Version classiqueVersion mobile

Le Territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle

 | 
Anton Sonia

Introduction générale

Vers une cartographie littéraire du Havre

Sonia Anton

Texte intégral

Une génération d’écrivains pour point de départ…

  • 1 Yves Ouallet (dir.), Raymond Queneau, le mystère des origines, Rouen, PURH, 2005.
  • 2 Voir, notamment : Bruno Delarue et Géraldine Lefèbvre, Les peintres au Havre et Sainte-Adresse, 151 (...)

1Le présent ouvrage s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion initiée en 2003. À l’occasion du centenaire de la naissance de Raymond Queneau, un colloque consacré à l’écrivain et sa ville natale avait en effet été organisé à l’université du Havre. Le livre qui en avait rendu compte, Raymond Queneau, le mystère des origines1 avait permis de mettre en valeur l’importance du Havre dans l’œuvre de l’auteur. Il a également donné une première impulsion à l’idée que cette ville pouvait être le point de départ d’une analyse littéraire et rassembler des chercheurs, chacun d’entre eux empruntant ensuite des orientations méthodologiques diverses (poétique, étude de l’imaginaire, narratologie, etc.). Ce colloque fut d’autant plus important que la relation entre Le Havre et la littérature est loin de s’imposer comme une évidence. Si les rapports qui se sont tissés entre cette ville et la peinture sont bien connus et indiscutables, notamment autour des mouvements de l’impressionnisme et du fauvisme2, l’inscription de la littérature au Havre est beaucoup plus discrète.

2En janvier 2011, cette réflexion a été poursuivie et s’est élargie, à l’occasion d’une journée d’études sur « le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du XXe siècle », qui a porté sur une génération d’écrivains. Les études qui vont suivre rassemblent en partie les communications proposées à cette occasion. Queneau n’a pas été spécifiquement étudié, mais son ombre a plané sur la manifestation, car les analyses ont porté sur des auteurs qu’il a fréquentés. Il est apparu que les évocations du Havre avaient traversé les œuvres de toute une génération d’écrivains et que la ville avait été pour eux non seulement un lieu de rencontre littéraire, mais aussi, pour certains, le lieu de l’origine créatrice, l’espace où s’ancre l’écriture littéraire. Notre attention a porté sur des œuvres produites dans la première moitié du XXe siècle, majoritairement dans les années 1930 et avant les destructions de 1944, avec quelques exceptions. Le texte de Michel Leiris, De la littérature considérée comme une tauromachie, est rédigé peu après les bombardements. Les mémoires d’Armand Salacrou paraissent dans les années 1970, mais ils évoquent assez majoritairement le monde littéraire du premier XXe siècle. C’est d’ailleurs essentiellement en tant que dramaturge de l’entre-deux-guerres qu’Armand Salacrou s’est inscrit dans l’histoire littéraire. Nous allons nous attacher tout d’abord à présenter cette génération d’auteurs, qui forment l’objet central de ce livre, avant de donner à notre analyse une dimension plus générale.

3Notre réflexion sur les représentations du Havre est partie de Louis-Ferdinand Céline et du constat que la ville occupait une place importante dans son œuvre comme dans son imaginaire, la cité étant évoquée dans trois de ses romans, un pamphlet et plusieurs textes pour la scène et l’écran. Elle constitue un espace d’ancrage, puisque c’est à l’hôtel Frascati, face au port, que Céline a choisi de se réfugier pour rédiger une part importante de Mort à crédit. Puis c’est la lecture de Michel Leiris qui nous a donné à penser que quelque chose s’était joué dans la littérature des années 1930 autour de cette ville. Nous savons que l’écrivain situe en partie au Havre la rédaction de De la littérature considérée comme une tauromachie, liminaire de L’Âge d’homme, et qu’il revient plusieurs fois sur cette ville dans son œuvre. Il évoque surtout les attaches littéraires qui l’unissent et le ramènent à elle, à travers les figures de Limbour, Queneau, Sartre et Salacrou :

  • 3 Michel Leiris, L’Âge d’homme, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 11.

[…] ville où pour la Nième fois je suis venu passer des vacances de quelques jours et où depuis longtemps j’ai diverses attaches (mes amis Limbour, Queneau, Salacrou qui y sont nés, Sartre qui y fut professeur et avec qui je me liai en 19413 […]

4Plusieurs de ces auteurs ont grandi au Havre et ont fréquenté le même lycée. C’est le cas de Limbour et de Queneau, de Jean Dubuffet, qui nous a surtout intéressé dans cet ouvrage pour son œuvre littéraire. Ce lycée du Havre pourrait être l’un des fils rouges unissant toutes ces figures, puisque Sartre y a enseigné, mais aussi le grand-père de Céline. Il y a bel et bien un groupe d’écrivains et d’artistes qui s’est formé autour du Havre dans ces années, constitués à la fois par des Havrais de naissance et par ceux qui sont passés par cette ville et y ont séjourné, tel Leiris. Ce sentiment de groupe est flagrant lorsque ces auteurs s’évoquent mutuellement dans leurs écrits personnels. Ainsi Salacrou se souvient-il de Jean Dubuffet et de Georges Limbour au lycée :

  • 4 Armand Salacrou, Dans la salle des pas perdus 1. C’était écrit, Paris, Gallimard, coll. « Folio », (...)

Je me souviens de Jean au lycée, et de cette matinée dans le jardin de l’Hôtel de ville où Jean-Paul Sartre devait plus tard avoir la nausée. J’étais en philo, Jean et Limbour en première4.

5Raymond Queneau rapproche quant à lui ces auteurs des peintres et des musiciens, pour faire émerger l’image d’une ville d’artistes :

  • 5 Raymond Queneau, L’Arc, no 28, 1966, cité dans Raymond Queneau, le mystère des origines, op. cit., (...)

[…] au Havre, y a Dubuffet, y a Salacrou, Limbour, Bost. Puis y a, un petit peu avant, y a tous les peintres : Othon Friesz, Braque, Dufy. Puis y a les musiciens, y a Honegger5.

6D’autres auteurs, moins connus, pourraient venir enrichir le groupe que nous avons dessiné, dont Pierre Bost qu’évoque Queneau, mais aussi Jean Prévost et Jean Piel.

7Au centre de cette constellation littéraire émerge la figure d’Armand Salacrou, qui a bien souvent fait le lien entre ces auteurs. La Villa maritime, où s’installent ses parents et dans laquelle il finira lui-même ses jours, apparaît comme l’un des « lieux littéraires » de la ville, où survit encore l’âme des artistes qui ont côtoyé Salacrou. Benoît Duteurtre, dans le roman L’Été 76, qu’il consacre à ses souvenirs d’adolescence au Havre, dépeint cette « Villa Salacrou » comme un lieu de pèlerinage pour l’apprenti écrivain qu’il était alors :

  • 6 Benoît Duteurtre, L’été 76, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2011, p. 69-73.

Dans la ville du Havre, plus connue pour ses grands peintres (Boudin, Monet, Braque, Friesz, Dufy, Dubuffet…) que pour ses écrivains, un seul personnage semblait répondre à ces qualités : Armand Salacrou, auteurs de pièces à succès durant l’entre-deux-guerres […] Comme tout Havrais, je passais souvent devant l’immense demeure qu’il possédait face à la mer : la Villa maritime […] Il avait vu défiler, pendant un siècle, tout ce que le monde comptait d’artistes, d’écrivains, de gens élégants et de simples immigrants embarquant pour New York. Pour l’heure, les quais n’abritaient plus que des marchandises […] mais nous étions émus d’avoir découvert fugitivement cette demeure et frôlé ce monde qui nous faisait rêver […] La littérature se tenait là, tout près de nous6.

  • 7 Jean Dubuffet, « Céline pilote », Cahiers de l’Herne, no 3, 1963.
  • 8 Voir le développement consacré à cette question par Michel Lecureur, dans Raymond Queneau, le mystè (...)

8Le cas de Céline est un peu à part, puisqu’il n’a fréquenté aucun de ces auteurs. Pourtant, il appartient bien à cette même génération ; il s’est trouvé associé, à un moment ou à un autre, à chacun de ses écrivains, tant son œuvre a marqué la littérature de son temps. Ainsi, on sait que Queneau regrettera que Le Chiendent soit paru juste après Voyage, qui devient inaugural pour la place accordée à la langue parlée. La Nausée de Sartre porte en épitaphe une phrase extraite de L’Église de Céline. On connaît d’ailleurs la violence des relations qui se tisseront après guerre entre l’auteur de Voyage au bout de la nuit et celui que Céline baptisera « l’agité du bocal ». L’admiration de Jean Dubuffet pour l’écrivain a été immense, et l’on doit au peintre l’un des plus beaux textes critiques rédigés dans les années qui ont suivi la mort Céline7. Gardons également à l’esprit les hasards de l’histoire littéraire, qui font que Guy Mazeline, qui vola en 1932 le prix Goncourt à Voyage avec le roman aujourd’hui oublié Les Loups, soit havrais. Ceux qui font que la rue Thiebault, où Queneau a déclaré être né8, est aussi celle où s’installe le grand-père de Céline lorsqu’il arrive au Havre. Céline a déambulé dans la ville dans les années 1930, et nous nous plaisons à nous abandonner à la rêverie que ces écrivains ont pu se croiser, à défaut de s’être fréquentés, sans se connaître ou se reconnaître, au hasard d’une rue ou dans un des cafés animés qui parsemaient la cité.

9D’emblée, plusieurs fils conducteurs se dessinent naturellement dans la façon dont ces auteurs représentent la ville, fils conducteurs que nous ne ferons d’abord qu’esquisser, pour ensuite approfondir et élargir la réflexion au-delà de la première moitié du XXe siècle.

  • 9 Jules Tellier, Discours à la bien-aimée, Quimper, Calligrammes, 1986, p. 3.

10Tout d’abord, Le Havre est très largement évoqué et perçu comme le lieu de l’origine. Le genre autobiographique (dans lequel nous incluons toutes les variantes autofictionnelles) est assez majoritaire dans les œuvres qui nous occupent. On peut rassembler plusieurs incipit qui associent la ville au lieu de naissance. Les premiers vers du poème liminaire de Chêne et chien de Queneau, l’incipit de Biographie au pas de course de Dubuffet, par exemple. Signalons que ce critère d’identification des textes, au-delà des délimitations chronologiques de cet ouvrage, permet de redonner une place à des auteurs et à des écrits aujourd’hui relativement oubliés, comme ceux de l’auteur havrais Jules Tellier, qui ouvre l’un de ses textes par la mention du lieu de sa naissance : « Je suis né, ô bien-aimée, un vendredi treizième jour d’un mois d’hiver, dans un pays brumeux, sur les bords d’une mer septentrionale9. » Dans Chêne et chien de Queneau :

  • 10 Raymond Queneau, Chêne et chien, Paris, Gallimard, « Poésie », 1969, p. 31.

Je naquis au Havre un vingt et un février en mil neuf cent et trois10.

  • 11 Jean Dubuffet, Biographie au pas de course, Paris, Gallimard, « Les cahiers de la NRF », 2001, p. 7

11Les premières pages de Biographie au pas de course sont consacrées à l’évocation de la maison familiale et situent le lecteur de plein pied au Havre : « Mon enfance se déroula au Havre dans une maison de deux étages aux pièces peu spacieuses11. »

12Le Havre est aussi le lieu où l’on revient après l’avoir quitté pour Paris. Le roman de formation Les Derniers Jours de Queneau s’achève sur un retour dans la ville natale du personnage, ainsi ramené à son point de départ :

  • 12 Raymond Queneau, Les Derniers Jours, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 261.

Le temps n’avait marqué la ville que de façon minime, noms de rues modifiés, boutiques disparues, magasins nouveaux, deux ou trois récentes coutumes. Mais la mer repoussait toujours les falaises de ces vagues infatigables. Tuquedenne s’assit sur les galets, regardant son image délavée par les pluies. Toujours semblable à lui-même, n’était-il pas cependant devenu autre12 ?

  • 13 Dans la salle des pas perdu, 1, op. cit., p. 11.

13Salacrou, dans l’incipit de ces mémoires, formule explicitement un retour au Havre, perçu à la fois comme le lieu d’où il vient et où il choisit de finir ses jours : « Depuis l’âge de trente-cinq ans, et pendant trente-cinq ans, j’ai habité devant l’arc de triomphe de l’Étoile. Aujourd’hui, je m’installe devant la mer13 […] » Chez Céline, la ville est associée à la figure du grand-père Destouches, agrégé de rhétorique et professeur au Havre, plusieurs fois évoqué comme la source, sans doute fantasmée, de la passion de Céline pour la langue française :

  • 14 Louis-Ferdinand Céline, Guignol’s band I, Romans 3, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade  (...)

Faut que je vous avoue mon grand-père, Auguste Destouches par son nom, qu’en faisait lui de la rhétorique, qu’était même professeur pour ça au lycée du Havre et brillant vers 1855.
C’est dire que je me méfie atroce ! Si j’ai l’inclination innée !
Je possède tous ses écrits de grand-père, ses liasses, ses brouillons, des pleins tiroirs ! Ah ! redoutables ! Il faisait les discours du Préfet, je vous assure dans un sacré style ! Si il l’avait l’adjectif sûr ! s’il la piquait bien la fleurette ! Jamais un faux pas ! Mousse et pampre ! Fils des Gracques ! la Sentence et tout ! En vers comme en prose ! Il remportait toutes les médailles de l’Académie Française.
Je les conserve avec émotion.
C’est mon ancêtre ! Si je la connais un peu la langue et pas d’hier comme tant et tant ! Je le dis tout de suite ! dans les finesses14 !

14Indépendamment de ces éléments biographiques, Le Havre est plusieurs fois associé aux motifs des origines artistiques. Il est le lieu où vient s’ancrer la production d’une œuvre. C’est à l’hôtel Frascati que Céline a choisi de rédiger une part importante de Mort à crédit, et vers lequel il revient plusieurs fois en 1936. Sartre décide non seulement de situer au Havre l’intrigue de son premier roman, mais il dote également la ville, qui abrite la « racine » existentielle, d’un pouvoir de révélation profonde et originelle. Le Havre participe de la réflexion sartrienne sur la contingence. Dans une lettre adressée à Simone de Beauvoir en 1931, l’écrivain déclare :

  • 15 Lettre du [9 octobre 1931], Lettres au Castor, Paris, Gallimard, 1983, t. 1, p. 45

Je suis allé déjeuner au restaurant […] Il est contre la gare dans ce quartier du Havre que j’aime tant et que j’ai décidé de faire paraître dans le factum sur la Contingence. Certes tout y est contingent même le ciel qui devrait selon la vraisemblance météorologique être le même sur toute la ville du Havre : mais il n’en est rien15.

15C’est depuis l’hôtel Printania, dans ce quartier de la gare, qu’il écrit à Simone de Beauvoir pour lui faire partager sa découverte du marronnier, dans le square Saint-Roch de l’avenue Foch, rendu célèbre par La Nausée :

  • 16 Ibid., p. 47.

Et je regardais l’arbre. Il était très beau et je n’ai pas crainte de mettre ici ces deux renseignements précieux pour ma biographie : c’est à Burgos que j’ai compris ce qu’était une cathédrale et au Havre ce que c’était un arbre16.

  • 17 Dans un entretien, Pascal Quignard livre ceci sur la ville : « J’ai vraiment vécu dans un port que (...)

16Pour Odile Richard-Pauchet, c’est au Havre que naît la vocation poétique de Michel Leiris. Françoise Nicol montrera combien la ville s’associe, chez Georges Limbour, à la naissance de sa passion pour la peinture. Au-delà du premier vingtième siècle, n’est-ce pas aussi au Havre que Pascal Quignard17 situe la source de son écriture, dans le souvenir qu’il garde de sa mère cherchant à retrouver un mot perdu, et le choix de l’enfant de devenir mutique ? Dans Le Nom sur le bout de la langue :

  • 18 Pascal Quignard, Le Nom sur le bout de la langue, Paris, Gallimard, « Folio », 1993, p. 55-62.

Nous déménageâmes en Normandie, au Havre. Le port, la ville commençaient à se reconstruire. Nos chambres donnaient sur des ruines sans fin au bout desquelles on percevait la mer.
Ma mère se tenait toujours à l’extrémité de la table à manger, le dos à la porte de la cuisine. Brusquement, ma mère nous faisait taire. […] Je n’écris pas par désir, par habitude, par volonté, par métier. J’ai écrit pour survivre. J’ai écrit parce que c’était la seule façon de parler en se taisant18.

  • 19 Ibid., p. 62

17Et de conclure ce développement par cette phrase, dans laquelle surgit le nom commun « le havre » : « Parler mutique, parler muet, guetter le mot qui manque, lire, écrire, c’est le même. Parce que la dépossession fut le havre19. »

18On peut évoquer d’autres fils conducteurs entre ces auteurs, comme la passion pour la mer, que partagent Limbour et Céline, et qui s’articule autour d’un imaginaire très riche. La fascination pour les ports et le monde interlope qu’il abrite, que l’on rencontre chez Céline, Leiris, Simone de Beauvoir aussi. Celle-ci a enseigné à Rouen durant l’époque havraise de Sartre, mais c’est au Havre qu’ils se rejoignaient souvent, trouvant la ville plus joyeuse et moderne. Un assez long passage de La Force de l’âge fait revivre la ville de l’avant-guerre :

  • 20 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 209.

Nous nous retrouvions d’ordinaire au Havre qui nous paraissait plus gai que Rouen. J’aimais les vieux bassins, leurs quais bordés de boîtes à matelots et d’hôtels borgnes, les maisons étroites, coiffées de toits d’ardoises qui leur tombaient jusqu’aux yeux […] La plus jolie rue du quartier, c’était la rue des Galions dont au soir les enseignes multicolores s’allumaient : le Chat noir, la Lanterne rouge, le Moulin rose, l’Étoile violette ; tous les Havrais la connaissaient : entre les bordels gardés par de robustes maquerelles s’ouvrait le restaurant réputé de La Grosse Tonne ; nous allions de temps en temps y manger la sole normande et le soufflé au calvados. […] La foule que nous coudoyons dans les rues, dans les lieux publics, était plus bigarrée et plus animée que la population rouennaise ; la bourgeoisie même semblait moins rechignée qu’à Rouen : c’est que Le Havre était un grand port ; des gens venus d’un peu partout s’y mélangeaient ; on y brassait de grosses affaires selon les méthodes modernes ; on y vivait au présent, au lieu de s’incruster dans les ombres du passé20.

  • 21 L’Été 76, op. cit., p. 65.

19Cette citation nous plonge dans un temps effacé, car la destruction quasi complète de la ville en 1944 a tout transformé. On peut se demander si le mystère entourant cette ville d’autrefois ne participe pas de la poésie dont se colore a posteriori les anciennes descriptions du Havre. Pour les auteurs qui en sont originaires, la ville s’associe aux souvenirs d’enfance et de jeunesse et son évocation génère de la nostalgie. Ceci est explicite dans L’Été 76 par exemple : « Aujourd’hui, la pluie tombe toujours, avenue Foch […] je me remémore avec nostalgie mon adolescence21. »

20La nostalgie et le souvenir s’inscrivent aussi en soi dans l’évocation du Havre pour Céline, qui garde à l’esprit la ville de la Belle-Époque, avant la Grande Guerre cette fois, période pendant laquelle le Havre fut une station balnéaire heureuse et tranquille. Ces évocations nostalgiques permettent une recherche du génie des lieux, dans une promenade qui s’étend des bords de mer, à l’emplacement de l’ancien hôtel Frascati aujourd’hui occupé par le Musée Malraux, en passant par la Brasserie Paillette où déjeunaient Sartre et Beauvoir, ou la brasserie Guillaume Tell, place de l’Hôtel de ville, où écrivait Sartre. On parcourra aussi le quartier Saint-François, et le monde des bobinards, qui a fasciné ces écrivains. C’est partir du postulat qu’il existe une géographie littéraire qui fait sens et mérite d’être explorée. Aussi avons-nous tenu à accompagner les études qui vont suivre de photographies de la ville, seules susceptibles de redonner à voir Le Havre d’avant 1944.

21La ville offre également une figuration économique et politique propre à alimenter des réflexions d’ordre social, comme le montrera dans cet ouvrage l’étude de Yannick Hoffert. L’opposition entre Le Havre des pêcheurs et celui des gros négociants fournit l’intrigue des Fiancés du Havre de Salacrou. L’affaire Jules Durand a inspiré plusieurs auteurs, dont Émile Danoën, qui donne au Havre son roman « populiste » avec Une maison soufflée aux vents. Dans Boulevard Durand, Salacrou fait coïncider le titre d’une œuvre et le nom d’une artère de la ville.

  • 22 Récit publié dans La Nouvelle Revue française, 24e année, no 267, 1er décembre 1935, p. 831-856.

22Évoquons maintenant les motifs qui réapparaissent d’un auteur à un autre, et que l’on retrouvera également, sous des formes encore différentes, au-delà des limites chronologiques choisies pour ce livre. Si Le Havre est la ville où l’écrivain vient s’ancrer pour écrire, elle est aussi le lieu qu’il quitte pour s’affranchir. La cité est également un port de départ (le départ de Pierre dans Pierre et Jean de Maupassant au XIXe siècle, d’Helena dans Un rude hiver de Queneau, de Rachel dans La Belle Saison de Roger Martin du Gard, etc.), et s’impose comme un espace de circulation (elle est d’ailleurs aussi le lieu des adieux). La ville se définit assez fondamentalement dans sa proximité avec Paris. L’ouvrage La Bête humaine, entièrement construit autour du trajet entre les deux villes, en a fourni au XIXe siècle l’exemple le plus spectaculaire. Le Havre frappe également par ce qui l’oppose à la capitale, c’est une ville « de province ». Au XXe siècle, plusieurs textes de notre corpus l’illustrent. Au XIXe siècle, on pense à Modeste Mignon de Balzac. On repère également des constantes dans la façon d’évoquer la ville, soit que les écrivains privilégient la mer (les nombreux paysages maritimes chez Céline), soit qu’ils s’attachent à rendre compte des caractéristiques des grands ports commerciaux, notamment de ses quartiers populaires et interlopes (ceux décrits, entre autres, par Simone de Beauvoir dans La Force de l’âge). Georges Limbour offre quant à lui un « Panorama22 » des lieux, évoque l’opposition séparant la ville haute et la ville basse ; d’autres auteurs signaleront la frontière dessinée entre la « côte » et les faubourgs industriels.

  • 23 Sur cette question des liens entre le référent et sa représentation fictionnelle, on pourra se repo (...)

23Le Havre peut encore avoir été choisi par un écrivain connaissant peu la ville, pour des raisons qui appartiennent à l’économie de l’intrigue. Puis on compte des auteurs qui ont réellement fréquenté et aimé ce lieu, à l’instar de tous ceux qui nous occupent dans cet ouvrage. La référence au Havre est la plupart du temps explicitement livrée, mais on la rencontre aussi masquée ou brouillée, notamment dans le Bouville de La Nausée23. Certains auteurs écrivent depuis Le Havre, ou affirment le faire, tels Leiris, frappé par le spectacle de la ville bombardée, ou Salacrou dans l’incipit de ses mémoires.

24Outre ceux qui figurent dans ce livre, il reste bien des auteurs du premier XXe siècle à explorer : Pierre Bost, Jean Piel, Jean Prévost notamment, qui appartiennent à cette génération et ont fréquenté ce groupe. Georges Simenon, qui situe au moins deux de ses récits au Havre. Georges Duhamel qui ouvre sa Chronique des Pasquier par Le Notaire du Havre, Roger Martin du Gard qui mentionne longuement la ville dans le dernier chapitre de La Belle Saison. Il reste surtout bien des axes d’analyse. Mais il nous semble pertinent d’élargir notre introduction générale au-delà de ses délimitations chronologiques, et de nous diriger vers une cartographie transéculaire, dont nous allons nous attacher à définir les contours. Il s’agit d’aller plus avant dans ce pari qui consiste à rassembler des écrivains autour d’un même espace, de considérer le lieu à la fois en tant qu’il génère des échos d’une œuvre à une autre et qu’il fait surgir des divergences, révèle les spécificités des entreprises littéraires de chacun des auteurs. Cet objet d’étude se doit d’interroger également la théorie littéraire, notamment la question de l’espace littéraire, de la relation entre le référent géographique et sa transposition textuelle. Nous touchons ici à la notion de « géographie littéraire », qui a activement mobilisé de nombreux théoriciens de la littérature depuis une vingtaine d’années.

Théories et méthodes

  • 24 Parmi les plus récents et significatifs, on signalera la journée d’études organisée à l’École norma (...)
  • 25 Plusieurs d’entre eux seront mentionnés dans les notes de notre texte.
  • 26 Voir notamment : Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », Fabula, LHT, no 8, dossier publ (...)
  • 27 Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », art. cité.
  • 28 Bertrand Westphal propose une catégorisation intéressante et efficace qui distingue les espaces sym (...)
  • 29 Yves Baudelle, « Cartographie réelle et géographie romanesque : poétique de la transposition », dan (...)
  • 30 Yves Baudelle, « Noms de pays ou pays de noms ? Toponymie et référence dans les récits de fiction » (...)
  • 31 Voir notamment le chap. II, « Transgressivité », de La géocritique, op. cit.
  • 32 Michel Houellebecq, La Carte et le Territoire, Paris, Flammarion, 2010, p. 81.

25On a vu en effet ces dernières années se multiplier, en France, mais aussi dans d’autres pays européens et au Canada, les colloques24 et les ouvrages25 questionnant les relations tissées entre la géographie et la littérature, domaine pendant longtemps relativement délaissé au profit des études privilégiant la temporalité. Il s’agit pour les chercheurs et les équipes concernés de construire des théories et des méthodes, qui intègrent les pistes ouvertes par le passé tout en les dépassant. Nous disposons de plusieurs textes26 proposant des synthèses de la recherche sur ce thème. Tous ont en commun de tenter de poser les bases d’un horizon méthodologique en construction. Ils usent de façon récurrente des prépositions « pour » et surtout « vers », que nous leur empruntons à notre tour pour définir la « friche » qu’est l’analyse du territoire littéraire havrais. Michel Collot évoque l’émergence d’une nouvelle discipline, la « géographie littéraire27 ». Cette discipline séduit dans la mesure où elle parvient à concilier les apports théoriques du passé, sur lesquels nous ne reviendrons pas ici (les analyses bachelardiennes, deleuziennes, les approches d’un Perec, d’un Ricoeur, ou d’un Butor28), et les bouleversements modernes touchant les sciences humaines et sociales. Il semblerait que l’on se libère de deux extrêmes, celui du biographisme d’une part, qui assimilait radicalement le référent géographique à sa représentation littéraire, celui du structuralisme d’autre part qui a voulu totalement isoler le texte de la réalité en partant du postulat que la littérature était non-référentielle. La terminologie pour évoquer cet entre-deux est elle aussi en construction. Yves Baudelle parle d’une « poétique de la transposition29 », d’un « réel composite30 », termes qui nous semblent assez bien rendre compte de cette position intermédiaire. Tout ceci témoigne également d’un nouveau rapport à l’espace, et le renouvellement de la théorie littéraire s’appuie sur des réflexions d’ordre épistémologique et ontologique, parfois rassemblées autour de l’appellation de « tournant spatial ». Bertrand Westphal est sans doute celui qui a le plus clairement analysé cet arrière-fond31. Il rappelle notamment que la transformation de notre vision de l’espace s’associe en partie à la post-modernité, qui a à la fois uniformisé l’espace (mondialisé) et rendu les frontières mobiles et mouvantes. Très récemment, Michel Houellebecq, qui est sans doute l’auteur qui exprime avec le plus d’acuité la difficulté à vivre dans un monde et un espace post-modernes (incarné par excellence par l’espace touristique), a, nous semble-t-il, illustré ce constat, en choisissant de donner pour titre La Carte et le Territoire à son dernier roman. La première exposition du personnage de Jed Martin, photographe de cartes Michelin, est légendée par la phrase : « La carte est plus intéressante que le territoire32. »

  • 33 Marc Brosseau, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, 1996. Marc Brosseau retrace aussi l’histo (...)

26Soulignons que l’intérêt des géographes pour l’objet littéraire s’est lui aussi accru ces dix dernières années, avec des degrés variables. Cet intérêt va de l’usage que font les géographes de la littérature comme témoignages et source d’informations sur les représentations culturelles, jusqu’aux travaux d’un chercheur comme Marc Brosseau. Dans son ouvrage Des Romans-géographes33, celui-ci tient certains romans pour des objets géographiques en soi, en examinant la façon propre qu’ont certains romans de « faire » de la géographie.

27C’est enfin vers la cartographie que se tournent ces dernières années de nombreux littéraires. Nous employons à notre tour ce terme pour donner son titre à cette introduction générale, à la fois dans sa valeur métaphorique et dans son sens littéral, puisqu’il s’agira en fin de course de construire une carte littéraire du Havre, avec les outils de la géomatique notamment.

28Nous voudrions à présent insister sur le modèle que propose Bertrand Westphal, « la géocritique », du terme qu’il a créé, modèle qui nous semble le plus approprié à l’analyse que nous souhaiterions mener.

La méthode géocritique

  • 34 Bertrand Westphal, La Géocritique, réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007, p. 187.
  • 35 Faire la géocritique d’un lieu implique, à notre sens, que nous aimions ce lieu et ayons le désir d (...)
  • 36 Bertrand Westphal, « Pour une approche géocritique des textes », La Géocritique, mode d’emploi, Lim (...)

29Par la « géocritique », Bertrand Westphal définit une méthodologie comparatiste consistant à rassembler un corpus d’œuvres autour d’un lieu, qui devient le centre et le fil conducteur des rapprochements opérés, dans une dynamique « géocentrée », c’est-à-dire qui ne tourne plus autour d’un auteur, mais d’un lieu. C’est au lieu qu’il appartient d’imprimer une cohérence à l’analyse, laquelle peut porter sur une multitude d’œuvres et d’auteurs, ces œuvres pouvant à leur tour être considérées sous des angles méthodologiques divers. Ainsi, pour reprendre le développement de Bertrand Westhphal, « l’espace est arraché au regard isolé » : « Il se transforme en plan focal, en foyer34. » Cette approche permet à la fois d’enrichir notre connaissance de chacun des auteurs et notre appréhension de l’espace considéré, perçu de façon diachronique, polyphonique et multifocale, dans un balancement fertilisant entre le référent et sa représentation fictionnelle. Les interactions entre les auteurs et les époques, entre le référent et le texte littéraire sont l’objet même de cette méthode critique. Il s’agit de considérer l’espace dans la diversité de ses représentations et dans l’infinité des strates qui le constituent. Bertrand Westphal considère aussi que la littérature influe sur le réel autant que l’inverse. Il nous semble en effet que la géocritique du Havre est susceptible de nous dire autant sur les auteurs qu’elle va rassembler que sur le lieu autour duquel elle se construit, pour nous permettre d’accéder à une appréhension plus profonde de la ville35. Se pencher sur la question de la littérature et du Havre revient ainsi « à déterminer un espace commun, né au/du carrefour des différents points de vue », pour toucher de plus près « à la véritable essence identitaire de l’espace étudié », obtenir la confirmation « que toute identité culturelle n’est que le fruit d’un travail incessant de création, et de re-création36 ».

30La géocritique rassemble également plusieurs disciplines, en proposant d’entrecroiser histoire, littérature, géographie et socio-politique, indissociables dans la façon dont un lieu, et notamment une ville, évoluent et se voient représentés. Je pense que la rencontre entre les littéraires et les historiens mérite d’être particulièrement développée dans le cas d’une géocritique du Havre. Ceci explique, entre autres, qu’il m’ait semblé important que cet ouvrage accueille, de façon liminaire, l’étude d’un historien sur Le Havre dans la première moitié du XXe siècle.

  • 37 Alain Montandon (dir.), Lisbonne. Géocritique d’une ville, Clermont-Ferrand, Presses universitaires (...)
  • 38 Bertrand Westphal (dir.), Le rivage des mythes : une géocritique méditerranéenne. Le lieu et son my (...)
  • 39 Voir par exemple l’ouvrage paru très récemment : Audrey Camus et Rachel Bouvet (dir.), Topographies (...)
  • 40 Par exemple : Sophie Le Ménahèze, « Le tremblement de terre du 1er novembre 1755 dans les lettres f (...)
  • 41 Par exemple : Catherine Milkovitch-Rioux, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace  (...)
  • 42 Par exemple Cristina De Uriate, « Tenerife et les voyageurs français du XVIIIe siècle », Géocritiqu (...)
  • 43 Par exemple : Jean-Christophe Valtat, « Lieux superposés, lieux transposés : Proust, Joyce, Nabokov (...)

31Nous avons parcouru les productions menées jusqu’à présent, susceptibles d’illustrer la théorie ou d’en offrir un cas pratique. Une géocritique de Lisbonne a été dressée, à l’occasion d’un colloque37, géocritique passionnante mais nécessairement incomplète compte tenu du caractère gigantesque du corpus à considérer (dans toutes les langues !). La même remarque vaut pour la géocritique de l’espace méditerranéen38. Dans les actes de ces colloques, de même qu’à travers les textes produits plus ponctuellement ces dernières années, on constate que la plupart des études se restreignent à un genre littéraire (le roman39 notamment), se concentrent sur un auteur (et nous restons dans la monographie), un événement (celui du tremblement de terre à Lisbonne par exemple40), un motif (comme celui du champ de bataille pour en citer un41), un siècle42, ne superposent qu’un nombre restreint d’œuvres et d’auteurs autour d’un même lieu (trois au maximum43). Il me semble que l’espace du Havre est riche de plusieurs particularités permettant de penser une géocritique plus complète et plus vaste.

32J’ajouterais volontiers un élément parmi les critères de définition de la géocritique, qui va dans le sens de la multifocalisation. Dresser la géocritique d’un lieu nécessite que l’on rassemble non seulement des textes, mais aussi des chercheurs dès lors que l’on décide de brasser tous les siècles et tous les genres, car la polyvalence et l’érudition du géocriticien (même si cette dernière est exceptionnelle chez Bertrand Westphal) a ses limites. Nous avons fait l’expérience de cette confrontation de regards et de points de vue de chercheurs, à l’occasion de la journée d’étude qui est à l’origine de ce livre. Le degré de connaissance de la ville du Havre était très variable selon les chercheurs. Certains d’entre eux vivaient au Havre, connaissaient et aimaient la ville (mais aucun n’y était né), d’autres s’y rendaient pour la première fois et n’avaient donc appréhendé cet espace qu’à travers ce qu’en disait « leur auteur ». En fonction du siècle de spécialité, l’intérêt ne se portait pas vers la même figuration de la ville, totalement différente au XIXe, et après la destruction de ses remparts, enfin après son bombardement en 1944. Cette multifocalisation découlant de la diversité des chercheurs génère, nous semble-t-il, un dialogue extrêmement riche. Ce dernier construit également de l’intertexte, alimente les rêveries littéraires. On se surprend à trouver des points communs entre les œuvres, des réécritures et des reprises, là où il n’y a peut-être et sans doute que du hasard. Y a-t-il réécriture de Pierre et Jean par Jean Prévost par exemple, qui, dans les Frères Bouquinquant, met en scène deux frères qui ont grandi au Havre et se déchirent pour une femme infidèle ? Reprise de Balzac par Sartre, lorsqu’il fait lire Eugénie Grandet (autre Modeste Mignon ?) à Antoine Roquentin ? Y’a-t-il une référence à La Nausée dans Loin de Rueil de Queneau, où l’un des personnages souffre d’une maladie étrange, « les estranguillons », sorte de « nausée » qui sévit en Seine-Inférieure, plus particulièrement « du côté de Tancarville » ? :

  • Les estranguillons. C’est comme ça que ça se nomme du côté de Tancarville dans la Seine-Inférieure.

    • 44 Raymond, Queneau, Loin de Rueil, Paris, Gallimard, « Folio », p. 24.

    On ne doit pas connaître cette maladie-là chez tes péknos, vu que c’est une maladie toute récente, existentielle en plus de ça44.

  • 45 L’Été 76, op. cit., p. 183.

33Signalons d’ailleurs que des phénomènes d’intertextualité sont aussi mentionnés tels quels dans certaines œuvres du corpus Ainsi, la référence à Modeste Mignon est explicite chez Benoît Duteurtre dans L’Été 76. Sur la côte d’Ingouville que parcourt l’adolescent du roman : « On reconnaissait encore ce quartier où Balzac situe son roman Modeste Mignon, dans Le Havre du XIXe siècle45. »

  • 46 Michel Leiris, « Panorama du Panorama », dans Limbour l’irréductible, Critique, no 351-352, 1976, p (...)

34Michel Leiris commente Limbour écrivant sur le Havre dans un texte qu’il nomme « Panorama du Panorama46 ». Il y a assurément une piste à suivre, dans cette mise en abyme autour des écrivains mentionnant Le Havre.

Pour une géocritique du Havre

35La ville du Havre présente plusieurs particularités qui rendent particulièrement pertinente son exploration par la méthode géocritique.

  • 47 Dont la thèse en cours d’Hervé Chabannes, voir note infra.

36Il faut tout d’abord rappeler les éléments historiques qui la constituent. Le Havre est une ville récente, construite par François 1er en 1517, qui ne jouit ni des assises archéologiques ni de l’héritage humaniste d’autres cités célèbres. Il s’agit aussi d’une ville de négociants, qui n’a pas accueilli d’académies ni d’universités, et qui a développé une culture et une sociabilité en marge de la tradition des humanités. Elle va longtemps véhiculer l’image d’une cité sans culture, voire d’une ville d’incultes, avant que l’on ne commence à mettre en valeur les autres formes de sociabilité qu’elle a développées, tâche à laquelle se sont appliqués plusieurs historiens ces dernières années47. Avec humour, Queneau imagine dans Un rude hiver le personnage de Mme Dutertre, bouquiniste atterrée par le peu de goût que manifestent les Havrais pour les belles-lettres :

  • 48 Raymond Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1977, p. 19.
  • 49 Ibid., p. 20.

Clairsemée en temps de paix, la clientèle devenait en temps de guerre quasiment inexistence. Le goût du moisi n’a jamais beaucoup possédé le Havrais ; les richards de l’endroit se fournissaient chez Gonfreville, rue Bernardin-de-Saint-Pierre, ou à la capitale ; les autres, ceux du commun, même avec un porte-monnaie se tenant debout, se satisfaisaient l’entendement avec les publications modernes, ou même quotidiennes48. […] Arrivant d’outre-Seine et d’outre-Caux, elle avait toujours pris le Havrais pour une buse, un obtus, un grossier avec une comprenoire d’une très faible ouverture de compas. Elle ne lui lâchait sa marchandise qu’avec répugnance et lorsqu’elle encaissait quelques patards elle se disait toujours, autant de moins pour le bistrot du coin. […] Car les Havrais, Dieu, en qui elle ne croyait pas, pour ce qui était de l’intelligence, à son idée à elle, il les avait bien mal servis. Elle ne regorgeait pas d’intellectuels, la bonne ville franciscopolitaine, ça non, et le feu de sa salamandre n’en avait pas fait éclore beaucoup49.

  • 50 L’expression est empruntée à Claudio Magris, à propos de Trieste, qui est pourtant aussi une ville (...)

37Ville de province, Le Havre n’a pas été « sur-représentée » en littérature et dans les arts, et n’est pas « sur-connotée », à l’inverse des grandes capitales européennes (on a pu parler pour certains d’entre elles de « littérature au carré50 », tant les références et les connotations se multiplient et s’enchevêtrent). Les textes littéraires qui évoquent la ville sont de ce fait relativement peu nombreux (une centaine d’œuvres dénombrées), et autorisent à imaginer que nous puissions réaliser une géocritique relativement complète – à un instant donné – de cet espace.

  • 51 Voir Hervé Chabannes (dir.), Dictionnaire historique des rues du Havre, Rouen, Éditions des Falaise (...)

38Le Havre est aussi une ville en perpétuel mouvement. Bombardée à plusieurs reprises par les Anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle a changé plusieurs fois de figure, ce dont témoigne l’histoire mouvementée du nom de ses rues51. Au XIXe siècle, la démolition de la tour François-Ier à l’entrée du port et des fortifications modifie radicalement le paysage urbain. Puis, la cité subit des transformations extrêmes avec les bombardements de 1944. Il y a, de fait, deux villes du Havre, celle d’avant et celle d’après 1944. La ville dévastée que Michel Leiris a sous les yeux alors qu’il écrit De la littérature considérée comme une tauromachie est en quelque sorte redevenue un espace vierge à réinvestir, par la pierre et par les mots : Introduction générale

  • 52 L’Âge d’homme, op. cit., p. 11.

Le Havre est actuellement en grande partie détruit et j’aperçois cela de mon balcon, qui domine le port d’assez loin et d’assez haut pour qu’on puisse estimer à sa juste valeur l’effarante table rase que les bombes ont faite du centre de la ville comme s’il s’était agi de renouveler, dans le monde plus réel, sur un territoire peuplé d’êtres vivants, la fameuse opération cartésienne52.

39Queneau, devant le spectacle de cette destruction, en appelle en quelque sorte à une entreprise topographique et archivistique, seule susceptible de reconstituer ce qui n’est plus. Dans le recueil L’Instant fatal, conçu entre 1943 et 1948 :

  • 53 Raymond Queneau, « Le Havre de Grace », L’instant fatal, Paris, Gallimard, « Poésie », 1992, p. 192

Il ne faut pas chercher espace et souvenir
Dans la poussière énorme où dorment les maisons
[…]
Les plans retraceront cette topographie
Les archives créeront cette chronologie53.

40Puis, cet espace va accueillir une autre ville, redessinée par Auguste Perret, et évoquée par les auteurs contemporains. Le Havre encourage particulièrement la rencontre des approches littéraires, géographiques, et historiennes, dans la mesure où l’inscription de l’histoire y a été spectaculaire et a transformé radicalement l’espace géographique. Le caractère mobile de cet espace invite à une analyse stratigraphique des représentations de la localité.

  • 54 Hervé Chabannes consacre une thèse sur les rapports entre la mémoire et l’identité locale à travers (...)

41Notre réflexion active également toutes les questions touchant à l’identité de la ville. Celle du Havre est complexe, comme l’ont démontré et continuent à le faire des historiens. Hervé Chabannes54 s’attache notamment à faire connaître les « passeurs de mémoire de la ville », historiographes, archivistes ou simples lettrés qui ont tenté de retenir, de fixer la mémoire havraise, comme si cette dernière était condamnée à toujours se déliter. Les textes produits par ces « passeurs » s’inscrivent dans le corpus des représentations de la ville, même si leur dimension littéraire est parfois problématique. La réappropriation de la ville par les Havrais a été douloureuse après 1944, et Le Havre a été longtemps associé à l’image très négative d’une ville de province ouvrière (double peine !), après avoir été perçue comme une cité négociante sans culture. Surtout, il s’agit d’une cité tenue pour défigurée par la guerre. Ce complexe et ce traumatisme sont mentionnés par plusieurs écrivains. Benoît Duteurtre rappelle que l’urbanisme d’après-guerre fut associé à l’architecture stalinienne, dans une ville qui plus est très longtemps « communiste » :

  • 55 L’Été 76, op. cit, p. 63-64.

[…] la ville de mon enfance conservait la solidité un peu triste du modernisme d’après-guerre : une froideur urbaine, un manque d’animation qui pouvait faire songer aux cités soviétiques. Sur ces boulevards de béton armé, la province restait la province, avec ses pauvres bistrots de quartiers, ses magasins fermés de midi à quatre heures […] Entièrement vouée au travail, aux usines Renault et à la compagnie française de raffinage, la ville s’éteignait à sept heures du soir. Le long des boulevards déserts, on n’entendait plus que la pluie crépiter et le vent s’engouffrer d’un immeuble à l’autre55.

  • 56 Ibid., p. 134.

Le Havre, en ce temps-là, n’avait pas bonne réputation : grande cité ouvrière, mais simple sous-préfecture, la première ville de Normandie semblait en tout point défavorisée, sauf par la présence de la mer. Les bombardements de 1944 avaient transformé le centre-ville en champ de ruines, aussi impressionnant que Dresde ou Hiroshima. Édifiée sur ce carnage, la nouvelle ville en béton armé, où se croisaient des avenues rectilignes, avait quelque chose de stalinien que les esprits hâtifs associaient au parti communiste, installé à la mairie depuis vingt ans56.

42Puis d’évoquer le complexe de la province – pire : de la province ouvrière – dans un développement nostalgique qui déplore l’uniformisation post-moderne, dont nous parlions plus haut :

  • 57 Ibid., p. 65.

Tandis que je me remémore avec nostalgie mon adolescence, la ville d’aujourd’hui semble étrangement moins complexée que celle où je vivais alors […] Le front de mer a perdu son côté bidonville-les-flots, pour se transformer en promenade élégante, avec ses lounges et ses bistrots à tapas où le réchauffé se vend cher. Le centre du Havre est plus animé ; on y retrouve les mêmes enseignes qu’à Paris ou à Tokyo. Le complexe de la province semble avoir disparu, comme si tout se ressemblait davantage à l’issue de plusieurs décennies de crise ; comme si les contrastes de la géographie n’avaient cessé de s’atténuer tandis que prenaient fin les illusions de l’Histoire57.

43On retrouve aussi tous ces éléments dans les romans noirs de Philippe Huet, qui font revivre cette ville des années 1990 qu’évoque Benoît Duteurtre. Sur la plage, avant qu’elle ne soit réhabilitée, puis sur le quartier Perret, dans Quai de l’oubli :

  • 58 Philippe Huet, Quai de l’oubli, Paris, Le Livre de poche, 1992, p. 10.
  • 59 Ibid., p. 14.

Il faisait la gueule parce que cette plage était dégueulasse, qu’elle respirait le cambouis et la nature bousillée58 […] relevée dans l’urgence de l’après-guerre, la ville s’emboîtait comme un jeu de construction. Un Lego. Sans la couleur. Entre les casernes, le piéton orphelin se perdait dans des avenues longues et larges comme des pistes de Boeing. On n’y croisait les autres qu’à la jumelle59

  • 60 Dans la salle des pas perdus 1, op. cit, p. 312.

44Armand Salacrou a cette phrase sur le Havre : « Le Havre, une ville bouleversante qui ne bouleverse pas les Havrais60. »

45Depuis une dizaine d’années, le mouvement s’est inversé radicalement pour aller vers une réappropriation de la ville par ses habitants. Le classement du Havre reconstruit par Perret au patrimoine mondial de l’Unesco en 2005 a joué un rôle considérable dans l’évolution des représentations de la ville. C’est encore un nouvel espace qui naît sous la plume des auteurs contemporains, celui où l’on célèbre les beautés exigeantes de l’architecture Perret, où l’on évoque la poésie de l’espace industriel. Sur ces paysages industriels, on citera à nouveau Benoît Duteurtre, dans les développements qu’il consacre à l’entrée de la ville, dominée par les usines de raffinage, ou au mouvement des pétroliers :

  • 61 L’Été 76, op. cit., p. 87.
  • 62 Ibid., p. 63.

L’idée de vivre sur une terre de feu et d’acier me plaisait curieusement autant que les enchantements montagnards de Jean Giono. Lorsque nous quittions Le Havre par la route, je ne me lassais pas d’admirer la vision démoniaque de la Compagnie française de raffinage, ces kilomètres de tuyaux, ces torchères aux lueurs orange qui projetaient une fumée noire très grasse. Les réservoirs, les cimenteries, les industries automobiles me donnaient l’impression grisante d’habiter un des chaudrons du monde61 ; plus loin, vers l’est, les bassins portuaires, les entrepôts et les quais dominés par des grues métalliques se prolongeaient jusqu’aux usines innombrables, puis se perdaient dans les chapelets de fumées qui embrumaient l’estuaire de la Seine. À l’ouest, la ville s’interrompait brutalement devant la mer. Les deux bras de la jetée s’ouvraient sur le large, immense et scintillant, où se croisaient quantité de paquebots, pétroliers, méthaniers, porte-conteneurs, cargos, chalutiers, dragues, porte-barges, prêts à entrer en Europe ou à partir pour l’Amérique62.

46Sur l’architecture Perret :

  • 63 Ibid., p. 134.

Les tours de la Porte océane se dressaient sur ma gauche, à l’entrée de l’avenue Foch. Cette architecture monumentale me semblait aujourd’hui presque radieuse, bien qu’on m’eût appris à la trouver si laide63.

Le corpus

47Comme nous l’avons annoncé, Le Havre a le mérite de permettre la construction d’un corpus qui soit à la fois intégral (à un moment donné, puisqu’il est destiné à s’enrichir indéfiniment) et conserve une taille humaine. On a dénombré pour aujourd’hui une centaine de titres, qui regroupent la totalité des textes littéraires mentionnant la ville de façon significative, des origines à nos jours. Les textes sont écrits en langue française, à l’exception de Tropique du Cancer d’Henri Miller. Il est probable que d’autres auteurs étrangers aient mentionné Le Havre comme lieu de départ ou d’arrivée depuis l’Angleterre et les États-Unis, et que leurs textes puissent rejoindre le corpus. La modeste taille de ce dernier autorise que nous accueillions tous les genres (en l’occurrence le théâtre, le roman et la nouvelle, la poésie, les mémoires et les journaux), ce qui nous semble relativement original dans la mesure où les approches géocritiques se sont majoritairement penchées sur le roman. La délicate question de la délimitation du corpus fait d’ailleurs partie intégrante de l’exercice géocritique.

  • 64 Charles Le Goffic et Edgard Zevort, Morceaux choisis des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie du (...)
  • 65 Bernard Esdras-Gosse, Anthologie des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie Étaix, s. d. À signale (...)

48Signalons tout d’abord que nous avons des prédécesseurs. Au XIXe siècle, Charles Le Goffic, qui enseigna au Havre pendant quelques années, a publié un recueil de Morceaux choisis des écrivains havrais64. Au XXe siècle, l’intellectuel et homme de lettres havrais Bernard Esdras-Gosse a dressé une anthologie des écrivains locaux65. Rejoignant celles des historiens, ces entreprises apparaissent comme autant de tentatives pour fixer la mémoire et l’identité de la ville. Le texte de Queneau, « Portrait littéraire du Havre », que nous rééditons dans cet ouvrage, dresse aussi une brève histoire de la littérature au Havre. Il met notamment l’accent sur la difficulté à constituer un corpus qui résiste au temps. Queneau fait revivre un moment de l’histoire de la littérature havraise, moment où, par exemple, les prix Goncourt de 1932 (Les Loups de Guy Mazeline) ou de 1945 (Passage de l’homme de Marius Grout), obtenus par des écrivains havrais, sont encore dans les mémoires. Mais de nombreux auteurs évoqués par Queneau et qui lui sont contemporains sont aujourd’hui totalement oubliés. Constituer un corpus de textes représentant Le Havre conduit à aborder la question de la postérité littéraire. Sans exclure les auteurs considérés comme « mineurs » ou « régionaux », il me semble que l’on ne peut pas éviter de recourir à des critères touchant à la qualité des textes et à leur littérarité.

  • 66 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Flammarion, « GF », p. 113.
  • 67 Annie Ernaux, La Honte, Paris, Gallimard, « Folio », p. 42.
  • 68 Maurice Leblanc, L’Aiguille Creuse, Paris, Le Livre de poche, p. 235.

49Se pose également le problème de la délimitation géographique, importante dans le cas d’une ville comme Le Havre, souvent évoquée comme simple lieu de passage vers d’autres localités plus prestigieuses ou plus importantes : Paris bien sûr, mais aussi les villes balnéaires de la côte d’Albâtre, dont Étretat, ou de la Basse-Normandie, Trouville et Deauville. Il arrive aussi que la ville soit simplement mentionnée en tant qu’elle abrite une sous-préfecture. Dans Maigret et la vieille dame de Simenon, l’inspecteur vient du Havre, mais le drame a lieu à Étretat. C’est aussi dans cette petite ville côtière que se situe l’action de l’Histoire de Rose et de Jean Duchemin d’Alphonse Karr, même si Jean se loue comme matelot sur les bateaux à vapeur du Havre, pour passer l’hiver. Dans Bouvard et Pécuchet, l’excursion au Havre s’inscrit dans le contexte plus large de la côte d’Albâtre, et c’est finalement à Étretat que les deux hommes passent la journée, même s’ils devaient au départ se rendre au Havre pour « étudier le quartz pyromaque et l’argile de Kimmeridge66 ». Si l’on se tourne vers les terres, et non plus vers la côte, Le Havre peut enfin être cité pour son appartenance au pays de Caux. Tel est le cas dans plusieurs romans d’Annie Ernaux (Les Années et La Honte notamment). La narratrice a grandi à Yvetot, qui se trouve à équidistance de Rouen et du Havre. Si Le Havre est mentionné, la ville est rarement investie dans la fiction ou dans l’imaginaire du personnage. Il nous semble cependant que ces œuvres peuvent figurer dans notre corpus, dans la mesure où Le Havre figure comme un élément constitutif de la région dont la narratrice est originaire. Dans La Honte : « En juin 52, je ne suis jamais sortie du territoire qu’on nomme d’une façon vague mais comprise de tous, par chez nous, le pays de Caux, sur la rive droite de la Seine, entre Le Havre et Rouen67. » On retrouve ce même phénomène dans L’Aiguille creuse de Maurice Leblanc, où se dessinent, au cœur même de l’énigme, un « triangle cauchois » formé par Rouen, Dieppe et Le Havre : « Rouen… Dieppe… Le Havre… Le triangle cauchois… Tout est là… D’un côté la mer. D’un autre la Seine. D’un autre les deux vallées qui conduisent de Rouen à Dieppe68. »

  • 69 Charles Nodier, La Seine et ses bords, Paris, Les éditions de Paris, 1836.
  • 70 Jules Janin, Voyage de Paris à la mer : description historique des villes, bourgs et sites sur le p (...)
  • 71 Parmi les rares textes réédités on mentionnera : Joseph Morlent, Le Havre et son arrondissement, Pe (...)
  • 72 Jules Janin, lettre du 16 juillet 1840, Lettres inédites de Casimir Delavigne, Ancelot, Jules Janin (...)
  • 73 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage. Un colloque international consacré à Casimir Delavigne (...)
  • 74 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage.
  • 75 Jacques Ancelot, lettre du 10 juillet 1852, Lettres inédites de Casimir Delavigne, Jules Janin et A (...)

50La constitution du corpus conduit à une réflexion sur les genres. La méthode géocritique permet peut-être de donner ou de redonner une place à des textes jusqu’à présent pas ou peu considérés par l’histoire littéraire. Elle invite à accueillir des œuvres susceptibles d’intéresser les spécialistes des relations entre littérature et histoire. Nous pensons par exemple aux guides de voyages du XIXe siècle, auxquels se sont essayés des hommes de plume célèbres, en l’occurrence Charles Nodier69 et Jules Janin70. La notion de « pittoresque » et la pratique de la relation de voyage, que l’on retrouve au cœur de plusieurs textes du XIXe siècle de notre corpus, pourraient être approfondis dans la perspective géocritique. Certains travaux d’historiographie du Havre méritent aussi d’être revisités par les littéraires. Il semble en tout cas difficile jusqu’au début du XXe siècle de dissocier radicalement histoire et littérature et notre approche invite à reconsidérer ces textes dans cette double perspective. Les ouvrages sur Le Havre de Joseph Morlent71 par exemple, historien, bibliothécaire, directeur d’une société d’hommes de lettres, rédacteur de revues, déploient des développements qui alimentent très clairement notre réflexion sur les modes de représentations de la ville. La dimension esthétique de la composition et de l’écriture y apparaît clairement. Jules Janin, qui remercie Morlent de lui avoir adressé son livre Le Havre et son arrondissement, le félicite également d’avoir écrit l’histoire de la ville « en historien, en poète et en artiste72 ». Joseph Morlent a été en quelque sorte l’un des premiers à tenter de dresser les contours d’une littérature havraise, en s’attelant à inscrire dans la mémoire de la ville des écrivains locaux célèbres en leur temps, notamment les académiciens Casimir Delavigne73 et Jacques Ancelot74. Ces auteurs livrent des informations sur les représentations de la ville, et leur apport a été fondamental dans la construction d’une identité culturelle havraise, même si leur intérêt littéraire est limité. Jacques Ancelot, chargé de rédiger un discours célébrant à la fois Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne, fait part à Joseph Morlent de sa difficulté à rassembler deux auteurs si différents, évoquant une forme de géocritique du Havre avant l’heure, dans une lettre de 1852 : « Ce n’est pas chose très facile que cette appréciation poétique de deux écrivains si remarquables, avec des physionomies si diverses ; peut-être que ceux qui m’entendront désireront que c’eût été impossible75. »

  • 76 On peut avoir un aperçu du travail de Marie Le Masson Le Golft dans Le Havre au jour le jour de 177 (...)

51L’entreprise d’une femme comme Marie Le Masson Le Golft, intellectuelle des Lumières, nous plonge également dans les origines de la création littéraire au Havre. Son Histoire du Havre n’intéresse pas seulement l’historien, mais aussi le littéraire, dans la mesure où elle rend compte des pratiques lettrées du XVIIIe, reproduisant par exemple des odes et des chansons de circonstances (notamment au moment des visites royales). L’une des parties de l’ouvrage se présente comme un « coup d’œil » sur la ville, rédigé sous la forme d’entretiens fictifs, qui témoigne d’un parti pris esthétique et fictionnel évident76.

  • 77 Édité de façon très confidentielle dans le Bulletin de liaison du Centre havrais de recherches hist (...)
  • 78 Jean Laignel, Antiquitez du Havre de Grâce, Une histoire écrite en 1711, Rouen, PURH, 2010.

52Notre corpus peut également remettre en lumière des textes délaissés ou oubliés parce qu’ils furent tenus pour « régionaux », dénomination péjorative sans efficacité réelle dans une approche géocritique. Par exemple, les textes du poète Jules Tellier forment un objet curieux, dont l’hybridité et la bizarrerie participent d’une esthétique fin de siècle sur laquelle il reste beaucoup à dire. Le hasard fait se rencontrer autour de cette figure plusieurs phénomènes à la fois toponymiques et littéraires. Un buste de Jules Tellier, sculpté par Bourdelle, fut érigé au square Saint-Roch (qui abrite l’arbre de La Nausée), ce qui donna l’occasion à un autre écrivain, Maurice Barrès, de produire un discours d’inauguration. Parmi les auteurs injustement oubliés figure aussi Émile Danoën, qui, avec Une maison soufflée aux vents, a écrit le grand roman de mouvance réaliste sur le quartier Saint-François du Havre, œuvre pour laquelle il reçut le prix du roman populiste. Certains textes plus anciens ont attiré l’attention des chercheurs archivistes. Plusieurs d’entre eux ont été édités ces dernières années. Parmi eux, Le Barbier d’Ingouville77 écrit par Augustin Pinel en 1744, constitue une réécriture dégradée du Barbier de Séville. Les Antiquitez du Havre de Grâce78 de Jean Laignel, composé en « atelier » par quatre scripteurs, offre un exemple extrêmement intéressant de fixation de la mémoire havraise par strates successives. Retraçant l’histoire de la ville, l’ouvrage contient également des passages littéraires, comme « L’épître héroïcomique sur le bombardement du Havre ».

  • 79 Voir par exemple François Ancelot, « Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne », dans Poésies(...)

53Ces textes de l’époque classique posent la question de l’origine du territoire littéraire havrais. Quel est le premier texte littéraire à représenter la ville ? Qui est aussi le premier écrivain havrais ? Pour répondre à cette question, on pense spontanément à Bernardin de Saint-Pierre, qui est né au Havre. L’auteur a longtemps été considéré comme une figure représentative de l’identité havraise, comme en témoigne aussi bien sa statue, sculptée par David d’Angers, inaugurée en présence de Musset, que les discours qui ont fleuri autour de son érection79. Bernardin constituerait la « mémoire » littéraire de la ville, paradoxalement d’ailleurs, puisqu’il ne mentionne pas Le Havre dans son œuvre. Autour de cette question des origines surgit également la figure de Maupassant. Pierre et Jean est sans doute l’un des premiers romans de l’histoire littéraire à situer entièrement son action au Havre et à faire de la ville un élément important de l’intrigue.

54Nous en arrivons à la question de savoir comment aborder ce corpus et quels critères d’analyses et de comparaisons établir. Les approches sont éminemment plurielles et complémentaires.

Des approches plurielles

55Travailler à une géocritique du Havre implique d’emprunter des directions extrêmement diverses, qui se rencontrent, se croisent, se chevauchent et s’enchevêtrent en permanence. On parlera volontiers de stratigraphie et de polyphonie pour désigner les types d’approches possibles. Nous souhaiterions en suggérer quelques-unes, tout en précisant d’emblée que notre propos n’aura rien d’exhaustif et ne se propose que d’ouvrir quelques pistes.

Les critères techniques de référenciation

56À un premier niveau, plusieurs catégories de textes se dessinent en fonction des procédés techniques utilisés pour permettre la référence au Havre.

  • 80 Francis Carco, « Climat de rêve », dans Poèmes en prose, Paris, Albin Michel, 1958, p. 43.

57La ville est la plupart du temps nommée, mais elle peut aussi être désignée au moyen de périphrases. Tel est le cas dans le poème « Climat de rêve » de Francis Carco : « Il est à l’embouchure d’un fleuve, une ville énorme au bord de l’eau80. » Dans Fendre les flots de Queneau, le poème, « Nom sans nom » développe une longue périphrase :

  • 81 Raymond Queneau, « Nom sans nom », dans Fendre les flots, Paris, Gallimard, « Poésie », 1969, p. 23 (...)

Que soit cité sur cette page
le nom de l’anse où se mussa
l’enfant qui sortit du collège
avant de s’en aller – là-bas
[…]
tout cela ne dit pas le nom
de l’anse où s’ était réfugié
le voyageur avant de prendre
son élan pour aller – là-bas81

  • 82 L’instant fatal, op cit, p. 192.

58Queneau exploite tous les procédés possibles de référenciation, depuis ce poème qui efface le nom de la ville, jusqu’à celui portant le titre « Le Havre de Grâce82 », qui reprend quant à lui l’appellation originelle et complète de la ville. L’auteur est assurément celui qui propose la plus grande variété de points de vue sur la cité, et l’on retrouve dans l’ensemble de son œuvre la quasi-totalité du paradigme que nous dessinons ici.

59Figurent aussi dans notre corpus des œuvres dont on peut présumer qu’elles ont pour cadre Le Havre, en fonction de certaines indications. Dans la pièce Paquebot Tenacity de Charles Vildrac, l’action se déroule dans un quartier de pêcheurs, au cœur d’un grand port, depuis lequel les deux personnages principaux vont s’embarquer vers le Canada. Il est très probablement question du Havre. C’est dans cette ville que Julien Duvivier situe l’action lorsqu’il adapte la pièce pour le cinéma en 1934. Dans « Le Panorama » de Limbour, la topographie de la ville renvoie incontestablement au Havre dont est originaire l’auteur, mais la cité n’est pas nommée.

  • 83 Il y aurait aussi des analyses à explorer en direction du cinéma. Deux cinéastes ont nommé un de le (...)

60La ville est rebaptisée « Bouville » par Sartre, comme sont transformés les noms de rues et de lieux publics, à quelques exceptions près, dont l’hôtel Printania qui accueille Antoine Roquentin et où a logé Sartre. On retrouve ce principe de mixité dans La Bête humaine, qui respecte la plupart des toponymes, mais contient aussi des noms inventés par Zola comme celui de Doinville. La question de la toponymie pourrait être en soi un angle d’analyse à développer. Les noms de rue choisis et inventés par Sartre dans La Nausée, « la rue des mutilés » ou le « boulevard Victor-Noir » par exemple, exploitent des phénomènes sémantiques évidents. Il en va de même du nom choisi par l’auteur pour désigner la ville. Plusieurs écrivains83 ont exploité la polysémie du nom « Le Havre ». L’auteur contemporain Yoland Simon insiste sur le sens du nom commun le « havre », phénomène qui reste paradoxalement assez rare :

  • 84 Yoland Simon, Le Roman du Havre, Étretat, L’Aiguille, 2011, p. 178-179.

Le nom de la ville est aussi d’une belle simplicité. Inutile, pour lui, de se mettre en quête de racines latines, de vocables celtes ou gaulois. […] Certes, la ville fut d’abord appelée Franciscopolis, mais il fut sage de renoncer à cette composition savante et plutôt ridicule qui prétendait honorer un François Premier dont les châteaux de la Loire exaltaient suffisamment la gloire. Toujours dans le souci de s’en tenir à l’essentiel, Le Hâvre de Grâce se contenta d’être Le Havre. Le nom propre ne se distingua plus du nom commun. De ceux qui appartiennent à tout un chacun. […] le nom de la place résume sa raison d’être. Celle d’offrir un abri à toutes les aventures maritimes, de protéger d’ingrates embarcations qui ne songent qu’à repartir84.

61Chez Georges Duhamel, le sens du vocable « havre » est exploité de façon grotesque, dans une scène où un instituteur interpelle le jeune Pasquier sur la signification de ce mot. Le Notaire du Havre offre l’exemple limite d’un roman où Le Havre ne désigne jamais un espace, mais se réduit à un nom sans référent. La famille Pasquier attend désespérément une lettre du notaire du Havre qui doit leur annoncer un héritage des Amériques, lettre qui n’arrivera jamais. Tout le roman tourne autour de cette attente et du caractère grotesque des illusions qu’elle génère. Mais il n’est à aucun moment question de la ville proprement dite. « Le Havre » devient le mot magique que l’on attend de voir figurer sur un courrier :

  • 85 Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, dans Chronique des Pasquier, Paris, Omnibus, 1999, p. 60.

Nos songeries familiales ne manquaient pas de m’escorter jusque sur les bancs de l’école. Je fus, pour M. Joliclerc, un élève bien inattentif. […] Un jour, pendant la leçon de géographie, je l’entendis qui grondait : « Je répète, qu’est-ce qu’un havre ? Que signifie le mot havre ? Vous, là-bas, Pasquier, le dormeur ! »
Je me levai, croisai les bras et répondis de la façon la plus naturelle du monde : « Un havre… Un havre… C’est l’endroit où il y a le notaire85… »

  • 86 La Géocritique, op. cit, p. 208.

62Le type de regard porté sur la ville constitue un autre critère technique permettant de distinguer les formes de représentations de la ville. Nous emprunterons la terminologie proposée par Bertrand Westphal86, définissant trois regards, l’un « allogène », l’autre « endogène », le dernier « exogène ». Par « allogène », on définit le regard d’un personnage ou d’un narrateur qui ne sont pas natifs du Havre mais s’y sont installés de façon assez durable pour connaître la ville intimement. C’est le regard de l’écrivain contemporain Yoland Simon, qui rappelle aussi que Le Havre accueille de nombreux exilés :

  • 87 Le Roman du Havre, op. cit., p. 178.

[…] le Havrais n’est ni possessif, ni chauvin. Et puis, il a souvent au cœur un autre coin de terre, un petit paradis qu’il fallut quitter : une falaise bretonne, un morne antillais, un rivage africain. Avant de devenir ici manœuvre ou douanier, matelot ou carabot, il eut une vie antérieure, à Fort-de-France, à Dakar ou à Concarneau, voire dans un village du pays de Caux. Le Havre lui offrit un refuge, comme il accorda jadis l’asile au huguenot poursuivi par la Ligue, à l’Alsacien chassé par le Prussien, aux proscrits en fuite qui rêvaient d’Amérique87.

  • 88 Un rude hiver, op. cit., p. 105.

63C’est aussi le point de vue de Mme Dutertre dans Un rude hiver de Queneau, installée de longue date dans la cité, mais qui porte encore sur celle-ci un jugement d’exilée : « Et pour revenir aux Havrais, continua Mme Dutertre sans se préoccuper de l’interruption, regardez-les tous : les bourgeois, des cochons avides et gloutons, et d’un égoïsme, pouah trois fois pouah […] Ah, monsieur Lehameau, je me sens en exil88. »

64Les auteurs qui sont nés et ont grandi au Havre portent sur la ville un regard endogène, même si la plupart d’entre eux ont ensuite quitté la cité (Salacrou, Queneau, Duteurtre dans leurs écrits personnels, etc.). Sont exogènes les regards jetés par tous les auteurs (Leiris) et les personnages (Antoine Roquentin) de passage dans la ville, et ils sont nombreux compte tenu d’une des spécificités du Havre qui est d’être un espace de grande circulation. Dans La Belle Saison de Roger Martin du Gard, Antoine Thibault accompagne la femme qu’il aime au Havre, d’où elle partira pour l’Afrique. Après avoir regardé partir le paquebot, il déambule dans le port brumeux et s’y perd. Suit une assez longue évocation de la ville, que le personnage découvre à cette occasion. Nous avons ici à faire à un texte particulièrement représentatif de ce regard étranger, dans lequel le personnage doit recourir à un plan de la ville :

  • 89 Roger Martin du Gard, La Belle Saison, Les Thibault 3, Paris, Gallimard, 1949, p. 100.

Antoine allait, sans connaître son chemin. Sous un réverbère, il lutta contre la tourmente pour déplier un plan de la ville. Puis, perdu dans la brume, mais guidé par le bruit des vagues et l’avertissement lointain de la trompe marine, fendant le vent qui plaquait son manteau contre ses jambes, il traversa des terrains glissant de boue et atteignit un quai89 […]

Le degré d’importance de la ville

  • 90 Parmi les ouvrages récents qui prennent en compte les apports des recherches autour du concept de « (...)

65Nous pouvons classer les différentes représentations du Havre en fonction du degré d’importance de la ville dans le récit. Beaucoup d’études portant sur la ville en littérature ont été produites et ont permis de construire de solides bases théoriques sur lesquelles s’appuyer90. Les théoriciens dressent notamment des échelles déterminant le caractère fortement spatialisé ou non d’un récit. On rencontre dans notre corpus les deux extrêmes. Avec Georges Duhamel, la ville du Havre n’est qu’un nom et de possède pas de réalité spatiale dans le récit. Le Havre est une ville de hasard dans certains textes, comme dans ceux où elle figure en tant que port de départ ou d’arrivée. C’est le cas dans les Mémoires d’outre-tombe. C’est au Havre que le narrateur accoste à son retour d’Amérique, mais le port n’a pas plus d’importance, nous semble-t-il, que d’autres qui sont évoqués dans l’œuvre, comme Dieppe, Saint-Malo ou Calais :

  • 91 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Flammarion, « GF », 1989, p. 469. Le (...)

Le lendemain, nous entrâmes au Havre. Toute la population était accourue pour nous voir. Nos mâts de hune étaient rompus, nos chaloupes emportées, le gaillard d’arrière rasé, et nous embarquions l’eau à chaque tangage. Je descendis à la jetée. Le 2 de janvier 1792, je foulai de nouveau le sol natal, qui devait encore fuir sous mes pas. J’amenais avec moi, non des esquimaux des régions polaires, mais deux sauvages d’une espèce inconnue : Chactas et Atala91.

  • 92 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Paris, Gallimard, « Folio Classique », 1982, p. 17.

66Le Havre se révèle aussi une ville prétexte, choisie pour l’intérêt qu’elle présente dans l’économie de l’intrigue. C’est l’endroit où embarquent Manon Lescaut et le chevalier Des Grieux par exemple. La ville est aussi mentionnée dans plusieurs romans d’aventure d’Alexandre Dumas comme lieu de passage entre la France et d’autres continents. Dans Alexandre Balsamo, elle apparaît comme le port de mer le plus proche de Paris. Dans Le Capitaine Pamphile, le choix du port du Havre, qui alterne avec Nantes, est déterminé par le motif de la traite des Noirs. Cette dimension de « ville prétexte » n’exclut d’ailleurs pas que Dumas ait bien connu la cité, comme en attestent ses Mémoires. Georges Simenon dans Le Bilan Malétras évoque un grand port, lequel fonde le décor de son roman, mais il ne nous semble pas que l’auteur restitue un lieu qu’il connaîtrait intimement, et l’action pourrait se passer dans n’importe quel autre grand port. Balzac connaissait peu Le Havre et la ville l’a séduit dans la mesure où il cherchait un lieu où le père de Modeste Mignon pourrait faire fortune rapidement. Pour le reste, la ville n’est évoquée que de façon assez vague et générale, comme en témoignent d’ailleurs les formulations toponymiques approximatives qui parsèment sa description : « Au bout de la rue qui serpente au sommet, on aperçoit les gorges où sont situés quelques villages, Sainte-Adresse, deux ou trois saints-je-ne-sais-qui, et les criques où mugit l’Océan92. »

  • 93 Émile Zola, La Bête humaine, Paris, Gallimard, « Folio », 2001 [1977], p. 209.

67C’est uniquement le quartier de la gare qui est évoqué dans La Bête humaine, et le mode de vie des personnages, qui ne quittent pas ce lieu, entraîne par conséquent l’absence d’évocations de la cité : « [Séverine] ne sortait presque jamais, elle n’apercevait du Havre que les fumées des usines voisines, dont les gros tourbillons noirs tachaient le ciel93. »

  • 94 « Panorama », dans La Nouvelle Revue française, no 267, 1er décembre 1935, p. 831.
  • 95 L’Été 76, op. cit., p. 183.
  • 96 Dans Les Derniers Jours, sur Tuquedenne : « Il aimait Paris, plus exactement les rues de Paris. […] (...)
  • 97 Voir Michel Lecureur, « Queneau et sa ville natale », dans Raymond Queneau, mystère des origines, o (...)

68À l’extrême opposé, notre corpus contient quelques récits dans lesquels la ville joue un rôle très important. Pierre et Jean de Maupassant, Un rude hiver de Queneau, le récit de Limbour « Panorama », La Nausée et plus récemment L’Été 76 évoquent de façon étendue, précise et centrale les pérégrinations d’un ou de plusieurs personnages à travers les lieux et les rues de la ville. Dans tous ces textes, la cité du Havre dépasse le simple statut d’élément de décor, soit que l’espace constitue la matrice du récit (dans « Panorama »), soit que le personnage se définisse essentiellement par rapport à lui (Antoine Roquentin est « absorbé » par Bouville), soit que Le Havre soit le motif sémantique central du texte. On peut, en suivant le parcours des personnages, redessiner presque complètement la ville ou certains de ses quartiers, et ainsi la cartographier. Parcourir ces récits revient en fait à sillonner Le Havre, en reprenant à notre compte les diverses théories qui ont fait de la ville une métaphore textuelle. D’un point de vue tant narratologique que sémantique, l’espace et le lieu sont au centre des textes et génèrent la fiction. On citera l’incipit de « Panorama », dans lequel le regard porté sur la ville s’offre d’emblée comme sujet principal du récit : « Il est rare qu’une ville ne soit adossée à quelques élévations qui permettent d’en prendre une vue générale94. » Ailleurs, c’est la clôture du livre qui rappelle le caractère central de la ville. Dans les dernières pages de L’Été 76, Le Havre apparaît comme le lieu de formation, fondateur de tout ce qui suivra dans le parcours de l’écrivain : « C’était Le Havre, la ville de mon enfance que j’allais quitter pour une autre vie, sans soupçonner quelle accumulation de découvertes m’attachait à ces lieux qui m’avaient façonné95. » On connaît le goût de Queneau pour la topographie, même s’il s’est surtout exprimé autour de la ville de Paris96. Le journal de l’écrivain rédigé au Havre contient le dessin des parcours qu’emprunte le jeune homme dans la ville. Queneau avait songé appeler Un rude hiver « Le Havre de Grâce97 ». On se demande si la finalité ultime de ce roman n’est pas de nous proposer un parcours de la ville. Il nous semble qu’il y aurait largement matière à écrire un second livre sur Queneau et Le Havre, tant la place de la ville dans l’œuvre apparaît importante, et les liens entre l’auteur et sa cité natale ambivalents et riches.

Une géographie socio-politique

69Certains aspects des représentations du Havre nous renvoient à des réalités sociales et politiques. La ville présente la particularité d’offrir de grands contrastes, et l’on pourrait presque dire qu’il y a plusieurs Havre qui se donnent à découvrir en fonction des quartiers.

70Parlons tout d’abord du Havre des ouvriers. L’affaire Jules Durand, qui porte sur des grèves de la corporation des charbonniers, a permis de faire connaître Le Havre ouvrier bien au-delà des frontières de la ville, car de nombreux syndicats de pays voisins se sont alors mobilisés pour sauver Jules Durand. Le drame de ce syndicaliste, accusé à tort d’avoir tué un compagnon non gréviste, condamné à mort puis disculpé, va surtout inspirer des œuvres. La première est la pièce d’Armand Salacrou, Boulevard Durand. Mais on compte d’autres versions et l’affaire a fait l’objet de plusieurs réécritures, la plus récente étant Quai de l’oubli de Philippe Huet. Avec la crise économique des années 1970, puis des années 1990, la fermeture d’usines, de raffineries, de chantiers navals, on a beaucoup parlé du Havre comme d’une ville ouvrière dévastée par le chômage. Mais le monde ouvrier reste relativement peu représenté dans les textes littéraires sur Le Havre, à l’exception de l’affaire Jules Durand. Si les paysages industriels sont évoqués, ils sont rarement le lieu de l’action.

71Le monde portuaire est en revanche très présent. Plusieurs textes sont exclusivement consacrés aux activités et aux travailleurs du port, comme Une maison soufflée aux vents d’Émile Danoën qui dresse l’histoire du quartier de pêcheurs Saint-François, ou la pièce Paquebot Tenacity, qui se déroule exclusivement dans un bistrot du port. Le poème « Climat de rêve » de Carco, la « chanson de Margaret » de Mac Orlan, les scenarii de Céline prennent également le port pour décor.

  • 98 Guy de Maupassant, Boitelle, dans Contes normands, Paris, Le Livre de poche, 2004, p. 784.

72Les représentations du port et de sa population exploitent un certain nombre de stéréotypes. Dans les relations entretenues entre le port du Havre et l’outre-Atlantique, la cité accueille tout d’abord tous les stéréotypes de l’exotisme, que l’on rencontre chez de nombreux auteurs, de Maupassant à Céline. La nouvelle de Maupassant Boitelle raconte les amours contrariées du personnage principal pour une femme antillaise. Dans l’argument de ballet Voyou Paul. Brave Virginie, Louis-Ferdinand Céline reprend à son compte toutes les images d’Épinal associées à l’exotisme à la Bernardin de Saint-Pierre. Dans « Boitelle » : « Ce goût-là, ce goût de l’exotique, il l’avait dans le sang comme on a celui de la chasse, de la médecine ou de la prêtrise98. » Dans Voyou Paul. Brave Virginie de Céline :

  • 99 Louis-Ferdinand Céline, Voyou Paul. Brave Virginie, Cahiers Céline no 8, Paris, Gallimard, 1988, p. (...)

Voici les « oiseaux des îles »… Marchands d’oiseaux… avec des cages, et des oiseaux fantastiques… […] Voici les Russes qui débarquent avec leurs traîneaux et leurs ours… Danse de l’ours et de la foule […] Voici l’Arabe et son harem sur un dromadaire… (danse…). Voici le maharadjah avec l’éléphant sacré99

73Le port est également associé au stéréotype de « l’ailleurs ». On citera à nouveau Maupassant, mais aussi Queneau, qui dans Les Derniers Jours met en scène un vieux professeur de lycée havrais (autre Sartre ou Aron ?), devenu trop âgé pour s’aventurer vers de lointaines contrées. Dans Pierre et Jean, Pierre :

  • 100 Pierre et Jean, op. cit., p. 89.

Moi, quand je viens ici, j’ai des désirs fous de partir, de m’en aller avec tous les bateaux, vers le Nord ou vers le Sud. Songe que ces petits feux, là-bas, arrivent de tous les coins du monde, des pays aux oiseaux-mouches, aux éléphants, aux lions libres, aux rois nègres, de tous les pays qui sont nos contes de fées à nous qui ne croyons plus à la Chatte blanche ni à la Belle au bois dormant. Ce serait rudement chic de pouvoir s’offrir une promenade par là-bas ; mais voilà, il faudrait de l’argent, beaucoup100

74Dans Les Derniers Jours, le personnage de Tolut :

  • 101 Les Derniers Jours, op. cit., p. 17.

J’aurais bien voulu voyager, reprit-il […] Pendant vingt ans, j’ai été professeur au lycée du Havre, ce grand port. […] Oui, monsieur, j’en ai vu partir des vaisseaux pour de lointains périples, oui, oui, périples. Certains s’en allaient vers les pôles et d’autres vers les antipodes. Et, moi, je n’ai même jamais mis le pied sur le bateau de Trouville. Maintenant, je suis trop vieux […] j’ai des élèves qui sont devenus marins ou qui vivent aux colonies. Il y en a qui m’ont envoyé des cartes postales d’un peu partout101.

75Les transatlantiques, incessamment mentionnés, font figure d’objets métonymiques du port, et par extension de la ville du Havre.

76La bourgeoisie est très largement représentée dans les textes de notre corpus. Il s’agit qui plus est d’une bourgeoisie de province, qui elle-même comporte des subdivisions. Les familles de négociants anciennement installés demeurent plutôt en ville haute, la bourgeoisie maritime plus récente fréquente davantage le boulevard maritime. Le narrateur de La Nausée fait nettement apparaître cette distinction entre ceux du « coteau » et ceux du boulevard maritime :

  • 102 La Nausée, op. cit., p. 70.

« Voilà M. Coffier, le président de la Chambre de commerce ; comme il a l’air intimidant, il paraît qu’il est si froid. » Mais M. Coffier n’a daigné rien voir : ce sont des gens du boulevard Maritime, ils ne sont pas du monde. Depuis le temps que je viens dans cette rue voir les coups de chapeau du dimanche, j’ai appris à distinguer les gens du Boulevard et ceux du Coteau102.

  • 103 Les Fiancés du Havre, op. cit, p. 68.
  • 104 Modeste Mignon, op. cit., p. 44.
  • 105 La Nausée, op. cit, p. 67.

77Dans Les Fiancés du Havre, il est question des « messieurs de la Bourse » et de ceux de la « Côte103 ». Toutes ces catégories sociales forment dans l’espace autant de quartiers, assez nettement différenciés. Pour rassembler certains textes, l’on pourrait presque opérer une entrée par le biais d’une profession, notamment celle du notaire, qui est représentée dans de nombreux récits. L’importance du notaire reflète aussi la place de la bourgeoisie dans les modes de représentations de la ville. Il est question du notaire dès l’incipit de Modeste Mignon : « Au commencement du mois d’octobre 1829, Monsieur Simon Babylas Latournelle, un notaire, montait du Havre à Ingouville104. » C’est l’intrusion du notaire qui dans Pierre et Jean initie le drame ; Antoine Roquentin va jusqu’à parler d’une « rue de notaires » : « Je tourne dans la rue du Président-Chamart, dont les maisons ont trois étages, avec de longues persiennes blanches. Cette rue de notaires est toute possédée par la volumineuse rumeur du dimanche105. »

  • 106 La Nausée, op. cit., p. 163.
  • 107 Les Derniers Jours, op. cit., p. 46.

78Cet univers de la bourgeoisie de Province est perçu de façon critique dans plusieurs œuvres. Cette vision peut d’ailleurs prendre un tour tragique, notamment chez Sartre, où elle participe de l’ennui existentiel qui ronge Antoine Roquentin. Les valeurs bourgeoises sont aussi associées à la violence bienpensante qui va écraser l’autodidacte, dont il est dit : « Son amour des hommes est naïf et barbare : un humanisme de province106. » La promenade du dimanche est un morceau de bravoure où s’exerce la plume satirique de Sartre. Puis la visite au musée d’Antoine Roquentin donne l’occasion au narrateur de se livrer à une violente caricature des valeurs patrimoniales provinciales. L’attachement à la culture régionaliste est aussi présenté avec ironie chez Queneau. Dans Les Derniers Jours : « C’est encore un Havrais, dit Ponsec qui avait de l’orgueil local107. » Dans Pierre et Jean, l’esprit petit-bourgeois du père provoque la honte et la souffrance de Pierre :

  • 108 Pierre et Jean, op. cit, p. 63.

Le bonhomme regardait la mer autour de lui avec un air satisfait de propriétaire.
C’était un ancien bijoutier parisien qu’un amour immodéré de la navigation et de la pêche avait arraché au comptoir dès qu’il eut assez d’aisance pour vivre modestement de ses rentes108.

  • 109 Modeste Mignon, op. cit., p. 85.

79La critique prend un tour plus léger chez Balzac. Si le narrateur fustige les petitesses provinciales, Modeste Mignon parvient sans trop de mal à s’élever au-dessus d’elles, ayant choisi « le parti pris de souffrir dans une sphère élevée au lieu de barboter dans le marais de la vie de province109. ».

  • 110 Ibid., p. 66.

80Le séducteur local d’Estourny est quant à lui présenté de façon ridicule comme « Le dandy parisien des fêtes du Havre, lorgné par toutes les femmes110 ».

81Chez Queneau, le motif de la bourgeoisie de province est traité avec humour. La vision tragique ou comique prévalant dans la représentation de la ville pourrait d’ailleurs s’avérer un autre élément de typologie. Dans Les Derniers Jours :

  • 111 Les Derniers Jours, op. cit., p. 26.

Lorsque Vincent Tuquedenne débarqua du train du Havre, il était timide, individualiste-anarchiste et athée. Il ne portait pas de lunettes bien qu’il fût myope, et laissait croître sa chevelure afin de témoigner de ses opinions. Tout cela lui était venu en lisant des livres, beaucoup de livres, énormément de livres111.

  • 112 L’Été 76, op. cit., p. 39.

82On retrouve ce thème de la montée à Paris du jeune provincial nigaud chez Benoît Duteurtre dans L’Été 76 : « Né au bord de la mer, à 200 km de la capitale, je ne connaissais de Paris que la gare Saint-Lazare […] À présent, une imagerie d’amour, de pavés et de rendez-vous […] m’invitait à larguer les amarres112. »

  • 113 Ibid., p. 221.

83Le Havre déploie de forts contrastes spatiaux, notamment dans l’opposition entre le haut et le bas. Ceci apparaît très clairement dans la nouvelle « Panorama », qui narre la progression des enfants de la ville haute vers la ville basse, et porte pour titre un élément de l’espace. Ce motif de la verticalité apparaît également à la fin de La Nausée, qui montre Antoine Roquentin jetant un regard plongeant sur Bouville : « Je regarde, à mes pieds, les scintillements gris de Bouville113. » Au XIXe siècle, c’est sur la « côte d’Ingouville » que vit la bourgeoisie dépeinte par Balzac ou Stendhal.

Les polarités affectives

84Comme en témoignent plusieurs passages cités, le goût ou les réserves qu’affichent les auteurs, les narrateurs ou les personnages pour la ville constituent également un critère de classification. On peut parler de deux polarités affectives, qui voisinent d’ailleurs souvent dans une même œuvre.

85Outre ce que nous venons d’évoquer sur la satire de la ville de province, les visions dépréciatives du Havre se concentrent également autour de quelques autres éléments. Plusieurs auteurs insistent sur la pauvreté, la misère, la noirceur de la ville ouvrière et industrielle. On trouve cette vision chez Limbour et Queneau. Il est d’abord question dans « Panorama » de « l’épouvantable cité » qu’est Le Havre vu des hauteurs :

  • 114 « Le panorama », op. cit., p. 53.
  • 115 Ibid., p. 834.

« Quel magnifique panorama », criaient méchamment les enfants […] sans un regard pour la ville étalée dans sa lointaine ténèbre et d’où montaient des fumées noires et lugubres, mélangées à une rumeur monotone et triste114 […] le plaisir de la balançoire était lui aussi empoisonné, car elle était installée dans le haut du jardin et si peu qu’on prît de la hauteur, de par-dessus le mur de glycines surgissait par intermittences, juste comme s’arrêtait le frisson un peu convulsif des entrailles, la vision, un instant suspendue, de l’épouvantable cité115.

86Dans Un rude hiver de Queneau figure ce développement consacré aux quartiers populaires et à la misère ouvrière :

  • 116 Un rude hiver, op. cit., p. 73.

Un tramway l’emmena jusqu’à l’Eure, d’où il revint par les quais et les quartiers ouvriers, une longue promenade à travers un monde de travail et d’horreur. De toute part s’agitaient des machines et des esclaves, l’activité semblait démesurée, abominable. Partout l’espace, haletant et suant, gros de désespoir et de vice, paraissait prêt à sortir de sa cuisse des monstres et des catastrophes. Et le temps n’engendrait que la honte. […] Lehameau se gavait de mépris et d’horreur et son âme trépignait exaltée. Il entretenait avec délices sa répulsion absolue et fanatique pour la plèbe du port et des usines, pour la racaille en casquette, les prolétaires bourreaux de leurs enfants, insolents avec les honnêtes gens, ivrognes, brutaux, séditieux et sales. Certains quartiers de la ville avec leurs taudis pavoisés de linges et grouillants de mioches, avec leurs bordels et leurs estaminets, représentaient pour lui sur terre l’image la plus proche de l’enfer, à supposer qu’existât ce lieu116.

  • 117 Philippe Huet situe au Havre l’action de plusieurs de ses romans policiers, qui se passent qui plus (...)

87On constate que le personnage de Lehameau associe la « plèbe » du port et celle des usines. Une atmosphère d’angoisse règne aussi sur le port dans de nombreux textes. Ce dernier est le lieu où l’on se perd, où défilent des étrangers et des inconnus, qui abrite aussi les bars à matelots et les bouges. De Simenon à Philippe Huet, il sert de décors à plusieurs romans policiers et romans noirs117. Pour définir tant la dimension industrielle que l’atmosphère portuaire de la cité, le noir et le gris dominent, dans un ciel habité par les fumées (des usines) ou les brouillards. Francis Carco consacre un poème à ce « climat » propre au Havre :

  • 118 Poèmes en prose, op. cit., p. 43.

Un ciel gris pèse sur les toitures et s’emmêle aux pointes des mâts : un ciel gris pèse sur cette ville que le soleil n’éclaire que de derrière les nuages. C’est là que je te conduirai : dans les brouillards du matin, tu respireras l’âpre odeur des adieux. Nous longerons les morutiers dans le port : ils sentent la saumure et le goudron. Il y a encore les sirènes qui sifflent et les chalands qui s’effacent sur l’eau grise qui les emporte, car le ciel et l’eau ne font qu’une morne étendue où passent, fantômes errants, les apparitions de rêve…
Ta mélancolie se lève avec les brouillards118.

88Cette même mention du « jour gris » figure dans le poème de jeunesse « Port » de Queneau :

  • 119 Les Ziaux, op. cit., p. 19.

Ce bateau sans grâce
près du ciel s’efface
laissant le jour gris
s’enfuir avec lui119

  • 120 La Bête humaine, op. cit., p. 68.

89Le dégoût et la terreur qu’inspire Bouville à Antoine Roquentin dans La Nausée, surtout exprimés dans les dernières pages du roman qui montrent l’engloutissement de la ville, ont ceci de très particulier qu’ils ont à voir avec le malaise existentiel du personnage. Autre cas relativement isolé, celui du personnage de tante Phasie dans La Bête humaine, qui, souffrant d’être loin de Plassans, présente Le Havre comme une ville du Nord glacée : « Une existence de misère, un exil dans ce coin glacé du Nord, où elle grelottait, un ennui à périr120. »

90Parmi les représentations positives du Havre figurent un certain nombre d’éléments récurrents. La ville est tout d’abord associée aux bateaux et à la mer, très souvent évoqués avec des références à la lumière et aux couleurs chaudes, dans lesquels baignent le port et la plage. C’est la vision qu’ont donnée de la ville les peintres impressionnistes, attirés par la lumière si particulière du Havre. Cette vision « impressionniste » faite de lumière et de scènes marines traverse les textes de notre corpus, et se déploie autant chez Maupassant qui fut un contemporain de Monet ou Pissarro, que chez Limbour et Salacrou. Dans Pierre et Jean, cette évocation de la mer, des lumières et de la ligne d’horizon formée par les navires :

  • 121 Pierre et Jean, op. cit, p. 67.

Sur la mer plate, tendue comme une étoffe bleue, immense, luisante, aux reflets d’or et de feu, s’élevait là-bas, dans la direction indiquée, un nuage noirâtre sur le ciel rose. Et on apercevait, au-dessous, le navire qui semblait si petit de loin121.

91Dans « Panorama », le narrateur évoque les reflets blancs et bleus du quai :

  • 122 « Panorama », op. cit., p. 851

Arrivé le premier, il s’assit sur une chaîne entre deux bornes, au bord du quai. Un long yacht blanc était amarré en face de lui, et d’autres plus loin, à voiles et à vapeur. Leurs reflets blancs étaient au-dessous d’eux, endormis, et sur une eau si calme qu’ils pourraient être entraînés dans le départ sans se réveiller. En revanche l’eau bleutait le flanc des quilles122.

  • 123 Dans la salle des pas perdus 1, op. cit, p. 315.

92Salacrou contemple une explosion de couleurs sur les bassins : « La beauté du bassin du Roy, bleu ciel, au crépuscule, avec les lumières des bistrots du quai, rouges, vertes, blanches123… »

93Ceci nous rappelle que Le Havre, et surtout Sainte-Adresse, petite agglomération sur la côte, furent pendant tout le XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe des sites balnéaires relativement luxueux. Sainte-Adresse est d’ailleurs mentionnée dans beaucoup des œuvres du corpus. C’est à Sainte-Adresse que logent les amants du Crime de Rouletabille de Gaston Leroux, que vit le narrateur de l’Histoire de Romain d’Étretat d’Alphonse Karr, que se promène, à cheval, « l’écuyère » d’Octave Mirbeau, etc.

  • 124 Mort à crédit, op. cit., p. 759.

94Le Havre offre aussi le spectacle des allers et venues incessants des bateaux. C’est cette vision qui a très probablement attiré Céline vers Le Havre dans les années 1930. Un extrait de dans Mort à crédit évoque les rêveries générées par le spectacle du port de Rochester où séjourne Ferdinand, et peuvent sans doute entrer en résonance avec le paysage aperçu par Céline depuis l’hôtel Frascati : « On discernait bien les navires, de cet endroit-là, les venues, les rencontres du port… C’était comme un vrai jeu magique… sur l’eau à remuer de tous les reflets… tous les hublots qui passent, qui viennent, qui scintillent encore124… »

  • 125 Louis-Ferdinand Céline, lettre d’août [1957], Lettres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléia (...)

95En 1957, Céline confie à son ami Clément Camus son rêve de finir ses jours à Trouville, où il regarderait les bateaux entrer et sortir du Havre : « mon rêve qui est de finir à Trouville à regarder les bateaux entrer sortir… de la Seine… du Havre… de Honfleur de partout… ah, rien de plus ! le reste m’est si désagréable !… Voyeur je suis voyeur total ! Tout le reste me fout en boule125… »

96Le Havre des années 1930, qui a accueilli comme on l’a vu toute une génération d’écrivains, est enfin dépeint comme une ville joyeuse et animée, vivante et moderne. Les cafés sont notamment souvent évoqués comme des lieux de convivialité. Une géographie sensorielle se dessine dans plusieurs textes, où la ville se donne à découvrir par les odeurs qui sortent des bistrots. Dans « Panorama » de Georges Limbour :

  • 126 « Panorama », op. cit., p. 853.

Ce jour-là, les avenues qu’il suivit lui parurent plus larges et plus majestueuses ; il trouvait un air nouveau aux plus vieilles maisons. Une odeur d’apéritif et d’absinthe qui se dégageait des cafés lui causait un petit vertige délicieux ; il y respirait des plantes qu’il n’avait pas connues dans le jardin et qui promettaient encore de belles voluptés futures. Il y avait bien, au coin des terrasses où des parasols colorés s’ouvraient au-dessus des tables, de certaines boules métalliques où les garçons faisaient disparaître des torchons aromatisés, une dérision de l’unique. […] Pour la première fois, par cette fin de matinée de juillet, ses yeux s’ouvraient sur les femmes aux toilettes légères et colorées et qui marchaient chacune dans sa lumière et son parfum126.

  • 127 Georges Simenon, Le Bilan Malétras, Paris, Gallimard, « Blanche » ; 1967, p. 16 [1re éd. : 1948].
  • 128 La Nausée, op. cit., p. 81.

97Dans Le Bilan Malétras de Simenon, tandis que le héros traverse la rue de Paris, il est question des odeurs d’apéritifs : « Les terrasses regorgeaient de consommateurs et on respirait en passant des bouffées d’apéritifs127. » Dans La Nausée, Bouville est d’abord évoquée comme une ville lumineuse et parfumée par les odeurs de tabac : « Légère odeur de tabac blond : ce sont les commis qui fument128. »

  • 129 Raymond Queneau, Journal, Paris, Gallimard, « Blanche », 1986, p. 120.
  • 130 L’Âge d’homme, op. cit., p. 123.

98L’amour qu’ont porté certains de ces auteurs au Havre est parfois exprimé de façon explicite. Queneau parle du plaisir intense à être au Havre, dans l’un de ses rêves transcrits dans son journal : « Je suis au Havre et j’éprouve un plaisir intense à me trouver dans cette ville129. » Leiris affirme son goût pour cette ville qu’il a découverte : « J’ai toujours aimé Le Havre130. » On se réfèrera à nouveau à Benoît Duteurtre, qui dit son admiration pour les beautés de la ville reconstruite :

  • 131 L’Été 76, op. cit, p. 63.
  • 132 L’Été 76, op. cit., p. 40.

J’adorais ce panorama de la « côté » qui donnait au Havre une urbanité grandiose. Cent mètres plus bas, les tours en béton armé d’Auguste Perret se dressaient le long d’avenues rectilignes131.
Nichée dans les mansardes, au deuxième étage de la maison, la mienne surplombait la ville et ses longs immeubles en béton armé. Entre les tours de la « Porte Océane » et un clocher aux allures de gratte-ciel, on voyait glisser les cheminées des navires. Parfois, le soir, un épais crachin enveloppait la grande horloge de l’hôtel de ville ; la lumière périssait, le temps s’estompait et j’entendais résonner la plainte régulière d’une corne de brume132.

99Le Havre est encore évoqué comme un lieu propice à la rêverie. Dans « Nostalgie » de Queneau, par exemple :

  • 133 « Nostalgie », Fendre les flots, op. cit., p. 235.

En plein milieu de la France
que faire un dimanche
que faire un dimanche
sinon penser à la Manche133

  • 134 La Belle Saison, op. cit., p. 102.

100Le caractère de « rêve » de la ville est également signalé par plusieurs auteurs lorsqu’il est question de la brume qui dissipe les formes. C’est ce terme qu’emploie Martin du Gard pour désigner la découverte de la ville par son personnage au sortir du port embrumé : « Une ville de rêve s’élevait derrière la plage, que battait la marée haute134. » Chez Limbour, la ville est le lieu où se déploie l’imaginaire de l’enfant, autour de la boule mystérieuse et magique à travers laquelle elle se donne à découvrir.

  • 135 On retrouve au cinéma ces deux types d’exploitation du Havre, l’une très réaliste, l’autre davantag (...)

101La part d’imaginaire ou de réalisme investie dans la représentation de la ville pourrait elle aussi former un élément de classification parmi les textes du corpus135.

Les lieux clefs

102Les différentes représentations de la ville peuvent aussi être rassemblées autour de quelques lieux clés. Partir d’un de ces lieux, qui forment pour certains des espaces métonymiques de la ville, offre encore une énième piste de lecture possible.

103Parmi les lieux récurrents figure la rue de Paris. Artère centrale et commerçante de la ville, elle dessine aussi une frontière entre le centre ville et le port, la mer et le cœur terrien de la ville. Baptisée « route de Paris » chez Céline, « boulevard Tournebride » dans La Nausée, elle est incessamment traversée et parcourue par les personnages, à pied ou en tramway. Dans Voyou Paul. Brave Virginie, sur l’arrivée des voyageurs au débarquement du port :

  • 136 Voyou Paul. Brave Virginie, op. cit, p. 113.

Un riche Anglais… avec son domestique… Un lord en mail-coach… il demande la route de Paris… On la lui montre… Il est content ! Gigue !… Il prend la direction de l’écriteau : Paris… […] La route de Paris136 !…

  • 137 Un rude hiver, op. cit, p. 28.

104Dans La Nausée, la promenade du dimanche le long du boulevard occupe une place centrale. Elle offre le spectacle de tout de ce que la ville compte de respectabilité bourgeoise et de sociabilité. Dans Le Bilan Maletras de Simenon, la rue de Paris est au cœur de l’intrigue. Le héros fréquente ses cafés, la traverse à plusieurs reprises pour se rendre dans le quartier du port, et cette rue représente un espace social intermédiaire. On retrouve cette même dimension d’espace intermédiaire dans Un rude hiver de Queneau : « Il prit la rue des Drapiers et après la pouillerie sordide et vibrante du quartier Notre-Dame, se retrouva en pays civilisé, rue de Paris137. »

  • 138 Le Bilan Malétras, op. cit., p. 16.

105Le tramway, emprunté par les personnages dans de nombreux romans, permet de traverser les différents espaces sociaux et joue un rôle assez important dans les représentations de la ville. Chez Simenon, il permet la pénétration dans les faubourgs : « Il pénétra dans la cohue de la rue de Paris puis pensa qu’il risquait à chaque instant de tomber nez à nez avec Lulu […] Un tram passait. Il y monta […] le tram pénétrait dans des faubourgs où des gens étaient assis sur les seuils138. »

  • 139 Les Derniers Jours, op. cit., p. 262.

106Les cafés jouent également un rôle non négligeable dans la figuration spatiale de la ville. Chez certains auteurs, les personnages déambulent de bistrots en bistrots, qui sont autant de lieux représentatifs des différents quartiers de la cité. Les cafés reflètent également l’état d’esprit des personnages. Antoine Roquentin écrit au Café Mably, mais fréquente des femmes faciles au Rendez-vous des Cheminots. Chez Simenon, Jules Malétras voit sa vie se compartimenter en fonction des établissements qu’il fréquente, depuis le très respectable Cintra où il joue au bridge avec les notables de la ville, jusqu’au bouge le Café de l’escale du port, dans lequel il trouve d’abord refuge puis finit par se perdre. Puis il y les « vrais » cafés, à la fois fréquentés par nos auteurs et par les personnages de leur fiction, tel le café Guillaume Tell, mentionnée par Simone de Beauvoir comme le lieu où écrit Sartre et où s’attablent les héros de Queneau dans Les Derniers Jours : « Ils s’attablèrent à Guillaume-Tell139. »

  • 140 Octave Mirbeau, sous le pseudonyme « nègre » d’Alain Bauquenne, L’Écuyère, dans Œuvres romanesques (...)
  • 141 Dans la salle des pas perdus 2, op cit., p. 165.

107Un autre lieu clé, qui rassemble réel et fiction, est l’hôtel Frascati, qui fut un luxueux établissement balnéaire. Fréquenté par Céline, c’est là aussi que dînent les personnages du Crime de Rouletabille de Gaston Leroux, de l’Écuyère d’Octave Mirbeau : « Ils déjeunèrent à Frascati, baignés dans le plein jour des terrasses. Et c’était vraiment fête au ciel, où le soleil, comme pour les noces prochaines, allumait tous ses cierges140. » Le narrateur de Dans la salle des pas perdus y installe sa maîtresse : « De retour au Havre pour les affaires, je l’installai à l’hôtel Frascati, devant la mer et le port. Nous écoutions le hurlement des sirènes141. » C’est sur la plage de Frascati qu’accoste le canot du narrateur dans les premières pages de l’Histoire de Romain d’Étretat d’Alphonse Karr.

108Dans le quartier du port, c’est sans doute la rue des Galions qui réapparaît avec le plus de récurrence. Le quartier Notre-Dame abritant cette rue a été jusqu’à la seconde guerre mondiale associé à la prostitution. Le mode de représentation de la rue des Galions et des ruelles avoisinantes porte témoignage de l’histoire littéraire, qui forme naturellement encore une entrée possible. Chez Lucien Descaves par exemple, on trouve tous les ingrédients constitutifs d’un style et d’un imaginaire fin de siècle :

  • 142 Lucien Descaves, Sous-offs, Rennes, La part commune, 2009, p. 242.

[…] à onze heures, leurs concupiscences attisées réclamèrent impérieusement le dégorgeoir où la caserne et le port vont se dégluer.
Étroite et, jusqu’au Vieux Marché, possédée toute par les léproseries vénériennes, la rue d’Albanie, ce soir de 14 juillet, condescendait au vœu national en autorisant ses pensionnaires, toujours chambrées, à s’ébattre dans le préau ; comme la pluie, certains jours, chasse enfin des chéneaux qu’elles habitent les ordures accumulées. Le ruisseau les charriait ; elles débordaient le trottoir et couvraient la chaussée ; les portes numérotées vomissaient la prostitution142.

  • 143 Lettre d’[août 1935], Lettres, op. cit., p. 465.

109Le monde de la prostitution est aussi inévitablement associé à l’imaginaire et aux valeurs de chacun des auteurs ou des personnages du corpus. Chez Céline, le quartier Saint-François, que l’écrivain confond avec Saint-Vincent, est un lieu de réjouissance, comme il s’en ouvre à un ami dans une lettre de 1935. Le monde de la prostitution, qui forme l’un des éléments de décor de Guignol’s band, a été est un objet de fascination pour l’écrivain. À son ami Henri Mahé : « Le quartier Saint-Vincent me reçoit jour et nuit. On y trouve de tout. Je dis tout143. » Le narrateur de L’Âge d’homme formule également son attachement pour l’univers que représente cette rue des Galions :

  • 144 L’Âge d’homme, op. cit, p. 126.

La veille au soir j’avais traîné un peu dans divers bars, bals musettes, boîtes de nuit, sans oublier les mauvais lieux de la rue des Galions […] pas grand monde dans les rues […] J’avais pourtant ressenti dans les bordels du port cette impression d’humanité profonde et de grandeur qu’on éprouve, à mon sens, dans toutes les maisons de prostitution pourvu qu’elles soient pauvres et que les choses s’y passent avec une suffisante simplicité144.

110Le personnage de Madeleine dans Un rude hiver exprime en revanche une condamnation d’ordre moral sur cette rue. À Lehameau :

  • 145 Un rude hiver, op. cit., p. 164.

Je suis sûre que tu ne vas pas rue des Galions.
— En effet.
— Alors quoi ? Tu me fais marcher. Je sais qu’avec ma petite sœur tu es très correct. Tu n’es pas un vicieux. Tu n’as pas une tête à avoir des sales vices comme les Bicots145.

Mouvement et circulation

  • 146 Les Derniers Jours, op. cit., p. 277.

111Les représentations littéraires du Havre s’inscrivent dans une dualité opposant immobilité et mouvement. Fortement associée au motif de l’origine, nous avons montré que la ville était un lieu d’ancrage. Le cas de Simenon, c’est-à-dire celui d’un étranger choisissant Le Havre comme lieu d’une intrigue, frappe d’autant plus. Dans le même temps, la ville est dominée par le mouvement et la circulation. En tant que grand port, Le Havre est fondamentalement un lieu de passage, souvent évoqué comme le lieu d’où l’on part, plus rarement comme celui où l’on arrive, contrairement à New York par exemple. Ce sont les deux Amériques qui sont le plus souvent mentionnées comme destination. Nous avons passé en revue les différents stéréotypes associés à la dimension portuaire de la ville, dont les motifs du départ pour faire fortune, celui de l’héritage, que l’on retrouve y compris chez Queneau. Dans Les Derniers Jours, Rohel part au « Havre toucher son héritage146 ».

  • 147 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 44.

112Le Havre est aussi fondamentalement associé à Paris. La proximité des deux villes est signalée de façon récurrente. Dans Bouvard et Pécuchet, Le Havre appartient aux « environs de Paris » : « Ils firent des voyages dans tous les environs de Paris, et depuis Amiens jusqu’à Evreux, et de Fontainebleau jusqu’au Havre147. » Dans la plupart des textes de notre corpus, les personnages ou les narrateurs viennent de la capitale (le narrateur de L’Âge d’homme, par exemple), ou quittent à un moment donné Le Havre pour s’installer à Paris. Toujours chez Queneau, le poème « Adieu » illustre cette forme de représentation :

  • 148 Les Ziaux, op. cit., p. 95.

Adieu de grand pont ces horizontales
[…]
adieu la maison et ses verticales
sa toiture mauve et ses volets gris
sa radio béante et dominicale
adieu la maison d’où je suis parti148.

  • 149 Biographie au pas de course, op. cit., p. 17.

113La montée à la capitale, pour étudier ou développer son activité artistique, devient elle aussi topique tant elle traverse notre corpus. Les Derniers Jours narre cette montée à Paris de provinciaux havrais. On retrouve également ce motif dans des textes à caractère autobiographique. Dubuffet dans Biographie au pas de course, à propos de son ami Georges Limbour : « Il avait quitté Le Havre en même temps que moi pour faire à Paris des études littéraires149. »

  • 150 Blaise Cendrars, Feuilles de route, dans ses Poésies complètes, Paris, Denoël, 2011, p. 197.
  • 151 Les Derniers Jours, op. cit., p. 256.
  • 152 La Nausée, op. cit., p. 238.

114Le Havre est suffisamment proche de Paris pour permettre de déployer des intrigues sur les deux lieux. Dans Modeste Mignon par exemple, Ernest de La Brière peut venir observer sa bien-aimée et repartir dans la journée. De nombreux textes de notre corpus se définissent comme des récits de trajets. C’est le cas pour La Bête humaine, qui est par excellence le roman du trajet Paris-Le Havre. La même remarque vaut pour le poème de Cendrars « Dans le rapide de 9 h 40150 », où est évoqué le voyage du poète de Paris au Havre d’où il partira vers le Brésil. Dans Les Derniers Jours, toute une partie du récit se passe dans ce même train, celui de 7 h 55151 précisément, où voyagent Rohel et Vincent. Les deux lieux, Le Havre et Paris, se télescopent et finissent à certains moments par se mêler. À la fin de La Nausée, dans le train Paris-Le Havre Antoine Roquentin n’est plus ni dans l’une ni dans l’autre des deux villes, mais dans une sorte d’entre-deux indéfini : « Je suis entre deux villes, l’une m’ignore, l’autre ne me connaît plus152. »

115À Paris, c’est le quartier de la gare Saint-Lazare qui entremêle le mieux les deux espaces, notamment à travers toutes les noms de rue (cour et place) mentionnant Le Havre. C’est dans ce quartier que Jacques Lantier dans La Bête humaine poursuit l’une de ses premières proies :

  • 153 La Bête humaine, op. cit., p. 304.

il descendit vers la place du Havre, en serrant le couteau, dont la pointe relevée disparaissait sous sa manche. […] il se mit à suivre une autre femme qui passait, chétive et pâle, l’air pauvre sous son mince châle. […] Déjà, elle l’avait mené au milieu de la rue du Havre, elle se retourna deux fois encore, l’empêchant à chaque fois de lui planter dans la gorge le couteau, qu’il sortait de sa manche. […] elle gravit lestement le perron de la cour du Havre153.

  • 154 Cité dans Le goût du Havre, Paris, Mercure de France, « Le petit Mercure », 2011, p. 79.

116On est ici face à un phénomène de déterritorialisation, qui tendrait à faire du Havre un prolongement de Paris. L’idée est ancienne, mais elle a été réactualisée et dynamisée ces cinq dernières années à travers le projet politique et urbain du « Grand Paris ». Jules Janin parlait de la ville comme d’un faubourg de la capitale : « Un mot sur le Havre, devenu maintenant le grand faubourg de Paris154 ! » De façon prémonitoire ou avant-gardiste, Céline a appelé de ses vœux dans Bagatelles pour un massacre la création d’un « Grand Paris » qui relierait la capitale à la Manche et oxygènerait la ville. En réaction à la construction du Palais de la Découverte, qu’il juge inutile :

  • 155 Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 167-170.

Je voudrais pas donner de conseils ! mais enfin si c’était moi-même, j’aurais attaqué d’autor quelque gigantesque boulot. Par exemple tripler la Seine jusqu’à la mer, en large comme en profondeur […] La Seine maritimisante, c’est déjà fort beau, mais ça ne suffit pas !… […] Je décréterais la construction du plus bel autostrade du monde, d’une immense ampleur alors, cinquante mètres de large, quatre voies, direction Rouen et la Manche. […] Ils ne demandent que ça entre Le Havre et Le Tréport ! un éventail de vifs accès vers le bonheur, vers les poumons, vers le grand vent, vers les globules, vers la mer !… […] La seule banlieue possible d’une ville de quatre millions d’habitants, c’est la mer. […] Éparpiller ce Paris, faire avec lui, petit Poucet, jusqu’au bord des vagues155.

117Le mouvement de la Seine, qui relie Paris au Havre, est mentionné chez plusieurs auteurs. Dans La Leçon de musique, Pascal Quignard imagine ainsi le moment où Marin Marais renonce au chant, et part à la découverte de son art instrumental. La scène se déroule à Paris, au sortir de Saint-Germain l’Auxerrois :

Il voit le fleuve qu’il nomme alors encore une rivière couler vers le Havre de Grâce et se mêler aux eaux du petit bras de mer qui ronge les falaises, les prés des Normands inclinés vers la mer.

  • 156 Pascal Quignard, La Leçon de musique, Paris, Gallimard, « Folio », 2002, p. 21-22.

118Il a perdu sa voix. Il a suivi la rue de l’Arbre-Sec. Il longe la berge de la Seine. Il est abandonné de l’enfance156.

119Dans le poème « Les chiens d’Asnières » de Queneau :

  • 157 Les Ziaux, op. cit., p. 53.

La Seine descend vers la mer
l’île immobile ne descend pas
la Seine remontera vers sa source
à condition d’attendre
et l’île naviguera vers le Havre de Grâce
à condition d’attendre157

120Nous avons vu que la ville s’inscrivait également dans un réseau spatial défini en terme de région, et d’autres villes apparaissent souvent à côté des mentions du Havre, dont Étretat en Haute-Normandie, Trouville en Basse-Normandie. Le parcours en bateau Le Havre-Trouville, qui a fonctionné jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, traverse de très nombreux romans. Il témoigne du caractère mobile des frontières. Pendant longtemps, et par le biais de cette navette, être au Havre revenait à être un peu aussi à Trouville. L’une des nouvelles de Maupassant, « Découverte », a ce bateau pour cadre :

  • 158 Maupassant, « Découverte », dans Contes normands, op. cit, p. 617.

Le bateau était couvert de monde. La traversée s’annonçant fort belle, les Havraises allaient faire un tour à Trouville
On détacha les amarres ; un dernier coup de sifflet annonça le départ […] Nous filions le long de la jetée, couverte de monde. Des gens sur le bateau agitaient leur mouchoirs, comme s’ils partaient pour l’Amérique […] Le grand soleil de juillet tombait sur les ombrelles rouges, sur les toilettes claires, sur les visages joyeux, sur l’Océan à peine remué par les ondulations. Quand on fut sorti du port, le petit bâtiment fit une courbe rapide, dirigeant non nez pointu sur la côte lointaine entrevue à travers la brume matinale158.

121Ce trajet est aussi évoqué chez Queneau :

  • 159 « Fécamp, c’est mon premier voyage… », Chêne et chien, op. cit, p. 39.

Pour visiter Honfleur, Trouville,
il faut traverser l’estuaire.
Moi, je n’ai pas le mal de mer :
y a des marins dans la famille159.

Une langue

122Définir les contours d’un territoire littéraire conduit inévitablement à se poser la question de la langue parlée dans ce territoire. Celle-ci est-elle l’un des critères permettant de déterminer le mode de représentation de l’espace ? La piste est à explorer, et les textes de notre corpus nous y invitent à différents degrés. La langue du territoire est tout d’abord parfois associée au patois régional, en l’occurrence cauchois. Ce patois est notamment utilisé par Maupassant. Il définit davantage les habitants des campagnes que les Havrais, mais rappelle que la ville s’inscrit aussi dans un vaste territoire de tradition rurale. Ce patois est la langue rencontrée dans les trajets entre la campagne et Le Havre, comme dans la nouvelle « La bête à maît’Belhomme », qui a une malle-poste pour décor et transporte vers la ville des paysans cauchois :

  • 160 Guy de Maupassant, « La bête à maît’ Belhomme », Contes normands, op. cit., p. 669.

[…] Oùsquè tu vas, comme ça ?
— J’vais t’au Havre vé Chambrelan.
— Qué Chambrelan ?
— L’guérisseux, donc.
— Qué guérisseux ?
— L’guérisseux qu’a guéri mon pé.
— Ton pé ?
— Oui, mon pé, dans l’temps.
— Qué qu’il avait, ton pé ?
— Un vent dans l’dos, qui n’en pouvait pu r’muer pied ni gambe.
— Qué qui li a fait ton Chambrelan ?
— Il y a manié l’dos comm’ pou’ fé du pain, avec les deux mains donc !
Et ça y a passé en une couple d’heures160 !

  • 161 Un rude hiver, op. cit., p. 97.
  • 162 Armand Salacrou, Les Fiancés du Havre, Paris, Gallimard, 1944, p. 62.

123On rencontre ponctuellement quelques formules identifiables comme appartenant à un idiolecte havrais, mais ce phénomène reste très rare. Il apparaît notamment chez Queneau. C’est le cas de la construction « il en a fait exprès », dans Un rude hiver. Le personnage de Lalie : « Ça c’est trop fort, ah, le salaud ! Il en a fait exprès, il a voulu nous humilier161. » Dans le théâtre de Salacrou, certains personnages affichent un parler populaire constitué de vocables usuels au Havre, dont « se fiche sur la goule », que l’on entend encore assez communément au Havre. Dans Les Fiancés du Havre, La Reinette : « Comme il parle bien ! (Puis affolée.) Mais s’il me trouve ici, il va me fiche sur la goule162. »

124Il arrive également au dramaturge de transcrire l’accent populaire havrais. Toujours dans Les Fiancés du Havre, on trouve ces répliques entre La Reinette, marchande de poissons au port et Lefort, braconnier :

  • 163 Les Fiancés du Havre, op. cit., p. 144.

Lefort : Me v’la.
La Reinette : Mais qué que tu fais là ?
Lefort : Et tai ? Qué que tu fais là itou, tai163 ?

125Toutefois ces phénomènes restent ponctuels et anecdotiques malgré tout. Il nous semble en revanche que Queneau a tenté de dresser les contours d’une langue poétique du Havre. Dans Fendre les flots, il évoque à plusieurs reprises la langue des galets, propre à sa ville natale. Ainsi a-t-on affaire à des « poèmes-galets » intitulés « Rhétorique des marées » ou « Alphabet lithique » :

Il ne tarira ru rare en le roc l’été
le rut de ses moutons engendre les galets
ils roulent en rongeant la côte os de calcaire
et renaissent sans fin dans le flot d’eau primaire

  • 164 « La rhétorique des marées », Fendre les flots, op. cit., p. 231.

Sans rature et mouvant
il mène son poème à bonne fin
sans cesse élaborant son alphabet de pierres
au rythme des marées incurvant sa grammaire164

Ils tombent dans la nuit proche
Les sous de la poche trouée
Les cailloux rompus de la roche
Que jette la vague renouée
[…]
La monnaie dilapidaire
de l’océane charité
fournit par son abécédaire
tous les poèmes retrouvés

  • 165 « Alphabet lithique », Fendre les flots, op. cit, p. 231.

Éclat certain pour le vers proche
qui provient de ce mur troué
la pierre naissant de la roche
par ce souvenir est renouée165.

Des projets pour conclure…

126Notre objet d’étude, dont nous n’avons dessiné que quelques pistes, nous semble si vaste que nous ne nous essayerons pas à une conclusion en bonne et due forme. Nous préférons évoquer quelques projets ou idées susceptibles de faciliter, développer, et accentuer la visibilité de cette entreprise.

Édition

127La question de la constitution et de l’enrichissement du corpus est fondamentale dans notre entreprise. Aussi nous semblerait-il intéressant d’envisager la création d’une collection éditoriale, qui permettrait d’accueillir des textes utiles à notre exploration. Plusieurs pistes pourraient être envisagées, dont nous avons déjà esquissé les contours le long de ce texte. Il s’agirait d’enrichir le corpus du territoire littéraire havrais en rééditant des textes d’écrivains du Havre aujourd’hui assez oubliés, tels par exemple Jules Tellier pour le XIXe siècle, Émile Danoën pour le XXe. Dresser la géocritique d’un espace présente l’avantage de proposer un dépassement de la catégorie « littérature régionale » ou « régionaliste », en intégrant des œuvres dans un projet plus large.

128Il nous semble également important d’explorer les origines des relations qui se sont tissées entre la ville et la littérature, car il y a là beaucoup d’éléments relativement vierges à explorer. Les archives possèdent de nombreux textes émanant d’hommes qui ont été des « passeurs » de la mémoire de la ville, historiographes, littérateurs, membres de sociétés d’hommes de lettres. Ils ont sans doute été des bâtisseurs de la ville, ont en tout cas tenté de dessiner la figuration spatiale d’une cité incessamment détruite, bien avant Maupassant et Queneau, même s’ils n’ont pas dépassé, en termes de notoriété, l’espace où ils ont produit leur texte. Le statut hybride de ces textes, mi-traités d’histoire et de géographie, mi-guides touristiques, mi-mémoires, nous invite à mener une réflexion sur l’histoire et les genres littéraires, ce qui n’est pas le moindre des atouts de notre approche géocritique. En constatant la diversité des formes, on pose la question de la littérarité de ces œuvres qui intéressent tant les historiens, les archivistes que les littéraires. Par exemple, le motif du Havre dans les récits de voyages et les guides touristiques au XIXe siècle donnerait assurément matière à un colloque ou à une thèse.

129Cette collection permettrait également la réédition d’ouvrages accompagnés d’un appareil critique centré sur le lieu qu’ils représentent. Elle accueillerait enfin les points de vue des chercheurs, rassemblés notamment à l’occasion des séminaires, colloques ou rencontres.

130On pourrait imaginer d’élargir au-dela du Havre notre champ d’investigation et d’embrasser de façon plus large la Haute-Normandie.

La promenade littéraire

  • 166 Un rude hiver, op. cit., p. 131.

131Nous pensons avec Bertrand Westphal que l’approche géocritique prend son sens dans une interaction entre l’espace référentiel et l’espace représenté dans la fiction. Dans ce sens, il nous semblerait intéressant de mettre en place et de construire une « promenade littéraire » dans la ville, qui consisterait à signaler les espaces qui ont été des lieux clés dans l’histoire de la représentation littéraire de la ville. En 2017 Le Havre commémorera les 500 ans de sa fondation, et cette célébration pourrait être l’occasion d’inscrire ce projet parmi ceux qui valoriseront la ville. Il a déjà été question de commémoration et de mémoire dans notre corpus littéraire, chez Queneau précisément qui faisait dire au personnage de Lehameau dans Un rude hiver : « Vous savez que l’année prochaine on célèbrera le quatrième centenaire de la fondation du Havre166 ? »

  • 167 Organisé à l’université de Limoges, 9-10-11 octobre 2008, sur le thème « Espaces, tourismes et esth (...)

132Ceci implique que les chercheurs qui détermineront les étapes de cette promenade travaillent en collaboration avec d’autres partenaires institutionnels, tels la mairie et l’office du tourisme. Il s’agirait aussi de s’associer à des spécialistes de l’aménagement urbain, car tout reste à penser dans la façon dont les espaces choisis pourraient être signalés. Cette entreprise rejoindrait celle réalisée autour de la peinture à travers la promenade impressionniste construite en bord de mer. Elle s’inscrirait dans le prolongement de la valorisation et du signalement de l’architecture du Havre opérés ces dernières années. Nous aimons cette idée que la littérature puisse, modestement, transformer la ville, agir sur ses contours, pas seulement du point de vue de l’imaginaire du lecteur qui la parcourt, mais aussi plus concrètement à travers des éléments intégrés à l’urbanisme. Les passerelles susceptibles d’être dressées entre littérature, espace et tourisme ont fait l’objet d’un colloque167 en 2008, et méritent d’être approfondies.

Cartes

  • 168 Dans son dernier ouvrage, Bertrand Westphal retrace les grands moments de l’histoire des représenti (...)
  • 169 Franco Moretti, Atlas du roman européen, 1800-1900, Paris, Seuil, 2000.

133L’intérêt des littéraires pour la cartographie s’est beaucoup accru ces dernières années168. La carte offre une approche et une méthode particulièrement à mêmes de permettre le rapprochement entre géographie et textes littéraires. L’exemple le plus frappant en est peut-être le livre de Franco Moretti, Atlas du roman européen169, qui utilise la carte pour analyser un très large champ de phénomènes littéraires. Cet ouvrage témoigne aussi de la multitude de types de cartes que la littérature permet de construire en fonction des items sélectionnés. Ainsi, on peut dresser des cartes qui déterminent l’origine géographique des personnages ou des auteurs, d’autres qui donnent à voir comment se répartissent les pouvoirs en fonction des quartiers d’une ville, ou encore qui dessinent les parcours empruntés par des personnages. Autant d’outils qu’il serait très intéressant d’appliquer au Havre. Grâce à l’outil informatique et à la géomatique, qui s’attache aux modes de représentations dans l’espace, il s’agirait de tenter de superposer ces cartes. Nous souhaiterions construire une carte littéraire de la ville qui superpose le fictionnel et le réel, dans le mouvement dialectique caractérisant la géocritique. Cette carte tiendrait naturellement compte de tous les phénomènes de diachronie. Elle privilégierait sans doute certains romans fortement spatialisés, ces « romans géographes », tels que les a définis Marc Brosseau. Les analyses se concentreraient sans doute aussi sur quelques lieux clés de la ville, plus connotés que d’autres. Il s’agirait d’une carte à facettes, à la fois géographique et littéraire, mobile et interactive en fonction d’items que le lecteur sélectionnerait. Elle pourrait mettre en relation un lieu de la ville, sa diachronie, les textes qui y sont associés, pourquoi pas des images (des extraits de La bête humaine de Renoir ?) et du son (la « Chanson de Margarett » de Mac Orlan ?).

Les passerelles entre les arts

  • 170 Voir le livre de Bruno Delarue et Géraldine Lefebvre, Les peintres au Havre et Sainte-Adresse, 1516 (...)

134Nous voudrions enfin faire se rencontrer différentes formes artistiques autour du motif de la représentation du Havre. La question des frontières qui se sont dessinées entre la littérature et les autres arts forme notamment un sujet d’étude très riche dans le cas du Havre. En peinture, les liens entretenus entre les peintres impressionnistes et les écrivains sont connus170. Au XXe siècle, il serait intéressant de réfléchir aux artistes havrais qui ont situé leur production à la frontière entre l’écriture et la peinture. C’est le cas pour Dubuffet, qui a hésité entre les deux « carrières ». Le cas pour Limbour aussi, dont l’œuvre littéraire compte un nombre très important d’écrits sur l’art. De façon plus ponctuelle, nous pourrions concentrer notre attention sur des moments, des occasions particulières où littérature et peinture se sont rencontrées au Havre. Nous pensons par exemple au décor que Raoul Dufy a dessiné pour la pièce de Salacrou Les Fiancés du Havre, aux illustrations que le peintre Albert Lynch a produites pour Pierre et Jean. En musique enfin, il nous semble que des liens pourraient être tissés avec la littérature. Arthur Honegger intéresse les littéraires en tant que compositeur pour des textes de Claudel. Benoît Duteurtre fait l’hypothèse d’une forme de synesthésie qui permettrait la rencontre, dans la région de son adolescence, de plusieurs arts :

  • 171 L’Été 76, op. cit., p. 45.

Cette volupté harmonieuse faisait écho, dans mon esprit, à la beauté de la nature, du ciel, de la montagne ; elle ressemblait aux rouleaux de mer s’écrasant sur les galets d’Étretat ; Debussy n’était-il pas le contemporain de Claude Monet qui avait fixé sur la toile ces mêmes beautés ? Fasciné par la proximité de tout ce que j’aimais, je me sentais enfin prêt à me mettre au travail171.

  • 172 Voir l’ouvrage d’Antoine Rabaste, L.H. Confidential, op. cit.
  • 173 Pierre Bost, Monsieur Ladmiral va bientôt mourir, Paris, Gallimard, 1945.

135L’histoire des représentations de la ville dans le cinéma mériterait en soi un colloque tant le thème est riche172. La question des frontières avec la littérature se pose à nouveau, avec Quai des brumes qui est une adaptation d’un roman de Mac Orlan, qui ne se passe d’ailleurs pas au Havre. D’autres films sont susceptibles d’alimenter cette réflexion, depuis la très connue Bête humaine de Jean Renoir, jusqu’à la plus confidentielle Éducation sentimentale d’Alexandre Astruc, tournée en partie au Havre, avec un scénario et des dialogues signés Roger Nimier. On pense aussi à Pierre Bost, écrivain havrais et condisciple de Dubuffet et Limbour au lycée François 1er, mais surtout connu pour ses adaptations cinématographiques de romans, dont La Symphonie pastorale. De son œuvre, on retient surtout l’adaptation de l’un de ses romans, Monsieur Ladmiral va bientôt mourir173, repris par Bertrand Tavernier en Un dimanche à la campagne. Le Havre se prête enfin tout particulièrement à une analyse des représentations architecturales et urbanistiques.

136Revenons pour l’heure à notre première moitié du XXe siècle qui est la matière des chapitres qui vont suivre. Nous espérons que ces études portant sur une génération d’écrivains donneront une première idée de cette géographie littéraire possible autour du Havre. Elles sont précédées de deux textes qui permettront une mise en contexte historique et littéraire.

137Nous avons eu la chance de rencontrer des personnes ayant connu deux des auteurs, qui ont eu la gentillesse d’accepter de livrer leur témoignage.

138Il nous a semblé que cet ouvrage pouvait être l’occasion de republier un texte de Queneau, « Portrait littéraire du Havre », que l’auteur avait rédigé pour célébrer la ville dans un ouvrage sur la Seine-Inférieure.

139La bibliographie des œuvres sur lesquelles nous nous sommes appuyés pour dresser cette introduction générale, et qui forme un premier corpus, est quant à elle livrée à la fin du livre.

140Nous espérons que nos lecteurs voudront bien nous pardonner la dimension décousue de cet ouvrage, à l’image de la « friche » qu’est encore la construction d’un territoire et d’une cartographie littéraires du Havre. Répétons-le, nous n’avons eu d’autre ambition que de poser des jalons.

Figure 1. Brasserie Guillaume-Tell, carte postale, Bibliothèque municipale du Havre.

Figure 2. Restaurant la Grosse Tonne, carte postale, Bibliothèque municipale du Havre.

Figure 3. Rue de Paris, carte postale, collection personnelle.

Figure 4. Boulevard Maritime, carte postale, collection personnelle.

Figure 5. Lettre de Jean-Paul Sartre à Bonnafé [sans date] sur papier à en-tête de la brasserie Guillaume-Tell, Bibliothèque municipale du Havre (avec l’aimable autorisation de Mme Arlette Elkaïm-Sartre).

Notes

1 Yves Ouallet (dir.), Raymond Queneau, le mystère des origines, Rouen, PURH, 2005.

2 Voir, notamment : Bruno Delarue et Géraldine Lefèbvre, Les peintres au Havre et Sainte-Adresse, 1516-1940, Yport, Terre en vue, « Le tour de France de la peinture », 2008.

3 Michel Leiris, L’Âge d’homme, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 11.

4 Armand Salacrou, Dans la salle des pas perdus 1. C’était écrit, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1982, p. 329.

5 Raymond Queneau, L’Arc, no 28, 1966, cité dans Raymond Queneau, le mystère des origines, op. cit., p. 39.

6 Benoît Duteurtre, L’été 76, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2011, p. 69-73.

7 Jean Dubuffet, « Céline pilote », Cahiers de l’Herne, no 3, 1963.

8 Voir le développement consacré à cette question par Michel Lecureur, dans Raymond Queneau, le mystère des origines, op. cit., p. 33

9 Jules Tellier, Discours à la bien-aimée, Quimper, Calligrammes, 1986, p. 3.

10 Raymond Queneau, Chêne et chien, Paris, Gallimard, « Poésie », 1969, p. 31.

11 Jean Dubuffet, Biographie au pas de course, Paris, Gallimard, « Les cahiers de la NRF », 2001, p. 7.

12 Raymond Queneau, Les Derniers Jours, Paris, Gallimard, « Folio », 1997, p. 261.

13 Dans la salle des pas perdu, 1, op. cit., p. 11.

14 Louis-Ferdinand Céline, Guignol’s band I, Romans 3, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 85.

15 Lettre du [9 octobre 1931], Lettres au Castor, Paris, Gallimard, 1983, t. 1, p. 45

16 Ibid., p. 47.

17 Dans un entretien, Pascal Quignard livre ceci sur la ville : « J’ai vraiment vécu dans un port que j’ai vu sortir de terre. Je pense qu’une ville neuve poussant sur une cité anéantie, cela a destiné mes jours. Cela a influencé considérablement ce que j’écris. » (propos recueillis par Philippe Pintore, 2017 & plus, Revue culturelle du Havre, décembre 2011, p. 33).

18 Pascal Quignard, Le Nom sur le bout de la langue, Paris, Gallimard, « Folio », 1993, p. 55-62.

19 Ibid., p. 62

20 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 209.

21 L’Été 76, op. cit., p. 65.

22 Récit publié dans La Nouvelle Revue française, 24e année, no 267, 1er décembre 1935, p. 831-856.

23 Sur cette question des liens entre le référent et sa représentation fictionnelle, on pourra se reporter, entre autres, à Jean Roudaut dans Les Villes imaginaires dans la littérature française, Paris, Hatier, 1990.

24 Parmi les plus récents et significatifs, on signalera la journée d’études organisée à l’École normale supérieure le 3 mars 2011, intitulée Espèces d’espaces : entre géographie, arts et littérature, le colloque à l’université de Pau des 10 et 11 juin 2011 : Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique.

25 Plusieurs d’entre eux seront mentionnés dans les notes de notre texte.

26 Voir notamment : Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », Fabula, LHT, no 8, dossier publié le 16 mai 2011 (http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot) ; Christine Baron, « Littérature et géographie : lieux, espaces, paysages et écritures », ibid., http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/221-baron.

27 Michel Collot, « Pour une géographie littéraire », art. cité.

28 Bertrand Westphal propose une catégorisation intéressante et efficace qui distingue les espaces symboliques d’un côté, ceux de Bachelard par exemple, et les espaces conceptuels de l’autre, je pense notamment à ceux des théoriciens du structuralisme ou du Nouveau Roman.

29 Yves Baudelle, « Cartographie réelle et géographie romanesque : poétique de la transposition », dans G. Lavergne (dir.), Création de l’espace et narration littéraire, Cahiers de narratologie, no 8, 1997.

30 Yves Baudelle, « Noms de pays ou pays de noms ? Toponymie et référence dans les récits de fiction », dans Topographies romanesques, op. cit., p. 48. Yves Baudelle reprend ici une formule d’A. Ferré sur la géographie proustienne.

31 Voir notamment le chap. II, « Transgressivité », de La géocritique, op. cit.

32 Michel Houellebecq, La Carte et le Territoire, Paris, Flammarion, 2010, p. 81.

33 Marc Brosseau, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, 1996. Marc Brosseau retrace aussi l’histoire des relations qu’ont tissées les géographes avec la littérature.

34 Bertrand Westphal, La Géocritique, réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007, p. 187.

35 Faire la géocritique d’un lieu implique, à notre sens, que nous aimions ce lieu et ayons le désir de mieux en appréhender les contours. Nous citerons à nouveau Bertrand Westphal qui exprime cette capacité d’enrichissement de la mémoire du lieu qu’offre la géocritique : « Il revient au texte d’alimenter la mémoire du lieu. Il est de toute façon impossible d’épuiser celui-ci. On côtoiera le lieu, on s’en approchera. Toute l’étude de l’espace prend un tour géologique ou archéologique. À partir des indices que l’on prélève, des vestiges que l’on recueille, on imagine quelques-unes des modalités de son histoire, quelques bribes de son identité. En multipliant les fouilles textuelles à travers l’espace et en comparant les résultats obtenus, on en saura un peu plus sur son compte. Le texte fictionnel fait émerger le lieu de tous les plis du temps qui se rapportent à lui. Mieux, il conçoit la forme qu’un lieu peut virtuellement adopter. Il ne témoigne pas seulement d’une histoire passée, mais anticipe sur ce que la ville pourrait être dans un des mondes possibles qu’elle hante » (Géocritique, op. cit., p. 233).

36 Bertrand Westphal, « Pour une approche géocritique des textes », La Géocritique, mode d’emploi, Limoges, PULIM, 2000, p. 31-32.

37 Alain Montandon (dir.), Lisbonne. Géocritique d’une ville, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2006.

38 Bertrand Westphal (dir.), Le rivage des mythes : une géocritique méditerranéenne. Le lieu et son mythe, Limoges, PULIM, 2001.

39 Voir par exemple l’ouvrage paru très récemment : Audrey Camus et Rachel Bouvet (dir.), Topographies romanesques, Presses universitaires de Rennes, 2011.

40 Par exemple : Sophie Le Ménahèze, « Le tremblement de terre du 1er novembre 1755 dans les lettres françaises : la littérature comme mirage », dans Lisbonne. Géocritique d’une ville, op. cit, p. 39-59.

41 Par exemple : Catherine Milkovitch-Rioux, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », dans La géocritique, mode d’emploi, op cit., p. 59-75.

42 Par exemple Cristina De Uriate, « Tenerife et les voyageurs français du XVIIIe siècle », Géocritique, mode d’emploi, op. cit., p. 181-203.

43 Par exemple : Jean-Christophe Valtat, « Lieux superposés, lieux transposés : Proust, Joyce, Nabokov », La Géocritique, mode d’emploi, op. cit., p. 203-217.

44 Raymond, Queneau, Loin de Rueil, Paris, Gallimard, « Folio », p. 24.

45 L’Été 76, op. cit., p. 183.

46 Michel Leiris, « Panorama du Panorama », dans Limbour l’irréductible, Critique, no 351-352, 1976, p. 791-792.

47 Dont la thèse en cours d’Hervé Chabannes, voir note infra.

48 Raymond Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1977, p. 19.

49 Ibid., p. 20.

50 L’expression est empruntée à Claudio Magris, à propos de Trieste, qui est pourtant aussi une ville de province. Cité dans La Géocritique, op. cit., p. 252.

51 Voir Hervé Chabannes (dir.), Dictionnaire historique des rues du Havre, Rouen, Éditions des Falaises, 2011.

52 L’Âge d’homme, op. cit., p. 11.

53 Raymond Queneau, « Le Havre de Grace », L’instant fatal, Paris, Gallimard, « Poésie », 1992, p. 192.

54 Hervé Chabannes consacre une thèse sur les rapports entre la mémoire et l’identité locale à travers l’histoire des hommes et des textes qui ont passé cette mémoire durant les trois premiers siècles d’existence du port et de la ville du Havre, sous la direction d’Éric Wauters. Ce travail s’appuie sur 59 textes et 47 auteurs.

55 L’Été 76, op. cit, p. 63-64.

56 Ibid., p. 134.

57 Ibid., p. 65.

58 Philippe Huet, Quai de l’oubli, Paris, Le Livre de poche, 1992, p. 10.

59 Ibid., p. 14.

60 Dans la salle des pas perdus 1, op. cit, p. 312.

61 L’Été 76, op. cit., p. 87.

62 Ibid., p. 63.

63 Ibid., p. 134.

64 Charles Le Goffic et Edgard Zevort, Morceaux choisis des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie du Commerce, 1894. À signaler également deux ouvrages dans lesquels Charles Le Goffic a pu puiser : Léon Braquehais, Nouvelles biographies diverses : recueil de notices biographiques et bibliographiques sur les écrivains contemporains du Havre et de l’arrondissement, Le Havre, Imprimerie T. Leclerc, 1886 ; Alfred Touroude, Les écrivains havrais. Études biographiques et littéraires, Le Havre, Librairie E. Touroude, 1865.

65 Bernard Esdras-Gosse, Anthologie des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie Étaix, s. d. À signaler aussi au XXe siècle le livre de Gérard Vogel, Le Havre dans la littérature, Rouen, CRDP, 1985.

66 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Flammarion, « GF », p. 113.

67 Annie Ernaux, La Honte, Paris, Gallimard, « Folio », p. 42.

68 Maurice Leblanc, L’Aiguille Creuse, Paris, Le Livre de poche, p. 235.

69 Charles Nodier, La Seine et ses bords, Paris, Les éditions de Paris, 1836.

70 Jules Janin, Voyage de Paris à la mer : description historique des villes, bourgs et sites sur le parcours du chemin de fer et des bords de la Seine, Paris, Bourdin, 1847.

71 Parmi les rares textes réédités on mentionnera : Joseph Morlent, Le Havre et son arrondissement, Peronnas, Les éditions du Bastion, 2005 [1re éd. : 1840].

72 Jules Janin, lettre du 16 juillet 1840, Lettres inédites de Casimir Delavigne, Ancelot, Jules Janin à Joseph Morlent, Beaune, Imprimerie Arthur Batault, 1897, p. 57.

73 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage. Un colloque international consacré à Casimir Delavigne a été organisé à l’université de Rouen les 20 et 21 octobre 2011, sous la direction de Sylvain Ledda et Florence Naugrette.

74 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage.

75 Jacques Ancelot, lettre du 10 juillet 1852, Lettres inédites de Casimir Delavigne, Jules Janin et Ancelot, op. cit., p. 23.

76 On peut avoir un aperçu du travail de Marie Le Masson Le Golft dans Le Havre au jour le jour de 1778 à 1790, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1999.

77 Édité de façon très confidentielle dans le Bulletin de liaison du Centre havrais de recherches historiques, novembre 2010 – novembre 2011.

78 Jean Laignel, Antiquitez du Havre de Grâce, Une histoire écrite en 1711, Rouen, PURH, 2010.

79 Voir par exemple François Ancelot, « Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne », dans Poésies, Paris, Charpentier, 1853.

80 Francis Carco, « Climat de rêve », dans Poèmes en prose, Paris, Albin Michel, 1958, p. 43.

81 Raymond Queneau, « Nom sans nom », dans Fendre les flots, Paris, Gallimard, « Poésie », 1969, p. 233.

82 L’instant fatal, op cit, p. 192.

83 Il y aurait aussi des analyses à explorer en direction du cinéma. Deux cinéastes ont nommé un de leurs films « Le Havre ». Juliet Berto tout d’abord en 1986, Ari Kaurismäki en 2011, qui déclare : « C’est un bon endroit pour travailler et Le Havre est un nom parfait pour un film » (cité par Antoine Rabaste dans L.H. Confidential, Le Havre fait son cinéma !, Paris, Maggellan et Cie, 2011, p. 91).

84 Yoland Simon, Le Roman du Havre, Étretat, L’Aiguille, 2011, p. 178-179.

85 Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, dans Chronique des Pasquier, Paris, Omnibus, 1999, p. 60.

86 La Géocritique, op. cit, p. 208.

87 Le Roman du Havre, op. cit., p. 178.

88 Un rude hiver, op. cit., p. 105.

89 Roger Martin du Gard, La Belle Saison, Les Thibault 3, Paris, Gallimard, 1949, p. 100.

90 Parmi les ouvrages récents qui prennent en compte les apports des recherches autour du concept de « géographie littéraire », on mentionnera : Audrey Camus et Rachel Bouvet (dir), Topographies romanesques, Rennes-Montréal, Presses universitaires de Rennes – Presses de l’université du Québec, 2011.

91 François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Flammarion, « GF », 1989, p. 469. Les mêmes termes apparaissent dans Un rude hiver de Queneau, lorsqu’il est question de l’Américaine Helena : « C’était là que, pour la première fois, elle avait touché le sol de France » (op. cit., p. 75).

92 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Paris, Gallimard, « Folio Classique », 1982, p. 17.

93 Émile Zola, La Bête humaine, Paris, Gallimard, « Folio », 2001 [1977], p. 209.

94 « Panorama », dans La Nouvelle Revue française, no 267, 1er décembre 1935, p. 831.

95 L’Été 76, op. cit., p. 183.

96 Dans Les Derniers Jours, sur Tuquedenne : « Il aimait Paris, plus exactement les rues de Paris. […] Il n’aimait pas la ville, mais sa topographie. Il ne connaissait que le squelette et non la chair. », op. cit., p. 142.

97 Voir Michel Lecureur, « Queneau et sa ville natale », dans Raymond Queneau, mystère des origines, op. cit., p. 33-43.

98 Guy de Maupassant, Boitelle, dans Contes normands, Paris, Le Livre de poche, 2004, p. 784.

99 Louis-Ferdinand Céline, Voyou Paul. Brave Virginie, Cahiers Céline no 8, Paris, Gallimard, 1988, p. 113-114.

100 Pierre et Jean, op. cit., p. 89.

101 Les Derniers Jours, op. cit., p. 17.

102 La Nausée, op. cit., p. 70.

103 Les Fiancés du Havre, op. cit, p. 68.

104 Modeste Mignon, op. cit., p. 44.

105 La Nausée, op. cit, p. 67.

106 La Nausée, op. cit., p. 163.

107 Les Derniers Jours, op. cit., p. 46.

108 Pierre et Jean, op. cit, p. 63.

109 Modeste Mignon, op. cit., p. 85.

110 Ibid., p. 66.

111 Les Derniers Jours, op. cit., p. 26.

112 L’Été 76, op. cit., p. 39.

113 Ibid., p. 221.

114 « Le panorama », op. cit., p. 53.

115 Ibid., p. 834.

116 Un rude hiver, op. cit., p. 73.

117 Philippe Huet situe au Havre l’action de plusieurs de ses romans policiers, qui se passent qui plus entre les années 1980 et 1995, avant la « réhabilitation » de la ville, et à un moment où Le Havre se prête particulièrement aux climats sombres de ses romans.

118 Poèmes en prose, op. cit., p. 43.

119 Les Ziaux, op. cit., p. 19.

120 La Bête humaine, op. cit., p. 68.

121 Pierre et Jean, op. cit, p. 67.

122 « Panorama », op. cit., p. 851

123 Dans la salle des pas perdus 1, op. cit, p. 315.

124 Mort à crédit, op. cit., p. 759.

125 Louis-Ferdinand Céline, lettre d’août [1957], Lettres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p. 1536.

126 « Panorama », op. cit., p. 853.

127 Georges Simenon, Le Bilan Malétras, Paris, Gallimard, « Blanche » ; 1967, p. 16 [1re éd. : 1948].

128 La Nausée, op. cit., p. 81.

129 Raymond Queneau, Journal, Paris, Gallimard, « Blanche », 1986, p. 120.

130 L’Âge d’homme, op. cit., p. 123.

131 L’Été 76, op. cit, p. 63.

132 L’Été 76, op. cit., p. 40.

133 « Nostalgie », Fendre les flots, op. cit., p. 235.

134 La Belle Saison, op. cit., p. 102.

135 On retrouve au cinéma ces deux types d’exploitation du Havre, l’une très réaliste, l’autre davantage fantasmagorique et poétique. La réalisatrice Juliet Berto, auteur d’un film appelé Havre l’exprime assez bien : « Si j’ai choisi Le Havre pour cadre, ce n’est pas pour réaliser un film dans la tradition néo-réaliste, mais au contraire pour utiliser à des fins poétiques ce magnifique décor du port du Havre, qui est pour moi fantastique, dans toutes les acceptions du terme. », cité dans Antoine Rabaste, L.H. Confidential, op. cit., p. 189.

136 Voyou Paul. Brave Virginie, op. cit, p. 113.

137 Un rude hiver, op. cit, p. 28.

138 Le Bilan Malétras, op. cit., p. 16.

139 Les Derniers Jours, op. cit., p. 262.

140 Octave Mirbeau, sous le pseudonyme « nègre » d’Alain Bauquenne, L’Écuyère, dans Œuvres romanesques de Mirbeau, Paris, Buchet-Chastel – Société Octave-Mirbeau, 2000, t. 1, p. 217.

141 Dans la salle des pas perdus 2, op cit., p. 165.

142 Lucien Descaves, Sous-offs, Rennes, La part commune, 2009, p. 242.

143 Lettre d’[août 1935], Lettres, op. cit., p. 465.

144 L’Âge d’homme, op. cit, p. 126.

145 Un rude hiver, op. cit., p. 164.

146 Les Derniers Jours, op. cit., p. 277.

147 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 44.

148 Les Ziaux, op. cit., p. 95.

149 Biographie au pas de course, op. cit., p. 17.

150 Blaise Cendrars, Feuilles de route, dans ses Poésies complètes, Paris, Denoël, 2011, p. 197.

151 Les Derniers Jours, op. cit., p. 256.

152 La Nausée, op. cit., p. 238.

153 La Bête humaine, op. cit., p. 304.

154 Cité dans Le goût du Havre, Paris, Mercure de France, « Le petit Mercure », 2011, p. 79.

155 Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 167-170.

156 Pascal Quignard, La Leçon de musique, Paris, Gallimard, « Folio », 2002, p. 21-22.

157 Les Ziaux, op. cit., p. 53.

158 Maupassant, « Découverte », dans Contes normands, op. cit, p. 617.

159 « Fécamp, c’est mon premier voyage… », Chêne et chien, op. cit, p. 39.

160 Guy de Maupassant, « La bête à maît’ Belhomme », Contes normands, op. cit., p. 669.

161 Un rude hiver, op. cit., p. 97.

162 Armand Salacrou, Les Fiancés du Havre, Paris, Gallimard, 1944, p. 62.

163 Les Fiancés du Havre, op. cit., p. 144.

164 « La rhétorique des marées », Fendre les flots, op. cit., p. 231.

165 « Alphabet lithique », Fendre les flots, op. cit, p. 231.

166 Un rude hiver, op. cit., p. 131.

167 Organisé à l’université de Limoges, 9-10-11 octobre 2008, sur le thème « Espaces, tourismes et esthétiques »

168 Dans son dernier ouvrage, Bertrand Westphal retrace les grands moments de l’histoire des représentions cartographiques : Un monde plausible, Paris, Éditions de Minuit, 2011.

169 Franco Moretti, Atlas du roman européen, 1800-1900, Paris, Seuil, 2000.

170 Voir le livre de Bruno Delarue et Géraldine Lefebvre, Les peintres au Havre et Sainte-Adresse, 1516-, Yport, Terre en vue, « Le Tour de France de la peinture », 2008.

171 L’Été 76, op. cit., p. 45.

172 Voir l’ouvrage d’Antoine Rabaste, L.H. Confidential, op. cit.

173 Pierre Bost, Monsieur Ladmiral va bientôt mourir, Paris, Gallimard, 1945.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Brasserie Guillaume-Tell, carte postale, Bibliothèque municipale du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 2. Restaurant la Grosse Tonne, carte postale, Bibliothèque municipale du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 3. Rue de Paris, carte postale, collection personnelle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 4. Boulevard Maritime, carte postale, collection personnelle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2523/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 5. Lettre de Jean-Paul Sartre à Bonnafé [sans date] sur papier à en-tête de la brasserie Guillaume-Tell, Bibliothèque municipale du Havre (avec l’aimable autorisation de Mme Arlette Elkaïm-Sartre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/2523/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search