Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Résumés – Abstracts

Texte intégral

1 Nous adressons nos plus vifs remerciements à Marie-Noëlle Vallet pour sa contribution aux traductions en langue anglaise des résumés.

2Rebecca Rogers
Revoir l’histoire de l’éducation sous l’angle du genre :
nouvelles perspectives

3L’introduction de la catégorie du genre dans les études portant sur l’histoire de l’éducation a induit des infléchissements sensibles dans une historiographie restée longtemps très « républicaine ». Cet article distingue trois axes de recherche pour en montrer les effets. Tout d’abord, il considère de quelle manière la prise en compte des réalités de l’enseignement congréganiste modifie le récit républicain. Puis il considère les travaux portant sur les femmes enseignantes et montre l’investissement des femmes dans l’offre scolaire féminine, des femmes qui ne sont pas des pions du clergé mais de véritables actrices de l’histoire. Enfin, il termine en évoquant le dialogue transnational en histoire des femmes et du genre ainsi que le dialogue interdisciplinaire, qui introduisent de nouveaux champs de recherche sur la coéducation, l’éducation missionnaire et coloniale et sur les aspects genrés des disciplines scolaires.

4 The introduction of gender in the history of education has considerably modified interpretations within the fields which until recently had remained very “republican” in their inspiration. This article considers three fields of research in order to demonstrate their effects. To begin, it considers how knowledge about the realities of schools run by religious orders has modified the republican interpretation. Then it considers work on women teachers and the variety of institutions they created in the nineteenth century in order to show they were not mere pawns of the clergy but dynamic actors in the field. The article concludes with the transnational dialogue in women’s and gender history as well as the existence of an interdisciplinary dialogue which has introduced new areas in scholarship, notably the study of coeducation, missionary and colonial education and the gendered aspects of school subject matters.

5Marie-Françoise Lemonnier-Delpy
Perspectives littéraires sur la question de l’éducation féminine

6Dans l’enseignement dispensé aux filles se pose naturellement la question de la part que tient la littérature. Il est bon de rappeler à grands traits quel rôle a joué et peut jouer la littérature, celle dont on vous prive, celle qu’on lit de gré ou de force ou celle que l’on invente. Cette problématique conduit à évoquer quelques aspects forts des pratiques de la lecture, qu’elle soit scolaire ou privée. On observe combien les corpus d’œuvres limités pour les garçons l’ont été plus encore pour les filles à qui certains genres semblaient exclusivement destinés. Aujourd’hui l’on interroge la spécificité de la lecture au féminin pour elle-même plus que comme produit d’une réception programmée. Cette interrogation en suscite une autre, celle du passage à l’écriture et de la spécificité de la création féminine. Elle est qualifiée comme le fut longtemps la femme ellemême : du côté du naturel, de la spontanéité et de l’oralité. Le rapport aux genres littéraires abordé sous cet angle met en évidence des hiérarchies et des caractérisations qui ne sont pas sans piège. La question de l’intérêt manifeste des femmes à l’égard de la culture et de la langue constitue enfin un autre aspect des approches littéraires et des recherches interdisciplinaires sur l’éducation féminine.

7 When one considers girls’ education, the question of the share of literary studies naturally arises. It is thus necessary to state briefly the part literature has played or can play when it is either excluded, more or less imposed or invented. This approach leads to focusing on some significant aspects of reading practices, whether at school or at home. It can be noticed how the already limited corpora for boys were even more so for girls, to whom some genres seemed exclusively reserved. Today, the object of study is the specific features of female reading in itself more than the product of this programed reception. This question leads to another one – how one goes from reading to writing and what makes female writing specific. It is often described as women have been for so long: on the natural (if not intuitive), spontaneous and oral side. When considered from that angle, the relationship between gender and literary genre reveals deceptive hierarchies and characterizations. Finally, another facet of literary approaches and interdisciplinary studies of female education is the obvious interest of women in culture and language.

8Anne Reach-Ngo
Les premiers récits d’apprentissage féminins à la Renaissance

9Si, avec l’imprimerie, la diffusion des textes modifie profondément les moyens d’accès des jeunes filles et femmes de la Renaissance à l’écrit et à la culture de l’imprimé, certains traités populaires, loin de favoriser leur émancipation, tendent davantage à les enfermer dans des images stéréotypées. Or, à partir des années 1530-1540, la prose narrative vernaculaire semble proposer à ses lectrices de nouveaux outils d’éducation, dans un contexte éditorial où la querelle des amies a remis la question féminine au goût du jour et où se multiplient des ouvrages facétieux, dont le ressort comique est le plus souvent misogyne. Sur la scène narrative se rencontrent des femmes, dépeintes en posture d’auteur, qui revendiquent un nouvel accès à la parole et à « l’auto-formation », héroïnes – comme les conteuses de Jeanne Flore, la Flammette de Boccace ou la Lucenda de San Diego – ou auditrices, convoquées dans les multiples paratextes. Elles sont invitées à tirer « plaisir et profit » de ces récits, dont la visée didactique réside dans la transmission d’une expérience féminine qui fait notamment appel à l’identification. Ces récits de formation viennent enrichir l’éducation des jeunes filles du XVIe siècle, selon des pratiques de lecture, certes codifiées, mais qui suscitent une représentation de la femme qui se veut maîtresse de sa destinée, romanesque autant qu’intellectuelle. Il s’agira donc de se demander dans quelle mesure les premiers récits sentimentaux de la Renaissance peuvent être lus comme des récits d’apprentissage féminins.

10 With the emergence of the printing industry, text distribution significantly altered the ways young girls and women in Renaissance time could have access to written material and culture of printed texts. However some popular treaties aimed at restraining them to stereotyped clichés. Nevertheless, between from 1530-1540, vernacular narrative prose seems to offer new learning tools to female readers, within a publishing context where “la querelle des amies” raises the question of female condition again. In this context, more and more facetious books come out, but their comic part is misogynist most of the time. Women depicted with an author status meet on the narrative stage, heroines – such as Jeanne Flore’s female tale-tellers, Boccacio’s Flammette or San Diego’s Lucenda – or female auditors summoned up in multiple paratexts, calling for a new access to speech and “self-training”. They are invited to take “pleasure and profit” from these stories whose didactical goal lies in the transmission of a feminine experience, notably requiring identification. These “training narratives” enrich the education of young girls in the 16th century, through – though codified – reading habits generating the representation of women who are as romantic as intellectual and have their destiny in hand. Hence one can wonder to what extent early sentimental narratives in the Renaissance can be read as female education tales.

11Maria Papapetrou-Miller
Le Dialogue de Placide et Sévère de Madeleine et Catherine des Roches : l’Antiquité grecque à l’appui de l’émancipation spirituelle des femmes au XVIe siècle

12En 1578, les dames Des Roches publient le Dialogue de Placide et Sévère dans leurs Œuvres. Deux interlocuteurs, représentant chacun des tendances diamétralement opposées au sujet du rôle de la femme et plus spécialement de son droit ou non d’accéder à l’éducation livresque, se livrent à une discussion dynamique. Sans inciter les femmes à abandonner leurs devoirs ménagers, Madeleine et Catherine des Roches choisirent la puissance du « logos » pour persuader les gens les plus tenaces de l’immense bénéfice qu’apporterait aux deux sexes la fréquentation des livres par les membres du sexe féminin. L’humanisme mettait à leur disposition un éventail de traités sur l’économie/οικονομία ou bien manière d’administrer la vie familiale, fournis par l’Antiquité grecque : Les Travaux et Les Jours d’Hésiode, La République de Platon, L’Économie de Xénophon, Les Œuvres Morales de Plutarque. Fortement influencées par leurs inspirateurs antiques, en faisant – pour la première fois – l’apologie du savoir livresque, les deux érudites les surpassent.

13 In 1578, Madeleine and Catherine Des Roches published the Dialogue de Placide et Sévère in their work entitled Œuvres. Two interlocutors, each one representing opposing attitudes towards women’s roles and especially their right or not to accede to education through reading, are having an energetic discussion. Without prompting women to abandon their household obligations, Madeleine and Catherine des Roches choose the power of “logos” in order to convince the most obstinate individuals of the great benefit that reading, on behalf of women, would bring to both sexes. Due to humanism, a large number of treatises, by ancient Greek authors, on economy/οικονομία, meaning the way to administer a household, were at their disposal. These were: Hesiod’s Works and Days, Plato’s Republic, Xenophon’s The Oeconomicus (“The Complete Householder”), Plutarch’s Moral Works. Greatly influenced by those who inspired them and praising, for the first time, knowledge obtained through reading, these two intellectuals go far beyond the ancients.

14Mireille Habert
La relation au savoir d’une femme du début du XVIIe siècle

15L’originalité de Marie de Gournay n’est pas d’avoir été une femme de lettres à une époque où le savoir est encore refusé aux femmes. C’est d’avoir osé avouer sa formation d’autodidacte et, malgré tous les obstacles, d’avoir consacré sa vie à revendiquer pour les femmes le droit à l’instruction et à l’échange des idées. Il importe de rendre justice à son œuvre d’éditrice, de traductrice et d’écrivain, et d’admirer la ténacité avec laquelle elle n’a cessé de témoigner de sa confiance dans la fréquentation des Lettres considérée comme le meilleur moyen de progrès pour les femmes.

16 The originality of Marie de Gournay is not to have been a woman of letters in a period when knowledge was still refused to the women. It is to have dared to admit her self-taught’s formation and, in spite of all the obstacles, dedicated her life to claiming for women the right to education and to the exchange of the ideas. It is important to do justice to her work as an editor, a translator, and a writer, and admire the tenacity of this woman who kept giving evidence of the value for women of the company of Letters as the best way to advance.

17Myriam Dufour-Maitre
L’éloquence féminine dans la première moitié du XVIIe siècle : des codes éducatifs aux modèles littéraires

18La tradition antique n’envisage guère que les femmes, sauf rarissimes exceptions, accèdent à l’èthos, cette conjonction désirable de l’excellence rhétorique et de l’excellence morale. À l’issue des guerres de religion en France, émerge au contraire un art de la conversation dans lequel les femmes trouvent place et même prééminence. Cette « instance du féminin », qui domine désormais la civilisation des mœurs, conduit à envisager une éducation des femmes et des jeunes filles aux habitudes de parole qu’on juge susceptibles de polir les cavaliers et de construire la paix civile. Se pose alors la question du lieu de cette éducation (la cour, la ruelle ou l’école ?), de ses formes et de ses contenus : faut-il, pour former le sexe féminin à cet art de dire doux et enjoué, les préceptes de la rhétorique, ou au contraire, tout l’art caché des fictions vraisemblables que proposent le théâtre, voire le roman ? Ou bien l’amour est-il la véritable « école des femmes », et la seule qui garantisse la conservation en elles d’une excellence linguistique supposée naturelle ? Les querelles littéraires qui jalonnent le XVIIe siècle, dont celle du Cid, témoignent ainsi de la difficulté à envisager une véritable éducation féminine à la parole, du moins par les moyens nouveaux qu’offre aux garçons la promotion de la littérature.

19 In ancient times, except for a few exceptions, women were never thought of as being able to have access to “etho”, this much desired conjunction of rhetorical and moral excellence. Conversely, after the religious wars, there emerged, an art of conversation which women could not only have access to but even dominated. The advent of “female authority” in the new reign of good manners led to a conception of education where women and young girls would be versed in speaking habits that could contribute to polishing the “cavalier” and avoiding civil wars. The question then was where this education should take place (at the Court, in the streets or at school?), under what form and with what content: should women be trained to speak in a soft and lively way, by learning the basics of rhetoric or should they be taught the hidden art of plausible fictions such as plays or even novels? Or rather, should love be the one and only “school for women”, the only one to guarantee the preservation in women of a supposedly natural linguistic excellence? Literary wrangles which regularly took place in the 17th century, including that of the Cid show how difficult it was to conceive real education for women in the art of speaking, at least by using the same means offered to men through the new promotion of literature.

20Laurence Chaffin
Les romans de mariage au XIXe siècle

21Le mariage se présente comme un motif central de la littérature destinée aux jeunes filles bourgeoises du XIXe siècle. On observe dans les faits qu’il est, de toute évidence, un projet en germe dès qu’une fillette vient à naître et qu’il constitue un axe éducatif essentiel.
Les romans de mariage fleurissent dans ce contexte et avec l’essor de la littérature de jeunesse, offrent aux jeunes lectrices de multiples modèles auxquels s’identifier ou à disqualifier. Sans se présenter comme de véritables « traités », ils permettent à la jeune fille d’envisager cette nouvelle identité sous des aspects variés et surtout de façonner définitivement son esprit selon l’idée qu’une bonne épouse est avant tout une bonne mère et ne peut s’accommoder d’une vie ouverte sur le monde.
Il s’agit bien, encore une fois, de présenter l’espace de l’intime comme seul horizon d’attente possible et de faire la démonstration qu’une seule perspective est possible pour une jeune fille de raison, celle de la voie royale du mariage « raisonnable ».

22 Marriage proves a central motif in literature destined to nineteenth century bourgeois young ladies. To get married is a budding project as early as a baby girl is born and an essential axis in the child’s upbringing. Marriage novels flowered in this context, and along with the rise of youth literature they provided young reader with multiple models to which they could relate or which they could reject. Without being actual “treatises”, they enabled the young lady to contemplate this new identity and above all to definitively model her mind according to the idea that a good wife could be nothing but a good mother and should live mostly aside from the society of her time. Once again, they show the domestic intimate space as the only possible horizon and demonstrate that only one prospect is given to a reasonable young girl – the best way to a good marriage.

23Geneviève Guilpain
Au XIXe siècle, les combats des jeunes filles pour leur autonomie intellectuelle

24Au XIXe siècle, des récits de vie (journaux intimes, mémoires) témoignent que des jeunes filles puis des femmes célibataires construisent une identité contestataire en critiquant les savoirs et les normes éducatives qui leur sont imposées. Elles prennent conscience des rôles féminins qui leur sont dévolus de façon spécifique et discriminatoire par une critique radicale des lectures qui leur sont réservées, par comparaison avec la formation intellectuelle proposée à leurs frères. Elles entreprennent de se forger par elles-mêmes une culture propre et autonome, dans laquelle elles trouvent le terreau d’une autonomie intellectuelle, condition indispensable à la possibilité de s’élever dans un dialogue à parité avec les hommes. Chez ces femmes, la culture autodidacte et l’écriture sont des instruments de mise à distance de la culture patriarcale et représentent des moyens de reprendre la main sur leur destinée par un choix personnel de lectures et d’écriture. À deux siècles de distance, on peut se demander si l’écriture et la création ne constituent pas encore les voies les plus prometteuses de formation et d’affranchissement des femmes.

25 In the 19th century, “essays of life” (diaries, memoirs) show that young girls and spinsters built their anti-authority identities by criticizing knowledge and education standards that they were imposed ; they became aware of the female roles they had to endorse in a discriminatory way by criticizing what they were given to read, as compared to what the intellectual training their brothers were given ; they started building their own individual culture which underlied their intellectual autonomy without which they could not discuss equal to equal with men. For these women, self-taught culture and writing were used to escape from patriarchal culture and were means of becoming responsible for their own destiny through a personal choice of what they wanted to read and write. Two centuries later, one may wonder whether writing and creative art could not still be considered as the most promising ways for women to train and emancipate.

26Juan Jiménez-Salcedo
L’hygiénisme au XVIIIe siècle et l’éducation des jeunes filles

27L’auteur analyse comment l’hygiénisme créé, à la fin du XVIIIe siècle, un discours pseudo-scientifique qui s’inscrit dans l’apparition du corps féminin comme entité anatomique autonome par rapport à l’homme. L’énorme production de traités sur les maladies des femmes témoigne du contrôle de la médecine de l’époque sur le corps de la femme, préfiguration de l’entreprise d’appropriation biologique accomplie au XIXe siècle. L’étude de différents traités de médecine hygiéniste fournit un échantillonnage des représentations que la science de l’époque se faisait de la femme en tant que corps.

28 The author analyses how hygienism creates, at the end of the 18th century, a pseudo-scientific discourse embedded in the representation of woman body as an anatomic entity compared to mankind. The huge production of treaties on women’s diseases highlights the control of medicine, at this period, on woman body as foreshadowing the biological appropriation accomplished during the 19th century. The study on different treaties of hygienist medicine provides a range of samples of the representations that science had of woman as a body at that time.

29Sandrine Roll
Former les mères de demain : le projet d’Anna Thieck, une participante au concours Doyen-Doublié de 1899

30En France, au tournant des XIXe-XXe siècles, la majorité des pédagogues pensent que « l’économie domestique est une science de première utilité » qu’il faut enseigner aux filles. Quelle instruction proposent-ils alors de mettre en place et dans quel but ? Cet article tente de répondre à ces questions en s’attachant à mettre en avant un point de vue féminin : celui d’Anna Thieck, une des participantes du concours « Doyen-Doublié » de 1899. Cette étude montre de quelle manière Anna Thieck envisage l’enseignement ménager comme un apprentissage de l’autonomie pour les femmes et insiste sur l’originalité pédagogique de son projet.

31 In France, around 1900, a majority of academics considered “home economics a priority science”, that must be taught to every girl. What type of teaching did they want to set up and for what purpose? This paper seeks to provide some answers, using a feminist approach: the one of Anna Thieck, who took part in the 1899 “Doyen-Doublié” competition. This study shows how Anna Thieck considered household teaching as a gateway to women autonomy and explores the originality of her educational project.

32Annie Boulon-Fahmy
Du féminin dans l’art ou l’art a-t-il un genre ? Les arts plastiques au féminin

33Les femmes ont accès aujourd’hui aux mêmes enseignements artistiques que les hommes et leur participation aux options spécialisées et à l’enseignement des écoles d’art s’est accrue à tel point que l’on s’interroge sur la « féminisation » de telles filières. Néanmoins, peu d’entre elles s’orientent ensuite vers le « métier » d’artiste. En même temps, depuis les années 1970 et l’avènement du féminisme, les artistes femmes sont de plus en plus nombreuses sur la scène artistique internationale. Mais c’est encore le plus souvent lors d’expositions non-mixtes qu’elles se manifestent (expositions « essentialistes » ou « différentialistes »), accréditant l’idée selon laquelle il existerait une expression artistique féminine du côté du sensible et du naturel, qui se distinguerait d’un art plus « universel ». En quoi l’histoire de l’Éducation artistique des filles (depuis l’enseignement des arts d’agrément jusqu’à celui du dessin et des arts plastiques et visuels, mais aussi enseignement manuel et technique) croisant l’histoire de l’art et de l’esthétique, et celle de la notion de genre dans ses aspects psychologiques et culturels, nous renseignet-elle sur la place des femmes dans le monde de l’art ? Quelle est cette place aujourd’hui dans les débats sur l’art contemporain ? Dans ce contexte, quel peut être le rôle de l’enseignement artistique ? En quoi, par les savoirs qu’il transmet et les modèles identificatoires qu’il propose, contribue-t-il, ou non, à un séparatisme sexué des pratiques artistiques ? Et quel peut être son rôle dans le renforcement de l’estime de soi et la restauration narcissique, qui sont, à l’évidence, au cœur de ce questionnement sur la place octroyée ou non aux créations des femmes (par elles-mêmes et le consensus social et culturel qui les accueille et les promeut) ? Comment, enfin, peut-il œuvrer dans le sens d’une reconnaissance des singularités qui permettrait de repenser « l’universel de l’art » autrement ?

34 Nowadays women have access to the same artistic classes as men and their involvement in specialised options and teaching in art school has been increasing so much that people are wondering about the feminisation of these jobs. Yet, few of them turn towards an exclusively artistic career. At the same time, since the seventies and the advent of feminism, female artists have become more and more numerous on the international artistic stage. Yet, most of the time, they take part in single sex exhibitions such as essentialist or differentialist exhibitions. This would tend to give substance to the idea that a female artistic expression does exist, on the sensitive and natural side of art but is slightly different from a more universal form of art. How does the upbringing of women (from the accomplishments of the past centuries to the more recent fine arts and “home economics) combined with the History of Art and Aesthetics, and the notion of gender in its psychological and cultural aspects give us information on the place of women in the world of art? Is this place the same nowadays, among the debates about contemporary art? In this context, what can be the role of artistic education?

35Florence Carpentier
L’éducation physique des jeunes filles de 1880 à nos jours. Euphémisation et éducation à la différence

36L’éducation physique se construit autour de plusieurs représentations : des représentations politiques de l’éducation, des représentations sociales du corps et des représentations sociales de l’homme et de la femme. C’est sur ce dernier point que l’article tente d’apporter un éclairage, à travers l’étude des discours officiels de la discipline depuis 1880, date de son entrée permanente dans le système scolaire.
Malgré l’évolution des finalités attribuées à l’éducation physique, nous pouvons constater que les décideurs politiques de cette discipline proposent inlassablement aux jeunes filles une version euphémisée de l’éducation physique donnée aux garçons, produisant ainsi ce que nous pouvons appeler une « éducation à la différence ».

37 Physical education at school is made with different representations: political representations of education, social representations of the body and social representations of man and woman. This article deals with this last point, by studying official directives on the subject since 1880, when physical education became compulsory at school.
Despite the evolution of the physical education’s goals, we can observe that politics have always been proposing to girls an euphemised version of physical education for boys, doing then what can be named an “education to difference”.

38Florence Launay
L’éducation musicale des femmes au XIXe siècle en France. Entre art d’agrément, accès officiel à un enseignement supérieur et professionnalisation

39Le Conservatoire de Paris, créé en 1795, a été le premier établissement d’enseignement supérieur français ouvert aux jeunes filles, cent ans avant l’École des beaux-arts et les universités. À la naissance de l’institution, le nombre de sujets accessibles aux femmes était limité et ne comprenait notamment pas la composition. Mais ces études sanctionnées par des diplômes convoités ont permis l’apparition de musiciennes professionnelles : pianistes, cantatrices, organistes et harpistes. Parallèlement, un important corps professoral féminin s’est développé, alimentant la pratique amateur et domestique de la musique, perçue comme un élément indispensable à la formation des jeunes filles des classes aisées ; une formation qui a pu, en cas de revers de fortune, se révéler à son tour une source de revenus.

40 The Paris Conservatoire, founded in 1795, was the first French institution of higher education to admit women, a century before the École des beaux-arts and universities. At the time of its foundation, however, the number of subjects accessible to women was limited and in particular did not include composition. But these studies, rewarded by coveted diplomas, allowed the emergence of female professional musicians: pianists, singers, organists and harpists. At the same time, an important body of female teachers developed, nourishing the domestic practice of music, perceived as an essential element of the education of women of the bourgeoisie; an education that could prove itself in its turn, in the case of reverse of fortune, a source of income.

41Marie-Françoise Boyer-Vidal
L’éducation des filles et la littérature de poupée au XIXe siècle

42Le recours aux jeux et aux jouets dans le cadre d’une éducation familiale se développe dès le XVIIe siècle. Mais ce sont surtout le XVIIIe et plus encore le XIXe siècle qui en généraliseront l’usage. La littérature de poupée qui est spécifiquement destinée aux filles est, de ce point de vue, exemplaire. Très abondante au point de devenir un genre littéraire, elle amuse des générations de fillettes et les modèle selon les normes morales, culturelles et sociales d’une société bourgeoise triomphante. Les nombreux épisodes et illustrations relatifs à l’éducation de la poupée par sa jeune maîtresse attestent ce détournement du jeu à des fins éducatives. De ce point de vue, la littérature de poupée qui se situe à la jonction de trois outils pédagogiques majeurs : le livre, le jouet et l’image, apparaît bien comme un objet culturel de l’enfance privilégiée, au service d’une éducation du genre.

43 The educational use of games and toys developed inside families as early as the 17th century. But it was brought into general use mainly during the 18th and above all the 19th century. The doll literature, especially meant for girls, is very representative of this trend. It became a specific and very prolific type of literature, and generations of young girls had fun with these books, while being shaped to the moral, cultural and social values of the prevailing middle class. The most representative topic was the doll’s education by her young teacher, showing how the game activity was diverted towards educational purpose. From this point of view, the doll literature is at the crossroads of three major teaching aids: the book, the picture and the toy, and it actually appears as a cultural object for privileged children at the service of female education.

44Isabelle Smadja
Filles et jeunes filles des romans contemporains pour la jeunesse

45L’étude de quelques romans pour la jeunesse, choisis pour leur qualité, révèle une évolution du statut de la fille. Les filles n’ont plus comme seul et unique souci de se marier avec un prince charmant, mais deviennent de plus en plus capables d’une pluralité de fonctions. Dans À la Croisée des mondes, Pullman a fait de Lyra une exploratrice hardie et fougueuse, qui choisit de poursuivre ses études plutôt que de se marier. Dans Harry Potter, Rowling a créé Hermione, jeune fille généreuse et dynamique, seul personnage de ce roman à s’émanciper du collège pour en critiquer quelques-uns des fondements, comme l’exploitation d’« elfes de maison ». Reste que les images déposées dans notre imaginaire disparaissent parfois moins vite que les idées et que certains stéréotypes – filles plus intuitives et sensibles, garçons plus réfléchis et autonomes… – resurgissent au fil des histoires.

46 The analysis of some novels belonging to children’s literature reveals an evolution in the status of girls in fiction. Girls are no longer single-minded in getting married with a “Prince Charming”, but they become more and more able to perform a plurality of functions. In The Dark Materials by Philip Pullman, Lyra is a female explorer, who chooses to pursue her studies instead of getting married. In Harry Potter, Rowling creates the young Hermione, a generous and dynamic girl: she is the only character in this series to be emancipated enough from school to be capable of criticizing some of its foundations, like the exploitation of the house-elves. Yet, the images imprinted in our mind sometimes disappear more slowly than ideas, and some stereotypes such as feminine intuition and sensitivity versus masculine thoughtfulness and independence – resurface as the stories unfold.

47Marie-Claude Hubert
Sexuation des discours

48L’article analyse des textes produits par des élèves de CM1 et de CM2 et met à jour les stéréotypes concernant les femmes et les hommes, les filles et les garçons, le féminin et le masculin. Ces stéréotypes sont alors mis en relation avec ceux que l’on retrouve dans la littérature de jeunesse ou dans des films récents.

49 This article analyses texts produced by primary school children (8-10 years old) and brings to light stereotypes about women and men, girls and boys, the feminine and the masculine. These stereotypes are then related to the ones that can be found in children’s literature or recent films.

50Laurence Sieuzac
Éducation et vocation de la femme au Siècle des lumières

51L’éducation des filles souscrit en amont à une représentation des rôles assignés à la femme, fonctions qui découlent de sa vocation biologique de procréation. Or ces fonctions circonscrites dans la sphère du dedans ne sont souvent pas des vocations. En aval, l’éducation des filles est tout autant clôturée par une propédeutique axée sur ces mêmes représentations féminines. L’être féminin, ses dimensions spirituelle et intellectuelle sont déniés. Certes, l’éducation des filles connaît au siècle des Lumières une volonté de réforme pédagogique. Surtout, l’esprit de dissidence vient aux filles dans un climat révolutionnaire. Les femmes réclament une instruction qui ne limite plus leur vocation mais la stimule. Mais ces espoirs d’émancipation féminine sont suspendus et le cercle épistémologique, liant éducation et vocation, et étranglant la destinée féminine, se perpétue en un nœud gordien.

52 Girls’ education is determined upstream by the representation of parts assigned to women. Indeed these functions being fenced in by inside sphere aren’t often vocations. Downstream girls’ education is as well enclosed by a propaedeutics centred on these feminine representations. Female human beings and their spiritual and intellectual talents are denied. However the Age of Enlightenment saw the emergence of a debate concerning girls’ education. Above all dissenting ideas comes to girls in revolutionary context. Women claim an education which doesn’t restrict their vocation anymore but incites it. Nevertheless these emancipation hopes are put off and this epistemologic circle, linking education and vocation, constricting feminine destiny, remains as a Gordian knot.

53Marianne Charrier-Vozel
Dialogues sur l’éducation des femmes : Mme d’Épinay, Galiani, Thomas, Diderot

54Le 14 mars 1772, Mme d’Épinay signale dans une lettre envoyée à l’abbé Galiani, la parution de l’Essai sur le caractère, les meurs et l’esprit des femmes […] de A.-L. Thomas. Selon elle, l’éducation a dénaturé les femmes pour en faire des êtres faibles. Diderot, dans la Correspondance Littéraire du 1er avril 1772, et Galiani dans son Croquis d’un dialogue sur les femmes, s’emparent de la question pour défendre le point de vue de Thomas sur la définition biologique des genres et non sur leur construction sociale : les femmes, victimes de leur corps, sont sensibles, excessives, imaginatives, donc incapables d’études approfondies et de bon sens. Dans sa correspondance avec Galiani, Mme d’Épinay se révèle plus hardie que dans les Conversations d’Émilie, son traité pédagogique. En définitive, elle revendique pour les femmes la liberté intérieure et le bonheur que procurent la culture et le travail intellectuel.

55 On March 14, 1772, M me d’Épinay announces in a letter sent to abbot Galiani, the publication of Treaty on character, manners and spirit of women […] by A.-L. Thomas. According to her, education denatured women and turned them into weak beings. Diderot, in Literary Correspondence of April 1, 1772, and Galiani in his Sketch of a dialogue on women, seize the question to defend the point of view of Thomas about the biological definition of genders and not about their social construction: women, victims of their body, are sensitive, excessive, imaginative, therefore unable of thorough studies and common sense. In her correspondence with Galiani, Mme d’Épinay appears bolder than in Emilie’s Conversations, her teaching treaty. Ultimately, she asserts for women, the inner freedom and happiness which culture and intellectual work gives.

56Isabelle Brouard-Arends
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation de Mme de Genlis, une proposition au féminin pour le modèle éducatif des Lumières ?

57Le roman éducatif Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation publié en 1782 par Mme de Genlis pourrait être considéré comme le modèle au féminin de la fiction éducative écrite vingt années auparavant, en 1761, par J.-J. Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse. S’y déploient, en effet, une géographie languedocienne et une constellation familiale qui ne sont pas sans rappeler la communauté de Clarens. Cependant, Mme de Genlis fait œuvre originale en ne dissociant pas éducation masculine et féminine. Les deux enfants Adèle et Théodore, du baron et de la baronne d’Almane, sont élevés ensemble dans le projet commun d’en faire des adultes responsables, cultivés et prêts à assumer leurs futures fonctions sociales. L’originalité de l’ouvrage réside également dans le réseau analogique entre privé et politique, puisque est évoquée l’éducation d’un prince sous une gouvernance masculine qui pourrait faire songer à la fonction occupée par Mme de Genlis au même moment auprès des enfants d’Orléans.
Indéniablement, Mme de Genlis propose une réflexion fondée sur son expérience afin qu’elle devienne un modèle tutélaire pour ses lecteurs dont on sait qu’ils furent très nombreux.

58 The educational novel Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation published in 1782 by Mme de Genlis can be considered as a feminine model of the educational fiction written twenty years before, in 1761, by Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse. It evokes a Languedoc area family setting which is not unlike the community of Clarens. Nevertheless, Mme de Genlis is very original in not dissociating masculine and feminine education. The two children of Baron and Baroness D’Almane, Adèle and Théodore, are raised together in a common project to develop them into responsible and well read adults ready to assume their future functions in society. The originality of the work is also found in the analogy between the private and the political because it evokes the education of a prince under a masculine educator, which parallels the role that Mme de Genlis played at the same moment with the children of the Duke of Orléans. Undeniably, Mme de Genlis proposes a reflection based on her own experience so that it becomes a model for her readers that we know, numerous as we know they were.

59Loïc Chalmel
L’institution pour jeunes demoiselles de Strasbourg

60Qui se souvient aujourd’hui encore des éducateurs philanthropinistes et de leurs principes pédagogiques ? Pourtant, la création et le rayonnement de leurs établissements d’éducation au Siècle des lumières, contribua à la mise en place d’une « école nouvelle » au sein du paysage éducatif européen. L’Institution pour jeunes demoiselles de Strasbourg représente incontestablement la contribution la plus originale des disciples de Basedow (1723-1790) à la question de l’éducation des filles. Cette institution trouve naturellement sa place dans le réseau unissant les différents établissements créés par les « amis de l’humanité » en Europe, avec en arrière-plan le rôle des sociétés philanthropiques qui assurent la promotion officielle de leurs travaux pédagogiques, et les Loges maçonniques qui en assurent la promotion souterraine. Jean-Frédéric Simon (1747-1829) et Jean Schweighäuser (1753-1801), élèves d’Oberlin (1740-1826) et anciens collaborateurs de Basedow à Dessau, en seront les chevilles ouvrières.

61 Who remembers now the philanthropic educators and their principles? Yet the creation and the influence of these schools in the century of Enlightenment was partly responsible for the foundation of a ‘new school’ within the European educational landscape. The Strasburg institute for young ladies is undoubtedly the most original contribution of Basedow’s disciples on the question of girls’education. This institute finds its natural place in a network uniting different schools created by these ‘friends of mankind’in Europe, the official promotion of their pedagogical studies being made in the background by philanthropic associations, as well as Freemason groups for the underground promotion. Jean-Frédéric Simon (1747-1829) and Jean Schweighäuser (1753-1801), both pupils of Oberlin (1740-1826) and former collaborators of Basedow in Dessau will be the central instruments in the implementation of this institution.

62Annie Tschirhart
Mère de famille ou nonne : dialectique éducative au XVIIe siècle

63Tandis que se développent, dès le XVIe siècle, les collèges humanistes, régences latines et pensions pour les garçons, l’enseignement féminin se répand seulement à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Les congrégations qui le prennent en charge ont pour objectif principal de donner une éducation essentiellement morale et religieuse. L’instruction des filles ne va donc pas de soi et la formation donnée n’a que deux objectifs : le couvent ou le mariage. Pour illustrer cette dialectique éducative, nous avons choisi d’évoquer, dans un premier temps, les représentations sociales féminines aux XVIe et XVIIe siècles, puis de montrer leur influence à travers deux types d’enseignement : celui de Saint-Cyr avec Mme de Maintenon et celui de Port Royal.

64 While, the humanist secondary schools, latin regencies and boys boarding-school begin to emerge, from the 16th century, the female teaching is spreading only at the beginning of the second half of the 17th century. The congregations who take care of it have as a main objective to give an essentially moral and religious education. So, female teaching doesn’t matter of course and the given education has only two finalities: convent or marriage.
To illustrate this educational dialectic, we first have chosen to evocate the social female representations in the 16th and 17th centuries, and then, to show their influences with two different types of education, that of St Cyr with M me de Maintenon and of Port-Royal.

65Dominique Picco
Saint-Cyr, un modèle éducatif ?

66Entre 1686 et 1793, plus de 3 000 fillettes (entre 7 et 20 ans) fréquentèrent Saint-Cyr, maison d’éducation réservée à la noblesse désargentée. Les enseignements étaient assurés par les Dames de Saint-Louis, des religieuses rattachées à l’ordre de Saint Augustin, presque toutes anciennes élèves de la maison. Pour déterminer comment Saint-Cyr a pu fonctionner comme un modèle imité ou rejeté, il est nécessaire de réexaminer les composantes de cette éducation – organisation et fonctionnement interne, contenus et méthodes pédagogiques – tout en les replaçant dans le contexte du temps. En l’absence de plan d’étude, il faut travailler à partir des écrits de Mme de Maintenon, en sachant que ceux-ci ne donnent qu’une vision théorique de ce que devait être, pour la fondatrice, cette éducation. Pour déterminer ce que fut la réalité des enseignements délivrés et des méthodes employées par les Dames de Saint-Louis les inventaires des différentes bibliothèques, les cahiers de géographie sont d’un grand secours. Enfin, envisager cette éducation comme un modèle nécessite d’en dégager les influences au XVIIIe siècle, en France et à l’étranger, mais aussi au siècle suivant, à travers l’étude de quelques exemples.

67 Between 1686 and 1793, more than 3000 young ladies (between 7 and 20 years old) went to Saint-Cyr, an education house reserved to poor gentry families. The education was delivered by “Dames de Saint Louis” who where connected to Saint Augustin order and who used to be pupils at Saint-Cyr. To determine how Saint-Cyr used to work as a model for x women education, whether approved of or rejected it is necessary to look one more time inside the organisation of this form of education, to focus on its internal structures and its pedagogical contents. Without an official “plan” of education, we have to work with Madame de Maintenon writings; but these letters and instructions give only a theorical vision of education. That’s why to determine what the concrete reality of Saint-Cyr used to be, the use of libraries’ inventories and “cahiers de géographie” (geography note books) is necessary. Eventually, in order to consider Saint-Cyr education as a model, one needs to highlight, through some examples, its broad influence in France and in other European countries during the whole 18th century.

68Marc-Antoine Pottin
Dupanloup et l’éducation des filles

69Monseigneur Dupanloup (1802-1878) est connu pour son opposition à la circulaire Duruy de 1867 instaurant une première et éphémère éducation secondaire pour les filles. Chef de file de l’épiscopat français, il mena la polémique et son image reste entachée de cette faute originelle faisant de lui un opposant à l’instruction des filles et des femmes. La contribution revient rapidement sur la polémique, depuis la parution de la circulaire et celle des trois longues lettres de Dupanloup. Si les arguments du prélat sont d’abord d’ordre matériel, ils empruntent leur registre à la morale et, surtout, à la politique, en raison de la perte du contrôle de l’enseignement par l’Église.
Durant la même période, et au-delà, l’évêque d’Orléans a aussi publié d’autres écrits sur l’éducation des filles, dont le contenu livre un tout autre visage de l’auteur qui pourrait n’être pas si loin de celui du Duruy.

70 Monseigneur Dupanloup (1802-1878), bishop of Orleans, is famous for his strong opposition at the Duruy’s project about the seconddary lessons for the girls. The polemic was very important and Dupanloup wrote three letters to explain his point of view against the loss of the church power in x girls’ education. But at the same time the bishop published other works about the girls’ education and its importance for the society. The opposition between Dupanloup and Duruy may not be that important, and their vision of women education in the imperial France of that time very similar.

71Bernard Bodinier
Institutrices et femmes d’instituteurs dans l’Eure à la fin du XIXe siècle

72L’enquête départementale de 1887 permet de dresser un tableau de l’ensemble des instituteurs et institutrices. Ces dernières ne représentent alors que 45 % des enseignants et les religieuses sont plus nombreuses que les laïques dont elles approchent le nombre dans le secteur public.
Les institutrices laïques du secteur public sont jeunes (33 ans), célibataires à 60 %, ont peu d’enfants, sont surtout natives de l’Eure et sont moins bien payées que les hommes. Titulaires d’un brevet de capacité, elles sont parfois passées par le Cours normal (privé) des Andelys. Pour y entrer, elles font l’objet d’une enquête et doivent remplir certaines conditions ; la directrice les évalue tout au long de leur scolarité. L’exercice de la profession est marqué par de fréquents changements d’école et la surveillance de l’inspecteur qui rédige des rapports parfois très sévères.
La situation est en train d’évoluer avec les lois laïques, une plus grande sévérité envers les congréganistes, dont le nombre diminue, et l’ouverture de l’École normale de filles d’Évreux en 1888.

73 The 1887 departmental study allows to draw up a picture of all teachers. Females only represent 45 % of all teachers with the nuns outnumbering the secular. In the public schools the number of nuns is almost similar to the number of secular teachers.
The secular female teachers from the public sector are young (33 years old), single in 60 % of cases and have few children. They tend to come from the department of Eure and are paid less than men. Holding a “brevet de capacite” (a capacity degree), they have sometimes gone to the “cours normal” in Les Andelys, a private school for teachers. In order to be accepted, they have to be evaluated and meet certain criteria. The headmistress appraises them throughout their schooling. The job entails frequent changes of school and monitoring by an inspector who can write harsh reports.
The situation is changing with new secular laws, with a firmness towards the nuns whose numbers diminish and with the opening of “l’école normale” (public school for female teachers only) in Evreux in 1888.

74Paul Pasteur
Former des ouvrières : l’expérience de la section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne (1928-1934)

75Sociales-démocrates et syndicalistes s’appuient sur la mise en place d’une section féminine à la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne pour développer la formation des femmes salariées : formation professionnelle, formation militante, formation intellectuelle. La cheville ouvrière de cette entreprise est une intellectuelle sociale-démocrate Käthe Leichter qui sait nouer des liens privilégiés entre elles et les enseignées.

76 Social democrats as well as trade-unionists used the creation of the female section of the Vienna workers and employees Chamber to develop training for women employees: vocational training, along with militant and intellectual training. At the core of this project one finds Käthe Leichter, a social-democrat intellectual who managed to connect with the trainees in exceptional ways.

77Anne Thomazeau
La formation professionnelle des mineures placées en internat de rééducation de la Libération aux années 1960

78Les années d’après-guerre constituent une période décisive pour le renouvellement des méthodes de prise en charge des mineur-e-s placé-e-s à l’Éducation surveillée, ce qui se traduit, notamment, par la mise en place, tant dans les établissements de filles que de garçons, d’un véritable enseignement professionnel. Ainsi, apprendre un métier et, si possible, obtenir un diplôme reconnu deviennent deux des principaux objectifs du placement et l’essentiel des volumes horaires quotidiens est consacré à cet enseignement. Cependant, dans le cas des filles, cet accent mis sur la formation professionnelle ne paraît pas dépourvu d’ambiguïtés puisque l’institution se donne également pour mission de préparer les élèves à leur futur rôle de maîtresse de maison. Comment sont articulées ces deux missions et quelle est leur importance relative ? Dans quelle mesure cette tension entre deux modèles d’avenir divergents est-elle propre aux internats de rééducation ou, au contraire, caractérise-t-elle l’ensemble de l’enseignement professionnel féminin ?

79 The post war period is a decisive turning point in the renewal of judiciary education authority’s methods. In both girls’ and boys’ institutions, the effect of this was the development of a real vocational training. Learning a job and if possible awarding a diploma became then two of the main goals of the internment in these institutions. A main part of the day was dedicated to professional training. In the case of girls this goal was coupled with another one: the Reform schools also trained their pupils to be housewives. How were the two missions articulated? What was the importance of each of them? Was this tension between two divergent models peculiar to Reform schools or, on the contrary, did it characterize female professional training as a whole?

80Chantal Antier
Une éducation saint-simonienne au XIXe siècle. L’artiste peintre Rosa Bonheur (1822-1899)

81L’enseignement des filles commence à être pris en compte après 1815, mais l’éducation familiale ne change pas : elle est destinée à préparer au mariage. Les bouleversements de l’Histoire apportent cependant une remise en cause de la société et le développement de nouvelles idées dont s’emparent des sectes. Quelques femmes manifestent leur désir d’émancipation. Rosa Bonheur, artiste peintre de renom jusque dans les années 1875, est formée dans son enfance par son père affilié à des Sociétés secrètes issues du saint-simonisme qui revendiquent pour la femme un rôle de premier plan. La vie et l’œuvre de Rosa Bonheur en portent la marque en avance sur son temps.

82 Girls’ education started to be implemented after 1815, but family upbringing did not change, it was mainly focused on marriage preparation. However, the disruption of history brought up a drastic questioning of society and the development of new ideas were exploited by sects. A few women manifested their emancipation desires. Rosa Bonheur, the famous painter in the late 1800s, was influenced in her childhood by her father who was a part of the secret society inspired by saint-simonism. This theory claimed a leading role for women in the new age. Rosa Bonheur’s way of life and work took lead over her contemporaries.

83Elena Gretchanaïa et Catherine Viollet
L’éducation européenne des jeunes aristocrates russes, d’après leurs journaux inédits (fin XVIIIe - début XIXe siècle)

84Ce sont essentiellement leurs journaux inédits, rédigés le plus souvent en français – trouvés et déchiffrés dans les archives russes –, qui nous renseignent sur l’éducation offerte aux jeunes filles de l’aristocratie russe entre 1780 et 1850 : matières enseignées, méthodes employées, importance et choix des lectures, rôle formateur des voyages et fréquentations, activités culturelles, sport et pratique des arts d’agrément. Assez complète, et largement axée sur l’apprentissage des langues, l’éducation a lieu à domicile. Les lectures, variées et souvent en langue originale, occupent une place de choix dans la formation, qui reste cependant plus limitée que celle de leurs frères, et ne leur permet guère de donner libre cours à leurs ambitions professionnelles.

85 It is their unpublished diaries, written for the most part in French, found and deciphered in Russian archives, that inform us about the education offered to young girls of the Russian aristocracy between 1780 and 1850: the subjects taught, the methods used, the importance and choice of reading materials, the formative role of travelling and social relations, their cultural activities, sports and the practice of fine arts. Fairly exhaustive and mainly focused on language learning, education takes place at home. A choice place is given to reading diverse materials, often in the original language, in an education that remains more limited than their brothers’, and hardly allows them to freely entertain truly professional ambitions.

86Izabella Zatorska
Les élites polonaises et l’éducation au féminin

87Deux éthiques, deux pédagogies à l’œuvre : l’une en France et l’autre en Pologne au XVIIIe siècle. Elles se déploient au seuil d’un événement exceptionnel, tel le mariage d’une fille chérie. L’une met en avant un équilibre psycho-moral fondé sur l’autarcie conditionnée du moi, issue de l’idéal stoïcien (Mme de Lambert), l’autre (la princesse Sanguszko) se réfère à Dieu comme principe et fin de toute action humaine. Les deux états de conseils donnés par Stanislas Leszczynski à sa fille devenant la reine de France – l’original et le résultat du remaniement par son secrétaire – corroborent l’hypothèse d’un clivage socio-moral qui résulte de l’appréhension différente, suivant le régime, de la relation entre le religieux et le politique.

88 Two ethics, two examples of education: one in France, the other in Poland of the 18th century. They appear on the eve of an exceptional event – the marriage of a beloved daughter. One exposes the psycho-moral balance, based on a self-sufficiency conditioned by inner balance, the result of the ideal of stoicism (M me Lambert), the other (Princess Sanguszko), refers to God as the principle and the end of any human action. Both records of advice given by Stanislav Leszczynski to his daughter, the future queen of France, his original writings as well as the final version after changes made by his secretary, both corroborate the hypothesis on the socio-moral gap, resulting from a different understanding, depending on the regime, of the relationship between the religious matters and politics.

89Marianne Walle
L’éducation des filles et la formation des femmes en Allemagne au XIXe siècle

90Dans l’histoire de l’éducation des filles, le cas de l’Allemagne est intéressant par son caractère éclaté : le facteur étatique joue un rôle essentiel, notamment en Prusse, mais les confrontations confessionnelles et autres ne sont pas absentes. Dans les débuts de l’industrialisation, l’éducation des filles revêt un caractère particulièrement rétrograde. À Leipzig, centre du livre, Louise Otto-Peters tente d’éveiller dans les années du Vormärz, (1843-1847) une conscience politique chez les filles et les femmes par la lecture de romans sociaux, de journaux, de poésies patriotiques. La révolution de 1848 connaît une extraordinaire flambée de revendications pour les libertés fondamentales dans un régime de démocratie : sous l’impulsion de la bourgeoisie libérale, de nombreuses associations de femmes se sont constituées pour la création d’écoles maternelles, de collèges de filles, pour une formation professionnelle y compris chez les ouvrières. Après la répression de 1850 et quinze années de silence et de repli, les associations se réorganisent, supra régionales, voire nationales, se replongent dans l’actualité politique et sociale, mais surtout, militent pour l’ouverture de lycées de filles. Le baccalauréat comme l’entrée à l’université n’apparaît qu’après 1900. Le texte de loi est voté en 1908.

91 In the history of girls’ education, the case of Germany is interesting because of its split nature: the state control factor is very important, especially in Prussia, as well as confessional confrontations and other specific features. At the beginning of the industrial era, girls’ education took on a particularly backward character. In Leipzig, which was the centre of book trade, Louise Otto-Peters tries to bring, during the Vormärz (1843-1847) girls and women to an awareness of politics through the reading of social novels, newspapers and patriotic poems. During the 1848 revolution, one can see an extraordinary outburst of demands for the basic liberties in a democratic regime: under the impulse of the liberal upper middle-class a large number of female associations are organized, asking for the creation of kindergartens, grammar schools for girls, providing professional training including for working women too. After the repression in 1850 and fifteen years of silence and decline, associations were reorganized on super-regional, even national level, being immersed again in political and social current events, but above all, for the opening of high schools for girls. The baccalauréat and admission to university appear only after 1900. The law is voted in 1908.

92Vito Pecoraro
Une représentation de la scolarité en Algérie après l’indépendance à travers les romans de Malika Mokeddem

93Avec l’indépendance, la femme maghrébine, devenue force active dans la nation, s’est trouvée en mesure de réclamer son dû et, depuis elle bataille pour un statut égalitaire. L’école, l’instruction ont forgé des générations de jeunes filles qui ont découvert la liberté. Certaines d’entre elles qui, comme Malika Mokeddem, appartiennent à des milieux pauvres, ont dû faire face à un choix difficile et douloureux : renoncer à la liberté et rentrer dans leur tribu ou bien rompre avec la tradition et fuir. Leyla, Dalila, Sultana, personnages des romans de Malika Mokeddem, sont des symboles de femmes victimes d’une socialisation qui continue à être étrangère aux changements que traverse la société algérienne où la présence des stéréotypes hommes/femmes est encore trop actuelle et prégnante.

94 Thanks to the independence, the women from the Maghreb, who had become strongly active in the nation, claimed their due and began to fight for an equalitarian status. School and education forged female generations which discovered freedom. Some of them, who, as Malika Mokeddem, belong to poor environments, had to face a difficult and painful choice: giving up the freedom and going back to their tribe or breaking with the tradition and running away. Leyla, Dalila, Sultana, Malika Mokeddem’s novel protagonists, symbolize the women victims of a society which keeps on being unrelated to the changes in Algerian society where the presence of male and female stereotypes is still current.

95Stéphanie Angers
La scolarisation à l’échelle du Sénégal : vers une marginalisation des filles des zones rurales

96Parce que les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain, il est temps d’accorder une place essentielle à l’éducation pour que ces futurs adultes puissent répondre à leurs besoins et à ceux de la société sénégalaise. L’éducation, clé du développement, est avant tout un droit de l’Homme et à ce titre doit être prioritaire. Malgré les progrès réalisés, le Sénégal est très loin d’atteindre la scolarisation pour tous notamment celle des groupes sociaux laissés pour compte. Dans ce cadre, nous avons analysé les cas particuliers de la scolarisation des populations pauvres et des populations rurales, et particulièrement celle des filles.

97 Since the children of today will be tomorrow’s adults, it is time we attached great value to their education in order to enable them to provide for the needs of Senegalese society. Education, the key to development, is above all a Human right and has therefore priority. In spite of many improvements, Senegal is far from providing the whole of its population with schooling. Access to education is denied to some deprived social groups. In this context, we have focused our attention the situation endured by girls, country people and the poor.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540