Version classiqueVersion mobile

Intérieur nuit

 | 
Denis Labour

Chapitre I. Situations

Le contexte et la réception

Texte intégral

— Comment pouvez-vous dire ça, dit Hawthorne, un chef-d’œuvre n’arrive jamais en retard : les gens naissent toujours après lui.
Jean Giono, Pour saluer Melville (III, 76).

SITUATION DE L’ÉCRIVAIN EN 1949

  • 1 Sur ce contexte de l’époque, voir par exemple notre Littérature française du XXe siècle, Paris, Ar (...)

1Il faut revenir à l’année des Âmes fortes, roman écrit en 1949, pour bien mesurer la nouveauté que représente à cette date un tel texte. L’époque est dominée par l’idée d’engagement. « Situation de l’écrivain en 1947 » est une formule de Sartre : c’est le titre de la quatrième et de la plus importante section de Qu’est-ce que la littérature ? (1948), célèbre appel à la responsabilité sociale et politique des écrivains. Après les années obscures de l’Occupation, la vie intellectuelle et littéraire des années 1945-1950 connaît en effet un nouveau départ1. Le Parti communiste jouit alors d’un grand prestige : il pèse sur la vie culturelle grâce à des écrivains de renom (comme Aragon) et à des revues influentes (comme Les Lettres françaises). Sartre prend parti avec force pour une littérature « engagée » dans sa revue, Les Temps modernes, qui exerce une position dominante dans le champ littéraire. Le courant existentialiste investit la littérature, où il introduit ses problématiques politiques et philosophiques. Il forme la nouvelle avant-garde, qui supplante le surréalisme. Sartre écrit alors Les Chemins de la liberté (1945-1949), vaste fresque romanesque restée inachevée, Albert Camus La Peste (1947), Simone de Beauvoir Le Deuxième Sexe (1949).

  • 2 Voir sur ce point Henri Godard, Le roman modes d’emploi, op. cit., p. 214-215 ; et Denis Labouret, (...)

2Plus généralement, la guerre qui vient de s’achever inspire assez naturellement de nombreux romans. Jean-Louis Bory reçoit le prix Goncourt 1945 pour Mon village à l’heure allemande, chronique de l’Occupation ordinaire, Robert Merle le Goncourt 1949 pour Week-end à Zuydcoote, qui a pour toile de fond la bataille de Dunkerque. Le premier roman de Romain Gary, Éducation européenne (1945), traite de la Résistance polonaise. Le Jeu de patience, de Louis Guilloux (1949), est l’ample chronique d’une ville de province où la Résistance a marqué les mémoires. On notera au passage que Guilloux, comme Camus dans La Peste, voit dans la « chronique » le moyen de représenter et d’interroger avec humanité le passé récent d’une communauté sans se plier aux règles et méthodes de la vérité « historique ». De ce point de vue, l’un et l’autre ne sont pas si éloignés de Giono2.

  • 3 Theodor W. Adorno, « Critique de la culture et société » [1949], dans Prismes [1955], Geneviève et (...)
  • 4 Jean Cayrol, « Pour un romanesque lazaréen », Lazare parmi nous [1950], dans Œuvre lazaréenne, Par (...)

3La guerre, l’horreur des camps et la Shoah ont laissé dans la littérature des blessures profondes. C’est en 1949 que Theodor Adorno écrit sa phrase célèbre : « [É] crire un poème après Auschwitz est barbare3. » Non pour condamner toute nouvelle production littéraire et artistique, mais pour refuser l’amnésie collective d’une culture « ressuscitée » qui s’empresserait d’oublier la Shoah et de refermer la parenthèse de l’inhumain. Robert Antelme publie en 1947 L’Espèce humaine, témoignage des mois d’enfer qu’il a passés dans les camps de Buchenwald et de Dachau. À la suite de Jean Cayrol, autre survivant des camps, romancier de Je vivrai l’amour des autres (1947), auteur en 1950 de l’essai Lazare parmi nous, on parle de littérature « lazaréenne » pour évoquer cette littérature du retour à la vie après le passage par la mort des camps hitlériens. La littérature lazaréenne, pour Cayrol, est celle qui prend en charge le tragique de la condition humaine révélé par l’expérience des camps. Il y aurait alors un « romanesque lazaréen », sans intrigue et sans histoire, seul en mesure de rendre sensible le caractère unique des camps de la mort, cet « univers de l’Immobilité4 ».

  • 5 Jean Giono, Préface aux Chroniques romanesques (1962), III, 1277.

4Cette remise en question des composantes majeures du genre romanesque trouve un écho dans le phénomène convergent d’un certain nombre de romans qui, durant la même période, jettent le soupçon sur le statut même du récit : Monsieur Ouine de Georges Bernanos (1946), Le Bavard de Louis-René des Forêts (1946), L’Arrêt de mort de Maurice Blanchot (1948), Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute (1948). Même si leur intrigue ne traite pas de la guerre ou des camps, et même si leur rédaction a été engagée pour certains avant 1944-1945, ces textes témoignent à leur publication du climat nouveau qui règne dans les lettres après Auschwitz et Hiroshima. Il ne peut plus y avoir de récit innocent. On n’est jamais certain de la fiabilité de celui ou de celle qui raconte. Toute narration est partielle et lacunaire. Les Chroniques de Giono, et singulièrement Les Âmes fortes, témoignent à leur façon d’une même crise du roman qui est bien propre aux années 1945-1950. En ce sens, Giono est bien un écrivain de son temps, quoi qu’il en dise. Ce qu’il refuse clairement en revanche, c’est tout engagement circonstanciel dans les débats de l’époque et toute subordination de l’invention romanesque à une mission idéologique ou à un système philosophique. Contre l’embrigadement sartrien, et en jouant sur les contradictions internes du vocabulaire existentialiste, il proclame ainsi son « authentique liberté de non-engagement » : « Pour les besoins de sa cause, la politique a donné une fausse définition de l’art d’écrire. On n’est pas le témoin de son temps, on n’est que le témoin de soi-même (ce qui est déjà très joli)5. »

5À la fin des années quarante, le dogme de l’engagement est sérieusement écorné et commence à être ouvertement contesté. L’une des critiques les plus virulentes est peut-être celle qui vient de Julien Gracq : dans La Littérature à l’estomac (1950), l’auteur du futur Rivage des Syrtes (1951), admirateur d’André Breton, dénonce la commercialisation de la vie littéraire et le système des prix, certes, mais aussi l’invasion barbare du territoire des lettres par le « roulement de bottes lourdes » de la pensée philosophique. S’annonce alors autour de 1950 une double évolution. D’une part, celle d’une littérature qui rejette l’idéalisation de la Résistance et le magistère de la morale sartrienne, et qui entend renouer avec le romanesque en se revendiquant d’une « droite littéraire », et ce sera le groupe des Hussards – à partir du roman Le Hussard bleu de Roger Nimier (1950) et d’un article de Bernard Frank qui baptise ainsi ces écrivains dans un article des Temps modernes (1952). D’autre part, celle d’un « engagement » des écrivains dans la forme de leur création, jusqu’au culte de l’écriture pour elle-même, et ce sera le Nouveau Roman – à partir de 1953, l’année où Alain Robbe-Grillet publie Les Gommes.

  • 6 Au sens où Claude Roy définissait le « contretemps d’écrire » : « La littérature, l’art apparaisse (...)
  • 7 Comme le propose Henri Godard dans Le roman modes d’emploi, op. cit., p. 216 et suiv.

6Comment Giono se situe-t-il à ce moment charnière de l’histoire du roman ? D’abord, il rejette clairement l’impératif sartrien de l’engagement et refuse de se soumettre à une quelconque responsabilité qui serait de son temps et pour son temps. À cet égard, il choisit d’écrire à contretemps6, et non de produire avec Les Âmes fortes un roman contemporain. Il est significatif que les narratrices des Âmes fortes, qui sont censées échanger leurs témoignages en 1948-1949, au moment où Giono écrit le roman, ne disent rien de la dernière guerre. Il est question de « Badinguet » (1851, AF, 147) et de l’Année terrible (1870-1871, AF, 181), non de l’Occupation ou de la Libération. Ces commères d’après quarante se passionnent pour des événements du XIXe siècle… Par là Giono se distingue des romanciers de la guerre et de la Résistance, des témoins de l’histoire et des serviteurs de la Révolution. Mais cela ne signifie nullement qu’il se désintéresse, à un autre niveau, du contexte moral et esthétique de son temps : par son regard pessimiste sur le « cœur humain » et par ses innovations narratives, il porte témoignage lui aussi dans ses Chroniques de cette « ère du soupçon » que Nathalie Sarraute théorise dans son célèbre article paru dans Les Temps modernes en février 1950 et qui, avant d’être intégrée à la doxa du Nouveau Roman dans les années cinquante, apparaît bien comme l’acte de naissance chez les romanciers d’une conscience critique propre aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Par conséquent, la nouveauté des Âmes fortes est certes saisissante, mais non incompréhensible ni coupée de l’époque. Giono peut être rapproché, plus qu’il ne l’eût pensé lui-même et plus que les critiques de son temps ne l’eussent imaginé, de certains de ses contemporains, comme Des Forêts et Sarraute7.

  • 8 Jean-Paul Sartre, « M. François Mauriac et la liberté » [1939], Critiques littéraires (Situations, (...)
  • 9 Ibid., p. 52.

7Par ailleurs, son hostilité envers Sartre en tant qu’idéologue n’interdit pas son estime pour Sartre romancier : Giono assurait avoir beaucoup apprécié La Nausée, dont il aurait aimé faire un film (Journal de l’Occupation, VIII, 326-327). Et il n’est pas impossible qu’il se soit souvenu en écrivant Les Âmes fortes du Sartre critique, qui dans un article célèbre avait reproché à Mauriac d’adopter « le point de vue de Dieu » pour analyser son personnage de Thérèse dans La Fin de la nuit8. Giono invente dans Les Âmes fortes une Thérèse qui se raconte elle-même sans qu’aucune conscience narrative supérieure vienne lire dans son cœur : en conjurant l’omniscience narrative, il semble donner raison à Sartre contre Mauriac. Sartre, refusant toute vérité imposée par un « observateur privilégié », appelait de ses vœux un roman auquel puisse s’appliquer « la théorie de la relativité9 ». Consciemment ou non, Giono répond à cette attente en composant son roman « einsteinien » de Thérèse, ce personnage qu’il suit jusqu’à la fin de sa nuit…

  • 10 Jean Giono, Préface aux Chroniques romanesques (1962), III, 1278.

8Par la suite, Nimier et les Hussards chercheront à rapprocher Giono de leur courant, mais il gardera soigneusement ses distances. Quant au Nouveau Roman, si la révolution des techniques narratives qui s’opère dans les Chroniques romanesques peut paraître le préfigurer, Giono aime trop inventer des personnages et raconter des histoires pour se reconnaître dans le formalisme desséché de la future école des Éditions de Minuit. À ses yeux, le Nouveau Roman est une littérature qui « se rue dans la rhétorique » parce qu’elle a peur de son passé : « Pour se débarrasser, disons d’Homère, on fait raconter L’Odyssée à l’envers et par un bègue10. » Cette défiance de Giono envers les avant-gardes de son temps explique pour une part que la critique, en retour, l’ait longtemps ignoré. Comme il lui arrivait de prendre une posture antimoderne, non sans provocation, on l’a pris pour un romancier « traditionnel », au risque de manquer l’essentiel de son œuvre.

LA RÉCEPTION IMMÉDIATE DES ÂMES FORTES

  • 11 Pierre Citron, Giono (1895-1970), op. cit., p. 449.

9De 1945 à 1949, l’attitude de la presse à l’égard de Giono est révélatrice de l’ostracisme qui pèse sur lui depuis la fin de la guerre. La critique reste discrète sur les deux premières Chroniques, Un roi sans divertissement (1947) et Noé (1948), et ne réagit pratiquement pas à la publication de Mort d’un personnage en 1949. Il est vrai que ce roman centré sur la vieillesse et sur la mort de Pauline de Théus, publié avant que les lecteurs ne connaissent les aventures de la jeune héroïne aux côtés d’Angelo, a des raisons de déconcerter le public. En revanche, la publication des Âmes fortes en 1950 reçoit beaucoup d’échos favorables. On peut donc l’affirmer avec Pierre Citron : « Cette fois Giono sort du tunnel11. » La parution du Hussard sur le toit l’année suivante confirmera ce retour en grâce : Giono sera alors revenu au tout premier plan.

  • 12 Nous suivons ici l’étude très complète de Michel Gramain sur le sujet (« La réception de l’œuvre d (...)

10Il y a certes les revues qui continuent d’ignorer l’auteur. Rien sur Les Âmes fortes dans Europe, Les Lettres françaises et Les Cahiers du Sud12 : les revues situées politiquement à gauche, proches du Parti communiste ou issues de la Résistance, poursuivent par le silence le procès fait à Giono. D’autres articles évoquent le roman nouveau, mais en reproduisant les lieux communs des jugements d’avant-guerre, sans percevoir de changement dans l’œuvre. Ainsi, le quotidien catholique La Croix parle encore en 1950, par la voix de Luc Estang, du « panthéisme sentimental et simpliste » de Giono. La revue La Table ronde, liée à la maison d’édition du même nom qui s’était montrée accueillante envers Giono au lendemain de la guerre et qu’on aurait pu considérer pour cette raison comme a priori favorable, émet aussi des réserves. Quant à Émile Henriot, le critique du Monde (8 février 1950), il estime que le roman devient « très confus » une fois passé les cinquante premières pages, et que l’ensemble pèche par manque de vraisemblance :

M. Giono aura sans doute voulu montrer que la méchanceté conserve […]. Comme il a beaucoup de talent, ce poète et cet artiste, dans son parler robuste, péremptoire, et ses descriptions de nature, je regrette qu’il l’ait employé à conter des choses incroyables, en disposant dans sa fougue confuse et sa psychologie sommaire si peu de vraisemblance et si peu de vérité générale autour de petits détails vrais.

11Globalement, toutefois, l’accueil est positif. On salue à la lecture des Âmes fortes un Giono « balzacien » (La République de Toulon, 26 février 1950), « naturaliste » (Le Livre français, avril-mai 1950), « réaliste » – en particulier dans le recours à des tournures empruntées au langage populaire (Maroc Presse, 10 mars 1950). On perçoit aussi la nouveauté de techniques narratives dont Giono « use en virtuose » (Le Provençal, 24 mars 1950). Dans Le Figaro littéraire (11 janvier 1950), Jean Blanzat salue l’enchaînement des répliques sans intervention de l’auteur, la « verveuse comédie » des commères à la veillée, et le choix d’avoir mené l’histoire de Thérèse « sur deux plans ». Mais des deux récits alternés, le critique considère celui de la Narratrice comme seul vrai. Il ne perçoit pas le caractère indécidable de la double narration. La revue Paru (mai 1950) prend acte du changement de « manière » de Giono, et voit dans Thérèse un personnage de comédienne digne des Liaisons dangereuses. Dans Les Nouvelles littéraires (26 janvier 1950), René Lalou dit son admiration pour la dialectique des deux monologues alternés et apprécie les possibilités offertes par cette innovation technique. Maurice Nadeau enfin, dans Combat (23 février 1950), lit Les Âmes fortes à la suite d’Un roi sans divertissement, Noé et Mort d’un personnage pour en déduire la confirmation d’un profond renouvellement de l’auteur. Un nouveau Giono est né après 1944, qui dans les techniques narratives des Âmes fortes fait preuve « d’une ingéniosité qui ne le cède pas aux récentes découvertes des romanciers “d’avant-garde” » – un Giono qui élève l’étude des caractères au niveau d’une métaphysique. Au total, la réception immédiate du roman, qui ne manque pas de perspicacité, redonne à Giono toute sa place dans la vie littéraire contemporaine.

LECTURES DES ÂMES FORTES DEPUIS 1950

  • 13 Marcel Arland, La Grâce d’écrire, Paris, Gallimard, 1955. Cité par Roland Bourneuf, Les critiques (...)
  • 14 Roger Nimier, Journées de lectures, Paris, Gallimard, 1965, p. 134-136. Voir l’extrait donné dans (...)
  • 15 Claudine Chonez, Giono par lui-même, Paris, Seuil, 1956.
  • 16 Antoine Compagnon, Le démon de la théorie, Paris, Seuil, « La Couleur des idées », 1998.
  • 17 Roland Barthes, Mythologies [1957], dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Seuil, 1993, p. 593-594. B (...)

12Le succès du Hussard sur le toit en 1951 tend naturellement à faire passer au second plan le roman précédent. Et même si Les Grands Chemins (1951) et Le Moulin de Pologne (1953) prolongent la veine des Chroniques, la presse préfère dans son ensemble mettre l’accent sur le Giono qui met ses pas dans ceux de Stendhal plutôt que sur l’inventeur déroutant des Chroniques. Qu’en est-il alors de la réception du roman dans la durée ? Du vivant de l’auteur, la critique universitaire ne s’intéresse guère à lui. C’est de ses pairs, les autres écrivains, que Giono reçoit parfois des témoignages de lecture, comme ceux de Marcel Arland ou de Roger Nimier. Dans La Grâce d’écrire (1955), Arland considère Les Âmes fortes comme une « œuvre curieuse, tendue, souvent puissante, mais qui se détruit enfin, dans la mesure où elle se réalise » – « le meilleur récit de Giono » : « Personnages et drame, par leur longue mouvance, se dérobent à nous : si violemment qu’ils aient été dressés, ils s’effacent enfin derrière la main qui les dressa13. » Dans le chapitre des Journées de lectures (1965) consacré à Giono, Nimier quant à lui ne se contente pas de résumer Les Âmes fortes dans un style enlevé : il y repère non sans raison les traces d’autres auteurs – Marivaux, Balzac, Mauriac14. Le premier ouvrage de synthèse sur Giono, qui a longtemps fait référence, est signé de Claudine Chonez, elle-même écrivain et journaliste15. Mais dans les années 1950-1960, on assiste à l’essor de la critique structurale : le « démon de la théorie » dont a parlé Antoine Compagnon16 n’offre pas un climat propice à la lecture ou à la relecture d’un auteur toujours taxé à tort de passéisme. Roland Barthes, qui règne sur la Nouvelle Critique, ne cite Giono qu’une fois, dans Mythologies, et c’est à propos des écrivains qui suivent l’Affaire Dominici17.

  • 18 Ces deux critiques qui ont joué un rôle majeur dans les recherches gioniennes sont représentés dan (...)
  • 19 Michel Raimond, Le roman depuis la Révolution [1967], Paris, Armand Colin, « U », 1981, p. 225.
  • 20 Vincent Karm, « Les Âmes fortes » de Jean Giono, étude thématique et littéraire, thèse de doctorat (...)
  • 21 Jean-Pierre Richard, Pages paysages. Microlectures II, Paris, Seuil, « Poétique », p. 193 et suiv.
  • 22 Gérard Genette, Nouveau Discours du récit, Paris, Seuil, « Poétique », 1983, p. 71.
  • 23 Respectivement dans ses interventions aux colloques « Giono dans sa culture », « Giono l’enchanteu (...)
  • 24 Non sans assimiler un peu vite le narrateur de Noé à « Giono lui-même » (Pourquoi la fiction ?, Pa (...)
  • 25 Pierre Bayard, Comment améliorer les œuvres ratées ?, Paris, Minuit, 2000, p. 148-149.

13Quelques critiques, toutefois, n’ont pas attendu le décès de Giono pour entreprendre une étude à la fois scientifique, méthodique et sensible de son œuvre. Il s’agit de l’équipe qui se lance dans la vaste entreprise de l’édition de Giono dans la Pléiade, menée longtemps par Robert Ricatte avant que Pierre Citron ne prenne plus tard le relais18. Le premier volume des Œuvres romanesques complètes paraît en 1971. L’édition des Âmes fortes figure dans le tome V, publié en 1980. La notice que Robert Ricatte a consacrée au roman dans ce volume combine admirablement l’étude génétique, l’analyse narratologique, la stylistique et la critique de l’imaginaire. Elle reste un modèle du genre, et nous la citerons plus d’une fois dans ce livre. À partir des années soixante-dix, Giono peut donc être lu et étudié sans a priori grâce à de tels outils de travail. Michel Raimond, dans Le roman depuis la Révolution, reconnaît ainsi l’originalité des Âmes fortes dans l’histoire du roman français19. C’est lui qui a dirigé à la Sorbonne la première thèse consacrée aux Âmes fortes20. D’autres grands critiques s’intéressent à l’œuvre de Giono, mais sans mentionner Les Âmes fortes. Jean-Pierre Richard applique une de ses « microlectures » au début du Chant du monde21. Gérard Genette revient sur ses concepts de « narrateur homodiégétique » et de « narrateur hétérodiégétique » avec un œil critique parce qu’il s’aperçoit qu’Un roi sans divertissement, Noé et Le Moulin de Pologne ne se plient pas aisément à ce schéma binaire22. Jean Bellemin-Noël interroge avec la psychanalyse des textes de Jean le Bleu, Deux cavaliers de l’orage ou Dragoon23. Jean-Marie Schaeffer fait appel à Noé pour illustrer ses réflexions théoriques sur l’« immersion fictionnelle24 ». Pierre Bayard prend Le Bonheur fou comme exemple d’« œuvre ratée », Le Hussard sur le toit étant pris pour modèle25 … Il semble donc que Les Âmes fortes attirent moins les projecteurs de la théorie littéraire que d’autres œuvres de Giono.

  • 26 Pierre Citron, Giono (1895-1970), op. cit.
  • 27 Jacques Chabot, « Carnaval et banquet dans Les Âmes fortes » [1981], dans L’humeur belle, Aix-en-P (...)
  • 28 Roman 20-50, no 3, dossier critique « Giono, Les Âmes fortes », Christian Morzewski (dir.), juin 19 (...)
  • 29 Marcel Neveux, Jean Giono ou le bonheur d’écrire, Monaco, Le Rocher, 1990.
  • 30 Henri Godard, D’un Giono l’autre, Paris, Gallimard, 1990.
  • 31 Henri Godard, Le roman modes d’emploi, op. cit.
  • 32 Jean Giono, Chroniques romanesques, Paris, Gallimard, « Quarto », 2010.
  • 33 Dictionnaire Giono, Mireille Sacotte et Jean-Yves Laurichesse (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2 (...)

14Le roman fait en revanche l’objet d’analyses aussi savoureuses qu’approfondies et neuves, depuis les années 1980, à l’intérieur du cercle plus étroit des « spécialistes » de l’auteur. Ce sont eux qui font connaître Giono du grand public en rétablissant la vérité sur un certain nombre de faits – comme Pierre Citron dans sa monumentale biographie déjà citée26 –, et qui assurent la diffusion de l’œuvre au niveau universitaire, ce qui permet qu’elle soit présente assez régulièrement, depuis la session 1978 du concours de l’agrégation, dans les programmes des enseignements et des concours. Notre bibliographie et notre anthologie critique donnent des noms et citent des exemples des meilleurs travaux qui ont renouvelé la lecture des Âmes fortes : l’étude de Jacques Chabot sur le « carnaval » et le « banquet27 » (1981), le numéro de Roman 20-50 dirigé par de Christian Morzewski28 (1987), les analyses de Marcel Neveux dans ce dernier volume et dans son livre Jean Giono ou le bonheur d’écrire29 (1990)… Plus récemment, Henri Godard s’est attaché à situer le roman à la fois dans l’univers romanesque de Giono30 et dans l’histoire du roman « antimimétique » en France au XXe siècle31 ; Mireille Sacotte a proposé des interprétations stimulantes des Chroniques romanesques dans une nouvelle édition de ces textes32 (2010) ; et le tout récent Dictionnaire Giono (2016) consacre aux Âmes fortes, sous la plume de Marie-Anne Arnaud-Toulouse, des notices qui éclairent encore d’une lumière nouvelle les paradoxes du roman en insistant sur les attentes, les surprises et les plaisirs du lecteur33. Le roman a donc été largement étudié par la critique spécialisée, et dans des perspectives très diverses. Il reste encore à le faire connaître du plus grand nombre de lecteurs possible : il en vaut la peine.

15Mentionnons pour finir l’adaptation du roman au cinéma, par le réalisateur Raoul Ruiz, en 2001. Le film, par ses qualités esthétiques intrinsèques et le jeu convaincant des acteurs, a contribué à la notoriété du roman. Il n’en retient pas cependant la pluralité narrative, et ne semble donc élire qu’une Thérèse, parmi toutes les Thérèse possibles du livre…

Notes

1 Sur ce contexte de l’époque, voir par exemple notre Littérature française du XXe siècle, Paris, Armand Colin, « Lettres Sup. », 2013, p. 93-98 et 106-113.

2 Voir sur ce point Henri Godard, Le roman modes d’emploi, op. cit., p. 214-215 ; et Denis Labouret, « Roman et mémoire : le genre de la chronique en France vers 1950 », communication au Colloque international de Beyrouth 2013, dans Histoire et mémoire : la littérature comme témoignage, Nadia Iskandarani (dir.), Beyrouth, Publications de l’université arabe de Beyrouth, 2013, p. 175-186.

3 Theodor W. Adorno, « Critique de la culture et société » [1949], dans Prismes [1955], Geneviève et Rainer Rochlitz (trad.), Paris, Payot et Rivages, « Petite Bibliothèque Payot », 2010, p. 30.

4 Jean Cayrol, « Pour un romanesque lazaréen », Lazare parmi nous [1950], dans Œuvre lazaréenne, Paris, Seuil, « Opus Seuil », 2007, p. 821.

5 Jean Giono, Préface aux Chroniques romanesques (1962), III, 1277.

6 Au sens où Claude Roy définissait le « contretemps d’écrire » : « La littérature, l’art apparaissent toujours comme des activités sinon anachroniques, du moins légèrement intempestives. […] Les œuvres de l’esprit sont des contretemps » (Défense de la littérature, Paris, Gallimard, « Idées », 1968, p. 69-70).

7 Comme le propose Henri Godard dans Le roman modes d’emploi, op. cit., p. 216 et suiv.

8 Jean-Paul Sartre, « M. François Mauriac et la liberté » [1939], Critiques littéraires (Situations, I), Paris, Gallimard, « Folio Essais », 1993, p. 42.

9 Ibid., p. 52.

10 Jean Giono, Préface aux Chroniques romanesques (1962), III, 1278.

11 Pierre Citron, Giono (1895-1970), op. cit., p. 449.

12 Nous suivons ici l’étude très complète de Michel Gramain sur le sujet (« La réception de l’œuvre de Jean Giono dans la presse (année 1950) », Rev., no 2, p. 129 et suiv.)

13 Marcel Arland, La Grâce d’écrire, Paris, Gallimard, 1955. Cité par Roland Bourneuf, Les critiques de notre temps et Giono, Paris, Garnier Frères, 1977, p. 117-118.

14 Roger Nimier, Journées de lectures, Paris, Gallimard, 1965, p. 134-136. Voir l’extrait donné dans l’anthologie critique à la fin de ce volume (texte 1).

15 Claudine Chonez, Giono par lui-même, Paris, Seuil, 1956.

16 Antoine Compagnon, Le démon de la théorie, Paris, Seuil, « La Couleur des idées », 1998.

17 Roland Barthes, Mythologies [1957], dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Seuil, 1993, p. 593-594. Barthes reconnaît d’ailleurs à Giono le mérite d’avoir été justement sensible, dans cette affaire, à la question de la « disparité des langages ». Mais a-t-il lu des romans de Giono ?

18 Ces deux critiques qui ont joué un rôle majeur dans les recherches gioniennes sont représentés dans notre anthologie (textes 2 et 4).

19 Michel Raimond, Le roman depuis la Révolution [1967], Paris, Armand Colin, « U », 1981, p. 225.

20 Vincent Karm, « Les Âmes fortes » de Jean Giono, étude thématique et littéraire, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 1983.

21 Jean-Pierre Richard, Pages paysages. Microlectures II, Paris, Seuil, « Poétique », p. 193 et suiv.

22 Gérard Genette, Nouveau Discours du récit, Paris, Seuil, « Poétique », 1983, p. 71.

23 Respectivement dans ses interventions aux colloques « Giono dans sa culture », « Giono l’enchanteur » et « Giono romancier » : voir la bibliographie en fin de volume.

24 Non sans assimiler un peu vite le narrateur de Noé à « Giono lui-même » (Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, « La Couleur des idées », 1999, p. 185) !

25 Pierre Bayard, Comment améliorer les œuvres ratées ?, Paris, Minuit, 2000, p. 148-149.

26 Pierre Citron, Giono (1895-1970), op. cit.

27 Jacques Chabot, « Carnaval et banquet dans Les Âmes fortes » [1981], dans L’humeur belle, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1992, p. 309-336. Article reproduit sur AAJG.

28 Roman 20-50, no 3, dossier critique « Giono, Les Âmes fortes », Christian Morzewski (dir.), juin 1987.

29 Marcel Neveux, Jean Giono ou le bonheur d’écrire, Monaco, Le Rocher, 1990.

30 Henri Godard, D’un Giono l’autre, Paris, Gallimard, 1990.

31 Henri Godard, Le roman modes d’emploi, op. cit.

32 Jean Giono, Chroniques romanesques, Paris, Gallimard, « Quarto », 2010.

33 Dictionnaire Giono, Mireille Sacotte et Jean-Yves Laurichesse (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2016.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search