Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Éducations européennes

L’éducation des filles et la formation des femmes en Allemagne au XIXe siècle

Marianne Walle

Résumé

Dans l’histoire de l’éducation des filles, le cas de l’Allemagne est intéressant par son caractère éclaté : le facteur étatique joue un rôle essentiel, notamment en Prusse, mais les confrontations confessionnelles et autres ne sont pas absentes. Dans les débuts de l’industrialisation, l’éducation des filles revêt un caractère particulièrement rétrograde. À Leipzig, centre du livre, Louise Otto-Peters tente d’éveiller dans les années du Vormärz, (1843-1847) une conscience politique chez les filles et les femmes par la lecture de romans sociaux, de journaux, de poésies patriotiques. La révolution de 1848 connaît une extraordinaire flambée de revendications pour les libertés fondamentales dans un régime de démocratie : sous l’impulsion de la bourgeoisie libérale, de nombreuses associations de femmes se sont constituées pour la création d’écoles maternelles, de collèges de filles, pour une formation professionnelle y compris chez les ouvrières. Après la répression de 1850 et quinze années de silence et de repli, les associations se réorganisent, supra régionales, voire nationales, se replongent dans l’actualité politique et sociale, mais surtout, militent pour l’ouverture de lycées de filles. Le baccalauréat comme l’entrée à l’université n’apparaît qu’après 1900. Le texte de loi est voté en 1908.

In the history of girls’ education, the case of Germany is interesting because of its split nature: the state control factor is very important, especially in Prussia, as well as confessional confrontations and other specific features. At the beginning of the industrial era, girls’ education took on a particularly backward character. In Leipzig, which was the centre of book trade, Louise Otto-Peters tries to bring, during the Vormärz (1843-1847) girls and women to an awareness of politics through the reading of social novels, newspapers and patriotic poems. During the 1848 revolution, one can see an extraordinary outburst of demands for the basic liberties in a democratic regime: under the impulse of the liberal upper middle-class a large number of female associations are organized, asking for the creation of kindergartens, grammar schools for girls, providing professional training including for working women too. After the repression in 1850 and fifteen years of silence and decline, associations were reorganized on super-regional, even national level, being immersed again in political and social current events, but above all, for the opening of high schools for girls. The baccalauréat and admission to university appear only after 1900. The law is voted in 1908.

Texte intégral

Spécificités allemandes

  • 1 Voir Marie-Claire Hook-Demarle, « Lire et écrire en Allemagne », dans Georges Duby et Michelle Per (...)

1L’Allemagne représente une étape capitale dans l’histoire de l’éducation des filles, histoire qui, certes, se déroule également dans d’autres pays, mais l’Allemagne permet de mettre en avant une démarche originale, car l’impact des courants sociaux, politiques et surtout religieux y est différent. Le cas de l’Allemagne est intéressant par son caractère éclaté : les diversités géographiques, les oppositions de systèmes politiques ou de confrontations confessionnelles ont influencé l’évolution des filles en matière de scolarisation. La législation inscrit très tôt l’alphabétisation obligatoire dans certains États allemands1.

2Le facteur étatique joue un rôle essentiel, comme le montre la volonté de certains États, notamment la Prusse :

  • 2 Ibid.

[…] de veiller à la mise en place d’une législation et d’un système éducatif obligatoire pour tous les enfants de 6 à 14 ans (décrétée en Prusse en 1717, mais introduite seulement en 1802 en Bavière). Cela met en relief le facteur religieux : les pays d’obédience protestante montrent dans ce domaine une nette avance sur les pays catholiques où l’éducation est plutôt réservée aux garçons, les années de couvent n’offrant aux filles que l’apprentissage des prières et des tâches dites féminines2.

3Dans les pays d’obédience protestante, l’ingérence du prince, qui est également le chef religieux, est plus directe sur ses territoires. La Bible est pour les filles l’instrument privilégié de l’acquisition du savoir à tous les niveaux. La part des écrits religieux, mentionnée dans les catalogues de foire, celle de Leipzig en particulier, décroît peu à peu à la fin du XVIIIe siècle, mais constitue encore 13,5 % de l’ensemble des parutions en 1800, alors que les ouvrages dits de belle littérature sont en augmentation. Lire peut devenir un danger pour la société, l’adolescente qui lit des romans « renie son innocence première et se fabrique un paradis artificiel ». Il s’agit notamment des romans de George Sand, traduits en allemand peu après leur parution, y compris les romans sociaux, alors que le nom de Sand est impliqué dans le procès que l’on fait, en 1835, à un groupe de jeunes auteurs connus sous le nom de Jeune Allemagne, et qui sont accusés de blasphème et d’immoralité. Certains regrettent le temps encore proche où les femmes ne lisaient que « des ouvrages édifiants, quelques contes et des livres de cuisine ». George Sand, la femme, le personnage public, l’écrivain, est proscrite, comme presque toute la littérature française, Balzac, Victor Hugo, Eugène Sue et d’autres.

4L’industrialisation entraîne la mobilité sociale, les ghettos ouvriers sont peu accessibles, la population urbaine est de plus en plus anonyme, l’éducation ne progresse plus. À Berlin, en 1818, 30 % des enfants ne fréquentent pas l’école. Le travail en usine avant l’âge de 9 ans n’est interdit qu’en 1839, les filles sont placées comme servantes dès l’âge de 11 ans, alors qu’elles entrent déjà en scolarité avec un an de retard puisqu’elles aident leur mère.

5Contradiction éclatante : d’une part, l’alphabétisation, par la scolarité obligatoire, est à la portée de toutes les filles : lire, écrire, compter est accessible aux filles des villes comme des campagnes, des couches aisées comme des milieux moins favorisés. D’autre part, la restauration imposée par Metternich après 1815 confère à la première moitié du XIXe siècle un caractère particulièrement rétrograde dans le domaine de l’éducation des filles. Toute éducation égalitaire saperait les fondements de la société.

Éveiller la conscience politique des filles et des femmes dans les années du Vormärz (1843-1847)

6C’est une démarche originale qui s’adresse à la bourgeoisie libérale, aux classes moyennes dans les années qui précèdent la révolution de 1848. C’est par l’intermédiaire des journaux, lecture favorite et sujet de discussion entre adultes, que des filles et des femmes ont accès au politique. Leipzig, centre de commerce du livre en Saxe, organise une foire annuelle du livre et offre des facilités de diffusion des journaux et des livres en Prusse, dans les États voisins et même à l’étranger, ainsi que des facilités d’en obtenir bien plus rapidement qu’ailleurs. Pour ces raisons, le Frauen-Zeitung – le Journal pour les Femmes – de Louise Otto-Peters, qui paraît de 1849 à 1852, aura des abonnées en France et en Suisse, même des lectrices à New York. C’est à Leipzig que cette même Louise Otto-Peters (1819-1895, son itinéraire parcourt le siècle) définit ses idées sur l’éducation des filles. C’est également à Leipzig qu’August Bebel – l’auteur du premier ouvrage sur la condition des ouvrières, La Femme et le Socialisme – et Wilhelm Liebknecht vont créer, en 1869, la Coopérative syndicale internationale des ouvriers et ouvrières de fabriques, de manufactures et du travail à domicile, qui intègrera les femmes comme membres de droit. Le droit de réunion est toléré en Saxe à partir de 1861 et les conditions pour l’organisation des réunions sont beaucoup plus favorables qu’en Prusse.

  • 3 Futur député au Parlement de Francfort, en 1848, fusillé en novembre de la même année par la Réact (...)
  • 4 Louise Otto-Peters, « Die Teilnahme der weiblichen Welt am Staatsleben », dans Vorwärts. Volkstasc (...)

7Dès 1843, Louise Otto-Peters propose des articles sur la participation des femmes à la vie de l’État. C’est son père, président du tribunal de Meissen qui l’a initiée à la vie politique et sociale en l’incitant, comme ses trois sœurs, à suivre les événements politiques. Les journaux de Leipzig refusent les articles de la jeune Louise sous prétexte que la question des femmes n’intéresse personne et surtout pas les autres femmes. Le journaliste Robert Blum3, à l’époque l’un des principaux collaborateurs du Sächsische Vaterlandsblätter (Journal patriotique de Saxe), est le seul à exprimer son opposition à l’opinion communément répandue qui exclut les femmes de toute participation à la vie publique. C’est agir contre l’esprit de notre époque, dit-il. Louise prend son courage à deux mains et lui écrit : « Une jeune fille de Saxe répond à Robert Blum : la participation des femmes aux intérêts de l’État n’est pas un droit, mais un devoir »4, phrase devenue rapidement célèbre, et Robert Blum l’invite à continuer d’écrire.

8Le journal réservera désormais quelques colonnes à la question des femmes, mais très rares sont celles qui envoient des articles, elles sont plus nombreuses à demander à Louise qui éprouve l’immense satisfaction de ne plus se sentir seule, d’exprimer leurs idées. Dès le début, elle signe ses articles de son vrai nom et non d’un pseudonyme masculin. Elle écrit :

  • 5 Louise Otto-Peters, op. cit., p. 105.

L’éducation des filles et des femmes doit se faire par la poésie patriotique et les romans sociaux. La poésie patriotique a toujours suscité l’intérêt des femmes, c’est vous, les poètes, qui les avez réveillées5.

9Elles ont un penchant naturel pour la poésie et sont nombreuses à avoir gardé le goût pour la lecture de poèmes qu’elles ont eu l’habitude de réciter à l’école.

10C’est une autre manière d’acquérir des connaissances puisqu’une formation scolaire sérieuse leur est interdite. Pour celles qui éprouvent le besoin d’écrire, le roman est sans aucun doute la forme d’expression privilégiée, car il exige une profonde connaissance du cœur humain, privilège qu’elles ont acquis souvent au prix de lourds sacrifices. L’immense avantage est de pouvoir y exprimer des problèmes spécifiques, l’éducation, le mariage. C’est pourquoi Louise Otto-Peters admire les romans sociaux, dits romans champêtres, de George Sand dont on veut ignorer la teneur et la richesse politique et sociale. Dans ses romans sociaux, Louise, tout comme son aînée, exprime l’indispensable alliance du politique et du social pour les femmes.

11Certaines d’entre elles s’intéressent aux débats de la Diète de Saxe, elles viennent écouter un père, un frère, un ami, et lisent parfois les comptes rendus des débats dans les journaux. Elles appartiennent certes à une classe sociale privilégiée, mais c’est déjà un pas en avant vers l’information. Et puisque les femmes n’ont aucun droit politique, Louise Otto-Peters leur conseille d’utiliser une arme spécifique, le combat économique : acheter uniquement des marchandises de fabrication allemande. Elles dévoileront ainsi la supercherie des fabricants qui collent des étiquettes de fabrication étrangère sur les marchandises allemandes pour pouvoir les vendre plus cher. En boycottant notamment les étoffes françaises, elles aideront leur pays. Les premières réunions de femmes des classes moyennes s’organisent autour des thèmes de leur quotidien.

Adapter l’éducation familiale et scolaire des filles à l’évolution de la société

12Louise Otto-Peters attaque sévèrement le système scolaire où l’on estime qu’à partir de l’âge de quatorze ans, les filles n’ont plus besoin de s’instruire. C’est pourtant à cet âge-là que l’esprit s’ouvre au monde qui l’entoure, dit-elle. La société considère qu’elles n’ont plus qu’à apprendre à danser, à penser aux toilettes pour le bal, à jouer du piano aux réceptions, attifées et exposées comme des poupées en attendant « l’acheteur ». On ne leur apprend même pas à être une bonne maîtresse de maison. Les quelques notions de culture générale qui leur sont inculquées sont des rudiments de langues étrangères (le français et l’anglais), mais elles ne connaissent pas la beauté de leur propre langue.

13Comment une fille, arrivée à la fin de sa scolarité et restée célibataire – les guerres en Europe centrale déciment les rangs des futurs prétendants – peut-elle espérer gagner sa vie sans être à la charge des siens ? Dans les familles des classes moyennes, pour les filles de pasteur, de fonctionnaires, c’est presque du domaine de l’impossible. Après avoir suivi des cours dans une institution privée pour jeunes filles de bonne famille jusqu’à l’âge de dix-huit ans, elle peut enseigner la couture ou la broderie en touchant un salaire de misère. Le seul moyen qui lui permette de vivre à peine plus correctement, c’est de trouver une place de préceptrice ou de gouvernante,

  • 6 Louise Otto-Peters, Das Recht der Frauen auf Erwerb (Le droit des femmes d’exercer une profession) (...)

[…] mais presque jamais le revenu d’ensemble dépassera cent thalers par an avec, dans le meilleur des cas, un cadeau à Noël. Et pour ce prix, c’est non seulement la liberté de la jeune fille qui est vendue – les vacances et les jours de congé n’existent pas, mis à part un jour, de temps à autres, pour aller à l’église – mais c’est aussi toute sa force de travail ; et l’on exige d’elle des vêtements corrects, ce qui, avec les travaux ménagers et le contact avec les petits enfants, l’oblige à avoir une garde-robe importante alors que le temps lui manque de les coudre elle-même ou de les raccommoder6.

14Si les filles avaient la possibilité d’apprendre le métier d’institutrice ou de travailler dans le commerce, le mariage ne serait plus rabaissé au rang d’« institution de prise en charge ».

15Pour faire des filles de véritables adultes, Louise propose la création de collèges de filles dans toutes les villes, y compris les villes de moyenne importance. C’est aux parents de se réunir et de créer des établissements où elles pourraient suivre un enseignement de trois jours par semaine. Les enseignants ne manquent pas et puisque seuls les hommes ont, pour le moment, une formation poussée, laissons leur l’enseignement de l’histoire et des sciences. Louise Otto-Peters attache beaucoup d’importance à l’enseignement de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, mais refuse l’histoire conçue comme une répétition mécanique des noms de souverains et des dates des grandes batailles, l’histoire est une matière de réflexion. Des Françaises et des Anglaises enseigneront leur langue maternelle, des Allemandes aussi, car certaines ont des rudiments de formation scientifique et seront un exemple pour les élèves, en leur communiquant « une grande force morale ».

16Notons que, à l’époque, la seule école de toute l’Allemagne où la mixité des élèves et des professeurs est tolérée est une école privée, à Hambourg, qui admet des enfants sans distinction de classe sociale ou de fortune : le prix des études est calculé selon la situation financière des parents. L’enseignement est essentiellement tourné vers l’histoire et les sciences, les cours de religion ne sont pas obligatoires. Cette école unique est créée en 1845 par le mouvement Deutschkatholiken, réunissant tous les réformateurs qui souhaitent l’instauration d’une démocratie au sein de l’Église et de l’État. Elle fermera en 1850, suite à de virulentes campagnes de diffamation et faute de moyens financiers.

La révolution de 1848 : « la liberté est indivisible »

  • 7 Alfred Leicht, « Lebensläufe verdienter Meissner », dans Mitteilungen des Vereins für Geschichte d (...)

17Louise Otto-Peters accueille l’année 1848 avec beaucoup de joie et d’espoir : en avril de la même année, elle écrit dans son Journal « […] je lutterai surtout pour les femmes, pour qu’elles sortent du néant dans lequel elles se trouvent actuellement […] »7. Ses activités journalistiques la font connaître par delà les frontières de la Saxe. Des articles paraissent ailleurs, toujours sur la même thématique, car, en tant que femme, ses possibilités d’action sont très réduites. Les remplacer par la pensée qu’il faut très largement diffuser par la parole et par l’écrit est pour le moment la seule possibilité d’action qui lui est offerte.

  • 8 Marianne Walle, Contribution à l’histoire des femmes en Allemagne (1848 à 1933), à travers les iti (...)

18Parallèlement aux propositions de Louise Otto-Peters dans le domaine de l’instruction scolaire, Friedrich Fröbel, disciple de Pestalozzi, lance un appel aux mères de famille et leur demande de s’organiser pour lutter contre les préjugés qui pèsent sur le système éducatif. Louise connaît bien les théories de Fröbel et considère, comme lui, que les femmes ont un rôle éducatif capital : il les appelle des « formatrices d’humains » (Menschenbildnerinnen). Il se consacre à l’éducation pré-scolaire des enfants de quatre à six ans et avait créé en Thuringe, en 1839, sa première école maternelle, qu’il avait appelée Kindergarten. C’est en 1848 qu’il fonde la première école de jardinières d’enfants où il commence son premier cours en leur disant : « Vous avez la mission de découvrir chez l’enfant ce qu’il y a de divin en lui et de le faire s’épanouir : vous êtes appelées à exercer votre métier de mères de l’enfance »8. Ses élèves sont pour la plupart issues des milieux de la bourgeoisie libérale, des femmes de la même classe sociale en assurent la direction. Elles vivent toutes dans une atmosphère d’effervescence, persuadées qu’une ère nouvelle va s’ouvrir pour elles.

  • 9 Malwida von Meysenbug, Memoiren einer Idealistin (Mémoires d’une idéaliste), Berlin-Leipzig, 1875, (...)

L’évolution intellectuelle qui s’accomplit en moi, [écrit la jeune Malwida von Meysenbug, amie de Wagner, de Nietzsche, de Lou Andreas-Salomé], cette évolution mit fin à mon isolement dans la société. En ma présence, on émit intentionnellement des jugements tels que « quelle charmante créature que cette jeune fille, elle au moins n’a pas l’audace d’avoir des opinions personnelles ». Ce ne fit que renforcer mes convictions : il est indispensable d’émanciper les femmes du joug des préjugés, de leur permettre de développer, comme les hommes, toutes leurs facultés intellectuelles sans restriction. Je commençais à faire des projets : correspondre avec les femmes qui avaient les mêmes idées que nous, les inviter à trouver d’autres femmes afin de recouvrir toute l’Allemagne d’un réseau d’associations féminines9.

19Des collèges de filles se créent dans les grandes villes sous l’impulsion de la bourgeoisie libérale, collèges privés qui mènent une action de formation culturelle très diversifiée, en prenant soin de spécifier dans leurs programmes qu’on ne cherche pas à éloigner les filles de leur futur rôle, la famille, la maternité. Une meilleure instruction rend les femmes plus épanouies, plus équilibrées, en fera de meilleures éducatrices.

20Il est urgent de créer des associations non confessionnelles pour la formation des femmes, confirme Louise Otto-Peters, mais les organiser, elles qui sont confinées dans leur passivité, est un travail de titan. Elle est également la première à tenter d’organiser les ouvrières et à proposer des solutions pour améliorer leurs conditions de travail. Mais, pour ces dernières, les obstacles sont de taille : l’épuisement quotidien après le travail à l’usine, les corvées ménagères, la peur du mari et de l’employeur. Louise sait leur parler, elle les connaît bien pour avoir enquêté – non sans beaucoup de tracasseries administratives – sur leur lieu de travail. Elle leur répète inlassablement qu’elles doivent se prendre en main, se représenter elles-mêmes sans rien attendre des autres. Pour apprendre aux servantes et aux domestiques à lire, à écrire, à calculer, tout simplement à s’exprimer clairement, elle propose des écoles du dimanche sous l’égide des pasteurs ou autres personnes de la paroisse disponibles : elle sait qu’il y en a !

21Quant aux associations patriotiques qui se créent, nombreuses, en 1848, pour revendiquer un régime de démocratie parlementaire sans effusion de sang, elles ignorent les femmes. C’est par le biais des associations de gymnastique que Louise les réunit, sur le modèle des sociétés qui s’étaient créées contre l’oppression napoléonienne, trente ans auparavant, avec l’objectif de réveiller chez les Allemands une prise de conscience nationale en développant leurs forces physiques et morales. La libération de l’esprit entraîne également le besoin d’épanouissement du corps. Les associations de gymnastique masculines se multiplient, les femmes ne sont conviées qu’aux festivités, toutes habillées de blanc, avec des écharpes noir-rouge-or. Dans ses propositions de réforme de l’éducation, Louise Otto-Peters revendique haut et fort des cours de gymnastique pour les filles. Des groupes se forment, dirigés par des moniteurs des associations masculines, au grand dam des mères de famille. Un médecin de Leipzig, le docteur Bock, tente dans une série de conférences d’expliquer les avantages de la gymnastique pour les filles et les femmes, mais les préjugés sont tenaces : « Vous voulez en faire des amazones […] la gymnastique donne de grosses mains… elle détruit toute féminité, faite de douceur, de réserve… », entend-on de tous côtés. Enfin, un accord est obtenu pour former des monitrices, mais les associations doivent être dirigées et chaperonnées par des matrones de réputation irréprochable. Seul public admis : les proches parents de sexe féminin.

22La première association réunit rapidement plus de 90 adeptes et propose « […] en plein air et à la lumière du jour un combat loyal à la paresse, à la mollesse, à la décadence du monde féminin […] ». Faire respirer l’air pur aux filles en les faisant courir, sauter, se fatiguer est une revendication qui passe difficilement, même en période révolutionnaire. L’article II du règlement de l’association demande à ses adhérentes de supprimer tout vêtement qui entrave les mouvements naturels du corps, de s’habiller avec simplicité, de bannir corsets et colifichets.

23La langue allemande doit, elle aussi, être purifiée de tous les termes étrangers. Cela a de quoi scandaliser beaucoup de parents et leur faire peur.

« Je recrute des citoyennes pour le royaume de la liberté ». L’importance de la presse comme moyen de formation

24L’année 1848 connaît une flambée extraordinaire de revendications pour les libertés fondamentales : volonté d’unité pour l’Allemagne morcelée, volonté de donner aux hommes et aux femmes leur place dans un régime de démocratie. En 1849, Louise Otto-Peters va pouvoir réaliser son rêve le plus cher : créer un journal collectif, écrit par des femmes pour la formation et la défense des intérêts de toutes. La loi sur la presse, relativement libérale en Prusse depuis mars 1848, supprime la pré-censure. D’autres femmes créent, elles-aussi, des journaux pour instruire, mobiliser, s’adressant aux femmes de la bourgeoisie libérale, mais ils disparaissent au bout de quelques mois, faute de moyens financiers.

25Le Frauen-Zeitung qui réussit à paraître pendant quatre ans (1849-1852) se veut accessible à toutes, à la fois à celles qui écrivent, y compris les femmes de milieu très modeste à qui on demande de parler de leur quotidien, de leur travail, de l’éducation des enfants ; même si elles les rédigent mal, on les aidera à publier leurs témoignages. Pour toucher un plus grand nombre, Louise Otto-Peters préfère des récits de vie avec ce qu’ils contiennent de maladresses dans l’expression aux textes plus littéraires. Elle suit d’un regard attentif la transformation économique et sociale qui s’opère en Saxe, toujours en contact immédiat avec la réalité. Thèmes favoris : l’éducation familiale et scolaire des filles, les femmes, mères et éducatrices, en tant que composantes essentielles d’un groupe social, formatrices d’âmes, dit George Sand, formatrices d’humains dit Louise Otto-Peters. Jamais le Frauen-Zeitung ne revendique explicitement le droit de vote pour les femmes, toujours pour le peuple allemand dont elles font partie. Il est l’unique organe de liaison entre les associations pour la formation des femmes qui se constituent dans toutes les grandes villes de Saxe, également dans des régions proches de la France, comme le Palatinat et le Pays de Bade. Dans ces associations, on débat des sujets les plus divers : apprendre à mieux connaître la littérature allemande, des cours de botanique, de sciences naturelles, d’astronomie, selon l’intérêt des adhérentes. Toutes les propositions, largement diffusées, même sans être réalisées dans l’immédiat, font leur chemin dans les esprits et prendront forme dans les années 1860.

26Car dès 1850, la répression se durcit dans toute l’Allemagne : les menaces de mort se font plus nombreuses contre Louise Otto-Peters qui, pourtant, ne s’était jamais laissé impressionner par les lettres d’injures reçues depuis plusieurs années. La police perquisitionne et saisit des documents dans les bureaux du Frauen-Zeitung, ainsi qu’au domicile de la rédactrice en chef, qui décide de faire paraître son journal en Thuringe, où les conditions de travail sont, pour le moment, un peu moins contraignantes. Les associations féminines non confessionnelles sont interdites, des femmes jetées en prison pour avoir porté des fleurs sur les tombes des combattants pour la liberté ou, simplement, pour avoir porté une écharpe rouge. La vente d’œillets rouges est interdite, les mesures à l’encontre de toute libéralisation de l’éducation scolaire sont draconiennes.

27C’est à partir des années 1860 que des groupes de femmes se réorganisent, se replongent dans l’actualité politique et sociale, que Louise Otto-Peters crée, en 1865, et toujours à Leipzig, la première association générale des femmes allemandes, le Allgemeiner Deutscher Frauenverein. Quant au premier lycée de filles, il ouvre ses portes en Pays de Bade, à Karlsruhe, en 1893. Le baccalauréat, comme l’entrée à l’université, n’apparaissent qu’après 1900.

Notes

1 Voir Marie-Claire Hook-Demarle, « Lire et écrire en Allemagne », dans Georges Duby et Michelle Perrot, Histoire des femmes en Occident, t. IV, Paris, Plon, 1991, p. 150.

2 Ibid.

3 Futur député au Parlement de Francfort, en 1848, fusillé en novembre de la même année par la Réaction.

4 Louise Otto-Peters, « Die Teilnahme der weiblichen Welt am Staatsleben », dans Vorwärts. Volkstaschenbuch, 5 tomes (1843-1847), Leipzig, 1843, t. I, p. 37.

5 Louise Otto-Peters, op. cit., p. 105.

6 Louise Otto-Peters, Das Recht der Frauen auf Erwerb (Le droit des femmes d’exercer une profession), Hambourg, 1866, p. 87.

7 Alfred Leicht, « Lebensläufe verdienter Meissner », dans Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Meissen, t. IV, no 2, 1896, p. 249.

8 Marianne Walle, Contribution à l’histoire des femmes en Allemagne (1848 à 1933), à travers les itinéraires de Louise Otto-Peters, Hélène Lange, Clara Zetkin et Lily Braun, Lille, 1991, t. I, p. 84.

9 Malwida von Meysenbug, Memoiren einer Idealistin (Mémoires d’une idéaliste), Berlin-Leipzig, 1875, t. I, p. 199.

Auteur

Professeure des universités honoraire (civilisation allemande et autrichienne, université de Rouen), a beaucoup travaillé sur l’histoire des Allemandes (Thèse de doctorat d’État, Contribution à l’histoire des femmes allemandes – 1848-1933 – à travers les itinéraires de Louise Otto-Peters, Helene Lange, Clara Zetkin et Lily Braun, Lille, 1991) et sur les femmes écrivaines dans la littérature germanophone en Bohême au XIXe siècle en relation avec l’université Charles IV de Prague (Femmes des marges, femmes en marge). Elle a rédigé de nombreux articles et participé à des colloques internationaux sur cette thématique. Parmi les ouvrages publiés, avec Paul Pasteur, Femmes en Autriche au XXe siècle (Austriaca no 42, Rouen, PUR, 1996 ; avec Chantal Antier, Les Femmes et les Guerres (Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, no 198, Paris, PUF, 2000).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540