Version classiqueVersion mobile

Intérieur nuit

 | 
Denis Labour

Bibliographie commentée

Texte intégral

ÉDITIONS DES ÂMES FORTES

Les Âmes fortes, Paris, Gallimard, « Blanche », 1950. [Édition originale.]

—, Paris, Club des Libraires de France, 1959. [Texte du roman accompagné d’un « Album inédit des Âmes fortes », qui comprend des photographies censées représenter les personnages, une carte de la région des Âmes fortes dessinée par l’auteur et la reproduction de certaines pages du carnet de travail de Giono pour ce roman (« opus 35, 1949 »).]

—, Paris, Gallimard, « Folio, no 249 » [1972], 2015. [Édition indiquée dans les instructions officielles. Le texte seul, sans notes ni commentaires mais avec quelques coquilles.]

—, dans Œuvres romanesques complètes, Robert Ricatte (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. V, 1980. [Excellente édition ; instrument de travail indispensable pour une lecture approfondie du roman. Notice remarquable sur la genèse et la signification des Âmes fortes ; notes précises qui éclairent notamment le sens d’un certain nombre de locutions familières ; variantes qu’il faut connaître pour comprendre l’histoire du texte et l’évolution des personnages.]

—, dans Chroniques romanesques, Mireille Sacotte (éd.), Paris, Gallimard, « Quarto », 2010. [Texte annoté, et précédé d’une notice (p. 257-264) qui présente les grands enjeux du roman ; parmi les interprétations possibles de l’histoire de Thérèse et de Mme Numance, est suggérée l’hypothèse que l’on est ici face à une « histoire d’amour et de l’amour le plus pur ».]

SITE INTERNET DÉDIÉ AUX ÂMES FORTES

http://www.les-ames-fortes-jean-giono-site-officiel.fr [« Site officiel dédié au roman Les Âmes fortes », conçu et réalisé par l’association des Amis de Jean Giono et la Revue Giono. Contient de précieuses ressources documentaires, génétiques et critiques sur Les Âmes fortes : manuscrits et carnets de travail de Giono, études critiques inédites, articles du Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono et de la Revue Giono mis en ligne…]

AUTRES TEXTES DE GIONO À CONNAÎTRE EN PRIORITÉ

DANS LES ŒUVRES ROMANESQUES COMPLÈTES, PARIS, GALLIMARD, « BIBLIOTHÈQUE DE LA PLÉIADE », T. III, 1974

Un roi sans divertissement (1947). [Existe aussi en « Folio ». La première des Chroniques romanesques, série qui comprend Les Âmes fortes ; thème de l’ennui qui pousse à des actes sanglants et à des passions démesurées.]

Noé (1948). [Existe aussi en « Folio ». Le roman du romancier en pleine activité d’invention : comment il cherche à contenir dans de multiples et éphémères « personnages » le « volume informe » des passions qui leur préexiste. Essentiel pour comprendre les Thérèse des Âmes fortes.]

Préface aux Chroniques romanesques (1962). [Deux pages très éclairantes sur le projet gionien des « Chroniques », récits de « faits divers » qui autorisent à « user de toutes les formes du récit », et même à « en inventer de nouvelles ». Lire aussi l’excellente notice qui suit, de Robert Ricatte, sur le genre de la « Chronique » chez Giono.]

DANS LES ŒUVRES ROMANESQUES COMPLÈTES, OP. CIT., T. IV, 1977

Angelo (1958). [Existe aussi en « Folio ». Ce court roman écrit en 1945, le premier du « Cycle du Hussard » dans l’ordre chronologique de la rédaction, témoigne du tournant « stendhalien » de Giono et de son intérêt pour le romanesque des passions au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Voir aussi dans cette édition les trois versions de la préface d’Angelo, pour la conception gionienne du personnage de roman.]

Mort d’un personnage (1948) [Disponible aussi chez Grasset, « Les Cahiers rouges ». L’agonie et la mort de la vieille Pauline de Théus racontées par son petit-fils : peu avant Les Âmes fortes, un autre regard et un tout autre ton sur la vieillesse et sur le « monstrueux ».]

Le Hussard sur le toit (1951). [Existe aussi en « Folio » et « Folio plus ». Grand roman en cours de rédaction quand Giono écrit Les Âmes fortes ; deux œuvres à comparer : deux visions du « cœur humain » contrastées mais complémentaires.]

DANS LES ŒUVRES ROMANESQUES COMPLÈTES, OP. CIT., T. V, 1980

Faust au village (1977, posth.) [Aussi en « Folio ». Recueil de nouvelles dans la veine des Âmes fortes ; c’est en écrivant l’une d’elles, « Le Mort », dialogue lors d’une veillée funèbre, que Giono conçoit le roman.]

Les Grands Chemins (1951). [Aussi en « Folio ». Les exploits d’un tricheur, racontés au présent par « l’ami » qui finit par le tuer. Réflexions sur le divertissement par le jeu, le sang et le mensonge : c’est l’univers moral des Âmes fortes.]

Le Moulin de Pologne (1952) [Aussi en « Folio » et « Folio plus ». Une famille accablée par le « destin » de génération en génération, et comment la « petite ville » rejette comme la peste ces « âmes » trop grandes pour elle… Comme dans Les Âmes fortes et dans Les Grands Chemins, choix d’une instance narrative qui suscite le doute et le trouble.]

DANS D’AUTRES ÉDITIONS

De Homère à Machiavel, Cahiers Giono 4, Paris, Gallimard, 1986. [Lire dans ce volume les textes de Giono sur Machiavel : « Monsieur Machiavel ou le cœur humain dévoilé », Introduction aux Œuvres complètes de Machiavel, « Notes sur un Machiavel », « Autres notes sur Machiavel ». Lecture importante pour comprendre le pessimisme moral de Giono et ses fondements intellectuels autour de 1950.]

Entretiens avec Jean Amrouche et Taos Amrouche [1952], Gallimard, 1990. [Parmi ces divers entretiens radiophoniques enregistrés peu après Les Âmes fortes, des commentaires précieux sur ce roman, considéré comme un « drame de la générosité sans limites » ancré dans « le social », à la différence de cet autre drame de la générosité qu’était Que ma joie demeure.]

OUVRAGES PORTANT SUR L’ENSEMBLE DE L’ŒUVRE DE GIONO

Anglard Véronique, Les romans de Giono, Paris, Seuil, « Mémo », 1997. [Introduction très succincte à l’œuvre romanesque.]

Bonhomme Béatrice, La mort grotesque chez Giono, Paris, Nizet, 1995. [À partir des théories de Bakhtine sur Rabelais, l’auteur analyse l’image grotesque du corps chez Giono : l’univers du « bas » comme remède à l’ennui.]
—, Jean Giono, Paris, Ellipses, « Mentor », 1998. [Une introduction à l’homme et à l’œuvre, bien informée mais fondée sur des partis-pris parfois discutables.] Chabot Jacques, La Provence de Giono, Aix-en-Provence, Édisud, 1980. [Une excellente introduction à Giono, bien loin de l’image réductrice d’un auteur régionaliste à laquelle le titre pourrait faire croire.]
—, L’humeur belle, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1992. [Recueil d’articles, qui comporte en particulier deux études majeures sur Les Âmes fortes : « Un roman à coulisses » (p. 243-257) et « Carnaval et banquet dans Les Âmes fortes » (p. 309-336). Lire aussi « Le Manuscrit et son Double » (p. 53-97), à propos de la comparaison entre Le Hussard sur le toit et les Chroniques romanesques, dans lesquelles Giono se livrerait au plaisir de la « décomposition romanesque ».]
—, Giono, beau fixe, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2001. [Recueil d’articles. On lira avec profit « Finir et ne pas finir » (p. 337-351), sur les fins de romans chez Giono.]

Chonez Claudine, Giono par lui-même, Paris, Seuil, 1956. [La première synthèse sur l’œuvre de Giono, écrite du vivant du romancier.]

Citron Pierre, Giono (1895-1970), Paris, Seuil, 1990. [La biographie de référence. Contient aussi une présentation précise des œuvres : sur Les Âmes fortes, voir surtout p. 429-433.]
—, Giono, Paris, Seuil, « Écrivains de toujours », 1995. [Version condensée de l’ouvrage précédent. Bonne introduction à Giono.]

Durand Jean-François, Les métamorphoses de l’artiste. L’esthétique de Jean Giono, de « Naissance de l’Odyssée » à « L’Iris de Suse », Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2000. [Une interprétation d’ensemble, qui inscrit l’œuvre de Giono dans la tradition du romantisme européen. Voir surtout « Les Âmes fortes. Chronique du romantisme clandestin », p. 419-431.]
—, Giono. Le jeu du condottiere, Aix-en-Provence, Édisud, « Les Écritures du Sud », 2007. [Étude de la liberté créatrice du romancier-poète comme affirmation souveraine de l’individu.]

Godard Henri, Album Giono, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980. [Une présentation de l’homme et de l’œuvre, nourrie d’une vaste iconographie. On trouvera notamment dans ce volume une reproduction des photographies anonymes et de la carte manuscrite de la région des Âmes fortes que Giono avait fait figurer dans l’édition du Club des Libraires de France (1959).]
—, D’un Giono l’autre, Paris, Gallimard, 1995. [Contre l’idée reçue d’un Giono double, scindé entre une première et une deuxième « manière », étude approfondie et stimulante des diverses facettes d’un unique imaginaire. L’auteur des Âmes fortes est à la fois le romancier du défi métaphysique à l’ordre du monde, d’un usage nouveau de la psychologie et d’une invention romanesque qui renouvelle le genre. Sur Les Âmes fortes, lire surtout p. 113-118.]
Giono. Le roman, un divertissement de roi, Paris, Gallimard, « Découvertes », 2004. [Une introduction claire et complète à l’homme et à l’œuvre, avec de nombreuses illustrations.]

Labouret Denis, Giono au-delà du roman, Paris, PUPS, 2016. [Plusieurs chapitres éclairants sur la poétique et la thématique des Chroniques, en rupture avec la tradition romanesque.]

Laurichesse Jean-Yves, Giono et Stendhal. Chemins de lecture et de création, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1994. [La présence de Stendhal chez Giono : bien plus qu’une « influence ». Même si l’analyse porte principalement sur le « Cycle du Hussard », elle ne dédaigne pas les Chroniques romanesques. Sur la représentation stendhalienne de la passion dans Les Âmes fortes, lire en particulier p. 104-107.]

Mottet Philippe, La mètis de Giono. Présences de la mètis grecque (ou intelligence pratique) dans l’art romanesque de Jean Giono, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2004. [La « ruse » telle que la concevaient les Grecs comme principe organique de l’œuvre de Giono. Lire le chapitre « Les Âmes fortes : des ruses pour la forme » (p. 153-158).]

Neveux Marcel, Jean Giono ou le bonheur d’écrire, Monaco, Éditions du Rocher, 1990. [Ouvrage très suggestif sur la manière dont l’imagination et l’écriture, pour Giono, sont les instruments d’un objectif essentiel : domestiquer l’espace. Utile pour les questions de l’opposition dedans/dehors, de la claustration, du regard.]

Pilorget Jean-Paul, Le compagnonnage souverain de Jean Giono. Intertextualité et art romanesque, Paris, L’Harmattan, 2006. [Une étude de l’usage de l’intertextualité dans l’œuvre romanesque de Giono, signe du refuge de l’auteur parmi les livres en guise de « désertion » du monde. Sur l’épigraphe monosyllabique des Âmes fortes (« Oh ! »), lire p. 72-75.]

Pradeau Christophe, Jean Giono, Paris, Ellipses, 1998. [Une introduction très utile à l’ensemble de l’œuvre, avec de précieux axes de lecture thématiques.]

Rannaud Christine, Giono philosophe, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002. [Dans la lignée de Spinoza et de Nietzsche, une lecture des romans de Giono comme témoignages d’un « gai savoir » porté par la jubilation de l’écriture.]

Ricatte Robert, « Préface », Œuvres romanesque complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, t. I. [Introduction magistrale à l’ensemble des œuvres romanesques : l’art du récit et la poétique de l’espace comme réponses à la hantise du vide.]

Romestaing Alain : Jean Giono. Le corps à l’œuvre, Paris, Honoré Champion, 2009. [Étude très complète d’un sujet qui est capital chez Giono : au cœur de la dialectique de l’écriture et du réel, le corps est « au principe de l’œuvre ».]

Vignes Sylvie, Giono et le travail des sensations : un barrage contre le vide, Saint-Genouph, Nizet, 1998. [Idée centrale : l’œuvre de Giono ne se contente pas de reproduire les perceptions sensorielles ; c’est en recréant le monde sensible selon ses propres lois que l’écriture peut faire échec à la menace du vide.]

OUVRAGES COLLECTIFS ET NUMÉROS SPÉCIAUX DE REVUES (ORDRE CHRONOLOGIQUE)

Giono aujourd’hui, actes du colloque d’Aix-en-Provence 1981, Jacques Chabot (dir.), Aix-en-Provence, Édisud, 1982. [Notamment Jean Pierrot, « La cruauté dans l’œuvre de Giono », p. 203-216 (sur une « passion » bien représentée dans Les Âmes fortes) ; et Robert Ricatte, « Giono et la tentation de la perte », p. 217-225 (analyse capitale pour le personnage de Mme Numance).]

« Giono : lecture plurielle », Études littéraires, vol. 15, no 3, décembre 1982. [On lira notamment Robert Ricatte : « Les vides du récit et les richesses du vide », p. 291-311 (sur le bon usage des lacunes et ellipses narratives) ; et Marcel Neveux, « Giono-Gygès », p. 397-417 (sur la tentation de voir sans être vu, caractéristique de nombreux personnages gioniens, dont certains des Âmes fortes).]

Jean Giono, imaginaire et écriture, actes du colloque de Talloires 1984, Alan J. Clayton (dir.), Aix-en-Provence, Édisud, 1985. [Voir notamment Jean Decottignies, « L’écriture et la connaissance : Giono philosophe », p. 109-123 (aide à penser et à dépasser, à propos des Âmes fortes, le piège de la « tentation herméneutique ») ; et Alan J. Clayton, « “Un curieux volume informe” », p. 235-253 (sur le goût gionien du « préformel », d’une imagination dynamique qui se refuse à figer et à fixer les formes).]

L’Arc, no 100, 1986, no spécial Giono [Lire Marcel Neveux, « Un roi avec divertissement », p. 42-50 (sur la figure du « Manipulateur » chez Giono : Thérèse en est un exemple) ; et Denis Labouret, « Le dialogue intérieur. Sur l’invention narrative dans les Chroniques romanesques », p. 51-57 (l’idée d’une « tension » narrative qui serait au cœur des Chroniques romanesques s’applique en particulier aux Âmes fortes, récit dialogué par excellence).]

« Giono, Les Âmes fortes », Christian Morzewski (dir.), Roman 20-50, no 3, juin 1987. [La référence critique indispensable : le seul ouvrage collectif de spécialistes sur l’œuvre au programme. On lira avec le plus grand profit, outre l’article de Jacques Chabot déjà signalé (« Un roman à coulisses », repris dans son livre L’humeur belle), l’introduction de Christian Morzewski (« “Dans quelles ténèbres sourd la générosité ?” », p. 5-17) et les articles de Jean-Yves Laurichesse (« Variations narratives sur une histoire d’amour », p. 43-54), Marcel Neveux (« Thérèse et les destinées », p. 55-64), Anne Antoine-Machu (« En un miroir obscurément : reflet et transparence dans Les Âmes fortes », p. 65-73) et Marie-Françoise Canérot (« La structuration de l’espace dans Les Âmes fortes », p. 75-80).]

Les styles de Giono, actes du colloque d’Aix-en-Provence 1989, Jacques Chabot (dir.), Lille, Roman 20-50, 1990. [Études utiles sur l’art du récit, le dialogue romanesque, les figures ; mais aucune ne porte spécifiquement sur Les Âmes fortes.]

Obliques, no spécial Giono, 1992. [Lire notamment Pierre Citron, « Aspects des Âmes fortes », p. 33-37 (article qui montre à quel point ce roman défie la vraisemblance au nom d’une nécessité supérieure d’ordre poétique ou musical).]

Bulletin de l’Association des amis de Jean Giono, no 38, actes des journées Giono de Manosque 1992. [No consacré aux Âmes fortes. Quatre articles concernent le roman : Jean-Pierre Rudin, « Témoignage sur une collaboration avec Jean Giono pour une édition illustrée des Âmes fortes », p. 89-98 (il s’agit de l’édition du Club de Libraires de France de 1959) ; Noël Mauberret, « La symbolique des échanges dans Les Âmes fortes », p. 99-108 (sur l’acte de donner et l’acte de prendre) ; Agnès Landes, « L’enfer que c’était beau ! », p. 109-122 (sur la « spiritualité inversée » de Thérèse, considérée comme « être de néant ») ; Christian Morzewski, « Âmes fortes et femmes fortes : essai de physiognomonie gionienne », p. 123-148 (sur le corps de Thérèse l’ogresse, qu’animent la gourmandise et la volonté de puissance).]

Giono l’enchanteur, actes du colloque du Centenaire (Paris, BNF, 1995), Mireille Sacotte (dir.), Paris, Grasset, 1996. [Voir notamment Henri Godard, « Giono et Faulkner », p. 81-93 (un rapprochement essentiel pour apprécier la poétique romanesque des Âmes fortes) ; et Jacques Le Gall, « Topoï d’ouverture dans les romans de Giono », p. 125-138 (pour l’étude de l’incipit des Âmes fortes).]

Dix-neuf/Vingt, Revue de littérature moderne, no 5, dossier spécial Giono, Denis Labouret et André-Alain Morello (dir.), mars 1998. [Le dossier porte sur « le dernier Giono », celui des années 1952-1970 : il ne concerne donc pas directement Les Âmes fortes, mais il prolonge – sur le romanesque, la désertion, l’absence… – des perspectives déjà ouvertes en 1950.]

Giono romancier, actes du colloque du Centenaire (Aix-en-Provence et Manosque, 1995), Jacques Chabot (dir.), 2 vol., Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1999. [Outre la contribution de Jacques Chabot déjà mentionnée (« Finir et ne pas finir », article repris dans Giono, beau fixe), voir en particulier Pierre Citron, « Sur la démesure chez Giono », p. 145-162 (notion importante dans Les Âmes fortes).]

Giono dans sa culture, actes du colloque de Perpignan et Montpellier 2001, Jean-François Durand et Jean-Yves Laurichesse (dir.), Presses universitaires de Perpignan et Publications de l’université Montpellier III, 2003. [D’importantes contributions sur les lectures de Giono et l’intertextualité qui sous-tend ses œuvres ; aucune sur Les Âmes fortes en particulier.]

Jean Giono. Le Sud imaginaire, actes du colloque de Marseille 2003, Jean-François Durand (dir.), Aix-en-Provence, Édisud, 2003. [Une étude intéressante de la dimension shakespearienne de l’œuvre de Giono, et en particulier des Âmes fortes, par Sébastien Cauquil : « La Provence shakespearienne de Giono », p. 141-156.]

Giono. La mémoire à l’œuvre, actes du colloque de Toulouse 2008, Jean-Yves Laurichesse et Sylvie Vignes (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, « Cribles », 2009. [Voir notamment Denis Labouret, « Savoir vieillir : la mémoire contre l’histoire dans les Chroniques romanesques », p. 179-191 (sur le rapport entre le grand âge et la mémoire chez les narrateurs et narratrices des Chroniques, à la lumière de Clio de Péguy).]

Jean Giono. Corps et cosmétiques, actes de la journée d’étude de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 2008, Alain Romestaing et Mireille Sacotte (dir.), Paris, Le Manuscrit, « L’Esprit des lettres », 2009. [Voir notamment, sur l’usage des parfums et leur signification chez Thérèse et Mme Numance, Sylvie Vignes, « Le parfum des âmes fortes », p. 73-85.]

Jean Giono. Le corps et ses habillages, actes du colloque de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 2009, Alain Romestaing et Mireille Sacotte (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011. [Vêtements et toilettes : un thème important dans Les Âmes fortes. Même si aucune de ces études ne porte sur le roman, elles offrent des outils pour penser les significations romanesques que Giono accorde aux apparences vestimentaires, à la fois dissimulatrices et révélatrices.]

Dictionnaire Giono, Mireille Sacotte et Jean-Yves Laurichesse (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2016. [Un ouvrage de référence monumental ; il sera utile de se reporter non seulement aux excellentes notices « Âmes fortes (Les) », « Numance » et « Thérèse », bien sûr, mais aussi aux articles « Chroniques romanesques », « Cruauté », « Démesure », « Narration », « Roman ».]

AUTRES ARTICLES OU CHAPITRES UTILES POUR L’ÉTUDE DES ÂMES FORTES

Clayton Alan J., « Giono et l’attirance de l’abîme », dans « L’imagination de la mort », La Revue des lettres modernes, Jean Giono, no 2, Paris, Minard-Lettres modernes, 1976, p. 57-98. [Fondée sur des analyses du Hussard sur le toit, du Moulin de Pologne et de Noé, une étude importante de la « fascination de la mort » et de l’appel des profondeurs chez Giono.]

Decottignies Jean, « Le Système des Grosses Têtes », dans Écritures ironiques, Presses universitaires de Lille, « Objet », 1988, p. 77-138. [Une lecture nietzschéenne du Giono « deuxième manière », qui invente en guise de personnages des « grosses têtes », telle la Thérèse des Âmes fortes, portées par la volonté de puissance et la recherche de moments intenses.]

Fourcaut Laurent, « Empereur Jules, ou la dialectique perte-avarice », dans « Approches des chroniques romanesques, 2 », La Revue des lettres modernes, Jean Giono, no 4, Paris, Minard-Lettres modernes, 1985, p. 49-69. [Étude en apparence limitée à un épisode de Noé, mais qui concerne en réalité un thème fondamental de l’imaginaire gionien, la relation entre « avarice » et « perte », qu’il est possible de retrouver dans Les Âmes fortes sous la forme d’une dialectique entre la puissance conquérante de Thérèse et la dépossession de Mme Numance.]

Godard Henri, « La mise en question du narrateur », dans Le roman modes d’emploi, Gallimard, « Folio Essais », 2006. [Sur Les Âmes fortes, p. 217-224. Les innovations narratives de Giono sont comprises dans le contexte des révolutions du genre romanesque au lendemain de la seconde guerre mondiale, et dans la longue durée de l’histoire du roman « antimimétique » en France.]

Gramain Michel, « La réception de l’œuvre de Jean Giono dans la presse (1950) », Revue Giono, no 2, 2008, p. 129-146. [Parfaite mise au point sur la réception du roman lors de sa parution.]

Mauberret Noël, « Le Potlatch de Madame Numance », Bulletin de l’Association des Amis de Jean Giono, no 22, 1984, p. 67-83. [À partir des théories de Bataille, une réflexion séduisante sur le don comme forme de pouvoir.]

Neveux Marcel, « Un cas d’espionnage métaphysique », Bulletin de l’Association des amis de Jean Giono, no 46, 1996, p. 97-103. [Sur le plaisir de l’observation clandestine chez Thérèse, qui cherche à voir Mme Numance sans être vue pour percer à jour sa vérité.]

Nimier Roger, « Jean Giono », dans Journées de lectures, Paris, Gallimard, 1965, p. 134-140 [sur Les Âmes fortes, p. 134-136 ; le point de vue d’un écrivain, sensible aux traces d’autres écrivains dans le roman de Giono : Marivaux, Balzac, Mauriac…]

Perrin Laurent, « De l’analysibilité au défigement des expressions figées. La leçon de Giono dans Les Âmes fortes », Pratiques, no 159-160, décembre 2013, p. 109-126. [Sur l’usage des locutions « toutes faites » empruntées à la langue populaire dans le roman.]

Ricatte Robert, « Giono et les syntagmes figés », dans Au bonheur des mots : mélanges en l’honneur de Gérald Antoine, Presses universitaires de Nancy, 1984, p. 393-402. [Première étude consacrée à cet aspect caractéristique du style de Giono : le recours à de nombreuses locutions figées, surtout dans les Chroniques romanesques.]

Stéphane Nelly, « Entre femme et loup : Les Âmes fortes », Bulletin de l’Association des amis de Jean Giono, no 5, 1975, p. 39-56. [Une analyse des principaux personnages du roman qui n’évite pas toujours l’écueil du psychologisme.]

THÈSES ET MÉMOIRES

Karm Vincent, « Les Âmes fortes » de Jean Giono, étude thématique et littéraire, thèse de doctorat, Michel Raimond (dir.), Université Paris-Sorbonne, 1983.

Milcent-Lawson Sophie, L’esthétique des tropes dans la création romanesque de Jean Giono. Lecture stylistique de « Le Chant du monde », « Deux cavaliers de l’orage » et « Les Âmes fortes », thèse de doctorat, Georges Molinié (dir.), Université Paris-Sorbonne, 2005.

Morel-Maréchal Delphine-Marie, Le double « je » dans « Les Âmes fortes » de Jean Giono, mémoire de master 1, Denis Labouret (dir.), Université Paris-Sorbonne, 2010.

Pailloux Marie, Un bruit qui court. Bouche à oreille et rumeurs dans l’œuvre romanesque de Jean Giono, mémoire de master 2, Michel Murat (dir.), Université Paris-Sorbonne, 2010.

ADAPTATION CINÉMATOGRAPHIQUE

Ruiz Raoul, Les Âmes fortes, 2001. [Un casting intéressant, avec Arielle Dombasle en Mme Numance, John Malkovich en M. Numance et Laetitia Casta en Thérèse : les acteurs ne manquent pas d’épaisseur. Mais la construction du film opte pour une ligne narrative unique, renonçant à traduire les voix et points de vue multiples qui font la force et l’originalité du roman.]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search