Version classiqueVersion mobile

Intérieur nuit

 | 
Denis Labour

Chapitre II. Genèses

Les aventures de l’écriture

Texte intégral

  • 1 Entretiens avec Jean Amrouche et Taos Amrouche [enregistrés en 1952], Paris, Gallimard, 1990, p. 58

Si j’invente des personnages et si j’écris, c’est tout simplement parce que je suis aux prises avec la grande malédiction de l’univers, à laquelle personne ne fait jamais attention : l’ennui.
Jean Giono, Entretiens1.

L’ÉCRITURE COMME DIVERTISSEMENT

1Écrire, pour Giono, c’est combattre l’ennui. Raconter des histoires, voilà un divertissement de qualité ! Par là, le divertissement narratif du romancier est assez analogue aux divertissements narratifs qu’il prête à ses personnages lorsque ceux-ci aussi prennent plaisir à raconter des histoires, comme Thérèse et la Narratrice dans Les Âmes fortes. La notion de divertissement est ici à comprendre dans son sens métaphysique, inspiré de Pascal, qui donne son titre à la première des Chroniques, Un roi sans divertissement. Ce roman s’achevait sur la question : « Qui a dit : “Un roi sans divertissement est un homme plein de misères ?” » (III, 606). À la différence de l’auteur des Pensées qui est cité ici, cependant, Giono ne pense pas que le remède à la « misère » de l’homme consiste à se tourner vers Dieu en dépassant la tentation du divertissement. Il ne partage pas la foi de Pascal. Pour lui, la seule solution au problème de notre condition existentielle, c’est au contraire le divertissement, pleinement assumé. Reste à savoir quel divertissement. Pour l’assassin d’Un roi sans divertissement, c’était une certaine façon de tuer ; pour le personnage du romancier dans Noé (et pour Giono lui-même), c’était une certaine façon d’inventer et de raconter ; pour l’Artiste des Grands Chemins, ce sera une certaine façon de jouer (et de tricher). Peut-être la Thérèse des Âmes fortes combine-t-elle tous ces talents : jouer, tuer, raconter… Avec elle, on ne s’ennuie pas. En matière de divertissement, elle est souveraine et reine : pour elle, il y a de quoi être « fraîche comme la rose » à l’issue de sa narration (V, 370), en toute amoralité.

  • 2 Ibid., p. 175.

2Pour Giono écrivain, il importe donc de renouveler à chaque entreprise le divertissement d’écrire, de partir dans l’inconnu sans plan préconçu, de ne jamais savoir exactement où il va quand il invente, de toujours faire en sorte que le dernier roman soit différent du précédent. Avant d’être un slogan du Nouveau Roman, l’aventure de l’écriture est une pratique constante du roman nouveau selon Giono, qui exprime dans Noé tout le plaisir qu’il prend à « l’aventure de la phrase » (III, 684), et qui reconnaît volontiers que pour lui « un livre est toujours une aventure » : « Quand on part dans un livre on est comme un bateau qui quitte le port2. » Dans Pour saluer Melville, il disait de l’auteur de Moby Dick ce qui pourrait être une définition à peine transposée de sa propre poétique :

Non, bien sûr, il n’a pas envie de continuer à écrire les petits livres qu’il sait faire. L’œuvre n’a d’intérêt que si elle est un perpétuel combat avec le large inconnu. À moi à me construire mes compas et ma voilure. […] Il réfléchissait que, s’il voulait, il serait aussi habile que d’autres à faire du commerce littéraire. Mais quelle vie insignifiante ! Ils devaient crever d’ennui (III, 33).

3Au temps des Chroniques romanesques, Giono pousse très loin ce goût de l’exploration et ce sens de l’expérimentation. On s’en rend compte lorsque l’on étudie la genèse, et même les genèses des Âmes fortes – genèses au pluriel, car le processus de gestation de ce roman pluriel fut lui-même complexe. Pour ce roman, Giono s’est en effet construit des « compas » et une « voilure » qui n’appartiennent qu’à lui. Mais ces instruments, il ne les possède pas en quittant le port : c’est en cours de navigation qu’il les découvre. Comment Giono a-t-il donc été amené à inventer le personnage et les histoires de Thérèse, ainsi que ce principe d’une double narration à « vérité » relative ?

4Dans Un roi sans divertissement, la structure choisie était l’enchâssement, l’emboîtement de récits-gigognes : un chroniqueur d’aujourd’hui (autour de 1945) rapporte ce que lui ont raconté des vieillards à propos de faits divers qui remontent aux années 1840, eux-mêmes racontés dans les années 1860 par une femme, surnommée Saucisse, qui a suivi l’histoire de très près… Des voix et des points de vue divers, donc, mais non contradictoires : le récit actuel se fonde sur les témoignages d’autrefois, même si ces témoignages sont partiels et subjectifs.

5Dans Noé, c’est le personnage du romancier qui s’exprime de bout en bout. Il imagine de multiples personnages et invente toutes sortes d’histoires possibles – celles d’Empereur Jules, de Rachel et Melchior, du « dynaste » de l’Ouvèze… –, mais demeure le seul narrateur. Giono restera séduit par l’idée qu’un même personnage de fiction peut servir à des histoires différentes : les personnages sont pour lui chargés de virtualités dramatiques qu’il ne faut pas trop s’empresser de contenir et de réduire. D’après le récit que Noé nous donne de sa naissance, Adelina White, l’héroïne de Pour saluer Melville, serait d’abord apparue à l’esprit du romancier, avant de prendre les contours d’un personnage défini, comme un « volume informe de sentiments divers, quelquefois contradictoires, à quoi la contradiction même donnait l’unité et la vie » (III, 723). La création romanesque doit rester ainsi ouverte à tout l’éventail des possibles. Mais Giono ne lie pas encore dans Noé la pluralité des vies racontées à celle des voix qui racontent, ce qu’il fera dans Les Âmes fortes, où le principe de contradiction affecte non seulement la diégèse mais la narration.

  • 3 Sylvie Giono, Introduction, « Manuscrit », AAJG.

6Durant l’été 1948, après la publication d’Un roi sans divertissement et de Noé, Giono peine à avancer dans la rédaction du Hussard sur le toit, dont il a pourtant écrit les deux tiers. « Angelo reste coincé sur les toits de Manosque », se rappelle la fille de l’auteur, Sylvie Giono, qui regrettait de voir son père délaisser ce beau héros romantique paré de toutes les vertus pour un roman tout différent où vont régner « mensonges », « calculs » et « passions dévorantes » : « Le virage était dur à négocier3. » C’est alors en effet que le romancier conçoit l’ensemble de récits courts d’où va naître le projet des Âmes fortes. Les aventures de ce roman en devenir se déroulent dès lors en trois temps : d’abord les nouvelles de Faust au village, avec le choix du récit de paroles ; puis l’inflation d’un de ces récits aux dimensions d’un roman ; enfin la trouvaille du principe de relativité appliqué au roman.

LA CHOSE NATURELLE : UN RÉCIT DE PAROLES

  • 4 Robert Ricatte, notice de Faust au village, V, 939.
  • 5 Cité par Robert Ricatte, ibid. Thomas Hobbes, philosophe anglais du XVIIe siècle, pense l’état de (...)

7Le recueil Faust au village paraîtra sous ce titre après la mort de Giono, en 1977. Mais plusieurs des textes qu’il rassemble ont été publiés en revue en 1950, l’année des Âmes fortes. Et il avait pris forme pour l’essentiel dès 1948. Pour ce recueil, l’auteur pense alors à un autre titre : La Chose naturelle. Ce qu’il désigne par cette étrange expression, selon Robert Ricatte, c’est « le tas confus de signes et de faits que la réalité, telle qu’elle est, donne en pâture et peut-être en remède à nos insuffisances d’être4 ». L’idée de nature n’a donc rien de positif pour Giono à cette date. Dans Le Moulin de Pologne, le Narrateur malveillant qui relate le destin tragique de la famille Coste parlera de « la méchanceté qui [leur] est naturelle », à lui et à ses semblables « qui viv[ent] dans un pays ennuyeux » (V, 640). Au moment où il écrit Les Âmes fortes, début 1949, Giono note sur un carnet : « Et toujours revenir à Hobbes : l’homme est naturellement mauvais5. » Ce qui est naturel, c’est donc à la fois le monde tel qu’il est, lequel inclut l’ennui des hommes, cette « grande malédiction de l’univers », et le besoin très naturel de vivre en combattant cet ennui par tous les moyens, ce qui laisse une large place au mal et à la cruauté.

  • 6 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1024.

8 Faust au village expose différents aspects de cette « chose naturelle » et des penchants non moins naturels qu’elle éveille en l’homme : le démon de la curiosité chez un camionneur intrigué par un auto-stoppeur qui pourrait être une incarnation du diable (« Faust au village », nouvelle qui donne son titre au recueil) ; le règlement par des morts violentes de l’héritage laissé par un grand propriétaire, dans le divertissement suprême du sang versé (« Silence ») ; le plaisir de vivre éprouvé dans une communauté rurale où l’on se délecte d’évoquer la souffrance et la mort d’autrui (« Notre vin »)… C’est déjà l’univers moral des Âmes fortes : « Tout est naturel, et d’abord le Mal, même le plus démoniaque en apparence […]. L’immanence du Mal (ou du démon), sujet de Faust au village, l’est aussi des Âmes fortes : Thérèse est l’être le plus naturel du monde6. »

  • 7 Les critiques continuent en effet de situer la veillée à Lalley, en lisant Les Âmes fortes à la su (...)

9Le cadre de ces nouvelles est la région du Trièves, au sud du Dauphiné, dans les Alpes. Ce n’est pas la Provence mais un pays de montagnes, un peu plus au nord, que Giono connaît bien pour y avoir fait de fréquents séjours. Il a déjà utilisé ce décor pour plusieurs livres – Les Vraies Richesses, Batailles dans la montagne, Un roi sans divertissement… Il venait plus précisément habiter dans le village de Lalley, et c’est là que peut être située l’action d’Un roi sans divertissement, comme la scène de la veillée dans Les Âmes fortes, même si le nom de Lalley n’est pas mentionné7. De même, tout laisse à penser que l’histoire du Moulin de Pologne se déroule à Manosque, mais le nom de Manosque n’apparaît pas dans le roman. Le Trièves est une cuvette entourée de montagnes, loin des grandes voies de communication. Le cadre est propice au monde clos des tragédies paysannes, tel que Giono le conçoit au temps des Chroniques. Dans Les Âmes fortes, Giono déplacera légèrement le centre de gravité du côté du Diois, à l’ouest du Trièves, où se trouve la petite ville de Châtillon, mais il y puise les mêmes paysages romanesques et le même climat moral.

10Le recueil Faust au village annonce Les Âmes fortes non seulement par son thème (le mal naturel) et par son décor (Lalley et le Trièves) mais par les modalités de l’énonciation narrative. Giono explore en effet dans la plupart de ces nouvelles les possibilités romanesques offertes par des dialogues au discours direct livrés à l’état brut, sans locuteurs nommés. Le récit n’est plus que paroles. Dans « Faust au village », le camionneur anonyme raconte son histoire à un interlocuteur tout aussi anonyme : « — Il m’est arrivé une drôle d’histoire. Assieds-toi un peu, là. Tu connais la route d’Albaron ? » (V, 123). Il sera le narrateur principal : le dialogue ne dure pas. Dans « Le Cheval » et « La Croix », la forme dialoguée se prolonge davantage. Même chose dans « Silence », où c’est la mort du riche Alexandre qui déclenche les paroles. Si certains locuteurs sont nommés, comme une certaine Thérèse, c’est au cours du dialogue et non par l’intervention d’un quelconque narrateur :

— Ils ne l’ont même pas habillé. Ils l’ont roulé dans un drap. Ils l’ont descendu à la cave sous prétexte que c’est plus frais. Il est là, sur une planche, entre deux tonneaux.
— Vides ?
— Taisez-vous, les femmes ! N’abusez pas de la patience. […] Au moins les morts, voyons.
— Parle, Thérèse. Et d’abord, comment est-ce arrivé ?
— Simplement. Hier il était vivant, aujourd’hui il est mort. […] (V, 161).

11Un troisième récit adopte le même dispositif énonciatif, et s’ordonne aussi à partir d’une disparition : c’est « Le Mort ». Juste après la mort du « pauvre Albert » (V, 209), sa veuve et une voisine s’occupent d’habiller le corps et de prévenir les relations. C’est cette scène qui va être le point de départ des Âmes fortes. Les détails sont sordides et cocasses, les êtres mesquins et égoïstes. Seul l’échange des répliques fait connaître la situation. La mimésis est encore plus marquée que dans un texte de théâtre, où sont indiqués les noms des personnages (au moins jusqu’en 1950…) ; elle est aussi plus troublante que dans une scène représentée, où les propos émanent de voix et de visages vivants qu’il est aisé de distinguer. On comprend que Giono, séduit par ce mode de représentation, n’ait pas voulu en rester à ces quelques esquisses, et que le procédé puisse appeler de sa part de beaucoup plus amples développements. Le « pauvre Albert » va donc resservir, et pour une veillée funèbre d’une tout autre dimension.

L’IDÉE D’UN CONTRE-RÉCIT

  • 8 Ibid., V, 1010.

12Dans l’ensemble de textes que Giono envisageait de rassembler sous le titre La Chose naturelle, « Le Mort » devait être accompagné d’un autre récit, « La Veillée », qui aurait formé avec lui un diptyque et aurait obéi à la même structure dialoguée : « Aux préparatifs du Mort succédaient les bavardages des femmes du village venues passer la nuit au chevet mortuaire du pauvre Albert8. » C’est cette « Veillée » qui va prendre de l’ampleur, livrée aux aventures de l’imagination. À en croire Giono, les secousses d’un train pour Marseille auraient par hasard joué un rôle pour relancer son inspiration :

  • 9 Entretien avec Luce et Robert Ricatte, août 1955 (ibid., V, 1010-1011). Giono donne le même récit (...)

Parmi ces femmes qui bavardaient à la veillée, il devait bien y en avoir une qui racontait sa vie. L’histoire de cette femme… Alors je me suis dit : « Ton roman, il n’est pas fini. Il est à peine commencé. » J’ai recommencé, comme ça, sans savoir où j’allais. J’ai fait parler cette femme et puis une autre qui racontait la même histoire, mais toute différente. Peu à peu Mme Numance s’est glissée dans l’histoire je ne sais pas comment9.

  • 10 Rev., no 9, p. 71 et suiv.

13Le noyau structurel des Âmes fortes est là, dans ces deux couples de femmes : d’une part, au niveau de la diégèse, « cette femme » dont le roman raconte l’histoire, autrement dit Thérèse comme personnage, et « Mme Numance », apparue dans un deuxième temps ; d’autre part, au niveau de la narration, « cette femme » qui parle, autrement dit Thérèse en tant que narratrice, et « une autre » qui raconte « la même histoire, mais toute différente », c’est-à-dire cette Narratrice que Giono appelle « le Contre » dans ses carnets10.

14Une première remarque s’impose. Le thème de la veillée funèbre paraît extrêmement fécond pour l’imagination, comme s’il y avait un lien naturel entre la présence du mort et le libre échange verbal. Le thème n’est pas complètement nouveau chez Giono, qui avait représenté dans Le Grand Troupeau la scène d’une veillée « à corps absent », en hommage à un habitant du plateau disparu à la guerre. Mais les proches rassemblés rendaient alors hommage au disparu dans un rituel chargé d’émotion (I, 593-595). Dans Les Âmes fortes, la dérive des bavardages va entraîner les commères bien loin du « pauvre Albert », qui ne suscite guère de compassion, et il sera question de bien d’autres décès, de celui de M. Numance – dont le corps n’est veillé que par une « diaconesse », Mme Numance ayant disparu (AF, 271) – à celui de Firmin, dont Thérèse a elle-même fermé les yeux après avoir provoqué sa mort (AF, 370)… La présence d’un mort fournit assurément matière ou prétexte à récits.

  • 11 Robert Ricatte, ibid., V, 1013.
  • 12 Voir le fac-similé de ces carnets et leur présentation dans la rubrique « Genèse » d’AAJG, ainsi q (...)
  • 13 Carnet « Op. 28/Op. 31 », fol. 42 vo, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 75).
  • 14 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1014.

15En pensant à une autre version de la même histoire, « toute différente », Giono a par ailleurs effectué une découverte majeure. Il y aura dans ce roman une narration « contre », un récit qui contestera celui de Thérèse. L’histoire ira de récit en contre-récit. L’auteur a conscience d’avoir découvert ici, sans l’avoir programmé, « un système romanesque profondément original11 ». On suit les étapes de cette découverte dans les carnets de travail sur lesquels Giono note jour après jour idées, phrases et plans qui lui servent pour la rédaction de son roman12. Cette autre narratrice, « le Contre », sera en mesure de rétablir la vérité des faits et de dévoiler la « vraie nature13 » de Thérèse et de Firmin. À ce stade de l’élaboration du roman, il y a donc encore pour Giono « une vérité romanesque à croire » : le contre-récit serait capable d’opposer le « vrai Châtillon » ou les « vrais Numance » aux « rêves » et aux « mensonges » du récit de Thérèse14. La contestation porte essentiellement sur les faits, et c’est à peu de chose près le récit de la séquence II dans le roman achevé : Thérèse n’a pas connu cette vie trépidante de servante qu’elle prétend avoir menée à l’auberge de Châtillon ; elle a vécu dans la misère, avant d’entrer au service de Numance grâce aux ruses de Firmin, d’éprouver pour Mme Numance la plus tendre affection puis d’être comme elle et comme M. Numance victime de son odieux époux. Il y a donc bien une double narration avec deux versions contraires, et Giono en tire très habilement parti, mais la « révolution einsteinienne » du roman n’est pas encore achevée. Henri Godard a bien résumé cette étape intermédiaire de la genèse des Âmes fortes, qui n’est encore qu’un épisode de l’aventure en cours :

  • 15 Henri Godard, D’un Giono l’autre, Paris, Gallimard, 1990, p. 114.

Giono n’avait d’abord prévu que d’opposer à un premier récit de Thérèse la version moins flatteuse qu’une femme du village aurait recueillie par tradition familiale. Il ne s’agissait encore, après l’affabulation, que de rétablir cette vérité que d’innombrables romans nous ont habitués à attendre de tout récit, son fin mot15.

16Car ce n’est pas terminé. Il reste un épisode…

VERS UN ROMAN APORÉTIQUE

  • 16 Carnet « 24 janvier 49 », fol. 10 ro, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 108). Voir Robert Ricatte, (...)
  • 17 Extrait de la variante dite « Chaintreuil », ensemble de pages écartées de la version définitive e (...)
  • 18 Carnet « 24 janvier 49 », fol. 24 ro, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 118).
  • 19 Ibid., fol. 29 ro (Rev., no 9, p. 122).

17Jusqu’ici, Thérèse est pour Giono un personnage innocent et tendre, qui n’aurait été coupable que d’affabulation. Et c’est l’esprit de vengeance qui doit l’animer contre Firmin, coupable quant à lui d’avoir anéanti le couple Numance qu’elle aimait. Ainsi peut s’expliquer la fin du roman, dont l’auteur voir assez vite les contours se dessiner. Mais en cours de rédaction, fin janvier 1949, Giono hésite sur l’acte III qu’il lui reste à écrire : comment imaginer le nouveau récit de Thérèse, après la version que la Narratrice a donnée de l’affaire Numance ? Il craint de se répéter. Dans les carnets et les brouillons, il s’attarde sur la petite ville de Châtillon, sur les ragots des habitants à propos des Numance. Il semble ne plus savoir quoi faire de ses personnages, et en vient à imaginer de nouvelles facettes possibles de leur personnalité en jouant sur les points de vue : M. Numance corrigeant sa femme à coups de ceinture de cuir parce qu’il la jugerait responsable de sa ruine – mais c’est le cantonnier qui en aurait été témoin16 ; Mme Numance tuant gratuitement un petit chaton avec la pointe de son ombrelle au cours de sa promenade – mais c’est Thérèse qui dit l’avoir vu (V, 110817)… En prêtant aux Numance des traits sadiques – même indirectement –, pour le moins inattendus à leur propos d’après le portrait que Giono a jusqu’ici donné d’eux, et à force de noircir Thérèse dans sa vengeance contre Firmin, le romancier suit jusqu’au bout la piste de la cruauté et découvre la possibilité d’une Thérèse effectivement noire et criminelle, hypothèse qui permet de ne pas laisser le dernier mot, dans le dévoilement de la vérité, à la Narratrice opposée : « C’est Thérèse la grande criminelle, la seule/[…] elle abat Firmin/non pas par vengeance mais par besoin d’être seule maîtresse de l’argent18. » Mieux, ou pire : ce n’est finalement pas l’argent qui l’intéresse, mais la seule « puissance19 ». On le verra en effet dans le roman : Thérèse « [se] fou [t] de l’argent » (AF, 315). Elle peut en jeter à poignées dans un torrent : « Je ne pouvais rien acheter d’autre avec les sous que le plaisir de les voir sauter dans l’eau profonde » (AF, 317). Elle n’agit pas par cupidité, mais par besoin de domination.

  • 20 Henri Godard, D’un Giono l’autre, op. cit., p. 115.
  • 21 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1021.

18La mutation du caractère rejaillit sur le statut de la vérité romanesque. Car si Thérèse se montre elle-même sous ce jour, sa « vérité » est incompatible avec celle de la Narratrice. Tant qu’on pouvait la considérer comme une fabulatrice, le contre-récit pouvait aisément rétablir la vérité un moment déformée. Mais dès lors que Thérèse se décrit elle-même en prédatrice et en monstre de cynisme, la vérité de la Narratrice est à son tour frappée de soupçon. À chacune sa vérité. La trouvaille de Giono, comme l’écrit Henri Godard, « laisse le lecteur, non plus seulement au fur et à mesure de la lecture, mais même à la dernière ligne après le point final, c’est-à-dire à l’endroit où il est habitué à voir les choses se mettre en place, dans l’inconfort de versions contradictoires20 ». Il n’y a pas de résolution des contradictions à la fin du roman, lequel aboutit à une impasse. C’est pourquoi on peut parler à propos des Âmes fortes d’un dialogue aporétique – comme on le dit des dialogues platoniciens qui ne débouchent pas sur un dépassement des contradictions. Les différences entre les séquences I et III, pourtant toutes deux attribuées à la voix de Thérèse, se comprennent donc à la lumière de cette genèse tâtonnante et de ces aventures de l’invention créatrice. Giono a sérieusement retouché son héroïne alors que la rédaction du livre était déjà bien avancée. Avant de surprendre son lecteur, il se surprend ainsi lui-même par les virages qu’il négocie en cours d’écriture : de fait, il « ne peut écrire qu’à condition de ne pas se prévoir21 ». Rien de tel pour ne pas s’ennuyer.

  • 22 Robert Ricatte, notice de Faust au village, V, 939.

19La rédaction approchant de son terme, Giono doit encore arrêter son titre. Ce qui est premier pour le lecteur est venu en dernier dans l’ordre de l’écriture : le titre Les Âmes fortes a en effet été choisi une fois le roman achevé, ou presque. Il est le point d’arrivée du roman, non son point de départ. Longtemps, Giono a gardé l’idée de La Chose naturelle, accompagnée d’une variante possible depuis Faust au village : Rien dans les mains. Pourquoi cet autre titre ? « Rien dans les mains », c’est le geste du prestidigitateur qui doit faire croire qu’il fait tout à mains nues. Pour Robert Ricatte, c’est suggérer que le romancier commence lui aussi ses récits les mains nues, « avec cela seulement qu’il a sous les yeux : […] ce Lalley où il s’est établi et d’où il va prétendre tirer toute la matière de ses récits », « les mains nues devant un monde nu22 ». Mais c’est aussi exhiber le travail de l’illusionniste : les mains nues annoncent précisément une tromperie supérieure. La formule « rien dans les mains », si elle avait été conservée, aurait pu fort bien s’appliquer à Thérèse.

20Voilà donc le roman achevé, prêt à paraître. Mais il reste dans le texte définitif un dynamisme, des incertitudes et des ruptures qui gardent la trace des conditions de sa rédaction : tel qu’il se présente au lecteur, le roman semble avoir préservé intactes, dans leur élan imprévisible, les aventures de l’énonciation narrative. On savoure ce mouvement d’une narration en train de s’accomplir, sans s’inquiéter outre mesure des incohérences et des contradictions de l’histoire qui en sont les conséquences logiques…

Notes

1 Entretiens avec Jean Amrouche et Taos Amrouche [enregistrés en 1952], Paris, Gallimard, 1990, p. 58.

2 Ibid., p. 175.

3 Sylvie Giono, Introduction, « Manuscrit », AAJG.

4 Robert Ricatte, notice de Faust au village, V, 939.

5 Cité par Robert Ricatte, ibid. Thomas Hobbes, philosophe anglais du XVIIe siècle, pense l’état de nature comme une situation de guerre de tous contre tous. On lui doit la formule célèbre : Homo homini lupus (« L’homme est un loup pour l’homme », De cive, 1642).

6 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1024.

7 Les critiques continuent en effet de situer la veillée à Lalley, en lisant Les Âmes fortes à la suite de Faust au village (voir ibid., V, 1026) ; on peut l’admettre par convention, mais rien dans le texte ne permet de le confirmer en toute certitude.

8 Ibid., V, 1010.

9 Entretien avec Luce et Robert Ricatte, août 1955 (ibid., V, 1010-1011). Giono donne le même récit de ce tournant dans la genèse du roman au cours de ses entretiens radiophoniques de 1952 (Entretiens avec Jean Amrouche, op. cit., p. 176).

10 Rev., no 9, p. 71 et suiv.

11 Robert Ricatte, ibid., V, 1013.

12 Voir le fac-similé de ces carnets et leur présentation dans la rubrique « Genèse » d’AAJG, ainsi que leur transcription dans Rev., no 9, p. 70-137.

13 Carnet « Op. 28/Op. 31 », fol. 42 vo, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 75).

14 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1014.

15 Henri Godard, D’un Giono l’autre, Paris, Gallimard, 1990, p. 114.

16 Carnet « 24 janvier 49 », fol. 10 ro, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 108). Voir Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1018-1019.

17 Extrait de la variante dite « Chaintreuil », ensemble de pages écartées de la version définitive et offertes par Giono à une dénommée Maria-Pia Chaintreuil, d’où ce nom. Ces pages devaient initialement prendre place au début de III (AF, 272). Elles sont reproduites dans les variantes de la Pléiade et dans la rubrique « Manuscrit » d’AAJG.

18 Carnet « 24 janvier 49 », fol. 24 ro, « Genèse », AAJG (Rev., no 9, p. 118).

19 Ibid., fol. 29 ro (Rev., no 9, p. 122).

20 Henri Godard, D’un Giono l’autre, op. cit., p. 115.

21 Robert Ricatte, notice des Âmes fortes, V, 1021.

22 Robert Ricatte, notice de Faust au village, V, 939.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search