Version classiqueVersion mobile

Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle

 | 
Anton Sonia

Troisième partie. Témoignages

Souvenirs de Georges Limbour

Anne-Marie Limbour

Texte intégral

1Rien n’est plus merveilleux pour un enfant que d’être éduqué par l’œil du poète.

2La poésie a été pour Georges Limbour une attitude naturelle, elle était inscrite dans sa façon de vivre. C’était un grand contemplatif, son rapport avec la nature est empreint d’une grande sensualité, et la beauté, y compris celle des femmes, tenait une place capitale dans sa vie. Ce qui explique aussi sa passion pour la peinture et mon choix pour l’école des Beaux-Arts. C’est cette attitude esthétique qui lui permit de créer un univers de rêverie magique et mystérieuse. Il a écrit : « Je laisse aux psychanalystes le rêve inconscient, je ne m’intéresse qu’au rêve éveillé, celui que l’on construit et l’on poursuit comme une œuvre d’art. »

3C’était un homme d’une grande douceur, respectueux d’autrui, très tolérant étant donné son goût extrême pour la liberté. Il n’a jamais voulu d’attaches, qu’elles fussent maritales, politiques ou matérielles. C’était également un grand voyageur, il a d’ailleurs souvent enseigné la philosophie à l’étranger.

4Il était très attaché à la mer et revenait régulièrement au Havre parce qu’il était aussi très attaché à sa mère, qui en femme cultivée a su apprécier et encourager l’œuvre de son fils. Le Havre représente pour lui les souvenirs d’enfance, d’adolescence, l’apprentissage de la vie. Il a connu Le Havre joyeux d’avant la destruction, une ville gaie et vivante. Paris représente la période des études de philosophie. C’est le moment où, avec Salacrou, Dubuffet et Masson, il rencontre André Breton et le groupe surréaliste. Il a eu la chance de faire partie du Paris intellectuel et artistique de cette époque bouillonnante et créative, où, tout art confondu, les artistes fraternisaient.

5Son imagination était si puissante qu’une simple définition encyclopédique sur la vanille puisée dans la bibliothèque familiale s’est transformée en roman, Les Vanilliers, alors qu’à 32 ans il n’était jamais allé dans un pays tropical. Et bien des années plus tard, au retour de Cuba, il m’a dit « c’était exactement comme je l’avais imaginé », car j’ai eu la chance de partager quelques-uns de ses voyages et de ses amis.

6C’est parce qu’il adorait le soleil, la chaleur et la mer que l’Espagne représentait pour lui, comme pour tant d’autres, la fascination exotique de l’époque. C’est d’ailleurs dans la baie de Cadix qu’il a rencontré la mort et là encore ce fut une mort de poète. Pourtant une autre facette de sa personnalité aimait également la nuit, la clarté lunaire et tout le mystère qui s’en dégage. Il a écrit dans « Les réverbères africains » : « Les noctambules sont des gens qui portent un soleil dans le cœur, une lumière si intense que pour la regarder, ils ont besoin de la nuit. »

7Mon oncle était un être rare et délicieux, reconnu et apprécié de ses pairs, Jean Cocteau disait de lui « Georges Limbour mon maître » et Max Jacob qu’il était le nouveau Rimbaud.

8Ses écrits heureusement le rendent à tout jamais vivant.

Auteur

Anne-Marie Limbour contribue à la diffusion des œuvres de Georges Limbour.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search