Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Deux exemples d’éducation des filles en Afrique : l’Algérie et le Sénégal

La scolarisation à l’échelle du Sénégal : vers une marginalisation des filles des zones rurales

Stéphanie Angers-Sall

Zusammenfassung

Parce que les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain, il est temps d’accorder une place essentielle à l’éducation pour que ces futurs adultes puissent répondre à leurs besoins et à ceux de la société sénégalaise. L’éducation, clé du développement, est avant tout un droit de l’Homme et à ce titre doit être prioritaire. Malgré les progrès réalisés, le Sénégal est très loin d’atteindre la scolarisation pour tous notamment celle des groupes sociaux laissés pour compte. Dans ce cadre, nous avons analysé les cas particuliers de la scolarisation des populations pauvres et des populations rurales, et particulièrement celle des filles.

Since the children of today will be tomorrow’s adults, it is time we attached great value to their education in order to enable them to provide for the needs of Senegalese society. Education, the key to development, is above all a Human right and has therefore priority. In spite of many improvements, Senegal is far from providing the whole of its population with schooling. Access to education is denied to some deprived social groups. In this context, we have focused our attention the situation endured by girls, country people and the poor.

Volltext

  • 1 La liste actuelle des PMA résulte de la dernière étude triennale qui a eu lieu en 2000. Selon cette (...)

1Contrairement à toutes les idées reçues, le Sénégal n’est pas le pays le plus développé de l’Afrique de l’Ouest. Depuis 2000, il est même classé par la Banque mondiale parmi les pays les moins avancés du monde (PMA)1.

  • 2 Chiffre du Ministère de l’Éducation nationale du Sénégal, 2006.

2La crise multiforme que traverse le Sénégal est à la fois économique, sociale, culturelle, sanitaire et politique. Cette crise plurielle n’a pas épargné le système éducatif. Pourtant, l’acquisition des rudiments de lecture, d’écriture et de calcul est sans aucun doute la base du développement et demeure le meilleur chemin à suivre pour sortir de la misère. Franchir la frontière de pays en développement à pays avancé ne pourra se faire qu’au titre de l’éducation pour tous. Mais le Sénégal accuse un retard en matière d’éducation, car il est loin d’atteindre en 2006 la scolarisation pour tous, le taux de scolarisation étant de 79,9 %2. Par ailleurs, si « l’éducation pour tous » est loin d’être acquise, « l’éducation pour toutes » l’est encore moins.

  • 3 Programme national de scolarisation des filles.

3La question centrale de cette communication est de comprendre pourquoi des milliers d’enfants sénégalais et, particulièrement les filles, n’ont pas accès à l’enseignement primaire. On se demandera comment réduire l’écart substantiel entre les sexes, alors que ce n’est que depuis une décennie que l’État sénégalais a intégré la problématique de l’éducation des filles dans les stratégies de réduction de la pauvreté. En effet, du fait de l’explosion des effectifs, conséquence d’une très forte demande qui s’est exprimée au lendemain de l’indépendance, on ne porta guère attention à la lutte contre les inégalités sexuelles. Certains pensaient qu’avec la généralisation de l’enseignement primaire, les filles trouveraient naturellement leur place à l’école. Le problème de l’égalité des sexes au Sénégal ne s’est donc posé ouvertement que depuis peu. Ce n’est qu’au cours des années 1990, et particulièrement à partir de 1994, date à laquelle la politique de la SCOFI3 a été instaurée, qu’on voit se déclencher l’intérêt généralisé de la part des institutions internationales pour le développement de la scolarisation des filles. L’action de la SCOFI, en partenariat avec des ONG, des responsables gouvernementaux, des leaders communautaires et des parents d’élèves, consiste à lancer un plaidoyer pour l’éducation des filles à travers des campagnes de sensibilisation. L’encart publicitaire est un des supports crées par la SCOFI.

Photographie 1 : Affiche publicitaire pour la scolarisation des filles, Dakar, Stéphanie Angers-Sall, 2003.

4Malgré de réels progrès, la persistance d’un écart entre les sexes donne fortement à penser qu’on ne s’attache pas convenablement aux causes sous-jacentes ni aux discriminations dont sont victimes les filles, d’où l’initiative d’effectuer des stages de terrain pour analyser les raisons profondes de leur sous-scolarisation.

5Le présent article est consacré aux jeunes filles issues du département de Kolda, lesquelles constituent un groupe défavorisé en matière de scolarisation, en proposant un éclairage sur les raisons à la fois de leurs absences et de leurs échecs.

6Cette étude est basée sur plusieurs hypothèses : les filles seraient victimes de stéréotypes négatifs qui perturberaient leur inscription et leur maintien dans le système scolaire. Les mariages et grossesses précoces, les travaux ménagers, la présence d’une domestique seraient autant d’éléments qui constitueraient de véritables freins à leur inscription et leur maintien dans l’enseignement.

7À travers l’exemple du département de Kolda, département rural et enclavé, nous avons vérifié nos hypothèses. Nous souhaitons montrer la pertinence d’une analyse locale pour comprendre les raisons de la sous-scolarisation des filles dans un principe de généralisation à l’échelle rurale.

Quelques chiffres sur l’enseignement primaire féminin au Sénégal

8Si en France les disparités entre sexes existant dans l’enseignement ont disparu, ce n’est pas le cas dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et le Sénégal n’est pas épargné. Le taux net de scolarisation des filles montre qu’elles sont moins nombreuses à fréquenter l’école que leurs homologues masculins. Au Sénégal, entre 50 et 60 % des filles seraient scolarisées. Ce score est faible par rapport à certains pays voisins, comme la Mauritanie, la Sierra Leone, le Libéria ou le Togo.

9Par ailleurs, ce chiffre global à l’échelle du Sénégal ne tient pas compte des disparités géographiques, des localités résistant plus que d’autres. Ainsi les filles des milieux ruraux sont-elles moins nombreuses à être inscrites que leurs homologues citadines.

10Aux oppositions urbaines/rurales, s’ajoutent des disparités régionales. Si, en moyenne, les filles représentent 48,64 % de l’effectif scolarisé dans l’enseignement élémentaire, ce chiffre dissimule des inégalités régionales très fortes, l’Académie de Kolda se situant bien en deçà des résultats nationaux, avec seulement 41,9 % de filles.

11Soulignons cependant que ce n’est pas tant en matière d’inscription que la scolarité des filles koldoises pose problème, mais davantage en terme de maintien, car la parité existe au cours d’initiation (CI) mais ne se prolonge pas. Les filles koldoises au CI sont même plus nombreuses que les garçons puisqu’en 2004, elles représentaient 50,45 % de l’effectif total inscrit au CI. Par contre, elles sont davantage touchées par le phénomène d’abandon ; ainsi, sur 100 Koldoises inscrites au CI, seulement 33 d’entre elles parviendront à la classe de CM2, tandis qu’elles seront encore 73 à Dakar.

Carte 1 : Comparaison du taux net de scolarisation des filles dans l’enseignement primaire des 13 pays de référence en Afrique de l’Ouest.

IA de Dakar

IA de Kolda

CI

100 %

100 %

CP

89,83 %

81,29 %

CE1

87,43 %

61,16 %

CE2

80,59 %

44,84 %

CM1

76,77 %

39,73 %

CM2

73,09 %

32,83 %

Tableau 1 : Taux d’achèvement du CI au CM2 des filles koldoises et dakaroises. Source : Direction de la planification et de la réforme de l’éducation, Sénégal, 2004-2005.

12Ainsi, le tableau 1 montre que les effectifs féminins s’amenuisent de degré en degré, notamment dans la région de Kolda. Le maintien des filles à l’école est difficile et, de façon déjà significative, avant même le « barrage » du concours d’entrée en 6e qui viendra encore creuser l’écart entre les filles et les garçons et entre les filles des zones urbaines et celles des zones rurales.

Pourquoi les filles abandonnent-elles précocement le chemin de l’école ?

13S’intéresser à la scolarisation des filles, c’est d’abord agir sur ce qui les maintient jusque là en dehors de l’école. Le problème de la scolarisation des filles est complexe, c’est pourquoi une analyse des facteurs de la déscolarisation féminine est nécessaire pour un diagnostic approfondi de leur situation.

Du côté de l’offre

14Tout d’abord, les résultats d’enquête ont montré que l’offre scolaire est un indicateur déterminant : les conditions de travail inconfortables influent négativement sur les performances des élèves. Les résultats montrent que les écoles de la région de Kolda sont relativement dépourvues de commodités : 75 % des écoles n’ont pas accès à l’eau potable et 52 % ne possèdent pas de latrines fonctionnelles. À ces conditions, ajoutons la vétusté des bâtiments, les effectifs pléthoriques, l’éloignement domicile-école, le système des classes multigrades et des classes à cycles incomplets (82,85 % des établissements du département de Kolda en 2003), autant d’indicateurs qui pénalisent les élèves des deux genres. À conditions égales, les filles, notamment celles des zones rurales enclavées, manquent cruellement de modèle de réussite féminin ; si dans la région de Dakar, les femmes représentent plus du quart du corps enseignant, dans la région de Kolda, elles sont minoritaires.

15Alors que l’offre est certes déterminante dans la fréquentation scolaire, la demande est également à prendre en considération, principalement concernant les filles.

Du côté de la demande

16En effet, le rôle des filles est multidimensionnel. C’est pourquoi nous nous intéresserons à plusieurs sphères : économique, domestique et matrimoniale.

17Par ce biais, on constate que dans cette société traditionnelle, notamment en zone rurale koldoise, les rôles de chaque sexe sont prédéfinis, codifiés, positionnant les jeunes filles dans une situation que certains auteurs qualifient de « soumission ». Dans ce cadre, seront évoqués tour à tour les mariages et grossesses précoces comme facteur d’abandon scolaire.

18Puis, essentiel à la subsistance des individus, le travail ménager est encore trop souvent banalisé, alors que les jeunes filles y consacrent plus du tiers de leur temps. On s’est demandé si les activités domestiques des jeunes filles de Kolda affectaient leur rendement scolaire.

– Mariages précoces

19D’une façon traditionnelle, la fille africaine doit être préparée à sa future vie de femme.

20À travers cette étude localisée géographiquement à la zone de Kolda, département où les traditions perdurent, nous avons tenté de voir si les jeunes filles sont nombreuses à être victimes de la persistance coutumière en terme de mariage précoce. Les résultats d’enquête concernant la zone de référence ont montré qu’à l’heure actuelle, les normes sociales en vigueur encouragent le mariage précoce. C’est pourquoi les mères, dès la plus tendre enfance de leurs filles, les initient aux bonnes manières qui feront d’elles de futures bonnes épouses et mères. Certains parents koldois, notamment des zones enclavées, considèrent que les filles n’ont pas besoin d’être scolarisées, puisque le devoir ultime et naturel de la femme est de se marier et d’avoir des enfants. Un père de famille nous confiait :

Point n’est besoin de les inscrire à l’école, ma fille doit apprendre à être une bonne femme, vous croyez que c’est à l’école qu’on va lui apprendre à bien se comporter avec son mari et élever correctement ses enfants ? (Monsieur Sow, père de sept enfants, Kolda, 2003).

  • 4 Jeanne Nanitelamio, « Fécondité des adolescentes : point de vue psychosociologique. Le cas du Sénég (...)

21Par ailleurs, lors des entretiens, une majorité de parents koldois ajoute que la scolarisation des garçons peut avoir certaines retombées positives sur l’unité familiale, alors que celle des filles est considérée comme inutile, ne pouvant pas leur profiter directement. Les filles sont en effet amenées à quitter le foyer parental pour aller vivre très tôt avec leur mari. Par conséquent, les connaissances que la jeune fille aura accumulées durant sa scolarité pourront donc n’être d’aucun profit à ses parents mais bénéficieront en revanche à sa belle-famille4. Plusieurs proverbes et expressions sénégalais reflètent bien cet aspect de moindre importance de la scolarisation des filles, telles que : « élever une fille, c’est arroser le jardin du voisin » ou encore, « ce n’est pas la peine d’investir autant pour elle, ce sont les autres qui en récolteront les fruits : le mari, la belle-famille ».

22Soulignons par ailleurs la précocité de ces mariages. En effet, bien que l’âge minimum au mariage civil soit fixé à 16 ans pour les filles et 20 ans pour les garçons, âges qui devraient leur permettre d’atteindre au moins le niveau de la troisième. Les réalités de terrain sont autres puisque beaucoup de jeunes filles koldoises sont promises en mariage dès l’âge de 12-13 ans.

23Ainsi, pour certains parents, l’école bouleverse donc le calendrier du mariage en le retardant, mais participe aussi à la remise en cause de l’ordre préétabli du modèle idéal, à savoir : mariage suivi de rapports sexuels donnant lieu à une naissance. Aujourd’hui, les parents s’inquiètent de l’entrée tardive en union, ce qui favorise les rapports sexuels hors mariage, augmentant ainsi les risques de grossesses imprévues. Les grossesses hors mariage sont considérées comme honteuses par l’ensemble de la famille.

24Notons cependant que l’âge au mariage est dépendant du niveau éducatif et de la zone habitée. Toutes les filles ne sont en effet pas concernées par le phénomène de mariage précoce.

Figure 1 : Âge médian au premier mariage selon le niveau d’instruction et le lieu de résidence des femmes sénégalaises. Source : Enquête démographique et de santé, 1997.

25La figure 1 montre que si l’âge au mariage recule en zone urbaine (environ 20 ans), en zone rurale ce recul est moins net (environ 16 ans). Cependant le processus du recul de l’âge au mariage est depuis une décennie nettement amorcé. Ce fléchissement concerne surtout les filles instruites et d’origine urbaine. Par ailleurs, l’effet de l’instruction est bel et bien confirmé : alors que l’âge médian au premier mariage se situait en 1997 vers 24 ans pour les filles ayant atteint le niveau secondaire et plus, les filles n’ayant aucune instruction se mariaient plus précocement vers 17 ans. En effet, les jeunes filles scolarisées et urbanisées ont de plus en plus de nouvelles aspirations et refusent davantage les mariages arrangés. Aujourd’hui, les jeunes filles scolarisées se « rebellent » davantage et certains parents voient dans cette rébellion une forme de désobéissance. Ainsi, lors d’un entretien, un père de famille nous disait : « Les filles scolarisées ne respectent plus les coutumes d’antan, l’école ça les libère trop » (Oumar, père de famille, 56 ans, Kolda, 2003).

26L’école apparaît ainsi aux yeux de certains parents comme un facteur perturbateur d’un ordre social établi. Cette tradition de mariage et grossesse précoces est un obstacle sur le plan du maintien des jeunes filles, principalement d’origine rurale, dans le système éducatif.

27Si le niveau éducatif et la zone habitée jouent un rôle dans le phénomène de mariage précoce, la situation économique et culturelle des parents est également à prendre en compte. Nos résultats d’enquête et les entretiens menés auprès des enseignants ont montré que les parents pauvres hésitent moins longtemps à retirer leur fille de l’école pour la marier, surtout lorsque le prétendant est un homme capable d’apporter un soutien financier à la famille.

Avides de gains, certains parents donnent très tôt leurs filles en mariage. En général, ils les donnent à des hommes beaucoup plus âgés qui viennent de l’étranger, c’est-à-dire des Sénégalais qui sont allés à l’étranger chercher de l’argent et une fois au pays, reviennent avec de l’argent, ils leur proposent leurs filles pour le gain (Mbow, enseignant, Kolda, 2003).

  • 5 Yérim Cheikh Seck, « Mariée à douze ans », L’Intelligent, no 2168, 2002, p. 83-84.

28La dot, jadis au caractère symbolique, est devenue pour certaines familles source d’enrichissement sous condition de la virginité de la fille5. Dans certaines ethnies, une femme désignée par la famille de la mariée n’hésite pas à se promener tôt le matin dans toutes les concessions avec le pagne tâché de sang de la jeune mariée, preuve de la virginité et de la bonne éducation de la jeune épouse. Ainsi, les maris, concentrés sur la virginité de leur future épouse, choisissent régulièrement des jeunes filles souvent d’âge scolaire. Peu expérimentée en matière de sexe, ces jeunes filles sont rapidement enceintes. Le phénomène de mariage arrangé chez les filles nuit ainsi incontestablement à leur scolarisation, ces jeunes mères n’ayant d’autre choix que d’abandonner les bancs scolaires.

J’ai été mariée de force alors que j’étais en classe de CM1 ; j’ai 16 ans et mon mari en a 32. Ce sont mes parents qui m’ont forcée à me marier parce que mon mari a une bonne situation. Moi je voulais continuer l’école, j’aimais apprendre des choses, mais il n’a pas voulu que je continue à étudier alors je suis à la maison, je prépare les repas et m’occupe de la maison et des enfants (Aïssata, 16 ans, Kolda, 2003).

29Comme le mariage, la précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural et chez les analphabètes. Le pourcentage des femmes entrées en vie féconde entre 15 et 19 ans diminue très rapidement avec le niveau d’instruction passant de 29 % chez les adolescentes n’ayant jamais fréquenté l’école à 8 % chez celles ayant atteint le niveau secondaire.

Adolescentes ayant déjà commencé leur vie féconde en fonction de leur niveau d’instruction.
Source : Enquête Démographique et de Santé, Sénégal, 1997.

– Les filles instruites sont moins exposées aux grossesses précoces

30Au terme de cette réflexion, nous pouvons remarquer que les filles koldoises sont davantage absentes de l’école que les garçons à cause des mariages et grossesses précoces. D’autres paramètres contribuent à l’absence des filles koldoises sur les bancs scolaires, notamment les travaux domestiques.

– Les travaux domestiques

31Dès leur plus jeune âge, les enfants intériorisent la division sexuelle du travail, à savoir que la fille se reconnaît comme aide familiale et le garçon comme soutien financier de la famille ou travailleur agricole pour aider le père.

  • 6 Odaga Adhiambo et Heneveld Ward, Les filles et l’école en Afrique subsaharienne, de l’analyse à l’a (...)
  • 7 Raymond Kodjovi Kouwonou, Travail domestique des enfants et fréquentation scolaire au Togo : quelle (...)

32L’image de la femme, épouse, mère et ménagère est encore d’actualité au Sénégal surtout dans les villages reculés6. Même si ce stéréotype semble s’amenuiser, de nombreuses jeunes filles sont confinées au foyer pour apprendre les tâches qui leur seront assignées dans leur futur ménage. « Ce travail s’inscrit dans un processus d’éducation et de socialisation propre à la culture et aux traditions sénégalaises »7.

  • 8 Marie-Agnès Barrère-Maurisson, La division familiale du travail, Paris, PUF, 1992, p. 251.

33« Ces rudiments, ajoute une villageoise, ne s’apprennent qu’au sein de la concession familiale et non à l’école ». Ainsi, très tôt, les petites Sénégalaises sont initiées aux activités auxquelles on s’attend qu’elles participent au cours de leur vie future. Alors que leur travail est essentiel et obligatoire à la survie familiale, il est souvent ignoré des statistiques officielles. Puis, comme le souligne Barrère-Maurisson8, « le travail domestique ne se voit que lorsqu’il n’est pas fait ».

34Dans ce sens, on s’est demandé si l’ampleur des tâches que les filles koldoises ont à accomplir a des répercussions sur leur maintien à l’école et si toutes les filles koldoises sont touchées de manière équivalente par l’ampleur des travaux domestiques.

35Notre séjour à Kolda nous a ainsi permis d’observer la place des femmes et des jeunes filles dans cette société rurale. Elles pilent, puisent, nettoient, cuisinent, récoltent… Les charges domestiques n’autorisent aux femmes que peu de disponibilité et il en est de même pour les jeunes filles qui sont initiées dès leur plus jeune âge par leur maman à leurs futurs devoirs de femme et mère de famille.

Repos

25,00 %

Pilage de mil 6 h-7 h 30

6,25 %

Petit déjeuner 7 h 30-8 h

2,08 %

Puisage d’eau 8 h-9 h 30

6,25 %

Vaisselle, entretien maison 9 h 30-10 h

2,08 %

Préparation repas 10 h-12 h 30

10,40 %

Déjeuner 12 h 30-13 h

2,08 %

Soins enfants 13 h-13 h 30

2,08 %

Repas 13 h 30-15 h

6,25 %

Ramassage de produits 15 h-16 h 30

6,25 %

Puisage d’eau 16 h 30-17 h 30

4,10 %

Préparation repas 17 h 30-20 h

10,41 %

Dîner 20 h-20 h 30

2,08 %

Soins enfants 20 h 30-21 h

2,08 %

Repos 21 h-6 h

12,50 %

Tableau 2 : Activités journalières d’une femme rurale. Source : Enquête de terrain sur l’activité des femmes du village de Saré Bidgi, Kolda, Stéphanie Angers-Sall.

Photographies 2, 3, 4 : Exemples d’activités domestiques confiées exclusivement aux fillettes. Kolda, Stéphanie Angers-Sall, 2003

36Les résultats portés sur le tableau 2 montrent les différentes tâches accomplies par les mères de famille. Nous avons suivi la journée des femmes koldoises du village de Saré Bidji heure par heure, car les jeunes filles aident souvent leur mère dans la réalisation de ces travaux. Leur journée débute dès 6 heures, avec le pilage, pour se terminer vers 21 heures ; elles enchaînent durant ces longues heures les activités domestiques sans répit.

37Les filles scolarisées passent, certes, moins de temps à réaliser les travaux domestiques, mais, sur les 69 élèves koldoises interrogées, la moitié d’entre elles consacrent plus de 3 heures dans leur journée à la réalisation des activités ménagères, ce qui les empêche assurément de remplir leurs devoirs d’écolière. Trop de filles sont des « bonnes » non salariées dès le retour de l’école avant d’être des élèves à part entière, d’où des taux d’échec élevés puisqu’elles n’ont pas le temps de travailler leurs leçons. Mais nombreux sont les pères de famille à penser que la place des filles est auprès de leur mère pour les seconder et apprendre leur futur rôle. « Une bonne épouse a-t-elle besoin d’avoir été scolarisée pour effectuer les tâches ménagères ? », nous confiait Monsieur Niang, un habitant de Kolda, en 2003. Un de ses amis ajoute :

Savoir parler et lire la langue française, c’est pas vraiment utile pour travailler dans les champs, puiser l’eau et faire les travaux domestiques et puis une fille qui a été à l’école sera tentée d’oublier les règles de conduite vis-à-vis de son mari auquel elle doit respect, obéissance et soumission ; quand tu envoies une fille à l’école, souvent elle devient inapte pour les travaux ménagers, c’est donc une perte. Au moins, si elles restent à la maison, ce sont elles qui vont chercher l’eau (Sow, père de 5 enfants, Kolda, 2003).

38En effet, la région de Kolda apparaît comme une des régions les plus dépourvues en matière d’accès à l’eau puisque plus de 60 % des familles s’alimentent par le biais de puits extérieurs. Les résultats d’enquête montrent que l’absence d’une source d’approvisionnement en eau au domicile diminue incontestablement la probabilité de fréquentation scolaire, la corvée d’eau occupant une grande partie du temps des filles. Puis, les Koldoises des villages enclavés éprouvent plus de difficultés que leurs homologues citadines car, souvent, un seul puits (parfois deux) dessert tout le village, occasionnant de longues marches. Fatou, élève de 13 ans, nous disait à ce propos :

Tous les jours en rentrant de l’école et avant de partir, je dois aller chercher de l’eau ; ça me prend beaucoup de temps et c’est dur. Quand je rentre le soir, je n’ai pas le temps de faire mes leçons, je vais directement au puits et après je suis trop fatiguée pour travailler.

39D’autres tâches viennent s’ajouter au puisage d’eau, notamment la préparation des repas, activité longue et épuisante, notamment en zone rurale. En ville, une multitude de services (cuisinière à gaz, moulins à grains, robinets intérieurs) permettent d’alléger le travail des jeunes filles. Les citadines échappent ainsi à certaines activités comme la corvée de bois, en utilisant des réchauds à gaz. Par ailleurs, le temps de travail des citadines aisées est également allégé par l’emploi d’une « bonne ». Toutes ces activités passées sous silence, considérées socialement « normales », institutionnalisent l’inégalité de genre dans le domaine scolaire.

40J’ai tenté de montré que si l’État ne réunit pas toutes les conditions optimales à un bon apprentissage scolaire, le facteur d’offre ne peut s’avérer à lui seul responsable. L’école n’offre en effet pas à tous les mêmes chances de réussite, abandonnant particulièrement les filles les moins aisées des zones rurales. En raison de son histoire, de sa culture et de son contexte de pauvreté, le Sénégal connaît, au-delà de la crise éducative, des inégalités qui persistent entre les filles et les garçons dans le système scolaire.

41Les travaux ménagers, les mariages et grossesses précoces sont, en ce sens, des paramètres qui agissent négativement sur le maintien scolaire des jeunes filles, principalement des zones rurales.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Adhiambo Odaga et Ward Heneveld, Les filles et l’école en Afrique subsaharienne, de l’analyse à l’action, Washington, Banque mondiale, 1996.

Barrere-Maurisson Marie-Agnès, La division familiale du travail, Paris, Presses universitaires de France, 1992.

Kouwonou Raymond Kodjovi, Travail domestique des enfants et fréquentation scolaire au Togo : quelles interactions ?, Lomé, URD, 2000.

Marcoux Richard, « Entre l’école et la calebasse. Sous-scolarisation des filles et mise au travail à Bamako », dans Marie-France Lange (dir.), L’école et les filles en Afrique, scolarisation sous condition, Paris, Karthala, 1998.

Nanitelamio Jeanne, « Fécondité des adolescentes : point de vue psychosociologique. Le cas du Sénégal », Communication au séminaire sur les interactions entre la condition de la femme et les phénomènes démographiques en Afrique francophone au sud du Sahara, Lomé, Nations Unies, 28-31 mai 1990.

Seck Yérim Cheikh, « Mariée à douze ans », L’Intelligent, no 2168, 2002.

Anmerkungen

1 La liste actuelle des PMA résulte de la dernière étude triennale qui a eu lieu en 2000. Selon cette étude, un pays était ajouté à la liste s’il satisfaisait à trois critères : faiblesse des revenus, des ressources humaines, vulnérabilité économique, et limitation de sa population à 75 millions d’habitants.

2 Chiffre du Ministère de l’Éducation nationale du Sénégal, 2006.

3 Programme national de scolarisation des filles.

4 Jeanne Nanitelamio, « Fécondité des adolescentes : point de vue psychosociologique. Le cas du Sénégal », Communication au séminaire sur les interactions entre la condition de la femme et les phénomènes démographiques en Afrique francophone au sud du Sahara, Lomé, Nations Unies, 28-31 mai 1990, p. 14.

5 Yérim Cheikh Seck, « Mariée à douze ans », L’Intelligent, no 2168, 2002, p. 83-84.

6 Odaga Adhiambo et Heneveld Ward, Les filles et l’école en Afrique subsaharienne, de l’analyse à l’action, Washington, Banque mondiale, 1996, p. 97.

7 Raymond Kodjovi Kouwonou, Travail domestique des enfants et fréquentation scolaire au Togo : quelles interactions ?, Lomé, URD, 2000, p. 11.

8 Marie-Agnès Barrère-Maurisson, La division familiale du travail, Paris, PUF, 1992, p. 251.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Photographie 1 : Affiche publicitaire pour la scolarisation des filles, Dakar, Stéphanie Angers-Sall, 2003.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Bildunterschrift Carte 1 : Comparaison du taux net de scolarisation des filles dans l’enseignement primaire des 13 pays de référence en Afrique de l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-2.png
Datei image/png, 281k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-3.png
Datei image/png, 161k
Bildunterschrift Figure 1 : Âge médian au premier mariage selon le niveau d’instruction et le lieu de résidence des femmes sénégalaises. Source : Enquête démographique et de santé, 1997.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 20k
Bildunterschrift Adolescentes ayant déjà commencé leur vie féconde en fonction de leur niveau d’instruction.Source : Enquête Démographique et de Santé, Sénégal, 1997.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift Photographies 2, 3, 4 : Exemples d’activités domestiques confiées exclusivement aux fillettes. Kolda, Stéphanie Angers-Sall, 2003
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1799/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 114k

Autor

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche Université du Maine UMR ESO 6590
Docteure en géographie sociale, ATER à l’université du Maine. Elle étudie prioritairement de manière comparative la scolarisation en milieu rural et urbain au Sénégal et les effets de celle-ci sur les milieux. Elle s’intéresse aussi à l’enseignement féminin dans ce même pays.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540