Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Éducations européennes

L’éducation européenne des jeunes aristocrates russes, d’après leurs journaux inédits (fin XVIIIe - début XIXe siècle)

Elena Gretchanaïa et Catherine Viollet

Résumé

Ce sont essentiellement leurs journaux inédits, rédigés le plus souvent en français – trouvés et déchiffrés dans les archives russes –, qui nous renseignent sur l’éducation offerte aux jeunes filles de l’aristocratie russe entre 1780 et 1850 : matières enseignées, méthodes employées, importance et choix des lectures, rôle formateur des voyages et fréquentations, activités culturelles, sport et pratique des arts d’agrément. Assez complète, et largement axée sur l’apprentissage des langues, l’éducation a lieu à domicile. Les lectures, variées et souvent en langue originale, occupent une place de choix dans la formation, qui reste cependant plus limitée que celle de leurs frères, et ne leur permet guère de donner libre cours à leurs ambitions professionnelles.

It is their unpublished diaries, written for the most part in French, found and deciphered in Russian archives, that inform us about the education offered to young girls of the Russian aristocracy between 1780 and 1850: the subjects taught, the methods used, the importance and choice of reading materials, the formative role of travelling and social relations, their cultural activities, sports and the practice of fine arts. Fairly exhaustive and mainly focused on language learning, education takes place at home. A choice place is given to reading diverse materials, often in the original language, in an education that remains more limited than their brothers’, and hardly allows them to freely entertain truly professional ambitions.

Texte intégral

  • 1 L’inventaire et la transcription de ces journaux russes en langue française ont été entrepris par (...)

1Le vaste corpus de journaux, pour la plupart, inédits, tenus en français par des jeunes filles de l’aristocratie russe1 à la fin du XVIIIe siècle et durant les premières décennies du XIXe siècle, comporte de nombreux témoignages directs, « de l’intérieur » sur les buts, les méthodes et le contenu de leur éducation. Ce thème n’est certes pas abordé de manière systématique par les diaristes, mais on peut glaner dans ces journaux de nombreuses informations : matières enseignées, méthodes employées, importance et choix des lectures, rôle formateur des voyages, fréquentations, et activités culturelles ; mais aussi, dans quelques cas, sur les ambitions professionnelles des intéressées, voire sur le projet éducatif des parents.

Ce qu’en disent les diaristes : témoignages

  • 2 « Pour les dames du monde de la capitale de l’Empire des tsars, le russe était encore une sorte de (...)

2Tout d’abord, il est important de souligner que les jeunes filles de l’aristocratie russe – dès la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1840 environ – sont instruites en français. Certes, toute l’aristocratie européenne parle à cette époque le français, langue « universelle » de la société cultivée ; mais en Russie, la maîtrise du russe n’est nullement indispensable aux femmes2. En revanche, leurs contemporains de sexe masculin, lorsqu’ils écrivent, plus rarement leur journal, le font principalement en russe.

  • 3 Après celui de Pierre Ier, le règne de Catherine II est marqué par l’occidentalisation et la moder (...)
  • 4 L’Académie russe, comme l’Académie française, fut créée par Catherine II, afin de veiller au dével (...)

3Soulignons également que le contexte est relativement favorable à l’éducation des femmes (uniquement au sein de l’aristocratie, évidemment) : Catherine II3 et la princesse Daschkova – qui présida l’Académie impériale des sciences, et l’Académie Russe4 dès leur création (1783) –, contribuèrent largement à transmettre en Russie les idées et la culture d’autres pays d’Europe, et constituent des exemples remarquables. Pouchkine en a d’ailleurs pleinement conscience, lorsqu’il écrit dans ses Carnets :

  • 5 Alexandre Pouchkine « Table Talk » (années 1830), Œuvres complètes, publiées par André Meynieux, v (...)

Une dame me disait que lorsqu’un homme lui parle de sujets futiles, comme s’il adaptait la conversation à l’inculture et à la frivolité féminines, il dévoile à ses yeux [à elle] son ignorance des femmes. N’est-il pas étrange, en effet, de considérer les femmes, lesquelles si fréquemment nous étonnent par la rapidité de leur compréhension et la finesse de leurs perceptions, comme des créatures inférieures ? C’est d’autant plus curieux en Russie où régna Catherine II et où les femmes sont, dans l’ensemble, plus éduquées, lisent davantage, et sont plus proches des usages européens. Sommes-nous donc si présomptueux ? Dieu seul sait pourquoi !5

4Le témoignage de Natalia Petrovna Golitsyna (princesse, née comtesse Tchernycheva 1744-1837), bien qu’exceptionnel, est significatif de cet état d’esprit. La famille suit le père, diplomate russe, notamment à Berlin (où elle est née), Londres (où elle a vécu 9 ans), et plus tard Paris :

  • 6 Les transcriptions respectent l’orthographe originale.

Ce n’est qu’a notre arrivé en Russie [elle a alors 11 ans] que j’ai commancé a apprendre et a parlé ma langue jusqu’à ce tems je ne savois pas un mot de russe, – je parlois comme mes propres langues la Française, langlaise et lalmande (fo 3)6.

Caractéristiques de l’éducation

  • 7 Une seule de nos diaristes mentionne qu’elle fréquente une institution – un pensionnat probablemen (...)
  • 8 Ekaterina Alexandrovna Soïmonova, Journal et journaux de voyage, Journal de Catiche. Commencé le 9 (...)

5L’éducation de nos diaristes commence dès leurs plus jeunes années, au sein du cercle familial7. Elle est généralement assurée sous forme de « leçons » à domicile par des gouvernantes étrangères ou des professeurs, éventuellement par la proche parentèle. Ainsi, le programme que suit Ekaterina Soïmonova8, en 1826 [elle a 15 ans], comprend les matières suivantes : histoire ancienne, histoire russe, géographie, traductions de français en anglais, d’allemand en anglais, d’allemand en latin ; danse, dessin, piano, chant, broderie… Un programme d’études que partagent, dans ses grandes lignes, la plupart de ses contemporaines : il est principalement axé sur les langues vivantes – et ce, de manière approfondie – et les arts d’agrément. Mais certaines diaristes font état d’autres matières, moins connotées comme spécifiquement « féminines » : arithmétique, géométrie, physique, astronomie, botanique – dont elles acquièrent au moins des notions. Notons que s’ajoutent souvent, pour les langues, des cours de russe et d’italien ; on ne se contente pas d’un savoir livresque : la pratique orale des langues étrangères se double d’une pratique de traduction écrite. Quant à la musique, le chant recueille tous les suffrages, viennent ensuite clavecin ou piano, guitare, harpe. L’histoire, en particulier l’histoire ancienne, tient une grande place, et semble être une matière extrêmement appréciée, considérée comme essentielle ; l’enseignement en est étayé par de nombreuses lectures. Principes moraux et religieux sont enseignés exclusivement par la parenté ; c’est un rôle dévolu à la mère, ou aux femmes de l’entourage. Au fil des lectures, on apprend que ces jeunes filles ont également des pratiques sportives, principalement de l’équitation, de manière parfois téméraire. La princesse Natalia Petrovna Golitsyna, alors âgée de 22 ans, relate en ces termes ce qui semble être un exploit sportif (plus que linguistique !) :

  • 9 Princesse Golitsyne, Remarques sur des événements de ma vie, 1782 ( ?)-1783. Le premier prix de ce (...)

Au mois de Juen et de Julliet de lannee 1766 il y eu un grand Carousel qui consistoit en 4 : quadrilles […], les Dames étoit assise dans les chars superbe, […] pour gagner le premier prix il faloit faire les poins que je vai menssionnée, cassé la Lance au premier, tiré un coup de Pistollet entre les oreille d’un Ours, jeter le javelot pour qu’il s’arrete sur la langue du Lion, levé le quasque de dessu un petit pied destal, coupé la tête au hidre, et courire l’anneaux. J’eu le bonheur de gagner les deux fois le premier prix9.

6Quant aux lectures, solitaires ou en famille, leur mention occupe une place importante dans les journaux : on lit des romans, du théâtre, de la poésie, mais aussi des écrits à teneur philosophique, religieuse ou spirituelle, et surtout des mémoires et des ouvrages historiques. Lectures abondantes et variées (Montesquieu, Mme de Genlis, Mme de Staël, Walter Scott, Goethe, Schiller, Chénier, Hoffmann, Stendhal, Dumas, Sand… dans le désordre et parmi bien d’autres), de préférence dans la langue originale (français bien évidemment, mais aussi allemand, anglais, italien… et parfois russe), et qui réservent une assez large place aux auteurs féminins. On n’hésite pas, d’ailleurs, à faire venir des livres de l’étranger dès leur publication. Ainsi qu’en témoigne la princesse Daschkova, la soif de s’instruire est vive chez certaines de ces jeunes filles :

  • 10 Ekaterina Romanovna Daschkova (1742-1810), Mémoires de la princesse Daschkoff, Paris, Mercure de F (...)
  • 11 Ekaterina Romanovna Daschkova, op. cit., p. 434.

J’avais, il est vrai, le plus vif désir de m’instruire, et un livre ne pouvait tomber dans mes mains sans que je le dévorasse. À l’âge de treize ans, jouissant d’un peu plus de liberté que précédemment (car je cessais alors d’avoir une gouvernante), je consacrais tout mon argent de poche à acheter des livres [afin d’] acquérir ces talents littéraires dont j’étais si avide10.
Mon éducation qui, au temps de la jeunesse, passait pour la meilleure possible, a été bornée aux langues allemande, française et italienne, à l’histoire, à la géographie, à l’arithmétique, aux dogmes de l’Église grecque, au dessin et à la danse. Telle a été sa plus grande extension11.

7Reste à souligner le rôle éducatif que joue le journal, extrêmement répandu à l’époque et dans le milieu de ces jeunes filles instruites, dont la pratique s’exerce parfois sous surveillance : à la fois atelier d’écriture, discipline quotidienne, guide spirituel, mise en mémoire du vécu, lieu d’expression des sentiments…, et prétexte à la formation du style, d’après les modèles littéraires.

Voyages, spectacles, fréquentations : un rôle formateur

8Ces jeunes filles voyagent beaucoup en Europe, et pour des périodes prolongées d’un à deux ans, ainsi qu’en témoignent les journaux. L’une des principales raisons d’être de ces voyages à travers l’Europe est donc, à côté de motifs d’ordre familial ou médical, l’occasion de perfectionner leur éducation, et de favoriser la rencontre avec des cultures étrangères.

9L’éducation se poursuit donc au gré des séjours et déplacements : nos jeunes diaristes poursuivent leurs cours de langue et de littérature, de dessin, de musique (notamment à Pise et à Naples, avec des maîtres italiens), d’équitation ; elles lisent, dans plusieurs langues, romans, poèmes, récits historiques, œuvres édifiantes. Elles mènent parallèlement une vie sociale et mondaine fort active, participent à la vie culturelle locale, sont invitées à d’innombrables bals et réjouissances, visitent très consciencieusement les églises et autres lieux de culte, musées et monuments, jardins et bibliothèques.

  • 12 La bibliothèque municipale de Rouen est née en 1809, à la suite des confiscations révolutionnaires (...)
  • 13 Natalia Valentinovna Chakhovskaia, Journal de voyage, 1841-1843, Moscou, RGALI, Fonds 1337 [récit (...)

Florence Hôtel du Pélican. Ce 29/17 Août Lundi 1842. À Rouen nous nous arrêtâmes à l’Hôtel Vatel [Rouen], Rouen me plaît assez, nous allâmes dans la bibliothèque où nous vîmes le célèbre manuscrit12, qui est de toute beauté, on a passé 30 ans à le faire, il est très ancien et pourtant les couleurs sont excessivement vives et belles13.

  • 14 Il est d’usage d’aller plusieurs fois de suite voir le même spectacle.

10De temps à autre, elles assistent à des conférences, visitent des cabinets de curiosités, et d’autres lieux plus surprenants : navires, bagne, asile d’aliénés, séances de magnétisme. On va surtout beaucoup au spectacle, dans chacune des villes visitées : théâtre, ballet, opéra, opéra-comique14. Sont alors longuement comparés, par des spectatrices exigeantes, et commentés de manière enthousiaste ou incisive, les performances et mérites respectifs des interprètes.

  • 15 En particulier dans le domaine religieux : ces jeunes filles orthodoxes s’intéressent aux différen (...)

11Ces journaux de voyage – mais qui voudrait s’en étonner ? – contiennent nombre de comparaisons et de jugements témoignant de la rencontre des cultures. Une certaine « acculturation » préalable n’est pas, en effet, incompatible avec une véritable curiosité, fort éclectique au demeurant, voire une ouverture d’esprit assez remarquable15.

Des ambitions… limitées

12Si la plupart des journaux contiennent un discours plutôt traditionnel quant au rôle social dévolu aux femmes (devenir bonne épouse et bonne mère, irréprochable si possible, et pieuse de surcroît), certaines cependant font part à leur journal d’autres ambitions : l’une aimerait devenir peintre, une autre cantatrice :

  • 16 Praskovia Mikhailovna Golynskaïa, Journal, 1841-1842 (début oct. 1841-fin oct. 1842), Moscou, RGB, (...)

j’aime tant le chant, c’est une passion malheureuse que j’ai là, car ayant de la voix et pouvant m’appliquer le plus que possible, ne m’ennuyant jamais d’exercer, je n’ai cependant pas les moyens d’apprendre à chanter comme je l’aurais désiré, plusieurs années de suite sans discontinuer, ms il faudrait pour cela rester en Italie16.

13Le plus souvent cependant, les ambitions se limitent strictement à la sphère familiale :

  • 17 Olga Ivanovna Orlova-Davydova, comtesse (née princesse Bariatinskaïa, 1814-1876), 23 nov. 1830-28 (...)

J’ai à présent bientôt dix-sept ans ; je puis savoir ce que je désire ; je désire prendre beaucoup de leçons de dessin, et surtout de chants. Chanter pour Maman mes frères et sœurs et moi. Traduire beaucoup de livres pour les enfants et les domestiques17.

14Mais ce sont surtout des ambitions – et des talents – d’ordre littéraire qui se font jour à travers les journaux :

  • 18 Maria Bakhmetieva, Journal depuis le 10 août 1805, Moscou, RGADA, Fonds 1256.

Mardi 12 [sept. 1805]. Après le déjeuner j’ai commencé à lire Mme Genlis. Mon admiration pour cette femme savante s’augmente de jour en jour.
Quel style enchanteur ! Quelles pensées profondes ! Quels sentiments ! Elle fait beaucoup d’honneur à notre sexe. J’envie ses talents. J’aurois voulu être son écolière18.

15Si cette génération n’avait été si précocement et massivement décimée par la tuberculose, peut-être aurait-elle produit des œuvres remarquables…

  • 19 L’instruction supérieure ne sera ouverte aux femmes que vers les années 1870-1880. De nombreuses é (...)

16D’autre part, certaines diaristes se sentent elles-mêmes investies d’une vocation d’éducatrices… à domicile19 : désir de transmettre des connaissances jugées indispensables, désir d’instruire des enfants déshérités, tout autant que d’accomplir des « bonnes œuvres » :

  • 20 Ekaterina Alexandrovna Komarova, op. cit.
  • 21 Olga Ivanovna Orlova-Davydova, op. cit.

Ns avons des élèves maintenant avec lesquels ns ns occupons le (f ° 10v) Mardi, Jeudi et Samedi. Je et Olly ns donnions des leçons aux enfants d’Alexandre (le domestique) ils apprennent assez bien mais l’arithmétique cloche un peu20.
29 Novembre, Dimanche
J’ai un projet en tête que je veux écrire pour m’en rappeller lorsque je serois à Moskou. Je veux prier Mr Rosenshtranck ou Mde Navasiltzof qui tous deux demeurent à Moskou, de me trouver quelques petites filles de 6 à 7 ans ; de parents bien pauvres. Je l’ai ferai venir une heure par jour chez moi, leur apprendre à lire à écrire, un petit cathéchisme, elles apprendroient à travailler, à compter, et le Dimanche je leur ferai lire et raconter l’ancien et le nouveau testament21.

Et les garçons ?

17On ne saurait évaluer la portée de l’éducation au féminin sans évoquer, même brièvement, celle de leurs contemporains masculins.

18Contrairement aux jeunes filles nobles, qui restent généralement au sein du cercle familial, leurs frères sont parfois envoyés en pension, puis dans des instituts préparant à la carrière militaire ou diplomatique ; ils bénéficient, bien entendu, de voyages de formation à l’étranger (qu’on appelle à la fin du XVIIIe siècle le « Grand Tour ») :

  • 22 Wladimir Berelowitch, « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde mo (...)

On ne saurait trop insister sur le caractère éducatif de ces voyages [pour les jeunes nobles masculins]. Généralement, ils étaient couplés avec des apprentissages dans des collèges ou des écoles militaires, mais plus souvent sous forme d’enseignement privé, délivrés par des précepteurs français. Les matières dans lesquelles on entendait perfectionner ces jeunes nobles russes étaient avant tout celles de leur vocation : artillerie, fortifications, escrime, danse, accessoirement musique et langues étrangères en constituaient les pièces de choix ; s’y ajoutaient parfois des humanités classiques et des sciences exactes, notamment la chimie et la minéralogie, fort à la mode à l’époque22.

  • 23 Dont le frère avait également bénéficié, vers le milieu du XVIIIe siècle, d’études à l’étranger (e (...)

19Que l’on compare, par exemple, les informations sur l’éducation des jeunes filles, aussi ouverte et cosmopolite soit-elle, avec le programme d’étude à l’université d’Édimbourg qu’établit en 1775, pour son fils âgé de 13 ans, la princesse Daschkova23 – tandis qu’elle cherche à marier sa fille, afin de « lui promettre les joies paisibles de la vie d’intérieur » :

Voici donc, Monsieur, une esquisse du plan d’études que j’ai tracé, avec l’indication de ce que mon fils [âgé de 13 ans] a déjà fait ou commencé :
Langues. – Latin. – Les difficultés sont déjà surmontées.
Anglais. – Le prince comprend parfaitement tous les prosateurs et passablement les poètes.
Allemand. – Il comprend tout ce qu’il lit.
Français. – Il est aussi familier avec cette langue qu’avec la sienne.
Belles-Lettres. – Il est au courant des meilleurs ouvrages, et son goût est déjà plus raffiné qu’il n’est d’usage de le trouver à son âge. Il est même à craindre que le prince ne soit trop sévère dans ses jugements, ce qui peut être considéré comme un défaut caractéristique.
Mathématiques. – Branche d’étude très importante. Il y a déjà fait quelques progrès ; il est en état de résoudre des problèmes compliqués ; mais je désire qu’il continue avec l’algèbre.
Architecture civile et militaire. – Je désire qu’il la connaisse à fond.
Histoire et constitutions des Gouvernements. – Il possède l’histoire universelle et les histoires particulières d’Allemagne, de France et d’Angleterre. Il devra y revenir et s’en occuper à la maison avec son précepteur.
Je voudrais qu’il étudiât – 1. la logique et la philosophie du raisonnement ; 2. la physique expérimentale ; 3. quelques notions de chimie ; 4. la philosophie et l’histoire naturelle ; 5. le droit naturel, le droit public

20et universel, et le droit des gens en les appliquant aux lois et usages des divers peuples d’Europe ; 6. la morale ; 7. la politique.

21Ces études subdivisées devront occuper deux ans et demi en cinq semestres.

  1. semestre. – Langues, rhétorique et belles-lettres, histoire, constitution des gouvernements, mathématiques, logique.
  2. semestre. – Langues, histoire et constitution des gouvernements, mathématiques, logique.
  3. semestre. – Langues et belles-lettres, histoire et constitution des gouvernements, fortifications, droit naturel, droit public, universel et positif, physiologie et histoire naturelle, dessin, mathématiques.
  4. semestre. – Morale, mathématiques, fortification, droit des gens, universel et positif ; principes généraux de jurisprudence positive ; architecture civile.
  5. semestre. – Morale, répétition de physique, premiers principes de chimie ; puis une répétition générale de tout l’ensemble24.

22Les conclusions s’imposent d’elles-mêmes : il y a quand même bien deux poids, deux mesures…

  • 25 À ce sujet, on pourrait intégrer à cette étude certains journaux polonais en français : ceux de la (...)

23Pourtant, que ce soit à travers l’apprentissage des langues, les lectures, les spectacles ou grâce aux voyages de formation, l’éducation des jeunes filles de l’aristocratie russe25 s’inscrit d’emblée dans une dimension européenne. Cependant, destinées avant tout au mariage, à l’éducation des enfants et à la transmission de ces valeurs culturelles au sein de la société, certaines diaristes regrettent de ne pouvoir, à la différence de leurs frères, tirer un meilleur parti de cette éducation soignée et du développement de leurs talents.

  • 26 À cette époque en Russie, les femmes sont exclues du recensement de la population, mais elles ont (...)

24En revanche, si l’on compare le contenu de leurs journaux à celui de leurs contemporaines françaises, ces jeunes filles russes se montrent, dans l’ensemble, nettement plus autonomes (ne serait-ce que du fait qu’elles bénéficient d’une plus grande indépendance économique)26, relativement libres de contraintes morales et familiales (elles voyagent fréquemment, parfois sans accompagnateur masculin) ; elles font montre d’une grande curiosité, même si celle-ci n’est pas toujours exempte de préjugés, sont largement ouvertes aux cultures étrangères (elles parlent, lisent, écrivent plusieurs langues), et accordent une grande importance aux personnages féminins de leur entourage, jetant un regard souvent acerbe sur le monde masculin. Certains de ces journaux sont certes plutôt sages et bien-pensants, du côté des conventions et de l’ordre moral ; mais d’autres approchent, et annoncent, l’état d’esprit, la liberté d’expression, l’impertinence, voire le ton subversif d’une Marie Bachkirtseff.

Notes

1 L’inventaire et la transcription de ces journaux russes en langue française ont été entrepris par Elena Gretchanaïa (IMLI, Moscou) et moi-même, dans les archives de Moscou et Saint-Pétersbourg. Voir notre anthologie, « Si tu lis jamais ce journal », Diaristes russes francophones, 1780-1854, CNRS-Éditions, « Mondes russes », 2008, 350 p. Lors d’un récent séjour en Pologne (Bibliothèque Jagellone à Cracovie ; Département des Manuscrits de la Bibliothèque de Varsovie), nous avons étudié quelques journaux inédits de jeunes aristocrates Polonaises, également rédigés en français.

2 « Pour les dames du monde de la capitale de l’Empire des tsars, le russe était encore une sorte de patois indigne de leurs salons et de leurs boudoirs. On allait au théâtre français ou au théâtre italien, mais le théâtre russe était bon pour les nourrices ». Vladimir Fédorovski, Le Roman de Saint-Pétersbourg, Monaco, Rocher, 2003.

3 Après celui de Pierre Ier, le règne de Catherine II est marqué par l’occidentalisation et la modernisation de la Russie, tant culturelle et politique qu’économique. Catherine II étant elle-même le produit d’une culture cosmopolite et humaniste, elle cherche à diffuser l’image d’une Russie avancée, intégrée à l’Europe. Elle fondera d’ailleurs en 1764 – soit 2 ans après son accession au trône – le premier internat consacré à l’éducation des jeunes filles nobles, l’Institut Smolnyi.

4 L’Académie russe, comme l’Académie française, fut créée par Catherine II, afin de veiller au développement de la langue russe. La princesse Daschkova fut à l’initiative du premier dictionnaire – étymologique – de cette langue, et participa aux travaux préparatoires.

5 Alexandre Pouchkine « Table Talk » (années 1830), Œuvres complètes, publiées par André Meynieux, vol. « Autobiographie. Critique. Correspondance », Paris, André Bonne, 1958, p. 720, trad. J. Lépissier.

6 Les transcriptions respectent l’orthographe originale.

7 Une seule de nos diaristes mentionne qu’elle fréquente une institution – un pensionnat probablement –, mais elle est née tardivement par rapport à la période étudiée. Il s’agit d’une fillette d’une dizaine d’années, Ekaterina Alexandrovna Komarova, Journal d’une adolescente, 1er juin-18 sept. 1872, Moscou, RGADA, Fonds 1288.

8 Ekaterina Alexandrovna Soïmonova, Journal et journaux de voyage, Journal de Catiche. Commencé le 9 Août 1825. 1825-1842, Moscou, OPI GIM, Fonds 395.

9 Princesse Golitsyne, Remarques sur des événements de ma vie, 1782 ( ?)-1783. Le premier prix de cet exploit est un diadème de diamants.

10 Ekaterina Romanovna Daschkova (1742-1810), Mémoires de la princesse Daschkoff, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1966 et 1989. Lettre à mistress Hamilton, p. 432.

11 Ekaterina Romanovna Daschkova, op. cit., p. 434.

12 La bibliothèque municipale de Rouen est née en 1809, à la suite des confiscations révolutionnaires. Elle a recueilli un millier de manuscrits provenant des grandes abbayes normandes (Jumièges, Saint-Wandrille, Fécamp, Saint-Ouen).

13 Natalia Valentinovna Chakhovskaia, Journal de voyage, 1841-1843, Moscou, RGALI, Fonds 1337 [récit rétrospectif de l’arrivée en France].

14 Il est d’usage d’aller plusieurs fois de suite voir le même spectacle.

15 En particulier dans le domaine religieux : ces jeunes filles orthodoxes s’intéressent aux différents cultes, assistant parfois au service, qu’il soit catholique, protestant ou juif. Les journaux contiennent notamment plusieurs récits de visite au pape – relatées sur un ton plutôt moqueur.

16 Praskovia Mikhailovna Golynskaïa, Journal, 1841-1842 (début oct. 1841-fin oct. 1842), Moscou, RGB, Fonds Chakhovskie.

17 Olga Ivanovna Orlova-Davydova, comtesse (née princesse Bariatinskaïa, 1814-1876), 23 nov. 1830-28 oct. 1831, Moscou, RGB, Fonds 219.

18 Maria Bakhmetieva, Journal depuis le 10 août 1805, Moscou, RGADA, Fonds 1256.

19 L’instruction supérieure ne sera ouverte aux femmes que vers les années 1870-1880. De nombreuses étudiantes russes viendront alors peupler les universités européennes (Suisse, France, Belgique notamment), principalement portées vers la médecine. Voir Natalia Tikhonov, Universitäten als Brücken in Europa. Les Universités, des ponts à travers l’Europe, Peter Lang, 2003.

20 Ekaterina Alexandrovna Komarova, op. cit.

21 Olga Ivanovna Orlova-Davydova, op. cit.

22 Wladimir Berelowitch, « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cahiers du Monde russe et soviétique, XXXIV (1-2), janvier-juin 1993, p. 198.

23 Dont le frère avait également bénéficié, vers le milieu du XVIIIe siècle, d’études à l’étranger (en France) alors qu’elle-même ne doit sa remarquable formation qu’à son initiative personnelle, et à ses lectures acharnées.

24 Ekaterina Alexandrovna Komarova, op. cit., p. 417-418. Lettre adressée au professeur Robertson, célèbre historien, recteur de l’université d’Édimbourg.

25 À ce sujet, on pourrait intégrer à cette étude certains journaux polonais en français : ceux de la comtesse Tarnowska à propos de l’éducation de ses enfants, notamment de sa fille Marie, envoyée à Vienne en 1822 afin d’y parfaire ses études ; et celui de la princesse Hélène Massalska, qui épousa plus tard le prince de Ligne, et fut pensionnaire à l’Abbaye-aux-Bois en 1771.

26 À cette époque en Russie, les femmes sont exclues du recensement de la population, mais elles ont le droit d’hériter et de gérer directement leurs biens.

Auteurs

Directrice de recherche à l’Institut de Littérature mondiale (Moscou). Elle est spécialiste de la littérature russe d’expression française et a récemment publié Interactions littéraires franco-russes et contexte religieux (2002, en russe, prix Leroy-Beaulieu) ; « Écrits autobiographiques rédigés en français des femmes russes du XVIIIe siècle », Dix-huitième Siècle, no 36 (2004) ; et co-édité avec C. Viollet, Pratiques autobiographiques en Russie et en France (2006, en russe).

Chercheuse à l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS-ENS), responsable de l’équipe « Genèse & Autobiographie ». Co-éditrice de Genèses du « Je » (CNRS-Éditions, 2000) ; Genèse, censure, autocensure (CNRS-Éditions, 2005) ; Métamorphoses du Journal personnel (Académia-Bruylant, 2006) ; et Genèse et Autofiction (Académia-Bruylant, 2007). Avec Elena Gretchanaïa, elle vient de publier une anthologie intitulée « Si tu lis jamais ce journal ! » Diaristes russes francophones (1780-1854).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540