Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Deux exemples d’éducation des filles en Afrique : l’Algérie et le Sénégal

Présentation

Martine Gest

Texte intégral

1Les dernières communications portent sur la scolarité des filles dans deux pays africains, l’Algérie et le Sénégal, à un demi-siècle d’écart. L’une analyse une partie de l’œuvre littéraire de Malika Mokkedem, élevée à Kenadsa dans le désert algérien, à la fin de la période coloniale. L’autre s’appuie sur une enquête géographique récente réalisée dans un département sénégalais, Kolda.

2« L’éducation des filles en Algérie après la colonisation française » de Vito Pecoraro rappelle qu’aujourd’hui la scolarisation des filles en Algérie est identique à celle des garçons dans chacun des paliers de l’enseignement. À l’université, les filles représentent même 52 % des effectifs étudiants. « Cette révolution tranquille » algérienne est conforme à ce que Christian Baudelot et Roger Establet ont démontré dans Allez les filles ! une spectaculaire réussite des filles à l’école, processus amorcé depuis près de deux siècles en France et qui, en Algérie, s’est surtout développé depuis la décolonisation. Vito Pecoraro citant un passage du roman Dans la transe des insoumis reprend le point de vue de Malika Mokeddem : en trente ans d’indépendance, grâce à la multiplication des écoles et la gratuité des études, l’Algérie aura produit plus de francophones (femmes et hommes) que durant les cent trente années de colonisation française.

3Malika Mokeddem elle-même est inscrite par son père à l’école française dans les années cinquante, à un moment où les pères pensaient, comme ceux de Kolda aujourd’hui, que l’école n’est pas une impérieuse nécessité pour leur fille et que, s’il faut y envoyer un enfant, il est préférable que ce soit un fils. Dans Mes hommes, elle évoque ses trajets quotidiens d’une maison située hors du village à l’école du bourg, sous une canicule qui la liquéfie. La petite fille décide donc de demander à son père une bicyclette, comme celles qu’utilisent ses condisciples pieds-noires. Son père refuse. Quelque temps plus tard, il en offrira une à son fils trop jeune, lui, pour aller à l’école. Peu après, Malika n’acceptera pas de soigner un petit frère malade en estimant que c’est la considérer comme une esclave que de l’y obliger et parce qu’elle doit se consacrer à ses devoirs scolaires. Espérant l’amadouer, son père lui propose alors une rétribution pour aider sa mère dans les soins au malade. Malika accepte pour pouvoir s’offrir la bicyclette de ses rêves, qu’elle n’obtiendra finalement pas.

4Dans l’œuvre de la romancière, la révolte transparaît souvent contre le sort réservé aux petites filles par la tradition familiale. Ses personnages ont conscience que les connaissances acquises à l’école peuvent les libérer et diminuer la fatalité qui pèse sur celles qui ont eu la malchance de naître femmes dans un pays musulman.

5Aujourd’hui en Algérie, l’école est un territoire davantage investi par les filles que par les garçons mais la situation des femmes dans la société en est-elle changée ?

6Stéphanie Angers-Sall, dans « La scolarisation à l’échelle du Sénégal : vers une marginalisation des filles des zones rurales », s’interroge sur les raisons qui peuvent expliquer que des milliers d’enfants sénégalais et notamment de petites filles n’ont pas encore, aujourd’hui, accès à une scolarité pourtant obligatoire selon la constitution de leur pays. La première année, 100 % des filles sont bien inscrites à l’école et même la fréquentent mais au cours des six années de scolarité suivantes, de rentrée en rentrée, les taux de fréquentation s’effondrent et l’absentéisme croît. Il est toujours bien supérieur à celui des filles vivant à Dakar mais aussi à celui des garçons scolarisés à Kolda. Stéphanie Angers-Sall estime que les autorités sénégalaises n’assument pas toutes leurs responsabilités dans le domaine de l’éducation des filles. On peut certes lire « Moi aussi je veux aller à l’école » proclamé par une fillette sur de grands panneaux publicitaires du Ministère de l’Éducation nationale et de l’UNICEF dans les rues des grandes villes mais il semble que les stéréotypes négatifs liés à la scolarité des filles existent toujours et que cela se traduit par des taux de scolarisation inférieurs à celui des garçons. Dans l’Académie de Kolda, les filles ne représentent que 41,9 % de l’effectif.

7Des explications géographiques, économiques et sociales peuvent être aussi avancées.

8Kolda est situé en Haute Casamance et majoritairement peuplé de Peuls. C’est un district rural très pauvre, enclavé et donc très peu fréquenté par les touristes. Les routes et les pistes sont parmi les plus mauvaises du Sénégal notamment pendant la période d’hivernage.

9La distance à parcourir entre domicile et école est souvent longue et pénible, pour tous les enfants. L’accès à l’eau et le ramassage du bois sont aussi des tâches difficiles et, de plus, presque exclusivement prises en charge par les femmes. Les mères sollicitent donc précocement, l’aide de leurs filles. Quotidiennement, celles-ci consacrent aux tâches domestiques au moins trois heures qui s’ajoutent aux heures de classe et au trajet. Quand les petites filles ne peuvent plus aller à l’école, leurs occupations domestiques s’égrènent de 6 heures à 21 heures dans le village. Dans d’autres pays africains et même dans certaines zones sénégalaises, des ONG essayent, en facilitant l’accès à l’eau des commutés villageoises, de soulager les femmes de l’ampleur de leurs tâches et ainsi, par ricochet, de libérer leurs filles afin qu’elles puissent reprendre le chemin de l’école. Qu’en est-il à Kolda ? Le district est aussi connu pour son taux élevé de mortalité maternelle. L’absentéisme scolaire s’explique aussi par l’obligation pour certaines fillettes d’assumer trop vite le rôle de mères de substitution.

10Au Sénégal, les filles ne peuvent pas se marier légalement avant l’âge de 16 ans. À Dakar, les jeunes femmes éduquées se marient vers 24 ans mais à Kolda, les petites filles peuvent être promises à des hommes plus âgés dès 12 ans. La scolarisation des filles semble beaucoup dépendre du choix de leurs pères : certains estiment que l’école rend les filles plus difficiles à marier et que, par ailleurs, « investir » dans l’éducation d’une fille n’est pas rentable pour la famille car elle la quittera lors de son mariage. Si, en ville, les femmes instruites peuvent trouver des débouchés professionnels et gagner de l’argent, ce qui est une puissante incitation pour leurs familles à les scolariser, il n’en est pas de même dans les villages où peu de femmes peuvent trouver un travail salarié.

11Malika Mokeddem met en scène un personnage récurrent positif qui encourage la poursuite des études, l’institutrice française. De nos jours, le petit nombre d’institutrices dans les écoles rurales sénégalaises semble ne pas permettre pas aux filles de bénéficier d’un modèle féminin pour se projeter dans un métier intellectuel.

Auteur

PRCE histoire-géographie IUFM de Rouen
Historienne, formatrice à l’IUFM de Rouen. Elle a co-édité avec Marie-Françoise Lemonnier-Delpy le numéro de TRAMES consacré à Éducations féminines.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540