Version classiqueVersion mobile

Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle

 | 
Anton Sonia

Troisième partie. Témoignages

Portrait littéraire du Havre

Raymond Queneau

Texte intégral

  • 1 La Seine-Inférieure, Richesses de la France, Revue économique et touristique, no 19, (...)
  • 2 Le Havre libre, 5-6 juin 1954.

1 Ce texte de Raymond Queneau est paru en 1954 dans un ouvrage collectif 1 sur la Seine-Inférieure (ancien nom de la Seine-Maritime), appartenant à une collection appelée « Richesse de la France, revue économique et touristique ». Richement illustré de photographies, ce livre est à la fois un ouvrage touristique (qui compte un chapitre « Tourisme », un autre consacré aux « Plaisirs et [aux] joies » de la gastronomie normande, de la chasse et de la pêche, par exemple) et un livre sur l’économie régionale (avec des chapitres portant sur les « Richesses économiques et industrielles », les « Ports », etc.) L’ouvrage a une assez forte dimension institutionnelle, avec une introduction de René Coty, alors Président de la République, et des articles émanant de maires et de députés, du directeur du port autonome, d’un inspecteur d’académie, etc. Outre Queneau, on compte deux écrivains parmi les contributeurs : André Maurois, qui signe « Aperçu d’histoire », et Jean Lepovremoyne, qui fut un écrivain régionaliste (il est présenté comme membre de la « Société des écrivains normands »), et auteur ici d’un texte sur la « Gastronomie normande ». Le texte de Queneau figure dans le chapitre « Les lettres et les arts », qui contient aussi un développement sur les écrivains de Rouen, un autre sur les musées de cette même ville, un dernier enfin sur les hommes de sciences normands. Queneau a de toute évidence répondu à une commande, dont on ignore de qui elle a émané. L’année de parution du livre coïncide avec les dix ans de la Libération du Havre, et des extraits du texte de Queneau seront aussi publiés dans la presse quotidienne au moment de la célébration de cet anniversaire 2 . Queneau a plusieurs fois accepté d’associer son nom à des événements culturels au Havre, y compris à l’occasion de manifestations institutionnelles (il rédige la préface du catalogue d’exposition Mario Prassinos pour le musée des Beaux-arts en 1965, il accepte en 1973 d’assister à l’inauguration d’une exposition Raymond Queneau à la bibliothèque Armand-Salacrou). Ce texte participe de cet esprit.

  • 3 Cote : MS 832.

2 Les états préparatoires du texte sont conservés à la bibliothèque municipale Armand-Salacrou du Havre 3 . Ils se composent de deux versions successives dactylographiées et des épreuves. Les feuillets portent des corrections manuscrites à l’encre. Le premier tapuscrit est daté, au crayon, d’octobre 1953, et laisse à penser que le document a été préparé et rédigé rapidement, puisque l’ouvrage paraîtra au premier trimestre 1954. Les trois étapes du texte ne comportent que peu de corrections, celles-ci portant majoritairement sur des questions formelles. Nous signalerons en note les ajouts et les biffures qui nous ont semblé intéressants.

3 Queneau restitue un univers culturel qui peut paraître obscur à un lecteur extérieur à la question des écrivains au Havre. Sont notamment mentionnés des hommes de plume aujourd’hui oubliés, mais qui connurent une certaine notoriété au moment de la rédaction du texte. Nous livrons en notes quelques informations sur les auteurs évoqués.

4 Cet article témoigne de l’intérêt qu’a toujours porté Queneau à sa ville natale, sur laquelle nous savons qu’il collectionnait les documents. En 1954, l’écrivain occupe des fonctions chez Gallimard et à l’académie Goncourt qui lui donnent également l’occasion de prendre très largement connaissance de la production littéraire de son temps. Ces deux éléments, l’un personnel l’autre professionnel, convergent dans ce document, pour livrer un panorama très complet des écrivains havrais, des origines aux années de rédaction du texte.

  • 4 Mme de La Fayette n’est pas née au Havre, mais à Paris, en 1633. Entre 1640 et 1648, la famille sé (...)
  • 5 Fernand Desnoyers (1826-1869) est un poète de la génération de Baudelaire. En 1871, Champfleury lu (...)

5Les villes, c’est bien connu, n’ont finalement de réalité que celle que les poètes et les prosateurs veulent bien leur donner. Pendant longtemps, Le Havre n’a pas été jugé digne de l’existence littéraire. Trop jeune sans doute, et pourtant, un siècle après sa fondation, Mlle de Scudéry, son frère et Mme de La Fayette ne prenaient-ils pas soin d’y naître ? Pour Mme de La Fayette, ce n’est là d’ailleurs qu’un pieux mensonge, pour ne pas dire une légende honorifique, et je ne suis pas sûr que le lieu de naissance des Scudéry n’ait pas été contesté4. À la fin du XIXe siècle, Le Havre ne pouvait guère citer, comme issus de sa Grâce dans le monde littéraire, que Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne, Bernardin de Saint-Pierre, bien, les amis de Rousseau sont nos amis. Et Flaubert (et Maupassant) admiraient fort Paul et Virginie – ce qui est une référence. Et nul n’ignore que dans son œuvre, ici et là, on trouve des notations qui montrent en lui un tempérament « impressionniste » – n’est-ce pas lui qui le premier a vu du vert dans le ciel ou plutôt osé écrire qu’il en voyait – ce qui doit nous rappeler que Le Havre a joué un certain rôle dans l’histoire de l’impressionnisme en tant qu’école de peinture. Bernardin de Saint-Pierre a donc droit à un bon point, mais Casimir Delavigne ! Pour qu’une ville figure honorablement dans le « Bottin littéraire », il ne suffit pas qu’elle soit le lieu de naissance d’écrivains célèbres, estimables ou simplement nombreux, il faut encore qu’elle possède la réalité poétique et romanesque que lui donne cette personnalité que le voyageur reconnaîtra ou désire connaître. Pour Le Havre, elle n’a été longtemps qu’assez terne, cette personnalité. Manon et le Chevalier des Grieux s’y embarquent pour l’Amérique, Modeste Mignon habite modestement Ingouville, et Alphonse Karr ne s’intéresse guère qu’à Sainte-Adresse, préludant aux vacances de tous les Hulots futurs, tandis que Bouvard et Pécuchet venaient hanter ses falaises – avec prudence, à cause des éboulis. Le Havre, son port, ses marins, ses émigrants, ses mauvais lieux, ne font pas encore figure. Casimir Delavigne, à l’époque, a droit à une statue. Elle suscita quelques protestations, celle de Fernand Desnoyers notamment, en 1858, mais il n’est pas Havrais. Comme son apostrophe est peu connue, bien qu’on y trouve un vers « passé en proverbe », je ne pense pas inutile de la citer en entier5 :

Habitants du Havre, Havrais !
Je viens de Paris exprès
Pour mettre en morceaux la statue
De Delavigne (Casimir).
Il est des morts qu’il faut qu’on tue
Moi, je m’appelle Clodomir
Clodomir, soit, mais je suis digne.
Je hais Casimir Delavigne,
Ponsard est sa feuille de vigne
Qu’Émile Augier voudrait cueillir !

  • 6 Le dernier homme de Cousin de Grainville figure dans le journal de Queneau, au mois de juillet 195 (...)

6Il y avait pourtant un écrivain-né natif du Havre qui eût mérité une statue, ou qui plutôt la mériterait maintenant, car ce fut un poète maudit (au cours d’un accès de « fièvre chaude » il se suicida) et un précurseur, je veux parler de Cousin de Grainville (1746-1805), auteur du Dernier Homme, épopée en prose dans le style du Séthos de l’abbé Terrasson et, en fait, une véritable « sciencefiction », qui n’est pas sans intérêt et qui serait digne d’être réimprimée6.

  • 7 Jules Tellier (1863-1889) est un poète et nouvelliste, proche de Charles Le Goffic et de Maurice B (...)
  • 8 Hugues Le Roux (1860-1925) est connu comme journaliste (au Temps, au Figaro entre autres) et sénat (...)

7Avec la fin du siècle (le XIXe), Le Havre « colle » de plus près à l’actualité littéraire : Jules Tellier7, Hugues Le Roux8, ne font pas mauvaise figure dans la littérature de leur temps, et Pierre et Jean (de Maupassant) donne une première image « réelle » d’un Havre « réel », d’un certain Havre – celui où il ne se « passe » rien de plus que ce qui pourrait se passer dans une autre ville de province.

  • 9 Dans la première version : et (nostalgie, pathétisme), biffé.
  • 10 Le dernier chapitre de La Belle Saison, 3e volume des Thibault, s’intitule : « Départ de Rachel. – (...)
  • 11 Fernand Lemoine rédige des notes pour la NRF en 1941 et 1942. Celle sur L’Angleterre et la guerre (...)
  • 12 Émile Danoën (1920-1999) est le plus connu des trois écrivains ici évoqués. On lui doit plusieurs (...)
  • 13 Édouard Lavergne est l’auteur de plusieurs romans, dont Le Bassin du Roi, du nom d’un bassin du Ha (...)

8Il faut attendre Pierre Mac Orlan pour qu’enfin celle ville acquière ses « dimensions » littéraires et sa valeur poétique. La « personnalité » des petits bars de Saint-François, le côté « faubourg de la vie britannique » qui plaisait tant à Toulouse-Lautrec, et que remarquait déjà Stendhal, l’« appel de l’aventure » à travers l’odeur du pétrole et du café, tout cela c’est Mac Orlan qui l’a donné au Havre et ce que, vers les années vingt, de jeunes Havrais, natifs ou d’adoption, découvraient avec enthousiasme9. Ils se nommaient Salacrou, Limbour, Dubuffet, Bost, Piel – tous élèves ou ex-élèves d’un lycée où Merleau-Ponty était alors en quatrième et où Sartre allait bientôt venir enseigner la philosophie. Il en remporterait plus tard le Bouville de La Nausée. Que ce roman ait paru en 1938, la même année où sortit le film Quai des Brumes, me paraît donner à cette année, fameuse pour d’autres raisons, une valeur toute spéciale pour l’histoire littéraire du Havre, car La Nausée et le Quai des Brumes ont enfin donné à cette ville une figure poétique et réelle (qu’on ne trouve pas encore dans les Thibault de Martin du Gard10). La promenade du dimanche dans la rue Tournebride, la visite au Musée, le boulevard Noir, le phare Caillebotte, sont plus vrais que la vérité même, l’existence bourgeoise et provinciale du Havre était stylisée pour les générations futures. Dans le Quai des Brumes, on voyait au contraire le Havre des départs et des aventures, celui de Manon Lescaut, un lieu où « tout » pouvait arriver. Nul n’ignore que ce film, qui fut la première réussite de Carné et Prévert, a été tiré d’un roman de Mac Orlan ; il importe toutefois de signaler que le roman se situait à Montmartre et que ce sont les adaptateurs qui l’ont transporté au Havre. Ayant ainsi acquis sa réalité littéraire, ou plutôt sa maturité littéraire, Le Havre allait réapparaître, avec des personnalités diverses mais toujours solides, dans les romans de Fernand Lemoine11, Émile Danoën12, Édouard Lavergne13, qui représentent la plus jeune génération des écrivains havrais.

  • 14 Paul Souday (1869-1929) a eu une activité de critique littéraire, notamment pour Le Temps entre 18 (...)
  • 15 Henriette Charasson (1884-1972) est l’auteur de poèmes d’inspiration chrétienne. Elle a collaboré (...)
  • 16 André Siegfried (1875-1959) a été historien et sociologue, proche de Gustave Le Bon.
  • 17 François Berge, Le Havre, Paris, Édition Émile Paul, « Portrait de la France », 1929.
  • 18 Paul Heuzé est médecin, spécialisé dans les phénomènes métapsychiques, auteur de Fakirs, Fumistes (...)
  • 19 Max du Veuzit (1876-1952), Alphonsine Vavasseur de son vrai nom, est née en 1876 à Petit-Quevilly, (...)
  • 20 Bernard Esdras-Gosse (1903-2005) est un homme de lettres et journaliste, auteur de plusieurs ouvra (...)
  • 21 Julien Guillemard (1883-1960) est un poète très ancré dans la vie locale. Il fonde la revue La Mou (...)
  • 22 Guy Mazeline a remporté avec Les Loups (Gallimard) le prix Goncourt en 1932, l’année où concourait(...)
  • 23 Il s’agit du roman Passage de l’homme, publié chez Gallimard en 1943.
  • 24 Sylvain Malouvier était médecin à Montivilliers et auteur de nouvelles. Il est surtout connu pour (...)
  • 25 Charles Le Goffic (1863-1932), connu pour son action en faveur de la culture bretonne, a été nommé (...)

9Mais je ne saurais terminer ce trop rapide panorama sans nommer quelques autres Havrais : Paul Souday14, Mme Henriette Charasson15, André Siegfried16, par exemple. Dans son excellent livre sur Le Havre paru en 1929, François Berge17 dit que « le Havrais est facilement moqueur et incisif » ; ne nous étonnons donc pas que le pourfendeur des médiums et des fakirs, Paul Heuzé18, ait été Havrais. Dans une autre direction, signalons que Max du Veuzit19 figure dans l’Anthologie des écrivains havrais de Bernard Esdras-Gosse20, l’un de ceux qui défendent la littérature sur place, et à côté duquel il faut également citer Julien Guillemard21, qui a su faire vivre pendant longtemps l’une des meilleures revues de « décentralisation » poétique, La Mouette. Je n’oublierai pas de nommer non plus Guy Mazeline22 qui obtint le prix Goncourt en 1932, ni Marius Grout23 (un Cauchois) qui l’eut en 1943. Aux environs du Havre s’attache également le nom de Sylvain Malouvier24. Hélas, je dois m’arrêter, Le Goffic25 en 1894 citait quarante-trois écrivains havrais du XVIIe siècle à cette date, Esdras-Gosse en connaissait vingt-huit vivants en 1937.

10Ce Havre auquel les écrivains ont donné une figure n’existe plus. Aussitôt né, créé – sa seconde fécondation – il a disparu. Six ans après Bouville et le Quai des Brumes, le feu du ciel a rasé la ville, n’en laissant pour ainsi dire que la coque : Graville, la Côte et la mer contre laquelle on ne peut rien – une coque suffisante pour que renaisse et se développe le germe de la ville et sa personnalité. Une nouvelle ville s’élève – une nouvelle ville ou de nouvelles constructions ? On attend les premiers échos de la poésie du nouveau Havre.

Notes

1 La Seine-Inférieure, Richesses de la France, Revue économique et touristique, no 19, 1er trimestre 1954, Paris, CAEL Jacques Delmas et Cie, 1954, 197 p.

2 Le Havre libre, 5-6 juin 1954.

3 Cote : MS 832.

4 Mme de La Fayette n’est pas née au Havre, mais à Paris, en 1633. Entre 1640 et 1648, la famille séjourne au Havre, où le père de Mme de Lafayette occupe des fonctions militaires. Dans Le Havre ancien et moderne et ses environs de 1825, Joseph Morlent, qui fut le plus célèbre historiographe de la ville au XIXe siècle, fait naître l’écrivaine au Havre. On ne sait pas qui a le premier commis cette erreur. Madeleine et Georges de Scudéry sont bien nés au Havre.

5 Fernand Desnoyers (1826-1869) est un poète de la génération de Baudelaire. En 1871, Champfleury lui consacre un article dans La Constitution qu’il titre « Le dernier bohème ». Alfred Delvau, dans son Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris (1862) le décrit comme un orateur un rien provocateur et fantasque et cite intégralement ces vers, qui auraient été proférés à la brasserie des Martyrs. François Ponsard et Émile Augier, dont il est question dans ces vers, furent, comme Delavigne, des écrivains reçus à l’Académie française.

6 Le dernier homme de Cousin de Grainville figure dans le journal de Queneau, au mois de juillet 1952 (Journaux, 1914-1965, Gallimard, 1996, p. 1138.). Queneau lui consacrera un article dans Bords. Mathématiques, précurseurs, encyclopédistes, en 1963 (éditions Hermann). C’est Bernardin de Saint-Pierre, qui avait épousé la sœur de Cousin de Grainville, qui fit publier Le dernier homme en 1805.

7 Jules Tellier (1863-1889) est un poète et nouvelliste, proche de Charles Le Goffic et de Maurice Barrès. À sa mort, un buste sculpté par Bourdelle sera érigé au square Saint-Roch, avec un discours d’inauguration de Maurice Barrès.

8 Hugues Le Roux (1860-1925) est connu comme journaliste (au Temps, au Figaro entre autres) et sénateur. Son abondante production romanesque est totalement tombée dans l’oubli.

9 Dans la première version : et (nostalgie, pathétisme), biffé.

10 Le dernier chapitre de La Belle Saison, 3e volume des Thibault, s’intitule : « Départ de Rachel. – Le dernier jour au Havre. – L’adieu à la sortie du port. » Antoine Thibault fait ses adieux à sa maîtresse, qui prend un paquebot pour l’Afrique. C’est une scène d’adieu qui n’est pas sans faire penser à celle d’Un rude hiver.

11 Fernand Lemoine rédige des notes pour la NRF en 1941 et 1942. Celle sur L’Angleterre et la guerre de Georges Blanc lui vaudra de faire l’objet d’un rapport de police à la Libération. Il répondra que la vision du Havre bombardé était à l’origine de cette note.

12 Émile Danoën (1920-1999) est le plus connu des trois écrivains ici évoqués. On lui doit plusieurs romans qui se situent au Havre, dont Une maison soufflée au vent (Julliard), qui remporta le prix du roman populiste en 1951.

13 Édouard Lavergne est l’auteur de plusieurs romans, dont Le Bassin du Roi, du nom d’un bassin du Havre, paru en 1942 aux éditions Lardanchet. Dans la première version figurait le nom d’Anne Pollier, auteur du roman La Nuit du Havre, paru en 1947 chez Gallimard.

14 Paul Souday (1869-1929) a eu une activité de critique littéraire, notamment pour Le Temps entre 1892 et 1912. Il est aussi l’auteur d’essais littéraires, notamment sur Proust et sur Gide.

15 Henriette Charasson (1884-1972) est l’auteur de poèmes d’inspiration chrétienne. Elle a collaboré en tant que poète et critique au Mercure de France et à la Revue des deux Mondes.

16 André Siegfried (1875-1959) a été historien et sociologue, proche de Gustave Le Bon.

17 François Berge, Le Havre, Paris, Édition Émile Paul, « Portrait de la France », 1929.

18 Paul Heuzé est médecin, spécialisé dans les phénomènes métapsychiques, auteur de Fakirs, Fumistes et Cie, Paris, Éditions de France, 1926.

19 Max du Veuzit (1876-1952), Alphonsine Vavasseur de son vrai nom, est née en 1876 à Petit-Quevilly, près de Rouen. Elle est l’auteur de romans sentimentaux à succès. Elle a vécu à Harfleur et a collaboré à la presse régionale.

20 Bernard Esdras-Gosse (1903-2005) est un homme de lettres et journaliste, auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la ville. Queneau se réfère ici à Anthologie des écrivains havrais, Le Havre, imprimerie Marcel Etaix, [s. d. (entre 1930 et 1937)], qu’il a assurément consulté pour la rédaction de ce texte. L’anthologie propose en effet des extraits de 28 auteurs, dont Paul Heuzé, Sylvain Malouvier et Max du Veuzit, qui devaient déjà avoir été plus ou moins oubliés au moment où Queneau rédige son propre texte.

21 Julien Guillemard (1883-1960) est un poète très ancré dans la vie locale. Il fonde la revue La Mouette en 1917, qui accueille des textes et des études d’auteurs locaux, et paraît jusqu’en 1926. Il organise également un salon des poètes normands à partir de 1922.

22 Guy Mazeline a remporté avec Les Loups (Gallimard) le prix Goncourt en 1932, l’année où concourait Voyage au bout de la nuit.

23 Il s’agit du roman Passage de l’homme, publié chez Gallimard en 1943.

24 Sylvain Malouvier était médecin à Montivilliers et auteur de nouvelles. Il est surtout connu pour avoir été un ami de Céline, à qui il fait faire des remplacements en 1937. Son nom apparaît dans D’un château l’autre. Les deux hommes se sont brouillés. À l’origine de la brouille, il n’est pas impossible que Céline ait dit à Sylvain Malouvier qu’il n’appréciait pas ses écrits.

25 Charles Le Goffic (1863-1932), connu pour son action en faveur de la culture bretonne, a été nommé professeur au lycée du Havre en 1890, où il enseigne pendant quelques années. Queneau se réfère ici à l’ouvrage qu’il a consacré aux écrivains havrais, en collaboration avec Edgard Zévort, Morceaux choisis des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie du Commerce, 1894.

Auteur

De l’Académie Goncourt

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search