderotiste, Michèle Duchet, qui écrivait il y a déjà cinquante ans : « ce que j’ai longtemps le moins goûté de Diderot, c’est le Neveu de Rameau, dont la difficulté et pour tout dire l’étrangeté me rebutaient. Aussi le nombre de questions que je me suis posées à moi-même, en essayant de présenter le Neveu de Rameau à mes étudiants, a toujours dépassé infiniment le nombre des réponses satisfaisantes que j’étais en mesure de leur donner » (Entretiens sur Le Neveu de Rameau, Michèle Duchet et Michel Launay dir., Paris, Nizet, 1967, p. 24).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search