Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Deux exemples d’éducation des filles en Afrique : l’Algérie et le Sénégal

Une représentation de la scolarité en Algérie après l’indépendance à travers les romans de Malika Mokeddem

Vito Pecoraro

Résumé

Avec l’indépendance, la femme maghrébine, devenue force active dans la nation, s’est trouvée en mesure de réclamer son dû et, depuis elle bataille pour un statut égalitaire. L’école, l’instruction ont forgé des générations de jeunes filles qui ont découvert la liberté. Certaines d’entre elles qui, comme Malika Mokeddem, appartiennent à des milieux pauvres, ont dû faire face à un choix difficile et douloureux : renoncer à la liberté et rentrer dans leur tribu ou bien rompre avec la tradition et fuir. Leyla, Dalila, Sultana, personnages des romans de Malika Mokeddem, sont des symboles de femmes victimes d’une socialisation qui continue à être étrangère aux changements que traverse la société algérienne où la présence des stéréotypes hommes/femmes est encore trop actuelle et prégnante.

Thanks to the independence, the women from the Maghreb, who had become strongly active in the nation, claimed their due and began to fight for an equalitarian status. School and education forged female generations which discovered freedom. Some of them, who, as Malika Mokeddem, belong to poor environments, had to face a difficult and painful choice: giving up the freedom and going back to their tribe or breaking with the tradition and running away. Leyla, Dalila, Sultana, Malika Mokeddem’s novel protagonists, symbolize the women victims of a society which keeps on being unrelated to the changes in Algerian society where the presence of male and female stereotypes is still current.

Texte intégral

1Indépendamment de toute considération de sexe, la privation d’éducation a longtemps été un moyen de soumission des hommes comme des femmes. L’éducation étant alors considérée comme le seul droit d’une élite qui trouvait le moyen de pérenniser sa position dominante, elle était avant tout réservée à une certaine catégorie sociale d’hommes.

Égalités de chances scolaires en Algérie

  • 1 La scolarisation en Algérie se fait sous forme de paliers, chaque palier couvrant trois années d’e (...)

2La politique de scolarisation menée depuis l’indépendance en Algérie a pour effet de permettre un égal accès des enfants à l’instruction quels que soient leur sexe et leur classe d’origine et cela grâce à l’élargissement du réseau d’écoles et une politique volontariste de recrutement d’enseignantes algériennes. La démocratisation de l’éducation a abouti à une participation progressive de plus en plus importante dans un premier temps dans l’enseignement primaire puis dans le secondaire et enfin à l’université1.

3La scolarisation des filles en Algérie est une des plus importantes du monde arabe. Pour preuve, à l’examen du baccalauréat de l’année 2004-2005, 65 % des candidates étaient de sexe féminin. À l’université, les filles représentent aujourd’hui 52 % des effectifs d’étudiantes. De l’avis des observateurs, l’accès des femmes au système éducatif estsans conteste un des paramètres qui a marqué le plus les changements intervenus dans la condition féminine en Algérie depuis l’indépendance. Aujourd’hui, les statistiques le confirment et conduisent à s’interroger sur cette question.

4Certes, depuis les premières années de l’indépendance, l’État a fourni des efforts pour généraliser la scolarisation à partir de six ans. La scolarisation d’une fille était rare, c’est un droit que beaucoup d’Algériennes n’ont pas eu. On peut citer ici quelques causes qui ont poussé certains parents à ne pas scolariser ou à ne pas encourager la scolarisation de leurs filles :

  • l’éloignement des écoles du domicile
  • l’idée encore très répandue qui faisait que les garçons avaient plus le droit d’étudier et que les filles devaient rester à la maison pour aider leurs mères
  • la volonté de marier le plus tôt sa fille
  • le fait de ne pas avoir les moyens de faire entrer tous ses enfants à l’école, et donc de « sacrifier » les filles
  • la crainte, tout simplement, que l’on dise que ce père laisse sa fille aller à l’école.

5Actuellement, ces raisons, et d’autres, existent toujours mais elles sont devenues plus rares. La société a évolué, les mentalités aussi, l’État investit dans les structures d’enseignement, autant de facteurs qui ont fait que la vapeur s’est inversée. Au-delà de tous ces aspects, il y a la prise de conscience des filles algériennes qui, depuis quelques décennies, ont décidé presque silencieusement de mener leur révolution, de changer leur sort, leur statut et leur vie. Leur seule arme, ce sont les études, non seulement elles semblent l’avoir compris mais, de plus, elles sont convaincues que c’est leur seul salut.

  • 2 Constitution algérienne du 28 novembre 1996. Titre premier – Des principes généraux régissant la s (...)

6Dans l’enseignement secondaire, en 2006, plus de 56 % des candidates au baccalauréat étaient de sexe féminin. Les jeunes filles ont investi l’école quand les jeunes garçons désespèrent de la promotion sociale par les diplômes et rêvent de devenir riches grâce au « bizness ». La parité est quasiment atteinte dans les différents cycles de l’enseignement fondamental. Dans le secondaire, elle a été déjà atteinte en 1994 (49,84 %), et la proportion passe à l’avantage des filles, avec un taux de 56,02 % en 1999, alors qu’il était de 34,79 % en 1979. En principe, il y a parité entre les sexes en ce qui concerne le droit à l’éducation2. Si l’égalité des droits et des opportunités entre les sexes est admise par la Constitution et les lois fondamentales de l’État algérien, il y a d’autres secteurs de la vie économique et sociale où l’égalité homme/femme est loin d’être effective en raison de multiples pesanteurs.

7Dans l’enseignement supérieur, les mêmes tendances sont à l’œuvre à l’université, où de nombreuses filières forment majoritairement des femmes, comme la santé, l’éducation.

  • 3 Voir Ghania Mouffok, « Maturité désenchantée pour une Algérie quadragénaire », Le Monde diplomatiq (...)

Dans notre société, [analyse Chérifa Hadjij], il y a un véritable mouvement des femmes pour exister, même si on peut parler de transfert de l’espace domestique vers l’espace public, puisque les femmes sont présentes en force dans les fonctions d’éducation, de soins ou de services. Et si l’éducation des filles coûte moins cher, dans la mesure où elles redoublent moins, elles sont pénalisées sur le marché du travail, car elles mettent plus de temps à trouver du travail3.

8Le bilan de la colonisation, l’instruction, l’évolution du mode de vie ont fait prendre conscience à la femme que ses droits régressaient et que sa liberté était toute relative. Avec l’indépendance, la femme algérienne, devenue force active dans la nation, s’est trouvée en mesure de réclamer son dû et, depuis, elle bataille pour un statut égalitaire.

9Toutefois, au nom de l’Islam, il y a des femmes qui gouvernent, d’autres qui marchandent leurs participation au pouvoir politique, d’autres encore qui refusent l’émancipation et demandent une plus grande islamisation, d’autres enfin qui se taisent, malgré les sévices et les humiliations qu’elles subissent, de peur d’attirer sur leurs têtes la malédiction divine et de mourir dans le péché. Et les unes comme les autres sont victimes d’une socialisation qui continue à être étrangère aux changements que traverse la société algérienne même si le sociologue et écrivain Nacer Djabi souligne dans une interview :

  • 4 « L’école est une stratégie individuelle et collective des filles », interview par Nabila Sadki, h (...)

Mais je pense que l’élément le plus important, c’est que la fille n’a pas beaucoup de choix dans la société algérienne. Elle a opté pour cette stratégie « école » pour s’imposer, travailler, être respectée et assurer sa promotion. C’est une stratégie voulue, individuelle et collective, des filles algériennes. Ces dernières croient qu’elles peuvent faire beaucoup plus de choses en ayant un diplôme. Donc, c’est une stratégie voulue et consciente. C’est loin d’être le fruit du hasard. La fille algérienne a choisi l’école comme forme de promotion sociale. Les Algériennes ont profité plus que les garçons de l’école algérienne qui, faut-il le rappeler, est présente partout. Et c’est l’effort de trente années et plus de l’État pour généraliser la scolarisation qui est aussi à l’origine de la présence importante de la fille dans le système scolaire. L’école est à mon avis la structure qui a le plus transformé voire bouleversé la société algérienne4.

Malika Mokeddem : une prise de conscience

10Les romans de Malika Mokeddem donnent un intéressant aperçu de cette mutation au sein de la société algérienne, dès les dernières années de la colonisation et les premières de l’indépendance, le but étant, en tout cas, de souligner la présence des stéréotypes sur le clivage hommes/femmes. Les femmes semblent mettre en crise l’identité masculine et représentent, pour la société, la possibilité d’une castration.

  • 5 « Des lectures importantes balisent mes insomnies : Rimbaud, Colette, Giono, Sartre, Beauvoir dont(...)

11Simone de Beauvoir demeure à l’heure actuelle le référent de bon nombre d’écrivaines du Maghreb. Il est à remarquer que la référence au Deuxième sexe5 revient à plusieurs reprises dans les romans de Malika Mokeddem et chez d’autres écrivaines du Maghreb, comme le premier apprentissage vers la libération des femmes, apprentissage auquel contribuent les différentes générations de femmes que l’on retrouve dans ses romans a forts échos autobiographiques.

12En 1954, la guerre de libération vient de débuter et Leïla, la petite protagoniste des Hommes qui marchent, commence son aventure scolaire :

  • 6 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, Paris, Grasset et Fasquelle, 1997, p. 84.

Un mois plus tard, heureuse initiative, Tayeb inscrivit son aînée à l’école. Que se passa-t-il dans sa tête pour qu’il scolarisât sa fille, lui qui bouda sa naissance ? Quel miraculeux hasard le poussa à la mettre à la communale au moment où le coup d’envoi de la guerre d’Algérie était donné ? À une époque où, dans le désert, les Algériens commençaient à peine à scolariser les garçons6.

  • 7 Ibid., p. 125.
  • 8 Malika Mokeddem, Des Rêves et des assassins, Paris, Grasset & Fasquelle, 1995, p. 24.

13Les femmes algériennes sont les protagonistes des romans de Malika Mokeddem qui retrace leur difficile conquête de la liberté. Souvent, ce sont des femmes qui ont été extirpées de la société traditionnelle par l’école. L’école et l’instruction ont forgé une génération de jeunes filles qui ont découvert la liberté : « Que l’école fût “sa seule planche de salut”, pour l’heure, Leïla commençait à peine à en prendre conscience »7 ; « Car j’étais studieuse, consciente déjà du rôle salvateur de l’école »8, note la narratrice. Certaines d’entre elles, qui appartiennent aux milieux les plus pauvres, ont été obligées de faire face à un choix difficile et douloureux, renoncer à la liberté et rentrer dans leur tribu ou bien rompre avec la tradition et fuir :

  • 9 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, op. cit., p. 189.

Puis les dattes mûrirent, et vint la rentrée. Ce premier jour de classe, une surprise de taille attendait Leïla devant le portail de l’école : un tiers des élèves algériennes, celles qui avaient atteint dix années ou un peu plus, manquaient à l’appel. Finies les vétilles de petites filles. L’heure était venue d’un apprentissage plus sérieux qui les préparerait aux rôles d’épouses et de mères qu’elles deviendraient bientôt9.

14L’auteure souligne plusieurs fois que la fille est éduquée, dès son plus jeune âge, à contrôler sa voix et à censurer son propos, son statut de femme imposant une infériorité par rapport à l’homme :

  • 10 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 72.

Avant les vacances scolaires, j’ai couvé ma rancœur dans mon lit plusieurs nuits de suite. Première de la classe, j’étais si fière de montrer mes notes à mon père. Les chiffres, ça, il sait les lire. L’air d’un chameau débonnaire, il a écarté mon cahier de son champ de vision et dit avec commisération : « Ce n’est pas la peine. Tu n’es pas un garçon, ma fille ! »10.

  • 11 Germaine Tillon, Le Harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966.

15Si les révolutions passent, les belles-mères restent, écrivait Germaine Tillon11 constatant que l’endogamie est revenue fortement après la révolution de 1954-1962 en Algérie. On peut remarquer qu’aujourd’hui encore la règle survit avec plus de rigueur au Maghreb. La belle-mère a toujours le même pouvoir dans les familles. La fille à marier doit toujours faire preuve d’obéissance, de gentillesse, de douceur, de calme quand elle est avec son futur mari ou sa famille. La fille, belle et bonne, est celle qui « sait ce qu’elle dit », c’est-à-dire qui s’abstient sciemment de dire, de se dire. Parler s’avère dangereux pour son affirmation sociale.

16Si les enseignantes remarquent que les filles sont peu actives dans les exercices oraux et qu’elles participent peu aux débats de classe, elles/ils oublient peut-être que c’est une manifestation d’une socialisation qui ampute la femme de son organe vocal dès son enfance. Apprendre, réciter, s’exprimer par adage mais non afficher son moi, telle est la base de l’éducation des filles au sud de la Méditerranée.

De l’autodétermination de son destin

17Dans certaines pages des romans de Malika Mokeddem, on peut lire une vive volonté, de la part de l’auteure, de distinguer les niveaux personnel, interindividuel, tribal et sociétal, où l’éducation au développement peut agir avec une approche de genre, et évoluer vers un changement de valeurs et d’attitudes individuelles et collectives en vue d’un monde plus juste, dans lequel femmes et hommes partagent équitablement pouvoir et responsabilités.

  • 12 Malika Mokeddem, L’Interdite, Paris, Grasset & Fasquelle, 1993.

18Leïla, Kenza (protagoniste du roman Des rêves et des assassins), Sultana et Dalila (protagonistes de L’Interdite12), Malika même, (La Transe des insoumis en témoigne) réussissent, d’une certaine façon, à s’autodéterminer en tant qu’individus et à représenter toutes les filles qui veulent se dégager des structures collectives trans-personnelles (biologiques-génétiques, ethniques-anthropologiques, trans-générationnelles, institutionnelles psychosociales) qui forment la base de la vie psychique humaine.

19Si, d’un côté, la culture est un code prescriptif, de l’autre, elle réussit à créer de nouveaux codes transformatifs. Suivant la perspective relationnelle, l’être humain est assujetti à son groupe d’appartenance, matrice qui tend à répéter ses propres codes, mais, en même temps, il en subit l’influence par une disposition expressive, une pré-disposition à une connaissance transformative du monde qui pousse à la libération des obligations de la culture établie.

  • 13 « Le pouvoir créateur est une expression de l’activité ludique. Il n’a pas de finalité, il ouvre l (...)

20Il s’agit là d’une curiosité, même à caractère ludique, qui nécessite de s’affirmer dans une logique de survivance13. Cette curiosité donne naissance à une expérience fondamentale pour le devenir de la fille, qui est typique de l’être humain : se faire une idée du monde en tant que représentation subjective, abstraite et synthétique du monde, ce qui permet l’élaboration de tout projet de connaissance et de transformation.

  • 14 Voir Diego Napolitani, Individualità e gruppalità, Torino, Boringhieri, 1987, et également Sigmund (...)

21On peut se rapporter à Diego Napolitani14 qui parle de « symbolopoïésis » (symbole comme lien, du grec sumballo), indiquant la possibilité de « mettre ensemble », recomposer le rapport entre les choses du monde selon un sens propre du sujet, qui peut alors devenir autonome, effectuer des choix authentiques, changer. L’individu se définit donc doublement : selon un caractère de « permanence », par l’identité que lui confèrent les matrices culturelles où il s’est formé, (l’idem, dit Napolitani) et selon un caractère d’invention, de créativité, qui institue de nouvelles connexions de sens entre les données du monde (l’autos).

22L’idem représente les expériences codifiées, les parcours éprouvés, le bagage de connaissances acquises qui exemptent l’homme/la femme d’une obsession du quotidien qui, autrement, ne peut pas être vécu. Par rapport à ce principe, l’autos, mettant en question les aspects les plus répétitifs et réactionnaires des matrices d’origine culturelle, construit ses propres inventions.

23Si on se réfère à Malika Mokeddem, cette vision et du monde et d’être au monde, et dans son monde nous fait réfléchir sur la façon dont on aborde le problème du changement. Si la possibilité de changement a son fondement dans l’aptitude créative originaire, « symbolo-poïétique », si c’est justement la possibilité d’expérimenter cette aptitude, qui qualifie un individu en tant que sujet, alors la possibilité d’accéder à la dimension créative se plie à des conditions précises. En effet, le développement de l’individu peut se produire à condition qu’il y ait un milieu disposé à l’accueillir et à l’élever, lui inculquant un savoir et lui permettant de trouver un sens de manière autonome. Malika Mokeddem, donc, ne se résout pas à accepter un destin que d’autres camarades de classe ont subi :

  • 15 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 166.

Les internes en mal de famille ne sont pas revenues. Étrennent-elles les trousseaux de mariées patiemment confectionnés par leur mère ? Habitent-elles tout près de leur affection ? Qu’importe, d’autres les suivent qui iront à peine plus loin. Qu’importe, moi, je veux goûter à d’autres joies et même à d’autres peines. Je veux tâter plus loin15.

24Parallèlement, tous ses personnages de fiction se réfugient dans la lecture et l’écriture afin de s’évader d’une réalité hostile :

  • 16 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, op. cit., p. 267.

L’école, le savoir lui ouvraient une échappée jusqu’alors insoupçonnée dans l’impasse des fatalités féminines. Ils l’avaient arrachée à un destin moyenâgeux pour la précipiter, seule, en plein milieu du XXe siècle16.

25On peut encore observer que le refus social auquel a été soumise la femme se récupère avec la pratique de l’écriture. L’instruction n’est que le seul remède à une vie privée de liberté, ce que montre le personnage de l’institutrice française qui, sous la nomination générique de « l’institutrice », se retrouve dans bon nombre de romans et encourage les personnages de fillettes à poursuivre leurs études. Leïla, comme on l’a déjà remarqué, comprendra tôt que la libération ne vient que du côté de l’instruction, de l’accès à l’éducation :

  • 17 Ibid., p. 124.

Leïla s’était attelée à ne pas démériter et décevoir. Plus que le fait, miraculeux en soi, d’avoir été mise à l’école en ces années-là, c’est l’attention de cette femme qui lui avait véritablement ouvert une brèche dans ce bastion de la France coloniale, l’école.
Craies, ardoise, plume, cahiers, livres, […]. Un univers aux antipodes de celui qui emprisonnait sa mère ? Plumes, cahier et livres allaient devenir ses seules lignes de fuite hors de tous les enfermements : les ordres de sa mère, les tâches ménagères, une tradition rouillée et verrouillée, le néant des immensités. Plus tard encore, ils seraient ses armes et moyens de résistance17.

  • 18 Voir Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, collection Points, 19 (...)

26Et plus loin, pour Malika Mokeddem, cela signifie aussi faire un choix professionnel différent. Si aujourd’hui les écoles et les programmes sont mixtes, les inégalités entre filles et garçons concernant l’éducation, loin d’avoir disparu, se sont déplacées. À présent, c’est dans l’orientation, le choix des filières que se fait la différence. Christian Baudelot et Roger Establet analysent le grand paradoxe actuel concernant l’éducation des filles partout dans le monde : elles sont les meilleures à l’école et à l’université et les dernières sur le marché du travail. C’est dire la persistance des préjugés socioculturels, fondés sur certains schémas et certaines représentations déjà évoqués18.

27Il est largement admis aujourd’hui qu’on ne peut pas aborder la question du développement sans parler de la femme et de son statut, et de son rôle dans la société et dans la famille aussi. Une spécificité actuelle du débat sur le développement est l’introduction du terme « genre » entendu comme « rapport social entre sexes » et cela à fin de mettre l’accent sur le fait que la position des femmes n’est pas tellement le résultat des différences biologiques existant entre les hommes et les femmes mais plutôt des différences liées au genre et donc déterminées socialement. C’est le comportement inculqué et appris et une identité « genre » qui déterminent les rôles liés au genre. Une définition dynamique du genre nous amène à dire que, si les gens naissent mâle ou femelle, ils finissent par vivre selon leur genre en apprenant très tôt à être des filles ou des garçons qui deviennent plus tard des femmes ou des hommes. En outre, en Algérie, la femme en elle-même n’a pas de position sociale, celle-ci étant définie par celle de son père, puis de son mari, plus largement par celle de son groupe familial ; celui-ci déterminera l’environnement social de la femme malgré la scolarisation des filles et l’entrée des femmes sur le marché de travail. Alors, la question se pose : comment analyser les données statistiques ?

  • 19 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 153-154.

En 1962, à l’indépendance de l’Algérie, seulement dix pour cent de la masse scolarisable des enfants avaient emprunté les chemins des écoles françaises. Les garçons en constituaient l’écrasante majorité. Un miracle que j’aie fait partie de ces privilégiés. Mais en ce milieu des années 60, l’effet des lois sur la scolarité obligatoire commence à porter ses fruits. Elles stipulent la suppression des allocations familiales chaque fois que des adolescents, filles ou garçons, sont retirés du cursus scolaire avant l’âge de seize ans. De plus, l’État offre une bourse pour tous les lycéens quel que soit le revenu du père. De sorte que les familles n’ont rien à dépenser pour les études de leurs rejetons. C’est ce qui fera qu’au bout de trente ans d’indépendance, l’Algérie aura produit plus de francophones que durant les cent trente années de colonisation ! Sauf qu’en ce qui concerne le sexe féminin la rançon est ailleurs. Les parents ont à assumer la critique, le désaveu du front de la tradition. Ils exposent leurs filles à la réprobation, aux propos abjects dans la rue. Quand ce ne sont pas des pierres dans les jambes pour oser ainsi fouler un territoire jusqu’alors réservé aux garçons19.

28Malika Mokeddem est née dans l’ouest du désert algérien, à Kénadsa. Dès son plus jeune âge, elle s’est rebellée contre la rigidité de la culture arabo-musulmane et a transgressé les interdits qui lui étaient imposés, critiquant très fort l’attitude de l’homme face à la femme. Se sauver, à travers l’école est, encore et toujours, sa seule possibilité de se retrouver, de trouver la liberté, la vraie. L’école, le plus grand des interdits pour les filles, a constitué sa planche de salut mais aussi son premier exil :

  • 20 Malika Mokeddem, Des Rêves et des assassins, op. cit., p. 29-30.

L’école, seule échappée. Apprendre la langue de l’autre, premier pas vers la singularité. Vers une solitude de plus en plus profonde. Et, à chaque rentrée des classes, je découvrais que des pères avaient retiré des Houria, des Nacira, et des Djamila de l’école pour les marier, de force. J’aurais dû me méfier ! Je n’aurais jamais dû croire que cet immense rêve collectif de liberté, qui embrasait tout le monde, allait contribuer à forger des hommes différents. Il portait déjà en lui des discriminations. Des pères qui brisent l’avenir de leurs propres filles sont capables d’enchaîner toutes les libertés20.

29Dans L’Interdite, Salah, homme, médecin, parle avec Sultana et avoue :

  • 21 Interjection exprimant la dérision.
  • 22 Malika Mokeddem, L’Interdite, op. cit., p. 71-72.

– Au trabendo, une bouteille de whisky coûte autour de mille dinars, le tiers d’un salaire de smicard. Remarque que l’Algérien ne prend jamais un verre, il se soûle. Alors il vaut mieux qu’il se rabatte sur une bibine quelconque. Son porte-monnaie y risque moins. Du reste à quelques exceptions près, le vin algérien n’est plus que piquette. Nous sommes les rois, quand il s’agit d’autodestruction et de régression. – Et de détestation des femmes !
Il a un rire nerveux :
– Oui, avant tout, pour nous empoisonner à la source. Nous n’avons cessé de tuer l’Algérie à petit feu, femme par femme. Les étudiants mâles de ma génération, les élites zaâma21, ont participé au carnage. Nous nous sommes d’abord fourvoyés dans le mensonge et l’imposture. Faux, nos vêtements Mao et nos gargarismes révolutionnaires ! Nos études terminées, nous les avons remisés, jetés aux mites avec nos légendes de chiffon. Nous avons abandonné celles qui avaient eu l’imprudence, le malheur de nous aimer à l’université. Qu’étaient-elles venues chercher à l’université celles-là ? La débauche du savoir. À la fin de nos études, nous, jeunes hommes de « grandes tentes », virilité auréolée du désespoir des abandonnées, nous endossions le burnous de la tradition pour goûter aux pucelles incultes que nous choisissaient nos familles. […] Je trouve leur lâcheté sans limite. Si jamais il leur reste encore une once de conscience, ils devraient revenir réparer ce qu’ils ont laissé faire tant qu’ils n’étaient pas touchés, tant que les privations et les barbaries n’étranglaient que les femmes […]22.

30Prise de conscience des hommes ou simple espoir de femme ?

  • 23 Ibid., p. 171.

31Malika Mokeddem a, évidemment, fondé ses récits sur son vécu. Ce vécu est aussi celui des femmes qui la soutiennent et qui expriment leur désir de faire face aux hommes, de lutter contre l’esclavage et l’humiliation, mais elles n’y réussissent pas, elles ne veulent pas : « […] Vous êtes le pourri du pays. Moi je vais étudier et je serai plus forte que toutes vos lâchetés et vos ignominies. Regardez-moi bien, je vous emmerde ! Et je reviendrai vous le redire un jour »23. Mais, pour accéder à des droits subjectifs égaux, donc différents, il ne s’agit pas seulement de critiquer et de dénoncer ; il est nécessaire aussi de définir la singularité de ces droits. Mokeddem se rend aussi compte qu’une femme ne peut prétendre aux mêmes droits qu’un homme, sinon en revendiquant la neutralisation d’elle-même vite mise en échec par l’expérience de sa vie. Qu’il s’agisse de droits au travail, à la liberté, à l’identité, à l’instruction, tout simplement, il lui sera vite rappelé qu’elle est une femme – potentiellement enceinte, violée, mère, prostituée – et que le droit masculin ne protège pas son identité sexuée. Renoncer à celle-ci représente la plus grande soumission à la culture masculine.

32Dans ses récits, Malika Mokeddem nous retrace sa vie avec une passion extraordinaire. Élevée dans un pays où les filles étaient vraiment considérées comme inférieures aux garçons, elle a ressenti intensément cette injustice et a cherché toute sa vie à la réparer. Dans cet environnement régi par l’ordre masculin, les femmes sont résignées. Elle s’est révoltée. Écrivaine affirmée, elle retourne en Algérie, après une longue absence. Elle retrouve sa famille, son père.

  • 24 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 298.

Mon oncle nous rejoint avec sa femme et ses filles. J’ai laissé celles-ci enfants. Elles sont femmes. Elles sont mères. Quelques-unes portent le foulard. Je sais que mon oncle n’y est pour rien. L’embrigadement du pays, le détournement de l’école, tout ça…24.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baudelot Christian et Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Seuil, collection Points, 1998.

Foulkes Sigmund Heinz, Introduzione alla psicoterapia gruppo analitica, Roma, Edizioni Universitarie Romane, 1991.

Horer Suzanne et Socquet Jeanne, La Création étouffée, Paris, Pierre Horay, collection Femmes en mouvement, 1973.

Mokeddem Malika, L’Interdite, Paris, Grasset et Fasquelle, 1993 ; Des Rêves et des assassins, Paris, Grasset et Fasquelle, 1995 ; Les Hommes qui marchent, Paris, Grasset et Fasquelle, 1997 ; La Transe des insoumis, Paris, Grasset et Fasquelle, 2003.

Napolitani Diego, Individualità e gruppalità, Torino, Boringhieri, 1987.

Tillon Germaine, Le Harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966.

Infographie

Mouffok Ghania, « Maturité désenchantée pour une Algérie quadragénaire », Le Monde diplomatique, www.monde-diplomatique.fr, juillet 2002.

Sadki Nabila (interview), « L’école est une stratégie individuelle et collective des filles », Horizons-dz.com, http://www.algerie-dz.com/article2189.html, 16 avril 2005.

Notes

1 La scolarisation en Algérie se fait sous forme de paliers, chaque palier couvrant trois années d’enseignement. Les deux premiers paliers couvrent les années du primaire et le troisième celles du collège. Cet enseignement, qui dure neuf ans, est obligatoire et se termine par un brevet d’enseignement fondamental (BEF).

2 Constitution algérienne du 28 novembre 1996. Titre premier – Des principes généraux régissant la société algérienne. Chapitre IV – Des droits et des libertés – Article 53 – Le droit à l’enseignement est garanti. L’enseignement est gratuit dans les conditions fixées par la loi. L’enseignement fondamental est obligatoire. L’État organise le système d’enseignement. L’État veille à l’égal accès à l’enseignement et à la formation professionnelle.

3 Voir Ghania Mouffok, « Maturité désenchantée pour une Algérie quadragénaire », Le Monde diplomatique, www.monde-diplomatique.fr, juillet 2002, p. 16-17.

4 « L’école est une stratégie individuelle et collective des filles », interview par Nabila Sadki, horizons-dz. com http://www.algerie-dz.com/article2189.html, article du 16 avril 2005.

5 « Des lectures importantes balisent mes insomnies : Rimbaud, Colette, Giono, Sartre, Beauvoir dont Le Deuxième sexe m’ouvre des horizons et me conforte ». Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, Paris, Grasset & Fasquelle, 2003, p. 165.

6 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, Paris, Grasset et Fasquelle, 1997, p. 84.

7 Ibid., p. 125.

8 Malika Mokeddem, Des Rêves et des assassins, Paris, Grasset & Fasquelle, 1995, p. 24.

9 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, op. cit., p. 189.

10 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 72.

11 Germaine Tillon, Le Harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966.

12 Malika Mokeddem, L’Interdite, Paris, Grasset & Fasquelle, 1993.

13 « Le pouvoir créateur est une expression de l’activité ludique. Il n’a pas de finalité, il ouvre les horizons, transforme les visions. Il est, avant tout, jeu et plaisir. […] Tout travail créateur est essentiellement subversif, toute activité qui s’appuie sur l’imagination, le sens du jeu, le plaisir de la recherche est subversive. L’exercice fondamental de la création rejoint l’exercice fondamental des libertés humaines ». Suzanne Horer et Jeanne Socquet, La Création étouffée, Paris, Pierre Horay, collection Femmes en mouvement, 1973, p. 14.

14 Voir Diego Napolitani, Individualità e gruppalità, Torino, Boringhieri, 1987, et également Sigmund Heinz Foulkes, Introduzione alla psicoterapia gruppo analitica, Roma, Edizioni Universitarie Romane, 1991.

15 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 166.

16 Malika Mokeddem, Les Hommes qui marchent, op. cit., p. 267.

17 Ibid., p. 124.

18 Voir Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, collection Points, 1998.

19 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 153-154.

20 Malika Mokeddem, Des Rêves et des assassins, op. cit., p. 29-30.

21 Interjection exprimant la dérision.

22 Malika Mokeddem, L’Interdite, op. cit., p. 71-72.

23 Ibid., p. 171.

24 Malika Mokeddem, La Transe des insoumis, op. cit., p. 298.

Auteur

Doctorant Université de Palerme
Professeur des lycées et des classes IFTS (équivalent BTS) de FLE. Depuis 2003, il enseigne aussi la traduction française à l’université de Palerme. Il rédige actuellement une thèse en Études francophones consacrée à la littérature post-coloniale « féminine ». Par ailleurs, il est responsable du Comité droits égaux hommes/femmes et de la formation des formateur-e-s dans la Province de Palerme. Parmi de nombreux articles publiés, peuvent être cités Parità di genere : orientamento e cura delle differenze, coll. « I Quaderni del Marco Polo », Palermo, 2005 ; « L’Interdite di Malika Mokeddem : dall’immaginario alla conquista di uno spazio identitario », dans Giuliana Costa Ragusa e Luciana Grasso (a cura di), Lo Sguardo e la voce. Dialogo e convergenze nel novecento francese, Palermo, Flaccovio editore, 2006.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540