Version classiqueVersion mobile

Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle

 | 
Anton Sonia

Première partie. Mises en contexte : histoire culturelle et histoire littéraire

La vie culturelle au Havre : cadres, flux, enjeux (1930-1960)

Serge Reneau

Texte intégral

1Figure de proue de l’estuaire de la Seine, finistère de l’Europe et port transatlantique, ville de peintres, Le Havre a suscité au cours du premier XXe siècle une gerbe de représentations, littéraires mais aussi artistiques ; les œuvres qui seront étudiées ici l’attestent. J’y ajouterais volontiers celles, non moins célèbres, de quelques peintres – natifs du Havre, ou proches de leurs amis havrais – qui ont figuré au palmarès de la modernité.

2Ces œuvres dessinent le cadre chronologique d’une étude culturelle du Havre où vivent alors les jeunes Salacrou, Dubuffet, Limbour, Queneau, Bost, depuis la première guerre mondiale, jusqu’à l’effacement des traces majeures de la destruction de la ville, au début des années 1960. En amont, les premiers écrits d’Armand Salacrou, membre des jeunesses socialistes au temps du Rude hiver. Au cœur de la période, des œuvres phares d’écrivains de passage : Céline (Mort à crédit, 1936) et Leiris (L’Âge d’homme, 1939), celle du professeur Sartre (La Nausée, 1938). En aval, celle de Raymond Queneau (Zazie dans le métro, 1959), tandis que la première de Boulevard Durand, donnée au Havre en 1961, viendra clore cette mise en perspective.

  • 1 Un mémoire de DEA d’histoire contemporaine a été consacré à cette question par Géraldine Lefebvre :(...)
  • 2 Pour rependre le texte figurant dans la plaquette de la journée d’études du 28 janvier 2011 sur le (...)

3Au temps où son territoire accédait à une telle personnalité poétique et romanesque1, la ville aurait-elle connu une activité intellectuelle et culturelle conforme à ses qualités d’évocation, et dont on aurait en quelque sorte oublié l’importance2 ? Question de géographie : la proue d’un estuaire, une théorie d’espaces balnéaires, d’hôtels de bains et de casinos, depuis la jetée nord jusqu’au Cap de La Hève ? Ou question de structures d’accueil : la renommée d’un théâtre, l’activité d’un musée, la création et la diffusion musicales, la qualité des travaux érudits des sociétés savantes ?

4Archives, chroniques, mémoires encore vives de la période, permettent d’avancer que cet écart pressenti, loin de renvoyer à quelque amnésie, tient plutôt à certaines formes de repli artistique et culturel. Aussi notre propos consistera-t-il d’abord à expliquer pour quelles raisons, durant cet entre-deux-guerres, puis durant sa reconstruction, cette ville océane, territoire de passages et d’échanges, a connu une sorte de rétraction culturelle qu’aggravait alors la mobilité de ses élites. Il s’agira ensuite de montrer qu’elle ne parviendra à capter des formes et des modèles culturels venus de l’extérieur qu’à partir de 1960 ; quand, devenue ville neuve, elle retrouvera sa brillance artistique de la Belle Époque.

Le Havre, territoire littéraire et de création artistique

  • 3 Voir Édouard Herriot, La Porte océane. Sur les terres des abbayes, les foyers spirituels de Rouen, (...)
  • 4 Voir Alain Tapié, Peindre en Normandie XIXe-XXe siècles, Paris, Imprimerie nationale éditions, 2001
  • 5 Nous reprenons à nouveau le texte de la plaquette de la journée d’études déjà citée, p. 2.

5Convenons tout d’abord que l’estuaire de la Seine et sa Porte océane3 s’inscrivent dans un espace géographique, dont la morphologie, la géologie et l’atmosphère4 ont inspiré peintres et écrivains depuis le XVIIIe siècle ; une terre de peintres, un territoire que l’on a dit littéraire c’est-à-dire « lieu, espace, mentionné ou deviné dans une œuvre, s’inscrivant dans la fiction, l’autofiction et l’autobiographie… point d’ancrage ayant participé à la genèse d’une œuvre5 ». Territoire, c’est-à-dire aire géographique délimitée, constituée d’espaces multiples et différenciés – les quartiers –, et que l’histoire a patiemment façonnés par un maillage de signes, de lieux forts, de marqueurs symboliques. Un territoire structuré par des axes viaires, lieux de rassemblement, de commémorations, voire de flâneries (on songe aux toiles de Raoul Dufy, Fête maritime et visite officielle au Havre, L’Estacade et la plage du Havre conservées au musée Malraux). Un territoire que le pouvoir municipal aménage, organisant, voire encourageant, la diffusion, l’activité, les pratiques culturelles, dans le cadre d’institutions culturelles publiques et privées, foyers de sociabilités savantes et de vie culturelle locale.

6Au cours du premier demi-siècle, ce sont quelques traits permanents de ce territoire qui ont profondément marqué la mémoire juvénile d’écrivains et d’artistes havrais, qui en feront un objet de création littéraire et artistique : ses atmosphères changeantes d’azur et d’argent, une morphologie particulière – dessinant, depuis le Cap de La Hève une baie, sorte d’avant-scène de la ville –, un port.

  • 6 Depuis les œuvres peintes et dessinées (Cherubino Pata, Léon-Auguste Asselineau), les affiches des (...)

7Un pittoresque, maintes fois dessiné depuis les romantiques, peint, affiché, photographié6, et qui, avec le temps, devient constitutif d’une sorte de genius loci, d’esprit des lieux, ayant forgé une identité locale forte. On songe aux phrases de Julien Gracq sur les villes :

  • 7 Julien Gracq, La Forme d’une ville, Paris, José Corti, 1985, p. 1.

[…] la forme d’une ville change plus vite que le cœur d’un mortel… Il arrive que ce cœur, elle l’ait changé rien qu’en le soumettant tout neuf à son paysage, en imposant ses perspectives intimes comme à son génie le canevas de ses rues, de ses boulevards et de ses parcs7.

8Des espaces et des lieux qui constituent cette réalité poétique qu’évoquera Raymond Queneau, auteur d’un portrait littéraire de sa bonne ville en 1954 :

  • 8 Raymond Queneau, « Portrait littéraire du Havre », La Seine-Inférieure, Richesses de la France, Rev (...)

Pour qu’une ville figure honorablement dans le Bottin littéraire, il ne suffit pas qu’elle soit le lieu de naissance des écrivains célèbres, estimables ou simplement nombreux, il faut encore qu’elle produise la réalité poétique et romanesque qui lui donne cette personnalité que le voyageur reconnaîtra ou désire connaître8.

  • 9 Ibid. Quai des Brumes de Pierre Mac Orlan est publié en 1927 et Marcel Carné réalisera le film en 1 (...)

9Il ajoute cependant : « Il faut attendre Mac-Orlan pour que la ville acquière ses dimensions littéraires et sa valeur poétique9. »

10En quoi ces caractéristiques, ces attributs, ces qualités, qui confèrent à ce territoire une « réalité poétique et romanesque », peuvent-ils être considérés comme des conditions de production d’un fait culturel havrais : un patrimoine, des institutions, des activités littéraires et artistiques, des sociabilités et des pratiques ?

  • 10 Cité dans Albert Nicollet, « André Siegfried, la politique et la géographie », André Siegfried et L (...)

11Le Havre, comme l’a dit André Siegfried, est d’abord une « ville accrochée à un port10 ». C’est-à-dire une frontière, un lieu de contact physique – de la mer avec les quais, des marins avec les bistrots, les « boîtes à matelots » –, un lieu de passage entre l’Europe et l’outre-mer. C’est enfin un espace de travail, où s’expriment des passions, des émotions populaires, des mouvements protestataires – grève des charbonniers en 1910, manifestations des ménagères du Rond-Point en 1911, grève des métallurgistes en 1922 – et où se jouent des drames. On notera que le territoire du Havre abrite à cette époque une population très mobile, mais qui stagne : en forte croissance jusqu’en 1911 – elle compte alors quelque 163 000 habitants –, la population tombe à 40 000 en 1944 ; elle ne retrouvera son niveau de 1911 qu’en 1961. Ville cosmopolite, elle brasse des populations d’étrangers (évoquées dans Un rude hiver) et de migrants de l’intérieur, Bretons, Corses, attirés par le développement économique des années vingt. Avant de s’intégrer à la vie havraise, ces petites gens développent dans leur quartier d’accueil des cultures provinciales, régionalistes, qui viendront enrichir les cultures populaires locales : fêtes religieuses et profanes, sociétés folkloriques et musicales, sociabilités d’entraide. Dans le quartier Saint-François, l’Union bretonne du Havre et Les Bretons du Havre prennent en charge l’organisation du pardon de sainte Anne.

  • 11 Voir Jean-Pierre Chaline, « L’explosion havraise 1852-1914 », dans Histoire du Havre et de l’estuai (...)
  • 12 Voir Claude Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Rouen-Caen, Publications des universités de Ro (...)
  • 13 Camille Gutzwiller (1864-1933), courtier maritime et fondateur de maisons de commerce, partage avec (...)
  • 14 Alphonse Saladin (Épinal, 1878 – Le Havre, 1956), conservateur des musées du Havre (1925-1952) ; Re (...)

12Au cours d’un âge d’or qui va du Second Empire jusqu’en 191411, le port atlantique et la voie séquanienne ont attiré depuis l’Angleterre et l’Alsace le monde des affaires et du négoce12, les Siegfried, les Gutzwiller13, et les Meyer ; le fronton de l’Hôtel de ville en faux Louis XIII, œuvre de Brunet-Debaines, ne porte-t-il pas alors les armes du commerce et de la navigation ? Tandis que la ville frontière et carrefour, avec ses casernes, ses douanes, ses activités commerciales, draine depuis Paris et la province des familles de militaires, de fonctionnaires, et de professeurs : les Destouches, Limbour, Honegger et Braque, mais aussi les Saladin, Arnould et Tardif14 qui ont compté dans la production du culturel local.

13Porte océane des exilés, des émigrants d’Europe vers l’Amérique, ville d’accueil voire ville terminus pour les plus fragiles qui devront rester puis s’établir, Le Havre est surtout devenue une ville étape pour les touristes et les villégiaturistes des trains de plaisir. Elle a vu s’embarquer aussi des écrivains et des artistes partis à la conquête de l’Amérique : Duchamp pour exposer à l’Armory Show en 1913, puis Léger et Matisse ; Dubuffet et Sartre y séjourneront à la Libération, tandis que les formes pré et post parkériennes du jazz, ainsi que les pratiques culturelles d’outre-Atlantique emboîteront le pas aux derniers GI’s.

  • 15 Voir Christiane Maubant, Plages. Chroniques du littoral havrais, catalogue de l’exposition, Musées (...)
  • 16 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, 19 (...)

14Aussi développe-t-elle depuis le XIXe siècle des loisirs et des activités balnéaires de front de mer15. Considérés jusque-là comme des « territoires du vide16 », ces espaces sont devenus palais, casinos, hôtels de bains, cadre de fastueuses fêtes maritimes, restituant les atmosphères légères des toiles de Boudin, les images jubilatoires de Dufy, mais aussi les publicités touristiques des Chemins de fer du Nord, du casino et des régates en baie de Seine.

  • 17 Sandy Hook, né Georges Taboureau (1879-1960), peintre de la Marine. Ses œuvres (huiles, gouaches, a (...)

15La vie culturelle havraise, comme du reste la vie au quotidien, demeure tout imprégnée de mythologies portuaires. Les alignements de cargos des Chargeurs réunis renvoient aux images exotiques d’Albert Brenet, tandis que les paquebots de la French Line deviennent affiches de mystère et de luxe chez Sandy Hook17, autant d’œuvres qui ont enrichi les collections des musées. Quant à l’aventure coloniale et, avec elle, la soldatesque et le négoce, elle a fait du Havre un centre d’enseignement et de recherche : en 1908, la municipalité installe l’École technique coloniale qui deviendra École technique d’outremer du temps de Théodore Nègre ; en 1938, André Siegfried crée l’Institut de sociologie économique qui s’enrichira d’un Centre d’étude de psychologie des peuples en 1945. C’est au cours de ce premier XXe siècle que le Muséum deviendra le dépositaire de remarquables collections ethnographiques africaines (Archinard) et océaniennes (Le Mescam).

  • 18 Charles Vildrac, Le Paquebot Tenacity, Paris, Gallimard, 1920.

16Il reste que l’espace portuaire, avec ses quais des chagrins et ses quartiers sans joie où se vident des querelles et où se jouent des drames sociaux, inspire des œuvres jouées avec succès dans les salles de la ville depuis Paquebot Tenacity18, pièce de Charles Vildrac portée au cinéma par Julien Duvivier en 1934, puis au théâtre, jusqu’à l’intrigue de Quai des Brumes transposée, il est vrai, de Montparnasse au Havre par Marcel Carné en 1938. C’est encore le réalisme poétique et le fantastique social qui constituent le climat lourd et pesant du film de Marcello Pagliero Un Homme marche dans la ville (1949). On sait enfin que l’épisode dramatique d’un conflit social entre le syndicat des dockers et le patronat local a nourri « l’œuvre mémoire » d’Armand Salacrou Boulevard Durand, créée au Havre au cinéma ABC, puis à Franklin, la maison des syndicats, durant l’automne 1961.

17En somme, parce qu’elle est faite de lieux, de représentations et de pratiques, la vie culturelle traduit les configurations mêmes de la vie sociale. Lorsqu’en 1932, paraît La Porte Océane d’Édouard Herriot, les cultures havraises se sont constituées depuis longtemps déjà sur de fortes oppositions de classes. On pourrait dire, en grossissant le trait, qu’au boulevard Maritime résidentiel et touristique répond, à l’est, le boulevard Durand, espace industriel et « monde du travail ».

  • 19 Depuis 1898, le Cercle Franklin accueille la Bourse du travail, puis les syndicats ouvriers ; il de (...)

18Ici, le peuple du Havre : employés, dockers, travailleurs du port, ouvriers des chantiers ; le peuple des quartiers, des petites gens, des gens de peu, celui de la boutique, des petits commerçants que sont les Queneau (merciers), les Salacrou (herboristes), les Dubuffet (commerce de vins). Toute une population bigarrée installée dans les faubourgs situés à l’est du Cercle Franklin et du Cours de la République, lieux de la mémoire ouvrière19.

19Là, sur les flancs encore verdoyants du coteau et dans les résidences de luxe jouxtant les maisons de commerce du boulevard de Strasbourg, vit une bourgeoisie du négoce colonial et international. Cosmopolites, ces « Havrais de la Côte », ont installé quelque temps au Havre la modernité parisienne (Olivier Senn, Charles Marande, Camille Gutzwiller), en même temps qu’ils présidaient aux affaires culturelles de la ville. Évoquant la villa de son enfance, André Siegfried se souvient :

  • 20 André Siegfried, « Mes souvenirs de la Troisième République, vers 1880-1890 », Études normandes, no(...)

Le Bosphore était en outre, sinon un centre intellectuel, du moins un foyer d’idées nouvelles… Il y avait table ouverte pour tous, pour tel conférencier qu’on avait applaudi la veille à la Lyre havraise ou au Cercle Franklin… Cette ville possédait dans tout le pays un singulier pouvoir d’attraction20.

  • 21 Voir Serge Reneau, « Culture et politique, 1944-1965 », dans Politiques et pratiques culturelles au (...)

20Enfin, on ne saurait comprendre les formes et la respiration de cette vie culturelle au Havre sans les inscrire dans la conjoncture des années 1930-1960 : crises des années trente qui viennent de toucher de plein fouet la prospérité d’une cité, puis ville rasée par la guerre, fracturée, écartelée par les tensions et les conflits de guerre froide21.

Espaces, cadres et formes de la vie culturelle

  • 22 Albert Nicollet et François-Jean Gay, « Dynamisme social et croissance urbaine », Cahiers de sociol (...)

21Durant le premier demi-siècle, la vie culturelle – entendue comme un ensemble d’institutions et d’acteurs localisés, de manifestations à caractère intellectuel, artistique, et de pratiques sociales – reflète assez fidèlement ces cloisonnements sociaux, et surtout la faible porosité sociale d’une ville que l’on a dite alors incommunicante22.

  • 23 Serge Reneau, « L’École et l’éducation artistique : acteurs, structures, enjeux », Cahiers de socio (...)
  • 24 Alain Leménorel, « Le Plateau : une sociabilité sous contrôle au XXe siècle », Études normandes, no(...)

22En outre, cette vie culturelle reproduit localement trait pour trait un système culturel constitué au temps de la Restauration et du Second Empire, puis développé durant la Troisième République23. Il repose sur un dispositif distinctif, voire discriminant, consacré par les institutions d’excellence au centre-ville. Tandis que, sur les marges et les périphéries, les pratiques sociales et culturelles se construisent dans le cadre du travail et de la vie de quartier, comme l’ont excellemment montré les travaux d’Alain Leménorel24 sur les sociabilités ouvrières formées au sein de la Société métallurgique de Normandie sur le plateau de Mondeville aux XIXe et XXe siècles.

  • 25 Voir Jean-Pierre Castelain, Manières de vivre, manières de boire, Paris, Imago éditions, 1989.

23Nous examinerons les raisons pour lesquelles la profonde coupure de la guerre, avec son cortège d’exodes et de destructions du centre historique, en forçant les replis sur les territoires épargnés des quartiers, en réactivant des sociabilités de village25, a pu accentuer les inégalités sociales et les écarts culturels en pérennisant cette dichotomie ancienne des cadres matériels et institutionnels de la vie locale.

Des espaces culturels cloisonnés

  • 26 Le Havre et ses théâtres : 1810, incendie du théâtre de la Citadelle ; 1843, incendie du 1er théâtr (...)
  • 27 Le fonctionnement des musées associe, autour des conservateurs, des élus, des notables qui siègent (...)

24Délimitons en premier lieu le territoire du savant. Ses lieux d’excellence, d’enseignement des humanités et de diffusion artistique, ses réseaux et ses circuits des sociabilités savantes, ont été implantés sur les axes majeurs du cœur historique de la ville jusqu’aux nouveaux quartiers résidentiels et d’affaires (Hôtel de ville, bassin du Commerce, boulevard de Strasbourg, place Thiers). Au cœur de la cité, il est avant tout affaire d’institutions. Installées dans des édifices, des monuments, qui figurent au patrimoine de la cité, elles témoignent d’un âge d’or révolu et d’une connivence passée entre les arts, l’industrie et le négoce. Le Muséum et la statue du maître constructeur de navires, Augustin Normand, s’imposent sur la place du Vieux-Marché, ancienne place des Cannibales, tandis que le Grand Théâtre26 domine à l’ouest l’espace ouvert du bassin du Commerce (1844) depuis la place Gambetta. Quant au musée des Beaux-Arts27 (1845), de facture néo-classique et dont le parvis accueille quelque temps les statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne, il borde noblement le Grand Quai.

  • 28 Lettre à Raynold Arnoult, Catalogue de l’exposition Mario Prassinos, Musée-Maison de la Culture, ma (...)
  • 29 Catalogue de l’exposition Armand Salacrou, Ville du Havre – Bibliothèque municipale, marsavril 1980

25Dans un beau texte envoyé à son ami Mario Prassinos, à l’occasion d’une de ses expositions présentées au Musée-Maison de la culture en 1964, Raymond Queneau évoque son rapport déjà « imaginaire » au musée de son enfance : « Je dois avouer que je n’y allais pas souvent. Le tableau majeur pour moi, c’était L’Interdit de Jean-Paul Laurens dont je pouvais examiner à loisir la reproduction dans le nouveau Larousse28. » De son côté, Salacrou dit avoir assisté29 avec ses parents à des spectacles d’opéra au Grand Théâtre (Carmen de Bizet, Faust de Gounod), et fréquenté le dimanche la terrasse de la brasserie Tortoni.

26Au débouché de la rue de Paris, face au Grand Quai, le musée des Beaux-Arts, qui figure dans le « Bouville » de La Nausée, avec ses encombrements de marbres et de plâtres et ses alignements de peintures sur de tristes cimaises, à l’instar de nombreux musées de province, vient de s’enrichir pourtant d’œuvres modernes et d’artistes vivants. La visite qu’y effectue alors Antoine Roquentin, réduite à une improbable galerie de portraits ainsi qu’à une mordante critique sociale, ajoute comme une touche mélancolique à son malaise existentiel :

  • 30 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Paris, Gallimard, « Folio », 1996, p. 122. Alphonse Saladin a fréquent (...)

Je traversai rapidement la pénombre du vestibule. Sur les dalles blanches et noires, mes pas ne faisaient aucun bruit. Autour de moi, tout un peuple de plâtres se tordait les bras. J’entrevis en passant, par deux grandes ouvertures, des vases craquelés, des assiettes, un satyre bleu et jaune sur un socle. C’était la salle Bernard Palissy consacrée aux arts mineurs. Mais la céramique ne me fait pas rire. Un monsieur et une dame en deuil contemplaient respectueusement ces objets cuits30.

27Parmi les lieux structurant ce domaine savant, figure encore en bonne place le lycée, celui des Dubuffet, Salacrou, Queneau, et autres Limbour. Situé à proximité de l’Hôtel de ville, que d’aucuns nomment pour quelque temps encore le Petit Louvre, et l’Hôtel des sociétés savantes, il entretient avec quelques librairies et galeries d’art une sorte de respiration intellectuelle dans la ville. Des professeurs, horsains pour la plupart, comme Aron et Sartre, y enseignent alors la philosophie. À l’occasion de la distribution solennelle des prix, ce dernier promeut devant les élèves rassemblés l’art de masse que devient le cinéma :

  • 31 « Discours du 12 juillet 1931 aux élèves du lycée », dans la plaquette Jean-Paul Sartre et Le Havre(...)

Or, cet univers neuf, je dis que vous vous y retrouvez fort bien : vous avez acquis une habileté certaine à vous orienter dans le dédale de ses intrigues, de ses symboles et de ses rythmes. J’ai vu des hommes cultivés qui s’y perdaient, faute de fréquenter les salles de projection. Mais vous qui les hantez, bien que, peut-être, vous ne puissiez encore mettre en forme vos impressions ni vos pensées, vous y êtes tout à l’aise : rien ne vous échappe, rien ne vous déçoit31.

28Centre névralgique de la culture savante, l’établissement abrite depuis 1904 la Bibliothèque municipale, refuge triste et étroit de l’autodidacte de La Nausée. S’y constituent des sociabilités d’anciens élèves sur un mode culturel mondain.

  • 32 Voir Françoise Cohen, L’École des Beaux-Arts du Havre. Les premières années, Recueil de l’Associati (...)
  • 33 Charles Lhullier (1824-1898), conservateur du musée et directeur de l’école des Beaux-Arts, qui eut (...)

29Dans son environnement immédiat se situent des lieux de formation et de diffusion artistiques : l’école des Beaux-Arts32 qui a eu ses riches heures au temps de son directeur et conservateur du musée des Beaux-Arts Charles Lhullier33 ; des salles et des installations municipales – salle de la Lyre havraise, salles de concert des rues Henri-Génestal et Lord-Kitchener, kiosque à musique du square Saint-Roch – qui accueillent des conférences et des programmes artistiques ; enfin l’Hôtel des sociétés savantes où se perpétuent les sociabilités érudites.

  • 34 Le Cercle Franklin se présente à l’origine comme une « association » d’éducation populaire. Créée à (...)

30Plus à l’est et au sud, au-delà de l’axe cardinal du cours de la République, s’étend le territoire des cultures populaires et ouvrières. Ici, peu d’institutions. Plutôt des foyers paroissiaux qui accueillent les associations de loisirs et d’éducation populaire, des salles municipales, des cinémas, et surtout la Maison des syndicats, la salle Franklin34. Ces cultures ont pour théâtre l’espace public, ouvert, celui des défilés et des fêtes.

31Deux configurations coexistent donc, qui se distinguent par leur inscription dans l’espace, mais aussi par leur mode de gestion.

Le culturel régi : un problème de visibilité

32Municipal, institutionnel et professionnel, le culturel régi est investi d’une triple mission : conservation et transmission du patrimoine, formation et diffusion artistiques et littéraires. C’est dans son sillage qu’évolue le monde de la culture dite légitime.

  • 35 Le compositeur André Caplet (1878-1925), prix de Rome 1901 ; Henry Woollett (1864-1936) ; Arthur Ho (...)

33Avec les musées, ce sont les arts de la scène qui occupent alors une place de choix sur l’affiche culturelle locale. Le Grand Théâtre et les salles municipales accueillent les spectacles lyriques (opéra, opérettes), les concerts symphoniques, la musique de chambre et les récitals. En somme, un riche répertoire de facture classique qui a bénéficié dans le domaine musical de la présence au Havre de compositeurs reconnus35, ainsi que d’actives entreprises musicales, les concerts de la Schola cantorum, de la Société philharmonique, de la Société de propagande musicale, parrainées il est vrai par de grands noms (Caplet, Woollett, Damais).

34Tel n’est pas le cas du domaine lyrique et de l’art dramatique. Au cours des années 1930, par souci de rentabilité, la direction du Grand Théâtre s’est engagée dans une politique de facilité privilégiant les formes légères du mélodrame et du vaudeville (Sidonie Panache, Les 28 jours de Clairette). Aussi, dans la ville d’Armand Salacrou, rares sont les tournées des théâtres parisiens (théâtre Antoine, Vieux-Colombier, Comédie Française) qui font les frais des succès que connaissent dans ce domaine les spectacles populaires. La production et la diffusion de l’art dramatique resteront longtemps au Havre une affaire de troupes de théâtre amateur.

  • 36 Voir Loïc Vadelorge, « Conditions et limites de définition d’une politique culturelle : l’exemple r (...)
  • 37 Julien Guillemard (1883-1960) fonde la revue La Mouette en 1917, qui accueille des textes et des ét (...)
  • 38 Voir Mauricette Vinay, Un demi-siècle de vie musicale havraise avec Blanche Vinay-Leconte (1888-196 (...)
  • 39 Bernard Esdras Gosse, fondateur du Salon d’automne (1949), Jehan Le Pôvremoyne (1903-1970), Jean Bi (...)
  • 40 Alphonse Saladin, Le Petit Havre, 3 décembre 1934.

35Dans la proximité immédiate de ces institutions, comme pour en prolonger leur mission, se greffent les réseaux autorisés du savant. Ici, des sociétés productrices et gardiennes vénérables de l’histoire locale, de la conscience patrimoniale, ainsi que des représentations édifiantes du local36. Là, des cercles d’écrivains et d’artistes autour d’une revue, La Mouette37, puis d’un Salon des poètes normands, multiplient les initiatives pour un croisement des arts ; ils rassemblent des journalistes écrivains, tels Bernard Esdras-Gosse et Jehan Le Pôvremoyne, des musiciens de renom, Henry Woollett, Émile Damais38, des artistes qui exposent dans les galeries d’art de la ville : Jean Biette, René et Henri de Saint-Delis, le peintre de la Marine Bernard Lachèvre39, le peintre de la guerre et des paysages d’estuaire Albert Copieux, et le sculpteur Alphonse Saladin. Associatif ou institutionnel, ce domaine est pourtant réduit à une audience pour le moins confidentielle : on pense au mode de recrutement par parrainage pour les sociétés savantes, aux barrières symboliques et matérielles qui limitent l’accès à la lecture publique, à la scénographie encombrée et sévère du musée des Beaux-Arts, ou encore à l’indigence des enseignements dans les domaines artistiques que déplore le sculpteur conservateur Alphonse Saladin : « ce qui manque au public, c’est une éducation. C’est ce qui explique pourquoi les gens délaissent le chemin du musée40. »

  • 41 Voir Philippe Valetoux, « Frascati, vie et mort d’un mythe balnéaire havrais », Cahiers havrais de (...)
  • 42 Georges Priem, Recueil des conférences, Société havraise d’études diverses, 1959, p. 23.

36Ce faible développement du domaine savant, des institutions et acteurs subventionnés, ouvre donc de larges espaces au marché des biens culturels. Celui du tourisme balnéaire, saisonnier et mondain, des régates aux spectacles organisés, depuis le Casino Marie-Christine, jusqu’à l’Hôtel de bains Frascati qui enregistre et transmet des concerts41, accueille l’excellence des formations lyriques et symphoniques de la ville. « Il est peu de bâtiments de notre ville qui aient été aussi activement mêlés à la vie mondaine, politique, maritime et commerciale du Havre42 », reconnaîtra, non sans quelque fierté, Georges Priem dans le cadre d’une conférence donnée à la Société havraise d’études diverses. On remarque également le développement des marchés des galeries d’art et des librairies (Loisel, Dombre, Delahaye, La Vigie). Celui du cinéma, devenu art de masse, bien implanté dans les quartiers, et qui attire un large public populaire. Celui enfin de la libre entreprise musicale, associant professionnels et bénévoles dans le cadre privé des structures associatives.

  • 43 Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, op. cit. t. 1, p. 263-278.
  • 44 « La grande misère de la musique au Havre », Le Havre libre, 15 octobre 1946. André Caplet et Henry (...)
  • 45 La brève floraison de troupes à la Libération issue de la filière populaire confessionnelle (Étudia (...)

37Le monde artistique ne sortira pas indemne de la « table rase » et de l’exode43. La destruction du Grand Théâtre, des musées, de nombreuses salles municipales, touche une génération de Havrais et entraîne le départ de nombreux professionnels des arts de la scène ainsi que le déplore à la Libération le chroniqueur de la vie artistique locale : « l’un après l’autre nos artistes de valeur abandonnent une ville sans concerts ni théâtre44. » Durant la Reconstruction, l’activité littéraire et artistique s’est repliée sur un espace central de substitution : la bibliothèque et son cercle littéraire « Recherches » créé en 1949, le lycée et l’Institut de psychologie des peuples où l’on traite d’économie portuaire (Pierre Mantel et Marcel Hérubel), d’ethnologie et d’africanisme (Georges Balandier). À l’exception des librairies et des galeries d’art qui se réinstallent sur les marges puis dans l’espace reconstruit (La Vigie, Loisel, Hamon), et des spectacles diffusés dans les salles de cinéma et au Petit Théâtre (1952), la pratique théâtrale et musicale est demeurée jusqu’aux années soixante, une activité d’amateurs45.

38On l’a compris, l’univers « savant », institutionnel et associatif, ne constitue pas au cours de la période l’élément le plus visible, le plus accessible de la vie culturelle locale.

La prédominance du populaire

  • 46 Jean Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986.
  • 47 Armand Frémont, La mémoire d’un port. Le Havre, Paris, Arléa, 1997, p. 128.

39Tel n’est pas le cas des cultures populaires qui constituent bien l’élément le plus vivant de la vie sociale au Havre entre 1930 et 1960. Ce qu’a d’ailleurs remarquablement démontré Jean Legoy46 dans Cultures havraises, à travers l’étude des objets, des spectacles et des pratiques. Décrivant la société culturelle havraise de son enfance, Armand Frémont a accentué le trait : « La culture du peuple du Havre se contente de peu, ses fondements ne sont en aucune manière intellectuels : racines rurales, cauchoises et régionales, cultures constituées dans l’exercice des petits métiers… Elle ne s’appuie pas comme ailleurs sur les institutions habituelles47. » Au critère sociologique qui fonde ces pratiques – la dominante populaire des publics, des visiteurs, des spectateurs – s’ajoutent surtout leurs conditions de formation et d’exercice. Ici, les sociabilités dominent : sociétés orphéoniques, groupements folkloriques, comités de quartiers, associations de loisirs. Leur organisation apparaît comme fortement territorialisée : l’espace public, places et rues, où se déploient les spectacles de cirque, les défilés de chars, et les corsos fleuris ; le quartier, où se forment des groupements artistiques et culturels à caractère identitaire (fanfare Gravillaise, groupement amical des trompettes des Acacias, Musique de la Douane) ; mais aussi les établissements industriels et commerciaux dont les dirigeants, pour des raisons morales et de prestige, encouragent la formation de classes musicales, d’orchestres symphoniques (Les Cheminots havrais) et de cercles artistiques ; enfin les usines avec leurs groupement corporatifs (Tréfileries et Laminoirs du Havre, Forges et chantiers de la Méditerranée), puis leurs comités d’entreprise après 1945. Des cultures ouvrières « militantes », des cultures de combat, ont émergé quelque temps dans le cadre syndical au temps du Front populaire (l’éphémère Groupe artistique ouvrier). Elles se sont durablement constituées durant les années 1950, avec la création à Franklin du premier salon des peintres artistes ouvriers (1952), puis, sous l’égide du syndicat des dockers, lors de l’organisation de la première de Boulevard Durand (1961), dans la salle où cinquante ans plus tôt, Jules Durand avait lutté et vécu :

  • 48 Armand Salacrou, Boulevard Durand. Chronique d’un procès oublié, Paris, Gallimard, 1961, p. 274, no (...)

Quand, au début de la deuxième partie, Jules Durand décide de cesser le combat et commence à chanter l’Internationale, toute la salle se leva et la reprit en chœur. J’avais le sentiment que de nombreux spectateurs venaient au théâtre probablement pour la première fois. Le traître se faisait huer. On retrouvait un public du XIXe siècle48.

  • 49 Voir Serge Reneau, « L’éducation populaire au Havre durant la seconde moitié du XXe siècle », La Re (...)

40L’univers du populaire s’impose aussi dans les structures privées de la scène et de l’écran : l’opérette et la revue aux Folies Bergères puis au Petit Théâtre à partir de 1952. Il triomphe dans les salles de cinéma, celles des faubourgs, puis celles reconstruites au cours des années 1950 dans le centre-ville (Kursaal, ABC, Alhambra, Select, Empire). Il gère également le bagage des loisirs culturels des jeunes Havrais dans le cadre des réseaux d’éducation populaire (action catholique et protestante, action laïque). Un des rares domaines susceptibles, il est vrai, de transgresser les clivages de classes49.

  • 50 Voir Fred Kupferman, Les Premiers Beaux Jours, 1944-1946, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

41Autant de raisons pour lesquelles les cultures populaires qui se sont développées dans la fête et l’esprit du Front populaire, puis dans la liesse de la Libération50 se sont exprimées au Havre sans solution de continuité jusqu’aux années 1960. Autant dire qu’elles ont constitué le phénomène le plus visible du fait culturel havrais.

Les gestions de l’offre culturelle : le central et le local

  • 51 Voir Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris (...)

42Il reste que ces formes de cloisonnement, de rétraction, de repli sur le local de la vie culturelle, relèvent aussi du déficit de l’action culturelle publique et, partant, des choix politiques des municipalités51.

  • 52 Le musée des Beaux-Arts, inauguré en 1845, a abrité jusqu’en 1904 la bibliothèque municipale qui se (...)

43L’indigence d’une armature institutionnelle municipale a été évoquée. Qu’il s’agisse de l’absence d’école municipale de musique jusqu’aux années cinquante, de la relégation de la bibliothèque municipale dans le lycée, de la dégradation des équipements du Grand Théâtre, ou encore de l’exiguïté des espaces du musée52. Il est vrai que, des années trente aux années soixante, la conjoncture a conduit les municipalités à fixer des priorités de gestion. La crise des années 1930, puis la guerre, la reconstruction et son cortège de crises financières, ont différé les projets culturels municipaux : abandon du projet de Théâtre expérimental (1948), reports successifs de la reconstruction du Grand Théâtre jusqu’à l’inauguration du Théâtre municipal (1967), du musée des Beaux-Arts (1961), du Muséum (1973).

  • 53 Voir Pascal Ory, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front Populaire, Paris, P (...)

44L’absence d’ambitions culturelles des municipalités successives résulte également de choix politiques délibérés. Les municipalités dirigées par le radical Léon Meyer ont géré la culture sur un mode libéral et sur fond de clientélisme. Elles n’ont pas relayé les initiatives et les impulsions du Front populaire53. De là, certaines formes de décrochage artistique par rapport à la Belle Époque. Aussi se sont-elles accommodées des cloisonnements culturels hérités, contribuant même à les accentuer.

  • 54 Voir Jeanne Laurent, Arts et pouvoirs en France de 1793 à 1981. Histoire d’une démission artistique(...)

45Pour autant, cette faiblesse du système culturel local, certes commune alors à celle de bien des villes de province, s’est trouvé aggravée par ce que Jeanne Laurent a nommé la « démission de la République en matière artistique54 ». Tant pour ce qui concerne une quasi-absence de coopération culturelle entre la collectivité locale et les administrations culturelles centrales, de diffusion artistique entre Paris et le finistère normand, que pour ce qui relève du domaine de la décentralisation théâtrale lancée par Charles Dullin dès 1937 et développée par la jeune sous-secrétaire d’État aux spectacles entre 1947 et 1951. Jusqu’à l’inauguration du Musée-Maison de la culture le 24 juin 1961, la décentralisation culturelle est donc bel et bien restée une utopie au Havre.

  • 55 Un Groupe artistique ouvrier, une Maison du peuple, un Collège du travail ont connu une brève exist (...)
  • 56 Cité dans Philippe Poirrier (art. cité, p. 14) ; Gaston Gérard est maire de 1919 à 1935.

46Il est vrai que jusqu’aux années soixante, les cultures politiques et syndicales ne sont pas parvenues à présenter une alternative55 : qu’il s’agisse des communistes ou des anarcho-syndicalistes au temps du Front Populaire puis au cœur des années de guerre froide, ou même des réseaux savants au cours de la période. Aussi avons-nous bien à faire là à une sorte de provincialisme culturel du bout du monde, de repli sur le local dont témoigne la chronique dijonnaise à l’époque de la municipalité de Gaston Gérard : « Oui, habituons-nous à ne plus rien attendre de Paris. Soyons convaincus qu’avec nos gloires, nos richesses, notre goût original et sûr, nous n’avons rien à lui envier. Restons donc chez nous, défendons nos arts et notre patrimoine, conservons jalousement notre personnalité56. »

Un « territoire » entre Paris et l’espace atlantique

47Le paradoxe, c’est qu’au Havre la vie culturelle fleure bon le local quand sa géographie et son histoire ont fait pourtant de cette ville un lieu de passage, un monde mouvant, un territoire qui accueille mais aussi d’où l’on part.

48Frontière avec les États-Unis, port des migrations transatlantiques, Le Havre, l’américaine, a vu déferler, comme on l’a vu, les avant-gardes européennes dans le sillage du Rouennais Duchamp vers l’Armory Show en 1913. Puis ce furent des surréalistes, des architectes et des intellectuels qui prirent le relais durant les années quarante. Venu d’Amérique, le jazz façon Nouvelle Orléans s’est ancré sur les scènes du Havre durant l’entre-deux-guerres et surtout après la Libération. Au vrai, dans le sens Paris-Le Havre, le mouvement est plus ancien ; depuis le XIXe siècle, poètes, artistes et critiques d’art ont fréquenté de façon régulière les villes de l’estuaire : Baudelaire y a rencontré Eugène Boudin, le Cercle de l’art moderne y a accueilli entre 1906 et 1910 de prestigieux interprètes d’œuvres contemporaines (Debussy et Ravel), au cours des années trente, Céline et Leiris y ont séjourné, Aron et Sartre y ont enseigné.

  • 57 Armand Frémont, Le Havre. La mémoire d’un port, Paris, Arléa, 1997, p. 128.

49Il se trouve cependant que quelques belles figures du monde des lettres et des arts du XXe siècle sont aussi originaires du Havre, ville qui a nourri leur mémoire, leur imaginaire et leur force créatrice. Comme le signale Armand Frémont, « peu de villes comptent autant de créateurs, particulièrement parmi les peintres, les écrivains, les musiciens. Et peu de villes ont autant de fois servi de cadre à des œuvres de renom57. »

  • 58 Michel Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1997.
  • 59 Cité dans Jacques Berne, « Rien que la peinture », dans Gilles de La Porte (dir.), Le Havre. Volont (...)
  • 60 L’étude prosopographique révèle l’appartenance de ces élites au monde du négoce (André Siegfried), (...)

50À l’instar de leurs aînés Boudin, Friesz et Braque, Armand Salacrou (1899), Georges Limbour (1900), Jean Dubuffet et Pierre Bost (1901), Raymond Queneau (1903), forment, à l’orée du XXe siècle, cette cohorte de jeunes gens qui vont fréquenter le lycée, l’école des Beaux-Arts, le cinéma muet et le Théâtre-Cirque, les cafés et surtout la plage. Cette génération a vécu sa jeunesse dans un Havre de l’âge d’or, un des foyers de la modernité musicale, artistique, alors en étroite relation avec Paris. À la suite de la Société des arts, le Cercle de l’art moderne a rassemblé au temps de leur jeunesse, de 1906 à 1911, dans le cadre d’expositions, de conférences et de concerts, quelques grands maîtres de la création du moment ; Dufy, Friesz et Braque ont siégé au comité de peinture, André Caplet et Henry Woollett ont fait connaître aux Havrais les œuvres de Debussy et de Ravel ; quand Serge de Diaghilev triomphe à Garnier avec les ballets du Mariinski, les mélomanes havrais s’ouvrent au folklore russe que traduisent les immenses fresques symphoniques et lyriques du groupe des cinq. C’est la guerre qui va constituer pour ces adolescents l’événement générationnel marqueur. Comme le remarque Michel Winock : « la guerre a mis en relation de jeunes hommes qui se sont reconnu mêmes aspirations et mêmes refus58. » On peut aisément imaginer ce que furent de tels refus chez ces jeunes Rastignac attirés par le rayonnement artistique de la capitale au début des Années folles. Celui des contraintes familiales pour Dubuffet qui avouera plus tard : « Stendhal étudiait les mathématiques parce qu’il se disait : les mathématiques me tireront de Grenoble. La peinture m’intéressait beaucoup ; le prétexte d’étudier la peinture allait me tirer du Havre59. » Pour d’autres, il s’agit plutôt d’un rejet du monde de la boutique60, de la monotonie et du conformisme culturel de la sous-préfecture de Seine-Inférieure. Sur cette fuite vers Paris des élites, comme sur le climat culturel de la ville océane, les témoignages abondent. Jeunes bacheliers, ces jeunes gens vont gagner la capitale pour étudier la philosophie, la médecine, les académies de peinture et les galeries d’art. L’attraction qu’exerce ce Paris des Années folles sur ces jeunes esprits, une fois passé le temps des universités, c’est le bouillonnement littéraire des revues et des manifestes ; ce sont encore les ateliers d’artistes, celui de Masson rue Blomet, la Ruche et ses pensionnaires de la première École de Paris. C’est aussi l’audace des galeries d’art, celle de Kahnweiler-Simon et de Louise Leiris, où se côtoient artistes et poètes : Queneau, Dubuffet, Limbour y rencontrent les peintres Braque et Masson, Léger et Beaudin. Aussi, la notoriété qu’ils vont rapidement acquérir dans le cadre des avant-gardes artistiques et littéraires, de Montmartre jusqu’à Saint-Germain-des-Prés où s’opère, à la Libération, une révolution des langages littéraires et plastiques, contraste-t-elle avec les formes d’isolement et de repli que connaissent les acteurs de la vie culturelle au Havre des années trente aux années quarante : les œuvres de Dufy et de Braque tardent à entrer dans les collections du musée, le théâtre de Salacrou devra attendre la liesse de la Libération pour figurer à l’affiche des cinémas de la ville meurtrie.

  • 61 Voir Emmanuelle Loyer, Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil. 1940-1947, Par (...)
  • 62 Voir Gérard Régnier, Jazz et société sous l’Occupation, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales. Mu (...)

51Toutefois, dans la ville martyrisée que décrira Michel Leiris en décembre 1945, deux phénomènes vont durablement changer la donne. C’est d’abord la Libération qui va en quelque sorte révéler l’attraction artistique de New York61 : architectes (Perret), musiciens et peintres (Duchamp, Dubuffet, Léger, Arnould), acteurs dramatiques (Jouvet, Barrault), intellectuels (Sartre), œuvres d’art (tapisseries et peintures convoyées par les Musées de France), transitent par le port encore dévasté, de même que les jazzmen américains qui y font étape, sur leur itinéraire obligé vers Saint-Germain-des-Prés : Duke Ellington en 1950, puis Benny Goodman et Sydney Bechet qui donnent des concerts dans les salles de cinéma. Désormais, le jazz Nouvelle-Orléans puis post parkérien, vont s’installer durablement au Havre et vont y être enseignés : les tenants d’Hugues Panassié ouvrent la voie en créant en 1945 une section locale du Hot club de France, suivis par les « modernes » qui fonderont quinze ans plus tard le Jazz Union de la Porte océane62 (1961).

  • 63 Voir Serge Reneau, « L’institut Havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples : ta (...)

52Le contexte du plan Marshall et la reprise des échanges commerciaux avec l’Amérique confèrent une impulsion nouvelle à la vie intellectuelle du Havre : les conférences données à l’Institut havrais par Raymond Aron, André Siegfried et Jean Gottman63, traduisent assez bien l’attraction qu’exerce sur les milieux libéraux la civilisation américaine. Culture et idéologie se déclinent aussi au sein d’une Association havraise franco-américaine qui multiplie les causeries illustrées sur le cinéma hollywoodien, le jazz et l’American way of life.

  • 64 Le Havre libre, 5-6 juin 1954

53La « Ville brûlée vive » suscite des enjeux de mémoire et quelquefois des retours : des expositions d’artistes et des concerts donnés par des Havrais de Paris sont organisés en faveur de la reconstruction : Raoul Dufy, Othon Friesz et leurs amis artistes vendent des œuvres au profit des sinistrés. Dans une ville sans théâtre, Serge Reggiani interprète le drame d’Armand Salacrou Un homme comme les autres au cinéma Rex. Autant dire que l’impulsion venue de Paris réactive les réseaux du théâtre amateur créés au temps du Front populaire et reconstitués à la Libération dans le cadre de mouvements d’éducation populaire confessionnels et laïques : Théâtre 44, le Colombier des Ormeaux, les Étudiants comédiens. À l’occasion du dixième anniversaire de la libération de sa ville, le quotidien Le Havre libre64 fait paraître un « Portrait littéraire du Havre » de Raymond Queneau, tandis qu’André Siegfried séjourne au Havre à l’occasion des décades organisées par le philosophe Abel Miroglio durant les années cinquante.

  • 65 Reynold Arnould (Le Havre, 1919 – Paris, 1980), premier grand prix de Rome en 1939, chargé d’une mi (...)

54Surtout, d’Amérique proviennent des formes et des modèles culturels nouveaux. L’artiste Reynold Arnould65, premier grand prix de Rome en 1939, qui a effectué aux États-Unis une mission d’étude sur les musées en 1946, fréquenté les galeries et les artistes américains, vient d’être chargé en 1952, en qualité de conservateur, de la reconstruction du musée des Beaux-Arts. Boîte de verre et d’aluminium qu’ouvre vers l’océan le Signal, œuvre abstraite d’Henri-Georges Adam, le nouveau musée accueille une muséographie nouvelle doublée d’un centre culturel qui devient, entre 1959 et 1961, l’écrin dans lequel André Malraux et Gaëtan Picon, l’ami de Limbour, de Queneau et de Dubuffet, vont concevoir avec le conservateur le prototype de la première Maison de la culture. Préfigurée au cours des années cinquante dans le cadre d’expositions, véritables laboratoires d’une action culturelle avant la lettre, une modernité artistique s’est à nouveau installée dans la ville tandis que se recompose, autour de publics reconstitués, le fait culturel havrais.

  • 66 Décret du 24 juillet 1959. Ministère des Affaires culturelles.
  • 67 Philippe Poirrier et René Rizzardo (dir.), Une ambition partagée ? La coopération entre le ministèr (...)

55L’inauguration du Musée-Maison de la culture, le 24 juin 1961, constituait bien alors une rupture significative dans cette tranche d’histoire culturelle du Havre. Elle consacrait sans doute le grand dessein d’André Malraux de « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel et de favoriser la création des œuvres d’art et de l’esprit qui l’enrichissent66 ». Dans une filiation heureuse avec la décentralisation théâtrale, la programmation donnait le ton : deux « premières », Mille francs de récompense de Victor Hugo, créé par le Centre dramatique de l’Est d’Hubert Gignoux, et Boulevard Durand du Havrais Salacrou, monté par le Centre dramatique du Nord d’André Reybaz ; une partie musicale, dirigée par l’orchestre de la RTF, conjuguant la « fibre locale » (Honegger) et les accents du groupe des six (Darius Milhaud), ainsi que l’exposition des peintres de la Nouvelle École de Paris, installaient durablement dans cette ville « de coton » une diffusion artistique nationale d’excellence. Surtout, le processus d’implantation de la première Maison de la culture dans le musée d’Art moderne posait les premiers jalons d’une coopération durable entre la collectivité locale et les administrations centrales dans le domaine de l’action culturelle publique67.

56Le ministre du verbe pouvait certes prophétiser « c’est ici que tout a commencé ! », en regard de la longue période de rétraction culturelle que venait de connaître la ville, un tel faisceau de manifestations artistiques, en inversant les flux culturels dans la durée, venait d’inscrire cette ville, peu engagée depuis la Belle époque dans les aventures artistiques, dans les circuits de la décentralisation culturelle.

Figure 6. Plan Fabre, vers 1922, archives municipales du Havre.

Figure 7. J.-P. laurens, L’Interdit, carte postale, collections des Musées historiques du Havre.

Notes

1 Un mémoire de DEA d’histoire contemporaine a été consacré à cette question par Géraldine Lefebvre : Le Cercle de l’art moderne, 1906-1910. Le Havre, berceau de la modernité, Alain Leménorel (dir.), université du Havre, 2005.

2 Pour rependre le texte figurant dans la plaquette de la journée d’études du 28 janvier 2011 sur le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle : « période pendant laquelle la ville a connu une activité intellectuelle et culturelle dont on a sans doute un peu oublié l’importance » (p. 2).

3 Voir Édouard Herriot, La Porte océane. Sur les terres des abbayes, les foyers spirituels de Rouen, Paris, Librairie Hachette, 1932.

4 Voir Alain Tapié, Peindre en Normandie XIXe-XXe siècles, Paris, Imprimerie nationale éditions, 2001.

5 Nous reprenons à nouveau le texte de la plaquette de la journée d’études déjà citée, p. 2.

6 Depuis les œuvres peintes et dessinées (Cherubino Pata, Léon-Auguste Asselineau), les affiches des Chemins de fer du Nord, des Compagnies de navigation, les premières cartes postales. Voir François Guillet, Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie – Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2000.

7 Julien Gracq, La Forme d’une ville, Paris, José Corti, 1985, p. 1.

8 Raymond Queneau, « Portrait littéraire du Havre », La Seine-Inférieure, Richesses de la France, Revue économique et touristique, no 19, 1er trimestre 1954.

9 Ibid. Quai des Brumes de Pierre Mac Orlan est publié en 1927 et Marcel Carné réalisera le film en 1938.

10 Cité dans Albert Nicollet, « André Siegfried, la politique et la géographie », André Siegfried et Le Havre, Études normandes, no 2, 1989, p. 36-48.

11 Voir Jean-Pierre Chaline, « L’explosion havraise 1852-1914 », dans Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, André Corvisier (dir.), Toulouse, éditions Privat, 1983.

12 Voir Claude Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Rouen-Caen, Publications des universités de Rouen et du Havre – Presses universitaires de Caen, 2006.

13 Camille Gutzwiller (1864-1933), courtier maritime et fondateur de maisons de commerce, partage avec Olivier Senn, la passion pour la collection d’œuvres modernes (legs Gutzwiller, musée Malraux, 1956).

14 Alphonse Saladin (Épinal, 1878 – Le Havre, 1956), conservateur des musées du Havre (1925-1952) ; Reynold Arnould (Le Havre, 1919 – Paris, 1980), conservateur des musées du Havre (1952-1965) ; Paule Tardif, originaire de Bordeaux, conservateur de la bibliothèque du Havre (1944-1977).

15 Voir Christiane Maubant, Plages. Chroniques du littoral havrais, catalogue de l’exposition, Musées historiques du Havre, 1988.

16 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1750-1840, Paris, Aubier, 1988.

17 Sandy Hook, né Georges Taboureau (1879-1960), peintre de la Marine. Ses œuvres (huiles, gouaches, affiches, illustrations) évoquent l’exotisme portuaire, le luxe et le mystère des traversées. Albert Brenet, peintre de la Marine né dans les environs du Havre (1903-2005), d’où il gagne Paris pour l’école des Beaux-Arts en 1920.

18 Charles Vildrac, Le Paquebot Tenacity, Paris, Gallimard, 1920.

19 Depuis 1898, le Cercle Franklin accueille la Bourse du travail, puis les syndicats ouvriers ; il devient, en période de crise, le lieu d’organisation de la mobilisation et de luttes ouvrières ; ainsi lors de la grève des métallurgistes en 1922.

20 André Siegfried, « Mes souvenirs de la Troisième République, vers 1880-1890 », Études normandes, no 2, 1989, p. 40.

21 Voir Serge Reneau, « Culture et politique, 1944-1965 », dans Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, thèse de doctorat, IEP, Paris, p. 86-121. Les lignes de clivage – politique, idéologique, culturel, donc la vie associative et culturelle – passent par les deux forces antagonistes (indépendants et communistes), qui se partagent, à égalité jusqu’en 1959, 80 % de l’électorat.

22 Albert Nicollet et François-Jean Gay, « Dynamisme social et croissance urbaine », Cahiers de sociologie économique, no 15, 1966.

23 Serge Reneau, « L’École et l’éducation artistique : acteurs, structures, enjeux », Cahiers de sociologie économique et culturelle, no 25, juin 1996, p. 149-168.

24 Alain Leménorel, « Le Plateau : une sociabilité sous contrôle au XXe siècle », Études normandes, no 2, 1991.

25 Voir Jean-Pierre Castelain, Manières de vivre, manières de boire, Paris, Imago éditions, 1989.

26 Le Havre et ses théâtres : 1810, incendie du théâtre de la Citadelle ; 1843, incendie du 1er théâtre, place Gambetta ; le théâtre reconstruit s’effondrera sous les bombes en 1944.

27 Le fonctionnement des musées associe, autour des conservateurs, des élus, des notables qui siègent dans les commissions de contrôle et d’achats, des érudits et des collectionneurs qui assurent leur rayonnement (Société des amis des arts, Société géologique de Normandie, Amis du Muséum, Cercle de l’art moderne).

28 Lettre à Raynold Arnoult, Catalogue de l’exposition Mario Prassinos, Musée-Maison de la Culture, mai-juin 1965.

29 Catalogue de l’exposition Armand Salacrou, Ville du Havre – Bibliothèque municipale, marsavril 1980.

30 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Paris, Gallimard, « Folio », 1996, p. 122. Alphonse Saladin a fréquenté jeune l’école Bernard-Palissy. La description reflète assez justement la muséographie du vaste hall d’entrée ; en revanche, sa galerie des portraits ne traduit pas la diversité des formats et des sujets traités dans les collections anciennes.

31 « Discours du 12 juillet 1931 aux élèves du lycée », dans la plaquette Jean-Paul Sartre et Le Havre, Paris Gallimard, 2005, p. 34.

32 Voir Françoise Cohen, L’École des Beaux-Arts du Havre. Les premières années, Recueil de l’Association des amis du Vieux Havre, no 49, 1990.

33 Charles Lhullier (1824-1898), conservateur du musée et directeur de l’école des Beaux-Arts, qui eut parmi ses élèves Raoul Dufy, Othon Friesz, Raimond Lecourt, Henri et René de Saint-Delis, ainsi que Georges Dufour.

34 Le Cercle Franklin se présente à l’origine comme une « association » d’éducation populaire. Créée à l’initiative de Jules Siegfried en 1876, une Société philotechnique lui succède, qui deviendra au début du XXe siècle le siège de la Maison des syndicats – Bourse du travail.

35 Le compositeur André Caplet (1878-1925), prix de Rome 1901 ; Henry Woollett (1864-1936) ; Arthur Honegger effectue un bref passage au Havre ; joué entre les deux guerres, il figurera au programme du concert inaugural du Musée-Maison de la culture le 24 juin 1961. Ces musiciens, pour la plupart à la tête des sociétés locales, font venir au Havre de grands noms de la composition musicale (Honegger, Vincent d’Indy, Ravel).

36 Voir Loïc Vadelorge, « Conditions et limites de définition d’une politique culturelle : l’exemple rouennais, 1919-1940 », dans Les politiques culturelles municipales, Les Cahiers de l’IHTP, no 16, septembre 1996, p. 41-66.

37 Julien Guillemard (1883-1960) fonde la revue La Mouette en 1917, qui accueille des textes et des études d’auteurs locaux. Le revue paraît jusqu’en 1926. Il organise également un salon des poètes normands à partir de 1922.

38 Voir Mauricette Vinay, Un demi-siècle de vie musicale havraise avec Blanche Vinay-Leconte (1888-1967), Le Havre, Éditions de l’Estuaire, 1997.

39 Bernard Esdras Gosse, fondateur du Salon d’automne (1949), Jehan Le Pôvremoyne (1903-1970), Jean Biette, artiste peintre, Bernard Lachèvre (1885-1950), peintre de la Marine ; Henry de Saint-Delis (1878-1949), peintre ; Maurice Mélissent (1911-1988) ; Alphonse Saladin, sculpteur et conservateur des musées du Havre (1926-1952) ; Albert Copieux, dessinateur et peintre, directeur de l’école des Beaux-Arts (1947-1956).

40 Alphonse Saladin, Le Petit Havre, 3 décembre 1934.

41 Voir Philippe Valetoux, « Frascati, vie et mort d’un mythe balnéaire havrais », Cahiers havrais de recherche historique, no 67, 2009, p. 26.

42 Georges Priem, Recueil des conférences, Société havraise d’études diverses, 1959, p. 23.

43 Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, op. cit. t. 1, p. 263-278.

44 « La grande misère de la musique au Havre », Le Havre libre, 15 octobre 1946. André Caplet et Henry Woollett ont disparu respectivement en 1926 et 1936. René Alix, Émile Damais, René Gosselin et Georges Wiederker figurent parmi les professionnels animateurs de sociétés chorales et musicales.

45 La brève floraison de troupes à la Libération issue de la filière populaire confessionnelle (Étudiants comédiens, Colombier des Ormeaux, Baladins d’Ingouville) et des Œuvres laïques : Le Manteau d’Arlequin de Paul Richard, qui suscitera au Havre des vocations durables ; Le Tableau Gris, puis la troupe de La Salamandre. Voir Serge Reneau, « De scissions en parthénogénèses, les structures de la création théâtrale au Havre : 1944-1983 », Politiques et pratiques culturelles au Havre, op. cit., annexes, p. 193.

46 Jean Legoy, Cultures havraises, 1895-1961, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986.

47 Armand Frémont, La mémoire d’un port. Le Havre, Paris, Arléa, 1997, p. 128.

48 Armand Salacrou, Boulevard Durand. Chronique d’un procès oublié, Paris, Gallimard, 1961, p. 274, notes personnelles de l’auteur.

49 Voir Serge Reneau, « L’éducation populaire au Havre durant la seconde moitié du XXe siècle », La Revue d’ici, no 20, 4e trimestre 2000, p. 12-18.

50 Voir Fred Kupferman, Les Premiers Beaux Jours, 1944-1946, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

51 Voir Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.

52 Le musée des Beaux-Arts, inauguré en 1845, a abrité jusqu’en 1904 la bibliothèque municipale qui sera transférée alors dans une aile du lycée. Le rapport de l’inspection des musées de province signale en 1936 l’inadaptation des installations muséographiques du musée des Beaux-Arts.

53 Voir Pascal Ory, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front Populaire, Paris, Plon, 1994. Loïc Vadelorge pour ce qui concerne Rouen entre les deux guerres et Philippe Poirrier pour Dijon (« Politique culturelle et municipalité, l’exemple de Dijon », dans Les politiques municipales. Éléments pour une approche historique, Les Cahiers de l’IHTP, no 16, 1990) vont dans le même sens.

54 Voir Jeanne Laurent, Arts et pouvoirs en France de 1793 à 1981. Histoire d’une démission artistique, Université de Saint-Étienne, CIEREC, 1983.

55 Un Groupe artistique ouvrier, une Maison du peuple, un Collège du travail ont connu une brève existence à la fin des années trente.

56 Cité dans Philippe Poirrier (art. cité, p. 14) ; Gaston Gérard est maire de 1919 à 1935.

57 Armand Frémont, Le Havre. La mémoire d’un port, Paris, Arléa, 1997, p. 128.

58 Michel Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1997.

59 Cité dans Jacques Berne, « Rien que la peinture », dans Gilles de La Porte (dir.), Le Havre. Volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992, p. 277.

60 L’étude prosopographique révèle l’appartenance de ces élites au monde du négoce (André Siegfried), au petit commerce et à la boutique (Queneau, Dubuffet) ; des catégories dont l’ascension sociale tient au développement économique de la ville, à la prospérité de l’activité portuaire. Figurent aussi des enfants de militaires venus au Havre au début du siècle, tel celui de Georges Limbour, capitaine dans l’infanterie.

61 Voir Emmanuelle Loyer, Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil. 1940-1947, Paris, Pluriel, 2005.

62 Voir Gérard Régnier, Jazz et société sous l’Occupation, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales. Musiques et champ social », 2009.

63 Voir Serge Reneau, « L’institut Havrais de sociologie économique et de psychologie des peuples : tableau des conférences », dans Politiques et pratiques culturelles au Havre, op. cit., annexes, p. 23.

64 Le Havre libre, 5-6 juin 1954

65 Reynold Arnould (Le Havre, 1919 – Paris, 1980), premier grand prix de Rome en 1939, chargé d’une mission officielle d’étude de la peinture et des musées aux États-Unis pendant la guerre, artiste reconnu à Paris (Salon de Mai, des Tuileries, galerie de France) et à l’étranger, nommé conservateur des musées du Havre en 1952 pour reconstruire le musée des Beaux-Arts détruit en 1944. À la demande de son ami André Malraux, il aménage les Galeries nationales du Grand-Palais (1965-1970), établissement dont il deviendra le conservateur en chef jusqu’en 1980.

66 Décret du 24 juillet 1959. Ministère des Affaires culturelles.

67 Philippe Poirrier et René Rizzardo (dir.), Une ambition partagée ? La coopération entre le ministère de la culture et les collectivités territoriales (1959-2009), Paris, Comité d’histoire du ministère de la culture – FMSH.

Table des illustrations

Légende Figure 6. Plan Fabre, vers 1922, archives municipales du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Figure 7. J.-P. laurens, L’Interdit, carte postale, collections des Musées historiques du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

Auteur

Serge Reneau est historien. Il a consacré sa thèse à la vie culturelle havraise.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search