Version classiqueVersion mobile

Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle

 | 
Anton Sonia

Conclusion générale

Sonia Anton

Texte intégral

1Nous voudrions mettre en lumière les apports de la méthode utilisée dans cet ouvrage, ainsi que les questions et les prolongements qu’elle génère, méthode ayant consisté à rassembler des auteurs, des textes et des chercheurs autour d’un lieu.

2La première partie du livre a montré l’imbrication de l’histoire, de la sociologie des institutions et de la littérature dans l’analyse des représentations du Havre. La géographie littéraire implique bel et bien que se rencontrent plusieurs champs disciplinaires. Elle questionne également l’histoire littéraire, comme l’a illustré le texte de Véronique Bui, évoquant les représentations de la ville tout au long du XIXe siècle. Si cet ouvrage porte sur la première moitié du XXe siècle, il aborde donc aussi, de façon sous-jacente, d’autres périodes. En creux, il est également question des années qui ont succédé à la seconde guerre mondiale. Plusieurs auteurs, Michel Leiris notamment mais aussi Louis-Ferdinand Céline, mentionnent en effet les bombardements de 1944, et annoncent l’émergence de cette autre ville qui se dressera sur les ruines du Havre dévastée. La génération d’écrivains sur laquelle a porté notre analyse se situe dans un moment de transition très important dans l’histoire de la ville, puisque les lieux évoqués dans cet entre-deux-guerres n’existent pratiquement plus en l’état. Cette présence en creux de la table rase de 1944 fonde assurément l’une des spécificités des textes rassemblés dans cet ouvrage.

3D’autres villes que Le Havre sont évoquées dans le livre, ce qui nous invite à esquisser des parallèles. L’indexation des noms de lieux s’est avérée à ce titre très utile, en faisant apparaître des récurrences. Plusieurs ports sont notamment mentionnés par les écrivains, Nantes, Anvers, Saint-Malo, Londres. D’autres villes de province aussi, notamment quand elles sont le lieu de naissance des auteurs, comme c’est le cas de Tours pour Balzac. Il y aurait assurément bien des points communs à mettre en lumière dans la façon dont ces types de villes sont investis par la littérature, en nous demandant dans quelle mesure nous pouvons parler d’une spécificité du Havre et de son imaginaire. À l’étranger, Londres est plusieurs fois donné comme un équivalent outre-Atlantique du Havre au XIXe siècle. Au XXe siècle, Céline propose l’exemple d’un télescopage entre Le Havre et l’Angleterre, lorsqu’il situe près de Rochester un paysage très probablement contemplé au Havre. Yves Ouallet fait enfin référence à la Provence de Giono et à la Toscane de Virgile, montrant que cette géocritique du Havre n’a pas seulement un intérêt local, mais s’inscrit dans une réflexion littéraire plus large sur le retraitement de l’espace et du monde par la littérature.

4La deuxième partie de l’ouvrage a permis d’entrer précisément dans le détail des représentations du Havre à travers six auteurs. Nous avons tout d’abord constaté que chacune des études avait abordé des aspects essentiels des œuvres et qu’aucune n’était restée au niveau de l’anecdote. Ainsi, nous avons vu que Le Havre était pour Louis-Ferdinand Céline associé à l’origine paternelle. Il a également été question de la naissance d’une vocation poétique chez Georges Limbour. La source du projet autobiographique de Michel Leiris a été mentionnée. La référence au Havre a aussi permis d’aborder des éléments touchant à l’esthétique et à la conception de l’art chez Georges Limbour et Jean Dubuffet. Yannick Hoffert a évoqué la vision du monde que proposait Armand Salacrou, nous plongeant au cœur des questionnements existentiels de l’auteur.

5Il nous semble que la méthode géocritique a également permis d’aborder ces auteurs de façon originale, de livrer des informations, qui, sans être inédites, n’étaient pas très connues. Ainsi, Céline Delavaux a exploré les œuvres écrites de Jean Dubuffet et rappelé la tentation du peintre pour la littérature. Les relations unissant Céline et Le Havre étaient relativement ignorées, en dehors du seul cercle des spécialistes. Comme nous l’annoncions en introduction, cette méthode invite à remettre en lumière des auteurs peu étudiés ou oubliés, et il nous a semblé que les études portant sur Armand Salacrou et Georges Limbour étaient des invitations à revisiter des œuvres très riches. Il nous est également apparu intéressant de diffuser des témoignages inédits sur ces auteurs, témoignages vivants dont nous connaissons l’utilité pour des chercheurs.

  • 1 Yves Baudelle, « Noms de pays ou pays des noms ? Toponymie et référence dans les récits de fiction (...)

6Par ailleurs, ces études ont montré la diversité méthodologique avec laquelle la question du lieu pouvait être abordée. L’étude sur Céline a exploité la lecture biographique et autofictionnelle, même si celle-ci était destinée à être dépassée pour traiter de l’imaginaire célinien. À un moment donné de sa réflexion, Odile Richard-Pauchet a recouru à l’approche psychanalytique pour prendre toute la mesure des enjeux sous-jacents dans certains passages de L’Âge d’homme. Yannick Hoffert a insisté sur la dimension sociale et politique de l’œuvre théâtrale de Salacrou. Françoise Nicol et Céline Delavaux ont abordé des questions de théorie littéraire, concernant notamment les relations entre la littérature et la peinture. En dépit de cette disparité, il nous a semblé que ces différentes études étaient reliées entre elles par un certain nombre d’éléments communs. Comme nous l’avons évoqué en introduction, il y a un effet de génération qui unit tous ces auteurs. Par ailleurs, le motif de l’origine est central, même s’il se décline différemment d’un écrivain à un autre. Enfin, tous les auteurs évoqués ont séjourné à un moment donné au Havre, et la dimension autofictionnelle est, à des degrés divers, commune à tous les textes. Nous évoquerons ici la réflexion que mène Yves Baudelle sur la relation entre les genres littéraires et les noms de lieux (la « typologie générique des toponymies fictionnelles ») : « En méditant sur cette question (que je ne fais ici qu’approcher), le résultat le plus net auquel je sois parvenu est que la toponymie et la géographie constituent un critère décisif – et pourtant négligé – de discrimination générique au sein de la nébuleuse des écritures de soi. Si l’on veut donner à autofiction, notamment, un sens rigoureux […] il faut en passer par les noms propres […] Rappelons-nous du reste que, depuis Lejeune, c’est l’onomastique, bien plus que la friable jurisprudence des pactes, qui sert de pierre de touche à la taxinomie des discours du moi. Mais a-t-on jamais pensé à aborder ces questions de poétique et de théorie de la fiction sous l’angle de la toponymie1 ? » Cette réflexion invite à se demander si l’élément autofictionnel n’est pas finalement le dénominateur commun permettant de rassembler plusieurs auteurs autour de la mention d’un même lieu. Dès lors, on ne s’étonnera plus qu’au centre de cet ouvrage figurent l’analyse d’Odile Richard-Pauchet sur l’entreprise autobiographique de Michel Leiris et la référence à Jean-Jacques Rousseau.

7Les études ici rassemblées proposent enfin certaines réponses aux questions soulevées dans l’introduction générale. Elles offrent un échantillon de toutes les formes de référenciation évoquées. En termes de degré d’importance de la ville, nous trouvons les deux extrêmes. Le Havre est très fréquemment mentionné dans l’œuvre de Salacrou par exemple, presque pas évoqué chez Dubuffet. En matière de toponymie, la ville est nommée chez plusieurs auteurs, rebaptisée chez Sartre, superposée à Rochester chez Céline. Sur la question des affects investis dans les évocations de la cité, on rencontre encore plusieurs cas de figure, soit que l’auteur affiche son amour pour la ville, c’est le cas de Céline ou de Leiris, soit qu’il exprime sa détestation et la nécessité de la fuir, tel Dubuffet. Les recherches linguistiques de Dubuffet, dont a parlé Céline Delavaux, pourraient entrer en résonnance avec les pistes de réflexion sur la langue proposées en introduction (y’a-t-il une langue qui n’appartiendrait qu’au Havre ?). Le texte peu connu de Raymond Queneau, que nous avons tenu à reproduire, dresse quant à lui une géocritique du Havre avant l’heure et rassemble de nombreux critères d’analyse : on y rencontre des auteurs connus et inconnus, locaux et de rayonnement international, des Havrais et des visiteurs, des textes célèbres et d’autres oubliés, des œuvres qui partent des origines de la ville pour aller jusqu’à l’époque moderne, etc. Queneau établit également un parallèle entre différentes formes de représentations de la cité en donnant une place capitale à Quai des Brumes dans ce qu’il nomme l’histoire d’un « Havre littéraire ».

8Cet ouvrage invite à plusieurs prolongements. L’indexation des noms propres livre notamment un certain nombre de leçons. On constate tout d’abord la multiplicité et la diversité des noms de peintres, ainsi que la fréquence avec laquelle sont mentionnés Auguste Perret et Marcel Carné. Ceci vient confirmer l’utilité d’élargir la réflexion en direction des autres arts. On a vu que les noms de ville et de pays permettaient d’esquisser des comparaisons et activaient la question de savoir si d’autres cités étaient ainsi traitées dans la littérature française (et étrangère). Les entrées par noms de lieux au Havre (quartiers, hôtels, rues, lycée, etc.), autour desquels se focalisent plusieurs textes, montrent la nécessité de trouver des techniques permettant de rendre compte du caractère kaléidoscopique des représentations, que reproduit mal la juxtaposition d’études monographiques. La pertinence de songer à la conception d’une « carte » géomatique se trouve confirmée, et ce sont vers les géographes, mentionnés mais pas concrètement convoqués dans cet ouvrage, que nous devrons sans doute nous tourner à l’avenir.

Notes

1 Yves Baudelle, « Noms de pays ou pays des noms ? Toponymie et référence dans les récits de fiction », Topographies romanesques, Audrey Camus et Rachel Bouvet (dir.), Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2011, p. 45-62, ici : p. 60.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search