Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Éducations européennes

Les élites polonaises et l’éducation au féminin

Izabella Zatorska

Résumé

Deux éthiques, deux pédagogies à l’œuvre : l’une en France et l’autre en Pologne au XVIIIe siècle. Elles se déploient au seuil d’un événement exceptionnel, tel le mariage d’une fille chérie. L’une met en avant un équilibre psycho-moral fondé sur l’autarcie conditionnée du moi, issue de l’idéal stoïcien (Mme de Lambert), l’autre (la princesse Sanguszko) se réfère à Dieu comme principe et fin de toute action humaine. Les deux états de conseils donnés par Stanislas Leszczynski à sa fille devenant la reine de France – l’original et le résultat du remaniement par son secrétaire – corroborent l’hypothèse d’un clivage socio-moral qui résulte de l’appréhension différente, suivant le régime, de la relation entre le religieux et le politique.

Two ethics, two examples of education: one in France, the other in Poland of the 18th century. They appear on the eve of an exceptional event – the marriage of a beloved daughter. One exposes the psycho-moral balance, based on a self-sufficiency conditioned by inner balance, the result of the ideal of stoicism (M me Lambert), the other (Princess Sanguszko), refers to God as the principle and the end of any human action. Both records of advice given by Stanislav Leszczynski to his daughter, the future queen of France, his original writings as well as the final version after changes made by his secretary, both corroborate the hypothesis on the socio-moral gap, resulting from a different understanding, depending on the regime, of the relationship between the religious matters and politics.

Texte intégral

  • 1 « Le social est réfracté dans un corps individuel qui traverse des institutions, des groupes, des (...)

1S’il y a des moments forts dans la vie d’une femme, le mariage, quoi qu’on en pense, ne saurait en être exclu. Aussi, tout ce que le discours maternel (ou paternel) a pu produire à cette occasion doit doubler d’importance. C’est dans ce discours que « les faibles intensités » du réel, qui dans le corps individuel réfractent elles aussi le social1, s’amplifient proportionnellement à la grandeur de l’événement : mariage aristocratique ou royal, entrée dans la vie adulte, voire séparation in articulo mortis. Une mère souhaite alors instruire non seulement sa fille mais aussi les enfants que l’« enfant » nubile mettra au monde à son tour : le savoir transféré fera partie de l’héritage culturel explicité. Vu l’imminence de l’événement, la concision propre à un « précis de » s’impose : la mère (ou le père) résume, rappelle et réordonne les valeurs et objectifs qui regardent plus que l’éducation : le projet d’une vie tout entière. Vu l’éminence du nom de famille, le propos prend un sens emblématique pour la culture nationale même. Moment propice pour qui veut étudier le système de pensée, poussé sur un fondement idéologique et religieux, ancré dans le social, dont l’auteur se porte garant tout en s’assumant comme son porte-parole sur le plan familial où se croisent les deux sphères, le privé et le public.

  • 2 Le genre parénétique (gr. Parainesis – instruction) est un genre didactique qui recommande ou déco (...)

2Le genre « parénétique »2 de « conseils à une fille », sinon à un fils, se réfère à des pratiques éducatives, en employant une rhétorique de haut niveau à l’adresse des élites. Enfin, des modèles de sociabilité en vigueur, intériorisés, se pourraient déchiffrer entre les deux personnes qui s’y rencontrent. Celle de la mère semble d’ailleurs plus nettement dessinée que l’autre, celle de la fille, qui nous intéresse surtout, à reconstruire seulement à partir du discours parental qui en fait, non sans se prévaloir des prémices, une projection idéalisante.

  • 3 Perrine Mane, Françoise Piponnier, Malgorzata Wilska, Marta Piber-Zbieranowska (éd.), La femme dan (...)
  • 4 Voir Dorota Żołądź-Strzelczyk, Wiesław Jamrożek, Studia z dziejów edukacji kobiet na ziemiach pols (...)

3Dans notre corpus, sur trois mères3, l’une Française et deux Polonaises (dont l’une conseille sa fille, se croyant elle-même près de mourir), nous trouvons un père – mais quel père ! Monarque détrôné, ex-précepteur de sa fille, donc dans un emploi qui, depuis la fin du XVIIe siècle, est confié aux femmes. Surtout depuis que le souffle de la nouvelle spiritualité salésienne anime deux ordres récemment implantés sur la Vistule, la Visitation et le Saint-Sacrement, avec leurs écoles pour les jeunes filles, ouvertes sur l’initiative des deux reines successives originaires de France : Louise-Marie de Gonzague et son ex-fille d’honneur, Marie-Casimire La Grange d’Arquien. Les deux fondations, à côté des ordres établis bien avant, dispensent une éducation suffisante pour familiariser leurs anciennes avec une réflexion pédagogique de haut niveau. Auparavant, à croire les rares sources révélées, dans les familles aisées, ce fut une tâche réservée aux pères4.

  • 5 Les autres éditions suivirent : Léopol, 1760 ; Varsovie 1763 ; Chełm, 1772 ; Kalisz, 1783. Le titr (...)
  • 6 Franciszka Urszula Radziwiłłowa, « Przestrogi zbawienne alias informacja życia […] córce swojej An (...)

4Nous avons réuni les écrits de deux mères aristocrates, la princesse Barbara Sanguszko, née Dunin (1718-1791), épouse en troisièmes noces du grand-maréchal de la Lituanie, Paweł Sanguszko, et Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert (1647-1733). Toutes les deux sont restées veuves très jeunes et ont répondu seules de l’éducation de leurs enfants. La première a laissé des Conseils à sa fille avant son mariage (1756, 1re édition5), dont le titre nous rappelle l’opuscule de Stanislas Leszczyński (1677-1766) que les circonstances extraordinaires avaient inspiré à conseiller sa fille Marie : (1703-1768) Conseils donnés par le roi de Pologne Stanislas à la reine de France sa fille devenus Avis du roi à la reine sa fille lors de son mariage, 1725. Après le bon roi Stanislas, un second contrepoint sera offert par Franciszka Urszula Radziwiłłowa (1705-1753), poète et auteur dramatique, qui avait choisi, pour prémunir sa fille contre les dangers d’une vie qu’elle se croyait sur le point de quitter, un poème en quinze strophes hendécasyllabes de 12 vers chacune, précédées d’un avis en prose et d’une introduction en 24 vers de la même mesure6.

5Chez tous les auteurs, le sens de la responsabilité est le premier ressort éducatif ; sa pertinence dans le champ d’action féminin ne saurait être négligé. Responsable de son mari, de ses enfants, de ses domestiques, bref de sa maison, la fille de Barbara Sanguszko l’est enfin devant Dieu : plaire au mari, c’est plaire à Dieu (f ° 8). L’enjeu n’est pas que le bonheur terrestre, mais le salut, celui du mari et des enfants y compris (f ° 9 et 12v °). Marie Leszczynska doit, en outre, compter avec le public : celui de la cour et celui du royaume. La contrainte de la vie publique est souvent relevée par la marquise de Lambert, influencée en cela par la lecture du moraliste espagnol B. Gracián. Mais la priorité, pour les parents polonais, est toujours le respect de Dieu et Son amitié, source de toute prospérité, recherchée à travers une attitude de prière et d’ouverture dans l’humilité. La princesse Sanguszko comme le roi Stanislas ne manquent pas non plus de prévenir leurs filles de tout excès dans les vertus pratiquées, car celles-ci deviennent alors un contre-témoignage qui rebute plutôt que n’attire, en tournant à la caricature. Selon son père, Marie Leszczynska doit ainsi corriger sa bonté et sa générosité par la douceur et la charité, la reconnaissance et le vrai mérite. Enfin, pas une page sans quelques références à une relation personnelle avec le « Souverain Bien ». Or, chez madame de Lambert la priorité est à la paix intérieure, atteinte à condition de « savoir être en soi-même », un idéal stoïcien ; la religion est fonctionnalisée, relativisée :

  • 7 Madame de Lambert, « Avis d’une mère à son fils et à sa fille et autres ouvrages de Madame la marq (...)

Il y a, dit-on, deux préjugés auxquels il faut obéïr : la religion et l’honneur. C’est mal parler que de traiter la religion de préjugé : le préjugé est une opinion qui peut servir à l’erreur comme à la vérité : ce terme ne doit s’appliquer qu’aux choses incertaines et la religion ne l’est pas7.

  • 8 Ibid., p. 25-26.

6La marquise prenait moins de précautions en parlant à son fils : dans la relation à Dieu, le cœur et le goût de l’ordre doivent tout régler, écrivait-elle. On est dans l’obligation de Lui témoigner un culte, même quand on n’y croit pas ferme car « ce qui s’appelle préjugé tient un grand rang dans le monde » ; d’ailleurs, « les vertus morales sont en danger sans les chrétiennes »8.

  • 9 Madame de Lambert, op. cit., p. 86.
  • 10 « Les adieux de Stanislas à sa fille », dans Anne Muratori-Philip, Stanislas Leszczynski. Aventuri (...)

7Est-ce par hasard ? Dans cette version « au masculin », nous trouvons un conseil qui sera retranscrit par Stanislas à l’usage de sa fille ; il s’agit de l’éthique de la gloire mais, chez Stanislas, celle-ci ne représente qu’une fraction d’une leçon qui s’ouvre et se termine par l’appel à la Providence. Tandis que Madame de Lambert poursuivait le critère intérieur : « La vanité cherche l’approbation d’autrui ; la vraie gloire, le témoignage secret de la conscience »9. Stanislas Leszczynski lui fait écho mais, attention, seulement dans la version polie (sinon châtrée) de son secrétaire, le chevalier de Solignac : « Aimez la gloire, j’y consens, mais fuyez la vanité : celle-ci recherche uniquement l’approbation des hommes, celle-là le seul témoignage secret d’une conscience tranquille »10.

8Dans son manuscrit, Stanislas, plus sobre dans le style et plus puissant dans l’expression que son porte-parole méridional, donne à la gloire une application strictement théologique ; et le repli sur soi d’une conscience circonspecte vis-à-vis de l’amour-propre avait pris, sous la plume du père de la (future) reine, la forme d’une exhortation à ne pas céder dans le combat livré journellement contre les passions :

  • 11 « Conseils donnés à la Reine lors de son mariage », dans Les Opuscules inédits de Stanislas..., Éd (...)

Soutenez la [la grandeur] selon le rang qui vous est dû, mais intérieurement que votre grandeur consiste dans la gloire du Seigneur. Humiliez-vous [...] qu’elle consiste dans la noblesse de votre cœur et dans l’éminence de vos sentimens, dans le combat des passions et dans la victoire sur vous-même11.

  • 12 Ibid., p. 45.

9Stanislas conçoit l’avenir de sa fille en termes de combat personnel mené en vue d’une plus grande maîtrise de soi. Voici deux facettes de son entreprise : d’un côté l’affranchissement de faiblesses favorisées par trois écueils qui guettent la jeune reine (grandeur, prospérité et flatterie), de l’autre, l’acquisition d’une liberté à toute épreuve, qui fait sourde oreille aux tentations aliénantes (externe – la flatterie, et interne – l’ambition). À part la petite famille polonaise recommandée à son souvenir, les seuls liens à observer seront le dévouement au mari, Louis XV, et la reconnaissance envers le duc de Bourbon, son protecteur (intéressés, lui et sa maîtresse, à faire un choix aussi insolite que celui de la fille d’un roi détrôné, mais fille robuste et docile). Aux autres courtisans, il lui est permis d’offrir son amitié, s’ils la méritent, mais pas la confiance qui – pour être entière dans la réciprocité – doit être restreinte12.

  • 13 « Conseils donnés à la Reine lors de son mariage », op. cit., p. 47.

10Nous trouvons, à la fin des « Conseils » authentiques de Stanislas, un retour sur lui-même en tant que père et pédagogue, somme toute plutôt satisfait de son ouvrage, n’était la crainte de l’avoir trop réussi : « Je rends grâces infinies à Dieu de ce que je ne trouve rien en vous qui ait besoin de ma correction, et au défaut des vices que je ne vous connois pas, je m’attache à combattre vos vertus »13.

11Un retour sur soi apparaîtra aussi chez la princesse Sanguszko. Tout au début de son exposé, qui comprend sept points rappelant sept vertus (comme le précise dans sa préface « Au lecteur » un ecclésiastique anonyme), elle loue la docilité, la sagesse et la bonne disposition de son enfant, vertus évaluées selon trois critères fondamentaux, l’attitude devant Dieu, l’état à remplir, et la qualité personnelle (fo 5-6). Mais c’est seulement dans le tout dernier point qu’elle évoque « la reconnaissance pour la tendre mère ». La princesse Sanguszko exprime alors son espoir de voir la tendresse de sa fille augmenter à mesure qu’elle découvrira, par sa propre expérience de mère, ce qu’il en coûte d’être à la hauteur de ce rôle (fo 23vo).

  • 14 Madame de Lambert, op. cit., p. 23.

12Madame de Lambert avait insisté sur une autre valeur des Avis, stimulateurs de sa réflexion sur elle-même : « Je m’instruis moi-même par ces réflexions ; peut-être serai-je assez heureuse pour changer un jour mes préceptes en exemples », écrivait-elle à son fils14.

  • 15 Ibid., p. 194.

Rien de plus humiliant, ma fille, que d’écrire sur des matières qui me rappellent toutes mes fautes : en vous les montrant, je me dépouille du droit de vous reprendre, je vous donne des armes contre moi, & je vous permets d’en user, si vous voyez que j’aie les vices opposés aux vertus que je vous recommande : car les conseils sont sans autorité, dès qu’ils ne sont pas soutenus par l’exemple15.

  • 16 Voir B. Judkowiak, op. cit., p. 55.

13À ce modèle de mère « moderne » (la première édition, anonyme, date de 1728), un Marivaux aurait pu emprunter pour ses mères confidentes, non seulement les aveux d’une franchise à haut risque mais aussi le principe d’égalité (apparente ?) entre mère et fille. En fondant sur la fidélité à ses maximes le droit de parler en mentor, par ce discours, la mère autorise la fille à lui désobéir en cas de manque de cohérence entre acte et parole. Paradoxalement, par le retour sur elle-même et sur la difficulté de se mettre à la hauteur de la tâche, la marquise mère rend ses conseils, et surtout leur motivation, plus crédibles. Les Avis (Avertissements plutôt) de la princesse Radziwiłł, présumée expirante, ont en commun avec les précédents cette délégation moderne à l’enfant (devenue femme) de la liberté créatrice de son propre processus éducatif, dont la jeune fille devra s’occuper seule ensuite, privée de soutien maternel. La mère n’a qu’à fournir des outils et jalons pour que la tâche se poursuive sans elle16.

  • 17 Ils sont mis en abîme par B. Sanguszko : elle commence par évoquer le sacrifice d’Abraham qu’elle (...)
  • 18 Franciszka Urszula Radziwiłłowa rappelle à sa petite princesse de fille : « Sache qu’un pays libre (...)

14Nous pouvons dégager des conseils et avis évoqués deux éthiques éducatives. L’une d’elles se construit sur le thème de sacrifice et de mission, susceptibles de mériter la plus haute récompense ici-bas comme au-delà (modèle polonais)17 ; à l’autre, il conviendrait d’associer les termes de travail et de science, sinon celui d’art, pour préserver l’équilibre du moi – dans sa conscience comme au dehors ; car cet équilibre personnel, multiplié dans les relations sociales, se porte garant de l’ordre universel, en constitue une sorte d’humaine providence. Ces deux pédagogies étaient nées dans deux régimes monarchiques que tout séparait : la liberté individuelle des nobles était garantie par les lois en Pologne, régime mixte de monarchie-république18 ; l’absolutisme en France invitait l’individu à se replier sur lui-même pour défendre son quant à soi ; par exemple, en cherchant des alternatives à la religion catholique romaine, complice officielle du pouvoir politique ; alors que, en Pologne, l’individu déclarait une confiance entière dans un Dieu élevé au-dessus du trône, tout comme la loi, pour veiller à la souveraineté politique et morale d’une nation nobiliaire légiférante, donc responsable du sort de son pays.

Notes

1 « Le social est réfracté dans un corps individuel qui traverse des institutions, des groupes, des champs de force et des luttes différents […] ; [il] gît dans les plis les plus singuliers de l’individu », selon Bernard Lahire, « Esquisse d’un programme scientifique d’une sociologie psychologique », cité par Arlette Farge, « Jeux des esprits et des corps au XVIIIe siècle », dans Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), Séduction et société. Approches historiques, Seuil, 2001, p. 71, notes 4 et 5.

2 Le genre parénétique (gr. Parainesis – instruction) est un genre didactique qui recommande ou déconseille un modèle de comportement qui correspond à un rôle social déterminé. Janusz Sławiński (dir.), Słownik terminów literackich, Ossolineum, 1988, p. 343 ; voir le « miroir » (speculum) connu du Moyen Âge à la Renaissance.

3 Perrine Mane, Françoise Piponnier, Malgorzata Wilska, Marta Piber-Zbieranowska (éd.), La femme dans la société médiévale et moderne, actes du colloque de Nieborow, 6-8 juin 2002, Varsovie, Institut d’Histoire Académie Polonaise des Sciences, 2005.

4 Voir Dorota Żołądź-Strzelczyk, Wiesław Jamrożek, Studia z dziejów edukacji kobiet na ziemiach polskich, Poznań, Bajt, 2001, p. 67-69. Nous remercions Agnieszka Jakuboszczak, auteur d’une thèse récente sur le salon littéraire de Barbara Sanguszko (en co-tutelle avec Paris-VII), de ces renseignements, entre autres sur les conseils du prince calviniste Bogusław Radziwiłł adressés en 1667 à sa fille Ludwika Karolina (Odrodzenie i Reformacja wPolsce, t. 36, 1992, p. 220-235).

5 Les autres éditions suivirent : Léopol, 1760 ; Varsovie 1763 ; Chełm, 1772 ; Kalisz, 1783. Le titre initial, Nauka Matki, Corce swoiey idącey za Mąż dana, a przez Osobe wielce szanuiącą takie dla Dzieci Nauki do Druku podana (Avis d’une mère à sa fille sur le point de se marier, porté à l’impression par une personne qui estime beaucoup de tels conseils aux enfants) devint bientôt Uwagi pewney chwalebney matki... (Avis d’une mère digne de louange...).

6 Franciszka Urszula Radziwiłłowa, « Przestrogi zbawienne alias informacja życia […] córce swojej Annie Marii dane w roku 1732 (Avis salutaires ou l’information sur la vie […] offerts à ma fille Anne-Marie l’an 1732) », publiés dans J. Sokołowska, K. Żukowska éd., Poeci polskiego baroku, Warszawa, PIW, « Biblioteka Prozy i Poezji », 1965, p. 539-547. La même avait rédigé en français, entre autres, deux petits traités : Du mariage et des devoirs réciproques de l’homme et de la femme (Bibl. Czart., ms 2268), et un exposé en points destiné à « chaque femme [sur cela] quel égard elle devrait avoir pour son époux, que j’ai traduit du français en polonais », auquel on avait joint une Réponse [de] la femme au mari [composé par moi] – Bibl. Czart., ms 2332 p. 22-28 et Bibl. Kórnicka, ms 1604, p. 16-23. Sur cet auteur, voir la spécialiste, Barbara Judkowiak, Słowo inscenizowane, Poznań, Wyd. WiS, 1992, chap. II, « Ars monitoria », p. 52-65.

7 Madame de Lambert, « Avis d’une mère à son fils et à sa fille et autres ouvrages de Madame la marquise de Lambert », dans Œuvres de... avec un abrégé de sa vie, Paris, Chez les Libraires Associés, 1785, t. I, p. 101-102.

8 Ibid., p. 25-26.

9 Madame de Lambert, op. cit., p. 86.

10 « Les adieux de Stanislas à sa fille », dans Anne Muratori-Philip, Stanislas Leszczynski. Aventurier, philosophe et mécène des Lumières, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2005, p. 58.

11 « Conseils donnés à la Reine lors de son mariage », dans Les Opuscules inédits de Stanislas..., Éd. Louis Lacroix, Nancy, 1866, p. 44.

12 Ibid., p. 45.

13 « Conseils donnés à la Reine lors de son mariage », op. cit., p. 47.

14 Madame de Lambert, op. cit., p. 23.

15 Ibid., p. 194.

16 Voir B. Judkowiak, op. cit., p. 55.

17 Ils sont mis en abîme par B. Sanguszko : elle commence par évoquer le sacrifice d’Abraham qu’elle prétend imiter au profit de l’époux de sa fille (fo 5-6).

18 Franciszka Urszula Radziwiłłowa rappelle à sa petite princesse de fille : « Sache qu’un pays libre t’ayant vue naître/Par ton rang égale aux nobles tu dois paraître » (« Wiedz, żeś jest w wolnym kraju wychowana,/Przeto z szlacheckim stanem porównana »), op. cit., p. 543.

Auteur

Maître de conférences Université de Varsovie
Institut d’Études romanes
Professeure à l’université de Varsovie. Elle a rédigé une thèse consacrée au théâtre de Marivaux (1994), puis une biobibliographie Les Polonais en France, 1696-1795 (2000) et un livre d’habilitation Discours colonial, discours utopique. Témoignages français sur la conquête des Mascareignes, XVIIe-XVIIIe siècles (2004).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540